Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Héritages et controversesPatrimonialiser un héritage contr...

Héritages et controverses

Patrimonialiser un héritage controversé : la ville de Sabaudia dans les marais Pontins

Claiming a controversial heritage: The city of Sabuadia in the Pontine Marshes
Constance Ringon

Résumés

Cet article a pour objet d’étude la ville de Sabaudia, réalisée entre 1933 et 1934 et édifiée dans le contexte de l’assainissement et de la réorganisation des marais Pontins, entrepris par le régime fasciste italien durant la première moitié du xxe siècle.

Il se propose de questionner les dispositifs de reconnaissance de cette ville qualifiée de « moderne » et de « rationaliste » en tant que patrimoine, cela à travers la reconsidération de son plan et de ses édifices à partir des années 1970. Seront abordées les pratiques de conservation, de préservation et de restauration de cet héritage, intervenues récemment, après que certains bâtiments ont éprouvé les affres d’une méconnaissance, et de la damnatio memoriae qui touchèrent la ville à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit de comprendre comment les tentatives de prise en compte des legs de l’histoire italienne se sont heurtées à un refus dans les années 1970-1980, pour ensuite être associées à la politique de promotion et patrimonialisation de la ville à partir des années 2000. À travers la présentation d’opérations de rénovation/restauration, plusieurs questions sont posées concernant l’esthétique moderne, le rapport au paysage, les usages, les techniques ainsi que les pratiques de mise en valeur et leur réinvention dans une città di fondazione.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article s’appuie sur un travail de recherche mené par l’auteure entre 2011 et 2016 dans le cadr (...)

1La création de la ville de Sabaudia prend place dans le contexte de l’assainissement des marais Pontins, réalisé par le régime fasciste italien durant la première moitié du xxe siècle1. Elle répond à la mise en valeur et au peuplement d’un territoire rural, jusque-là̀ largement délaissé.

  • 2 PIACENTINI Marcello, « Difesa dell’architettura italiana », Il Giornale d’Italia, 2 mai 1931, p. 3.

2Qualifiée de rationaliste, de moderne et parfois même, de façon péjorative, de « bolchevique2 », cette cité fait partie du large panorama d’œuvres architecturales et urbaines ayant vu le jour dans les années 1930 en Italie, sous l’impulsion de ce régime totalitaire qui entend moderniser le pays. Sabaudia sera partie prenante du débat opposant les jeunes générations d’architectes modernes aux tenants de l’académisme. À l’instar d’exemples plus renommés comme la casa del Fascio de Côme (Lombardie), due à Giuseppe Terragni (1904-1943), ou encore le quartier de l’EUR à Rome dont la composition d’ensemble fut confiée à Marcello Piacentini (1881-1960), Sabaudia, même en présentant des caractères latins, est emblématique de la pensée moderne d’une époque, visant à la faire entrer dans un art d’État, représentatif de l’Italie fasciste, tel que le conçoit Mussolini.

  • 3 ZEVI Bruno, Storia dell’architettura moderna [1950], Turin, Einaudi, vol. 1, 2010.

3À la chute du régime, Sabaudia, qui avait donné lieu à de si nombreux commentaires et débats au moment de sa réalisation, ne suscite guère de réflexions en dehors des quelques lignes que lui consacre Bruno Zevi dans l’histoire de l’architecture qu’il publie en 19503. Ce qui nous intéresse ici concerne le devenir de cette ville. De la deuxième moitié du xxe siècle à aujourd’hui, Sabaudia va peu à peu regagner la reconnaissance dont elle disposait à sa création, au rythme de positions qui lui redonneront son statut de ville remarquable. Comment cette reconnaissance se constitue-t-elle et se renforce-t-elle au fil du siècle ? Quels acteurs la font émerger et la portent ? Comment s’occuper de la gestion d’un objet urbain dans sa totalité sans le dénaturer ? Comment offrir une hybridation entre la pensée patrimoniale et l’adaptation aux usages des habitants ?

4Dans un premier temps, nous reviendrons sur l’édification de la ville de Sabaudia, et sur les références architecturales qu’on lui attribue avant même sa réalisation complète, advenue en 253 jours.

5Nous retracerons ensuite la façon dont les tentatives de prise en compte des legs de l’histoire italienne se sont heurtées à un refus, puis à des difficultés au tournant des années 1970-1980.

6Enfin, nous examinerons les dispositifs de mise en valeur de la ville, au cours des vingt dernières années.

7Il s’agira d’identifier les pratiques actuelles de mise en valeur et leurs réinventions au regard de ce territoire redessiné par une volonté politique forte. La question politique surgit aussi d’une autre manière : la patrimonialisation ne permet-elle pas de décerner à ces architectures issues d’un régime totalitaire une dignité incompatible avec leur origine politique ? Comment se constitue la valeur de l’héritage moderne italien ? Peut-on même parler de patrimoine moderne face à ces legs qui semblent toujours controversés à l’heure actuelle ?

À propos de Sabaudia

  • 4 Cette entreprise a en effet connu de nombreuses tentatives au fil des siècles, César, Auguste, plus (...)

8La ville de Sabaudia est édifiée entre 1933 et 1934 dans les marais Pontins. Le régime fasciste a en effet décidé d’assainir cette zone afin d’y implanter un vaste territoire agricole. Le « rachat » de cette terre sera une opération politique exemplaire pour Mussolini ; réussir une entreprise jamais aboutie entièrement auparavant doit lui permettre d’asseoir son autorité sur le peuple italien4. Il s’appuie notamment sur l’Opera Nazionale Combattenti (l’Œuvre des anciens combattants, ONC) pour mener à bien cette entreprise. Afin de fournir les services nécessaires à la vie quotidienne (mairies, hôpitaux, écoles, églises…), Mussolini accompagne ce projet par la création de plusieurs villes, insérées dans un maillage de voies, de canaux et d’ouvrages hydrauliques.

9À la suite d’un concours remporté par quatre jeunes architectes, Gino Cancellotti (1896-1987), Eugenio Montuori (1907-1982), Luigi Piccinato (1899-1983) et Alfredo Scalpelli (1898-1966), Sabaudia est édifiée en moins d’un an. Très vite, avant même sa réalisation complète, elle fait l’objet de commentaires qui l’insèrent pleinement dans les débats architecturaux et politiques de l’époque. Pour les plus traditionalistes, elle est une des représentations de cette architecture moderne, « bolchevique » qu’ils ne supportent pas de voir apparaître en Italie. Pour les plus progressistes, elle est une hybridation réussie entre une modernité ardemment recherchée et le caractère de latinité dont doit faire preuve le nouvel « art d’État » prôné par Mussolini.

10Mais qu’en est-il réellement ? Avec son plan en baïonnette, issu de la via Migliara 53, route orthogonale à l’antique via Appia, le dessin de Sabaudia s’étage sur les courbes de niveau du territoire où elle se dresse [fig. 1]. Surplombant ainsi légèrement le lac Paola, la ville s’ouvre sur le paysage, qui offre en toile de fond le mont Circé et une dune de sable séparant le lac de la mer Tyrrhénienne. Au cœur de la ville nouvelle, une grande place en forme de L accueille les édifices principaux : palazzo del Comune flanqué de sa tour [fig. 2], casa del Fascio [fig. 3], siège de l’Opera Nazionale Combattenti, auberge… Non loin de là se situe l’ensemble ecclésial de la ville. Les bâtiments publics sont disposés autour de ce cœur nouvellement bâti. Les logements, quant à eux, sont répartis selon leurs densités respectives.

Figure 1

Figure 1

Plan de Sabaudia (Italie), architectes Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli (1933-1934), conservé aux archives Piccinato à Rome (ALP_01.02_036) et redessiné par Constance Ringon, 2015.

© Constance Ringon d’après Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli.

Figure 2

Figure 2

La piazza del Comune, Sabaudia (Italie), architectes Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli (1933-1934), 2015.
Place autour de laquelle se dressent l’auberge, à gauche, le palazzo del Comune, au centre, et la casa del Fascio, à droite.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

Figure 3

Figure 3

Le largo Giulio Cesare, Sabaudia (Italie), architectes Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli (1933-1934), 2014.
En toile de fond se dressent l’église et son campanile, sur la gauche se succèdent le palazzo del Comune, le siège de l’Opera Nazionale Combattenti (ONC) et à droite, la casa del Fascio avec sa tour en brique.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

11Les bâtiments sont d’un dessin simple rappelant les principes modernes : toiture-terrasse, baies régulières et peu ornementées. Néanmoins, les architectes y ajoutent une écriture plus latine, méditerranéenne. Les gabarits de l’ensemble urbain sont assez bas, mais quelques tours offrent des contrepoints verticaux qui génèrent une harmonie dans la composition urbaine. Des portiques jouxtent parfois les voies principales, créant des passages couverts opportuns sous le soleil méridional [fig. 4 et 5]. Les édifices sont revêtus d’enduits aux tons chauds. Ils disposent de soubassements en briques ou en travertin. L’ambiance pourrait faire penser à celle d’un tableau de Giorgio de Chirico qui aurait pris vie.

  • 5 LE CORBUSIER, La Ville radieuse. Éléments d’une doctrine d’urbanisme pour l’équipement de la civili (...)

12L’écriture architecturale de la ville donnera lieu à débats ; entre ville moderne et caractères italianisants, elle se pose en modèle pour les jeunes architectes qui se revendiquent du courant rationaliste italien. Plusieurs architectes étrangers la visiteront et exprimeront leurs avis, à l’image de Le Corbusier qui, lors de son séjour italien en 1934, relie la ville à sa conception du village coopératif5.

Figure 4

Figure 4

La piazza del Comune de Sabaudia (Italie) vue de la tour du palazzo del Comune ; à gauche, le bâtiment abritant la casa del Fascio et le cinéma, à droite, l’auberge, architectes Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli (1933-1934), 2014.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

Figure 5

Figure 5

Le corso Vittorio Emanuele III bordé d’édifices avec galeries en rez-de-chaussée, Sabaudia (Italie), architectes Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli (1933-1934), 2012.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

De l’après-guerre aux années 1990, des tentatives de mise en valeur vouées à l’échec

13Au sortir de la guerre, la ville, perçue auparavant comme un modèle architectural et urbain, n’est plus regardée en tant que telle. Elle s’adapte aux besoins de la population ; pendant un temps, elle n’est plus considérée comme un objet architectural et urbain, mais seulement comme un lieu de vie, une ville provinciale italienne. Une torpeur méditerranéenne s’installe et il faut attendre les années 1960 pour qu’un changement s’amorce.

Commémorer un héritage ambigu

14L’attention portée à Sabaudia se déplace à ce moment-là à une échelle locale. Si la ville ne jouit plus d’un intérêt international, des célébrations aux dates anniversaires de sa naissance sont néanmoins organisées à partir de 1959, pour ses vingt-cinq ans. Ils rassemblent les élus locaux, les notables et les habitants. Ils visent à rappeler cette fondation ex nihilo sans nécessairement insister sur ses origines fascistes ; un récit est construit et laisse après sa narration des documents le relatant. Un dispositif mémoriel est ainsi constitué, destiné à assurer la pérennité de la ville.

15Ces commémorations, nous le verrons, se poursuivent aujourd’hui de manière compulsive. Leur cadence s’est intensifiée et donne lieu à toujours plus de contenus, très divers. Par leurs répétitions même, elles contribuent à asseoir l’existence de Sabaudia et à constituer une image unificatrice, proposée aux habitants et aux visiteurs.

L’intelligentsia romaine et Sabaudia

  • 6 Ces propos de Pier Paolo Pasolini sont énoncés dans un petit film intitulé Pasolini e…la forma dell (...)

16La première redécouverte de la ville se joue dans les cercles de l’intelligentsia romaine. Plusieurs intellectuels, auteurs, cinéastes ou artistes, la découvrent, y séjournent et la racontent. Ils prennent le temps de se questionner sur « l’architecture fasciste », la resituant, à l’image de Pier Paolo Pasolini, dans « la réalité de l’Italie provinciale, rustique, paléo-industrielle6 ». L’aura du lieu et la fascination qu’il exerce semblent même changer avec le temps qui passe, comme l’explique le cinéaste Bernardo Bertolucci :

  • 7 BERTOLUCCI Bernardo, in DE BEI SCHIFANO Monica, MERCURIO Gianni & RONCHI Luca (dir.), Un cielo pien (...)

En 1958, j’avais 17 ans, Moravia appela mon père et lui dit : « pourquoi ne m’accompagnes-tu pas, je vais chercher une maison le long de la mer de Sabaudia, sur les dunes […]. » En repartant, nous nous arrêtons à Sabaudia pour boire un café et je me souviens comment Alberto et mon père (et moi aussi, les imitant), fument offensés par la laideur de l’architecture fasciste de Sabaudia. Flash en avant, vingt ans après, en 1978. Je tourne La Luna, sur cette même plage, et miraculeusement, Sabaudia, qui était l’horrible architecture fasciste, est devenue magnifique. Ce sont les mystères de l’évolution du goût, en 1958, l’esthétique ne suffisait pas à sauver un lieu, il y avait le souvenir historique7.

17Le lieu devient un endroit propice à la création artistique. Cela contribue à changer l’image de la ville. Du territoire maîtrisé par l’homme grâce à l’assainissement des marais Pontins, on passe à un territoire investi de significations marquées par l’imaginaire et le rêve.

Le plan des années 1970 : affirmer la protection d’un héritage

18Conjointement à cet imaginaire révélé par les artistes, une première réflexion envisageant la protection de la ville s’esquisse dans les années 1970 avec la commande d’un nouveau plan régulateur. À cette occasion, la municipalité convoque deux des architectes du plan originel, Eugenio Montuori et Luigi Piccinato, à qui sera associé un ingénieur, Martino Taviano. L’œuvre première est alors reconsidérée. En réponse à l’orientation touristique de la ville et à la spéculation immobilière qui en a découlé, Piccinato, Montuori et Taviano dessinent pour Sabaudia une évolution souhaitable.

19Les grands principes proposés dans ce plan sont liés à la valorisation du paysage dans lequel prend place la ville : Sabaudia et ses alentours doivent, dans la mesure du possible, être gardés intacts. Les zones résidentielles seront concentrées dans certains secteurs, de manière à préserver les bords du lac et la dune faisant face à la mer. La ville s’est développée vers l’est. Les architectes ne vont pas à l’encontre de cette tendance, mais souhaitent lui donner une limite : il s’agira d’utiliser l’ancien terrain de sport comme une nouvelle frontière entre ville et nature. Cette étendue pourrait contenir un nouveau centre de services. Les zones vertes limiteraient la construction et offriraient à Sabaudia une façade piétonne dotée d’aires de jeux, d’écoles, de crèches, et d’espaces dédiés aux pratiques sportives. Ce système de trame verte pourrait en outre conférer à la ville une unité paysagère. Dans cette optique, le nouveau plan régulateur propose la création d’un système de parcs publics reliés et non constructibles [fig. 6].

20Ce plan ne contredit pas une volonté d’extension de la ville puisqu’il permettrait d’accueillir 26 000 habitants alors que la ville n’en compte que 10 000 au début des années 1970.

Figure 6

Figure 6

Plan régulateur de Sabaudia (Italie), architectes Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Martino Taviano (1969-1971), conservé dans les archives d’Ettore Pellegrini et schématisé par Constance Ringon, 2021.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

21Si elles semblent encore répondre à des problématiques très actuelles de patrimonialisation urbaine, paysagère et végétale, ces propositions n’ont pas été retenues ; la route longeant la mer, qui aurait pu devenir piétonne, est toujours ouverte aux automobiles, les quartiers proposés à l’extérieur du centre ancien de la commune ont été réalisés seulement en partie et le développement de la ville ne s’est pas arrêté au terrain de sport. Les constructions ont continué à proliférer pour une population d’aujourd’hui environ 20 000 habitants, nombre inférieur aux prévisions.

22C’est un premier pas vers la conscience du devoir de protection d’un héritage.

L’ébauche d’une conscience patrimoniale face à des évolutions inopportunes dans les années 1980

23Avec cette première tentative, l’évolution de Sabaudia s’annonce paradoxale. Alors que très tôt se manifeste la volonté d’assurer sa pérennité avec la création d’un récit, ce n’est que tardivement que cette volonté se traduit par une protection véritable. Des intentions sont ébauchées et exprimées tandis que des positions antagonistes se confrontent, comme cela sera le cas pour deux édifices de la ville.

24La voix de l’un des premiers acteurs favorables à une protection patrimoniale, Giorgio Muratore, architecte, ancien élève de Bruno Zevi, ne sera guère entendue. Dans la revue publiée à l’occasion de l’exposition dédiée à la ville en 1985, il met l’accent sur l’urbanisme général de Sabaudia, caractérisé par les rapports entretenus par l’architecture et l’urbanisme et par les typologies et la morphologie de la ville, qui lui donnent une unité. Cette unité est, pour Muratore, primordiale :

  • 8 MURATORE Giorgio, « Sabaudia 1933-1934 », in PASQUALI Giuseppe & PINNA Pasquale (dir.), Sabaudia, 1 (...)

Si nous devons parler de qualité, de valeur et de sens dans le cas de Sabaudia, […] il nous apparaît que ceux-ci sont déterminés à proprement parler par l’ajustement parfait entre le plan de la ville et les projets architecturaux […]. C’est à proprement parler cette unité particulière qui fait de Sabaudia cette urbanité unique dont le sens ne peut désormais plus être sous-évalué par personne […] nous souhaitons que les bâtiments conservent pour l’avenir leur image originelle qui, comme nous l’avons vu, a beaucoup de sens dans le panorama de la culture architecturale italienne et internationale. Nous souhaitons qu’elle puisse également rester un modèle pour ce champ d’investigation inexploré qu’est le problème de la « restauration du moderne » qui s’offre aujourd’hui à l’attention des architectes contemporains8.

  • 9 Entretien réalisé avec Giorgio Muratore le 4 septembre 2015.

25À l’occasion d’un entretien qu’il m’a accordé, Giorgio Muratore considère que l’attention portée à Sabaudia s’est révélée à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa fondation et coïncide avec le changement politique italien marqué par l’arrivée des socialistes au pouvoir9. Selon lui, se produit une révision culturelle accompagnée d’un intérêt nouveau pour les architectures du début du siècle. Ces regards qui se portent sur Sabaudia accompagnent « la redécouverte post-moderne » de la ville et de ses formes urbaines, notamment de la rue et de la place, que les points de vue « bénévolien, corbuséen et hollandais » avaient fait oublier et rejeter. Muratore note également que les analyses de l’architecte Paolo Portoghesi sur Sabaudia sont les premières à évoquer les racines antiques et médiévales de la ville qui se fondent notamment sur une reprise du plan cardo-décumanique et sur une réinterprétation de la place. Il va même jusqu’à remettre en cause certaines références associées à la ville : 

  • 10 PORTOGHESI Paolo, « Le città di fondazione », in PORTOGHESI Paolo & CAPELLINI Lorenzo (photogr.), L (...)

L’effort de Zevi de voir en Sabaudia un franchissement du rationalisme dans la direction « organique » nous apparaît, à trente années de distance, assez pathétique. Ni Piccinato ni Montuori ne connaissaient les théories urbaines de Wright […]. Ils travaillaient avec Piacentini et connaissaient ses expériences urbaines, son habileté de constructeur de « système de places » selon la tradition italienne10.

26Cette relecture des références n’empêchera pas plusieurs atteintes à l’intégrité de Sabaudia. Il faut en effet constater que les modifications de deux bâtiments, intervenues avant les années 1990, ont eu des conséquences dramatiques pour sa conservation. Elles traduisent une sorte d’étanchéité entre les points de vue développés par les architectes et historiens et les élus politiques.

27Le premier cas de figure est celui du marché couvert de la ville. Signée par les auteurs du plan, cette halle à la structure en béton armé et aux poteaux cruciformes prend place au cœur de la ville, sur une place piétonne.

  • 11 LONOCE Renzo, Sabaudia, i giorni tra le bianche torri, Latina, Tipogr. Selene, 2007.

28En 1986, la décision est prise par la municipalité de le détruire en raison de sa prétendue vétusté et des risques d’effondrement. Il s’agit en réalité d’une manœuvre des élus municipaux appartenant à la Démocratie chrétienne et de l’organisme provincial pour le tourisme qui souhaitent voir apparaître un centre des congrès et un complexe hôtelier en ce lieu11. L’objectif est avant tout économique et ne tient pas compte des qualités urbaines. Le projet restera sur le papier, mais la destruction sera effective, laissant désormais un espace vide dans la ville, sur lequel se tient toujours un marché de plein air [fig. 7 et 8]. Il sera d’ailleurs par la suite démontré par un élu du Mouvement social italien, parti d’extrême droite, qu’il n’existait pas de réel danger d’écroulement du bâtiment. Que signifie cette opposition à la destruction ? Est-ce un réel intérêt pour l’architecture moderne qui transparaît là, un simple constat sur un bâtiment que l’on aurait pu conserver ou peut-on regarder cette volonté comme une manifestation de l’idéologie de droite soucieuse de préserver la ville ? Si des divergences politiques se traduisent à travers cette démolition, il semblerait que celles-ci ne se jouent pas au niveau de l’architecture qui est finalement peu prise en compte. Les désaccords sont principalement politiques.

Figure 7

Figure 7

La place du marché de Sabaudia (Italie), après destruction du bâtiment, 2010.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

Figure 8

Figure 8

La place du marché de Sabaudia (Italie), après destruction du bâtiment, 2014.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

  • 12 FICHERA Giuseppe, Sabaudia… primo amore, nel 50° anniversario della città, ricordi e testimonianze (...)

29Cet arasement, outre des oppositions, suscita aussi des critiques de la part d’autres acteurs comme Luigi Piccinato qui, trois mois avant sa mort, notait dans un échange de courriers avec Giuseppe Fichera, le premier maire élu de la ville en 1946, que « Le cadre organique de la ville […] a subi quelques mutilations : parmi elles, celle du magnifique marché couvert auquel sera substitué on ne sait quoi. En somme, le style peut être sauvé seulement en comprenant l’esprit de l’urbanisme qui animait l’ensemble12. ».

  • 13 PETRIANNI Francesco, « Il Palazzo Comunale di Sabaudia non si tocca », l’Unità, 18 décembre 1986, p (...)

30Un autre remaniement a provoqué un certain émoi ; il s’agit de la transformation du palazzo del Comune, édifice majeur de la ville, à la fin des années 1980. Cet édifice réalisé par les auteurs du plan de Sabaudia abrite le pouvoir communal depuis l’inauguration de la ville. Le nouveau projet propose un agrandissement des salles dédiées à l’exposition de quelques œuvres du sculpteur Emilio Greco (1913-1995), léguées à la ville. Si, pour le marché, les voix qui s’étaient élevées contre la destruction étaient rares, les pouvoirs politiques vont ici s’affronter. La Démocratie chrétienne, à la tête de la ville, soutient fortement ce projet tandis que le parti communiste le rejette, évoquant le fait qu’il dénaturerait l’édifice, et, a fortiori, la ville. Plusieurs figures interviennent dans la presse locale et le débat est même exposé à un niveau national lorsqu’il est porté à la connaissance de l’Istituto Nazionale di Urbanistica et d’Italia Nostra, association de sauvegarde des biens culturels, artistiques et naturels. Des quotidiens nationaux comme l’Unità et des revues spécialisées telle L’architettura. Cronache e storia se montrent très critiques vis-à-vis des altérations que pourrait subir le palazzo del Comune13. Selon eux, Sabaudia a une valeur historique et documentaire dont il faut conserver les caractéristiques originelles. Les défenseurs de l’intégrité du palazzo del Comune n’auront pas gain de cause même si, à travers ces protestations, s’amorce une pensée patrimoniale.

  • 14 PICCINATO Luigi, « Il significato urbanistico di Sabaudia », Urbanistica, no 1, 1934, p. 10-24.

31La transformation réalisée dans l’aile sud-est pour présenter les œuvres d’Emilio Greco a pour conséquence des changements à l’intérieur, mais aussi sur la façade du bâtiment ; alors que la partie sud-ouest était seulement matérialisée par une terrasse au premier étage qui reliait les deux ailes, et offrait ainsi une vue vers le parc de la ville, le bâtiment est refermé par des parois de verre qui abritent le musée. Si ce changement peut sembler mineur au premier abord, il entre néanmoins en opposition avec la volonté des architectes14. À l’origine, une perspective visuelle s’ouvrait depuis la place centrale vers le lac, traversant le palazzo del Comune. Cette séquence spatiale est rompue [fig. 9, 10 et 11].

Figure 9

Figure 9

Les plans du palazzo del Comune de Sabaudia (Italie) avant la création du musée Emilio Greco (en haut) et après les modifications (en bas). Dessins de Constance Ringon d’après les plans de Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli (1933-1934) et à la suite des relevés réalisés sur place, 2015.

© Constance Ringon d’après Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli.

Figure 10

Figure 10

La fermeture du cortile du palazzo del Comune, Sabaudia (Italie), vue de l’extérieur, 2014.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

Figure 11

Figure 11

La fermeture du cortile du palazzo del Comune, Sabaudia (Italie), vue de l’intérieur, 2014.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

32Pour la première fois, autour de cette opération qui touche un bâtiment majeur de Sabaudia, s’est développé un débat sur la nature des œuvres léguées qui, lors de la destruction du marché, était resté latent. Il s’ouvre d’abord entre les conseillers municipaux, s’élargit à d’autres acteurs, notamment aux institutions culturelles, aux milieux de l’architecture et aux habitants qui constituent un comité pour la sauvegarde de la ville.

33On peut sans doute considérer ce moment comme fondateur de l’émergence d’une conscience patrimoniale commune mobilisant tout un ensemble d’acteurs. Entre 1980 et 1990, on ne mesure pas encore bien l’impact de certaines modifications sur les bâtiments, car la notion de patrimoine moderne n’est pas encore explicite. Cette conscience s’intensifie par la suite et prend forme dans des réflexions portées par la Ville, reformulant le rapport à cette architecture et à cet urbanisme si particuliers.

De 2001 à aujourd’hui, la patrimonialisation à l’œuvre

34C’est seulement une dizaine d’années plus tard, à partir de 2001, que la notion de patrimoine intervient spécifiquement dans cette ville et qu’une véritable réflexion sur la conservation de ses formes urbaines et architecturales s’engage.

Quand la loi intervient

  • 15 Une proposition de loi similaire concernant les villes de fondation sardes est en cours de réflexio (...)
  • 16 PRISCO Luigi, « La legge regionale per le città di fondazione », in MICALIZZI Paolo & PASSERI Alfre (...)

35La première disposition est décrétée en novembre 2001, lorsqu’est édictée la loi régionale no 27 concernant les « interventions pour la connaissance, la sauvegarde et la valorisation des villes de fondation », étant entendues ici comme des centres urbains réalisés dans les années 1930 à partir d’un projet présentant une unité15. Cette loi, propre à la région du Latium, s’intéresse spécifiquement aux marais Pontins. Avant elle, c’était la loi no 1089 du 1er juin 1939 sur la « protection des biens d’intérêt artistique ou historique » qui gérait la sauvegarde de ces biens. Les œuvres des années 1930 étaient comprises dans un ensemble plus large d’œuvres à conserver16. Cette nouvelle loi dépasse ces prescriptions générales et s’intéresse au caractère historique de ces œuvres qui ont véhiculé, dans un laps de temps bref, les ferments de la modernité. Cela permet d’identifier une catégorie de patrimoine particulier : les villes modernes des années 1930. Cette loi repose sur la manière d’appréhender un patrimoine jusqu’à présent estimé, mais non exploité à sa juste valeur. L’encouragement à sa redécouverte et à son étude a pour but de générer des interventions de qualité.

36L’attention désormais portée aux villes de fondation se situe dans un cadre juridique qui engendre de nouveaux modes d’action, notamment des interventions plus qualitatives, car s’appuyant sur des connaissances précises en ce qui concerne les aspects culturels, sociaux et techniques.

Les commémorations compulsives

37À partir des années 2000, le rythme des commémorations de la naissance de la ville s’emballe dans une sorte de volonté compulsive qui fait perdre à ces événements leur caractère de rituel pour devenir une habitude et se transformer en communication culturelle orchestrée par le pouvoir municipal.

  • 17 Ces deux expositions ont donné lieu à des publications : BURDETT Richard, Sabaudia, città nuova fas (...)

38Ces fêtes représentaient antérieurement une valeur d’assise et de continuité pour la ville. Devenues annuelles, elles sont désormais accompagnées d’expositions et de publications de nature diverse, promouvant, comme dans une suite logique de la loi édictée, les valeurs urbaines et architecturales de Sabaudia. La célébration de ces anniversaires a ainsi dépassé le niveau local. Désormais, la presse en fait mention, les expositions sont parfois exportées à l’étranger ou sont organisées par des acteurs internationaux, à l’image de l’exposition « Sabaudia 1933. Città nuova fascista » organisée à l’Architectural Association de Londres en 1982 par Richard Burdett, avec le concours de Giuseppe Pasquali et Pasquale Pinna, architectes italiens qui réalisent à leur tour une exposition sur la ville, en 1984, à l’occasion de ses cinquante ans17.

  • 18 À ce propos, il est intéressant de consulter plusieurs articles : RIDET Philippe, « Sur fond de rév (...)

39La ville a activé une dynamique qui s’enrichit de toujours plus de publications, d’événements et de mises en scène. À plusieurs reprises, des tentatives se manifestent pour associer dans une célébration commune l’architecture et le régime politique. Tout en n’étant pas particulier aux villes de fondation héritées de l’époque fasciste, le révisionnisme peut se trouver conforté par ces lieux qui demeurent un témoignage présent de cette histoire que certains courants politiques cherchent à réactiver18.

Vers une muséification

40Envisager la ville en tant que patrimoine permet donc d’engager des événements récurrents. Les pratiques se renouvellent et à la fin des années 2000, on assiste en quelque sorte à une muséification de Sabaudia, avec les ambiguïtés que cela implique.

41En 2010, la commune a dessiné un « parcours rationaliste ». À l’aide d’une signalétique spécifique, le plan de Sabaudia est apposé en plusieurs endroits de la cité. Il situe les principaux édifices [fig. 12]. Adjointe à cette planche générale, l’histoire de sa naissance est présentée avec quelques photos. Ce parcours se poursuit avec des panneaux de présentation devant chaque édifice majeur mentionnant le nom des architectes, les dates de réalisation… Ces écriteaux, disposés de façon permanente, créent ainsi un parcours comparable à celui d’un musée et proposent de s’arrêter devant une œuvre d’art et de lire ce qui l’explicite. Exposition ambivalente : elle peut contribuer à favoriser une meilleure connaissance de la ville, mais en la muséifiant au sens propre du terme, la signalisation réduit la visite aux œuvres dignes d’attention.

Figure 12

Figure 12

Le panneau de présentation du parcours rationaliste mis en place dans la ville en 2010, Sabaudia (Italie), 2014.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

42En 2012, « Sabaudia Città giardino » indique la situation des espaces culturels dans la ville. En 2014, la commémoration des quatre-vingts ans de la ville s’est accompagnée d’un accrochage sur les poteaux des portiques de la piazza del Comune, saturés de panneaux thématiques.

43Cette surenchère fige l’espace de la rue qui devient musée, détourne le regard du promeneur de sa propre quête. Comme pour les anniversaires, la commune multiplie les informations à l’adresse de celui qui parcourt son espace. Ces initiatives sont destinées à présenter l’histoire de Sabaudia aux visiteurs, mais elles impliquent aussi une sorte de réification de la ville, au détriment de la mobilité, des usages et des regards du présent.

44La posture que traduit cette mise en scène se retrouve peut-être même dans la restauration de la poste. Le parti pris est celui d’un retour à la composition originelle du bâtiment malgré le changement d’usage.

Une restauration qui s’adapte aux usages actuels

45La poste de la ville, réalisée entre 1933 et 1934 par l’architecte Angiolo Mazzoni (1894-1979), est rapidement devenue son emblème. Paré d’une mosaïque bleue, l’édifice est mentionné depuis sa création et apparaît dans de nombreux ouvrages, illustrant la modernité d’une époque grâce au caractère futuriste qu’on lui prête. Au fil du siècle, le bâtiment a toutefois connu de nombreuses dégradations et a été laissé à l’abandon. Au début des années 2000, sa restauration et sa transformation en un lieu culturel sont envisagées : il deviendra le centre multimédia de Sabaudia, occupant ainsi une fonction de médiathèque et d’office du tourisme spécialisé dans le patrimoine architectural moderne des marais Pontins [fig. 13]. La commune décide de réaliser une restauration précise. Cela ne semble pas avoir fait grand débat, ceci pour deux raisons : le bâtiment est endommagé et il est nécessaire d’agir rapidement si on veut le sauvegarder et le projet envisagé n’a pas pour vocation de changements radicaux. On ne lui adjoindra aucune nouvelle construction et on ne modifiera pas l’espace intérieur, à la différence de ce qui a été réalisé pour le palazzo del Comune. Au contraire, l’idée est de se calquer au maximum sur le projet originel, même en ce qui concerne les éléments architecturaux « invisibles » du projet (structure…).

Figure 13

Figure 13

La poste après sa rénovation, Sabaudia (Italie), architectes Angiolo Mazzoni (1932-1934) et Pierluigi Milone (2009-2010), 2014.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

46La rénovation entreprise sur le bâtiment témoigne d’une conscience patrimoniale en action. La poste est non seulement restaurée, mais on prend acte de cette restauration. De manière pédagogique, on publie des ouvrages qui l’explicitent. Avec cette opération, une position différente de celles qui ont précédé est adoptée. Les libertés antérieures, qui se sont manifestées par la destruction et les modifications de l’intérieur d’un bâtiment, sont abandonnées. La posture tenue face à cet édifice est de le conserver et de le remettre en état.

47Il est intéressant de nous pencher sur un dernier exemple de traitement d’espaces en lien avec les usages actuels afin de comprendre les différents enjeux de patrimonialisation de la ville. Il s’agit de la rénovation entreprise pour requalifier la piazza del Comune, place centrale de la ville où convergent les routes principales. Elle est composée d’un espace en baïonnette et fait fonction de pivot entre les principaux édifices. Au fil du siècle dernier, le projet a perdu ses caractères d’origine : le sol s’est abîmé, du mobilier urbain a été ajouté, les matériaux ont été dénaturés par le temps et par les réparations exécutées au fil des ans [fig. 14].

Figure 14

Figure 14

La piazza del Comune de Sabaudia (Italie) avant sa restauration, 2010. Du mobilier urbain a été ajouté, le sol est abimé, les voitures se garent sur la place.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

  • 19 Entretien réalisé avec Giorgio Muratore le 4 septembre 2015.

48En 2004, la décision est prise de lui rendre sa prestance d’antan en la débarrassant du superflu. La prescription qui en découle fait état de trois éléments à respecter : le maintien du végétal, l’élimination des stores et un coloris du sol qui soit analogue au gris clair du pavement en béton des trottoirs. Un premier projet est proposé en 2009. Accepté par la mairie, car en adéquation avec la demande de la commune, il va toutefois rapidement faire l’objet d’une résistance. En effet, si les architectes ont eu la volonté de restituer la perception originelle et semblent prudents quant au traitement de cette place, cette vision n’est pas partagée. Dans un processus d’escalade, ce projet, dont les vues 3D sont présentées sous forme de panneaux sur les façades de la mairie, est d’abord critiqué, puis rejeté. Par voie de presse et sur internet, le débat s’enfle jusqu’à devenir national : trente sénateurs s’adressent notamment à Sandro Bondi, ministre italien des Biens et Activités culturelles en 2010 pour stopper le projet, et Italia Nostra lance une pétition. Giorgio Muratore, architecte et historien spécialiste de l’architecture rationaliste, parle de ce qui, selon lui, détermine la qualité de ce lieu : « Elle avait une dignité pauvre, le projet changeait tout cela […] cette pauvreté était la qualité qui avait plu à tous ceux qui y sont venus19. » La protestation atteint son sommet le 24 octobre 2010 lorsque des associations et des habitants organisent une rencontre dans le musée Greco, au terme de laquelle le maire accepte de transformer le projet en une restauration à l’identique.

49Ce second projet révisé se place donc dans l’optique de la conservation des caractères originels et de l’entretien réclamés par la ville. Il ne s’agit plus de façonner un espace pour l’actualiser. Le premier projet avait pour préoccupation l’agrandissement de l’aire piétonne, sa mise en relief, qui créerait un ralentissement, voire un obstacle pour les véhicules notamment grâce à une mise à niveau de la chaussée et du trottoir. Mais ces aménagements allaient à l’encontre des principes d’organisation de la place primitive. L’intervention, finalement « légère », se rapproche, en termes de réflexion, de celle de la poste qui a vu le bâtiment retrouver ses caractères initiaux, jusque-là oubliés [fig. 15]. Il semblerait, à travers ces deux projets phares de la ville durant les années 2010, qu’une nouvelle orientation se dégage à Sabaudia quant à l’intervention sur le centre « ancien » : la restauration de la ville, à l’image de ce qu’elle était à l’origine. Notons toutefois que les usages évoluent avec le temps et que, comme le faisait remarquer le maire de la ville, Maurizio Lucci, certains ajouts sont nécessaires : les arbres de la piazza del Comune qui protègent des fortes chaleurs de l’été, ou le changement d’usage de la poste, par exemple. Se pose alors une question légitime : qu’a-t-on le droit de toucher à Sabaudia ? Et de quelle façon ? Pourquoi, finalement, une petite ville de province, somme toute récente, obtient-elle plus d’attentions et de faveurs qu’une ville « ancienne » dont les espaces publics sont fréquemment retravaillés et recouverts ? La question représente un véritable enjeu au niveau de l’adaptation d’un lieu à des pratiques actuelles. Est-ce en raison de sa conception intégrale que l’ensemble doit être conservé dans sa totalité, à la différence d’une ville « historique » qui s’est constituée au fil du temps ?

Figure 15

Figure 15

La piazza del Comune de Sabaudia (Italie), après sa restauration par Luca Conte, Oreste Coluzzi et Laura Culmone (2004-2012), 2014.

© Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).

  • 20 CAVALLARI Paolo & COLAROSSI Paolo (dir.), Spazio pubblico e bellezza nella città, IFHP Sabaudia Sum (...)

50Pour aller au-delà de cette muséification qui fige parfois la ville, peut-être faut-il se pencher sur quelques-unes des tentatives de réflexion émanant d’architectes qui font aujourd’hui de nouvelles propositions, à l’image de l’événement « Sabaudia Summer School on Urban Design », organisé de 2011 à 2016 dans le cadre de l’International Federation for Housing and Planning (IFHP) avec l’ambition de faire réfléchir les étudiants en architecture sur des thèmes spécifiques concernant la reconsidération de cette ville si particulière20.

51Cette conscience du patrimoine qui se développe peu à peu est aussi soutenue par l’État qui, au-delà des protestations locales et savantes, vient se placer comme un défenseur du patrimoine moderne italien.

Conclusion : la patrimonialisation comme produit culturel ?

52La patrimonialisation d’un bâtiment, d’une ville, démarche actuellement revendiquée dans de nombreux lieux, prend un sens particulier pour l’ensemble des réalisations italiennes de l’entre-deux-guerres. Compte tenu de leurs origines, n’est-ce pas un moyen, lorsque cette mise en valeur intervient, d’en réécrire l’histoire ? Cette patrimonialisation est-elle un rachat et la recherche d’une certaine dignité ? Est-ce une manière d’estomper la référence à leurs origines en déplaçant les regards sur les caractères qualitatifs de ces architectures et les références artistiques qui leur sont propres ?

53La patrimonialisation en cours à Sabaudia depuis la fin du xxe siècle conforte et prolonge ce processus de réécriture de la ville en lui conférant une valeur qui, d’une certaine manière, la dépasse puisqu’elle l’évalue à l’aune de critères dont la reconnaissance se veut universelle, contribuant ainsi à la détacher de références antérieures.

  • 21 LYONS Carolyn, « Architecture et politique. La Rome du Duce », Courrier international, 3 octobre 20 (...)

54Pourtant, le traitement de ces réalisations, pour la plupart qualifiées de « rationalistes », n’est toujours pas associé à une politique de préservation commune. Plusieurs articles parus ces dernières années témoignent de la complexité de la situation face à des « œuvres » pouvant raviver la mémoire fasciste et donner une légitimité au révisionnisme21.

55Mais en muséifiant Sabaudia, le pouvoir communal la transforme aussi en produit culturel de consommation, comparable à ce qui advient dans la plupart des villes européennes. Cette volonté perdure puisque la ville a obtenu en 2020 le statut de « cité », distinction honorifique ne donnant accès à aucun privilège particulier, mais valorisant l’importance historique, artistique, civique ou démographique de villes italiennes.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur un travail de recherche mené par l’auteure entre 2011 et 2016 dans le cadre de la réalisation de sa thèse, Une ville dans le prisme des regards. Sabaudia, de sa fondation (1934) à ses 80 ans (2014), sous la direction d’Enrico Chapel au Laboratoire de recherche en architecture (LRA), à l’ENSA de Toulouse. À ce sujet ont par ailleurs été publiés plusieurs articles : RINGON Constance, « Towards the contemporary development of modern architecture inherited from the fascist regime. The city of Sabaudia », in BELL Simon, FISHER Axel, MAIA Maria-Helena, PALLINI Cristina & CAPRESI Vittoria (dir.), Modernism, Modernisation and the Rural Landscape, Proceedings of the MODSCAPES conference2018 & Baltic Landscape ForumSHS Web of Conferences journal, vol. 63, EDP Sciences, avril 2019, [en ligne], https://doi.org/10.1051/shsconf/20196311003 [lien valide en février 2023] ; RINGON Constance, « Sabaudia, de la ville nouvelle à la ville musée », AMC, no 257, 2017, p. 57-65 ; RINGON Constance, « De la réception d’une città di fondazione, Sabaudia 1933-2009 », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, nos 30-31, 2014, p. 163-172, disponible en ligne, http://journals.openedition.org/crau/410 [lien valide en février 2023].

2 PIACENTINI Marcello, « Difesa dell’architettura italiana », Il Giornale d’Italia, 2 mai 1931, p. 3.

3 ZEVI Bruno, Storia dell’architettura moderna [1950], Turin, Einaudi, vol. 1, 2010.

4 Cette entreprise a en effet connu de nombreuses tentatives au fil des siècles, César, Auguste, plusieurs papes dont Léon X et Sixte V, ou encore Napoléon Bonaparte sont autant de personnages illustres s’étant attaqués à cette entreprise (voir aussi ISTITUTO DI STUDI ROMANI, ALESSANDRINI Giulio et al., La bonifica delle Paludi Pontine, Rome, Leonardo da Vinci, 1935).

5 LE CORBUSIER, La Ville radieuse. Éléments d’une doctrine d’urbanisme pour l’équipement de la civilisation machiniste [1935], Paris, Vincent Fréal et Cie, 1964, p. 329 ; LE CORBUSIER & BÉZARD Norbert, La Ferme radieuse et le centre coopératif. Manuscrit inédit, Piacé, Association Piacé le Radieux, 2015.

6 Ces propos de Pier Paolo Pasolini sont énoncés dans un petit film intitulé Pasolini e…la forma della città diffusé par la RAI TV en 1974 (BRUNATTO Paolo & PASOLINI Pier Paolo, Pasolini e…la forma della città, “Io e…”, Rai TV, 1974) ; il est disponible en ligne : https://vimeo.com/99520799 [lien valide en février 2023].

7 BERTOLUCCI Bernardo, in DE BEI SCHIFANO Monica, MERCURIO Gianni & RONCHI Luca (dir.), Un cielo pieno di cultura. Moravia, Pasolini, Schifano e Sabaudia, Rome, Legenda Aurea, 2003, p. 5.

8 MURATORE Giorgio, « Sabaudia 1933-1934 », in PASQUALI Giuseppe & PINNA Pasquale (dir.), Sabaudia, 1933-1934, cat. exp., Milan, Electa, 1985, p. 14.

9 Entretien réalisé avec Giorgio Muratore le 4 septembre 2015.

10 PORTOGHESI Paolo, « Le città di fondazione », in PORTOGHESI Paolo & CAPELLINI Lorenzo (photogr.), Le città del silenzio. Paesaggio, acque e architetture della regione pontina, Latina, L’argonauta, 1984, p. 89.

11 LONOCE Renzo, Sabaudia, i giorni tra le bianche torri, Latina, Tipogr. Selene, 2007.

12 FICHERA Giuseppe, Sabaudia… primo amore, nel 50° anniversario della città, ricordi e testimonianze del primo Sindaco eletto, Sabaudia, ETIC grafica, 1995 [1984, la première édition a été revue, corrigée et enrichie à l’occasion du 61e anniversaire de la ville en 1995], p. 187.

13 PETRIANNI Francesco, « Il Palazzo Comunale di Sabaudia non si tocca », l’Unità, 18 décembre 1986, p. 17 ; « Non toccate la città di Sabaudia », L’Architettura cronache e storia, no 3, 1987, p. 165.

14 PICCINATO Luigi, « Il significato urbanistico di Sabaudia », Urbanistica, no 1, 1934, p. 10-24.

15 Une proposition de loi similaire concernant les villes de fondation sardes est en cours de réflexion afin de valoriser Arborea, Fertilia et Carbonia, trois villes conçues sur l’île durant le Ventennio fasciste. Les régions italiennes disposent chacune d’organisations administratives propres qui promulguent diverses lois régionales. La loi d’État s’applique lorsqu’aucune loi régionale n’est en vigueur.

16 PRISCO Luigi, « La legge regionale per le città di fondazione », in MICALIZZI Paolo & PASSERI Alfredo (dir.), Sabaudia nei disegni del fondo Cancellotti, Latina, Casa dell’architettura, 2010, p. 9.

17 Ces deux expositions ont donné lieu à des publications : BURDETT Richard, Sabaudia, città nuova fascista, 1933, Londres, The Architectural Association, 1981 ; PASQUALI Giuseppe & PINNA Pasquale (dir.), Sabaudia 1933-1934, op. cit.

18 À ce propos, il est intéressant de consulter plusieurs articles : RIDET Philippe, « Sur fond de révisionnisme, l’Italie réhabilite les villes bâties sous Mussolini », Le Monde, 3 octobre 2008, p. 23, disponible en ligne, https://www.lemonde.fr/culture/article/2008/10/02/sur-fond-de-revisionnisme-l-italie-rehabilite-les-villes-baties-sous-mussolini_1102297_3246.html [lien valide en février 2023] et PINON Pierre, « Vous avez dit fasciste ? », Archiscopie, no 80, 2008, p. 25.

19 Entretien réalisé avec Giorgio Muratore le 4 septembre 2015.

20 CAVALLARI Paolo & COLAROSSI Paolo (dir.), Spazio pubblico e bellezza nella città, IFHP Sabaudia Summer School on Urban Design 2001-2006, Rome, Aracne, 2008. L’IFHP a été créée par Ebenezer Howard sous le nom de « Town and Country Planning Association ». Elle a pour but la promotion du concept d’habitation et de planification et l’amélioration du niveau général de la profession à travers les échanges internationaux des connaissances et des expériences (se référer à CAVALLARI Paolo & COLAROSSI Paolo (dir.), op. cit.).

21 LYONS Carolyn, « Architecture et politique. La Rome du Duce », Courrier international, 3 octobre 2007, disponible en ligne, https://www.courrierinternational.com/article/2007/10/04/la-rome-du-duce [lien valide en février 2023] ; BEN-GHIAT Ruth, « Why Are So Many Fascist Monuments Still Standing? », The New Yorker, 7 octobre 2017, disponible en ligne, https://www.newyorker.com/culture/culture-desk/why-are-so-many-fascist-monuments-still-standing-in-italy [lien valide en février 2023] ; CARLO Anne-Lise, « En Italie, Sabaudia, ville symbole de l’utopie fasciste », Le Monde Magazine, 21 août 2018, p. 65 ; NASI Margherita, « L’Italie embarrassée par son patrimoine architectural fasciste », Le Monde, 2 mars 2018, disponible en ligne, https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/03/02/l-italie-embarrassee-par-son-patrimoine-architectural-fasciste_5264488_3232.html [lien valide en février 2023] ; TOSSERI Olivier « “Ventennio” fasciste, le rapport ambigu des Italiens avec le patrimoine mussolinien », Le Journal des arts, 4 juillet 2021, disponible en ligne, https://www.lejournaldesarts.fr/patrimoine/ventennio-fasciste-le-rapport-ambigu-des-italiens-avec-le-patrimoine-mussolinien-154865 [lien valide en février 2023].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Plan de Sabaudia (Italie), architectes Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli (1933-1934), conservé aux archives Piccinato à Rome (ALP_01.02_036) et redessiné par Constance Ringon, 2015.
Crédits © Constance Ringon d’après Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Figure 2
Légende La piazza del Comune, Sabaudia (Italie), architectes Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli (1933-1934), 2015. Place autour de laquelle se dressent l’auberge, à gauche, le palazzo del Comune, au centre, et la casa del Fascio, à droite.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Figure 3
Légende Le largo Giulio Cesare, Sabaudia (Italie), architectes Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli (1933-1934), 2014.En toile de fond se dressent l’église et son campanile, sur la gauche se succèdent le palazzo del Comune, le siège de l’Opera Nazionale Combattenti (ONC) et à droite, la casa del Fascio avec sa tour en brique.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Figure 4
Légende La piazza del Comune de Sabaudia (Italie) vue de la tour du palazzo del Comune ; à gauche, le bâtiment abritant la casa del Fascio et le cinéma, à droite, l’auberge, architectes Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli (1933-1934), 2014.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 5
Légende Le corso Vittorio Emanuele III bordé d’édifices avec galeries en rez-de-chaussée, Sabaudia (Italie), architectes Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli (1933-1934), 2012.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 6
Légende Plan régulateur de Sabaudia (Italie), architectes Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Martino Taviano (1969-1971), conservé dans les archives d’Ettore Pellegrini et schématisé par Constance Ringon, 2021.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Figure 7
Légende La place du marché de Sabaudia (Italie), après destruction du bâtiment, 2010.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 8
Légende La place du marché de Sabaudia (Italie), après destruction du bâtiment, 2014.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Figure 9
Légende Les plans du palazzo del Comune de Sabaudia (Italie) avant la création du musée Emilio Greco (en haut) et après les modifications (en bas). Dessins de Constance Ringon d’après les plans de Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli (1933-1934) et à la suite des relevés réalisés sur place, 2015.
Crédits © Constance Ringon d’après Gino Cancellotti, Eugenio Montuori, Luigi Piccinato et Alfredo Scalpelli.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Figure 10
Légende La fermeture du cortile du palazzo del Comune, Sabaudia (Italie), vue de l’extérieur, 2014.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Figure 11
Légende La fermeture du cortile du palazzo del Comune, Sabaudia (Italie), vue de l’intérieur, 2014.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Figure 12
Légende Le panneau de présentation du parcours rationaliste mis en place dans la ville en 2010, Sabaudia (Italie), 2014.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 13
Légende La poste après sa rénovation, Sabaudia (Italie), architectes Angiolo Mazzoni (1932-1934) et Pierluigi Milone (2009-2010), 2014.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 14
Légende La piazza del Comune de Sabaudia (Italie) avant sa restauration, 2010. Du mobilier urbain a été ajouté, le sol est abimé, les voitures se garent sur la place.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Figure 15
Légende La piazza del Comune de Sabaudia (Italie), après sa restauration par Luca Conte, Oreste Coluzzi et Laura Culmone (2004-2012), 2014.
Crédits © Constance Ringon (ENSA Toulouse / LRA).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36681/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance Ringon, « Patrimonialiser un héritage controversé : la ville de Sabaudia dans les marais Pontins »In Situ [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 15 février 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/insitu/36681 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.36681

Haut de page

Auteur

Constance Ringon

Architecte, docteure en architecture, maître de conférence en histoire et cultures architecturales, École nationale supérieure d’architecture de Toulouse - Laboratoire de recherche en architecture (EA 7413)

constance.ringon@toulouse.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search