Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48La valorisation du patrimoine jud...L’Ancien Tribunal de Mamoudzou, u...

La valorisation du patrimoine judiciaire et ses enjeux

L’Ancien Tribunal de Mamoudzou, un témoin de l’architecture du xxe siècle à Mayotte

The Old Courthouse of Mamoudzou, a witness to the 20th century architecture in Mayotte
Violaine Bressand

Résumés

Lorsque Mayotte est cédée à la France en 1841, un vaste chantier de construction s’opère et l’île se dote d’un centre administratif et d’habitations pour les fonctionnaires et colons.

L’étude des bâtiments dits de l’ancien Tribunal (construit en 1955) permet non seulement d’appréhender l’organisation de la justice à Mayotte depuis la seconde moitié du xixe siècle, mais également de suivre l’implantation de l’administration française sur l’île, de Dzaoudzi (Petite Terre) à Mamoudzou (Grande Terre).

Bien que cet ensemble architectural ne soit plus affecté à sa fonction juridique initiale, l’ancien Tribunal de Mamoudzou conserve une certaine monumentalité sur le front de mer. Il demeure un témoin de l’introduction de modèles-types pour les bâtiments administratifs de la seconde moitié du xxe siècle. Entre conservation du patrimoine bâti et désir de modernité, la réhabilitation et l’appropriation d’un site récemment inscrit au titre des monuments historiques posent les bases d’une réflexion indispensable à Mayotte.

Haut de page

Texte intégral

1Au cœur de Mamoudzou, chef-lieu du département de Mayotte [fig. 1], la rue Mahabou réserve quelques particularités architecturales au passant attentif. Juchée sur un promontoire, l’extrémité de cette rue du quartier de M’gombani offre un point de vue sur le lagon, la pointe Mahabou et Petite Terre, l’île faisant face à Grande Terre.

Figure 1

Figure 1

Carte de localisation de Mamoudzou et Dzaoudzi, Mayotte, 2019.

© IGN.

2Plusieurs édifices se démarquent parmi une architecture contemporaine, principalement constituée de logements et petits commerces [fig. 2]. La façade de l’actuel bâtiment de la police municipale [fig. 3], bien que dissimulée derrière une clôture maçonnée et grillagée, fait écho à deux bâtiments jumeaux situés à quelques centaines de mètres.

Figure 2

Figure 2

La rue Mahabou, depuis l’ancien Tribunal, dans le sens est / ouest, Mamoudzou (Mayotte), 2019. Au premier plan à gauche, le bâtiment ouest de l’ensemble de l’ancien Tribunal.

© Anaëlle Kischenama / Agence Gatier.

Figure 3

Figure 3

Bâtiment de la police municipale, rue Mahabou, à Mamoudzou (Mayotte), 2019.

© Anaëlle Kischenama / Agence Gatier.

3Ceux-ci, dégagés des autres constructions, affirment une certaine monumentalité, peu commune sur l’île. Cet ensemble administratif, témoin du patrimoine de la justice à Mayotte, est connu sous l’appellation d’« ancien Tribunal de Mamoudzou » [fig. 4 et fig. 5].

Figure 4

Figure 4

Front de mer avec le tribunal de la rue Mahabou à Mamoudzou (Mayotte). Considérant l’état des bâtiments, la photo semble avoir été prise dans les années 2000, probablement après le cyclone de 2005. Photo extraite d’un document de la collection DAC Mayotte.

© Photographe inconnu / reproduction DAC Mayotte.

Figure 5

Figure 5

Les bâtiments jumeaux de l’ancien Tribunal, depuis la rue Mahabou, dans le sens ouest / est, Mamoudzou (Mayotte), 2019. Au premier plan, le bâtiment ouest et au second plan, le bâtiment est, actuel bâtiment de l’ANRU.

© Anaëlle Kischenama / Agence Gatier.

  • 1 L’auteur tient à remercier chaleureusement Florence Gendrier, Arnauld Martin, Étienne Bergdolt, Mat (...)

4Illustration de l’introduction de modèles-types pour les bâtiments administratifs de la seconde moitié du xxe siècle, ce groupe architectural permet de relater la lente installation d’un tribunal sur Grande Terre. Entre conservation du patrimoine bâti et désir de modernité, la réhabilitation et l’appropriation d’un site récemment inscrit au titre des monuments historiques posent les bases d’une réflexion incontournable à Mayotte1.

Récit de l’installation judiciaire à Mamoudzou (1841-2011)

5La présence d’un tribunal à Mamoudzou, évidente aujourd’hui, est le résultat d’un long processus d’implantation de l’administration et du pouvoir français sur Grande Terre.

  • 2 Nous renvoyons au dossier pédagogique très complet réalisé par BOISSEL Patrick & SERVICE ÉDUCATIF D (...)
  • 3 GATIER Pierre-Antoine (agence), Mayotte, Mamoudzou, ancien Tribunal, étude historique et documentai (...)

6L’histoire de la justice et de son organisation à Mayotte a déjà fait l’objet d’études2. Il s’agit ici de replacer les bâtiments de l’ancien Tribunal dans leur contexte3.

  • 4 BLANCHY Sophie & MOATTY Yves, « Le droit local à Mayotte : une imposture ? », Droit et Société, 201 (...)
  • 5 GEVREY Alfred, Essai sur les Comores, Pondichéry, 1870, p. 233-234 et p. 283-285, disponible en lig (...)
  • 6 Voir le rapport d’information no 115 (2008-2009) de HYEST Jean-Jacques, ANDRÉ Michèle, COINTAT Chri (...)

7Il convient de préciser que la justice locale et musulmane, via le système des cadis, a longtemps cohabité avec la justice française4. La justice cadiale s’est mise en place vraisemblablement avec l’arrivée de l’islam (xi-xiie siècles) dans l’archipel des Comores et surtout au moment de l’influence shirazienne (xiv-xvisiècles). Le cadi exerce le rôle de juge, de médiateur, et règle les problèmes de la vie sociale et familiale. Ses décisions sont fondées sur le droit musulman ainsi que des règles coutumières locales. Peu de renseignements sont parvenus quant à l’organisation de cette justice à Mayotte avant le xixe siècle5 et il faut attendre les années 1930 pour que les autorités françaises précisent et reconnaissent l’existence des tribunaux des cadis6.

De Dzaoudzi à Mamoudzou

8Le territoire de Mayotte se compose d’une grande île de 363 km² – Grande Terre – et d’une trentaine de petites îles. La plus importante – Petite Terre – atteint les 11 km², et est reliée par une digue artificielle (le boulevard des Crabes) au Rocher de Dzaoudzi, piton rocheux d’environ 0,15 km².

  • 7 Traité du 25 avril 1841, portant cession de Mayotte à la France, ratifié par le roi le 10 février 1 (...)

9Depuis le début du xixe siècle, Dzaoudzi est le siège du pouvoir des sultans. La topographie et les dimensions du Rocher en font un lieu plus facile à défendre, notamment des rivaux et voisins malgaches, anjouanais puis mohéliens. Petite Terre concentre l’essentiel de la population mahoraise estimée à l’époque à 3 000 habitants. Le 25 avril 1841, le traité de cession de la souveraineté de Mayotte conclu entre le sultan Andrianstouly et le commandant Pierre Passot7 amorce l’installation française sur l’île, ou plutôt « les îles ».

  • 8 Croquis présentant la disposition des constructions élevées sur l’Ilôt de Zaoudzi, à la date du 20  (...)

10Ainsi, dès 1841, plusieurs projets sont envisagés sur Dzaoudzi, avant même la ratification du traité de 1843 et la prise de possession officielle, le 13 juin de cette même année. Il s’agit dès lors de faire du Rocher le centre administratif, à l’endroit même où les sultans se sont succédé. Pour ce faire, des fonctionnaires, des officiers de l’île Bourbon (La Réunion) et des militaires débarquent. À cette époque, les constructions mahoraises sont principalement réalisées en matériaux naturels tels que le bambou, le raphia, le torchis, les feuilles de coco pour la toiture... L’architecture en dur s’avère davantage réservée aux fortifications et aux mosquées. Les Français s’installent alors dans des cases achetées ou louées à la population. Des constructions en dur apparaissent, notamment pour abriter l’hôtel du gouvernement provisoire, et des maisons-modèles sont commandées dès 1846. À en croire le Croquis présentant la disposition des constructions élevées sur l’Ilot de Zaoudzi, à la date du 20 novembre 18518, le premier tribunal de Mayotte, construit dès les premières années de la colonisation, se trouvait au nord-ouest du Rocher.

  • 9 ROUX J., Mémoire sur le projet d’établissement commercial à Choa, 20 juillet 1844 (ANOM, 21DFC/90_1 (...)
  • 10 Correspondance du commandant supérieur Brisset au ministre de la Marine et des Colonies, 1er janvie (...)
  • 11 Exposé de la situation de Mayotte et dépendances au moment de la remise du service du Commandant su (...)

11Néanmoins, le développement de Dzaoudzi rencontre rapidement des obstacles, dus en particulier aux difficultés d’assainissement, de construction et d’entretien des bâtiments. Dès 1844, le capitaine du Génie en chef à Bourbon (La Réunion) projette l’installation d’un établissement commercial sur Grande Terre, à Mamoudzou. Ce dernier considère le « terrain fertile, facile, quoique accidenté d’une façon très pittoresque » qui « réunissait à [ses] yeux, une foule de bonnes conditions9 ». Une résidence secondaire est construite à Mamoudzou en 1854 par le commandant André Brisset10, lui permettant ainsi d’exercer ses fonctions depuis les deux îles et d’amorcer le processus de transfert administratif vers Grande Terre. En 1863, une décision ministérielle approuve la création dudit établissement commercial (projet qui sera de nouveau prorogé), de même que « l’installation [...] de logements pour le Gouvernement et l’Ordonnateur, de bureaux pour une partie de l’administration, d’une caserne de gendarmerie, d’une église et d’un presbytère11 ».

  • 12 GEVREY Alfred, Essai sur les Comores, p. 233-234.
  • 13 Rapport pour le projet de création d’un centre commercial à Mamoutzou, par le capitaine du Génie, c (...)

12Le tribunal de Dzaoudzi est détruit en 1864 par une tempête12. Il n’est pas envisagé de le reconstruire immédiatement car le transfert de l’administration vers Mamoudzou est bien engagé. L’année 1865 ralentit cependant ce dessein, suite au rapport du capitaine du Génie13. Ce dernier préconise la reconstruction progressive des bâtiments, en fonction des moyens financiers disponibles. Par conséquent, seule une salle d’audience est construite à Mamoudzou, probablement en matériaux légers, peu adaptés à la conservation des archives du tribunal.

Un premier tribunal à Mamoudzou (1875)

13La guerre franco-prussienne de 1870-1871 freine les constructions et contraint la colonie de Mayotte à financer elle-même les travaux. Rares sont par conséquent les bâtiments administratifs à avoir été transférés. Il faudra alors attendre l’année 1875 avant qu’un tribunal « en dur » soit érigé sur les hauteurs de Mamoudzou [fig. 6]. Son architecture se caractérise notamment par une toiture à double pente et une varangue à l’étage recouverte de matériaux végétaux [fig. 7].

Figure 6

Figure 6

Le tribunal est visible sur les hauteurs (en rouge) de Momoutzoce (Mayotte). Touring Club de France, après 1890 (début XXe siècle ?), photographie conservée à la Médiathèque du patrimoine et de la photographie (base Mémoire : APTCF00095).

Reproduction RMN-GP.

Figure 7

Figure 7

Le tribunal construit en 1875 à Mamoutzou, Mayotte, 1888-1891. Photographie conservée aux archives nationales d’Outre-Mer (8Fi394/31).

© Pierre Drouhin / reproduction ANOM.

  • 14 BOISSEL Patrick, Droit(s) et justice à Mayotte à l’époque coloniale (1841-1946).

14Suite à la conférence de Berlin en 1885, les îles voisines de Grande Comore, Anjouan, Mohéli et Madagascar deviennent des protectorats. Les trois îles comoriennes passent sous l’autorité du gouverneur, de retour à Dzaoudzi en 1899. On parle de « colonie de Mayotte et dépendances ». Le tribunal est conservé à Mayotte et son ressort étendu aux autres îles de l’archipel à partir de 1904. En 1908, Mayotte (alors colonie) et Grande Comore, Anjouan et Mohéli (sous protectorat) sont rattachées à la « colonie de Madagascar et dépendances ». Cette loi est promulguée en 1912. À partir de 1908, le tribunal de première instance relève de la cour d’appel de Madagascar et ce, jusqu’en 1917. Le décret du 30 août 1917 remplace le tribunal de première instance par une justice de paix à compétence étendue avec un juge unique, et ce, sur les quatre îles de l’archipel14.

Le tribunal de 1955

15L’année 1946 marque plusieurs changements majeurs. La loi du 7 mai confère la citoyenneté à la population locale et les quatre îles deviennent un territoire d’outre-mer. Le décret du 30 avril 1946 supprime la justice pénale spéciale et le régime de l’indigénat. Le tribunal de Mamoudzou perd dès lors de son importance à l’échelle de l’archipel, dans la mesure où des justices de paix à compétence étendue sont mises en place en 1952 à Moroni (Grande Comore) et à Mutsamudu (Anjouan) en 1954.

  • 15 RUEDEL Marcel (dir.), « La situation aux Comores », Les Annales coloniales, organe de la « France c (...)

16Bien que le projet d’un nouveau transfert du tribunal de Mamoudzou à Dzaoudzi ait pu refaire surface en 191015, l’ensemble des bâtiments de l’« ancien Tribunal » est bel et bien construit à Mamoudzou en 1955 [fig. 8]. Le devenir du bâtiment construit en 1875 n’est pas connu. En 1958, le transfert du chef-lieu du « territoire des Comores » de Dzaoudzi à Moroni est acté et devient effectif en 1966. Un tribunal supérieur d’appel pour le territoire des Comores est créé en 1960 et le siège du tribunal de grande instance est déplacé à Moroni.

Figure 8

Figure 8

Les bâtiments du tribunal de Mamoudzou (construits en 1955) en 1969, à Mayotte.

© IGN.

  • 16 BOISSEL Patrick, Droit(s) et justice à Mayotte à l’époque coloniale (1841-1946).

17Suite à plusieurs consultations d’autodétermination, les Comores (Grande Comore, Mohéli, Anjouan) acquièrent leur indépendance en 1975 et Mayotte devient une collectivité territoriale au sein de la République française. Les sièges du tribunal supérieur d’appel, du tribunal de première instance et de la cour criminelle sont transférés à Mamoudzou par un décret du 28 octobre 197716. Si quelques changements en termes d’organisation ont lieu en 1981 et 1992, le remplacement du tribunal de première instance et du tribunal supérieur d’appel par un tribunal de grande instance et une chambre d’appel est inhérent à la départementalisation de Mayotte en 2011. Les bâtiments du tribunal de 1955, victimes d’un cyclone en 2005 (voir infra) ne sont déjà plus utilisés en 2011. Ils ont acquis dès lors l’appellation d’« ancien » tribunal. Le tribunal de grande instance est aujourd’hui situé dans le quartier de Kawéni, sur la commune de Mamoudzou.

Étude architecturale et évolution d’un bâtiment administratif de la seconde moitié du xxe siècle

Organisation générale

18La sobriété de l’architecture de l’ancien Tribunal, rue Mahabou, ne laisse rien transparaître de la longue histoire de l’implantation des lieux de justice à Mamoudzou. Si l’on considère que le tribunal a été édifié en 1955, le projet et les plans ne sont pas documentés par des archives. Néanmoins, plusieurs indices ont permis de confirmer cette datation.

19Le projet de loi de finances outre-mer pour 200617 évoque « la situation matérielle des juridictions de Mamoudzou après le cyclone Ernest » du 20 janvier 2005. On y apprend que le palais de justice, « construit en 1955 », abrite le tribunal supérieur d’appel et le tribunal de première instance de Mamoudzou. Il est composé de trois bâtiments, et a fait l’objet de plusieurs modifications depuis les années 1970. Une nouvelle extension était envisagée mais le projet est abandonné suite au cyclone qui a emporté la toiture du bâtiment ouest.

20En 1955, l’ancien Tribunal est constitué de deux bâtiments principaux aux façades identiques, séparés d’une dizaine de mètres. Trois édicules sont installés en arrière-cour de chaque édifice, occupant une superficie totale au sol d’environ 450 m². Ces dépendances – deux aux extrémités des parcelles actuelles et une troisième centrée sur l’axe de symétrie de la façade – sont visibles sur photographie aérienne [fig. 9]. Elles pourraient avoir été des cellules de détention (entre 12 et 20 m²).

Figure 9

Figure 9

Les bâtiments du tribunal de Mamoudzou (construit en 1955) en 1979, à Mayotte.

© IGN.

21On note plus tard sur le bâtiment ouest, une extension en béton d’environ 60 m² au sud-ouest du corps principal, datant de 200318. En effet, celle-ci n’est pas visible sur les photographies aériennes de 1997 mais apparaît sur les clichés de 2003.

  • 19 GATIER Pierre-Antoine, Mayotte, Mamoudzou, ancien Tribunal, étude historique et documentaire.

22Le troisième bâtiment cité dans la loi de finances pourrait être celui situé à l’ouest des bâtiments jumeaux. Il est aujourd’hui coloré de jaune et de bleu. La fonction de ce petit édifice n’est pas connue. S’il n’a pas spécifiquement été analysé dans l’étude de 201919, les photographies aériennes et sa typologie laissent grandement supposer qu’il était une annexe du palais de justice de 1955.

  • 20 Descriptif de l’étude Rénovation du bâtiment de l’ex-tribunal annexe. Aménagement local annexe. Mai (...)

23Les photographies prises en 2011 [fig. 10] révèlent l’ampleur des dégâts du cyclone Ernest de 2005. Le bâtiment ouest, ainsi que les dépendances, ont bel et bien perdu leur toiture. Si le bâtiment Est semble moins impacté, c’est aussi parce qu’il a fait l’objet de travaux de rénovation en 2008 conduits par la commune de Mamoudzou, afin d’y installer les services de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). L’étude menée par la Société immobilière de Mayotte20 (SIM) a permis de mieux appréhender la toiture du bâtiment ouest et des édicules, probablement similaires à celles de son jumeau (tôle ondulée, fixée sur des charpentes en bois).

Figure 10

Figure 10

Les bâtiments du tribunal de Mamoudzou (construit en 1955) en 2011, à Mayotte. Le bâtiment ouest a perdu sa couverture suite au cyclone Ernest du 20 janvier 2005.

© IGN.

Description architecturale21

  • 21 GATIER Pierre-Antoine, Mayotte, Mamoudzou. ancien Tribunal. Étude historique et documentaire. Rappo (...)

24Intéressons-nous à présent aux deux édifices jumeaux [fig. 11 et fig. 12], et en particulier au bâtiment ouest. Sa façade principale, d’une longueur de 21 m et d’une hauteur de 6 m, arbore une composition horizontale tripartite :

  • un soubassement, dessinant un faux-appareil en moellons, d’une hauteur de 1 m,

  • une colonnade, formant une galerie de quatre travées. Les cinq colonnes en béton présentent des traces de peinture bleue en partie basse et blanche en partie haute, de même que la façade en second plan. Il est intéressant de noter que le rouge a été choisi pour le bâtiment oriental lors des travaux de février 2009 [fig. 13].

  • un attique, couronné d’un acrotère traité en escalier, rythmé par quatre oculi.

Figure 11

Figure 11

Vue de la façade principale nord-est du bâtiment ouest du tribunal de Mamoudzou, 2019.

© Anaëlle Kischenama / Agence Gatier.

Figure 12

Figure 12

Bâtiment est du tribunal de Mamoudzou (1955), actuel bâtiment de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), 2019.

© Anaëlle Kischenama / Agence Gatier.

Figure 13

Figure 13

La façade arrière et l’arrière-cour du bâtiment ouest (côté sud-est) du tribunal de Mamoudzou, 2019.

© Anaëlle Kischenama / Agence Gatier.

25Les angles de l’attique sont habillés d’un chaînage d’encoignure harpé, à l’image de ceux de la façade maçonnée au second plan. Cette dernière est ponctuée de quatre ouvertures. Le bâtiment ouest présente deux portes au droit des travées situées aux extrémités et deux fenêtres pour les travées centrales. Sur le bâtiment est, une fenêtre a été transformée en porte, s’adaptant aux usages de l’édifice (bureaux). Il faut préciser que des éléments de garde-corps métallique subsistent entre les colonnes sur le bâtiment ouest tandis que les ouvertures de son jumeau sont directement accessibles au niveau du sol. Cette particularité s’explique par la topographie du terrain.

26Les façades latérales reprennent une composition similaire, mais seulement bipartite (soubassement et attique), avec un chaînage d’angle également en besace. Une fenêtre rectangulaire centrale est abritée d’une casquette en béton, surmontée d’un oculus.

27C’est en observant la façade arrière du bâtiment ouest [fig. 13] que l’on se rend compte que le corps de l’édifice est en réalité divisé en deux parties. Le mur visible à gauche sur le cliché est celui de l’extension de 2003, construite dans le prolongement de cette séparation. Les éléments architecturaux de la façade encore visible font écho à celle donnant sur rue, avec notamment un soubassement constitué du même faux-appareil. Une terrasse, probablement une varangue, se lit grâce à la présence d’un garde-corps en béton, avec effet de damier ajouré. Un petit perron permet d’accéder à la cour. Quatre ouvertures (deux fenêtres et deux portes) permettaient la circulation de la lumière, de l’air et des personnes dans la cour. La partie occidentale de cette façade (masquée par l’extension) s’organisait quasiment de même (avec trois ouvertures seulement).

Un ouvrage laissé sans créateur

  • 22 GATIER Pierre-Antoine, Mayotte, Mamoudzou. ancien Tribunal. Étude historique et documentaire. Rappo (...)

28L’étude historique et documentaire commandée par la direction des Affaires culturelles et réalisée en 2019 par l’agence Pierre-Antoine Gatier a lancé quelques pistes de réflexion quant à l’architecte, ou les architectes, du tribunal de Mamoudzou. Cet ensemble est sobre dans ses lignes mais se révèle monumental dans un paysage où, il faut l’imaginer, ce type d’édifices était principalement réservé aux bâtiments administratifs. En ce sens, l’architecture peut être considérée « néoclassique » reprenant certaines caractéristiques comme « la colonnade en façade surmontée d’un fronton évoquant les portiques22 ». La galerie sur la façade principale et la varangue en façade arrière traduisent néanmoins une appropriation des habitudes régionales, à la fois de l’habitat vernaculaire et des modèles types importés au xixe siècle, mais aussi des matériaux utilisés localement (béton armé/maçonnerie, tôle).

  • 23 GATIER Pierre-Antoine, Mayotte, Mamoudzou. ancien Tribunal. Étude historique et documentaire. Rappo (...)

29Les références sont également à chercher du côté de Madagascar et des Comores. L’étude cite en effet les tribunaux de Diego Suarez et Majunga (Madagascar), construits à la fin du xixe ou au début du xxe siècle. Le tribunal de Tamatave (Madagascar), que l’on doit à l’architecte Jean Henri Collet de Cantelou (1894-1964) en 1932, apparaît plus monumental et puriste. Une autre piste est à creuser du côté de l’architecte Jean Bossu (1912-1983), élève de Le Corbusier, à l’origine de plusieurs réalisations dans cette zone23 (Madagascar, Comores et La Réunion). La question de la main d’œuvre engagée pour l’édification du tribunal de Mamoudzou se pose également.

30Cette présentation historique et architecturale permet amplement de justifier l’intérêt patrimonial de l’ensemble de l’ancien Tribunal, reconnu comme tel par son inscription au titre des monuments historiques en 201924. Il devient alors intéressant de s’interroger sur la prise en compte, la reconnaissance et l’appropriation de ce patrimoine bâti à Mayotte, témoin plutôt récent de la construction administrative et politique du 101e département français.

Connaissance, conservation et restauration du patrimoine bâti de Mayotte - Réflexions autour de l’ancien Tribunal

31Les éléments abordés ici n’ont pas la prétention d’embrasser la complexe et passionnante question du patrimoine bâti à Mayotte, mais d’avancer, à travers l’exemple de l’ancien Tribunal de Mamoudzou, quelques pistes de réflexion.

Sources et archives

32Si des plans et photographies anciennes de l’installation des premiers tribunaux bâtis de Mayotte au xixe siècle nous sont parvenus, force est de constater que les documents sont extrêmement rares. Cette difficulté a notamment été soulevée par les chargés de l’étude documentaire de 2019.

33En effet, la date de construction de notre édifice a pu être connue grâce au projet de loi de finances de 2006 (voir supra) et les photographies aériennes permettent de situer son édification entre 1949 et 1969 [fig. 14]. Les plans, notes et décisions concernant la construction du tribunal ont forcément existé mais aucune source pertinente ne semble avoir été trouvée, ni aux archives départementales de Mayotte, ni aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM). Des recherches complémentaires seraient à mener aux archives des Comores, et de Madagascar, pour ce sujet, entre autres. La rareté de tels documents peut s’expliquer en particulier par l’histoire, pas si lointaine, de Mayotte et des Comores.

Figure 14

Figure 14

Comparaison de photographies aériennes permettant de dater la construction du tribunal de Mamoudzou entre 1949 et 1969. À gauche, futur emplacement du tribunal de Mamoudzou, en 1949. À gauche, les bâtiments du tribunal de Mamoudzou, en 1969.

© IGN.

34Depuis la cession de Mayotte à la France en 1841, les archives de l’île étaient conservées à Mayotte. Dès 1958, lorsque la capitale des Comores est transférée à Moroni (Grande Comore) (voir supra), les archives sont elles aussi déplacées. Elles sont en partie détruites en 1974, lors de l’indépendance des Comores. Certaines ont pu être transférées en métropole et sont aujourd’hui conservées aux ANOM, à Aix-en -Provence. Des reproductions d’archives sous forme de microfilms et de numérisations ont été réalisées dans les années 1990 ; elles sont déposées et consultables aux archives départementales de Mayotte.

  • 25 Voir le site de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), https://remo (...)

35Par conséquent, les indices sur les modalités de construction sont ténus. Concernant l’évolution architecturale, les photographies aériennes sont une source particulièrement instructive. Elles sont de plus en plus accessibles aujourd’hui, grâce au site en ligne Géoportail25. Si les phases de construction et de modification, les matériaux utilisés ainsi que les phases décoratives pourront faire l’objet d’études du bâti approfondies lors des travaux de restauration du bâtiment ouest, l’organisation intérieure et la fonction des différents espaces restent néanmoins énigmatiques. Quels sont les espaces destinés au public ? Aux professionnels ? Aux accusés ? Aux détenus ? Aux archives ? Une enquête auprès de personnes ayant fréquenté le lieu lorsqu’il était en activité pourrait être menée afin de recueillir de précieux témoignages.

  • 26 Rénovation du bâtiment de l’ex-tribunal annexe. Aménagement local annexe. Mairie de Mamoudzou, Comm (...)
  • 27 SAULNIER Emmanuelle & LIETAR Vincent, Réhabilitation des locaux de la mairie annexe. Phase de proje (...)
  • 28 Ces travaux ont été réalisés en 2018 par la DAC Mayotte, où est conservée la documentation afférent (...)
  • 29 GATIER Pierre-Antoine, Mayotte, Mamoudzou. ancien Tribunal. Étude historique et documentaire. Rappo (...)

36Outre les clichés aériens, les quelques photographies rassemblées sont essentiellement datées des années 2000, notamment après le passage du cyclone Ernest en 2005. La plupart d’entre elles sont issues des études de 2008 portant sur la Rénovation du bâtiment de l’ex-tribunal annexe26 (bâtiment est, très peu touché) et celles sur la Réhabilitation des locaux de la mairie annexe27 (bâtiment ouest) en 2009. Les documents les plus récents (photographies, relevés et état sanitaire, dossier sur la sécurisation du site en 201828, étude historique et documentaire de 201929, etc.) sont conservés à la direction des Affaires culturelles (DAC) de Mayotte.

Réhabiliter le patrimoine : quels acteurs pour quelles destinations ?

37Après le cyclone de 2005, la volonté de réhabiliter les bâtiments du tribunal s’est rapidement exprimée. Dans le projet de loi de finances pour 2006, la « chancellerie » indique avoir demandé à « l’agence de maîtrise d’ouvrage du ministère de la Justice de conduire les études de faisabilité en vue de la construction d’un nouveau palais de justice30 ». Ce projet n’aboutira pas et c’est le quartier de Kawéni qui a été choisi pour l’installation d’un nouveau tribunal.

  • 31 Courrier conservé à la direction des Affaires culturelles de Mayotte.

38Néanmoins, l’intérêt patrimonial porté aux bâtiments de l’ancien Tribunal était déjà présent, comme l’atteste un courrier de la commune de Mamoudzou du 25 novembre 2008. Celle-ci sollicite une « aide à la préservation du patrimoine architectural et urbain à Mamoudzou » auprès de la direction des Affaires culturelles (à l’époque service de la préfecture de Mayotte) et rappelle la « forte pression immobilière » de la ville mais également sa volonté de restaurer les deux bâtiments « au regard de leur caractère historique31 ». En outre, la municipalité émet le souhait d’élargir cette démarche de travaux « aux questions des patrimoines urbain et paysager ». Il est à noter que la commune n’était pas propriétaire de ces bâtiments mais les services de l’État ont accepté qu’elle les investisse, une procédure de vente étant en cours. Un diagnostic et des « propositions qui elles-mêmes pourraient trouver leur place dans [le] PLU en cours d’élaboration » étaient envisagés. En 2020, cette réflexion est toujours d’actualité.

  • 32 Rénovation du bâtiment de l’ex-tribunal annexe. Aménagement local annexe, mairie de Mamoudzou, comm (...)

39L’étude d’octobre 2008 pour la rénovation du bâtiment est indique qu’une partie est mise à la disposition de la commune de Mamoudzou, alors maître d’ouvrage (la SIM est mandataire) « afin d’y établir les futurs bureaux de la Cellule ANRU32 ». Les travaux ont respecté l’intégrité du bâtiment, du moins en extérieur. L’organisation des espaces intérieurs a été quelque peu revue pour s’adapter aux nouveaux besoins. Il est intéressant de noter dans cette étude que le choix de la teinte pour les parties basses des colonnes et des façades s’était initialement porté sur du bleu (couleur visible sur les photographies de 2008) mais c’est finalement une teinte rouge qui a été appliquée. Cette couleur permet a priori de mieux repérer le bâtiment dans la rue, au second plan par rapport à son jumeau.

  • 33 SAULNIER Emmanuelle & LIETAR Vincent, Réhabilitation des locaux de la mairie annexe. Phase de proje (...)

40Le projet de réhabilitation du bâtiment ouest n’aboutit pas. Ce dernier poursuit sa dégradation, malgré l’étude de juillet 2009 et des propositions déjà bien avancées (traitement des façades intérieures et extérieures, extensions, intégrations...33) [fig. 15]. L’État en est alors toujours propriétaire. Au vu des informations lacunaires jusqu’en 2016, des témoignages seraient bienvenus. La départementalisation de Mayotte en 2011 pourrait expliquer que certains travaux aient été laissés de côté afin d’évaluer les besoins de l’île en termes de réorganisation des services de l’État et de destination du foncier.

Figure 15

Figure 15

Esquisses de façades avec proposition d’extension centrale (greffe architecturale), issues de l’étude sur la Réhabilitation des locaux de la mairie annexe. Phase de projet : présentation de l’état actuel et développement des avant-projets, p. 28. Esquisses réalisées par Vincent Liétar, Emmanuelle Saulnier, en juillet 2009.

© Vincent Liétar, Emmanuelle Saulnier / reproduction Mairie de Mamoudzou.

41En mai 2018, le bâtiment ouest a été affecté à la direction des Affaires culturelles, depuis peu direction de plein exercice (mars 2016). Le projet était alors d’installer les locaux de la DAC dans cet édifice à caractère historique, d’en assurer la maîtrise d’ouvrage et de mener dans les règles de l’art un chantier de restauration de type patrimonial à Mayotte. La procédure de protection au titre des monuments historiques de l’ancien Tribunal est amorcée mais retardée par le blocage de l’île en 2018. Le 101e département fonctionne au ralenti pendant cette période, prorogeant de nombreuses procédures. La commission régionale du patrimoine et de l’architecture de Mayotte, prévue en 2018, est reportée en avril 2019 et l’arrêté d’inscription au titre des monuments historiques de l’ancien Tribunal est finalement signé en octobre 201934.

42Malgré des projections bien avancées, le manque de moyens techniques et humains n’a pas permis de mener à terme l’installation de la DAC. S’ajoute à cela une pression immobilière qui n’a pas fléchi depuis 2008, qui plus est en plein cœur de Mamoudzou. De nombreuses velléités de transferts de parcelles et de bâtiments entre l’État et les collectivités territoriales (commune et communauté d’agglomérations) restent d’actualité. La parcelle accueillant le bâtiment ouest doit faire l’objet d’un transfert effectif à la communauté d’agglomérations de Dembéni-Mamoudzou (CADEMA) en 2020.

Vers un projet de tiers-lieu ?

43La CADEMA, en attente de cette rétrocession, émet rapidement la volonté, de même qu’en 2008, de rénover le bâtiment et d’y installer ses services, ou une affectation, dédiés à la culture. En parallèle, un architecte et enseignant de l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette (ENSAPLV), installé à Mayotte depuis 2019, souhaite implanter progressivement une antenne d’école d’architecture mêlant formation et création, fondée sur une méthode de programmation ouverte. Une association portant ces projets et des partenariats sont mis en place. L’ancien Tribunal est choisi pour accueillir les prémices de cette antenne et devient un chantier expérimental pour les étudiants de l’ENSAPLV.

  • 35 Dossier de permis de construire (maîtrise d’ouvrage : CADEMA / maîtrise d’œuvre : Julien Beller Arc (...)
  • 36 À l’heure où nous rédigeons cet article, la situation sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 retar (...)

44Avant de mener des travaux de restauration plus importants, ce projet de réhabilitation de l’ancien Tribunal35 se veut à la fois respectueux du monument historique et en prise avec son époque. Destiné à se transformer progressivement en tiers-lieu, la première étape consiste à se réapproprier cet espace abandonné, mettre en valeur son histoire, lui redonner un nouveau souffle dans son environnement et le rendre accessible à tous. Pour ce faire, il est prévu d’y aménager des espaces d’exposition (trop rares à Mayotte), de conférences, de travail, de création, d’apprentissage et de rencontres. La première phase de travaux doit débuter au premier semestre 202036.

45La revitalisation du centre de Mamoudzou, lancée depuis plusieurs années, et la forte pression immobilière se doivent d’être compatibles avec la préservation d’un patrimoine bâti encore peu protégé au titre des monuments historiques. En 2020, Mayotte compte dix monuments historiques37 (auxquels s’ajoutent deux protections en cours) et les chantiers de restauration du patrimoine bâti en sont à leurs balbutiements. Il faut de surcroît signaler que l’ancien Tribunal a été le premier immeuble inscrit au titre des monuments historiques dans la commune de Mamoudzou. Cette protection n’est pas seulement une reconnaissance de la valeur historique, artistique ou architecturale de l’édifice mais lui confère également un statut juridique en devenant une servitude d’utilité publique. Sa prise en compte dans la définition des plans locaux d’urbanisme (PLU) ainsi que la protection au titre de ses abords sont de nature à assurer une requalification urbaine respectueuse du patrimoine. D’autres outils de protection et de valorisation pourront être mis en place (en particulier le classement au titre des sites patrimoniaux remarquables) de manière progressive.

Conclusion

46L’ancien Tribunal de Mamoudzou, encore trop peu connu, illustre les enjeux liés au patrimoine en général, et à Mayotte en particulier. Bien que construit seulement en 1955, son histoire, et celle de la justice à Mayotte à partir de la seconde moitié du xixe siècle, sont riches en rebondissements. L’étude de cet ensemble administratif met ainsi en lumière le récit complexe et hésitant des ambitions françaises sur « l’île aux parfums ».

47Ces édifices jumeaux, architecturalement imposants une fois resitués dans leur contexte urbain, n’ont pas fini de révéler leurs secrets lorsque débuteront les travaux de réhabilitation du bâtiment ouest. De nombreuses questions demeurent en suspens, comme la fonction des différents espaces, l’interaction entre les deux bâtiments et le troisième attenant, la nature et la mise en œuvre des matériaux. Bien que les plans et notes de conception soient très probablement perdus à jamais, le lancement d’études est un prérequis à la connaissance du patrimoine bâti mahorais. Elles invitent à élargir et à approfondir les investigations historiques, documentaires, architecturales, voire archéologiques, sans oublier la mémoire orale, essentielle à Mayotte.

48Une autre interrogation concerne également l’appropriation de ce symbole de justice et de pouvoir, considéré aujourd’hui comme partiellement abandonné. Quels seront les choix de sa mise en valeur ? Comment faire en sorte que les Mahorais s’approprient ce témoin visible dans le paysage mais méconnu dans l’histoire de Mayotte ?

Haut de page

Notes

1 L’auteur tient à remercier chaleureusement Florence Gendrier, Arnauld Martin, Étienne Bergdolt, Matías Ferrera, Bruno Lacrampe, Fabrice Ferreira, Lucie Wahu pour leurs conseils, réflexions et relectures ; l’agence Pierre-Antoine Gatier pour leur étude et leurs clichés ; la Médiathèque du patrimoine et de la photographie et les Archives nationales d’outre-mer pour les documents d’archives ; Tahin Raminoson pour l’envoi de documentation ; la commune de Mamoudzou et Vincent Liétar pour l’utilisation de leurs esquisses.

2 Nous renvoyons au dossier pédagogique très complet réalisé par BOISSEL Patrick & SERVICE ÉDUCATIF DES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE MAYOTTE, Droit(s) et justice à Mayotte à l’époque coloniale (1841-1946), Mamoudzou, archives départementales de Mayotte, 2014.

3 GATIER Pierre-Antoine (agence), Mayotte, Mamoudzou, ancien Tribunal, étude historique et documentaire, Mamoudzou, DAC Mayotte, 2019, 2 volumes Cette étude réalisée en 2018 / 2019 par l’agence Pierre-Antoine Gatier est une solide base aux propos qui suivent.

4 BLANCHY Sophie & MOATTY Yves, « Le droit local à Mayotte : une imposture ? », Droit et Société, 2012, p. 117-139.

5 GEVREY Alfred, Essai sur les Comores, Pondichéry, 1870, p. 233-234 et p. 283-285, disponible en ligne https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62208586.texteImage [lien valide en juillet 2022].

6 Voir le rapport d’information no 115 (2008-2009) de HYEST Jean-Jacques, ANDRÉ Michèle, COINTAT Christian & DETRAIGNE Yves, « Départementalisation de Mayotte : sortir de l’ambiguïté, faire face aux responsabilités », fait au nom de la commission des lois, déposé le 27 novembre 2008, disponible en ligne https://www.senat.fr/rap/r08-115/r08-11510.html [lien valide en juillet 2022].

7 Traité du 25 avril 1841, portant cession de Mayotte à la France, ratifié par le roi le 10 février 1843.

8 Croquis présentant la disposition des constructions élevées sur l’Ilôt de Zaoudzi, à la date du 20 novembre 1851, annexé au relevé des divers immeubles appartenant à la Colonie, relevé établi suivant les prescriptions de la dépêche ministérielle n° 69 en date du 20 juin 1851. Mayotte, le 14 décembre 1851, le garde du Génie chargé du service signé Fardoux, Aix-en-Provence, ANOM, 21DFC/91_203.

9 ROUX J., Mémoire sur le projet d’établissement commercial à Choa, 20 juillet 1844 (ANOM, 21DFC/90_10).

10 Correspondance du commandant supérieur Brisset au ministre de la Marine et des Colonies, 1er janvier 1854 (ANOM, 7B1), cité par LEBEL Anne (dir.), Dzaoudzi, une histoire contrariée, 1843-1866, catalogue d’exposition (lycée de Mamoudzou, 13-26 avril 2006), archives départementales de Mayotte, Mamoudzou, conseil général de Mayotte, 2006, p. 36.

11 Exposé de la situation de Mayotte et dépendances au moment de la remise du service du Commandant supérieur au Commandant intérimaire, par le Commandant supérieur V. de la Touloubre, 26 févier 1875 (ANOM, FM/SG/MAD/246-556).

12 GEVREY Alfred, Essai sur les Comores, p. 233-234.

13 Rapport pour le projet de création d’un centre commercial à Mamoutzou, par le capitaine du Génie, chef du service des Ponts et Chaussées, 23 décembre 1865 (ANOM, FM/SG/MAD/239-521 à 528).

14 BOISSEL Patrick, Droit(s) et justice à Mayotte à l’époque coloniale (1841-1946).

15 RUEDEL Marcel (dir.), « La situation aux Comores », Les Annales coloniales, organe de la « France coloniale moderne », 8 décembre 1910, n° 49, disponible en ligne https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6541068d [lien valide en juillet 2022].

16 BOISSEL Patrick, Droit(s) et justice à Mayotte à l’époque coloniale (1841-1946).

17 Voir le projet de loi de finances pour 2006, Outre-mer via https://www.senat.fr/rap/a05-104-6/a05-104-614.html [lien valide en juillet 2022].

« 3. La part prépondérante des infractions à la législation sur les étrangers dans l’augmentation de la délinquance, b) La situation matérielle des juridictions de Mamoudzou après le cyclone “Ernest” :

Le tribunal supérieur d’appel et le tribunal de première instance de Mamoudzou sont installés dans un palais de justice construit en 1955 et composé de trois bâtiments, certains étant issus d’extensions réalisées en quatre étapes depuis les années 1970.

Les dégâts causés le 20 janvier 2005 par le cyclone “Ernest” ont conduit à l’abandon du projet d’extension qui devait permettre la création d’une nouvelle salle d’audience avec salle de délibérés, de six bureaux et d’une salle de réunion.

Le cyclone ayant rendu le palais de justice quasiment inutilisable, une partie des services sont hébergés dans un bâtiment annexe qui appartient à la collectivité départementale. Ce site est toutefois dans un état de délabrement avancé, un arrêté de péril ayant été prononcé. Le bailleur a procédé à la construction d’une salle de réunion qui devrait permettre aux juridictions de tenir leurs audiences.

Face à cette situation, la chancellerie a demandé à l’agence de maîtrise d’ouvrage du ministère de la Justice de conduire les études de faisabilité en vue de la construction d’un nouveau palais de justice ».

18 https://www.senat.fr/rap/a05-104-6/a05-104-614.html, note 27.

19 GATIER Pierre-Antoine, Mayotte, Mamoudzou, ancien Tribunal, étude historique et documentaire.

20 Descriptif de l’étude Rénovation du bâtiment de l’ex-tribunal annexe. Aménagement local annexe. Mairie de Mamoudzou, menée par la commune de Mamoudzou (maître d’ouvrage) et la Société immobilière de Mayotte (mandataire du maître d’ouvrage), Mamoudzou, octobre 2008.

21 GATIER Pierre-Antoine, Mayotte, Mamoudzou. ancien Tribunal. Étude historique et documentaire. Rapport de présentation, Mamoudzou, DAC Mayotte, 2019, p. 30-34.

22 GATIER Pierre-Antoine, Mayotte, Mamoudzou. ancien Tribunal. Étude historique et documentaire. Rapport de présentation, p. 38.

23 GATIER Pierre-Antoine, Mayotte, Mamoudzou. ancien Tribunal. Étude historique et documentaire. Rapport de présentation, p. 39.

24 Voir l’arrêté : http://www.mayotte.gouv.fr/content/download/15998/122131/file/arr%C3%AAt%C3%A9%202019%20DAC%20724%20ancien%20tribunal.pdf [lien valide en juillet 2022].

25 Voir le site de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), https://remonterletemps.ign.fr/ [lien valide en juillet 2022].

26 Rénovation du bâtiment de l’ex-tribunal annexe. Aménagement local annexe. Mairie de Mamoudzou, Commune de Mamoudzou, Société immobilière de Mayotte.

27 SAULNIER Emmanuelle & LIETAR Vincent, Réhabilitation des locaux de la mairie annexe. Phase de projet : présentation de l’état actuel et développement des avant-projets, mairie de Mamoudzou, Société immobilière de Mayotte (SIM), Mamoudzou, juillet 2009.

28 Ces travaux ont été réalisés en 2018 par la DAC Mayotte, où est conservée la documentation afférente à cette campagne de sécurisation.

29 GATIER Pierre-Antoine, Mayotte, Mamoudzou. ancien Tribunal. Étude historique et documentaire. Rapport de présentation.

30 Voir le projet de loi de finances pour 2006, Outre-mer via https://www.senat.fr/rap/a05-104-6/a05-104-614.html [lien valide en juillet 2022].

31 Courrier conservé à la direction des Affaires culturelles de Mayotte.

32 Rénovation du bâtiment de l’ex-tribunal annexe. Aménagement local annexe, mairie de Mamoudzou, commune de Mamoudzou, Société immobilière de Mayotte, p. 1.

33 SAULNIER Emmanuelle & LIETAR Vincent, Réhabilitation des locaux de la mairie annexe. Phase de projet : présentation de l’état actuel et développement des avant-projets, p. 20-35.

34 Voir l’arrêté : http://www.mayotte.gouv.fr/content/download/15998/122131/file/arr%C3%AAt%C3%A9%202019%20DAC%20724%20ancien%20tribunal.pdf [lien valide en juillet 2022].

35 Dossier de permis de construire (maîtrise d’ouvrage : CADEMA / maîtrise d’œuvre : Julien Beller Architecte) : BELLER Julien, Projet de réhabilitation de l’ancien Tribunal de Mamoudzou, Mayotte. Rue Mahabou, permis de construire, Mamoudzou, février 2020.

36 À l’heure où nous rédigeons cet article, la situation sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 retarde non seulement l’instruction du permis de construire mais également le démarrage du chantier. L’inauguration de cette « activation » du lieu était initialement prévue fin mai 2020.

37 Voir les sites de la Plateforme ouverte du patrimoine (POP) : https://www.pop.culture.gouv.fr/search/list?base=%5B%22Patrimoine%20architectural%20%28M%C3%A9rim%C3%A9e%29%22%5D&mainSearch=%22mayotte%20%22 [lien valide en juillet 2022] et de l’Atlas des patrimoines : http://atlas.patrimoines.culture.fr/atlas/trunk/?ap_ter=MYT [lien valide en juillet 2022].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Carte de localisation de Mamoudzou et Dzaoudzi, Mayotte, 2019.
Crédits © IGN.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2
Légende La rue Mahabou, depuis l’ancien Tribunal, dans le sens est / ouest, Mamoudzou (Mayotte), 2019. Au premier plan à gauche, le bâtiment ouest de l’ensemble de l’ancien Tribunal.
Crédits © Anaëlle Kischenama / Agence Gatier.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 3
Légende Bâtiment de la police municipale, rue Mahabou, à Mamoudzou (Mayotte), 2019.
Crédits © Anaëlle Kischenama / Agence Gatier.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 4
Légende Front de mer avec le tribunal de la rue Mahabou à Mamoudzou (Mayotte). Considérant l’état des bâtiments, la photo semble avoir été prise dans les années 2000, probablement après le cyclone de 2005. Photo extraite d’un document de la collection DAC Mayotte.
Crédits © Photographe inconnu / reproduction DAC Mayotte.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Figure 5
Légende Les bâtiments jumeaux de l’ancien Tribunal, depuis la rue Mahabou, dans le sens ouest / est, Mamoudzou (Mayotte), 2019. Au premier plan, le bâtiment ouest et au second plan, le bâtiment est, actuel bâtiment de l’ANRU.
Crédits © Anaëlle Kischenama / Agence Gatier.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Figure 6
Légende Le tribunal est visible sur les hauteurs (en rouge) de Momoutzoce (Mayotte). Touring Club de France, après 1890 (début XXe siècle ?), photographie conservée à la Médiathèque du patrimoine et de la photographie (base Mémoire : APTCF00095).
Crédits Reproduction RMN-GP.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Figure 7
Légende Le tribunal construit en 1875 à Mamoutzou, Mayotte, 1888-1891. Photographie conservée aux archives nationales d’Outre-Mer (8Fi394/31).
Crédits © Pierre Drouhin / reproduction ANOM.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Figure 8
Légende Les bâtiments du tribunal de Mamoudzou (construits en 1955) en 1969, à Mayotte.
Crédits © IGN.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 9
Légende Les bâtiments du tribunal de Mamoudzou (construit en 1955) en 1979, à Mayotte.
Crédits © IGN.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre Figure 10
Légende Les bâtiments du tribunal de Mamoudzou (construit en 1955) en 2011, à Mayotte. Le bâtiment ouest a perdu sa couverture suite au cyclone Ernest du 20 janvier 2005.
Crédits © IGN.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 11
Légende Vue de la façade principale nord-est du bâtiment ouest du tribunal de Mamoudzou, 2019.
Crédits © Anaëlle Kischenama / Agence Gatier.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Figure 12
Légende Bâtiment est du tribunal de Mamoudzou (1955), actuel bâtiment de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), 2019.
Crédits © Anaëlle Kischenama / Agence Gatier.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Figure 13
Légende La façade arrière et l’arrière-cour du bâtiment ouest (côté sud-est) du tribunal de Mamoudzou, 2019.
Crédits © Anaëlle Kischenama / Agence Gatier.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre Figure 14
Légende Comparaison de photographies aériennes permettant de dater la construction du tribunal de Mamoudzou entre 1949 et 1969. À gauche, futur emplacement du tribunal de Mamoudzou, en 1949. À gauche, les bâtiments du tribunal de Mamoudzou, en 1969.
Crédits © IGN.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Figure 15
Légende Esquisses de façades avec proposition d’extension centrale (greffe architecturale), issues de l’étude sur la Réhabilitation des locaux de la mairie annexe. Phase de projet : présentation de l’état actuel et développement des avant-projets, p. 28. Esquisses réalisées par Vincent Liétar, Emmanuelle Saulnier, en juillet 2009.
Crédits © Vincent Liétar, Emmanuelle Saulnier / reproduction Mairie de Mamoudzou.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36423/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violaine Bressand, « L’Ancien Tribunal de Mamoudzou, un témoin de l’architecture du xxe siècle à Mayotte »In Situ [En ligne], 48 | 2022, mis en ligne le 31 août 2022, consulté le 07 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/insitu/36423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.36423

Haut de page

Auteur

Violaine Bressand

Ingénieure du patrimoine, Conservation régionale des monuments historiques, DAC La Réunion

Précédemment ingénieure chargée du patrimoine à la DAC Mayotte de 2018 à 2021

violaine.bressand@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search