Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48La valorisation du patrimoine jud...Pour une inscription des bagnes d...

La valorisation du patrimoine judiciaire et ses enjeux

Pour une inscription des bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie à la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco

For an inscription of the prisons of French Guiana and New-Caledonia on UNESCO’s world heritage list
Arnauld Heuret, Daniel Gimenez, Jean-Lucien Sanchez et Christophe Sand

Résumés

Le patrimoine pénitentiaire de la Guyane et de la Nouvelle-Calédonie est constitué de vestiges d’une grande valeur, tant par leur intégrité qu’en ce qu’ils reflètent une histoire commune à ces deux territoires. La colonisation pénitentiaire de ces deux anciennes colonies par la France de 1852 à 1953 a entraîné l’envoi de plus de 100 000 forçats avec pour objectif de favoriser leur installation sur place à l’issue de leur peine afin d’assurer l’implantation d’une société de peuplement. Tout en participant au développement économique de l’empire colonial français, cette pénalité visait à réinsérer socialement des milliers de condamnés regardés comme indésirables sur le sol métropolitain et de certaines colonies. Ce modèle s’inspirait directement de celui mis en œuvre par la Grande-Bretagne en Australie qui, de 1788 à 1868, y a envoyé plus de 160 000 forçats. En 2010, l’Australie a fait procéder à l’inscription à la liste du patrimoine mondial de l’Unesco de onze de ses sites pénitentiaires. Cette opération a permis de convertir d’anciens pénitenciers associés à une mémoire douloureuse en des sites touristiques et mémoriels de premier plan. Cet article présente le patrimoine pénitentiaire exceptionnel de la Guyane et de la Nouvelle-Calédonie et les atouts dont disposent ses vestiges pour pouvoir à leur tour rejoindre la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Daniel Gimenez, Arnauld Heuret et Jean-Lucien Sanchez remercient Lydie Joanny, chargée de protectio (...)
  • 2 Christophe Sand remercie Emmanuelle Eriale, directrice du site historique de l’île Nou (association (...)
  • 3 VIMONT Jean-Claude, « Patrimoine carcéral des prisons françaises », (sommaire), Criminocorpus. Carn (...)
  • 4 MADRANGES Étienne, Prisons. Patrimoine de France, Paris, Lexis Nexis, 2013 ; GAUME Pierre, SANCHEZ (...)
  • 5 FAURE Sonya, « Les prisons font aussi partie de notre patrimoine », Libération, 18 septembre 2014, (...)

1Le patrimoine1 pénitentiaire2, que Jean-Claude Vimont présentait comme un « nouveau » concept en 20123, fait actuellement l’objet d’un important investissement tant dans les domaines de la recherche scientifique que de la conservation4. En ce qui concerne plus particulièrement les bagnes coloniaux, objet du présent article, ce patrimoine a été distingué en 2010 par l’Unesco qui a inscrit à la Liste du patrimoine mondial onze sites pénitentiaires australiens. Cette reconnaissance est le fruit d’un long investissement de la part de l’Australie pour convertir les vestiges d’un passé douloureux, marqué par la honte des origines, en un symbole de fierté nationale. Le pari était audacieux car il n’était pas aisé de prime abord d’imaginer des pénitenciers se voir attribuer une « valeur universelle exceptionnelle » équivalente à celle du château de Versailles ou de la pyramide de Gizeh. Car les prisons constituent effectivement un « patrimoine sombre5 » fréquemment dégradé ou détruit une fois qu’elles sont désaffectées. Et les bagnes coloniaux n’ont pas fait exception à la règle. Que ce soit en Australie, en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie, beaucoup de pénitenciers ont été rasés à la suite de l’abolition de la peine de la transportation dans ces territoires, les populations locales manifestant par là leur souhait légitime de précipiter dans l’oubli une histoire difficile à laquelle les reliaient ces vestiges coloniaux.

2En retenant ces onze sites pénitentiaires australiens, l’Unesco a surtout distingué un modèle de colonisation qui a concerné des centaines de milliers d’individus à l’échelle mondiale, celui de la colonisation pénitentiaire6. La valeur universelle exceptionnelle qui a été reconnue à ce bien repose en effet sur le fait qu’il « apporte un exemple éminent et à grande échelle de la migration forcée de condamnés, par leur envoi au bagne dans les colonies lointaines de l’Empire britannique ; une pratique partagée par d’autres États coloniaux7 ». Parmi ces autres États coloniaux figure la France qui, en s’inspirant du modèle de colonisation pénitentiaire appliqué par la Grande-Bretagne en Australie, l’a également mis en œuvre pour développer deux de ses colonies : la Guyane (de 1852 à 1953) et la Nouvelle-Calédonie (de 1864 à 1931). Outre cette filiation idéologique, la Guyane et la Nouvelle-Calédonie disposent également d’un patrimoine carcéral exceptionnel dont les vestiges peuvent prétendre à leur tour à rejoindre les sites pénitentiaires australiens sur la Liste du patrimoine mondial.

La politique de valorisation des sites pénitentiaires de la Guyane

  • 8 FORSTER Colin, France and Botany Bay: The Lure of a penal colony, Melbourne, Melbourne University P (...)
  • 9 Rapport du Miral, 4 mai 1853 in DUVERGIER Jean-Baptiste, Collection complète des lois, décrets, ord (...)
  • 10 En vertu des lois du 30 mai 1854 sur l’exécution des travaux forcés, du 27 mai 1885 sur la relégati (...)
  • 11 Sur l’histoire des bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie, voir DONET-VINCENT Danielle, De solei (...)

3Comme l’a démontré Colin Forster8, le modèle de la colonie pénitentiaire de Botany Bay (Nouvelles-Galles du Sud, Australie) demeure celui qui a étroitement inspiré la France dans sa politique de colonisation pénitentiaire de la Guyane et de la Nouvelle-Calédonie. C’est d’ailleurs ce qu’affirme le rapporteur de la loi du 30 mai 1854 sur l’exécution de la peine des travaux forcés qui organise la transportation française en direction de la Guyane9. Ainsi, alors que les Britanniques prenaient la décision d’abolir la transportation en Australie, la France décidait de se lancer dans la même aventure en rêvant de reproduire en Guyane l’expérience d’un nouveau Botany Bay. Pour ce faire, près de 100 000 forçats furent transportés, déportés et relégués en Guyane puis en Nouvelle-Calédonie de 1852 à 193810. Là, ils étaient soumis à des travaux forcés encadrés par des agents de l’administration pénitentiaire coloniale11. Ceux qui faisaient preuve de bonne conduite pouvaient théoriquement bénéficier d’un engagement auprès de particuliers ou de services publics coloniaux ou se voir attribuer une concession. L’objectif de ce modèle de colonisation était de permettre à des réprouvés de devenir des colons et de participer au développement économique du territoire.

4Construits entre le milieu du xixe et le début du xxsiècle, les sites pénitentiaires de Guyane présentent un niveau d’intégrité, pour l’essentiel d’entre eux, exceptionnel. Les vestiges des pénitenciers s’étendent sur l’ensemble de la bordure littorale, jusqu’à une cinquantaine de kilomètres dans l’intérieur des terres, à la faveur des principaux fleuves guyanais [Fig. 1].

Figure 1

Figure 1

Sites pénitentiaires de Guyane : a) Carte des sites pénitentiaires de Guyane. Les anciens camps sont représentés par des ronds rouges. Le triangle rouge clair délimite le territoire pénitentiaire du Maroni. Lorsque, sur un site donné, des bâtiments ont fait l’objet d’une protection au titre des Monuments historiques (classement ou inscription), le nombre de bâtiments concernés est donné entre parenthèses et les bâtiments sont listés en italique. Heuret Arnauld, 2020 ; b) Le camp de la transportation de Saint-Laurent-du-Maroni : l’atelier anthropométrique, la cuisine et la chapelle. Photographie : Sanchez Jean-Lucien, 2014 ; c) Les décors peints par le forçat Huguet à l’intérieur de l’Église Saint-Joseph, à Iracoubo. Aucun camp pénitentiaire n’ayant jamais été installé dans cette dernière commune, elle a ainsi été différenciée des autres sites (rond vert). Photographie : Sanchez, Jean-Lucien, 2014 ; d) Les Iles du Salut : le bain des bagnards, à l’Ile Royale, face à l’Ile du Diable. Photographie : Heuret, Arnauld, 2019.

© Jean-Lucien Sanchez / © Arnauld Heuret

  • 12 HEURET Arnauld, Les Camps annexes de la colonie pénitentiaire du Maroni, Saint-Laurent-du-Maroni, S (...)

5Leur position épouse les grands mouvements (et errements) de la colonisation pénitentiaire qui débute tout d’abord aux îles du Salut en 1852, avant de gagner l’est du continent (Îlet la Mère, Cayenne, camps de la Comté, Montagne d’Argent, Kourou, etc.) puis de poursuivre sa course vers l’ouest, sur le territoire pénitentiaire du Maroni créé par décret en 1860 (principalement à Saint-Laurent-du-Maroni et Saint-Jean-du-Maroni ainsi que dans leurs nombreux camps annexes12).

6Très tôt, le bagne a cristallisé un rejet de la part de la population guyanaise comme en témoignent, par exemple, les pressions exercées avec succès par les élus cayennais dans les années 1890 pour évacuer du chef-lieu guyanais vers Saint-Laurent-du-Maroni l’ensemble de l’appareil administratif pénitentiaire et la plupart des forçats qui y résidaient, et d’en interdire l’accès à beaucoup de libérés. Après le départ des derniers bagnards, en 1953, le temps était davantage à l’oubli d’un épisode douloureux qui avait largement contribué à forger la réputation d’enfer vert du territoire sans réussir à le développer. Contrairement à la Nouvelle-Calédonie, les bagnards envoyés en Guyane n’ont par ailleurs que très rarement fait souche. Les descendants directs sont rares et pour beaucoup des familles en question, de telles ascendances relèvent encore du secret de famille honteux.

  • 13 GIMENEZ Daniel, « Expérience d’immigration à Saint-Jean-du-Maroni (Guyane, 1949-1960) - Le BIPIG », (...)

7Dans ce contexte, les infrastructures héritées de l’histoire pénitentiaire ont connu des destins divers. Certains sites ont été immédiatement réinvestis, comme l’ancien camp central de la relégation de Saint-Jean-du-Maroni, qui a accueilli dès 1949 des réfugiés d’Europe de l’Est du Bureau pour l’installation des personnes immigrées en Guyane (BIPIG), puis le régiment du service militaire adapté (RSMA13). Mais d’autres camps ont été détruits, comme le camp des Roches à Kourou, qui a été presque intégralement rasé pour faire place à un hôtel au moment de l’installation de la base spatiale.

  • 14 BORTOLUSSI Pierre, « Les Travaux de restauration », « Le Patrimoine de l’enfermement », Monumental, (...)
  • 15 BOURDEAU Marie, « Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine », « Le Patrimoine (...)
  • 16 BOURDEAU Marie & PIERRE Michel, « Saint-Laurent-du-Maroni. De la préservation d’une mémoire à sa mi (...)

8L’histoire du bagne et le patrimoine pénitentiaire sont longtemps restés méconnus de la population guyanaise. Mais une politique de valorisation des sites pénitentiaires s’est progressivement mise en place depuis une quinzaine d’années. Le cas de Saint-Laurent-du-Maroni, seule et unique « commune pénitentiaire » dans l’histoire administrative française, est un exemple (parmi d’autres) de la réussite de cette politique. Cette ville, qui a reçu le label de « Ville d’art et d’histoire » en 2005, a été bâtie par et pour les bagnards à partir de 1857 et son centre comprend, entre autres bâtiments coloniaux, l’ancien camp de la transportation édifié de 1881 à 190914. Après sa fermeture en 1953, il fut longtemps habité avant d’être racheté par la Ville de Saint-Laurent-du-Maroni et d’être classé au titre des monuments historiques en 1995. S’en est suivi une ambitieuse campagne de restauration conduite sous la houlette de la direction des Affaires culturelles de Guyane et du service Patrimoine de la Ville, qui a abouti à la création en novembre 2014 d’un centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (CIAP) [Fig. 115]. Il propose notamment aux visiteurs une exposition permanente dédiée à l’histoire des bagnes de Guyane réalisée par Marie Bourdeau et Michel Pierre, où le public peut admirer des objets et des œuvres issus, notamment, de la collection Franck Sénateur16. Le camp accueille également aujourd’hui une bibliothèque, un centre d’archives, un théâtre, une salle d’exposition, etc. Ainsi, d’un lieu d’exclusion qui est longtemps demeuré soustrait aux Saint-Laurentais, il est devenu un lieu d’inclusion, ouvert sur la ville et le reste du monde.

  • 17 QUÉZÉDÉ Lucile (association AGAMIS), « Le bagne des Îles du Salut (Royale, Saint-Joseph, Diable) », (...)
  • 18 MACÉ de LÉPINAY François, L’Église d’Iracoubo et son décor peint, Cayenne, AIMARA, coll. « Itinérai (...)
  • 19 SANCHEZ Jean-Lucien, Bâtir Saint-Jean-du-Maroni. La construction du pénitencier de Saint-Jean-du-Ma (...)

9Cette très belle valorisation du patrimoine pénitentiaire connaît de nombreuses autres déclinaisons en Guyane. Les Îles du Salut, première destination touristique de la Guyane, sont gérées par le Centre spatial guyanais et le Conservatoire du littoral17. Plusieurs immeubles ont commencé à être protégés (inscrits et classés) dans les années 1980, et l’ensemble formé des trois îles (Royale, Saint-Joseph et du Diable) est inscrit au titre des monuments historiques depuis 2012. Les Îles disposent d’un musée et une mise à jour de la signalétique d’ensemble est sur le point d’être achevée. Elles comptent parmi leurs fleurons la chapelle de l’Île Royale décorée par le forçat Francis Lagrange. Iracoubo héberge un autre chef-d’œuvre hérité du bagne : l’église Saint-Joseph, décorée par le bagnard Pierre Huguet, qui est également classée monument historique depuis 197818. Enfin, ce patrimoine pénitentiaire est disséminé sur l’ensemble du littoral guyanais, notamment à Cayenne (Îlet la Mère, ancien pénitencier, case du directeur, etc.), Kourou (tour Dreyfus, ancien débarcadère, camps annexes de Pariacabo et de Guatemala, etc.), Montsinery-Tonnegrande (bagne des Annamites), Ouanary (ancien pénitencier de la Montagne d’Argent), Saint-Jean-du-Maroni19 (camp de la relégation), Apatou (camp de la Forestière) et Awala-Yalimapo (camp des Hattes). Ainsi, loin de se limiter au seul Ouest guyanais, c’est la presque totalité des communes du littoral guyanais qui accueillent sur leur sol des vestiges pénitentiaires et qui pourraient donc être concernées par une proposition de classement à la Liste du patrimoine mondial [Fig. 1].

La politique de valorisation des sites pénitentiaires en Nouvelle-Calédonie

  • 20 Ces spoliations foncières ont entraîné un certain nombre de soulèvements kanak, culminant en 1878 p (...)
  • 21 BARBANÇON Louis-José, « La “Nouvelle” : le bagne des antipodes », L’Histoire, no 64, septembre 2014 (...)
  • 22 SAUSSOL Alain, « Les étapes de la colonisation terrienne », pl. 22 in SAUTTER Gilles (dir.), Atlas (...)

10La décision de l’État français de définir, au milieu du xixsiècle, l’archipel calédonien comme une « colonie de peuplement » au même titre que l’Algérie, a grandement influé sur l’organisation de la politique d’implantation de l’administration pénitentiaire sur cette possession du Pacifique. Dès l’arrivée des premiers transportés, en 1864, un des objectifs majeurs du gouverneur Charles Guillain (1808-1875) était de « régénérer » les condamnés et de les transformer à terme en paysans français du bout du monde. La principale conséquence de cette politique de colonisation a été de progressivement implanter des pénitenciers le long de la côte ouest de la Grande Terre calédonienne afin d’accaparer les meilleures terres agricoles au détriment des clans kanak20, dans le but d’y installer des bagnards. Les grands centres de Bourail (1867), de La Foa (1870), de Pouembout (1883), pour ne nommer que les principaux, ont été fondés en lien avec le potentiel agricole des plaines et vallées attenantes. La deuxième dynamique d’installation a été associée à des considérations d’ordre plus économique : production de bois dans la baie de Prony à l’extrême sud de la Grande Terre, camps miniers liés aux « contrats de chair humaine21 » dans les centres d’exploitation du Grand Nord calédonien (mines Pilou et Balade) aussi bien que sur la côte Est (mines de Thio et de Kouaoua), pénitenciers agricoles de formation comme à Fonwary, camps itinérants le long de la côte Ouest pour la réalisation de routes, etc. La dernière raison justifiant les installations de l’administration pénitentiaire en des points clés de l’archipel découlait directement de la politique d’enfermement : au pénitencier central de l’île Nou et dans ses annexes à Ducos, à l’île des Pins pour les déportés de la Commune et d’Algérie avant leur remplacement par des relégués, au camp Brun pour les « incorrigibles » de la quatrième classe de la transportation, et dans différents camps disciplinaires dispersés à travers l’archipel, comme à Canala sur la côte est22.

  • 23 BARBANÇON Louis-José, Le Pays du Non-Dit. Regards sur la Nouvelle-Calédonie, Nouméa, édité à compte (...)

11Après l’arrivée du dernier convoi, en février 1897, la fin de l’épopée du bagne calédonien prit encore trente-quatre ans, soit autant que la période des convois. Cela commença dès 1913, par la liquidation des bâtiments et avoirs de l’île des Pins pour se terminer, en 1931, par l’officialisation de la désaffection de la Nouvelle-Calédonie comme terre de bagne. En soixante-sept ans d’histoire, l’expérience pénitentiaire a fait émerger un colonat de milliers de petits fermiers et éleveurs tout le long de la côte Ouest de la Grande Terre, portant la marque infamante de leur origine bagnarde, dans une société coloniale inégalitaire dominée par les colons libres et des agents administratifs métropolitains. Afin d’effacer cette tare, s’est mis en place un processus d’oubli et d’absence de transmission, de « non-dit » comme l’a exprimé Louis-José Barbançon23. Les bâtiments associés au bagne et les pénitenciers ont servi de carrières de matériaux de construction, quand ils n’ont pas été volontairement détruits, comme ce fut le cas du bâtiment cellulaire du dépôt central de l’île Nou en 1939. Le nom même de l’île « Nou » fut officiellement changé en « Nouville » en 1928, car « des raisons d’ordre moral exigent que les établissements destinés à la population libre ne conservent pas les appellations des anciens pénitenciers ». Les murs de l’ancien pénitencier agricole de Fonwary ont servi de cibles d’entraînement pour les militaires américains durant la Seconde Guerre mondiale. Les dortoirs du dépôt central étaient rasés quand se sont installés les Américains en 1942, avant que ne soient construits au même emplacement des ateliers pour l’école de formation. À la fin des années 1960, le processus d’oubli était tellement bien accompli que certains reportages sur le passé calédonien ne mentionnaient même plus l’existence d’un bagne.

  • 24 Cette collection, conservée aux archives de la Nouvelle-Calédonie, regroupe un ensemble de document (...)

12Il a fallu la montée de la revendication culturelle et politique kanak au cours des années 1970 et la guerre civile des années 1980 (les « événements »), pour qu’un intérêt pour ce passé colonial se développe dans la société non autochtone. Ceci s’est traduit par la création d’associations culturelles qui ont, pour certaines, commencé à restaurer des vestiges historiques alors que d’autres s’attelaient à acquérir des archives, comme la « collection Amsterdam24 ». Un centre d’interprétation du bagne est aujourd’hui installé dans la caserne reconstruite du fort de Téremba, le village de Prony valorise son passé bagnard et minier, un circuit culturel du bagne a été mis en place à travers l’île Nou, à l’île des Pins, à Bourail, à Téremba, ainsi qu’à Prony et à Port Boisé dans l’extrême sud de la grande île, grâce à des panneaux d’information. Dans le nord de la Grande Terre, des aménagements sommaires de visite ont été installés sur différents sites miniers exploités durant la période du bagne.

13La protection du patrimoine culturel est en Nouvelle-Calédonie une compétence provinciale. Aucune liste exhaustive regroupant l’ensemble des sites en lien avec l’histoire du bagne calédonien n’a pour le moment été dressée. La Province Sud, où se trouve Nouméa et où se concentre la majorité de la population non kanak de l’archipel, a entamé dès les années 1990 une politique de classement des bâtiments historiques. À ce jour, un total de vingt-sept sites associés au bagne a été classé au titre des monuments historiques ou inscrit à l’Inventaire supplémentaire par cette Province. La Province Nord a, de son côté, classé sur sa liste trois sites de la période pénitentiaire [Fig. 2].

Figure 2

Figure 2

Sites pénitentiaires de Nouvelle-Calédonie : a) Carte des sites pénitentiaires de Nouvelle-Calédonie. Les symboles utilisés sont les mêmes que pour la figure 1. Heuret, Arnauld, 2020 ; b) La maison du commandant du pénitencier central de l’île Nou (CREIPAC). Photographie Sand Christophe, 2011 ; c) La boulangerie restaurée du bagne de l’île Nou, avec au premier plan les dallages d’anciens bâtiments d’habitation mis au jour par les fouilles de l’IANCP. Photographie Sand Christophe, 2012 ; d) Vue générale de l’enceinte fortifiée du pénitencier de Téremba, renfermant le bâtiment central et le bloc cellulaire. Photographie Sand Christophe, 2011.

© Arnauld Heuret / © Christophe Sand

Un réseau d’acteurs au service d’un patrimoine exceptionnel

  • 25 Linda Amiri, maître de conférences en histoire à l’université de Guyane, et Kristen Sarge, directeu (...)

14La valorisation de ce patrimoine exceptionnel bénéficie du soutien d’un réseau d’acteurs très impliqués et d’un niveau de protection élevé en Guyane. Il est constitué tout à la fois des acteurs institutionnels qui œuvrent à la sauvegarde et à la conservation du patrimoine pénitentiaire, notamment la direction des Affaires culturelles, le Conservatoire du littoral, le Centre spatial guyanais, la collectivité territoriale de Guyane (CTG), l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), l’université de Guyane25, le RSMA, l’association « Meki Wi Libi Na Wan », l’Association pour gérer l’architecture et le musée des Îles du Salut (AGAMIS), le ministère de la Justice (direction de l’Administration pénitentiaire) ainsi que les municipalités de Cayenne, Saint-Laurent-du-Maroni, Iracoubo, Awala-Yalimapo et Montsinery-Tonnegrande.

15Il n’existe pas pour l’archipel calédonien un réseau coordonné organisant les acteurs intervenant dans la mise en valeur des vestiges du passé. Certaines associations sont centrales dans la défense du patrimoine du bagne. La plus en pointe reste l’association « Témoignage d’un passé » dont le projet est centré sur la valorisation du site historique de l’ancien dépôt de l’île Nou et qui est en particulier chargée de structurer le projet de « musée du Bagne » au sein de la Boulangerie du bagne. L’association du « Village de Prony » continue à entretenir et à restaurer les vestiges de l’ancien village bagnard. L’association « Marguerite » a la charge, avec le soutien de la Province Sud, de l’entretien et de la mise en valeur du fort de Téremba et organise pour les publics scolaires des classes patrimoine. « L’association pour la sauvegarde du patrimoine minier et historique du Nord Calédonien » s’est donné entre autres pour mission la protection des vestiges du bagne du Grand Nord calédonien. Différents spécialistes privés de la restauration du bâti, travaillant comme patentés, effectuent pour le compte des collectivités la stabilisation ou la reconstruction de bâtiments anciens.

16Les fonds permettant à toutes ces structures et individus de fonctionner proviennent avant tout de subventions délivrées par les institutions provinciales et le gouvernement calédonien, avec un soutien ponctuel de l’État français à travers la Mission aux affaires culturelles. Chaque direction provinciale de la Culture ainsi que la direction chargée de la culture pour le gouvernement calédonien comportent une section administrative dédiée au patrimoine et interviennent avant tout à un niveau financier ou dans le cadre de projets ponctuels. Seules les mairies de Nouméa et de Bourail, à travers en particulier leur « musée de la ville », contribuent de façon visible à la production de connaissances sur l’histoire du bagne.

  • 26 BOURGEOT Bérengère & CAPRAIS GILLES (dir.), Le Bagne en héritage. Destins de familles issues de la (...)

17L’implantation d’une colonie pénitentiaire en Nouvelle-Calédonie a engendré la formation d’un groupe d’origine occidentale sur cet archipel mélanésien. Beaucoup de « caldoches », souvent métissés, sont issus de familles de « chapeaux de paille » installées par l’administration pénitentiaire sur des lots agricoles de la Grande Terre26. Ce processus a signifié pour le peuple kanak l’accaparement des meilleures terres agricoles de l’archipel et l’enfermement des familles dans des réserves tribales. Mais le bagne a fonctionné également grâce à l’utilisation de Kanak comme auxiliaires de surveillance et « police indigène ». Enfin, il doit être rappelé que plus d’une centaine de Kanak ont été condamnés aux travaux forcés. Le bagne est donc une partie intégrante de l’histoire kanak, mais également de celle des descendants de la main-d’œuvre d’origine asiatique, car leur présence en Nouvelle-Calédonie a été justifiée par la fin des convois. La « double légitimité historique » qui déchire la société calédonienne depuis un demi-siècle trouve son origine historique avant tout dans le projet du bagne français aux antipodes. Ainsi, toute démarche de classement des bagnes calédoniens ne pourra être envisagée que si elle prend en compte, au-delà des descendants directs des bagnards, ces relations historiques croisées et douloureuses entre gens de différentes origines qui continuent à porter collectivement les séquelles de l’expérience pénitentiaire.

18Il existe également de nombreuses autres institutions qui œuvrent à la valorisation et à la sauvegarde du patrimoine des bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie. Ce sont en premier lieu les Archives nationales d’outre-mer (ANOM, Aix-en-Provence) qui conservent au sein de la série H (Affaires indigènes) l’ensemble des fonds produits par les administrations pénitentiaires coloniales de Guyane et de Nouvelle-Calédonie27. Les ANOM ont par exemple mis en ligne l’intégralité des dossiers individuels des forçats28 ainsi que des dossiers thématiques consacrés au bagne et à sa riche iconographie29. Il existe également d’autres centres d’archives, comme les archives territoriales de Guyane, les archives communales de Saint-Laurent-du-Maroni, les archives de la Nouvelle-Calédonie et la base de données Manioc30. La richesse de ces ressources a permis de stimuler de nombreuses recherches universitaires portant sur l’histoire des bagnes coloniaux ces dernières années31. Les bagnards ont également produit un grand nombre d’objets artistiques ou usuels dont beaucoup sont conservés au CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni, au musée départemental Alexandre-Franconie, au musée des Cultures guyanaises, au musée de Nouvelle-Calédonie, au musée des Beaux-Arts de Chartres, au musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem ; Marseille), au musée Ernest Cognacq de Saint-Martin-de-Ré, au musée des Troupes de marine de Fréjus, à l’École nationale d’administration pénitentiaire (ENAP) et au musée Balaguier de La Seyne-sur-Mer. Enfin, le musée d’Histoire de la justice de Criminocorpus, dont l’édition en ligne est assurée par l’équipe du Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice (CLAMOR, UMS CNRS 3726), propose un accès gratuit à de nombreux contenus de référence sur l’histoire des bagnes coloniaux de Guyane et de Nouvelle-Calédonie. Sont accessibles notamment des expositions virtuelles de pénitenciers32, des collections particulières33 ainsi que des sources pour comprendre l’histoire du patrimoine pénitentiaire comme les notices sur la relégation, la déportation et la transportation en Guyane et en Nouvelle-Calédonie34. Ce réseau d’acteurs, constitué d’historiens, de conservateurs, d’archéologues, d’associations, etc. permettra de réunir des experts pour constituer une équipe responsable de la proposition d’inscription à la Liste du patrimoine mondial et de disposer des ressources nécessaires pour rédiger la déclaration d’authenticité des sites.

Conclusion

19Les modèles britannique et français de colonisation pénitentiaire participent d’une même dynamique historique et ont entraîné des flux de migration forcée aux confins des deux principaux empires coloniaux aux xixe et xxsiècles. Du fait de ce passé commun et des importants efforts réalisés par la Guyane et la Nouvelle-Calédonie pour assurer la sauvegarde et la mise en valeur de leur patrimoine carcéral, il nous apparaît nécessaire de parachever ce processus en établissant une proposition d’inscription de bien en série des sites pénitentiaires de Guyane et de Nouvelle-Calédonie sur la Liste du patrimoine mondial. Au regard des conditions fixées par les Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial35, ces sites constituent, à l’instar des sites australiens, « un exemple éminent et à grande échelle de la migration forcée de condamnés, par leur envoi au bagne dans les colonies lointaines de l’empire » français et répondent en tout point au critère IV36 pour l’évaluation de la valeur universelle exceptionnelle. Ils répondent en outre aux conditions d’authenticité et d’intégrité fixées par l’Unesco et disposent de plans de protection et de gestion efficaces. En portant ce projet, la France mettrait en valeur le riche patrimoine de ses territoires ultramarins mais cette initiative s’inscrirait également dans la continuité de l’inscription à la Liste du patrimoine mondial des Fortifications de Vauban37. Car la citadelle et l’enceinte de Saint-Martin-de-Ré ont constitué de 1874 à 1938 le point de départ des forçats vers les bagnes coloniaux de Guyane et de Nouvelle-Calédonie. Bien que le chemin à parcourir soit encore très long pour parvenir à ce résultat, ce classement permettrait aussi de modifier en Guyane et en Nouvelle-Calédonie le rapport entretenu dans les mémoires collectives locales à ce patrimoine qui porte en lui les stigmates d’une histoire douloureuse marquée par la honte. L’objectif étant de transformer le bagne en une ressource au service des populations que nous souhaiterions étroitement associer à cette proposition d’inscription. Car pour pouvoir léguer ces biens aux générations futures, encore faut-il les former aux différents métiers en lien avec la conservation, l’enseignement et l’offre touristique. Autant de structures qu’il faudra créer ou dynamiser sur ces deux territoires pour pouvoir répondre aux exigences qu’engendrera ce classement. Il permettra également de créer des emplois et de générer de nombreuses retombées économiques, à l’instar du site de l’ancien pénitencier de Port Arthur qui, bien que très enclavé, constitue aujourd’hui le site touristique le plus fréquenté de Tasmanie38. Ainsi, après avoir subi la présence du bagne colonial sur leur territoire et souffert de la réputation désastreuse dont il les a frappés, il est grand temps de transformer ces vestiges en Guyane et en Nouvelle-Calédonie en véritables « merveilles » afin que les Guyanais et les Néo-Calédoniens puissent se réconcilier tout à la fois avec leur patrimoine et la difficile mémoire à laquelle il les relie.

Haut de page

Notes

1 Daniel Gimenez, Arnauld Heuret et Jean-Lucien Sanchez remercient Lydie Joanny, chargée de protection des monuments historiques - documentaliste à la direction Culture, Jeunesse et Sports de Guyane pour sa relecture de cet article.

2 Christophe Sand remercie Emmanuelle Eriale, directrice du site historique de l’île Nou (association « Témoignage d’un passé »), pour ses corrections et suggestions apportées à une première version de cet article.

3 VIMONT Jean-Claude, « Patrimoine carcéral des prisons françaises », (sommaire), Criminocorpus. Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines, 2012 cité in RENNEVILLE Marc, VICTORIEN Sophie & SANCHEZ Jean-Lucien, « Le patrimoine pénitentiaire dans le musée d’Histoire de la justice de Criminocorpus (2007-2017) », Déviance et Société, 2018, volume 42, p. 619-642, disponible en ligne https://www.cairn.info/revue-deviance-et-societe-2018-4-page-619.htm [lien valide en juin 2022]

4 MADRANGES Étienne, Prisons. Patrimoine de France, Paris, Lexis Nexis, 2013 ; GAUME Pierre, SANCHEZ Jean-Lucien & VICTORIEN Sophie (dir.), « Patrimoine et architecture carcérale », Histoire pénitentiaire in Criminocorpus. Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines, volume 11, 2016, [en ligne] http://criminocorpus.hypotheses.org/18809 [lien valide en juin 2022] ; HODGKINSON Sarah, PICHÉ Justin, WALBY Kevin & WILSON Jacqueline Z. (dir.), The Palgrave Handbook of Prison Tourism, Londres, Palgrave Macmillan, 2017 ; RICORDEAU Gwenola & BUGNON Fanny (dir.), « Système pénal et patrimonialisation : entre lieux de mémoire et tourisme carcéral », Déviance et Société, Médecine & Hygiène éditions, volume 42, 2018, disponible en ligne https://www.cairn.info/revue-deviance-et-societe-2018-4.htm [lien valide en juin 2022] ; « Le Patrimoine de l’enfermement », Monumental, Éditions du patrimoine, no 2, 2018.

5 FAURE Sonya, « Les prisons font aussi partie de notre patrimoine », Libération, 18 septembre 2014, disponible en ligne https://www.liberation.fr/societe/2014/09/18/les-prisons-font-aussi-partie-de-notre-patrimoine_1103194 [lien valide en juin 2022].

6 http://convictvoyages.org/ [lien valide en juin 2022].

7 https://whc.unesco.org/fr/list/1306/ [lien valide en juin 2022].

8 FORSTER Colin, France and Botany Bay: The Lure of a penal colony, Melbourne, Melbourne University Press, 1996.

9 Rapport du Miral, 4 mai 1853 in DUVERGIER Jean-Baptiste, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d’État, Paris, Imprimerie de Pommeret et Moreau, 1854, tome 54, p. 271, disponible en ligne https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5492370r [lien valide en juin 2022].

10 En vertu des lois du 30 mai 1854 sur l’exécution des travaux forcés, du 27 mai 1885 sur la relégation des récidivistes et du 8 juin 1851 sur la déportation.

11 Sur l’histoire des bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie, voir DONET-VINCENT Danielle, De soleil et de silences. Histoire des bagnes de Guyane, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2003 et BARBANÇON Louis-José, L’Archipel des forçats. Histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie (1863-1931), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2003, disponible en ligne https://books.openedition.org/septentrion/54776?lang=fr [lien valide en juin 2022].

12 HEURET Arnauld, Les Camps annexes de la colonie pénitentiaire du Maroni, Saint-Laurent-du-Maroni, Service patrimoine de la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, 2019.

13 GIMENEZ Daniel, « Expérience d’immigration à Saint-Jean-du-Maroni (Guyane, 1949-1960) - Le BIPIG », mémoire de 1re année de master d’histoire, université Paris Nanterre, 2018 ; GIMENEZ Daniel, « Des personnes déplacées en Guyane, une expérience originale d’immigration. Le Bureau pour l’Installation des Personnes immigrées en Guyane (BIPIG) – 1949-1960 », mémoire de 2e année de master d’histoire, université Paris Nanterre, 2019.

14 BORTOLUSSI Pierre, « Les Travaux de restauration », « Le Patrimoine de l’enfermement », Monumental, Éditions du patrimoine, no 2, 2018, p. 68.

15 BOURDEAU Marie, « Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine », « Le Patrimoine de l’enfermement », Monumental, Éditions du patrimoine, no 2, 2018, p. 71.

16 BOURDEAU Marie & PIERRE Michel, « Saint-Laurent-du-Maroni. De la préservation d’une mémoire à sa mise en valeur », Histoire pénitentiaire, volume 11, 2016, [en ligne] https://criminocorpus.hypotheses.org/18879 [lien valide en juin 2022].

17 QUÉZÉDÉ Lucile (association AGAMIS), « Le bagne des Îles du Salut (Royale, Saint-Joseph, Diable) », texte de présentation de l’exposition éponyme organisée au musée Criminocorpus, le 18 mars 2016, disponible en ligne https://criminocorpus.org/fr/ref/25/18042/ [lien valide en juin 2022].

18 MACÉ de LÉPINAY François, L’Église d’Iracoubo et son décor peint, Cayenne, AIMARA, coll. « Itinéraires du patrimoine », 2004.

19 SANCHEZ Jean-Lucien, Bâtir Saint-Jean-du-Maroni. La construction du pénitencier de Saint-Jean-du-Maroni, Guyane française, 1887-1943, Saint-Laurent-du-Maroni, Service patrimoine de la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, 2013, disponible en ligne https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00863109/document [lien valide en juin 2022].

20 Ces spoliations foncières ont entraîné un certain nombre de soulèvements kanak, culminant en 1878 par la révolte dite d’Ataï dans le centre de la Grande Terre qui a durant plus de sept mois ensanglanté la colonie.

21 BARBANÇON Louis-José, « La “Nouvelle” : le bagne des antipodes », L’Histoire, no 64, septembre 2014, p. 36, source via https://www.lhistoire.fr/la-%C2%AB-nouvelle-%C2%BB-le-bagne-des-antipodes [lien valide en juin 2022].

22 SAUSSOL Alain, « Les étapes de la colonisation terrienne », pl. 22 in SAUTTER Gilles (dir.), Atlas de la Nouvelle-Calédonie et dépendances, Paris, ORSTOM, 1981, disponible en ligne https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers16-08/010023259.pdf [lien valide en juin 2022] ; BARBANÇON Louis-José, Le Mémorial du bagne calédonien. Entre les chaînes et la terre, Pape'ete, Au Vent des Iles, coll. « Beaux livres », 2020.

23 BARBANÇON Louis-José, Le Pays du Non-Dit. Regards sur la Nouvelle-Calédonie, Nouméa, édité à compte d’auteur, 1992.

24 Cette collection, conservée aux archives de la Nouvelle-Calédonie, regroupe un ensemble de documents et d’archives sur la Commune et la déportation.

25 Linda Amiri, maître de conférences en histoire à l’université de Guyane, et Kristen Sarge, directeur Musée et Patrimoine de la CTG, sont responsables depuis 2019 du séminaire de recherche « Histoire et Patrimoine pénitentiaire de Guyane » à l’université de Guyane.

26 BOURGEOT Bérengère & CAPRAIS GILLES (dir.), Le Bagne en héritage. Destins de familles issues de la colonisation pénale, Nouméa, Les Nouvelles calédoniennes, 2017.

27 ARCHIVES NATIONALES D’OUTRE-MER, « Les Archives des bagnes » in « Les Bagnes coloniaux. Instruments de recherche », Criminocorpus, 2008, [en ligne], http://journals.openedition.org/criminocorpus/144 [lien valide en juin 2022].

28 Base de données des dossiers individuels des condamnés au bagne. Voir http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/bagnards_dossiers_individuels/ [lien valide en juin 2022].

29 « Nouveaux témoignages sur le bagne », voir http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anom/fr/Action-culturelle/Dossiers-du-mois/1506-Temoignages-sur-le-bagne/index.html [lien valide en juin 2022].

30 « Bibliothèque numérique Caraïbe, Amazonie, Plateau des Guyanes », voir http://www.manioc.org/ [lien valide en juin 2022]. Il existe également de nombreux centres d’archives religieuses : Congrégation du Saint-Esprit, Jésuites en France, Sœurs de Saint-Joseph-de-Cluny, Armée du Salut et Sœurs de Saint-Paul de Chartres.

31 COQUET Marine, « La Ville et le bagne : histoire d’une commune pénitentiaire en terre coloniale, Saint-Laurent du Maroni, Guyane, 1857-1949 », thèse d’histoire, Paris, EHESS, 2016 ; FABRE Antoine, « Quantification comptable et gouvernement à distance : le cas des bagnes de Guyane (1859-1873) », thèse de sciences de gestion, Paris, université de Paris Sciences et Lettres, 2019 ; ainsi que la thèse actuellement en préparation de TRACOL Samuel, « Administrer le crime. Les techniciens de la discipline carcérale et coloniale au bagne des Îles du Salut, Guyane française, 1854-1947 », thèse d’histoire, Paris, Sorbonne Université.

32 Voir la catégorie « Expositions » du musée Criminocorpus via https://criminocorpus.org/fr/ref/25/17247/ [lien valide en juin 2022].

33 Voir la catégorie « Bibliothèque » du musée Criminocorpus via https://criminocorpus.org/fr/ref/25/16949/ [lien valide en juin 2022].

34 Voir « Archives du bagne » (ANOM) du musée Criminocorpus via https://criminocorpus.org/fr/ref/118/23/ [lien valide en juin 2022].

35 https://whc.unesco.org/fr/orientations/ [lien valide en juin 2022].

36 « Le bien doit offrir un exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une période ou des périodes significative(s) de l’histoire humaine. »

37 https://whc.unesco.org/fr/list/1283 [lien valide en juin 2022].

38 http://www.tvsanalyser.com.au/ [lien valide en juin 2022].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Sites pénitentiaires de Guyane : a) Carte des sites pénitentiaires de Guyane. Les anciens camps sont représentés par des ronds rouges. Le triangle rouge clair délimite le territoire pénitentiaire du Maroni. Lorsque, sur un site donné, des bâtiments ont fait l’objet d’une protection au titre des Monuments historiques (classement ou inscription), le nombre de bâtiments concernés est donné entre parenthèses et les bâtiments sont listés en italique. Heuret Arnauld, 2020 ; b) Le camp de la transportation de Saint-Laurent-du-Maroni : l’atelier anthropométrique, la cuisine et la chapelle. Photographie : Sanchez Jean-Lucien, 2014 ; c) Les décors peints par le forçat Huguet à l’intérieur de l’Église Saint-Joseph, à Iracoubo. Aucun camp pénitentiaire n’ayant jamais été installé dans cette dernière commune, elle a ainsi été différenciée des autres sites (rond vert). Photographie : Sanchez, Jean-Lucien, 2014 ; d) Les Iles du Salut : le bain des bagnards, à l’Ile Royale, face à l’Ile du Diable. Photographie : Heuret, Arnauld, 2019.
Crédits © Jean-Lucien Sanchez / © Arnauld Heuret
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 2
Légende Sites pénitentiaires de Nouvelle-Calédonie : a) Carte des sites pénitentiaires de Nouvelle-Calédonie. Les symboles utilisés sont les mêmes que pour la figure 1. Heuret, Arnauld, 2020 ; b) La maison du commandant du pénitencier central de l’île Nou (CREIPAC). Photographie Sand Christophe, 2011 ; c) La boulangerie restaurée du bagne de l’île Nou, avec au premier plan les dallages d’anciens bâtiments d’habitation mis au jour par les fouilles de l’IANCP. Photographie Sand Christophe, 2012 ; d) Vue générale de l’enceinte fortifiée du pénitencier de Téremba, renfermant le bâtiment central et le bloc cellulaire. Photographie Sand Christophe, 2011.
Crédits © Arnauld Heuret / © Christophe Sand
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36185/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnauld Heuret, Daniel Gimenez, Jean-Lucien Sanchez et Christophe Sand, « Pour une inscription des bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie à la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco »In Situ [En ligne], 48 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 07 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/36185 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.36185

Haut de page

Auteurs

Arnauld Heuret

MCF en géologie à l’université de la Guyane. Spécialiste de l’histoire et du patrimoine pénitentiaire de la Guyane.

arnauld.heuret@univ-guyane.fr

Daniel Gimenez

Secrétaire de l'association « Meki Wi Libi Na Wan » qui œuvre pour faire connaître l'histoire de la relégation en Guyane et pour la sauvegarde du patrimoine pénitentiaire de Saint-Jean-du-Maroni. Spécialiste de l’histoire et du patrimoine pénitentiaire de la Guyane.

gimenez.daniel@hotmail.fr

Jean-Lucien Sanchez

Chargé d’études en histoire à la direction de l’Administration pénitentiaire et membre correspondant du Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice (CLAMOR). Spécialiste de l’histoire et du patrimoine pénitentiaire de la Guyane.

jean-lucien.sanchez@justice.gouv.fr

Christophe Sand

Archéologue et président d’ICOMOS Pasifika, branche régionale de l’instance internationale du patrimoine culturel liée à l’Unesco. Spécialiste de l’histoire et du patrimoine pénitentiaire de la Nouvelle-Calédonie.

christophe.sand@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search