Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Des projets, leurs vicissitudesJussieu, ou les infortunes de la ...

Des projets, leurs vicissitudes

Jussieu, ou les infortunes de la modernité

Jussieu, or the misfortunes of modernity
Laurent Alberti

Résumés

Le site de l’université de Jussieu à Paris est emblématique des enjeux liés au patrimoine architectural de la seconde moitié du xxe siècle, tant par les acteurs qui s’y sont exprimés que par les œuvres qui y ont été réalisées.

La création puis la réalisation en deux temps de la faculté des sciences de Paris illustrent comment les ambitions d’une république gaullienne planificatrice se sont concrétisées à travers les « barres de Cassan » et surtout le « Gril » d’Édouard Albert, symbole de la modernité monumentale et institutionnelle propre aux Trente Glorieuses.

À la fin de cette période, un débat s’ouvre sur la légitimité de cet « objet-projet politique ». L’évolution des pratiques universitaires et le rejet du fonctionnalisme et de l’orthodoxie moderne laissent le Gril inachevé.

Après la crise culturelle de 1968, la crise de la santé publique amenée par le scandale de l’amiante déclenche une restructuration lourde du site qui démarre en 1998.

Ses acteurs, qui pourtant revendiquent le respect de l’œuvre, modifient le Gril en profondeur. Ils illustrent ainsi la confusion patrimoniale actuelle, où la déontologie de la conservation s’efface au profit de l’évocation et de l’image, laissant de côté la notion d’authenticité de l’œuvre.

Parallèlement, la construction de l’Institut du monde arabe (IMA) va transformer le rapport à la ville de ce monument, né sous l’influence de la charte d’Athènes. L’IMA, en vecteur postmoderne sophistiqué, reformule le lien entre Jussieu l’inachevé et le tissu parisien traditionnel en le rattachant à son système d’îlots.

Cette évolution fait de Jussieu un exemple rare d’ensemble sédimenté d’œuvres significatives du patrimoine du xxsiècle. Cette sédimentation vient corrompre la figure idéalisée du Gril dans un positionnement paradoxal qui sauve les bâtiments de la démolition, mais engage la dissolution de l’œuvre.

Haut de page

Texte intégral

La création de la faculté des sciences de Paris

  • 1 HOTTIN Christian, « De la “Halle aux vins” à l’Université Pierre et Marie Curie, brève histoire de (...)

1La morphogénèse du Quartier latin montre la souplesse de son tissu urbain. Il a su s’accommoder de l’évolution de ses lieux d’enseignement, qui vont des collèges des grands ordres monastiques du xiiie siècle à des établissements édifiés à la fin du xixe siècle tels que l’École de pharmacie (1885), l’École des colonies (1896) ou la Sorbonne, reconstruite en 1885. Cette dernière, œuvre d’Henri-Paul Nénot (1853-1934), résulte de la nécessité de donner à la faculté des sciences « des locaux adaptés à ses missions1 ».

2Dès le tout début du xxe siècle, le Quartier latin semble marquer le pas face aux nouveaux besoins que génèrent les problématiques du siècle naissant. La « nouvelle Sorbonne » paraît de ce fait dépassée, ses différents services sont saturés et dispersés.

  • 2 Trouvant son origine dans la volonté de Napoléon de rationaliser le système des marchés parisiens, (...)

3Dans ce contexte, la Halle aux vins2 suscite les convoitises, tant par sa localisation que par ses dimensions [fig. 1].

Figure 1

Figure 1

Emprise de la Halle aux vins sur l’îlot de l’ancienne abbaye Saint-Victor. Plan cadastral de Paris par îlot, dit Atlas Vasserot (cadastre 1810/1836, 47e quartier, îlot no 24), conservé aux Archives de Paris (cote F31/95/24).

Reproduction Archives de Paris.

  • 3 La faculté de médecine trouve finalement sa place rue des Saints-Pères, dans un bâtiment inauguré e (...)

4Après avoir envisagé d’y bâtir dans les années 1920 la faculté de médecine3, on songe à partir de 1943 à y regrouper l’ensemble de l’enseignement universitaire scientifique. Le directeur de l’Enseignement supérieur confie cette année-là à l’architecte Roger Séassal (1885-1967), prix de Rome, la mission d’établir un premier avant-projet. Mais il faut attendre 1951 pour voir le principe de cette installation se confirmer, à travers l’avis favorable donné par le Comité d’aménagement de la région parisienne.

La première tranche, 1955-1961

Les « barres de Cassan »

  • 4 DELORME Franck, « Les premiers bâtiments de la faculté des Sciences de Jussieu, 1958-1960. Une arch (...)

5Le 23 août 1955, Jean Berthoin, le ministre de l’Éducation nationale, renouvelle la mission de Séassal en lui adjoignant Louis Madeline (1882-1962), René Coulon (1908-1997) et Urbain Cassan (1890-1979). Ils sont chargés d’installer sur l’emprise « l’enseignement propédeutique et de deuxième cycle […] de 8 000 élèves et […] certainement davantage dans les années à venir4 ».

6Mais l’évacuation de la Halle aux vins, pourtant demandée dès 1943 à la préfecture de la Seine, peine à se réaliser. Pour contourner la difficulté, une solution est envisagée, permettant la poursuite temporaire de l’activité des négociants. Pour ce faire, deux bâtiments sont projetés le long du quai Saint-Bernard et de la rue Cuvier [fig. 2]. Le premier, long de 313 m et haut de sept étages, repose sur deux séries de pilotis entre lesquels une voie ferrée continuerait à desservir les magasins de la Halle. Le second, long de 162 m et parallèle à la rue Cuvier, formerait la nouvelle limite orientale du site.

Figure 2

Figure 2

La première tranche de la faculté des sciences de Paris. Dessin axonométrique, Pierre Sudreau (commissaire à la construction et à l’urbanisme pour la région parisienne), extrait de l’annuaire Construction et urbanisme à Paris et en région parisienne, Imprimerie nationale, 1958, p. 17.

Reproduction Laurent Alberti.

7La commission supérieure des Sites, Perspectives et Paysages conditionne son accord à la mise au point d’un plan pour l’ensemble du secteur. Le projet qui en découle reprend la partition étagée de la Halle aux vins, avec au sud un premier plateau au niveau de la rue Saint-Victor qui adresse un ensemble monumental doté d’une cour d’honneur au dessin axé. Celle-ci distribue en contrebas un second plateau composé d’un grand parc arboré dont les allées piétonnes donnent accès aux bâtiments isolés et orthogonaux entre eux.

8De ce premier projet de la nouvelle faculté des sciences, seules les constructions linéaires prévues quai Saint-Bernard et rue Cuvier sont réalisées, entre 1958 et 1960. Aujourd’hui appelées « barres de Cassan » dans un raccourci qui oublie ses deux autres auteurs, elles présentent un double intérêt historique et morphologique.

  • 5 Formé de « blocs isolants en terre cuite recouverts d’une mince couche de pierre venant dissimiler (...)
  • 6 Les barres ont adopté « le module préconisé par le ministère de l’Éducation nationale […] fixé à un (...)

9Du point de vue de l’histoire de l’architecture universitaire, elles sont parmi les premières réalisations d’après-guerre à pouvoir revendiquer les acquis du Mouvement moderne comme l’implantation sur des pilotis, un jeu de volumes épurés, un système constructif modulaire5 ou un dessin de façades dicté par des impératifs de normalisation6.

10Elles marquent également une évolution importante dans l’histoire du paysage de la Seine dont les berges, après-guerre, restent un espace de production, de négoce ou de circulation. Cet espace entraîne une coupure entre le fleuve et la ville dont les silhouettes telles celles du Grand Palais, du Louvre ou de l’Institut de France, se donnent à voir par-dessus ces emprises de production.

  • 7 « […] c’est l’aspect d’ensemble des rives de la Seine qui se trouve menacé à cet endroit » (extrait (...)

11C’est dans ce même rapport que s’inscrivent les « barres de Cassan », au détail près de la modernité et de la frontalité décomplexée de leurs façades. Comme ce fut le cas pour la cité administrative de la préfecture, boulevard Morland, construite par Albert Laprade (1883-1978) à partir de 1955, une telle intervention si proche du centre historique et de Notre-Dame ne manque pas de faire polémique7.

La seconde tranche, 1963-1973

Jussieu, l’objet-projet politique

  • 8 Construction et urbanisme à Paris et en région parisienne, Paris, ministère de la Reconstruction et (...)

12En 1958, l’annuaire Construction et urbanisme à Paris et en région parisienne publié par le ministère de la Construction présente « quelques-unes des grandes réalisations en cours qui, par leur ampleur et leur technique, donneront à Paris la marque de l’architecture du milieu de ce siècle8 ». La faculté figure parmi les dix programmes présentés, ce qui dit bien l’importance que l’État veut lui donner.

  • 9 PARIAS Louis-Henri (dir.), Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, (...)

13En 1961, le mathématicien Marc Zamansky (1916-1996) devient doyen de la faculté. Il reformule le projet en le faisant entrer de plain-pied dans les Trente Glorieuses et leurs problématiques de croissance démographique9. Il accompagne cette « massification » de l’enseignement en la planifiant à l’échelle régionale. Son vaisseau amiral, sur le site de la Halle aux vins, devra accueillir non plus 8 000, mais 27 000 étudiants.

14Cette nouvelle faculté des sciences illustre l’idéal du gaullisme social et son impératif de croissance et d’intégration, dans une démarche planificatrice caractéristique de la VRépublique.

  • 10 GIMBAL Julie, « La tour parisienne, un objet politique (1959-1970) », Docomomo France, numéro spéci (...)

15En ce sens, la nouvelle faculté devient un « objet-projet politique10 » avant d’être un objet architectural.

  • 11 Toujours en 1963, Malraux intervient également dans le programme de la tour que le ministère de l’É (...)
  • 12 CHERRUET Sébastien, « Créativité et technicité comme réponses au défi de la massification de l’univ (...)

16Cette dimension politique est confortée par l’intervention d’André Malraux. Bien que ministre des Affaires culturelles et non pas de l’Éducation11, il impose Édouard Albert (1910-1968) en remplacement de Louis Madeline, décédé en 1961. Un choix qui peut étonner pour un programme de cette envergure, tant l’architecte « se situe hors des réseaux traditionnels de la commande publique12 ».

  • 13 MARREY Bernard, Édouard Albert, Paris, Centre Georges-Pompidou, coll. « Jalons », 1998, p. 48.
  • 14 Déclaration d’André Malraux lors de l’assemblée plénière du conseil général des Bâtiments de France (...)
  • 15 L’architecte « souhaitait l’intervention des artistes, la sollicitait comme si l’œuvre d’architectu (...)

17En 1963, Malraux demande à Albert, avec l’assentiment du doyen Zamansky, de changer le plan du projet13, indiquant qu’il devra constituer « une tentative assez exceptionnelle d’architecture linéaire devant permettre […] de confier la décoration de l’édifice à quelques-uns des plus grands artistes contemporains14 », ce qui éclaire un peu sur le choix d’Édouard Albert, étant donné le rôle privilégié que l’art tient dans ses réalisations15.

18Le projet qu’il présente en 1963 est en rupture totale avec le parti précédent. La faculté n’est plus un campus au parc agrémenté de constructions, mais une architecture monumentale dont la modernité sans concession s’exprime à travers plusieurs registres [fig. 3].

Figure 3

Figure 3

Faculté des sciences, extension. Schéma général d’Édouard Albert, Roger Séassal, Urbain Cassan et René Coulon, 1963. Extrait de la plaquette de présentation par Marc Zamansky du projet, conservée dans le fonds d’archives de la bibliothèque Kandinsky (ALB 53.1).

Reproduction Laurent Alberti.

19Le premier d’entre eux est topographique. Horizontalement, la faculté s’organise en quatre strates successives : un socle bas de deux niveaux, l’espace d’un sol commun libre et ouvert à tous, une épaisseur bâtie de cinq niveaux et enfin l’espace déplafonné d’une tour de 28 étages.

  • 16 Ses passerelles, non réalisées, devaient assurer la liaison entre le sol commun de la faculté et se (...)

20En plan, le projet déploie une géométrie simple et radicale. Un périmètre rectangulaire en établit la limite, composée d’un talus suivi d’un saut-de-loup, régulièrement franchi de passerelles16. À l’intérieur, un damier de cours et de corps de bâti forme le « gril » [fig. 4]. Il est constitué de 21 cours de 45 mètres de long par 33 mètres de large, séparées par des bâtiments de 18 mètres d’épaisseur. Ouverte sur la place Jussieu, une grande cour d’honneur forme une exception dans cette trame avec, en son centre, une tour axée sur un seuil d’entrée monumental qui adresse l’institution à la place Jussieu.

Figure 4

Figure 4

Plan masse schématique de la faculté des sciences, Édouard Albert, Roger Séassal, Urbain Cassan et René Coulon, sans date. Conservé dans le fonds d’archives de la bibliothèque Kandinsky (ALB 53.1).

Reproduction Laurent Alberti.

  • 17 Avec notamment la mise au point de la structure du bâtiment de l’Épargne de France (rue Jouffroy-d’ (...)

21Le second registre, constructif, est dans la suite des recherches structurelles qu’Édouard Albert mène depuis 195417. Une première structure métallique est formée de poteaux, implantés tous les 3 mètres. Chacun supporte une poutre transversale de 18 mètres en forme de gondole. À partir du premier étage, une seconde structure ajoute une série de poteaux plus fins. L’ensemble, posé hors œuvre, est laissé apparent, filant verticalement jusqu’à dépasser le niveau de la grande terrasse dont il forme alors le garde-corps. Les 34 tours de liaison en béton contreventent cet ensemble.

  • 18 « Édouard Albert est un architecte fonctionnaliste pour qui “la dimension d’un édifice est la limit (...)

22Le troisième registre est fonctionnel. Pour Albert, « la forme suit la fonction »18 : le socle accueille locaux techniques et desserte automobile. Au-dessus, un réseau de déambulatoires s’installe en sous-face des bâtiments du Gril. Les cours sont quant à elles pour la plupart inaccessibles, car occupées par des œuvres d’art ou des équipements techniques. Les bâtiments du Gril reçoivent des locaux d’enseignement et des laboratoires de recherche, leurs tours de liaison abritent des circulations verticales et des réseaux techniques. Enfin, la tour de la cour d’honneur héberge l’administration.

  • 19 HOTTIN Christian, « De la Halle aux vins à l’Université Pierre et Marie Curie… », art. cit., p. 72. (...)
  • 20 Voir à ce propos l’article d’Annette ROCHE, « Le 1 %, de la faculté des Sciences de Paris à l’Unive (...)
  • 21 MARREY Bernard, « Un grand projet inachevé : la faculté des Sciences de Paris », art. cit., p. 39.

23Le dernier registre est symbolique. La monumentalité de l’ensemble et la solennité que dégage l’absolutisme de sa géométrie incarnent bien l’ambition du régime gaullien en matière de science, de technique et d’enseignement, de même que l’importante commande artistique qui l’accompagne19. Les artistes parmi les plus prestigieux du moment20 sont sollicités pour des interventions devant servir, dans l’esprit d’Albert21, à former un contrepoint à la rigoureuse composition d’ensemble [fig. 5].

Figure 5

Figure 5

Para Vista, fresque de Victor Vasarely installée en 1967 au campus de Jussieu. Œuvre de 286 rangs de lames en aluminium laqué au four, plénum de 34 x 22 m.

© Vera Cardot.

  • 22 « Édouard Albert fut, avec Jean Prouvé, parmi les architectes français qui ont largement participé (...)

24Le bâtiment qui en résulte marque la production architecturale française des années 1960. Son langage monumentalise la technique. Cherchant à libérer l’architecture de la notion de masse, le travail d’Albert sur la structure métallique répond, au même titre que les travaux de Jean Prouvé (1901-1984), aux questions que pose à ce moment-là l’industrialisation du métal dans la construction22. L’œuvre renouvelle également certains thèmes attachés depuis longtemps au Mouvement moderne, notamment son respect strict du fonctionnalisme, sa réinterprétation de « l’espace ouvert » avec la trame des déambulatoires innervant le sol commun [fig. 6] ou encore la recherche d’une « synthèse des arts ». Cette dernière s’illustre tout particulièrement dans la version originelle, mais non réalisée de la tour de l’administration, dont le décalage successif des angles aurait permis l’insertion d’une œuvre monumentale de Georges Braque [fig. 7].

Figure 6

Figure 6

Trame des déambulatoires, campus de Jussieu, entre 1978 et 1979. Photographie conservée au musée Carnavalet.

© photographe inconnu / reproduction RMN-Grand Palais, image Ville de Paris.

Figure 7

Figure 7

Première version non réalisée de la tour de l’administration d’É. Albert. Maquette de J.-P. Barray de 1964. Extrait de « Un grand projet inachevé : La faculté des sciences », MARREY Bernard, La Revue de l’art, no 29, 1975, p. 100.

© photographe inconnu / Reproduction https://www.parismuseescollections.paris.fr [lien valide en février 2023].

25Le chantier, qui démarre en 1964, avance régulièrement jusqu’à la livraison du département de biologie, achevé en 1972. À cette date, il manque encore neuf cours pour compléter l’ensemble. L’exécution diffère des intentions initiales d’Albert sur plusieurs points. Les passerelles franchissant le talus extérieur ne sont pas réalisées et le programme artistique n’est exécuté que très partiellement. En outre, la tour de l’administration est construite dans une version promue par Cassan très éloignée de celle imaginée par Albert.

Le monument inachevé, 1973

La modernité en procès

26En janvier 1968, Édouard Albert meurt prématurément. Puis, successivement, André Malraux quitte le gouvernement en 1969 et Marc Zamansky n’est plus doyen à partir de 1970. Ces aléas et la crise économique vont entraîner l’arrêt du chantier en 1973 [fig. 8].

  • 23 HOTTIN Christian, « De la “Halle aux vins” à l’Université Pierre et Marie Curie… », art. cit., p. 7 (...)

27Par ailleurs, la crise de mai 1968 est lourde de conséquences pour le devenir du monument. Effet direct des événements, la loi Faure (loi d’orientation de l’enseignement supérieur) institue la réforme des universités. Leur autonomie est accrue et les facultés sont supprimées. À Paris, neuf universités « autonomes, participatives et pluridisciplinaires » sont créées. Deux d’entre elles – Paris-IV et Paris-VII – doivent occuper l’ancienne faculté des sciences et se disputent rapidement la répartition de locaux dans lesquels elles ne voient qu’une réserve disponible de mètres carrés23.

  • 24 Ibid., p. 75.
  • 25 RAT Michel, « Jussieu à démolir », Le Saprophyte, le journal de Paris VII, janvier 1973, p. 3.
  • 26 La faculté des sciences finit par être appelée « Jussieu » par glissement sémantique avec la statio (...)
  • 27 RAT Michel, « Jussieu à démolir », op. cit.

28Dans le même temps, l’espace du Gril est très mal perçu par les étudiants et enseignants. Ils le trouvent déshumanisé, le surnomment « le Sarcelles de l’Éducation nationale24 ». Les militants de Paris-VII se plaignent « du froid et du vent traversant de part et d’autre cet immense morceau de gruyère25 », dissuadant de se réunir sur l’espace du sol commun. Jussieu26 est alors considérée comme « le symbole du point où peuvent aller le capitalisme et la technocratie pour réduire les luttes27 ».

29Monument du gaullisme social, la faculté est alors vue comme l’instrument répressif de l’autorité. Ce n’est plus seulement l’institution qui est rejetée, mais l’œuvre architecturale qui la symbolise : le systématisme du plan, le séparatisme fonctionnel, jusqu’aux œuvres d’art, peu appréciées.

  • 28 Parallèlement, le « trou des Halles » symbolisera avec plus de force encore la crise de l’urbanisme (...)

30Le Gril en ressort totalement décrié : la décision en 1973 d’arrêter le chantier est suivie, en 1977, par celle d’abandonner la poursuite de l’ensemble. L’inachèvement crée une lacune au nord et à l’est du plan, laissant à nu de grands pignons qui feront de l’ancienne faculté un des symboles parisiens28 de la fin de l’idéal moderne, transformant l’utopie architecturale en objet marqué par l’histoire.

Figure 8

Figure 8

La faculté inachevée, état en 1977. Extrait du cadastre de la Ville de Paris, 1/5000, feuille 05-TA, établi en 1977 et conservé au service du cadastre de la Ville de Paris.

Reproduction Laurent Alberti.

La légitimité de l’œuvre, 1981-1998

« Chef-d’œuvre des Sixties » versus « désert spirituel »

  • 29 « Conçu pour une fréquentation d’environ 25 000 personnes, il en comptait près de 45 000 en 1997 » (...)

31Le manque de locaux, conjugué à l’augmentation constante du nombre d’étudiants29, génère un besoin de surfaces supplémentaires. Aussi, l’aménagement de l’espace inachevé du Gril devient un sujet d’étude récurrent.

32À partir des années 1980 et jusqu’au milieu des années 1990, de nombreux projets envisagent l’implantation de bâtiments autour des vestiges de la faculté, cherchant à densifier cet espace, mais aussi à redéfinir les rapports entre les nouvelles universités et le quartier.

33En 1992, un concours est lancé pour la construction d’une bibliothèque au bénéfice des deux universités. Deux projets vont émerger de cette consultation.

  • 30 Jean Nouvel & Emmanuel Cattani, Alexiane Rossi.
  • 31 Extrait du texte de présentation par Jean Nouvel de son projet, « Le vide est une vertu », in SCHNE (...)

34La proposition de Jean Nouvel30, viollet-le-ducienne par certains aspects, restitue l’idéal topographique du Gril dans sa partie inachevée, proposant d’en « suivre les lignes […], fidèlement, rigoureusement, et de vider largement le reste31 » [fig. 9].

  • 32 OMA (Office for Metropolitan Architecture) : Rem Koolhaas, Christophe Cornubert.

35Celle de Rem Koolhaas32 refuse au contraire de s’inscrire dans ce qu’il nomme « un réseau et non une architecture ». Il imagine un objet indépendant, refusant de combler la lacune du Gril dans une position quasi ruskinienne [fig. 10].

Figure 9

Figure 9

Maquette de rendu pour le concours international pour la construction de deux bibliothèques du Campus universitaire de Jussieu, Jean Nouvel, Emmanuel Cattani & Associés, 1992.

© Gaston Bergeret © Jean Nouvel, Emmanuel Cattani & Associés.

Figure 10

Figure 10

Maquette de rendu pour le concours international pour la construction de deux bibliothèques, campus universitaire de Jussieu, Rem Koolhaas (Office for Metropolitan Architecture), 1992.

© Hans Werlemann © Rem Koolhass (Office for Metropolitan Architecture).

36Si le concours ne survit pas au changement de majorité politique de 1993, il marque une étape importante pour la perception de l’œuvre d’Albert, tant par le débat qui va l’accompagner que par la stature internationale des auteurs des deux projets.

  • 33 INSERM, Effets sur la santé des principaux types d’exposition à l’amiante, Paris, INSERM, 1997.
  • 34 « Était-il raisonnable de préserver une telle survivance architecturale des années 60 ? Méritait-el (...)

37Puis « l’affaire de l’amiante » éclate. Dénoncée dès les années 1970, la présence de l’amiante fait scandale et prend, en 1997, une dimension nationale avec la publication d’un rapport de l’INSERM33. La gravité du sujet oblige le pouvoir politique à réagir, en envisageant le désamiantage total du site. L’ampleur logistique et financière de cette décision est telle que l’on commence à parler de démolition34.

38Fragilisée par cet enjeu de santé publique, la légitimité architecturale de Jussieu fait à nouveau débat.

  • 35 SCHEIN Ionel, Paris construit, guide de l’architecture contemporaine [1961], Paris, Vincent Fréal (...)
  • 36 MARREY Bernard, « Un grand projet inachevé : la Faculté des Sciences de Paris », art. cit.
  • 37 SEITZ Frédéric (dir.), Architecture et métal en France, xixe-xxe siècles, Paris, EHESS, coll. « Rec (...)
  • 38 MONNIER Gérard (dir.), L’Architecture moderne en France, Paris, Picard, coll. « Librairie de l’arch (...)

39Pourtant, pour les spécialistes de l’architecture du xxe siècle, le doute n’est pas permis sur l’importance de l’œuvre. En 1970, alors qu’elle n’est pas encore achevée, elle est distinguée par Ionel Schein dans son second tome de Paris construit35. En 1975, toute l’ampleur du projet est détaillée dans un article36 de Bernard Marrey qui fait date. Des études plus thématiques, comme celle de Frédéric Seitz37 publiée en 1994, insistent sur le caractère exceptionnel de la démarche d’Édouard Albert. En 1999, Joseph Abram qualifie le Gril « d’une des meilleures œuvres des années soixante38 ».

  • 39 RÉAU Louis, Histoire du vandalisme. Les monuments détruits de l’art français [1959], Paris, Robert (...)
  • 40 GRIOTTERAY Alain, « Pourquoi il faut raser Jussieu », Le Figaro, 18 juillet 1996.

40À l’opposé, certains défenseurs du patrimoine traditionnel abhorrent l’ancienne faculté. L’historien de l’art Louis Réau déplore en 1994 la disparition de la Halle aux vins et juge l’ensemble moderne « médiocre » : « un désert spirituel39 ». Encore plus radical, l’homme politique Alain Griotteray estime que tout doit être détruit « pour en finir avec le martyre imposé depuis près de trente ans à cette partie des quais de la Seine » et affirme ne pas se résigner à sa « laideur40 ».

41Les motifs de ces réactions violentes vont du refus de la modification du paysage des quais de Seine au rejet par principe de l’architecture moderne. Cette dernière reste coupable, aux yeux de ses détracteurs, de dépasser les particularismes locaux. On ne lui pardonne toujours pas, à travers cette accusation de « laideur », de s’être libérée de la convention des styles.

  • 41 MONNIER Gérard, « Ne brûlez pas Jussieu ? », Libération, 23 août 1996, disponible en ligne, htt (...)

42Gérard Monnier, spécialiste de l’architecture du xxe siècle, réagit à ce réquisitoire par un texte publié en 1996, où il déclare que « Jussieu est l’un des meilleurs témoignages que laissent dans l’architecture parisienne les années de la croissance et de l’optimisme », et conclut par une supplique : « Il faut, sans attendre, classer Jussieu monument historique41. »

  • 42 La loi Solidarité et Renouvellement urbain (SRU) votée en 2000 permet aux communes de mettre en pla (...)

43Mais contrairement à la tour Croulebarbe, immeuble d’habitation construit par Albert de 1958 à 1960, inscrite au titre des monuments historiques en 1994, aucun des bâtiments composant l’ancienne faculté des sciences de Paris n’est protégé. Non inscrits, encore moins classés, ils ne font également pas partie des 4 500 bâtiments protégés au titre du PLU que la Ville de Paris arrête en 200642.

La restructuration du site, 1997-2016

Des bâtiments conservés, mais une œuvre perdue

  • 43 L’EPCJ est devenu en 2010 l’établissement public d’aménagement universitaire de la région d’Île-de- (...)
  • 44 Venant après le plan Université 2000, le plan U3M (Université du 3millénaire) est un plan qui vis (...)

44En 1997 est créé l’établissement public du campus de Jussieu (EPCJ43) pour assurer la conduite du désamiantage, qui se révèle d’une très grande complexité, devant conjuguer la mise en conformité en termes de sécurité incendie et le nécessaire rattrapage du manque d’entretien du site. Par ailleurs, ce désamiantage s’accompagne d’une redéfinition des besoins des usagers d’autant que, par la suite, l’université Paris-VII profite du plan U3M44 pour s’autonomiser en s’implantant sur le site des Grands Moulins (XIIIe arr.).

  • 45 En 1996, Jacques Chirac s’engage à débarrasser le site de son amiante en moins de trois ans.

45Le calendrier excessivement contraint qu’impose l’urgence45 de cette question de santé publique pousse l’EPCJ à lancer plusieurs opérations sectorisées. Associant travaux de désamiantage et réaménagement programmatique, elles possèdent chacune une maîtrise d’œuvre différente et adoptent un périmètre purement opérationnel [fig. 11].

46Rapidement, il apparaît nécessaire d’encadrer cette planification opérationnelle par des orientations architecturales et urbaines précises. Une mission est confiée en 2001 à Jean Nouvel par le ministère de la Culture pour établir un schéma directeur d’aménagement [fig. 12].

Figure 11

Figure 11

Rénovation du campus de Jussieu : secteurs de projets, 2011.

© Épaurif.

Figure 12

Figure 12

Campus de la faculté de Jussieu - mission d’orientations architecturales et urbaines. Maquette du schéma général d’aménagement, Jean Nouvel, Emmanuel Cattani & Associés, 2001.

© Gaston Bergeret © Jean Nouvel, Emmanuel Cattani & Associés.

  • 46 HOTTIN Christian, « De la “Halle aux vins” à l’Université Pierre et Marie Curie… », art. cit., p. 8 (...)
  • 47 L’Atrium remporte en 2006 une mention spéciale lors de l’attribution du prix de l’Équerre d’argent.

47Rejetée en décembre 2002, sa proposition aurait évité l’incohérence de l’aménagement réalisé entre Gril inachevé et barres de Cassan, tant le traitement de cette partie interstitielle semble aujourd’hui encore « protéiforme et difficilement lisible46 », comme on peut le voir avec l’Atrium, projet livré en 2006 par l’agence Périphériques Architectes. Si les qualités d’usage et l’esthétique au goût du jour de ce bâtiment ont été reconnues47, son rapport au site montre un Gril perçu comme un système tissulaire dont les mailles manquantes peuvent être complétées au gré des besoins et des modes. Une approche qui considère la lacune de l’œuvre d’Albert comme une réserve foncière à lotir.

48Les interventions directes sur le Gril débutent, elles, en 1998. La restructuration du secteur 1, confiée à l’équipe Autran-Mitrofanoff, s’achève en 2003 et donne aux élévations un nouveau dessin. La structure tubulaire initiale est maintenant cachée derrière ces nouvelles façades pour des motifs de stabilité au feu.

  • 48 « Nous ne voulions pas, à proprement parler, rentrer dans une logique de restitution, et n’avons au (...)

49L’intervention sur le secteur ouest [fig. 13], confiée en 2003 à l’équipe Reichen & Robert, est livrée en 2014 tandis que celle du secteur est [fig. 14], conduite dès 2008 par Architecturestudio, est achevée en 2016. Les deux équipes n’ont reçu aucune consigne particulière en matière de conservation48, mais revendiquent toutes deux une démarche respectueuse de l’œuvre d’Albert.

Figure 13

Figure 13

Campus de la faculté de Jussieu - secteur ouest. Plan d’ensemble niveau dalle Jussieu, Reichen et Robert & Associés, 2003/2014.

© Reichen et Robert & Associés.

Figure 14

Figure 14

Campus universitaire de Jussieu - secteur est. Plan masse d’ensemble, Architecturestudio, 2008/2015.

© Architecturestudio.

  • 49 Fort de l’expérience du secteur 1, il est décidé pour désamianter de « déshabiller complètement les (...)

50La restructuration lourde qui en ressort ne conserve des constructions d’origine que la structure49, autour de laquelle sera « reconstruit » un nouveau Gril, qui se différencie de l’original de plusieurs manières.

51D’abord, il en modifie la partition topographique. Rue des Fossés-Saint-Bernard, le socle est supprimé, remplacé par une galerie filant le long de la rue ainsi qu’un emmarchement monumental formant un nouvel accès au site. Par ailleurs, les bâtiments R+5 du Gril sont pourvus d’un sixième niveau technique, transformant le dessin originel si caractéristique de la ligne de toit.

52La structure est elle aussi revue, avec le doublement intérieur des poteaux extérieurs, tandis que ceux supportant les bâtiments de la rue des Fossés-Saint-Bernard sont plus élancés et leur diamètre plus important en raison de la suppression du socle.

53La stricte partition fonctionnelle d’origine est abandonnée. La circulation générale initialement assurée par le réseau des déambulatoires du sol haut est maintenant doublonnée par une nouvelle circulation, une « rue » intérieure implantée au cœur du socle pour y distribuer de nouveaux locaux.

54Les cours, à l’origine strictement identiques entre elles, subissent maintenant différents traitements : certaines sont couvertes, d’autres voient leur sol transformé en toit, d’autres encore accueillent la construction de folies de différentes tailles.

  • 50 Le nouveau projet de la tour ne se réfère pas à celle édifiée selon le dessin de Cassan, ni ne vise (...)

55Enfin, la minéralité solennelle de la cour d’honneur est abandonnée au profit de sa végétalisation. Restructurée en 2009 par Thierry Van de Wyngaert, la tour Zamansky ne conserve également que son squelette. Habillée d’un nouveau dessin composé d’une façade de verre sérigraphié, elle abrite un dispositif lumineux, évocation lointaine du projet originel d’Albert50 et ses décalages de planchers successifs.

56Conscients des enjeux liés au caractère répétitif du Gril, les deux maîtres d’œuvre adoptent un même dessin pour les façades des bâtiments, tentant par ce biais d’en garder la cohérence.

57Il n’empêche, le réseau régulier du Gril devient hétérogène, fragmenté de l’intérieur, privé de l’élégant effet de contraste initial que lui avait donné Albert en opposant la liberté formelle et colorée des œuvres d’art à l’autorité du Gril et son continuum spatial répétitif.

58Certes, l’intervention évite la démolition pure et simple des bâtiments. Mais cette restructuration, initialement lancée pour assainir le Gril de son amiante, l’a finalement touché en profondeur, le transformant pour y intégrer la complexité de nombreux nouveaux usages.

  • 51 Ibid., voir l’ensemble des entretiens.

59Si l’ensemble de ses acteurs – maître d’ouvrage comme maître d’œuvre – reconnaissent l’importance de l’œuvre d’Albert, leur « positionnement patrimonial » se situe dans une zone de libre interprétation où « l’évocation de l’esprit d’Édouard Albert » et « la conservation de son image » remplacent la réalité matérielle de l’œuvre51.

60Paradoxe d’une restructuration qui sauve les bâtiments de la démolition mais engage la dissolution de l’œuvre.

  • 52 CHOAY Françoise, Le Patrimoine en questions, anthologie pour un combat, Paris, Seuil, coll. « La Co (...)
  • 53 Tretriack Philippe, cité par MONNIER Gérard, « Ne brûlez pas Jussieu? », Libération, 23 août 1996, (...)

61De ce point de vue, on ne peut que regretter l’absence de mesures de protection, ferment de toute intention patrimoniale52 et condition préalable à toute notion d’authenticité. Protéger ainsi le « chef-d’œuvre des Sixties53 » qu’est le Gril aurait permis de clarifier cette confusion patrimoniale, d’établir sans ambiguïté la distinction entre l’œuvre d’origine et ses aménagements ultérieurs.

62Bien sûr, une protection n’aurait été d’aucun secours pour s’opposer à l’évolution des usages universitaires, rendant improbable toute restitution architecturale de l’œuvre originelle. Mais elle aurait pu éviter le risque que l’évocation de l’œuvre et la volonté d’en restituer l’image ne finissent en pastiche.

L’Institut du monde arabe, 1981

Du monument à l’îlot : le xxe siècle sédimenté

63Une telle protection n’aurait pas non plus pu empêcher la transformation de la mégastructure du Gril en îlot du tissu parisien. Une transformation que l’Institut du monde arabe (IMA) engage de manière spectaculaire en 1981.

  • 54 Extrait du règlement du Plan d’urbanisme directeur (PUD) adopté en 1959.
  • 55 LAPIERRE Éric, « Les architectes et le règlement », in PAVILLON DE L’ARSENAL, Aventures architectur (...)

64Il faut resituer la construction de l’IMA dans la perspective de l’avènement du postmodernisme. Ce dernier réhabilite la « culture de la ville » avec pour corollaire le rejet de l’urbanisme moderne et sa traduction réglementaire, le plan d’urbanisme directeur de Paris (PUD), qui institue qu’à Paris, « la trame urbaine n’est plus définie par des rues, mais par l’ordonnance des constructions, elles-mêmes guidées par des considérations fonctionnelles54 ». En bref, avec le PUD, « l’architecture a définitivement pris le pouvoir sur la ville55 ».

65Mais l’ancienne faculté des sciences, bien que conforme au PUD, s’implante sur une emprise qui ne nécessite pas d’en modifier le foncier. En résumé, elle présente une « prédisposition à l’îlot » quand bien même elle respecte un règlement qui en rejette le principe.

66Situé en dehors de la faculté, mais inclus dans le site, l’IMA va exploiter cette prédisposition. En s’alignant avec les façades des barres de Cassan, il conforte ces dernières dans leur statut de « limite d’îlot ». En donnant au vide laissé par l’inachèvement du Gril le statut de parvis, l’IMA ajoute à l’îlot une seconde adresse majeure, tournée vers la perspective du chevet de Notre-Dame. En répondant à la courbure du fleuve par la contre-courbe de sa façade du quai Saint-Bernard, l’Institut atténue le rapport frontal des barres de Cassan à la Seine.

67Ainsi, en les rattachant au continuum du tissu environnant, l’IMA sauve les vestiges de l’ancienne faculté du naufrage de leur inachèvement.

68Barres de Cassan, Gril d’Albert, IMA de Nouvel, Jussieu se présente aujourd’hui sous la forme d’un îlot sédimenté par trois réalisations significatives du patrimoine du xxe siècle [fig. 15].

  • 56 La complexité est consubstantielle à l’architecture, selon Robert Venturi qui indique en 1966 « qu’ (...)

69Œuvre majeure de l’ensemble, l’état d’inachèvement du Gril symbolise aussi la fin de « la morale et du langage puritains de l’architecture moderne orthodoxe56 », dont la virginité initiale n’aura su résister à la corruption du temps.

  • 57 ROSSI Aldo, L’Architecture de la ville [1966], Gollion, InFolio, 2001.

70Cet effet de stratification illustre la dissolution du monument moderne dans les replis de la ville et les mailles de son tissu. Ne pouvant s’en libérer, il confirme l’affirmation d’Aldo Rossi (1931-1997) pour qui « la ville est par elle-même dépositaire d’histoire57 ».

Figure 15

Figure 15

Vue de l’îlot Jussieu depuis le Panthéon, 2021.

© Laurent Alberti.

Haut de page

Notes

1 HOTTIN Christian, « De la “Halle aux vins” à l’Université Pierre et Marie Curie, brève histoire de Jussieu », in COMPAIN-GAJAC Catherine (dir.), Les Campus universitaires. Architecture et urbanisme, histoire et sociologie, état des lieux et perspectives, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, coll. « Histoire de l’art », 2014, p. 61-92, ici p. 63-64 (disponible en ligne sur books OpenEdition, https://books.openedition.org/pupvd/7348 [lien valide en mars 2022]).

2 Trouvant son origine dans la volonté de Napoléon de rationaliser le système des marchés parisiens, la construction de l’« entrepôt général des liquides » est décidée en 1808 et nécessite de nombreuses démolitions : celle de l’ancienne Halle aux vins du xviie siècle mais aussi une grande partie de l’abbaye Saint-Victor et un linéaire de plus de 300 mètres de bâtiments sur les berges. Les 14 hectares ainsi libérés forment un large quadrilatère sur lequel l’architecte Gaucher achève en 1811 un système de magasins organisés autour d’une rue intérieure parallèle à la Seine.

3 La faculté de médecine trouve finalement sa place rue des Saints-Pères, dans un bâtiment inauguré en 1953 et conçu par Louis Madeline.

4 DELORME Franck, « Les premiers bâtiments de la faculté des Sciences de Jussieu, 1958-1960. Une architecture universitaire méconnue dans le paysage des berges de la Seine à Paris », in BOURILLON Florence, MARANTZ Éléonore, MÉCHINE Stéphanie & VADELORGE Loïc (dir), De l’Université de Paris aux universités d’Île-de-France, Rennes, PUR, 2016, p. 35-50, ici p. 39 (consultable sur OpenEdition, https://books.openedition.org/pur/47732 [lien valide en février 2023]).

5 Formé de « blocs isolants en terre cuite recouverts d’une mince couche de pierre venant dissimiler l’ossature » (ibid., p. 43).

6 Les barres ont adopté « le module préconisé par le ministère de l’Éducation nationale […] fixé à une largeur de travée de 1,75 m. entre-axe » (ibid., p. 46).

7 « […] c’est l’aspect d’ensemble des rives de la Seine qui se trouve menacé à cet endroit » (extrait du procès-verbal de la séance de la délégation permanente de la commission supérieure des Monuments historiques du 13 février 1956 ; cité dans ibid., p. 49).

8 Construction et urbanisme à Paris et en région parisienne, Paris, ministère de la Reconstruction et du Logement, 1958, p. 47.

9 PARIAS Louis-Henri (dir.), Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981, t. 4 : PROST Alain, L’École et la famille dans une société en mutation, p. 265.

10 GIMBAL Julie, « La tour parisienne, un objet politique (1959-1970) », Docomomo France, numéro spécial (KLEIN Richard (dir.), « Les immeubles de grande hauteur en France. Un héritage moderne, 1945-1975 »), 2020, p. 5-14, ici p. 5.

11 Toujours en 1963, Malraux intervient également dans le programme de la tour que le ministère de l’Éducation nationale prévoit d’ériger sur l’emprise de la prison de la Santé (XIVarr.), en essayant d’imposer le projet de Jean Faugeron en lieu et place de celui de Guillaume Gillet.

12 CHERRUET Sébastien, « Créativité et technicité comme réponses au défi de la massification de l’université. L’intervention d’Édouard Albert sur les campus de Jussieu et de Nanterre », in MARANTZ Éléonore & MÉCHINE Stéphanie (dir), Construire l’université, architectures universitaires à Paris et en Île-de-France (1945-2000), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 135.

13 MARREY Bernard, Édouard Albert, Paris, Centre Georges-Pompidou, coll. « Jalons », 1998, p. 48.

14 Déclaration d’André Malraux lors de l’assemblée plénière du conseil général des Bâtiments de France, avril 1963, cité par OBOUSSIER Dominique, Le Centre universitaire Jussieu : étude architecturale et urbanistique ou la recherche de l’architecture de la faculté des sciences de Paris de la monarchie de Juillet à nos jours, thèse de doctorat de troisième cycle, histoire de l’art, sous la direction de Marc Le Bot, université Paris-1 – Panthéon-Sorbonne, 1982, (non publiée).

15 L’architecte « souhaitait l’intervention des artistes, la sollicitait comme si l’œuvre d’architecture ne pouvait être œuvre que collective », comme le montre le relief d’Édouard Pignon dans l’entrée de l’immeuble de bureaux de l’Épargne de France, rue Jouffroy-d’Abbans (XVIIe arr.) ou le plafond peint par Jacques Lagrange à la terrasse du 6e étage de la rue Croulebarbe (XIIIarr.).

16 Ses passerelles, non réalisées, devaient assurer la liaison entre le sol commun de la faculté et ses abords, et s’accompagner d’une intervention artistique de Picasso.

17 Avec notamment la mise au point de la structure du bâtiment de l’Épargne de France (rue Jouffroy-d’Abbans, 1954) et celle de la tour de la rue Croulebarbe (1958).

18 « Édouard Albert est un architecte fonctionnaliste pour qui “la dimension d’un édifice est la limite de sa destination, et non celle de ses mesures” » (MARREY Bernard, « Un grand projet inachevé : la faculté des Sciences de Paris », Revue de l’art, no 29, 1975, repris dans SCHNEYDER Philippe, LE CHEVALIER Jean, MARREY Bernard et al., Campus universitaire de Jussieu, naissance d’une grande bibliothèque, Paris, Sens & Tonka, 1993, p. 32-52, ici p. 47).

19 HOTTIN Christian, « De la Halle aux vins à l’Université Pierre et Marie Curie… », art. cit., p. 72. Ce programme artistique exprime « le désir de montrer à la face du monde, en plein cœur de Paris ce que la France, ce que l’État, peuvent pour la science ».

20 Voir à ce propos l’article d’Annette ROCHE, « Le 1 %, de la faculté des Sciences de Paris à l’Université Pierre et Marie Curie : inventaire, restauration, valorisation d’un patrimoine artistique méconnu », In Situ. Revue des patrimoines, no 17, 2011, [en ligne], http://journals.openedition.org/insitu/889 [lien valide en février 2023].

21 MARREY Bernard, « Un grand projet inachevé : la faculté des Sciences de Paris », art. cit., p. 39.

22 « Édouard Albert fut, avec Jean Prouvé, parmi les architectes français qui ont largement participé à l’époque héroïque de l’expérimentation constructive », tous deux « s’efforcent d’ancrer quelques visions prospectives dans une tradition constructive française », in BERET Chantal, introduction à MARREY Bernard, Édouard Albert, op. cit.

23 HOTTIN Christian, « De la “Halle aux vins” à l’Université Pierre et Marie Curie… », art. cit., p. 74.

24 Ibid., p. 75.

25 RAT Michel, « Jussieu à démolir », Le Saprophyte, le journal de Paris VII, janvier 1973, p. 3.

26 La faculté des sciences finit par être appelée « Jussieu » par glissement sémantique avec la station de métro la desservant.

27 RAT Michel, « Jussieu à démolir », op. cit.

28 Parallèlement, le « trou des Halles » symbolisera avec plus de force encore la crise de l’urbanisme moderne.

29 « Conçu pour une fréquentation d’environ 25 000 personnes, il en comptait près de 45 000 en 1997 » (LENNE Frédéric, HOTTIN Christian & PICON-LEFEBVRE Virginie, Campus Jussieu : histoire d’une réhabilitation, Paris, Archibooks + Sautereau, 2017, p. 53).

30 Jean Nouvel & Emmanuel Cattani, Alexiane Rossi.

31 Extrait du texte de présentation par Jean Nouvel de son projet, « Le vide est une vertu », in SCHNEYDER Philippe, LE CHEVALIER Jean, MARREY Bernard et al., Campus universitaire de Jussieu…, op. cit., p. 144-162, ici p. 144.

32 OMA (Office for Metropolitan Architecture) : Rem Koolhaas, Christophe Cornubert.

33 INSERM, Effets sur la santé des principaux types d’exposition à l’amiante, Paris, INSERM, 1997.

34 « Était-il raisonnable de préserver une telle survivance architecturale des années 60 ? Méritait-elle d’être réhabilitée, même avec une plus grande ouverture sur la ville ? La raison ne commandait-elle pas de raser cet ensemble ? » (extrait du Rapport d’information no 213 (2002-2003) de Jean-Léonce DUPONT, fait au nom de la commission des Affaires culturelles, déposé le 18 mars 2003).

35 SCHEIN Ionel, Paris construit, guide de l’architecture contemporaine [1961], Paris, Vincent Fréal & Co, coll. « Environnement », 1970.

36 MARREY Bernard, « Un grand projet inachevé : la Faculté des Sciences de Paris », art. cit.

37 SEITZ Frédéric (dir.), Architecture et métal en France, xixe-xxe siècles, Paris, EHESS, coll. « Recherches d’histoire et de sciences sociales », 1994.

38 MONNIER Gérard (dir.), L’Architecture moderne en France, Paris, Picard, coll. « Librairie de l’architecture et de la ville », 1997-2000, t. 2 : Joseph ABRAM, Du chaos à la croissance, 1940-1966, 1999, p. 190.

39 RÉAU Louis, Histoire du vandalisme. Les monuments détruits de l’art français [1959], Paris, Robert Laffont, 1994.

40 GRIOTTERAY Alain, « Pourquoi il faut raser Jussieu », Le Figaro, 18 juillet 1996.

41 MONNIER Gérard, « Ne brûlez pas Jussieu ? », Libération, 23 août 1996, disponible en ligne, https://www.liberation.fr/tribune/1996/08/23/ne-brulez-pas-jussieu_179087/ [lien valide en février 2023].

42 La loi Solidarité et Renouvellement urbain (SRU) votée en 2000 permet aux communes de mettre en place des dispositifs de protection du patrimoine dans le cadre de la transformation du POS (plan d’occupation des sols) en PLU (plan local d’urbanisme). Entre 2000 et 2006, cela a été l’occasion pour la Ville de Paris de se doter de telles mesures de protection, appelées « Protections Ville de Paris » (PVP), dont ont bénéficié de nombreux bâtiments significatifs du patrimoine xxe siècle qui n’étaient pas protégés au titre du Code du patrimoine. Il faut également noter que l’ancienne faculté n’a pas été non plus retenue par l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR) parmi les « édifices remarquables » qu’il a inscrits dans son étude « Paris et ses quartiers, état des lieux et éléments pour un diagnostic urbain », octobre 2001.

43 L’EPCJ est devenu en 2010 l’établissement public d’aménagement universitaire de la région d’Île-de-France (EPAURIF).

44 Venant après le plan Université 2000, le plan U3M (Université du 3millénaire) est un plan qui vise à la modernisation des universités françaises, associant l’État et les collectivités territoriales.

45 En 1996, Jacques Chirac s’engage à débarrasser le site de son amiante en moins de trois ans.

46 HOTTIN Christian, « De la “Halle aux vins” à l’Université Pierre et Marie Curie… », art. cit., p. 88.

47 L’Atrium remporte en 2006 une mention spéciale lors de l’attribution du prix de l’Équerre d’argent.

48 « Nous ne voulions pas, à proprement parler, rentrer dans une logique de restitution, et n’avons aucunement travaillé la documentation originale d’Édouard Albert. Le concours, par ailleurs, n’imposait aucune obligation. » (Reichen et Robert, maîtres d’œuvre du secteur ouest, cités dans LENNE Frédéric, HOTTIN Christian & PICON-LEFEBVRE Virginie, Campus Jussieu : histoire d’une réhabilitation, op. cit., p. 87).

49 Fort de l’expérience du secteur 1, il est décidé pour désamianter de « déshabiller complètement les bâtiments pour n’en conserver que la structure sur laquelle l’amiante avait été projeté » (Michel Zulberty, directeur de l’EPCJ, cité dans LENNE Frédéric, HOTTIN Christian & PICON-LEFEBVRE Virginie, Campus Jussieu : histoire d’une réhabilitation, op. cit., p. 53).

50 Le nouveau projet de la tour ne se réfère pas à celle édifiée selon le dessin de Cassan, ni ne vise à restituer le projet initialement envisagé par É. Albert. Elle aspire à « retrouver l’esprit du premier projet d’É. Albert sans pour autant tenter de le recréer. » (Thierry Van de Wyngaert, cité dans LENNE Frédéric, HOTTIN Christian & PICON-LEFEBVRE Virginie, Campus Jussieu : histoire d’une réhabilitation, op. cit., p. 61.)

51 Ibid., voir l’ensemble des entretiens.

52 CHOAY Françoise, Le Patrimoine en questions, anthologie pour un combat, Paris, Seuil, coll. « La Couleur des idées », 2009, p. xix.

53 Tretriack Philippe, cité par MONNIER Gérard, « Ne brûlez pas Jussieu? », Libération, 23 août 1996, disponible en ligne, https://www.liberation.fr/tribune/1996/08/23/ne-brulez-pas-jussieu_179087/ [lien valide en février 2023].

54 Extrait du règlement du Plan d’urbanisme directeur (PUD) adopté en 1959.

55 LAPIERRE Éric, « Les architectes et le règlement », in PAVILLON DE L’ARSENAL, Aventures architecturales à Paris, l’art dans les règles, cat. exp., Paris, Pavillon de l’Arsenal, 18 mai-sept. 2000, Paris, Pavillon de l’Arsenal, Picard, 2000.

56 La complexité est consubstantielle à l’architecture, selon Robert Venturi qui indique en 1966 « qu’il n’y a plus aucune raison de voir les architectes se laisser intimider par la morale et le langage puritain de l’architecture moderne orthodoxe » (VENTURI Robert, De l’ambiguïté en architecture [1966], Paris, Dunod, 1976, p. 22).

57 ROSSI Aldo, L’Architecture de la ville [1966], Gollion, InFolio, 2001.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Emprise de la Halle aux vins sur l’îlot de l’ancienne abbaye Saint-Victor. Plan cadastral de Paris par îlot, dit Atlas Vasserot (cadastre 1810/1836, 47e quartier, îlot no 24), conservé aux Archives de Paris (cote F31/95/24).
Crédits Reproduction Archives de Paris.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Figure 2
Légende La première tranche de la faculté des sciences de Paris. Dessin axonométrique, Pierre Sudreau (commissaire à la construction et à l’urbanisme pour la région parisienne), extrait de l’annuaire Construction et urbanisme à Paris et en région parisienne, Imprimerie nationale, 1958, p. 17.
Crédits Reproduction Laurent Alberti.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 3
Légende Faculté des sciences, extension. Schéma général d’Édouard Albert, Roger Séassal, Urbain Cassan et René Coulon, 1963. Extrait de la plaquette de présentation par Marc Zamansky du projet, conservée dans le fonds d’archives de la bibliothèque Kandinsky (ALB 53.1).
Crédits Reproduction Laurent Alberti.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Figure 4
Légende Plan masse schématique de la faculté des sciences, Édouard Albert, Roger Séassal, Urbain Cassan et René Coulon, sans date. Conservé dans le fonds d’archives de la bibliothèque Kandinsky (ALB 53.1).
Crédits Reproduction Laurent Alberti.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Figure 5
Légende Para Vista, fresque de Victor Vasarely installée en 1967 au campus de Jussieu. Œuvre de 286 rangs de lames en aluminium laqué au four, plénum de 34 x 22 m.
Crédits © Vera Cardot.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 6
Légende Trame des déambulatoires, campus de Jussieu, entre 1978 et 1979. Photographie conservée au musée Carnavalet.
Crédits © photographe inconnu / reproduction RMN-Grand Palais, image Ville de Paris.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Figure 7
Légende Première version non réalisée de la tour de l’administration d’É. Albert. Maquette de J.-P. Barray de 1964. Extrait de « Un grand projet inachevé : La faculté des sciences », MARREY Bernard, La Revue de l’art, no 29, 1975, p. 100.
Crédits © photographe inconnu / Reproduction https://www.parismuseescollections.paris.fr [lien valide en février 2023].
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Figure 8
Légende La faculté inachevée, état en 1977. Extrait du cadastre de la Ville de Paris, 1/5000, feuille 05-TA, établi en 1977 et conservé au service du cadastre de la Ville de Paris.
Crédits Reproduction Laurent Alberti.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Figure 9
Légende Maquette de rendu pour le concours international pour la construction de deux bibliothèques du Campus universitaire de Jussieu, Jean Nouvel, Emmanuel Cattani & Associés, 1992.
Crédits © Gaston Bergeret © Jean Nouvel, Emmanuel Cattani & Associés.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Figure 10
Légende Maquette de rendu pour le concours international pour la construction de deux bibliothèques, campus universitaire de Jussieu, Rem Koolhaas (Office for Metropolitan Architecture), 1992.
Crédits © Hans Werlemann © Rem Koolhass (Office for Metropolitan Architecture).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 11
Légende Rénovation du campus de Jussieu : secteurs de projets, 2011.
Crédits © Épaurif.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Figure 12
Légende Campus de la faculté de Jussieu - mission d’orientations architecturales et urbaines. Maquette du schéma général d’aménagement, Jean Nouvel, Emmanuel Cattani & Associés, 2001.
Crédits © Gaston Bergeret © Jean Nouvel, Emmanuel Cattani & Associés.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Figure 13
Légende Campus de la faculté de Jussieu - secteur ouest. Plan d’ensemble niveau dalle Jussieu, Reichen et Robert & Associés, 2003/2014.
Crédits © Reichen et Robert & Associés.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 14
Légende Campus universitaire de Jussieu - secteur est. Plan masse d’ensemble, Architecturestudio, 2008/2015.
Crédits © Architecturestudio.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Titre Figure 15
Légende Vue de l’îlot Jussieu depuis le Panthéon, 2021.
Crédits © Laurent Alberti.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/36828/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Alberti, « Jussieu, ou les infortunes de la modernité »In Situ [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 15 février 2023, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/insitu/36828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.36828

Haut de page

Auteur

Laurent Alberti

Architecte et urbaniste en chef de l’État (AUCE), conservateur des monuments nationaux

laurent.alberti@monuments-nationaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search