Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Des projets, leurs vicissitudesRevisiter la tour Brunfaut (Julie...

Des projets, leurs vicissitudes

Revisiter la tour Brunfaut (Julien Roggen, début 1965) ou de la réécriture du « patrimoine ordinaire » bruxellois

Revisiting the Brunfaut Tower (Julien Roggen, Early 1965) or the rewriting of Brussel’s “ordinary heritage”
Morgane Bos

Résumés

Érigée en moins d’un an, la tour Brunfaut, première tour de logements à ossature métallique de Bruxelles, fait preuve d’une exceptionnelle économie de moyens et de matériaux, témoignage rare d’une époque où l’efficacité prédominait sur la performance. Son architecture fine, élancée et l’écriture de ses façades lui confèrent une identité résolument moderne.

En dépit de certaines qualités, elle a pourtant essuyé une réception difficile… Ses habitants l’ont surnommée « la boîte en carton ». Depuis plus de vingt ans, des voix s’élèvent contre les conditions d’inconfort et d’insalubrité au sein du bâtiment. En effet, la dimension expérimentale de certains choix constructifs et techniques, ajoutée au manque d’entretien et de maintenance, contribue à rendre méconnaissables ses qualités intrinsèques.

De longues tergiversations et une étude de faisabilité menée par Lacaton, Vassal et Druot ont finalement conduit à la rénovation lourde et irréversible de la tour, encourageant subrepticement l’avènement d’une « nouvelle image », tout en lui conservant son empreinte symbolique dans le paysage bruxellois.

Cette contribution monographique met en lumière un certain nombre d’incompatibilités entre les volontés énoncées et les contraintes programmatiques imposées. En conséquence de quoi les concepteurs ont peiné à conjuguer l’ensemble des objectifs énoncés en un tout cohérent, équilibré, et le patrimoine s’en retrouve aujourd’hui définitivement affecté.

C’est également l’occasion d’ouvrir une fenêtre sur l’actualité bruxelloise et de mettre en lumière les « politiques interventionnistes » sur le patrimoine bâti d’après-guerre dont la tour Brunfaut de Julien Roggen est un exemple – regrettablement – emblématique.

Haut de page

Texte intégral

Une tour-signal au cœur d’un territoire en mutation

1« Ils étaient gais comme le canal. Et on voudrait que j’aie le moral ». Le portrait dressé par Jacques Brel en 1962 dans la très rythmique « Bruxelles » témoigne de la perception négative du canal et de ses quartiers environnants.

2Le creusement de ce canal, dans la seconde moitié du xvisiècle, l’essor industriel du xixsiècle qui trouve son apogée au début du xxe siècle avec son développement en port de mer, avaient fait de ce territoire un haut lieu d’échanges, de commerce et de production industrielle.

3La désindustrialisation a entraîné l’apparition de friches et une certaine détérioration du bâti, contribuant à véhiculer une image peu flatteuse du canal et de ses abords.

  • 1 Ce qui correspond à Bruxelles intra-muros.

4Aujourd’hui, ce territoire situé à la lisière du « Pentagone » bruxellois1 est en quelque sorte un concentré de tous les grands défis urbains qui animent la capitale belge depuis la création de la région Bruxelles-Capitale (1989). D’importants moyens et de nombreuses initiatives de planification socio-urbaine (Contrats de quartiers, Délégation du développement du Pentagone…) ont été développés, dont plusieurs avec le soutien des Fonds structurels européens (FEDER, URBAN…) au profit des zones industrielles en reconversion, puis des zones urbaines en retard de développement.

5Les quartiers qui longent le canal sont ainsi en proie à de profondes mutations, à la recherche d’une meilleure intégration des dynamiques économiques, immobilières, sociales, environnementales et culturelles [fig. 1].

Figure 1

Figure 1

Vue aérienne de la tour Brunfaut, Bruxelles (Belgique) avant intervention, avril 2020.

© Google Earth.

6C’est dans ce contexte mouvant que la tour Brunfaut se dresse, depuis plus de cinquante ans. S’il est important d’interroger sa légitimité, il ne fait nul doute que sa présence, tel un signal dans la skyline émergeant des berges du canal, a vraisemblablement servi d’assise à la série de projets ambitieux qui s’y développent.

7Anciennement « Complexe Edmond Machtens », du nom du bourgmestre maître d’œuvre de l’opération à l’époque, la tour fut construite à partir de 1965 sous l’impulsion du Logement Molenbeekois, une société immobilière de service public, qui faisait alors face à une demande grandissante de logements sociaux. Le site d’implantation se situe derrière l’ancienne brasserie Bellevue, à l’entrée du tissu historique de la commune de Molenbeek, au bout de la rue du Billard. Cette rue, autrefois l’une des plus animées du quartier, avait été « nettoyée » quelques années auparavant de ses vieilles masures. Au début des années 1970, elle est renommée « rue Brunfaut » en hommage au sénateur et architecte Fernand Brunfaut (1886-1972) qui, en 1949, posa les fondements du Fonds national du Logement, organe qui finança sur les fonds de l’État les grands travaux d’infrastructure et d’équipement des cités sociales bruxelloises. La reconquête de cette parcelle conduisit le Logement Molenbeekois à envisager la construction d’un ensemble d’immeubles hauts, dominés par une tour, en opposition au tissu ancien récemment démoli.

  • 2 RAMMER Yves, « Quelques exemples de construction en hauteur en Belgique utilisant l’acier (1945-197 (...)

8La construction en hauteur constituait un défi plutôt stimulant. En termes de stabilité, il fallut faire face à de nouveaux paramètres tels que des descentes de charges plus importantes, des sollicitations horizontales par l’action du vent en hauteur sur les larges façades, voire des agressions externes telles que des bombardements (la guerre était un souvenir douloureux et relativement récent)2. En outre, les moyens déployés pour la construction de la tour furent limités à 400 000 francs belges par logement, ce qui obligea les concepteurs à faire preuve d’inventivité.

Le pari osé de l’acier

9Malgré la compression des budgets, l’architecte molenbeekois Julien Roggen et l’ingénieur Van Wetter firent équipe courageusement, se lançant le défi audacieux d’ériger cette tour au moyen d’un squelette entièrement métallique, entreprise particulièrement inhabituelle à une époque où l’acier était principalement utilisé dans la conception de bâtiments industriels et d’immeubles de bureaux.

  • 3 BOURGUIGNON M., « Une belle performance de l’acier, le complexe Bourgmestre Ed. Machtens à Molenbee (...)

10La composante innovante du système constructif valut à la tour une belle réception avec plusieurs publications dans des revues nationales telle que l’édition belgo-luxembourgeoise de la revue Acier-Stahl-Steel qui fit l’éloge de ce choix constructif judicieux présentant de nombreux avantages. En plus d’être une solution peu onéreuse et très rapide de mise en œuvre (le gain sur le calendrier programmé était évalué à un an et demi par rapport à la construction traditionnelle), ce système permit de limiter l’encombrement de la structure et ainsi de maximiser la surface des appartements comparativement aux dimensions standardisées. Cette solution permit également de réduire considérablement le poids de l’édifice (16,4 kg/m3 de bâtiment construit) et de limiter les fondations sur un terrain difficile constitué de remblais sur argile compressible3. Les avantages du recours à l’acier pour la construction en hauteur sont ainsi nombreux, le principal inconvénient étant sa faible résistance au feu qui a longtemps été contrée par l’utilisation intensive d’amiante floquée.

11Après les quelques expériences pionnières de l’entre-deux-guerres en Europe – citons notamment l’immeuble Clarté de Le Corbusier et Pierre Jeanneret à Genève (1932) –, à la fin des années 1950 les premiers exemples d’immeubles hauts à structure acier se développent aux États-Unis et la tendance ne tarde pas à se généraliser dans les pays européens, même si elle concerne principalement des immeubles de grand standing, avec quelques objets emblématiques parmi lesquels la tour Croulebarbe d’Édouard Albert à Paris (1958) ou encore le Bergpolder (1934) à Rotterdam comptent parmi les plus grandes réussites.

  • 4 RAMMER Yves, « Quelques exemples de construction en hauteur en Belgique utilisant l’acier (1945-197 (...)

12Cependant, l’usage « exclusif » de l’acier reste un fait rare, et particulièrement dans la construction d’immeubles de logements sociaux. En Belgique, on peut citer l’immeuble de la Stoppelstraat à Gand (1959), réalisé par le bureau d’étude Robert et Musette selon le procédé ARCOS4.

13La tour Brunfaut est, en 1965, la première tour de logements à ossature entièrement métallique de Bruxelles. Érigée en moins d’un an, elle affiche une exceptionnelle économie de moyens et de matériaux. Elle constitue ainsi un témoignage rare d’une époque où l’efficacité prédomine sur la performance [fig. 2, 3 et 4].

Figure 2

Figure 2

Tour Brunfaut, Bruxelles (Belgique). Phase de montage de l’ossature métallique autour du noyau en béton armé qui ne collabore pas à la stabilité de l’édifice, 1967. Photographie extraite d’Acier-Stahl-Steel, no 6, juin 1967, p. 270.

© Technika / reproduction Morgane Bos.

Figure 3

Figure 3

Tour Brunfaut, Bruxelles (Belgique). Phase de montage de l’ossature métallique autour du noyau en béton armé qui ne collabore pas à la stabilité de l’édifice, 1967. Photographie extraite d’Acier-Stahl-Steel, no 6, juin 1967, p. 271.

© Technika / reproduction Morgane Bos.

Figure 4

Figure 4

Tour Brunfaut, Bruxelles (Belgique). Phase de mise en place des planchers métalliques et début de la pose de la façade légère en acier, 1967. Photographie extraite d’Acier-Stahl-Steel, no 6, juin 1967, p. 272.

© La Photographie documentaire/ reproduction Morgane Bos.

14Le bâtiment s’appuie sur une ossature métallique de 400 tonnes et comprend un noyau en béton réalisé in situ grâce au système de coffrages glissants. Ce noyau ne joue pas de rôle de contreventement mais il abrite les cages d’ascenseur et gaines diverses, assurant ainsi la circulation verticale dans l’immeuble. Indépendant de l’ossature métallique, ce noyau ne joue donc aucun rôle en termes de stabilité. L’ossature métallique est constituée de poteaux et de poutres, le tout en système isostatique, stabilisé verticalement par deux pans de contreventement situés en pignons et présentant une triangulation en K. Cette triangulation particulière permet de placer des fenêtres sur les pignons et ainsi d’assurer l’éclairage naturel des locaux sur ces façades secondaires, qui sont aveugles dans bon nombre d’immeubles de la même époque.

  • 5 BOURGUIGNON M., « Une belle performance de l’acier, le complexe Bourgmestre Ed. Machtens à Molenbee (...)

15La plupart des assemblages de cette ossature sont soudés en atelier, le reste étant boulonné sur chantier. Les planchers sont également en acier. Composés de tôles profilées galvanisées et soudées par points sur la poutraison, ils n’étaient, à l’époque, recouverts que d’une couche de liège de deux centimètres, d’un panneau de fibre de bois et de linoléum, ce qui fut à l’origine d’importants ponts acoustiques5.

16Au-delà des performances structurelles de l’acier, ce mode constructif encourage l’avènement d’un nouveau mode d’expression architecturale : les façades-rideaux.

17Fait extrêmement rare, les murs-rideaux de la tour Brunfaut sont réalisés à base d’acier et non pas en aluminium extrudé comme cela devenait chose courante dans les années 1950-1960.

  • 6 LACATON & VASSAL ARCHITECTES – FRÉDÉRIC DRUOT ARCHITECTURE, Étude de définition en vue de réhabilit (...)

18L’écriture des quatre façades, couvertes de murs-rideaux à bandes horizontales qui alternent harmonieusement des parties pleines et de larges baies vitrées dans un même alignement vertical, sans saillie, participe à l’empreinte de cette tour dans son contexte. Combiné à son profil fin et élancé, l’objet qui en résulte se caractérise par une forme très épurée et une identité résolument moderne6.

19Les qualités spatiales du plan d’étage type, d’une simplicité organisationnelle frappante, méritent également d’être soulignées. Rationnelle et efficace, la disposition se répète uniformément sur dix-sept niveaux. Le système constructif et la faible épaisseur des parois ont permis d’optimiser la surface des logements, certes aujourd’hui jugés trop petits au regard des besoins d’habiter contemporains mais perçus comme plutôt spacieux et bien agencés pour l’époque. Les larges baies vitrées garantissent une abondance de lumière naturelle dans tous les locaux à l’exception des toilettes, mais aussi une belle vue. Cette disposition, qui permettait de minimiser les dispositifs de ventilation mécanique et de maximiser le potentiel de ventilation naturelle, a l’avantage de limiter les charges d’exploitation de l’immeuble [fig. 5].

Figure 5

Figure 5

Plan d’un étage type de la tour Brunfaut, Bruxelles (Belgique), pour l’installation de chauffage, J. Roggen architecte, 1966. Plan conservé dans le fonds d’archives « 65 Brunfaut » du Logement Molenbeekois.

Reproduction Le logement Molenbeekois.

Réception en demi-teinte et décadence

20La réception de ce bâtiment au terme de sa construction est positive mais teintée d’un certain scepticisme. Très vite, les qualités saluées à l’origine vont devenir les arguments de ses détracteurs. Si le procédé constructif est innovant et économique, il est également expérimental et nécessite une optimisation. C’est ainsi que, dès l’emménagement des premiers locataires en 1967, des revendications dénoncent l’inefficacité des cloisonnements et de l’enveloppe et les désagréments de confort acoustique, thermique et même physique que ces dispositifs engendrent.

  • 7 L’association sans but lucratif (ASBL) La Rue est une association d’éducation permanente, indépenda (...)
  • 8 Les « ateliers urbains » sont des ateliers vidéos organisés entre 2009 et 2015 par le Centre Vidéo (...)

21Dans un film réalisé par l’association La Rue7 et les « ateliers urbains8 » en 2013, la parole est donnée aux habitants qui racontent, non sans un certain cynisme, les péripéties qui ont animé leur quotidien au 65, rue Brunfaut, à l’image de cette dame âgée qui explique que les pieds de son lit ont traversé le plancher en pleine nuit.

  • 9 Extrait d’un échange de courrier entre le président administrateur-délégué du Logement Molenbeekois (...)

22Quelques travaux de maintenance et de réparation sont entrepris par le Logement Molenbeekois en 1972, cinq ans à peine après la prise de possession des lieux. Ces travaux visent à « procurer aux locataires de cet immeuble des conditions d’habitabilité auxquelles ils ont légitimement droit et qu’ils n’ont jamais eues jusqu’ici9 ».

  • 10 LEDENT Gérald, « Tours de logement : Grandeur, décadence… renaissance ? », A+, vol. « Tours de loge (...)

23Mais les trente années qui suivent marquent la décadence10 progressive de cette tour que les locataires surnomment « Cartonenblock » (« la boîte en carton » en flamand). « Parce qu’elle ne tient pas debout et que tu entends tout » condamne l’une des locataires qui y réside depuis les débuts.

24La tour Brunfaut est méprisée, détestée. Et le temps qui passe ne lui rend pas service : le manque d’intérêt et de maintenance appropriée tend à occulter progressivement ses qualités intrinsèques [fig. 6]…

Figure 6

Figure 6

En 2015, la tour Brunfaut, Bruxelles (Belgique), laisse apparaître un défaut de maintenance et d’entretien flagrant.

© Lieven Soete.

Reconnaissance rime avec renaissance ?

25En 2009, alors que de grands chantiers s’amorcent à Molenbeek sous l’impulsion du contrat de quartier Cinéma-Bellevue, la région bruxelloise s’intéresse au périmètre de la tour, jugé propice au développement d’un nouveau quartier de logements passifs. La proximité de cette « tour infernale » conduit à interroger sa légitimité.

  • 11 Le prix international Pritzker récompense chaque année, depuis 1979, un architecte (ou une associat (...)

26En 2010, une étude de définition est confiée à l’agence Lacaton & Vassal, lauréate 2021 du prix Pritzker11, et à l’architecte Frédéric Druot afin d’évaluer l’impact et la faisabilité de plusieurs stratégies de réhabilitation de la tour. À cette époque, la stratégie de démolition/reconstruction est nettement privilégiée par les autorités et le maître de l’ouvrage.

  • 12 LACATON Anne, VASSAL Jean-Philippe & DRUOT Frédéric, Plus : Les grands ensembles de logements – Ter (...)

27Fidèle à leur credo « sauvegarder, ajouter, transformer et utiliser12 », les agences parisiennes produisent une étude sérieuse qui met en évidence un certain nombre de qualités à même de justifier la sauvegarde de la tour. De même, la structure initiale en acier offre une grande flexibilité de réhabilitation. L’étude permet également de dégager les problématiques concrètes qui font que la tour Brunfaut ne répond plus aux exigences normatives et aux besoins d’habiter contemporains : le manque de stabilité au feu des structures, le vieillissement des installations techniques (électricité, chauffage, ascenseurs), la dimension des logements, jugés trop petits au regard des standards actuels, le manque d’adaptabilité aux personnes à mobilité réduite ainsi que l’absence d’isolation et de performance de l’enveloppe qui amoindrit fortement, et depuis toujours, le confort thermique et acoustique.

  • 13 Extrait des résultats de l’étude de définition en vue de réhabilitation de la tour Brunfaut.
  • 14 DEGRUNE Vincent, « La tour Brunfaut, présentation de l’étude de définition des enjeux d’une réhabil (...)

28Parmi les scénarios abordés dans l’étude de faisabilité, Lacaton & Vassal et Druot favorisent une « restauration » qu’ils entendent comme « une amélioration par des adaptations mineures et diversifiées, des conditions d’habitabilité et de confort des habitants13 ». Ces adaptations pouvant être généralisées à l’ensemble de l’immeuble ou proposées aux locataires. Cette stratégie implique de préserver les affectations des familles dans la tour. C’est là un argument sensible pour le Logement Molenbeekois, qui fait face à une demande croissante de logements publics sur le territoire communal à laquelle il ne parvient pas à répondre avec le patrimoine bâti dont il dispose. Le scénario d’une démolition/reconstruction aurait nécessité de recourir à une opération de relogement provisoire en bloc permettant aux locataires de regagner leurs appartements une fois le bâtiment réhabilité14. Mais cette approche, particulièrement ardue à mettre en œuvre, aurait eu comme conséquence d’allonger encore les délais d’octroi d’un logement social pour les demandeurs non satisfaits. C’est pourquoi le choix d’une rénovation en site occupé présentait des avantages incontestables.

29Si Lacaton & Vassal et Druot ont aidé les autorités et le maître d’ouvrage à porter sur la tour Brunfaut un regard éclairé, le maintien de son intégrité n’est pas pour autant assuré. En effet, le trio n’exclut pas une modification du volume afin de répondre aux enjeux spatiaux et de maintenir le nombre de logements existants. Il l’exprime de façon détaillée dans son étude de faisabilité.

Tant de desseins inconciliables

  • 15 Extrait de l’avis de marché pour l’attribution d’une mission complète d’architecture, d’étude et de (...)

30Le concours d’architecture qui s’ensuit prend appui sur cette étude, soulignant la possibilité de « redéfinir le gabarit » (extensions, additions, traitement du socle ou de la toiture). On devine ici une volonté politique dissimulée d’encourager l’avènement d’une « nouvelle image » de la tour Brunfaut. L’appel d’offres suggère de « générer une réflexion sur la densité et la qualité du logement, en s’appuyant sur le potentiel de la tour […] ses défauts, condamnant parfois ce type d’immeuble de logements, doivent être corrigés et éliminés, ce afin de permettre, au vu de ses qualités de base, de le porter à un niveau comparable à du neuf », le but étant de « rénover le bâtiment en l’élevant à un niveau optimum de sécurité et de confort […] tout en s’appuyant sur ses qualités intrinsèques »15.

31Le cahier des charges révèle pourtant une attention particulière à l’architecture, notamment en spécifiant que l’enveloppe du bâtiment se doit d’être le reflet de la qualité de vie intérieure et en s’engageant à refuser un projet purement cosmétique, soulignant la nécessité de redonner à l’immeuble la qualité et la durabilité qu’il mérite, sans perdre aucune des qualités de l’architecture d’origine.

32Parallèlement à cela, les autorités mettent un point d’honneur à répondre aux impératifs d’amélioration énergétique avec l’ambition de satisfaire aux normes basse énergie de 60 kWh/m2/an, ce qui constitue une contrainte importante qui ne pourra faire l’économie d’un système de ventilation double-flux et conduira incontestablement à un épaississement de l’enveloppe incompatible avec une restauration soignée des façades existantes.

  • 16 GRAF Franz & MARINO Giulia, « Une transfiguration silencieuse. Transition énergétique et patrimoine (...)

33Si ces impératifs énergétiques sont reconnus comme légitimes et incontournables, l’histoire récente a démontré qu’ils constituent (trop) souvent un prétexte pour donner une nouvelle identité au bâtiment16. Par ailleurs, il est dommage de constater que le coût environnemental de l’opération de rénovation ne fait pas partie des critères de sélection du concours, preuve que le respect des exigences énergétiques relève davantage d’une adéquation aux normes que d’un véritable engagement en faveur du climat.

34À Molenbeek, le ton est donné. La tour Brunfaut n’en sortira pas indemne.

Cinq façons de voir l’avenir…

35La première phase de sélection a permis de retenir cinq équipes de renom. Parmi les candidats, on retrouve des personnalités de la scène internationale tels Roland Castro, star de la démolition sélective dans les années 1990-2000, ou encore Wiel Arets mais également, dans un autre registre, l’Atelier Kempe Thill. Deux équipes plus « locales » mais non moins qualitatives font également partie de la sélection : il s’agit du bureau MDW et d’une association momentanée formée par l’Atelier 229 et l’agence Daniel Dethier.

36Les cinq projets déposés envisagent chacun à leur manière l’avenir de la tour Brunfaut, saisissant littéralement l’opportunité d’y affirmer leur génie architectural. Alors que l’un envisage l’adjonction d’un nouvel immeuble de cinq étages à la tour existante [fig. 7], modifiant considérablement la perception de celle-ci à l’échelle du quartier, un deuxième projet prend le parti de modifier considérablement la forme, l’emprise au sol, l’orientation et l’aspect du bâtiment existant, argumentant un réalignement de la façade à la voirie [fig. 8]. Un troisième projet plaide pour des extensions de surface par la construction d’une nouvelle façade, travaillant par bandeaux horizontaux qui ont pour effet de renforcer l’aspect horizontal de la façade. Enfin, un quatrième projet propose des extensions de surfaces à tous niveaux et le développement spontané de végétation en façade et en toiture, rompant brutalement avec l’aspect très sobre de la façade existante [fig. 9].

Figure 7

Figure 7

La proposition du candidat MDW Architecture qui suggère d’ajouter un volume annexe accolé à l’existant pour maintenir le profil de la tour d’origine.

© MDW Architecture.

Figure 8

Figure 8

Le candidat hollandais Kempe Thill vise une meilleure compacité du volume et davantage de capacité habitable en assumant une modification considérable du volume initial.

© Atelier Kempe Thill.

Figure 9

Figure 9

La proposition du candidat Castro Denissof redéfinit fortement l’image de la tour.

© Castro Denissof Associés.

  • 17 Surnom attribué à la ville de Liège.

37Le projet lauréat est celui d’A229 et de Daniel Dethier. Ce dernier a valorisé pour l’occasion une référence sûre et de qualité : la réhabilitation réussie de 435 logements sociaux à Droixhe (Liège), ensemble fonctionnaliste emblématique pensé par le groupe EGAU à l’entrée de la Cité ardente17. L’équipe est probablement celle qui a le mieux cerné l’empreinte symbolique de la tour Brunfaut dans le paysage bruxellois, en optant pour un élargissement en hauteur pour libérer les abords et réduire l’emprise au sol. À l’aide de la surélévation, ils ambitionnent ainsi de rendre à la tour son caractère de signal dans le quartier et au-delà du canal, vers la ville de Bruxelles [fig. 10].

Figure 10

Figure 10

Projection 3D de la tour Brunfaut à Bruxelles (Belgique) après réhabilitation par l’association A229 et Daniel Dethier.

© A229 © Dethier Architectures © Ney & Partners © Arcadis.

38L’équipe propose un léger élargissement du plan en épaisseur afin d’augmenter la surface en plan pour miser sur une plus grande flexibilité dans la distribution des logements. Cette surépaisseur permet d’agrandir les pièces mais également d’adjoindre à chaque appartement un jardin d’hiver, pièce supplémentaire qui pourra être ouverte ou fermée en fonction de la saison.

39Fait qui a son importance : le maître d’ouvrage a finalement renoncé à la rénovation en site occupé qui s’est révélée incompatible avec les projets proposés. Un tel retour en arrière est révélateur de cet écart tangible entre les volontés énoncées et les contraintes programmatiques imposées. Et en effet, tout récemment, les Bruxellois ont pu assister à une véritable « mise à nu » du 65, rue Brunfaut, révélant son ossature métallique bien conservée et laissant présager une intervention lourde, non seulement sur l’enveloppe mais également sur l’ensemble de la disposition spatiale [fig. 11 et 12].

Figure 11

Figure 11

Une « mise à nu » de la tour Brunfaut à Bruxelles (Belgique), Morgane Bos, octobre 2020.

© Morgane Bos.

Figure 12

Figure 12

Le squelette de la tour Brunfaut à Bruxelles (Belgique) perçu depuis les quartiers molenbeekois, Lieven Soete, avril 2021.

© Lieven Soete.

… Et de bouder le passé

40Une tour plus haute et plus épaisse, des ouvertures de baies clairement définies et réduites en surface, un système constructif léger mais épais (et en ce sens tout à fait opposé à l’idée initiale de Roggen)… La nouvelle image de la tour Brunfaut qui se dessine progressivement est très éloignée de ce qu’elle fut à l’époque de sa construction. Si le projet de l’association momentanée Daniel Dethier et A229 est porteur de certaines vertus évidentes, notamment en matière d’habitabilité, force est de constater qu’il ne conserve de la tour initiale que sa symbolique.

  • 18 GRAF Franz & MARINO Giulia, « Une transfiguration silencieuse… », art. cit.

41La tendance interventionniste du gouvernement bruxellois se confirme et tend souvent à marquer d’une empreinte contemporaine le patrimoine de la seconde moitié du xxe siècle. De nombreux exemples en témoignent : un récent état des lieux a permis de répertorier nombre d’immeubles de logements collectifs jugés « ordinaires », mais non moins remarquables, qui ont fait l’objet durant les vingt dernières années d’une « transfiguration silencieuse18 ». Comme si cette architecture était responsable d’un fléau que l’on voudrait gommer pour oublier : celui de la relégation des populations les plus fragilisées et de l’inaction des pouvoirs publics ayant mené à la dégradation de ce patrimoine. Un patrimoine qui peine toujours à se faire reconnaître comme tel [fig. 13].

Figure 13

Figure 13

Le complexe Bourgmestre Ed. Machtens (Bruxelles, Belgique) en fin de chantier, 1967. Photographie extraite d’Acier-Stahl-Steel, no 6, juin 1967, p. 272.

© Baugniet / reproduction Morgane Bos.

  • 19 GRAF Franz & MARINO Giulia, « Pour un “Observatoire du patrimoine moderne et contemporain”. De l’hi (...)

42À Bruxelles comme ailleurs en Belgique, seule une infime partie du corpus est inscrite dans la mémoire collective et sujette à des interventions soignées respectueuses de l’identité du bâtiment. La plupart des immeubles ne sont pas recensés dans les inventaires patrimoniaux, ni même tout simplement répertoriés. Leur connaissance matérielle et historique est donc encore très lacunaire, ce qui peut expliquer le manque de considération pour ce corpus, pourtant emblématique. Or, « la démarche du projet la plus appropriée se dégage de l’importance et de la qualité de l’œuvre construite. Dans la même logique, l’analyse détaillée de sa matérialité se révèle indispensable dans la définition des mesures de projet, aidant à identifier, certes, carences et dysfonctionnements, mais aussi les potentialités propres à l’objet. Substrat de toute intervention dans l’existant, cette connaissance historique et matérielle exhaustive du bâti guide donc les choix des projeteurs par une démarche de création qui, alliant savoir théorique et savoir-faire technique, témoigne de la cohérence disciplinaire des options retenues »19.

43En outre, le pouvoir politique, toujours attentif à donner un maximum de visibilité au moindre investissement réalisé, ne semble pas concevoir l’efficacité d’une intervention minimale et respectueuse des spécificités architecturales, qui justifierait un peu de flexibilité dans la façon de répondre aux enjeux globaux du développement durable. Et c’est là un point important. L’analyse des nombreuses opérations montre que les concepteurs peinent à conjuguer l’ensemble des objectifs énoncés en un tout cohérent, équilibré, en raison des incompatibilités qui apparaissent dans les objectifs de projet.

  • 20 Cette publication est le résultat d’une étude monographique de la tour Brunfaut (1965) qui s’inscri (...)

44La tour Brunfaut restera, à ce titre, un exemple – regrettablement – emblématique20.

Haut de page

Notes

1 Ce qui correspond à Bruxelles intra-muros.

2 RAMMER Yves, « Quelques exemples de construction en hauteur en Belgique utilisant l’acier (1945-1975) », in PROVOST Michel et al. (dir.), Patrimoines de fonte, fer et acier. Architectures et ouvrages d’art, Bruxelles, FABI, 2018, p. 184-193.

3 BOURGUIGNON M., « Une belle performance de l’acier, le complexe Bourgmestre Ed. Machtens à Molenbeek », Acier-Stahl-Steel, 1967, no 6, p. 269-273.

4 RAMMER Yves, « Quelques exemples de construction en hauteur en Belgique utilisant l’acier (1945-1975) », art. cit.

5 BOURGUIGNON M., « Une belle performance de l’acier, le complexe Bourgmestre Ed. Machtens à Molenbeek-Bruxelles », art. cit.

6 LACATON & VASSAL ARCHITECTES – FRÉDÉRIC DRUOT ARCHITECTURE, Étude de définition en vue de réhabilitation, 2010, p. 7. Document consulté au Foyer Molenbeekois.

7 L’association sans but lucratif (ASBL) La Rue est une association d’éducation permanente, indépendante, située à Molenbeek-Saint-Jean. Depuis 2004, elle développe un travail de proximité avec les habitants du 65 Brunfaut dans le cadre de son projet de cohésion sociale en partenariat avec « Le Logement Molenbeekois ». Elle a accompagné les locataires dans leur communication et leurs actions auprès de la société de logement social et des autorités communales et régionales.

8 Les « ateliers urbains » sont des ateliers vidéos organisés entre 2009 et 2015 par le Centre Vidéo de Bruxelles (CVB) dans plusieurs quartiers de Bruxelles avec pour objet d’interroger le rapport des habitants à la ville.
ABATANE Mustapha & VERHAEREN Claire, « Ateliers urbains # 65 rue Brunfaut, ça ira mieux demain » (documentaire), Bruxelles, La Rue asbl, CVB asbl, 2015, Production : CVB - Michel Steyaert, La Rue asbl – Carine Barthélemy, 30 min. Le film est visionnable sur Vimeo : https://vimeo.com/154713474 [lien valide en janvier 2023].

9 Extrait d’un échange de courrier entre le président administrateur-délégué du Logement Molenbeekois et le directeur général de la Société nationale du Logement, 1971, Fonds d’archives « 65 Brunfaut », Molenbeek, Belgique.

10 LEDENT Gérald, « Tours de logement : Grandeur, décadence… renaissance ? », A+, vol. « Tours de logement », 2014, no 247, p. 55-62.

11 Le prix international Pritzker récompense chaque année, depuis 1979, un architecte (ou une association d’architectes) pour son œuvre et sa vision. En 2021, il a été décerné aux architectes français Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal pour leur architecture au service du bien-être humain et du social qu’ils alimentent d’une vision positive de ce qui existe déjà, et d’un pragmatisme du « faire avec ».

12 LACATON Anne, VASSAL Jean-Philippe & DRUOT Frédéric, Plus : Les grands ensembles de logements – Territoire d’exception, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2004.

13 Extrait des résultats de l’étude de définition en vue de réhabilitation de la tour Brunfaut.

14 DEGRUNE Vincent, « La tour Brunfaut, présentation de l’étude de définition des enjeux d’une réhabilitation », in Arlette Verkruyssen (dir.), Bruxelles Patrimoines. Actes de la journée d’étude du 11/12/2014 « L’avenir énergétique du bâti existant bruxellois, entre performance et préservation », Bruxelles, Bruxelles Développement urbain / Service public régional de Bruxelles, 2015, p. 88-94, disponible en ligne, http://patrimoine.brussels/liens/publications-numeriques/conferences-et-journees-d-etude/avenir-energetique-du-bati-bruxellois-existant-entre-preservation-et-performance/at_download/file [lien valide en janvier 2023].

15 Extrait de l’avis de marché pour l’attribution d’une mission complète d’architecture, d’étude et de suivi des travaux de réhabilitation (rénovation et extension) dans une vision écologique d’un immeuble destiné au logement social : la tour Brunfaut située rue Fernand Brunfaut, 65 à 1080 Bruxelles.

16 GRAF Franz & MARINO Giulia, « Une transfiguration silencieuse. Transition énergétique et patrimoine de la grande échelle », Tracés, 2016, vol. 142, nos 5-6, p. 12-19.

17 Surnom attribué à la ville de Liège.

18 GRAF Franz & MARINO Giulia, « Une transfiguration silencieuse… », art. cit.

19 GRAF Franz & MARINO Giulia, « Pour un “Observatoire du patrimoine moderne et contemporain”. De l’histoire matérielle du bâti à l’histoire matérielle du projet de sauvegarde », Revue de l’art français ancien et moderne, 2014, vol. 186, no 4, p. 31-35.

20 Cette publication est le résultat d’une étude monographique de la tour Brunfaut (1965) qui s’inscrit dans le travail de préparation d’une thèse de doctorat sur les immeubles de logements collectifs d’après-guerre dans la région bruxelloise (1945-1975). Cette thèse, financée par l’UCLouvain (Bruxelles, Belgique), est réalisée sous la direction de la professeure Giulia Marino.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Vue aérienne de la tour Brunfaut, Bruxelles (Belgique) avant intervention, avril 2020.
Crédits © Google Earth.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Titre Figure 2
Légende Tour Brunfaut, Bruxelles (Belgique). Phase de montage de l’ossature métallique autour du noyau en béton armé qui ne collabore pas à la stabilité de l’édifice, 1967. Photographie extraite d’Acier-Stahl-Steel, no 6, juin 1967, p. 270.
Crédits © Technika / reproduction Morgane Bos.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Titre Figure 3
Légende Tour Brunfaut, Bruxelles (Belgique). Phase de montage de l’ossature métallique autour du noyau en béton armé qui ne collabore pas à la stabilité de l’édifice, 1967. Photographie extraite d’Acier-Stahl-Steel, no 6, juin 1967, p. 271.
Crédits © Technika / reproduction Morgane Bos.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Titre Figure 4
Légende Tour Brunfaut, Bruxelles (Belgique). Phase de mise en place des planchers métalliques et début de la pose de la façade légère en acier, 1967. Photographie extraite d’Acier-Stahl-Steel, no 6, juin 1967, p. 272.
Crédits © La Photographie documentaire/ reproduction Morgane Bos.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Figure 5
Légende Plan d’un étage type de la tour Brunfaut, Bruxelles (Belgique), pour l’installation de chauffage, J. Roggen architecte, 1966. Plan conservé dans le fonds d’archives « 65 Brunfaut » du Logement Molenbeekois.
Crédits Reproduction Le logement Molenbeekois.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Figure 6
Légende En 2015, la tour Brunfaut, Bruxelles (Belgique), laisse apparaître un défaut de maintenance et d’entretien flagrant.
Crédits © Lieven Soete.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Figure 7
Légende La proposition du candidat MDW Architecture qui suggère d’ajouter un volume annexe accolé à l’existant pour maintenir le profil de la tour d’origine.
Crédits © MDW Architecture.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Figure 8
Légende Le candidat hollandais Kempe Thill vise une meilleure compacité du volume et davantage de capacité habitable en assumant une modification considérable du volume initial.
Crédits © Atelier Kempe Thill.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Figure 9
Légende La proposition du candidat Castro Denissof redéfinit fortement l’image de la tour.
Crédits © Castro Denissof Associés.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Figure 10
Légende Projection 3D de la tour Brunfaut à Bruxelles (Belgique) après réhabilitation par l’association A229 et Daniel Dethier.
Crédits © A229 © Dethier Architectures © Ney & Partners © Arcadis.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Figure 11
Légende Une « mise à nu » de la tour Brunfaut à Bruxelles (Belgique), Morgane Bos, octobre 2020.
Crédits © Morgane Bos.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre Figure 12
Légende Le squelette de la tour Brunfaut à Bruxelles (Belgique) perçu depuis les quartiers molenbeekois, Lieven Soete, avril 2021.
Crédits © Lieven Soete.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 13
Légende Le complexe Bourgmestre Ed. Machtens (Bruxelles, Belgique) en fin de chantier, 1967. Photographie extraite d’Acier-Stahl-Steel, no 6, juin 1967, p. 272.
Crédits © Baugniet / reproduction Morgane Bos.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36726/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgane Bos, « Revisiter la tour Brunfaut (Julien Roggen, début 1965) ou de la réécriture du « patrimoine ordinaire » bruxellois »In Situ [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 15 février 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/insitu/36726 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.36726

Haut de page

Auteur

Morgane Bos

Architecte, doctorante UCLouvain (Bruxelles, Belgique)

morgane.bos@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search