Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48La valorisation du patrimoine jud...Le Château de Gaillon : un passé ...

La valorisation du patrimoine judiciaire et ses enjeux

Le Château de Gaillon : un passé carcéral volontairement oublié

L’Apport de l’archéologie des graffitis pour comprendre un site
Gaillon castle: a deliberate oblivion of its past as a prison. The contribution of graffiti archaeology to understanding a site
France Poulain

Résumés

Le château de Gaillon a connu plusieurs périodes d’occupation. Une première sous Philippe Auguste, dont il ne subsiste que quelques vestiges enfouis, une seconde durant la Renaissance, dont il ne reste que quelques éléments architecturaux majeurs tels le pavillon d’entrée ou la porte de Gênes et une troisième, avec l’implantation d’une maison centrale de détention en 1812. Cette période verra la reconstruction à 80 % des bâtiments démontés après la vente du château comme bien national. Le château de Gaillon devient alors l’un des plus grands sites de détention normands. Et si nombre de familles y ont été employées comme gardiens ou lavandières, si nombre d’industries ont bénéficié d’une main d’œuvre peu coûteuse, ce site commence au xixsiècle un lent travail d’invisibilisation. Invisibilité locale, car les populations ne souhaitaient pas évoquer la période carcérale, d’autant que le site avait retrouvé cet usage pendant la Seconde Guerre mondiale. Invisibilité architecturale, car le focus était clairement orienté de façon à magnifier la période de la Renaissance. Le travail mené par Dominique Pitte et France Poulain sur le château a consisté à réaliser un inventaire de l’ensemble des graffitis, traces et décors encore visibles. Cela a permis de révéler cette histoire récente et de la remettre en perspective avec l’histoire en général. Mieux compris, les graffitis sont aujourd’hui mieux préservés. Un espace dédié à cette histoire locale est en cours de réalisation dans le château.

Haut de page

Texte intégral

1Actuellement, en France, la question des graffitis semble faire l’objet d’un quasi-consensus sur leur intérêt au titre de l’histoire des lieux mais aussi sur leur nécessaire préservation. Cela apparaît d’autant plus exact pour les sites carcéraux qui, ayant conduit à ce que des individus soient détenus sur de plus ou moins longues périodes dans des endroits clos, ont été largement graffités. Or, cette évidence n’en était pas encore une il y a quelques années. L’analyse de la manière dont ont été étudiés les graffitis du site carcéral de Gaillon (Eure) est en ce sens révélatrice de ce que le travail de quelques chercheurs peut suffire à remettre en lumière un site patrimonial.

L’origine des campagnes de relevés systématiques des graffitis du château de Gaillon

2En 2011, une étudiante de l’université de Rouen a sollicité l’unité départementale de l’Architecture et du Patrimoine de l’Eure, dont je m’occupais, pour pouvoir accéder aux espaces intérieurs du château de Gaillon. Son objectif était alors de repérer quelques traces de l’ancien site carcéral que son professeur, Jean-Claude Vimont, évoquait dans ses cours.

3Cet intérêt pour le passé carcéral m’est alors apparu comme à contre-courant de ce qui était mis en avant de manière exclusive par tous les acteurs concernés par la restauration et la réouverture au public du château de Gaillon, à savoir son passé de « premier château de la Renaissance » [fig. 1].

Figure 1

Figure 1

Le château de Gaillon (Eure), 2019.

© France Poulain.

4À cette époque, on ne disait mot de son passé carcéral, sauf pour signifier d’une manière un peu rapide que la majeure partie du site avait été réédifiée au début du xixsiècle pour en faire « une prison ».

5Une chape de plomb mémorielle semblait exister sur la commune de Gaillon et empêchait toute remontée d’informations quant à la longue période allant de 1812 à 1947.

6Seules quelques traces existaient encore, mais elles étaient le plus souvent liées au parcours de résistants eurois passés par Gaillon avant d’être exécutés, tel l’ancien secrétaire général du parti communiste français Pierre Sémard1, ou Roger Aumont2, déporté au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise) puis à Auschwitz (Allemagne) où il mourut en 1942. Mais il ne s’agissait que d’évocations dans un contexte plus large, et qui ne conduisaient pas à ce que l’on associe le site actuel à ses autres occupations antérieures.

  • 3 GOURBIN Patrice & MANIAQUE Caroline, « Architecture du xxsiècle matière à projets pour la ville d (...)

7Cette facilité intellectuelle venait sans aucun doute de la manière dont les architectes traitent l’histoire. Le récent travail mené par Patrice Gourbin et Caroline Maniaque dans le cadre du projet de recherche « Ressource culturelle et projet urbain », notamment sur la Reconstruction à Louviers, permet d’en appréhender toute la logique. Enseignants-chercheurs à l’École nationale d’architecture de Rouen, ils écrivent ainsi que « une fois passée une première réaction d’étonnement, l’historien ne peut que constater l’existence d’une “histoire pour le projet” spécifique dans ses méthodes et dans ses objectifs, profondément différente de “son” histoire, de ses interrogations scientifiques et de ses visées objectives3 ». Ainsi, les architectes seraient assez prompts à générer une histoire des lieux souvent basée sur l’architecture mais pas forcément sur des données contextuelles historiques plus vastes et surtout plus exactes. Or, à Gaillon, le projet visait à la remise en valeur du site de la Renaissance et non pas à la reconnaissance des différentes époques de construction et d’occupation.

8Ainsi, les restaurations menées par l’État depuis 1975 avaient conduit à une mise en valeur systématique de la période de la Renaissance au mépris des autres époques, et surtout sans qu’aucun travail de récolte de données ne soit mené avant leur destruction. Des bâtiments entiers ont ainsi été rasés sans qu’aucune campagne photographique ne soit réalisée, ce qui aurait constitué une base de renseignements fort utile pour la compréhension de l’évolution des usages du site [fig. 2].

Figure 2

Figure 2

Le château de Gaillon (Eure), 1977. Démolition de l’aile Ouest dite de l’Infirmerie française. Photographie conservée dans la collection de l’unité départementale de l’Architecture et du Patrimoine de l’Eure.

© Gabriel Gendreau.

9Ces destructions inconscientes sont en partie liées au fait que cet usage n’apparaissait – et n’apparaît peut-être pas encore – comme suffisamment « noble » pour un site classé au titre des monuments historiques.

  • 4 Jean-Louis Breton, Yvette Petit-Decroix, Guillaume Gouel, Louis Lemel.

10Sans aucune visée touristique, dès 2012, Dominique Pitte, archéologue au service régional de l’Archéologie de la DRAC Normandie, et moi-même nous sommes lancés dans plusieurs campagnes successives de relevés [fig. 3]. Nous avons été aidés par plusieurs bénévoles dont un certain nombre de membres de l’Association pour la renaissance du château4. L’objectif était simple : il s’agissait d’opérer un inventaire général des graffitis présents sur le site.

Figure 3

Figure 3

Campagne de relevé de graffitis, château de Gaillon (Eure), 2014.

© Dominique Pitte.

  • 5 BRETON Jean-Louis, PITTE Dominique & POULAIN France, « Gaillon – Le Château », ADLFI. Archéologie d (...)

11Nous avons procédé de manière systématique, aile par aile, étage par étage5. Nous avons pratiqué de deux manières simples : une campagne photographique pour les dessins les plus élaborés avec un trait artistique comme des portraits de femmes aux cheveux magnifiquement esquissés [fig. 4] et une campagne de relevés au trait sur lés de rhodoïd pour redessiner l’ensemble de ce qui avait été gravé sur les murs. [fig. 5].

Figure 4

Figure 4

Portrait de femme dessiné à la mine de plomb, château de Gaillon (Eure), 2016.

© France Poulain.

Figure 5

Figure 5

Lé de rhodoïd tendu sur le mur pour réaliser le report, château de Gaillon (Eure), 2014.

© France Poulain.

12Il ne s’agissait en aucun cas de chercher un sens dans ce qui est redessiné en ajoutant un trait ou une couleur mais simplement d’un report de ce qui était visible. Des manques existaient parfois, liés à une perte de matière sur les murs ou à une nouvelle couche de peinture murale qui était venue masquer un graffiti plus ancien.

13Cet exercice de relevés nous a conduits à noter qu’un certain nombre de graffitis dataient d’une période antérieure à l’installation du site carcéral (soit 1812) ou bien postérieure à 1901, date de fermeture du site. Mais nous avons quand même attribué en partie à la thématique carcérale les graffitis datant de la période allant de 1901 à 1927 et ceux de 1939 à 1947 car ils sont liés soit à une période militaire où des soldats ont été enfermés pour mauvais comportement, soit à des périodes d’enfermement d’Espagnols fuyant la dictature franquiste, de personnes ayant fait du marché noir ou de résistants, puis de « collabos » ou de « retours d’Allemagne » durant la Seconde Guerre mondiale.

14Ce travail a été mené sur le château lui-même entre 2012 et 2015 puis d’autres campagnes ont suivi pour les décors belges ou français, les sites des jardins hauts ou des Douaires.

L’analyse de l’inventaire

15Sur environ 1 000 graffitis redessinés, il est rapidement apparu que la grande majorité ne serait pas exploitable. Il s’agissait de graffitis comportant des manques dus au passage du temps et au décollement des enduits servant de support. Parfois, l’enchevêtrement des différentes inscriptions rendait l’ensemble complètement illisible.

16Il a fallu ensuite composer des catégories en opérant un travail de recontextualisation et de datation approximative. Si des graffitis indiquant « Pierre de la Classe 1911 » sont simples à comprendre car le dénommé Pierre s’identifie comme étant militaire, incorporé en 1911, il est parfois plus complexe de trouver du sens à deux prénoms inscrits tels « Bernard Lucette ».

17Nous nous sommes alors rendu compte que les graffitis que l’on pouvait attribuer de manière certaine aux différentes périodes carcérales étaient en nombre limité. La localisation au sein d’espaces clairement identifiés comme correspondant à des cellules collectives ou individuelles ou des zones de punition ne permet pas d’associer un graffiti à un détenu car ces espaces étaient ouverts aux autres catégories de personnes présentes sur le site et qui ont pu laisser des traces de leur passage.

18Il est néanmoins possible de distinguer trois catégories de graffitis carcéraux au sein du château même de Gaillon.

  • 6 Les xx indiquent les lettres visibles mais non déchiffrables.

19La première catégorie comporte un seul graffiti attesté de la période allant de 1823 à 1901. Il s’agit de « GRANDPIERRE CIAN NICOLAS CACT 1827 COUET __ANN PAS VIC__ POUR SORTIR 1841 POUR PIRAT__ DIEU PROTE6 » qui se trouve au niveau 1 de la tour de la Sirène [fig. 6].

Figure 6

Figure 6

Graffiti de détenu, château de Gaillon (Eure), 2014.

© France Poulain.

20Il existe d’autres graffitis dans les différentes tours qui sont écrits avec la même typographie majuscule mais c’est le seul qui comporte des dates. Les autres graffitis de la période de l’établissement carcéral stricto sensu sont ceux gravés sur les briques des murs arrière de cellules de la partie des Aliénés dans les jardins hauts et qui sont devenus maintenant des murs de clôture, tels « Rog__ 188 LANGLAIS MtMARTRE » [fig. 7]. Ce recensement a été mis en lumière lors des trois campagnes de fouilles archéologiques menées par Jean-Louis Breton et Dominique Pitte sur les jardins hauts.

Figure 7

Figure 7

Graffiti sur mur de briques de la partie dite des aliénés, les jardins hauts du château de Gaillon (Eure), 2014.

© France Poulain.

  • 7 Les transcriptions respectent la graphie, d’où les fautes d’orthographe.

21La seconde catégorie porte sur les deux périodes de guerre mondiale, avec une seule inscription pour la Première Guerre mondiale : « Leppeur en prévention pour couts et blessures le 13 décembre 19167 ». Pour la Seconde Guerre mondiale, il en existe davantage car cela correspond à la dernière réelle période d’occupation du château de Gaillon. En effet, le château fut ensuite peu utilisé et donc mécaniquement peu graffité. On trouve « en Snir de captivité aôut 1940 », soit la première partie de la guerre, mais surtout beaucoup de la période de la fin de la guerre, avec pas moins de sept graffitis clairement attribuables : « Odette Noël arretait 9 aout 10 juillet 1944 », « Je suis enfermée depuis le 26 septembre 44 pour __ couchage et pour soi disant menace à un civil ses entierement faut je net fait que du bien au français quand j’ai pu sachant que j’avais beaucoup d’autorité sur les allemands » [fig. 8], « Basset Raymald arrêté le 19 – mars 1945 », « Bernard Joseph gardien en chef Venables par Gaillon Eure Rentré le 16 juillet 1945 à 17h comme indésirable d’Allemagne et en sortira le 21/1_/__ », « pour qu’elle que beaujours que j’ai passé ne son ___ louis de la libertcuit le jour de la libération veniras ou je pourrais me re__ __ de ma peditre de encends que elle toujours ___ toujours crise grand impératiève tout sette __ ______ tres un pas lon ma mettrons et __ aux prisons et laire ne me dem__ ___ __ que je suis ici je pou__ pour a une fe___ interroge ben me couleur un ___ ER joublirais jamais le 19 aput jour de la libération car 8 W tres cherc pour moi ER vive les __ depuis 2 ans » ou bien encore « Levasseur J. Droit commun dit La Panique au MITARD pour refus de travail étant malade __/10/45 TOTAL général en (7 ans) 310 jours de MITARD et ça continue ? ».

Figure 8

Figure 8

Graffiti de détenu, château de Gaillon (Eure), 2015.

© France Poulain.

22La dernière catégorie est celle des graffitis qui indiquent clairement un aspect lié à la détention mais pour lesquels il est plus complexe d’attribuer avec certitude une date, tel : « ici René a était enfermé 20 jour », « enfermé en cellule pour avoir été en corvée et pour avoir manger deux pommes et moi seul est enfermé ma revanche vien pour le mouchard », « Bernard Loutte tabassé pour parler avec interné non __ ma deuxième cellule en 9 jours la première pour avoir couché avec un soldat SD », ou « Soldats prisonniers du dépôt -114- Nivalus Duval Odie Gibier Guihaine Eudes Mockel ». Par contre, si les dates sont difficiles à obtenir, une série de graffitis, tous situés dans les cellules plus petites du sous-sol de l’aile d’Estouteville, évoquent plutôt une zone de détention pour les prisonniers politiques, notamment communistes, avec une série de « Au chiaute le comunisme aba la 4republique » ou « Projet de pancarte tous droits réservés pour tout pays y compris l’URSS : MITARD », les trafiquants de marché noir comme : « je suis interné depuis le 6 septembre pour une durée de 3 mois les faits suivant 12 kilos de beurre et plus 10.000 mille franc ___ signé un marché noir » [fig. 9] et le retour des Français détenus au camp réutilisé par les Russes au sortir de la guerre de « Buchenwalde » ou « Camp de Représailles KZ Bûchenwalde No 2 » [fig. 10]. Ces deux derniers graffitis nous ont beaucoup interrogés et après quelques recoupements, nous avons pu identifier qu’ils avaient été faits par des Français ayant été parqués au sortir de la guerre par les Russes dans l’ancien camp de concentration de Buchenwald, utilisé comme camp d’internement entre 1945 et 1950. Travaillant en Allemagne, ils avaient été détenus à Buchenwald no 2 avant de revenir en France et d’être à nouveau cantonnés, pour certains, à Gaillon. Un travail spécifique serait d’ailleurs encore à mener pour disposer de plus d’informations sur ce sujet.

Figure 9

Figure 9

Graffiti de détenu, château de Gaillon (Eure), 2015.

© France Poulain.

Figure 10

Figure 10

Graffiti de détenu, château de Gaillon (Eure), 2015.

© France Poulain.

Les difficultés et les réussites

23Le premier enjeu de ce travail de relevé visait à réaliser un inventaire de tout ce qui était présent. Il a quasiment été atteint, sauf pour quelques secteurs qui ne sont plus accessibles car les planchers ont cédé. Il est donc nécessaire de garder à l’esprit que certains travaux à venir et pour lesquels des échafaudages ou planchers seront installés nous permettront de réaliser les quelques mètres carrés manquants. Nous nous sommes également volontairement arrêtés à la dernière couche de graffitis visibles, celle qui est donc mécaniquement la première en termes de visibilité. En effet, si nous avions voulu accéder aux graffitis sans doute plus anciens qui se trouvent, par exemple, sous sept à huit couches de peintures successives, dans la pièce dite du « cul de basse-fosse », soit la plus profonde de la tour de la Sirène, il aurait fallu détruire les couches supérieures [fig. 11].

Figure 11

Figure 11

Superposition des couches d’enduits, château de Gaillon (Eure), 2014.

© France Poulain.

24Le deuxième enjeu était de comprendre ce que nous avions trouvé. Le travail de recherche mené en parallèle aux archives départementales de l’Eure a permis de superposer les informations et de mieux comprendre l’histoire générale des xixe et xxsiècles au château de Gaillon. Cela a eu comme effet extraordinaire de resituer l’époque carcérale et plus largement, celle de la présence militaire, comme un véritable élément de compréhension pour le site actuel. Les différents bâtiments et espaces ont retrouvé du sens par les travaux qui ont été réalisés dès 1815. La redécouverte de cette histoire locale a été l’occasion de dédier un petit espace dans le château, au niveau des cellules situées sous l’aile d’Estouteville, pour que les visiteurs qui souhaitent avoir un meilleur éclairage de cette période puissent le faire, en complément des espaces librement accessibles comme les jardins hauts.

25Le troisième enjeu a visé à faire connaître cette richesse locale et à en faire prendre conscience à tous les acteurs. Sur ce point, là encore notre travail pourtant modeste a porté ses fruits puisque, lors des dernières campagnes d’étude, des bureaux d’études spécialisés ont été recrutés pour poursuivre le travail et identifier plus finement les différentes couches picturales ou graffitées.

26Pour autant, il ne faut pas être trop enthousiaste et croire que ces traces des époques et vies passées sont définitivement sauvées. La principale difficulté consiste à préserver des graffitis qui peuvent avoir été identifiés comme étant les plus importants au titre de l’histoire de la vie du site. En effet, s’ils sont dessinés sur des supports parfois pulvérulents, il faut prévoir des travaux de restauration. Le récent exemple de la restauration de l’infirmerie de l’aile d’Estouteville (datée de la Première Guerre mondiale) constitue un bon compromis, avec le respect des anciens décors, les reprises de peinture dans des couleurs identiques. Ainsi, un tableau faisant le compte des lits a été très bien restauré [fig. 12].

Figure 12

Figure 12

Décor peint de la période d’occupation belge, aile d’Estouteville du château de Gaillon (Eure), 2020.

© France Poulain.

27Il en est de même pour les décors de versets liturgiques qui, certes, ne sont pas des graffitis, mais sont des décors visuellement plus présents et que l’on peut clairement associer à la période carcérale et qui sont dorénavant restaurés.

Haut de page

Notes

1 Voir http://museedelaresistanceenligne.org/media1975-Pierre-Semard [lien valide en avril 2022].

2 Voir http://www.memoirevive.org/roger-aumont-45185/ [lien valide en avril 2022].

3 GOURBIN Patrice & MANIAQUE Caroline, « Architecture du xxsiècle matière à projets pour la ville durable du xxisiècle », programme interministériel de recherche, 2018, 80 p.

4 Jean-Louis Breton, Yvette Petit-Decroix, Guillaume Gouel, Louis Lemel.

5 BRETON Jean-Louis, PITTE Dominique & POULAIN France, « Gaillon – Le Château », ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Haute-Normandie, 2016, [en ligne] http://journals.openedition.org/adlfi/16559 [lien valide en avril 2022].

6 Les xx indiquent les lettres visibles mais non déchiffrables.

7 Les transcriptions respectent la graphie, d’où les fautes d’orthographe.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Le château de Gaillon (Eure), 2019.
Crédits © France Poulain.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Figure 2
Légende Le château de Gaillon (Eure), 1977. Démolition de l’aile Ouest dite de l’Infirmerie française. Photographie conservée dans la collection de l’unité départementale de l’Architecture et du Patrimoine de l’Eure.
Crédits © Gabriel Gendreau.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35989/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Figure 3
Légende Campagne de relevé de graffitis, château de Gaillon (Eure), 2014.
Crédits © Dominique Pitte.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35989/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Figure 4
Légende Portrait de femme dessiné à la mine de plomb, château de Gaillon (Eure), 2016.
Crédits © France Poulain.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35989/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Titre Figure 5
Légende Lé de rhodoïd tendu sur le mur pour réaliser le report, château de Gaillon (Eure), 2014.
Crédits © France Poulain.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35989/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Figure 6
Légende Graffiti de détenu, château de Gaillon (Eure), 2014.
Crédits © France Poulain.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35989/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Figure 7
Légende Graffiti sur mur de briques de la partie dite des aliénés, les jardins hauts du château de Gaillon (Eure), 2014.
Crédits © France Poulain.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35989/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 8
Légende Graffiti de détenu, château de Gaillon (Eure), 2015.
Crédits © France Poulain.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35989/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 9
Légende Graffiti de détenu, château de Gaillon (Eure), 2015.
Crédits © France Poulain.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35989/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 10
Légende Graffiti de détenu, château de Gaillon (Eure), 2015.
Crédits © France Poulain.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35989/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 11
Légende Superposition des couches d’enduits, château de Gaillon (Eure), 2014.
Crédits © France Poulain.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35989/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Figure 12
Légende Décor peint de la période d’occupation belge, aile d’Estouteville du château de Gaillon (Eure), 2020.
Crédits © France Poulain.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/35989/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

France Poulain, « Le Château de Gaillon : un passé carcéral volontairement oublié »In Situ [En ligne], 48 | 2022, mis en ligne le 23 août 2022, consulté le 07 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/35989 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.35989

Haut de page

Auteur

France Poulain

Ministère de la Culture, cheffe de l’unité départementale de l’Architecture et du Patrimoine de l’Eure, architecte des Bâtiments de France, docteure en aménagement, en urbanisme et en études urbaines

france.poulain@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search