Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Héritages et controversesLa vision patrimoniale en Roumani...

Héritages et controverses

La vision patrimoniale en Roumanie, entre héritage communiste et renouveau

The cultural heritage in Romania, between communist visions and their renewal
Jérémy Vercken de Vreuschmen et Irina Iamandescu

Résumés

1918, une année charnière qui marque un tournant dans l’histoire de la Roumanie. Le traité de Bucarest annonce la naissance de la Roumanie. C’est un pays jeune, qui se dote très tôt d’un modèle de protection et de valorisation de son patrimoine, sur le modèle français. Pendant les différents régimes, fasciste, communiste, l’Institut national du patrimoine roumain (INP) ne cesse de perdre en influence. Quelle est la situation actuelle du patrimoine en Roumanie ? Quels en sont les enjeux et les acteurs ?

À travers un entretien réalisé à Bucarest en 2021 avec Irina Iamandescu, architecte, docteur et directrice adjointe de l’INP de Roumanie, sont mis en lumière les apports des connaissances scientifiques et des chercheurs aux politiques de reconnaissance de l’architecture et l’importance du rôle des associations comme relais des acteurs publics. Les projets en cours, notamment ceux qui concernent le patrimoine du xxsiècle, l’adaptation du patrimoine au changement climatique, les dispositifs de protection, de reconnaissance et de sensibilisation et les problèmes liés à cinquante ans de régime communiste seront abordés ici.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Réalisé en français et réécrit par Jérémy Vercken de Vreuschmen.

Préambule : cet entretien1 a été réalisé le 17 avril 2021, à Bucarest, dans le cadre de l’appel à contributions de la revue In Situ : « Valeurs patrimoniales de l’architecture du xxe siècle : quelle reconnaissance ? État des lieux critique et vision prospective internationale ».

1Irina Iamandescu, architecte et docteur en architecture, est actuellement directrice adjointe de l’Institut national du patrimoine de Roumanie depuis 2016, responsable de l’Inventaire national du patrimoine. Elle est également enseignante à l’université d’architecture Ion Mincu de Bucarest depuis 2005, après avoir exercé en tant qu’inspectrice des monuments historiques au ministère de la Culture roumain pendant dix ans.

2En guise de bref rappel historique de cette institution, l’Institut national du patrimoine (Institutul Național al Patrimonului), on peut dire qu’il a connu de nombreuses transformations au cours des régimes politiques successifs. De 1892 à 1948, c’est la Commission des monuments historiques (Comisiunea Monumentelor Istorice) qui eut la charge des missions liées au patrimoine architectural, sous l’égide du ministère de l’Instruction publique (Ministerului Instrucțiunii Publice), de 1949 à 1951, le Comité pour les établissements culturels (Comitetul pentru Așezăminte Culturale), puis, de 1952 à 1977, la direction des Monuments historiques (Direcția Monumentelor Istorice), intégrée à différents ministères consécutifs.

3De 1977 à 2009, de nombreuses réorganisations eurent lieu avant la création d’un organisme public réunissant toutes les missions du patrimoine, l’Institut national du patrimoine. Ce dernier est rattaché au ministère de la Culture en charge de la restauration, de la conservation, de l’inventaire des monuments historiques roumains depuis 20092. Le ministère de la Culture et la Commission nationale des monuments historiques gèrent quant à eux les avis concernant toutes les interventions sur les travaux de restauration des monuments historiques.

Jérémy Vercken [JV] 1892 voit naître la Commission des monuments historiques qui deviendra, après de nombreuses réorganisations au cours du xxsiècle, l’Institut national du patrimoine (Institutul Național al Patrimoniului) en 20093. Très tôt, cette institution a pris en charge la recherche concernant les monuments historiques, les avis sur les autorisations d’urbanisme, l’inspection des monuments, etc. De 1949 à 1989, l’Institut subit de nombreuses transformations et un contrôle total de la part du régime communiste. En comparaison, le modèle qui a précédé l’arrivée des communistes quant à la protection du patrimoine était-il exemplaire pour autant ?

Irina Iamandescu [II]  C’était sans doute un système qui avait l’ambition de traiter le territoire national d’une manière équilibrée, intégrée, car le pays était construit par un maillage de commissions des monuments historiques régionales, qui rassemblaient des personnalités du monde professionnel, des architectes, des historiens et historiens de l’art notamment. Ces commissions techniques avaient la charge des chantiers de restauration. Le paradoxe, c’est que le développement urbain en Roumanie s’est opéré particulièrement après la Seconde Guerre mondiale. La direction des Monuments historiques était le bras exécutif de la Commission qui gérait les chantiers. Il y avait des chantiers de restauration de grande ampleur à travers le pays et cela a continué d’une manière intense jusqu’en 1977, année qui marque un tournant dans le pays sur la question patrimoniale [fig. 1]. Du jour au lendemain, tous les projets de restauration ont été suspendus ainsi que les travaux de recherche, d’inventaire. Tout a été rangé au fond d’un tiroir pendant quelques décennies…

Figure 1

Figure 1

Portraits de Nicolae Ceaușescu (1918-1989) exposés à la Galerie Aparte, Iasi (Roumanie), photographie extraite de l’ouvrage Last Christmas (of Ceaușescu) d’Anton Roland Laub, Heidelberg, Kehrer Verlag, 2020.

© Anton Roland Laub.

JVPourquoi la Commission des monuments historiques a-t-elle stoppé net non seulement les travaux de restauration, mais aussi sa mission de recherche et d’avis sur les projets, ce qui est sa vocation même ?

  • 4 Le 4 mars 1977 a lieu une série de séismes dits de Vrancea qui touchèrent la Roumanie et tout parti (...)

II — Les projets ont été stoppés net en 1977 après le tremblement de terre4. C’était une décision de Nicolae Ceaușescu, malgré les nombreuses protestations contre la démolition des monuments. Après cet événement, au lieu d’essayer de restaurer les monuments, on vit là comme une occasion de refaire la ville, ce qui marqua la genèse de la destruction de la ville de Bucarest [fig. 2 et 3].

Figure 2

Figure 2

Église Saint-Jean-Nouveau, Bucarest (Roumanie), photographie extraite de l’ouvrage Mobiles Churches d’Anton Roland Laub, Heidelberg, Kehrer Verlag, 2017.

© Anton Roland Laub.

Figure 3

Figure 3

Grande synagogue « polonaise », Bucarest (Roumanie), photographie extraite de l’ouvrage Mobiles Churches d’Anton Roland Laub, Heidelberg, Kehrer Verlag, 2017.

© Anton Roland Laub.

JVAprès la chute du régime communiste, vous avez dû réinventer votre pratique ?

II — Dès la chute du régime, après 1989, nous avons essayé de rétablir le système. Il y avait des professionnels qui avaient travaillé dans l’ancienne direction des Monuments historiques, qui étaient encore là et voulaient être utiles. Après 1989, l’État a réinventé en 1990 la direction des Monuments historiques et cela a provoqué un enthousiasme, une renaissance du système mais après quatorze ans d’absence administrative, le système n’était pas fonctionnel du tout.

JVEn France, nous avons également le corps des architectes des Bâtiments de France (ABF) qui ont des missions de conseil, de contrôle et de conservation du patrimoine et les architectes en chef des monuments historiques (ACMH) qui ont la charge des travaux de maîtrise d’œuvre sur les monuments historiques. Est-ce que c’est également le cas en Roumanie ?

II — C’est un peu différent, mais le système roumain s’est sans doute inspiré du modèle français. En effet, la loi sur les monuments historiques est en partie construite sur le système français. Par exemple, le ministère fonctionne avec des directions régionales des Affaires culturelles, comme en France, avec un bureau dans chacun des quarante-deux départements de Roumanie. La loi dit que dans chaque bureau doit exister un service spécialisé pour les monuments historiques. Mais les similitudes s’arrêtent là, puisque ces services n’existent pas vraiment dans ces départements. Il s’agit parfois d’une ou deux personnes qui s’occupent des monuments, six personnes tout au plus, ce qui est vraiment insuffisant pour gérer d’une manière efficace la protection des monuments à l’échelle du territoire. Ce personnel dépend du ministère et travaille avec la Commission des monuments historiques. Cette commission a aussi des sections régionales qui conseillent les services départementaux du ministère sur n’importe quelle intervention sur un monument historique ou bien sur les interventions dans les zones protégées, l’équivalent du secteur sauvegardé français. Si le monument est très important, c’est-à-dire classé monument historique d’intérêt national, le dossier est adressé au ministère à Bucarest pour être examiné par une commission plus spécialisée, et en fonction de la nature de l’intervention. Il y a des sections de la commission davantage spécialisées : portant sur les projets de restauration, l’inventaire, les propositions pour l’inscription sur la liste des monuments historiques, la commission sur l’urbanisme et une autre sur les interventions comme les parties historiques d’un monument (bois, peinture, mobilier). Concernant les ACMH, ils n’existent pas en Roumanie en tant que tels, mais nous avons une attestation de spécialisation pour certains professionnels du domaine, architecte, ingénieur, archéologue, qui ont une certaine qualification, l’expérience de projets réalisés et qui passent un examen attestant de leurs compétences. Seuls ces professionnels agréés, qui exercent en tant qu’architectes libéraux ou salariés d’agences le reste du temps, ont le droit d’intervenir sur les monuments historiques.

JVJ’aimerais mieux comprendre les prérogatives de la commission concernant les avis. Est-elle sollicitée pour chaque permis de construire ou de démolir ?

II — Normalement, oui, elle est sollicitée pour chaque demande de permis sur un monument historique. En Roumanie, le système est différent, les édifices sont classés A ou B : A pour un monument d’intérêt national, B d’intérêt local. Selon sa catégorie, le cas est jugé par la Commission nationale ou bien par une commission régionale. La loi sur les monuments historiques qui date de 2001 dit que les mairies doivent réaliser des périmètres autour des monuments historiques établis sur des études approfondies et passent devant la Commission des monuments historiques. Sans étude, une zone tampon est appliquée de manière automatique : elle correspond à un rayon de 100 mètres dans les villes, 200 mètres dans les villages et 500 mètres dans les campagnes, jusqu’à l’élaboration de cette étude qui précise si la zone est plus restreinte ou non. Malheureusement, peu d’études ont été réalisées ces vingt dernières années, mais malgré tout, dans les plans locaux d’urbanisme des communes, cela passe devant la commission des monuments historiques. Toute modification dans la zone tampon doit être réglementée dans les plans locaux d’urbanisme (PLU), avec un volet patrimonial qui dicte les règles d’intervention. Les services départementaux n’ont en théorie qu’à vérifier les projets par rapport à ce règlement. Mais comme les règlements sont plutôt généraux, le système est peu efficace, avec beaucoup d’avis non rendus. Ces commissions régionales ont une charge de travail très importante. Mais oui, elles émettent un accord dans toutes les zones tampons et les centres historiques classés.

JVBien qu’il y ait donc un système en place, il est paradoxal de voir, par exemple à Bucarest, des édifices qui se construisent à côté d’un monument historique sans respecter les gabarits autorisés ou la prescription de la zone tampon ?

II — L’avis de la commission n’est pas obligatoirement la meilleure solution. La commission est souveraine. Parfois, ces commissions sont influencées par des éléments subjectifs, le plus souvent économiques. Les commissions sont nommées par le ministre, cela dépend politiquement de la volonté du ministre. Comment constituer une commission à la composition professionnelle équilibrée ? Souvent, cet équilibre n’est pas respecté. Les résultats ne sont donc pas ceux escomptés. L’INP a cependant la possibilité de donner un avis consultatif pour aider la commission des monuments historiques à prendre une décision. On ne peut pas faire cela pour tous les avis, car en dehors de cet avis consultatif, nous ne sommes pas sollicités ou informés des projets.

Nous avons réussi à nous faire entendre pour les monuments classés et inscrits au patrimoine mondial, car nous avons la responsabilité du suivi des dossiers à l’Unesco ; le ministère nous a sollicités pour des avis ces deux dernières années. Mais il s’est avéré que dans d’autres cas assez importants, nous ne l’avons pas été. L’INP est un instrument que le ministère n’utilise pas toujours. Il n’est pas habitué à le faire, parfois par manque de volonté de faire appel à un institut réputé conservateur alors que les visions politiques encouragent le « développement » des villes, développement qui ne se construit pas sur la ressource patrimoniale mais sur d’autres critères, économiques, immobiliers, un peu différents de notre logique. C’est pour cela que l’Institut a essayé de faire connaître les recommandations européennes. Par exemple, il y a une étude importante intitulée « Le patrimoine culturel compte pour l’Europe5 », qui analyse la contribution du patrimoine d’un point de vue économique pour la société et dicte des principes pour valoriser le patrimoine tout en développant les villes. Ce rapport a été traduit en roumain et nous essayons de diffuser ces idées en Roumanie. Un autre rapport, également traduit par nos soins, basé sur la qualité des interventions sur les monuments historiques, qui est issu d’une recommandation de l’Icomos et de la Commission européenne suite à l’Année européenne du patrimoine culturel (2018), donne des directives méthodologiques d’intervention pour les monuments historiques lors de l’utilisation de fonds européens. En faisant appel aux documents européens, nous espérons encourager une approche correcte aussi en Roumanie sur ces sujets-là.

JVL’INP travaille en ce moment sur différents types de projets, de la restauration de monuments historiques à la recherche et à la valorisation du patrimoine matériel et immatériel. Pouvez-vous nous parler de certains projets ?

II — En tant que directrice adjointe de l’Institut national du patrimoine, je m’occupe de l’inventaire des monuments historiques. Concernant l’activité plus générale de l’Institut, il y a quatre axes importants : l’inventaire des monuments historiques et la recherche6, les chantiers de restauration, le patrimoine immatériel (les savoir-faire traditionnels, la production d’objets comme la céramique, le textile et le bois) et la numérisation des bases de données dédiées au patrimoine (les objets mobiliers classés, les sites archéologiques, etc.). Concernant les chantiers, nous avons un Programme national de restauration qui gère les fonds de l’État dédiés à la restauration de monuments importants, par exemple les monuments inscrits au patrimoine mondial qui appartiennent à l’État. La taxe issue du Timbre des monuments historiques7 permet également d’avoir un financement propre pour l’INP. Pour la restauration des monuments historiques appartenant à des propriétaires privés, nous avons un programme qui leur donne accès à un fonds pour entretenir ou restaurer leur bâtiment via un appel à projets. À condition qu’ils cofinancent 10 % du montant total des travaux, les 90 % restants peuvent être versés par l’INP. Nous sommes fiers de cet instrument, car cela a été difficile à mettre en œuvre. C’est la deuxième année que l’on applique ce dispositif.

JVQuelles sont les actions existantes concernant la patrimonialisation en Roumanie (labels, prix, distinctions) ? Quels sont les pratiques, les dispositifs, les politiques en cours ?

II — Nous suivons les projets au niveau international. Pour le patrimoine mondial, l’INP a un rôle important dans la gestion et le suivi de ces monuments. Il s’agit de neuf monuments inscrits au patrimoine mondial dont sept sont culturels8. Et d’une trentaine de dossiers en cours suivis par l’INP, les rapports pour l’Unesco notamment. Une grande partie des travaux de restauration est suivie par le Programme national de restauration9. Il y a également le label européen avec le mémorial de Sighet10 qui a été sélectionné en 2018 ou encore les églises en bois du village d’Ursi11. Il y a aussi le musée en plein air d’Astra à Sibiu12 qui est un lieu fabuleux, d’une richesse incroyable, un trésor du patrimoine traditionnel bâti du pays. L’autre proposition est le siège de la première Commission européenne, la Commission européenne du Danube (1856), qui a été établi à Galați, sur l’estuaire du fleuve en Roumanie et porte une symbolique forte par rapport au label européen, orienté vers des sites qui ont aussi de l’importance dans la création de l’Union européenne et de l’Europe.

JVQu’en est-il pour le patrimoine du xxe siècle ? En France, il existe par exemple le label « Architecture contemporaine remarquable » (ACR)13 qui participe à la reconnaissance de la qualité architecturale de ces bâtiments plus récents.

II — En Roumanie, nous n’avons pas ce niveau intermédiaire de label ACR. Soit on protège un édifice comme monument historique, soit il n’est pas protégé. Mais c’est intéressant comme concept, car il est plus nuancé et plus flexible. Nous nous intéressons à des édifices plutôt atypiques non pas en donnant un label, mais en reconnaissant la valeur et l’importance de ce patrimoine. Cela passe par le classement sur la liste des monuments historiques. Nous avons un programme d’inventaire du patrimoine industriel, mis de côté depuis une trentaine d’années. Ce patrimoine est sous-représenté dans la liste nationale des monuments historiques. C’est surtout pendant la deuxième partie du xxsiècle, pendant les années du régime communiste, période controversée sur le plan politique, qu’ont été produites des choses très intéressantes d’un point de vue architectural et urbain, et nous nous efforçons de les prendre en compte. Et particulièrement la production de la première partie des années d’après-guerre.

JVQuels types de projets emblématiques suivez-vous ?

II — La liste des monuments historiques comprend maintenant environ 30 000 monuments et sites classés monuments historiques. Parmi eux, très peu de monuments d’après-guerre, moins d’une dizaine, sont classés. Il y a donc un réel besoin d’inventorier les valeurs de cette époque-là. Nous avons commencé un peu la prospection des bâtiments qui revêtent un caractère patrimonial fort. Par exemple, en 2020, avec un bâtiment des années 197014 qui a été validé par la Commission nationale des monuments historiques et soumis à l’initiative de l’INP15 [fig. 4]. Nous avons également une statue de 1986, le Monument pour la Jeunesse. Il s’agit d’une sculpture monumentale située sur le canal qui relie le Danube à la mer Noire, dédiée aux efforts des ouvriers ayant travaillé sur ce projet16 [fig. 5]. Cette statue est un manifeste, presque un acte de dissidence pour l’époque, et notre institut l’a proposée au classement. Il y a une liste d’attente des édifices qui devraient être protégés, car ils sont plus fragiles que les monuments anciens.

Figure 4

Figure 4

Palais administratif, Satu Mare (Roumanie), architecte Nicolae Porumbescu et al., (1972-1984), 2014.

© Dumitru Rusu (Birou pentru Arte si Cercetare Urbana - BACU).

Figure 5

Figure 5

Monument pour la jeunesse, Danube-Canal de la mer Noire, Straja (Roumanie), sculpture réalisée en 1986 de Pavel Bucur, 2018.

© Dumitru Rusu (Birou pentru Arte si Cercetare Urbana - BACU).

JVComment est perçu le paysage en Roumanie et quel est son état de protection ? Pouvez-vous nous parler un peu du projet de Roșia Montană17, ce site minier proposé à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco [fig. 6] ?

Figure 6

Figure 6

Paysage minier de Roșia Montană (Roumanie), 2016.

© Petru Mortu.

II — La Roumanie est l’un des premiers pays européens qui a ratifié la Convention européenne du paysage de Florence (2000). La convention, qui est plutôt un texte indicatif, donne des définitions. Elle dit que, dans les pays européens, nous devons traduire les principes d’une manière adaptée à la législation nationale. Ce qui n’existe pas en Roumanie… Nous avons été les premiers à ratifier la convention mais, ensuite, les instruments pour la protection des paysages n’ont pas été élaborés. Dans la liste des monuments historiques, il y a des sites classés monuments historiques qui sont plutôt urbains, parfois des sites qui peuvent être associés à des paysages culturels, mais ils ne sont pas définis comme tels, même si la loi sur les monuments historiques parle des paysages culturels quand elle procède à l’énumération du patrimoine culturel des monuments historiques. Les instruments manquent. Dans le nouveau Code du patrimoine qui est en construction, une révision des lois concernant le patrimoine (mobilier, immobilier, immatériel, archives, archéologie), qui n’est pas seulement une révision technique mais aussi philosophique du concept, devrait les mettre sur un pied d’égalité. Ce nouveau Code du patrimoine en cours d’élaboration regarde d’une manière appliquée le concept de paysage. Je n’en connais pas le résultat, car ce travail est confié à deux ministères, celui de la Culture et celui du Développement des territoires. Il y a une querelle entre les deux ministères, on ne sait pas encore comment gérer cela ensemble. Concernant Rosia Montana, paysage culturel minier, nous avons déposé le dossier en 2017. Le dossier a été évalué par l’Icomos, qui en a recommandé l’inscription sur la liste du patrimoine mondial et sur la liste du patrimoine mondial en danger. Ce site aurait dû être discuté et inscrit en 2019, mais le gouvernement roumain a trouvé plus prudent de retirer le dossier puisqu’il y avait un litige juridique avec la compagnie minière qui a commencé son projet d’extraction d’or à Rosia Montana. En 2020, le nouveau gouvernement a décidé de remettre le dossier sur la table et le site a finalement obtenu son inscription sur la liste du patrimoine mondial en 202118.

JVQu’est-ce qui fait la particularité de ce paysage ?

II — C’est un paysage sublime, combinant la beauté naturelle des montagnes environnantes avec une exploitation de cette ressource importante dans l’Antiquité, l’or, qui a façonné ces paysages et donne cet ensemble culturel exceptionnel. C’est un lieu unique, car il y a des galeries romaines dans les mines d’une longueur impressionnante, des dizaines de kilomètres, très bien conservées. C’est la raison pour laquelle l’Icomos a reconnu la valeur potentielle universelle du site et en a recommandé l’inscription.

JVQuel est l’apport des connaissances scientifiques et des chercheurs aux politiques de reconnaissance de l’architecture du xxsiècle d’une manière générale ? Quels en sont les impacts ?

  • 19 TULBURE Irina, Arhitectura si urbanism in Romania anilor 1944-1960, Bucarest, Simetria, 2016.
  • 20 STROE Miruna, Locuirea intre proiect si decizie politica. Romania 1954-1966, Bucarest, Simetria, 20 (...)

II — Leur apport est inestimable. Un institut petit comme le nôtre ne peut résoudre les problèmes à l’échelle nationale. Ces vingt dernières années, nous avons eu toute une série de recherches, de thèses doctorales, qui ont traité le sujet d’une manière remarquable, par exemple les travaux d’Irina Tulbure19 ou de Miruna Stroe20. Des personnes ont abordé ce sujet de manière systématique et approfondie. C’est une source importante pour nous quand nous devons prendre des décisions sur les édifices à classer ou non.

Les efforts des associations sont également d’une aide précieuse. L’association BACU (Birou pentru artă şi cercetare urbană), par exemple, inventorie les bâtiments de la deuxième moitié du xxe siècle21. Ses membres ont fait un inventaire des travaux d’art intégrés aux bâtiments du xxe siècle, du modernisme socialiste selon leur expression. Il y a d’autres associations. Tout récemment, nous venons d’organiser le DOCOMOMO Roumanie22, des membres de l’Icomos Roumanie se sont intéressés à ce sujet-là. Ce sont des contributions sans lesquelles l’effort de l’État ne pourrait pas être efficace. Parce que d’un point de vue administratif, la capacité des services de l’État à mener seuls ce travail est limitée. Je travaille avec 15 % du personnel dont j’estime avoir besoin. Il est impossible de tout faire avec quelques personnes intégrées dans notre institut et notre département. Toute aide est donc importante. Ces cinq dernières années, nous avons essayé d’encourager la coopération avec des associations. Par exemple en créant un partenariat avec ARCEN (Asociația română pentru cultură, educație și normalitate23), un groupe qui a commencé avec enthousiasme à se battre contre les destructions ici et là dans la ville. Ses membres ont réalisé un travail d’inventaire conséquent des édifices dans la ville, qui participe activement à la sauvegarde du patrimoine. Nous avons travaillé avec eux, prodigué des conseils, suggéré des méthodologies. Grâce à leurs bénévoles, ils ont les moyens de le faire. L’Institut ne dispose pas de deux cents personnes pour réaliser l’inventaire des bâtiments dans les zones protégées de Bucarest, par exemple. Je « profite de leur effort » et de leur capacité à faire en leur offrant tout notre soutien.

JVEst-ce que cette aide associative est concentrée sur la capitale, qui est fortement médiatisée, au détriment du reste du territoire ?

II — C’est vrai, mais un tissu associatif se développe de plus en plus dans le reste du pays. Par exemple, un groupe à Băile Herculane [fig. 7]24, Gogora, une association à Brasov, d’autres dans des villages de Transylvanie. Je pense qu’il serait nécessaire qu’il y ait une plateforme de coopération entre l’État et toutes ces forces de la société civile engagées dans la protection du patrimoine. L’État ne peut pas se permettre de se passer de cette aide-là. Ces associations ont également besoin d’une aide de l’État qui est rarement matérielle, mais qui peut prendre une forme plus efficace dans l’encouragement, le soutien dans leur travail. L’assistance de l’État envers ces structures devrait être inscrite dans la législation. C’est quelque chose qui n’est pas exercé de manière récurrente en Roumanie, on doit construire davantage sur cette base-là. L’Institut va le faire parce que par exemple maintenant, nous avons un nouveau système d’inventaire des monuments historiques numérisé, une base de données plus souple, moderne et efficace avec une application Système d’information géographique [SIG] qui sera accessible à tout le monde. Les organisations associatives pourront contribuer à cet inventaire avec le filtre de l’État. Nous allons intégrer dans ce nouveau système cette coopération avec la société civile. Nous essayons de faire disparaître cette séparation, car il est nécessaire de travailler ensemble.

Figure 7

Figure 7

Hôtel Roman, Băile Herculane (Roumanie), architecte A. Mureșan, (1974 et 1976), 2019. Dans cette ville au patrimoine architectural riche s’est développé un tissu associatif fort pour réhabiliter de nombreux édifices comme notamment l’ensemble des bains de Neptune (Băile Neptune).

© Dumitru Rusu (département photo du Birou pentru Arte si Cercetare Urbana - BACU).

JVJustement, le président d’ARCEN vient d’être désigné par le maire de Bucarest Nicusor Dan pour une mission de réduction des risques sismiques et de consolidation des édifices dans la capitale. Comment se passe le travail entre l’Institut et la municipalité depuis la nomination du nouveau maire, Nicusor Dan, élu en 2020 ?

II — Oui, il y a un changement. L’Institut, qui n’a pas d’attribution de contrôle ou d’avis sur les permis de construire, a quand même, d’un point de vue professionnel, d’un point de vue éthique, la responsabilité de signaler à la Mairie les problèmes qu’il observe dans la ville. Des travaux qui détruisent les monuments historiques, notamment. Nous avons envoyé ces dernières années de nombreux courriers à la mairie qui sont restés sans réponse. Depuis l’arrivée du nouveau maire, nous avons pu le rencontrer à deux reprises, en particulier avec son service qui s’occupe de la consolidation des bâtiments. Ils ont sollicité notre expertise sur certaines questions liées au patrimoine. J’espère qu’il y aura un véritable accord de coopération qui donnera un cadre administratif à notre collaboration, car le but commun est de sauver le centre historique de Bucarest.

JVLa municipalité met à disposition des aides financières pour la consolidation des édifices et la prévention des risques sismiques. Comment y contribuez-vous ?

II — Nous mettons à disposition un réseau d’architectes habilités à intervenir sur les monuments historiques. De manière plus globale, l’Institut peut partager son expertise, accumulée au fil des années avec le Programme national de restauration25, par exemple, où l’on a rencontré des difficultés législatives entre le Code du patrimoine et le Code de la construction. Les procédures de marchés publics en Roumanie ne garantissent pas un résultat final qualitatif. Nous sommes présents pour épauler la municipalité dans l’élaboration d’un programme municipal de restauration qui prendrait davantage en considération la conservation stricte du monument, au-delà de sa simple consolidation.

JVHormis la recherche universitaire, existe-t-il des structures d’enseignement aux métiers du patrimoine au sens large ?

II — C’est un point sensible. Il y a bien les anciens élèves de l’université d’architecture Ion Mincu de Bucarest, car la formation aux métiers du patrimoine n’existe plus ; un nouveau programme adapté aux spécificités et aux besoins du pays sera accessible prochainement. Il existe un master sur le patrimoine à l’université de Bucarest, associé à la faculté d’histoire de Bucarest. On peut observer des programmes de spécialisation post-universitaires à Cluj-Napoca, à Timișoara, à Alba Iulia. Ou encore des programmes de formations courtes à destination de la population, comme celui du château Bánffy de Bonțida qui existe déjà depuis vingt ans26.

JVDans les projets de restauration, l’adaptation du patrimoine au changement climatique commence-t-elle à être prise en compte ?

II — Nous envisageons cela, bien entendu. Nous sommes très attentifs à ce qu’il se passe au niveau européen, notamment à la lecture du document « New European Heritage Green Deal27 ». Nous avons intégré dans nos priorités le concept d’économie circulaire. Nous sommes en train de soumettre à l’Union européenne, via le fonds de résilience, un projet inédit de récupération des matériaux provenant de la démolition d’anciens bâtiments, qui a comme priorité cette approche écologique. C’est la préoccupation de l’Institut et nous essayons de faire connaître ces programmes au ministère de la Culture et aux autres ministères, comme le ministère des Travaux publics et son programme de bâtiments verts « La vague de rénovation28 ». L’INP est intervenu avec l’assistance du ministre des Travaux publics pour proposer des mesures spécifiques aux monuments historiques lors d’interventions pour l’efficacité énergétique de ces bâtiments, qui ne peuvent être traités de la même manière. Cette étude est en cours et sera publiée dans un guide de préconisations portant sur les interventions spécifiques aux monuments historiques liées à l’impact du changement climatique.

Haut de page

Notes

1 Réalisé en français et réécrit par Jérémy Vercken de Vreuschmen.

2 Se référer à https://patrimoniu.ro/institutul-national-al-patrimoniului/atributii et https://patrimoniu.ro/institutul-national-al-patrimoniului/istoricul-inp [liens valides en février 2023].

3 Voir https://patrimoniu.ro/institutul-national-al-patrimoniului/istoricul-inp [lien valide en février 2023].

4 Le 4 mars 1977 a lieu une série de séismes dits de Vrancea qui touchèrent la Roumanie et tout particulièrement le centre historique de Bucarest. Nicolae Ceaușescu, alors président de la République socialiste de Roumanie, utilisa cet incident comme prétexte à la démolition massive d’une partie considérable du centre historique pour laisser place à des logements pour la classe ouvrière.

5 Se référer à https://www.europanostra.org/our-work/policy/cultural-heritage-counts-europe/ [lien valide en février 2023].

6 http://revistamonumenteloristorice.ro/ [lien valide en février 2023].

7 La taxe sur les monuments historiques (Timbrul Monumentelor Istorice) est un pourcentage prélevé sur la vente de produits qui se trouvent dans une zone de protection d’un monument historique ou qui utilisent l’image d’un monument historique ; elle bénéficie à la protection du patrimoine roumain. Se référer à https://patrimoniu.ro/restaurare/timbrul-monumentelor-istorice-tmi/apel-timbru-monumentelor-istorice-tmi-2021 [lien valide en février 2023].

8 Les biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial en Roumanie sont principalement culturels : le centre historique de Sighișoara, les églises de Moldavie et de Transylvanie, le paysage minier de Roșia Montană par exemple, et deux biens naturels : le delta du Danube et les forêts primaires des Carpates.

9 Le Programme national de restauration est élaboré à l’échelle nationale et consiste en une aide financière et technique pour la conservation, la restauration ou la consolidation de monuments historiques d’intérêt local ou national, au moyen de fonds délivrés directement par l’État.

10 Voir https://www.memorialsighet.ro/ [lien valide en février 2023].

11 Se référer à https://www.europeanheritageawards.eu/winners/wooden-church-ursi-village/ [lien valide en février 2023].

12 Voir https://muzeulastra.ro/ [lien valide en février 2023].

13 Se référer à https://www.culture.gouv.fr/Aides-demarches/Protections-labels-et-appellations/Label-Architecture-contemporaine-remarquable [lien valide en février 2023].

14 Le Palais administratif de Satu Mare, réalisé en 1972, est l’œuvre de l’architecte Nicolae Porumbescu (1919-1999).

15 Voir https://sovietmodernism.com/2020/04/04/administrative-palace-saru-mare-romania/ [lien valide en février 2023].

16 Se référer à https://www.dcnews.ro/statuia-victoriei-de-pe-malul-canalului-dunare-marea-neagra-in-paragina-ministerul-culturii-da-vina-pe-situatia-juridica-raspuns-exclusiv-pentru-dc-news_831650.html [lien valide en février 2023].

17 Voir https://www.europanostra.org/rosia-montana-europes-7-endangered-world-heritage-tentative-list/ [lien valide en février 2023].

18 Voir https://whc.unesco.org/fr/list/1552/ [lien valide en février 2023].

19 TULBURE Irina, Arhitectura si urbanism in Romania anilor 1944-1960, Bucarest, Simetria, 2016.

20 STROE Miruna, Locuirea intre proiect si decizie politica. Romania 1954-1966, Bucarest, Simetria, 2015.

21 Voir http://socialistmodernism.com/romania/ [lien valide en février 2023].

22 Se référer à https://www.docomomo.ro/ [lien valide en février 2023].

23 Voir https://www.arcen.info [lien valide en février 2023].

24 Se référer à l’article https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/en-roumanie-une-lueur-d-espoir-pour-des-joyaux-architecturaux-menaces_2017422.html [lien valide en février 2023].

25 Voir https://patrimoniu.ro/restaurare/programul-national-de-restaurare-achizitii [lien valide en février 2023].

26 Voir http://www.heritagetraining-banffycastle.org/index.php/en/bhct/built-heritage-conservation-training-centre/revitalisation-of-banffy-castle-bontida [lien valide en février 2023].

27 Se référer à https://issuu.com/europanostra/docs/20210322-european_cultural_heritage_green_paper_fu [lien valide en février 2023].

28 Voir https://ec.europa.eu/energy/topics/energy-efficiency/energy-efficient-buildings/renovation-wave_en [lien valide en février 2023].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Portraits de Nicolae Ceaușescu (1918-1989) exposés à la Galerie Aparte, Iasi (Roumanie), photographie extraite de l’ouvrage Last Christmas (of Ceaușescu) d’Anton Roland Laub, Heidelberg, Kehrer Verlag, 2020.
Crédits © Anton Roland Laub.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36639/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Titre Figure 2
Légende Église Saint-Jean-Nouveau, Bucarest (Roumanie), photographie extraite de l’ouvrage Mobiles Churches d’Anton Roland Laub, Heidelberg, Kehrer Verlag, 2017.
Crédits © Anton Roland Laub.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36639/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 942k
Titre Figure 3
Légende Grande synagogue « polonaise », Bucarest (Roumanie), photographie extraite de l’ouvrage Mobiles Churches d’Anton Roland Laub, Heidelberg, Kehrer Verlag, 2017.
Crédits © Anton Roland Laub.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36639/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 4
Légende Palais administratif, Satu Mare (Roumanie), architecte Nicolae Porumbescu et al., (1972-1984), 2014.
Crédits © Dumitru Rusu (Birou pentru Arte si Cercetare Urbana - BACU).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36639/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Figure 5
Légende Monument pour la jeunesse, Danube-Canal de la mer Noire, Straja (Roumanie), sculpture réalisée en 1986 de Pavel Bucur, 2018.
Crédits © Dumitru Rusu (Birou pentru Arte si Cercetare Urbana - BACU).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36639/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Titre Figure 6
Légende Paysage minier de Roșia Montană (Roumanie), 2016.
Crédits © Petru Mortu.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36639/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Figure 7
Légende Hôtel Roman, Băile Herculane (Roumanie), architecte A. Mureșan, (1974 et 1976), 2019. Dans cette ville au patrimoine architectural riche s’est développé un tissu associatif fort pour réhabiliter de nombreux édifices comme notamment l’ensemble des bains de Neptune (Băile Neptune).
Crédits © Dumitru Rusu (département photo du Birou pentru Arte si Cercetare Urbana - BACU).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36639/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Vercken de Vreuschmen et Irina Iamandescu, « La vision patrimoniale en Roumanie, entre héritage communiste et renouveau »In Situ [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 15 février 2023, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/insitu/36639 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.36639

Haut de page

Auteurs

Jérémy Vercken de Vreuschmen

Architecte, membre associé du laboratoire ACS (ENSA Paris-Malaquais), Paris

jeremyvercken@gmail.com

Irina Iamandescu

Architecte et docteur en architecture, directrice adjointe de l’Institut national du patrimoine (Bucarest) et enseignante à l’université d’architecture Ion Mincu, Bucarest

irina_iamandescu@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search