Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49L’injonction énergétiqueLa réhabilitation énergétique au ...

L’injonction énergétique

La réhabilitation énergétique au défi du patrimoine universitaire des années 1960 : deux études de cas

Energy efficient retrofitting to meet the challenge of 1960s university heritage: two case studies
Grégory Azar

Résumés

Dans le cadre du « Plan Campus » annoncé en 2008, l’université de Lyon a lancé en 2014 une consultation pour la réhabilitation énergétique de ses quartiers scientifiques sur le campus de Lyon Tech-la Doua, en maîtrise d’œuvre publique selon une procédure conception réalisation exploitation et maintenance. Celle-ci concernait deux entités : l’Institut national des sciences appliquées (INSA) et l’université Claude-Bernard Lyon 1 (UCBL) pour un total de vingt bâtiments. Chacune de ces entités, bien que conçues par le même architecte, Jacques Perrin-Fayolle, possède une identité architecturale propre. À partir des objectifs de réduction des consommations énergétiques fixés sont présentées les solutions développées pour les deux typologies de façades, dont celle de Jean Prouvé pour l’INSA. Une seconde consultation plus récente pour la faculté de Pharmacie du campus Timone à Marseille (René Egger, architecte) est également présentée. Les effets de ce type de procédure issue des « contrats globaux sur performance » sur la préservation du patrimoine universitaire des années 1960 sont analysés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La seule occurrence du terme « patrimoine » dans l’ensemble des documents du programme de la consul (...)

1Nous présentons dans cette contribution deux opérations de réhabilitation énergétique, l’une située sur le campus Lyon Tech-la Doua à Villeurbanne, l’autre sur le campus Timone à Marseille. Ayant participé à ces consultations au sein de l’agence Architecturestudio, notre point de vue sera d’abord celui de l’architecte ; cependant, la réhabilitation de bâtiments ou d’ensembles à valeur patrimoniale nécessitant d’y adjoindre celui de l’historien, nous essaierons ici de les associer. Encore faut-il que cette valeur patrimoniale – dans les deux études de cas présentées celle des campus universitaires des années 1960 – soit partagée par les différents acteurs de ces opérations ; or, au vu des procédures retenues, des éléments de programme transmis1 et des performances attendues, cela reste à établir. C’est cette question que nous nous proposons d’explorer dans le contexte de ces opérations de réhabilitation énergétique.

Lyon Tech-la Doua

Présentation de la consultation

2La consultation pour le campus Lyon Tech-la Doua (juin 2014-novembre 2015) est un marché public associant Conception, réalisation, exploitation et maintenance (CREM) portant sur la réhabilitation des quartiers scientifiques de l’université de Lyon, à la fois pour l’INSA (Institut national des sciences appliquées de Lyon) et l’UCBL (université Claude-Bernard Lyon 1).

  • 2 BET : bureau d’études ; CVC : chauffage ventilation climatisation ; CFO-CFA : électricité courants (...)
  • 3 Dans le cas de notre groupement : constructeur : GFC Construction ; société de maintenance : Bouygu (...)

3La composition du groupement dans ce type de procédure est la suivante : le constructeur (l’entreprise générale) est mandataire, d’une part de la société d’exploitation-maintenance, d’autre part d’un groupement de maîtrise d’œuvre dont l’architecte est lui-même mandataire et qui inclut les différents bureaux d’études (structure, CVC, CFO-CFA, façades, HQE2). Des intervenants extérieurs, principalement des conseils, font également partie du groupement (acoustique, accessibilité, sécurité incendie, planification, écologue)3.

4Le marché comporte une tranche ferme (quatre bâtiments de l’INSA et six bâtiments de l’UCBL) et onze tranches conditionnelles (cinq bâtiments de l’INSA, cinq bâtiments de l’UCBL ainsi que les soutes à produits/déchets) soit un total de vingt bâtiments [fig. 1]. Il prend fin à l’issue de la période d’exploitation, d’une durée de dix ans à compter de la réception du dernier ouvrage. L’opération de réhabilitation porte principalement sur trois types d’interventions : l’amélioration des performances énergétiques, la mise en sécurité incendie (remédier aux non-conformités par rapport à la réglementation en cours pour les établissements recevant du public et appliquer les mesures définies au Schéma directeur de sécurité incendie du site établi en 2013) et la mise aux normes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite (établissements recevant du public existants). À ces trois interventions s’ajoutent des modifications de programme au sein de certaines entités.

Figure 1

Figure 1

Localisation des bâtiments de l’opération Conception, réalisation, exploitation et maintenance (CREM). Plan extrait de « Université de Lyon. Campus Lyon Tech-la Doua, Réhabilitation des quartiers scientifiques. Programme fonctionnel. Opération en contrat CREM », version 7, Artelia (assistant maître d’ouvrage de l’université de Lyon), juin 2015, p. 23.

© Artelia (assistant maître d’ouvrage de l’université de Lyon).

  • 4 Loi no 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’enviro (...)
  • 5 Programme environnemental, 23 mai 2014, p. 3. Ce seuil est directement issu de l’article 5 de la lo (...)

5Pour son programme environnemental, cette opération en contrat CREM s’inscrit dans la suite du Grenelle de l’environnement I et II pour le secteur du bâtiment, à savoir « réduire les consommations d’énergie du parc des bâtiments existants d’au moins 38 % d’ici à 20204 ». Les objectifs visés dans le cadre de ce marché sont une réduction de 40 % de la consommation réelle de chauffage ainsi qu’une réduction de 40 % de la consommation réglementaire en énergie primaire pour tous les bâtiments concernés (CEP [coefficient d’énergie primaire] projet ≤ CEP initial - 40 %)5. Une certification « NF – Bâtiments tertiaires – Démarche HQE », suivant les exigences du Référentiel pour la qualité environnementale des bâtiments en rénovation de juillet 2010, est également visée. Le groupement a à sa charge la réalisation des études spécifiques pour valider la performance environnementale du projet, à savoir calcul RT (réglementation thermique, dans notre cas la RT « globale »), STD (simulation thermique dynamique), calcul du FLJ (facteur de lumière du jour) ainsi que toute autre étude qui s’avérerait nécessaire.

Historique du campus

  • 6 Le campus a fait l’objet de nombreuses publications dans le cadre de numéros de revues dédiés aux c (...)
  • 7 Loi no 57-320 du 18 mars 1957 créant à Lyon un Institut national des sciences appliquées, article 2
  • 8 Sur le renversement opéré à la Doua, de l’implantation initiale de l’INSA pensée avec une logique i (...)

6S’inscrivant dans le cadre du plan de décentralisation, de la croissance démographique et du besoin en ingénieurs, techniciens et cadres pour l’industrie, le campus de la Doua est un vaste centre universitaire scientifique et technique situé au nord-est de l’agglomération lyonnaise, dans la commune de Villeurbanne. Il rassemble deux entités : l’Institut national des sciences appliquées et la faculté des Sciences de l’université de Lyon6. L’INSA fut créé en 1957 avec pour mission : « 1. D’assurer des enseignements destinés à former des ingénieurs et des techniciens hautement qualifiés […] ; 2. De réaliser des travaux de recherche ; 3. D’effectuer des études et des essais à la demande des services publics, des laboratoires publics et privés et de l’industrie privée7. » Cette école d’un type nouveau comportait à son origine cinq départements (technologie, physique, chimie, sciences nucléaires, mathématiques), pour un effectif de 4 000 étudiants et avait été conçue comme un groupement autonome – donc indépendant de l’agglomération urbaine8 – formé d’un collège propédeutique, des bâtiments des différents départements, d’un auditorium, d’une bibliothèque, d’un restaurant et de résidences universitaires. L’ensemble, réalisé de 1957 à 1966, représente avec les résidences environ 176 000 m² de plancher sur un terrain de 43 hectares. La faculté des Sciences comportait quant à elle au moment de sa construction (1961-1972) une propédeutique, six instituts spécialisés (chimie, physique, mathématiques, sciences de la vie, sciences de la terre, physique nucléaire) et une bibliothèque scientifique, ceci pour un effectif de 7 000 étudiants et une surface de plancher de 99 000 m² sur un terrain de 30 hectares.

  • 9 Nous renvoyons à la récente monographie de cet architecte prolifique dans la région lyonnaise : DUF (...)
  • 10 Rappelons l’importance pour cette période de la section de l’ouvrage d’André Gutton consacrée aux « (...)

7Ces deux entités, dues à l’architecte Jacques Perrin-Fayolle (1920-1990), premier Grand Prix de Rome en 1950 et architecte en chef du site9, sont chacune organisées autour d’un espace végétalisé clairement identifiable : un grand mail pour l’INSA et un « campus central » dominé par la bibliothèque scientifique pour la faculté des Sciences, les deux étant liés de part et d’autre de l’axe central nord-sud du site [fig. 2, 3 et 4]. Ces deux espaces sont bordés par les bâtiments d’enseignement d’un gabarit bas et étendu qui sont liés, dans le cas de la faculté des Sciences, par des passerelles implantées sur leur façade arrière aux bâtiments de recherche disposés en peigne et d’un gabarit plus compact et plus haut. Cette disposition organise ainsi visuellement les deux pôles de l’enseignement scientifique. Les bâtiments de l’INSA ont été majoritairement réalisés entre 1957 et 196310, ceux de la faculté des Sciences entre 1964 et 1970.

Figure 2

Figure 2

Centre universitaire scientifique et technique de la Doua à Villeurbanne, plan directeur et parti général, Agence Perrin-Fayolle, Lyon, vers 1960, tirage colorié conservé dans un fonds privé. Extrait de Jacques Perrin-Fayolle (1920-1990). Architecte de l’enseignement supérieur dans la métropole de Lyon, Philippe Dufieux, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2020, p. 121.

© Agence Perrin-Fayolle / Reproduction Grégory Azar.

Figure 3

Figure 3

L’Institut national des sciences appliquées (INSA) : vue du mail vers l’ouest entre les bâtiments J. Jacquard (gauche) et C. Coulomb (droite), juillet 2014.

© Grégory Azar (Architecturestudio).

Figure 4

Figure 4

Université Claude-Bernard Lyon 1 (UCBL) : vue vers le campus central vers l’est, au premier plan les bâtiments Darwin (gauche) et Lwoff (droite) connectés par des passerelles, à l’arrière-plan, de gauche à droite, les bâtiments Lippman, Grignard, la bibliothèque scientifique et le bâtiment Mendel, juillet 2014.

© Grégory Azar (Architecturestudio).

  • 11 DUFIEUX Philippe, Jacques Perrin-Fayolle (1920-1990)…, op. cit., p. 117.
  • 12 Pour donner une idée du rythme élevé du programme de travaux, la première tranche du Collège propéd (...)

8Sur le plan de l’architecture, les deux entités sont différenciées : « une architecture à la composition massée et hiérarchisée (faculté des Sciences), un système de barres continues qui tendent vers une certaine standardisation (INSA)11 ». Cette différenciation est particulièrement marquée dans le traitement des façades : métalliques et légères pour l’INSA, en pierre (bâtiments d’enseignement) et en béton armé avec une modénature en grille verticale (bâtiments de recherche) pour la faculté des Sciences, l’extrême répétitivité constituant leur seul caractère commun. Signalons également les délais de construction, extrêmement courts, particulièrement pour l’INSA, nécessitant de recourir à des procédés de préfabrication et de standardisation pour une rationalisation poussée du chantier. Cette urgence a déterminé en grande partie les choix constructifs12.

Typologie INSA

  • 13 Ces trois types de panneaux, dont les deux premiers sont montés entre nez de planchers alors que ce (...)
  • 14 SVOBODA René, « L’Institut national des sciences appliquées de Lyon : Jacques Perrin-Fayolle, archi (...)
  • 15 Sur ce mur-rideau, « la grille » CIMT-Jean Prouvé, voir « La grille », in ARCHIERI Jean-François, P (...)
  • 16 « Tous les éléments présentent sur leurs rives une épaisseur constante correspondant à celle des gl (...)

9À l’issue de sa campagne de construction, en 1963, l’INSA comporte trois types de façades industrialisées : des panneaux S.C.A.N. pour les résidences universitaires, des panneaux Brandt pour le bâtiment de propédeutique et des panneaux CIMT-Jean Prouvé pour les bâtiments des différents départements à partir de 1960 [fig. 5]13. Ce sont ces derniers que l’on trouve sur les bâtiments à réhabiliter dans le cadre du marché, selon un mode constructif caractérisé à l’époque de « constructions à infrastructures porteuses habillées de “murs-rideaux” non porteurs14 » [fig. 6]. Jean Prouvé nomme le type de mur-rideau de l’INSA « grille », sachant qu’il existe au cours de la même période (1956 – années 1970) un mur-rideau « panneau », qu’il a également conçu, dans le catalogue de la CIMT15. La description de la « grille » tirée de ce catalogue permet de saisir toute l’intelligence du principe constructif ainsi que l’extrême finesse, le caractère pelliculaire, de ce mur-rideau rythmé par des raidisseurs massifs de grande longueur en profilés d’aluminium extrudé16. On peut trouver dans certaines revues publiant le projet un encart publicitaire pour la CIMT-Jean Prouvé illustré d’une photographie d’un bâtiment de l’INSA.

Figure 5

Figure 5

L’Institut national des sciences appliquées (INSA), Lyon : département Mécanique, vue du bâtiment et coupe de détail horizontale du mur-rideau (vers juin 1960). Extrait de « Lyon, I.N.S.A : J. Perrin-Fayolle, architecte », documents réunis et présentés par Paul Palatchi, Techniques et Architecture, vol. XX, no 5 dédié aux « Murs-rideaux et panneaux de façade », juillet 1960, p. 109.

© photo et doc. CIMT-Jean Prouvé / Reproduction Grégory Azar.

Figure 6

Figure 6

Vue de la façade « grille » CIMT-Jean Prouvé sur un bâtiment de l’Institut national des sciences appliquées (INSA), Lyon, septembre 2014.

© Grégory Azar (Architecturestudio).

  • 17 Signalons ici, pour sa proximité avec la problématique des façades de la Doua, la recherche menée p (...)
  • 18 C’est a contrario la solution qui a été retenue pour l’opération de la Maison des sciences de l’hom (...)

10Cependant, la complexité même de la procédure retenue, notamment les enjeux liés à l’engagement énergétique ainsi qu’à l’exploitation-maintenance, ne permet pas de préserver ces panneaux17. Il est d’une part impossible, en conservant le principe constructif, de remplacer le simple vitrage par un double vitrage isolant (cela nécessiterait un ATEX [avis technique d’exécution] à l’issue incertaine – du fait de l’absence de traverses pour reprendre le poids du vitrage – et incompatible avec le planning de l’opération) et cela impliquerait d’autre part de déposer soigneusement puis de démonter et restaurer les panneaux en atelier selon une méthodologie type monument historique, ce qui est non seulement incompatible avec l’enveloppe budgétaire du marché mais également avec l’intervention en site occupé qui impose un délai extrêmement court entre la dépose et la repose du mur-rideau18. Un dernier paramètre, peut-être le plus important, est la volonté de l’INSA de renouveler l’image de ses bâtiments en remplaçant l’intégralité de ces panneaux qui sont manifestement mal considérés aussi bien par les étudiants que par les enseignants.

11La solution retenue par le groupement, intégrant ces différentes considérations, est un mur-rideau bloc qui conserve « l’esprit et l’image des façades d’origine », à savoir une façade légère, composée de panneaux industriels en bois fixés de plancher à plancher, reconduisant la même gamme de matériaux (verre et aluminium pour les châssis, aluminium pour les épines et acier pour le bardage en clins) ainsi que la trame existante (quatre trames de 175 cm sur une hauteur d’étage) et permettant une rationalisation poussée du chantier limitant ainsi à quelques jours l’indisponibilité des locaux (démontage et remplacement par l’extérieur) [fig. 7 et 8].

Figure 7

Figure 7

Façade, mur-rideau bloc, coupe verticale, septembre 2015. Extrait de l’Offre finale, carnet de détails de l’Institut national des sciences appliquées (INSA).

© Architecturestudio © Arcora (bureau d’études façade) / reproduction Architecturestudio.

Figure 8

Figure 8

Perspective de la nouvelle façade de l’Institut national des sciences appliquées (INSA) sur les bâtiments J. Jacquard (gauche) et C. Coulomb (droite) le long du mail, septembre 2015. Extrait de l’Offre finale, carnet de détails de l’Institut national des sciences appliquées (INSA).

© Architecturestudio © Studio Cyrille Thomas (perspectiviste) / reproduction Architecturestudio.

Typologie UCBL

  • 19 Les bâtiments Berthollet, Mendel, Oméga, Lippman et Grignard.
  • 20 Les bâtiments Lwof, Forel, Dubois, Brillouin, Kastler et Raulin.

12Concernant les bâtiments de l’université Claude-Bernard Lyon 1, nous nous concentrerons sur la solution de façade adoptée par le groupement pour les bâtiments d’enseignement, habillés de pierre19, plus linéaires et plus bas que les bâtiments de recherche à la modénature en béton armé20. La coupe de détail de façade du bâtiment Grignard (document d’exécution d’octobre 1962) décrit la mise en œuvre de la pierre sous forme de pierre banchée (ép. 4 cm) sur panneau en béton préfabriqué avec isolation en PSE [polystyrène expansé] incorporée. On notera également la préfabrication des bandeaux en nez de plancher ainsi que des acrotères [fig. 9].

Figure 9

Figure 9

L’université Claude-Bernard Lyon 1 (UCBL), faculté des Sciences, département de la Chimie, bâtiment Grignard, coupe de détail façade sud, architecte Jacques Perrin-Fayolle, octobre 1962. Plan conservé aux archives de l’université Claude-Bernard Lyon 1.

© Agence Perrin-Fayolle / reproduction université Claude-Bernard Lyon 1.

  • 21 Collège Sciences et Technologies, campus Pessac Talence Gradignan, université de Bordeaux, 2013-201 (...)

13L’isolation thermique par l’intérieur étant impossible du fait du maintien en activité des locaux et celle par l’extérieur inenvisageable sauf à dénaturer l’écriture architecturale des années 1960, le groupement a opté pour une avant-façade bioclimatique en verre déportée d’1,50 m de la façade existante [fig. 10]. Les façades existantes sont ainsi conservées dans leur intégralité et perceptibles en transparence derrière le simple vitrage en verre extraclair. Le fonctionnement dynamique de cette façade permet d’obtenir le confort thermique par création d’une couche d’air autour du bâtiment : par effet de serre en hiver pour le réchauffer et par effet cheminée en été pour le rafraîchir par ventilation naturelle (ouverture de ventelles en partie basse), l’échange d’air entre façades opposées étant assuré par une centrale de traitement d’air en toiture [fig. 11]. Ce principe d’avant-façade bioclimatique a été réalisé, depuis la consultation, également dans le cadre du « plan Campus », sur le campus scientifique de l’université de Bordeaux, habillant les bâtiments en brique de René Coulon21 [fig. 12].

Figure 10

Figure 10

Avant-façade bioclimatique, coupe verticale, septembre 2015. Extrait de l’Offre finale, carnet de détails de l’université Claude-Bernard Lyon 1 (UCBL).

© Architecturestudio © Franck Boutté Consultants © Arcora / reproduction Architecturestudio.

Figure 11

Figure 11

Perspective de l’avant-façade bioclimatique de l’université Claude-Bernard Lyon 1 (UCBL) sur les bâtiments Lippman (gauche) et Grignard (droite) autour du campus central, septembre 2015. Extrait de l’Offre finale, carnet de détails de l’Institut national des sciences appliquées (INSA).

© Architecturestudio © Franck Boutté Consultants © Studio Cyrille Thomas / reproduction Architecturestudio.

Figure 12

Figure 12

Avant-façade bioclimatique du bâtiment A22, collège Sciences et Technologies - campus Pessac Talence Gradignan, université de Bordeaux, AUA Paul Chemetov, architecte mandataire de la maitrise d’œuvre et architecte des bâtiments A (2013-2018).

© AUA Paul Chemetov, Adagp, Paris 2023 © Franck Boutté Consultants (conception environnementale) © 11h45 (photographe).

Bilan

  • 22 Ordonnance no 2003-850 du 4 septembre 2003, titre IV, chapitre 8, article L. 6148-7 : « Par dérogat (...)
  • 23 Loi no 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement, article 74. Si (...)
  • 24 « 1. Lorsqu’un marché est particulièrement complexe, les États membres peuvent prévoir que le pouvo (...)

14Quels enseignements peut-on tirer de cette consultation ? Nous mentionnerons en premier lieu la lourdeur et la complexité de la procédure retenue. Cette procédure CREM (maîtrise d’ouvrage publique) est couramment utilisée pour les opérations du « plan Campus », lancé en janvier 2008, avec celle de partenariat public-privé (maîtrise d’ouvrage transférée au partenaire privé). Ces nouvelles formes de contrat qui dérogent à la loi MOP du 12 juillet 1985 sont issues, pour les marchés de conception-réalisation de l’ordonnance du 4 septembre 2003 (complétée par celle du 6 juin 2005)22, pour les contrats de partenariat de l’ordonnance du 17 juin 2004. Ces deux modes de passation des marchés publics sont autorisés, depuis la loi « Grenelle II » du 12 juillet 2010, « lorsque des motifs d’ordre technique ou d’engagement contractuel sur un niveau d’amélioration de l’efficacité énergétique rendent nécessaire l’association de l’entrepreneur aux études de l’ouvrage23 ». La consultation est également passée en procédure de dialogue compétitif, suivant la directive communautaire du 31 mars 200424 (succession de remises d’offre et de séances de dialogue). Le nombre d’intervenants, la durée de la procédure et l’importance des questions contractuelles produisent, au fur et à mesure des phases de la consultation, le sentiment d’un outil disproportionné.

  • 25 La sorbonne est une enceinte ventilée qui aspire l’air du laboratoire grâce à un ventilateur. L’inf (...)
  • 26 Les marchés de conception, de réalisation et d’exploitation ou maintenance sont créés dans le cadre (...)
  • 27 Il faut de plus distinguer deux types de performance énergétique : la performance « théorique » qui (...)
  • 28 L’âpreté des échanges en cours de consultation, au sein du groupement et entre le groupement et l’u (...)

15Nous mentionnerons en second lieu la question de l’engagement énergétique afin d’illustrer plus précisément la complexité de la procédure. Trois données d’entrée ont significativement complexifié celle-ci : l’intervention en site occupé, que ces locaux occupés soient en grande partie des laboratoires et que les consommations énergétiques réelles fournies par la maîtrise d’ouvrage posent des difficultés d’exploitation du fait de la présence de sorbonnes25 dans ces laboratoires (dont la part dans les déperditions est difficile à évaluer). Si nous mentionnons ces trois données d’entrée, c’est parce qu’elles affectent directement la question centrale de l’engagement énergétique. La procédure CREM est en effet issue des « contrats globaux sur performance »26, elle est donc fondée sur la garantie apportée par le groupement à obtenir le niveau de performance énergétique stipulé dans les pièces du marché. Cet engagement génère des tensions importantes au sein du groupement relativement aux responsabilités contractuelles : l’entreprise générale mandataire – elle-même soumise à une obligation de résultat – exigeant de même de la maîtrise d’œuvre alors que celle-ci n’est soumise qu’à une obligation de moyens, et ce jusqu’à la réception (obligation de nature jurisprudentielle)27. L’architecte est donc pris en étau entre les exigences de l’entreprise mandataire et les rappels à la loi de l’Ordre et des assureurs. Enfin, et cette considération nous semble la plus importante, l’engagement énergétique est assorti de pénalités financières conséquentes en cas de non-respect des objectifs contractuels, ce qui a pour conséquence de pousser le mainteneur au sein du groupement à exiger une instrumentation complète du bâtiment (monitoring via la gestion technique centralisée), ceci afin de pouvoir démontrer que le dépassement pénalisable est dû à un usage non prévisible de celui-ci. Ceci induit d’une part une surveillance étendue des usages des bâtiments, d’autre part un risque d’asymétrie juridique en cas de désaccord entre le pouvoir adjudicateur (public) et le groupement (privé), en faveur de ce dernier28.

16On peut ensuite se demander, au vu du faible niveau de technicité des solutions constructives mises en œuvre – à savoir l’isolation thermique par l’extérieur puisque les avant-façades bioclimatiques n’ont pas été retenues –, pourquoi il apparaît nécessaire d’intégrer l’exploitation-maintenance à un groupement dont la culture est d’abord de concevoir (MOE) et de construire (entreprise générale). Ne serait-il pas plus avisé de conserver l’exploitation-maintenance au sein du service opérationnel de l’université afin de maintenir son niveau de compétence et de connaissance de son patrimoine, et ce sans même mentionner sa plus grande proximité avec les utilisateurs ?

  • 29 Plan qui a pourtant été précédé par deux plans de modernisation des universités françaises : Univer (...)
  • 30 Voir sur cette question DELANES Sabine, « L’architecture universitaire en France, des années de cro (...)

17Enfin, si la réduction de la consommation énergétique constitue indéniablement l’objectif principal du marché de réhabilitation des quartiers scientifiques, un autre, plus implicite, sera énoncé lors des séances de dialogue, à savoir renouveler l’image du campus pour augmenter son attractivité et valoriser l’innovation. Si cette volonté peut s’expliquer en partie par l’état de dégradation général du patrimoine des universités françaises au moment du lancement du « plan Campus »29, il faut bien mesurer les conséquences patrimoniales de cette considération qui, par sa volonté de renouvellement d’image, est difficilement compatible avec une démarche de préservation. À cela s’ajoute une autre conséquence directement liée à la réhabilitation énergétique : l’uniformisation de l’image des bâtiments une fois revêtus d’isolation thermique extérieure, au point qu’il est parfois difficile, pour un usager non averti, de discerner un bâtiment réhabilité d’un bâtiment neuf. Dans le cas du campus de la Doua, et plus particulièrement pour les bâtiments de l’UCBL, cette altération de la lisibilité de l’existant efface leur principale qualité architecturale, à savoir l’opposition de matériaux (pierre / béton) et de texture (poli / rugueux) entre les bâtiments d’enseignement et les laboratoires, seule subsiste leur différence morphologique qui ne suffit pas à comprendre le parti originel de Jacques Perrin-Fayolle. Cela altère ainsi une des caractéristiques de la plupart des campus de cette époque, à savoir l’articulation de types distincts : administration, enseignement, recherche et bibliothèque30 dont le campus de la Doua était un exemple remarquable si l’on y inclut également les amphithéâtres, encore relativement épargnés du fait de leur volumétrie sculpturale et de l’intégration d’œuvres d’art pariétal.

Bâtiment pharmacie du campus Timone, Marseille

Présentation de la consultation

  • 31 Le groupement était constitué comme suit : Constructeur et mandataire du groupement : Eiffage Const (...)
  • 32 La réhabilitation énergétique du bâtiment de la faculté de Pharmacie est le plus important projet d (...)
  • 33 Réhabilitation énergétique du bâtiment Pharmacie du site Timone. Règlement du dialogue - Phase cand (...)

18Un second concours plus récent, auquel a participé l’agence de juin à novembre 202131, permet d’effectuer une comparaison avec celui du campus de la Doua. Il s’agit d’un marché de conception-réalisation en procédure de dialogue compétitif pour la réhabilitation énergétique du bâtiment Pharmacie du campus Timone dans le 5e arrondissement de Marseille, financé dans le cadre du plan de relance national32, avec pour pouvoir adjudicateur Aix-Marseille Université (AMU). Les objectifs associés au projet de réhabilitation étaient les suivants : « réduire les consommations énergétiques du bâtiment, garantir l’atteinte des performances dans le temps via un commissionnement intégré tout au long du projet, améliorer la maîtrise des ambiances thermiques au sein des locaux, maintenir en fonctionnement les activités de l’établissement par un phasage approprié et une attention particulière portée à la qualité de mise en œuvre et d’organisation pendant le chantier pour limiter les nuisances aux occupants, maîtriser l’ensemble des coûts d’investissement mais aussi de maintenance et exploitation33 ». La procédure s’est déroulée comme suit : offre intermédiaire (fin juillet), séance de dialogue (fin août) et offre finale (fin octobre). Le budget était de 18,4 M€ pour une surface de 25 000 m² SDP [surface de plancher] et un calendrier prévisionnel de travaux de 24 mois.

Présentation du bâtiment

  • 34 Édifice labellisé « Patrimoine xxe » en 2014 puis « Architecture contemporaine remarquable » depuis (...)
  • 35 Nous renvoyons ici à l’article de MARANTZ Éléonore, « René Egger ou la réinvention de l’architectur (...)

19La nouvelle faculté de Pharmacie (1969-1970) [fig. 13] est située au sud-ouest du site hospitalo-universitaire de la Timone, face au grand bâtiment linéaire de la faculté de Médecine (1955-1958)34, ces deux réalisations – ainsi d’ailleurs que la plupart des bâtiments du campus médical – sont l’œuvre de René Egger (1915-2016), figure centrale de l’architecture d’après-guerre à Marseille et contributeur majeur à la formalisation du campus universitaire au cours des années 1960 : faculté des Sciences de Montpellier-Le Triolet (1961-1964), faculté des Sciences de Nice-Valrose (1961-1965), faculté des Sciences de Toulouse-Rangueil (1961-1966), faculté des Sciences Marseille Saint-Jérôme (1961-1964), faculté de Lettres et Sciences humaines de Montpellier (1964-1966), faculté de Médecine Marseille-Nord (1969-1970)35. Contrairement à la faculté de Médecine, la nouvelle faculté de Pharmacie est un bâtiment en hauteur (R+11) constitué d’un socle abritant des fonctions communes, dont les amphithéâtres et la bibliothèque universitaire (SS-RDC-R+1) et d’étages répétitifs (R+2 à R+11) abritant salles de cours, bureaux et laboratoires. Les façades de ces étages se caractérisent par la présence de brise-soleil verticaux filants en béton architectonique de teinte gris pierre (les « vélettes ») qui constituent avec les nez de planchers en retrait une grille structurelle régulière sur l’ensemble des ailes de ce bâtiment tripode [fig. 14].

Figure 13

Figure 13

Faculté de Médecine et de Pharmacie de la Timone, Marseille, architecte René Egger (1969-1970). Photographie conservée aux archives départementales des Bouches-du-Rhône (cote 65 J 441).

© photographe inconnu © René Egger / Reproduction archives départementales des Bouches-du-Rhône.

Figure 14

Figure 14

Faculté de Pharmacie, site Timone, Marseille, architecte René Egger (1969-1970). Gauche : vue d’un poteau effilé formant brise-soleil vertical et du nez de plancher filant en retrait de celui-ci (plancher bas), juin 2021. Droite : vue de la jonction avec une poutre en avant du plan du vitrage ainsi que de la poutre filante qui lui est perpendiculaire au droit du nez de plancher (plancher haut), juin 2021.

© Alexandre Baron (Architecturestudio) © René Egger.

L’intervention sur les façades

  • 36 Cette trame de 1,75 m était déjà celle de la faculté de Médecine de 1958.

20Le périmètre du marché étant, comparativement à celui de la Doua, relativement limité – pas d’isolation ni de réfection de l’étanchéité des toitures, pas de remplacement des éclairages, pas de rénovation des espaces intérieurs (cloisons, sols, murs, plafond) au-delà des reprises et remises en état induites par le remplacement des façades – nous nous concentrerons ici sur le traitement de ces dernières pour les étages courants. La grille précédemment décrite, constituée de poteaux effilés formant brise-soleil sur une trame de 1,75 m36 associés aux nez de plancher en retrait par rapport à ces derniers et en débord de 0,65 m par rapport au plan du vitrage, établit une dissociation de la structure – extérieure et formant une protection solaire passive – et de l’enveloppe thermique en retrait. Celle-ci est constituée d’un ensemble menuisé en bois pour les étages courants du tripode, indépendant de la structure porteuse, qui inclut des trumeaux, des allèges surmontées de menuiseries extérieures simple vitrage en aluminium avec châssis basculant, de réservations au-dessus de celles-ci permettant le positionnement de prises d’air pour les sorbonnes (invisibles en façade, car masquées par la retombée des poutres en débord en nez de dalle) et d’un dosseret au niveau des paillasses avec grilles intégrées permettant la diffusion de la chaleur des radiateurs disposés ponctuellement au droit des allèges [fig. 15].

Figure 15

Figure 15

Faculté de Pharmacie, site Timone, Marseille, architecte René Egger (1969-1970). Vue partielle de l’ensemble menuisé au droit d’une poutre, en cours de dépose, juin 2021.

© Alexandre Baron (Architecturestudio).

  • 37 Signalons ici le défaut manifeste d’entretien et de maintenance de ces châssis existants constaté l (...)
  • 38 Une étude spécifique d’évaluation de l’impact du traitement du pont thermique linéaire en façade co (...)

21Le fait que cet ouvrage assurant les performances thermiques du bâtiment soit indépendant, léger et démontable permet son remplacement sur une emprise, un fonctionnement et un dessin identique par un ensemble menuisé en aluminium, tout à la fois plus performant thermiquement et d’un poids légèrement inférieur afin de ne pas modifier la descente de charges du bâtiment. Les seules modifications apportées par rapport aux menuiseries existantes des étages courants du tripode concernent le mode d’ouverture des châssis sur chaque trame, qui devient oscillo-battant afin de faciliter l’entretien des vitrages depuis l’intérieur37, ainsi que la polychromie des allèges. Une isolation partielle par l’extérieur, non visible depuis le sol, est également positionnée au droit des nez de plancher en béton traversants afin de réduire les ponts thermiques linéaires38 [fig. 16]. Les interventions sur la grille structurelle extérieure en béton se limitent à des réparations ponctuelles des dégradations et un nettoyage.

Figure 16

Figure 16

Faculté de Pharmacie, site Timone, Marseille, architecte René Egger (1969-1970). Extrait de l’Offre finale, carnet de détails façade, ensemble menuisé courant Tripode, octobre 2021.

© Architecturestudio © RFR bureau d’études façades.

  • 39 Le Programme technique détaillé de l’opération fixait comme objectifs :
  • 40 « Les façades sont constituées de cadres en béton armé coulés dans un moule en acier (largement amo (...)

22Ainsi, sur un périmètre de travaux limité, la configuration particulière de la faculté de Pharmacie, dissociant ossature porteuse et enveloppe thermique, permet d’atteindre les objectifs de la réhabilitation énergétique39 sans modifier significativement l’aspect du bâtiment [fig. 17] tout en étant compatible avec des travaux en site occupé. Ce type d’intervention aurait été beaucoup plus délicat sur la faculté de Médecine de 1958, les châssis et allèges étant davantage solidaires du gros œuvre, y compris sur sa façade ouest qui comporte des brise-soleil en béton40.

Figure 17

Figure 17

Faculté de Pharmacie, site Timone, Marseille, architecte René Egger (1969-1970). Perspective du côté de l’entrée du bâtiment (la faculté de Médecine est partiellement visible sur la gauche de l’image), extrait de l’Offre finale, octobre 2021.

© Architecturestudio © Lootarchy (perspectiviste).

Conclusion

23Nous conclurons en proposant quelques réflexions sur la réhabilitation du patrimoine universitaire.

24Nous avons vu que les bâtiments universitaires ne sont pas égaux face à la réhabilitation énergétique. L’intervention en site occupé aggrave cette inégalité et condamne particulièrement certaines typologies de façades. L’uniformité des performances énergétiques demandée nie la diversité des architectures considérées. Cette approche exigeant un seuil uniforme de réduction des consommations délaisse également la notion de confort global, des échanges dynamiques complexes qui s’opèrent dans l’épaisseur des façades.

25La documentation sur l’état existant fournie dans le cadre de ces consultations est lacunaire : pas de plans des ouvrages exécutés (ou quelques extraits d’archives), pas de descriptifs des ouvrages issus des marchés de construction (CCTP), enfin, pas ou peu de diagnostics approfondis alors que ceux-ci sont le socle indispensable de toute intervention sur l’existant. Il faut avoir conscience que dans le cadre de ces consultations le travail de projet est réalisé sur la base de relevés de géomètre effectués en milieu occupé, avec un nombre de visites trop limité pour des vérifications systématiques sur site, sans parler de l’impossibilité de réaliser des sondages destructifs qui permettraient de comprendre la mise en œuvre d’origine souvent masquée par des doublages rapportés ultérieurement. Les diverses modifications opérées sur les bâtiments au cours du temps ne sont pas non plus tracées, ou, si elles le sont, il n’existe pas de pièces graphiques associées. Si nous mentionnons ces lacunes, c’est qu’elles dénotent un désintérêt pour ce type de bâti, manifestement encore loin d’accéder à un statut patrimonial.

  • 41 « Les campus des années 1960 ont été, pour l’urbanisme universitaire l’équivalent des grands ensemb (...)
  • 42 Mentionnons ici le drame du CHU de Caen voué à la démolition : NOYER-DUPLEX Léo, « “L’hôpital-paque (...)
  • 43 DELANES Sabine, « L’architecture universitaire en France, des années de croissance aux temps de cri (...)

26Ce patrimoine universitaire – architecture de masse à l’usure accélérée – se rapproche sur bien des points d’autres patrimoines déconsidérés par leurs usagers : celui des grands ensembles de logements d’abord, dont ils partagent les principes de typification, d’industrialisation et de normalisation41, celui des hôpitaux ensuite, ouvrages « fonctionnels » indéfiniment transformables et extensibles selon l’évolution des pratiques et des besoins, sans considération pour leur conception d’origine, leur matérialité ou leur histoire42. On se trouve ici face à la « difficulté de cette architecture à engendrer l’appropriation des bâtiments43 ».

27Enfin, l’uniformisation des façades, constatée à la Doua à la suite du marché de réhabilitation énergétique, ne permet plus aux usagers de dater, même approximativement, les bâtiments, avec pour conséquence un effacement de l’histoire de l’après-guerre et donc in fine l’impossibilité d’une réflexion critique sur la transformation quantitative et qualitative de l’enseignement supérieur – l’Université vouée à l’enseignement de masse – au cours de cette période charnière des années 1960.

Haut de page

Notes

1 La seule occurrence du terme « patrimoine » dans l’ensemble des documents du programme de la consultation pour le campus Timone est la suivante : « Patrimoine bâti : Le bâtiment Pharmacie est un ensemble architectural fort qui s’inscrit dans une harmonie globale à l’échelle du site. La préservation de cette unité tout en offrant une image modernisée au bâtiment constitue une contrainte forte pour le projet. L’équilibre entre conservation des éléments structurants l’image architecturale globale et proposition d’une apparence renouvelée constitue un enjeu pour le projet. » (Programme technique provisoire, avril 2021, p. 7). On notera les demandes d’« image modernisée » ainsi que d’« apparence renouvelée ».

2 BET : bureau d’études ; CVC : chauffage ventilation climatisation ; CFO-CFA : électricité courants forts et courants faibles ; HQE : haute qualité environnementale.

3 Dans le cas de notre groupement : constructeur : GFC Construction ; société de maintenance : Bouygues Énergies et Services ; architecte : Architecturestudio ; BET structure : GFC Construction ; BET CVC : Katène ; BET CFO-CFA : Ingérop ; BET façades : Arcora ; BET HQE : Franck Boutté Consultants.

4 Loi no 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement, article 5.

5 Programme environnemental, 23 mai 2014, p. 3. Ce seuil est directement issu de l’article 5 de la loi du 3 août 2009 précédemment cité : « Tous les bâtiments de l’État et de ses établissements publics seront soumis à un audit d’ici à 2010. L’objectif est, à partir du diagnostic ainsi établi, d’engager leur rénovation d’ici à 2012 avec traitement de leurs surfaces les moins économes en énergie. Cette rénovation aura pour objectif de réduire d’au moins 40 % les consommations d’énergie […]. Le droit de la commande publique devra prendre en compte l’objectif de réduction des consommations d’énergie visé au premier alinéa, en autorisant le pouvoir adjudicateur à recourir à un contrat de performance énergétique, notamment sous la forme d’un marché global regroupant les prestations de conception, de réalisation et d’exploitation ou de maintenance, dès lors que les améliorations de l’efficacité énergétique sont garanties contractuellement. »

6 Le campus a fait l’objet de nombreuses publications dans le cadre de numéros de revues dédiés aux constructions scolaires et universitaires entre les années 1959 et 1965 : « Institut national des sciences appliquées : J. Perrin Fayolle, architecte », L’Architecture française, vol. XIX, no 203-204, août 1959, p. 36-41 ; « Lyon, Institut national des sciences appliquées : J. Perrin-Fayolle, architecte », Techniques et Architecture, vol. XX, no 3, mars 1960, p. 124-129 ; « Lyon, I.N.S.A : J. Perrin-Fayolle, architecte », Techniques et Architecture, vol. XX, no 5, juillet 1960, p. 107, 109 ; SVOBODA René, « L’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon : Jacques Perrin-Fayolle, architecte », Revue de l’aluminium, no 308, avril 1963, p. 454-473 ; « Centre universitaire scientifique et technique de Lyon : J. Perrin-Fayolle architecte », L’Architecture d’aujourd’hui, vol. XXXIV, no 107, avril-mai 1963, n. p. ; « Centre universitaire scientifique et technique, Lyon : Jacques Perrin Fayolle, architecte », L’Architecture française, vol. XXIV, nos 249-250, mai-juin 1963, p. 26-35 ; « Centre universitaire scientifique et technique de Lyon : J. Perrin-Fayolle, architecte », L’Architecture française, vol. XXVI, no 275-276, juillet-août 1965, p. 48-51.

7 Loi no 57-320 du 18 mars 1957 créant à Lyon un Institut national des sciences appliquées, article 2.

8 Sur le renversement opéré à la Doua, de l’implantation initiale de l’INSA pensée avec une logique interne à la fin des années 1950 à la volonté de perméabilité et d’ouverture à la ville dans les années 2007 (loi LRU) et 2008 (Opération Campus), nous renvoyons ici à l’article de TAINTURIER Timothée, « Politiques d’aménagement universitaire et impact sur la ville. L’exemple lyonnais », in COMPAIN-GAJAC Catherine (dir.), Les Campus universitaires 1945-1975. Architecture et urbanisme, histoire et sociologie, états des lieux et perspectives, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, coll. « Collection Histoire de l’art », 2014, p. 45-59. Voir également MERLIN Pierre, « Une grande ville universitaire : Lyon », in MERLIN Pierre, L’Urbanisme universitaire à l’étranger et en France, Paris, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, 1995, p. 311-337.

9 Nous renvoyons à la récente monographie de cet architecte prolifique dans la région lyonnaise : DUFIEUX Philippe, Jacques Perrin-Fayolle (1920-1990). Architecte de l’enseignement supérieur dans la métropole de Lyon, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2020 (plus particulièrement les pages 115 à 178 consacrées au campus de la Doua).

10 Rappelons l’importance pour cette période de la section de l’ouvrage d’André Gutton consacrée aux « Édifices de l’enseignement supérieur » : GUTTON André, Conversations sur l’architecture, t. III B : Écoles, lycées, facultés, universités, Paris, Vincent, Fréal et Cie, 1959, p. 221-310. Signalons également, quelques années plus tôt, RAMBERT Charles, Constructions scolaires et universitaires, Paris, Vincent, Fréal et Cie, coll. « L’architecture française de nos jours », 1955, p. 127-139.

11 DUFIEUX Philippe, Jacques Perrin-Fayolle (1920-1990)…, op. cit., p. 117.

12 Pour donner une idée du rythme élevé du programme de travaux, la première tranche du Collège propédeutique de l’INSA (16 000 m²) est livrée dès la rentrée 1957, soit sept mois après la promulgation de la loi. Ce rythme détermine les principes constructifs, notamment le choix de la préfabrication, de la réalisation des ossatures et planchers en béton armé ainsi que celui de désolidariser de cette ossature les façades et la majorité des éléments de second œuvre. Signalons que Jacques Perrin-Fayolle livre au cours du chantier de l’INSA un article sur la préfabrication : « La préfabrication dans le bâtiment », Encyclopédie française, t. XIII : Industrie. Agriculture, Paris, Société nouvelle de l’Encyclopédie française, 1962, p. 235-243, qui aborde notamment (p. 240) la question des façades : « Toute la façade a pu être ainsi proposée indépendamment de l’ossature et a donné naissance à ce que l’on a appelé “le mur-rideau” qu’il soit traité en “bandeau”, c’est-à-dire reposant sur chaque plancher, “intégral” dans le cas où passant en avant de l’ossature, il est simplement accroché, ou “alvéolaire” lorsqu’il est encadré par le squelette portant de l’édifice. »

13 Ces trois types de panneaux, dont les deux premiers sont montés entre nez de planchers alors que celui de la CIMT est filant, sont décrits dans : « Lyon, I.N.S.A. : J. Perrin-Fayolle, architecte », Techniques et Architecture, vol. XX, no 5 (« Murs-rideaux et panneaux de façade »), juillet 1960, p. 106-107, 109.

14 SVOBODA René, « L’Institut national des sciences appliquées de Lyon : Jacques Perrin-Fayolle, architecte », Revue de l’aluminium, no 308, avril 1963, p. 456.

15 Sur ce mur-rideau, « la grille » CIMT-Jean Prouvé, voir « La grille », in ARCHIERI Jean-François, Prouvé. Cours du CNAM 1957-1970. Essai de reconstitution du cours à partir des archives Jean Prouvé, Liège, Pierre Mardaga, 1990, p. 122-135 (le mur-rideau de type « GRILLE » de l’INSA est illustré p. 132) ; « 1332. Mur-rideau “La grille”, C.I.M.T.-Jean Prouvé », in SULZER Peter (éd.), Jean Prouvé. Œuvre complète, Bâle, Birkhäuser, 1999-2008, vol. 4 : 1954-1984, 2008, p. 124-135 (la réalisation de l’INSA (1332.2.e.) est présentée p. 130-131) ; CHERRUET Sébastien, « L’aluminium dans l’œuvre de Jean Prouvé, jalons et sources », Cahiers d’histoire de l’aluminium, nos 46-47, décembre 2011, p. 50-67 (sur la collaboration avec la CIMT voir particulièrement p. 61-62).

16 « Tous les éléments présentent sur leurs rives une épaisseur constante correspondant à celle des glaces. Cette normalisation a pour but de disposer les joints d’étanchéité verticaux et horizontaux sur le même plan. Suppression absolue de toute traverse horizontale en saillie sur le nu extérieur. Poussières et eaux s’évacuent librement. L’application d’un de nos brevets permet, par la compression des joints en néoprène, d’obtenir l’étanchéité en tous points sur les poteaux. À des modulations horizontales variables, des raidisseurs disposés verticalement, extérieurement au gros œuvre, sont ancrés aux planchers. Assimilable à un barreaudage, ce dispositif constructif reçut le qualificatif de “GRILLE”. C’est dans ce barreaudage résistant que s’inscrit le remplissage, la peau de l’immeuble, qui doit être variée suivant ses fonctions d’isolement, d’obstruction, d’éclairement et de protection. Les glaces simples ou doubles ; les panneaux sandwich à revêtements divers ; certaines menuiseries métalliques, les uns et les autres conjugués à des raidisseurs eux-mêmes isolés permettent d’atteindre à ces fonctions. Les pages suivantes vous révèleront les éléments constructifs standards permettant de composer des murs-rideaux du type “GRILLE”. Les raidisseurs sont massifs, de section fonctionnelle. La coupure thermique est totale entre l’extérieur et 1’intérieur. Les châssis, ceci est important, sont reportés vers l’extérieur tant pour l’évacuation des condensations provoquées par les glaces que de celles qui se forment sur le métal. Les panneaux sont des sandwiches dont les revêtements extérieurs sont en métal embouti, l’intérieur restant plan. Des finitions variées peuvent être réalisées. » (Jean Prouvé. Œuvre complète, vol. 4, op. cit., p. 124, 126).

17 Signalons ici, pour sa proximité avec la problématique des façades de la Doua, la recherche menée par Mathilde Padilla, Philippe Dufieux, Olivier Balaÿ et Laurent Volay, dans le cadre du programme pluriannuel « Architecture du xxe siècle, matière à projet pour la ville durable du xxie siècle » (3e session, 2018) et intitulée « La réhabilitation des façades légères dans l’habitat du xxe siècle, de l’étude à l’expérimentation », sur le mur-rideau en aluminium à panneaux préfabriqués réalisé par la CIMT-Jean Prouvé pour l’immeuble Les Cèdres dans le 5e arrondissement de Lyon au début des années 1960 (François-Régis Cottin et Alain Chastel, architectes, 1962) (labellisé « Patrimoine du xxe siècle » en 2003). Leur méthodologie pour la réhabilitation de cette façade légère constituée de panneaux « sandwich » d’une hauteur d’étage et d’une épaisseur de 62 mm, formés d’un parement extérieur en aluminium, d’une âme isolante en polystyrène et d’un parement intérieur en contreplaqué et incorporant des châssis coulissants simple vitrage de 3 mm, consiste en la mise en place d’un store extérieur toute hauteur et d’une contre-façade intérieure menuisée d’une épaisseur de 14 cm, isolée en laine de bois et incorporant des châssis coulissants double vitrage contretypant les existants. Trois prototypes différents ont été réalisés in situ. Nous renvoyons à PADILLA Mathilde, DUFIEUX Philippe, BALAŸ Olivier & VOLAY Laurent, « Réhabiliter les façades légères dans l’habitat du xxe siècle, l’exemple d’une façade de Jean Prouvé à Lyon », Monumental, 2020, p. 90-93, ainsi qu’à la thèse de Mathilde Padilla en cours.

18 C’est a contrario la solution qui a été retenue pour l’opération de la Maison des sciences de l’homme boulevard Raspail à Paris (François Chatillon (mandataire) et Michel Rémon, architectes, 2013-2017), le bâtiment, protégé au titre du PLU de la Ville de Paris, ayant été préalablement vidé de ses occupants.

19 Les bâtiments Berthollet, Mendel, Oméga, Lippman et Grignard.

20 Les bâtiments Lwof, Forel, Dubois, Brillouin, Kastler et Raulin.

21 Collège Sciences et Technologies, campus Pessac Talence Gradignan, université de Bordeaux, 2013-2018 ; maîtrise d’ouvrage : Société de réalisation immobilière et d’aménagement de l’université de Bordeaux (SRIA) ; maîtrise d’œuvre : AUA Paul Chemetov (architecte mandataire de la MOE) ; entreprise : DV Construction Sud-Ouest (Bouygues), entreprise générale, mandataire du contrat CREM. Sur le campus de René Coulon, on se reportera à DELORME Franck, « Faculté des Sciences de Bordeaux, René-André Coulon architecte », In Situ. Revue des patrimoines, no 17, 2011, [en ligne], http://journals.openedition.org/insitu/932 [lien valide en février 2023].

22 Ordonnance no 2003-850 du 4 septembre 2003, titre IV, chapitre 8, article L. 6148-7 : « Par dérogation aux dispositions des articles 7 et 18 de la loi no 85-704 du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d’ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée, un établissement public […] peut confier à une personne ou à un groupement de personnes, de droit public ou privé, une mission portant à la fois sur la conception, la construction, l’aménagement, l’entretien et la maintenance de bâtiments ou d’équipements affectés à l’exercice de ses missions ou sur une combinaison de ces éléments. »

23 Loi no 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement, article 74. Signalons l’actualité de la dérogation au code de la commande publique dans le cas de travaux de rénovation énergétique, particulièrement pour les universités, avec la proposition de loi n° 574 du 29 novembre 2022 « visant à ouvrir le tiers financement à l’État et à ses établissements publics et aux collectivités territoriales pour favoriser les travaux de rénovation énergétique ».

24 « 1. Lorsqu’un marché est particulièrement complexe, les États membres peuvent prévoir que le pouvoir adjudicateur, dans la mesure où il estime que le recours à la procédure ouverte ou restreinte ne permettra pas d’attribuer le marché, puisse recourir au dialogue compétitif […] 2. Les pouvoirs adjudicateurs publient un avis de marché dans lequel ils font connaître leurs besoins et exigences, qu’ils définissent dans ce même avis et/ou dans un document descriptif. 3. Les pouvoirs adjudicateurs ouvrent, avec les candidats sélectionnés […] un dialogue dont l’objet est l’identification et la définition des moyens propres à satisfaire au mieux leurs besoins. Au cours de ce dialogue, ils peuvent discuter tous les aspects du marché avec les candidats sélectionnés. » Directive 2004/18/CE du Parlement européen et du Conseil du 31 mars 2004 relative à la coordination des procédures de passation des marchés publics de travaux, de fournitures et de services, titre II, chapitre V, article 29 (voir pour son application le décret no 2005-1742 du 30 décembre 2005, section 3, articles 38 à 40).

25 La sorbonne est une enceinte ventilée qui aspire l’air du laboratoire grâce à un ventilateur. L’influx d’air se fait à travers une ouverture de travail réglable. L’air est ensuite extrait et rejeté dans l’atmosphère extérieure. L’enceinte est maintenue en dépression tant que l’équipement est en fonctionnement.

26 Les marchés de conception, de réalisation et d’exploitation ou maintenance sont créés dans le cadre de la mise en œuvre de l’article 5 de la loi « Grenelle I » du 3 août 2009 en matière de réduction des consommations d’énergie. Ces marchés qui comportent des travaux soumis à la loi MOP ne peuvent être conclus que « pour la réalisation d’engagements de performance énergétique dans les bâtiments existants » (Guide bonnes pratiques en matière de marchés publics, septembre 2014, p. 28).

27 Il faut de plus distinguer deux types de performance énergétique : la performance « théorique » qui relève de l’obligation de moyens et la performance « mesurable » ou « chiffrée » qui relève de l’obligation de résultat. Or cette performance « mesurable » peut être aléatoire en l’absence de protocole précis de contrôle, s’agissant par exemple des conditions d’occupation des locaux. Sur cette question, voir : « Obligation de moyens – Obligation de résultat », Les Cahiers de l’OGBTP, no 9, 2019, p. 3-18.

28 L’âpreté des échanges en cours de consultation, au sein du groupement et entre le groupement et l’université, sur le « Tableau de partage de responsabilité en cas de surconsommation » (entreprise / mainteneur / MOE) et les « Formules de recalage » entre la consommation de référence et la consommation réelle témoigne de la complexité et des enjeux de cette question de l’engagement énergétique.

29 Plan qui a pourtant été précédé par deux plans de modernisation des universités françaises : Université 2000 (U2000, 1990-1995) et Université du 3e millénaire (U3M, 1998-2006). Cet état de dégradation est relevé dans le Rapport public annuel de la Cour des comptes 2018 : « L’état du parc immobilier universitaire : Avec 15,1 millions de m², les établissements d’enseignement supérieur représentent 20 % du patrimoine immobilier de l’État. Selon les données à fin 2014 sur l’immobilier universitaire, 13 % des surfaces (1,9 million de m²) étaient considérées en état dégradé (classées D et E), tandis que 26 % étaient en état moyen (état C), situation qui nécessite néanmoins une rénovation. Le ministère [de l’Enseignement supérieur et de la Recherche] estime le coût de la remise à niveau de la totalité de ces surfaces à 9 Md€ (y compris les 5 Md€ du plan Campus) » : « Dix ans après le lancement de l’opération Campus, un premier bilan en demi-teinte », in Cour des comptes. Rapport public annuel 2018, février 2018, p. 389.

30 Voir sur cette question DELANES Sabine, « L’architecture universitaire en France, des années de croissance aux temps de crise (1960-1980) », Labyrinthe, no 4, 1999, p. 124.

31 Le groupement était constitué comme suit : Constructeur et mandataire du groupement : Eiffage Construction ; Commissionnement : EODD ; Co-traitants conception : architecte : Architecturestudio ; BET technique : Artelia, BET façades : RFR, ingénierie de transfert : Déméninge. Une entreprise pour les travaux de façade, Paralu, était également cotraitante dès cette phase de consultation.

32 La réhabilitation énergétique du bâtiment de la faculté de Pharmacie est le plus important projet de rénovation financé en France (27,7 M€) dans le cadre de ce plan, l’AMU s’étant vu attribuer 61,2 M€ au total pour financer dix des projets qu’elle avait déposés.

33 Réhabilitation énergétique du bâtiment Pharmacie du site Timone. Règlement du dialogue - Phase candidature, avril 2021, p. 3-4.

34 Édifice labellisé « Patrimoine xxe » en 2014 puis « Architecture contemporaine remarquable » depuis 2016. Voir sur cette réalisation : « Faculté de Médecine et de Pharmacie de Marseille, France. René Egger, architecte », L’Architecture d’aujourd’hui, no 81, décembre 1958-janvier 1959, p. 38-45.

35 Nous renvoyons ici à l’article de MARANTZ Éléonore, « René Egger ou la réinvention de l’architecture universitaire (1947-1973) », in COMPAIN-GAJAC Catherine (dir.), Les Campus universitaires 1945-1975…, op. cit., p. 131-146.

36 Cette trame de 1,75 m était déjà celle de la faculté de Médecine de 1958.

37 Signalons ici le défaut manifeste d’entretien et de maintenance de ces châssis existants constaté lors des visites sur site. L’encrassement visible de ceux-ci participe assurément au manque de considération des usagers pour ce patrimoine bâti.

38 Une étude spécifique d’évaluation de l’impact du traitement du pont thermique linéaire en façade courante a été menée par le groupement au droit des dalles continues et poutres ponctuelles qui traversent la façade : PJ 03. Note de calcul pont thermique et hygrométrie façades, octobre 2021.

39 Le Programme technique détaillé de l’opération fixait comme objectifs :

– la réduction des consommations d’énergie finales tous usages confondus de 35 % minimum, dans une démarche d’amélioration énergétique en cohérence avec le décret tertiaire ; au travers de la réalisation d’une simulation énergétique dynamique de l’état initial et de l’état projet (Cef projet < Cef initiale – 35 %) ;

– un niveau de performance « conventionnel » BBC Effinergie rénovation, portant sur les consommations en énergie primaire des usages « RT » ; au travers de la réalisation d’un calcul réglementaire RT existant (à savoir Ubat (W/m².K), Cep (kWhep/m².an) et Tic (°C) avec pour chacun de ces indicateurs état initial, bâtiment de référence et gain réalisé par le projet) ;

– l’amélioration du confort d’été au travers d’une simulation thermique dynamique. Le nombre d’heures d’inconfort (nombre d’heures > 28°C) devra être inférieur à 4 % des heures d’occupation ;

– l’amélioration du confort visuel, au travers de la réalisation de simulations ALJ de l’état initial et de l’état projet ;

– l’amélioration de la perméabilité à l’air, validée par une mesure après réalisation.

40 « Les façades sont constituées de cadres en béton armé coulés dans un moule en acier (largement amorti par une répétition systématique de l’élément). Sur ces cadres sont boulonnées les menuiseries en partie haute, et les allèges, elles aussi préfabriquées, sont rejointoyées en partie basse. Il est résulté de cette technique simple et adaptée aux possibilités de la main-d’œuvre locale, une très grande rapidité dans la confection des façades et une économie importante, non seulement dans les échafaudages, mais également dans les travaux de finition puisque les trois éléments ci-dessus étant posés, les façades étaient alors pratiquement terminées. » (« Faculté de Médecine et de Pharmacie de Marseille, France. René Egger, architecte », op. cit., p. 39).

41 « Les campus des années 1960 ont été, pour l’urbanisme universitaire l’équivalent des grands ensembles pour l’habitat. On retrouve les mêmes bases idéologiques, la même obsession de satisfaire une croissance rapide, la même urgence qui conduit à retenir pour sites les terrains disponibles – même mal situés et mal desservis – la même incapacité à créer à côté de la fonction principale – les bâtiments d’éducation ici, les immeubles de logements là –, un véritable quartier, un cadre de vie attirant, des équipements et des services, le même rejet des formes urbaines traditionnelles – la rue, la place –, le même brutalisme dans les formes architecturales. » (MERLIN Pierre, L’Urbanisme universitaire à l’étranger et en France, op. cit., p. 264).

42 Mentionnons ici le drame du CHU de Caen voué à la démolition : NOYER-DUPLEX Léo, « “L’hôpital-paquebot” d’Henry Bernard », In Situ. Revue des patrimoines, no 31, 2017, [en ligne], https://journals.openedition.org/insitu/13998 [lien valide en février 2023].

43 DELANES Sabine, « L’architecture universitaire en France, des années de croissance aux temps de crise (1960-1980) », op. cit., p. 124.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Localisation des bâtiments de l’opération Conception, réalisation, exploitation et maintenance (CREM). Plan extrait de « Université de Lyon. Campus Lyon Tech-la Doua, Réhabilitation des quartiers scientifiques. Programme fonctionnel. Opération en contrat CREM », version 7, Artelia (assistant maître d’ouvrage de l’université de Lyon), juin 2015, p. 23.
Crédits © Artelia (assistant maître d’ouvrage de l’université de Lyon).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Figure 2
Légende Centre universitaire scientifique et technique de la Doua à Villeurbanne, plan directeur et parti général, Agence Perrin-Fayolle, Lyon, vers 1960, tirage colorié conservé dans un fonds privé. Extrait de Jacques Perrin-Fayolle (1920-1990). Architecte de l’enseignement supérieur dans la métropole de Lyon, Philippe Dufieux, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2020, p. 121.
Crédits © Agence Perrin-Fayolle / Reproduction Grégory Azar.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Figure 3
Légende L’Institut national des sciences appliquées (INSA) : vue du mail vers l’ouest entre les bâtiments J. Jacquard (gauche) et C. Coulomb (droite), juillet 2014.
Crédits © Grégory Azar (Architecturestudio).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 4
Légende Université Claude-Bernard Lyon 1 (UCBL) : vue vers le campus central vers l’est, au premier plan les bâtiments Darwin (gauche) et Lwoff (droite) connectés par des passerelles, à l’arrière-plan, de gauche à droite, les bâtiments Lippman, Grignard, la bibliothèque scientifique et le bâtiment Mendel, juillet 2014.
Crédits © Grégory Azar (Architecturestudio).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Figure 5
Légende L’Institut national des sciences appliquées (INSA), Lyon : département Mécanique, vue du bâtiment et coupe de détail horizontale du mur-rideau (vers juin 1960). Extrait de « Lyon, I.N.S.A : J. Perrin-Fayolle, architecte », documents réunis et présentés par Paul Palatchi, Techniques et Architecture, vol. XX, no 5 dédié aux « Murs-rideaux et panneaux de façade », juillet 1960, p. 109.
Crédits © photo et doc. CIMT-Jean Prouvé / Reproduction Grégory Azar.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Figure 6
Légende Vue de la façade « grille » CIMT-Jean Prouvé sur un bâtiment de l’Institut national des sciences appliquées (INSA), Lyon, septembre 2014.
Crédits © Grégory Azar (Architecturestudio).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Figure 7
Légende Façade, mur-rideau bloc, coupe verticale, septembre 2015. Extrait de l’Offre finale, carnet de détails de l’Institut national des sciences appliquées (INSA).
Crédits © Architecturestudio © Arcora (bureau d’études façade) / reproduction Architecturestudio.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Figure 8
Légende Perspective de la nouvelle façade de l’Institut national des sciences appliquées (INSA) sur les bâtiments J. Jacquard (gauche) et C. Coulomb (droite) le long du mail, septembre 2015. Extrait de l’Offre finale, carnet de détails de l’Institut national des sciences appliquées (INSA).
Crédits © Architecturestudio © Studio Cyrille Thomas (perspectiviste) / reproduction Architecturestudio.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Figure 9
Légende L’université Claude-Bernard Lyon 1 (UCBL), faculté des Sciences, département de la Chimie, bâtiment Grignard, coupe de détail façade sud, architecte Jacques Perrin-Fayolle, octobre 1962. Plan conservé aux archives de l’université Claude-Bernard Lyon 1.
Crédits © Agence Perrin-Fayolle / reproduction université Claude-Bernard Lyon 1.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Figure 10
Légende Avant-façade bioclimatique, coupe verticale, septembre 2015. Extrait de l’Offre finale, carnet de détails de l’université Claude-Bernard Lyon 1 (UCBL).
Crédits © Architecturestudio © Franck Boutté Consultants © Arcora / reproduction Architecturestudio.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 11
Légende Perspective de l’avant-façade bioclimatique de l’université Claude-Bernard Lyon 1 (UCBL) sur les bâtiments Lippman (gauche) et Grignard (droite) autour du campus central, septembre 2015. Extrait de l’Offre finale, carnet de détails de l’Institut national des sciences appliquées (INSA).
Crédits © Architecturestudio © Franck Boutté Consultants © Studio Cyrille Thomas / reproduction Architecturestudio.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Figure 12
Légende Avant-façade bioclimatique du bâtiment A22, collège Sciences et Technologies - campus Pessac Talence Gradignan, université de Bordeaux, AUA Paul Chemetov, architecte mandataire de la maitrise d’œuvre et architecte des bâtiments A (2013-2018).
Crédits © AUA Paul Chemetov, Adagp, Paris 2023 © Franck Boutté Consultants (conception environnementale) © 11h45 (photographe).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Figure 13
Légende Faculté de Médecine et de Pharmacie de la Timone, Marseille, architecte René Egger (1969-1970). Photographie conservée aux archives départementales des Bouches-du-Rhône (cote 65 J 441).
Crédits © photographe inconnu © René Egger / Reproduction archives départementales des Bouches-du-Rhône.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Figure 14
Légende Faculté de Pharmacie, site Timone, Marseille, architecte René Egger (1969-1970). Gauche : vue d’un poteau effilé formant brise-soleil vertical et du nez de plancher filant en retrait de celui-ci (plancher bas), juin 2021. Droite : vue de la jonction avec une poutre en avant du plan du vitrage ainsi que de la poutre filante qui lui est perpendiculaire au droit du nez de plancher (plancher haut), juin 2021.
Crédits © Alexandre Baron (Architecturestudio) © René Egger.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Figure 15
Légende Faculté de Pharmacie, site Timone, Marseille, architecte René Egger (1969-1970). Vue partielle de l’ensemble menuisé au droit d’une poutre, en cours de dépose, juin 2021.
Crédits © Alexandre Baron (Architecturestudio).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Figure 16
Légende Faculté de Pharmacie, site Timone, Marseille, architecte René Egger (1969-1970). Extrait de l’Offre finale, carnet de détails façade, ensemble menuisé courant Tripode, octobre 2021.
Crédits © Architecturestudio © RFR bureau d’études façades.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Figure 17
Légende Faculté de Pharmacie, site Timone, Marseille, architecte René Egger (1969-1970). Perspective du côté de l’entrée du bâtiment (la faculté de Médecine est partiellement visible sur la gauche de l’image), extrait de l’Offre finale, octobre 2021.
Crédits © Architecturestudio © Lootarchy (perspectiviste).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37259/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Azar, « La réhabilitation énergétique au défi du patrimoine universitaire des années 1960 : deux études de cas »In Situ [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 15 février 2023, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/insitu/37259 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.37259

Haut de page

Auteur

Grégory Azar

Maître de conférences (TPCAU), ENSA Paris-Est

gregory.azar@paris-est.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search