Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49L’injonction énergétiqueArchitectures d’autoroutes

L’injonction énergétique

Architectures d’autoroutes

Enjeux de préservation pour le patrimoine des grandes infrastructures en Italie
Verdiana Peron
Traduction de Anaïs Largent
Traduction(s) :
Motorway architecture [en]

Résumés

Les installations des grandes infrastructures sont aujourd’hui soumises à des défis de préservation sans précédent. Leur sauvegarde nécessite une approche innovante que rend possible la mise en place de nouvelles politiques publiques qui les reconnaissent au sein du patrimoine culturel du xxe siècle. Dans ce domaine, la chaîne de services autoroutiers italienne a constitué une expérience unique en Europe. Elle a été l’emblème d’une nouvelle identité nationale d’après-guerre ainsi qu’un symbole d’expérimentation architecturale et d’ingénierie. Ces bâtiments (1958-1972) sont actuellement menacés par des interventions invasives dues à la non-reconnaissance de leur valeur culturelle. Cette étude compare, pour la première fois, les caractéristiques originales des restaurants autoroutiers avec la situation actuelle. La majorité des bâtiments ont été démolis ou considérablement modifiés. L’article examine trois études de cas de grand intérêt : les haltes routières de Novara, Soave et Lainate. L’essai met en évidence le lien entre la reconnaissance de la valeur culturelle et les pratiques opérationnelles ultérieures, et discute également des positions des parties prenantes. En outre, l’essai fournit de nouvelles perspectives sur la position des politiques publiques et des procédures de préservation. Le lien entre la connaissance et la valorisation de ces bâtiments est le point clé de la recherche. Son objectif final est de donner des outils théoriques et des méthodes pour guider les interventions futures sur ce patrimoine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’architecture des autoroutes rentre dans le domaine continuellement élargi du patrimoine culturel italien. Néanmoins, ces bâtiments de la fin du xxsiècle ont été soit démolis soit considérablement modifiés en raison de besoins commerciaux et de changements dans les exigences normatives. Les projets de rénovation ont maintes fois altéré les particularités et les qualités de ces constructions, trahissant ainsi leur identité. Ces approches de conception sont le résultat du manque de reconnaissance de ces bâtiments relevant du patrimoine du xxsiècle. Les valeurs de l’architecture moderne restent souvent complexes à apprécier, et donc à partager, du fait de l’insuffisance des connaissances et du manque de recul historique. Ce dernier point rend l’évaluation des valeurs culturelles de ces bâtiments problématique au niveau institutionnel et opérationnel.

  • 1 CARUGHI Ugo, « La tutela del patrimonio architettonico italiano del novecento », Recupero e conserv (...)
  • 2 Le Codice dei beni culturali e del paesaggio, Dlgs (Décret législatif) 42/2004, établit toutes les (...)
  • 3 Une valeur intrinsèque est une qualité qui réside dans un objet/bâtiment donné en lui-même. Le Code (...)
  • 4 CARUGHI Ugo, « Architettura del ‘900 a rischio/1: le modifiche al Codice dei beni culturali e le su (...)
  • 5 La Dichiarazione di interesse culturale du MIC détermine la présence d’un intérêt culturel dans un (...)
  • 6 CARUGHI Ugo & VISONE Massimo (dir.), Time Frames: Conservation Policies for twentieth-century Archi (...)
  • 7 La valeur relationnelle renvoie au lien d’un objet/bâtiment donné à l’histoire politique, militaire (...)
  • 8 CARUGHI Ugo, « La tutela del patrimonio architettonico italiano del novecento », art. cit., ici p.  (...)
  • 9 L (Loi) 120/2020, article 55-bis, Semplificazioni per interventi su impianti sportivi (Simplificati (...)
  • 10 CARUGHI Ugo, « Per demolire e ricostruire si comincia dal Codice dei beni culturali e del paesaggio (...)
  • 11 L 633/1941, Protezione del diritto d’autore e di altri diritti connessi al suo esercizio (Protectio (...)
  • 12 CARUGHI Ugo, « Tutela innovativa per il novecento », Recupero e conservazione, no 157, 2020, p. 70- (...)

2Malgré l’intérêt accru pour le domaine de recherche concernant la préservation, certains éléments portent à croire que le patrimoine du xxsiècle est de moins en moins considéré et protégé par la législation italienne1. Le Codice dei beni culturali e del paesaggio (Code du patrimoine culturel et du paysage) désigne divers types de patrimoines qui peuvent être protégés par des procédures légèrement différentes2. Quant au patrimoine architectural, le Code assure la protection d’un bâtiment pour sa valeur intrinsèque3 artistique ou historique. En 2017, cette loi a été modifiée en partie4, prolongeant le délai entre la construction d’un bâtiment privé et la possibilité de sa « Dichiarazione di interesse culturale » (déclaration d’intérêt culturel) jusqu’à soixante-dix ans5. La même réglementation a déjà été appliquée aux constructions publiques. De plus, les procédures de classement sur les listes reposant sur l’évaluation d’une valeur artistique ou historique peuvent seulement être réalisées si le concepteur n’est plus en vie. Le cadre actuel de la durée de soixante-dix ans se justifie par le besoin de garantir un recul approprié pour une évaluation critique du bâtiment. Ainsi, l’architecture du xxsiècle, comme pratiquement toutes les constructions d’autoroute, n’est pas protégée par la loi malgré la reconnaissance qui progresse dans beaucoup d’autres pays6. Toutefois, le Code donne aussi la possibilité de protéger un bâtiment en fonction de sa valeur relationnelle, c’est-à-dire son lien avec l’histoire et la culture de la nation7. Son importance réside donc dans la reconnaissance comme témoignage de l’identité nationale plutôt que dans sa qualité architecturale. Bien que cette procédure puisse être appliquée sans aucune contrainte de temps et même si l’auteur est en vie, peu de bâtiments du xxsiècle ont été protégés8. D’autre part, le Code a encore été révisé. En septembre 2020, une loi sur la simplification numérique et l’innovation établit que, en ce qui concerne les interventions sur les centres sportifs, la nécessité de garantir leur fonctionnement passe avant leur conservation9. Cette loi peut entraîner la perte partielle de grands exemples d’installations sportives construites au xxsiècle. À titre d’exemple, le Stadio Artemio Franchi de Pier Luigi Nervi à Florence a couru le risque d’être démoli. En réaction, une pétition pour sa protection a circulé, conduisant à l’organisation d’un concours d’architecture pour sa rénovation et conservation. La loi peut aussi être considérée comme un précédent pour édicter de nouvelles réglementations sur d’autres typologies de bâtiments, ce qui affaiblira donc l’efficacité du Codice dei beni culturali e del paesaggio10. Outre le Code, le patrimoine du xxsiècle peut être protégé par la loi sur le droit d’auteur11. Cependant, le but de cette procédure est uniquement de défendre les intérêts privés de l’auteur, pas de sauvegarder le bâtiment lui-même12.

  • 13 TRASPORTI & CULTURA, Architetture lungo le autostrade, 2020, no 58, disponible en ligne, https://is (...)

3Cet article vise à contribuer au domaine de la recherche sur l’architecture des autoroutes13, en plein essor, en examinant les politiques publiques et les procédures concernant les interventions de rénovation de restaurants d’autoroute exemplaires de la fin du xxe siècle. Notre recherche utilise une approche qualitative pour étudier le lien entre la reconnaissance de leur valeur et les pratiques opérationnelles qui en résultent. Cette étude présente un aperçu du rôle joué dans ces projets de rénovation par les parties prenantes, les professionnels, les autorités et les usagers. L’absence de protection par le Ministero della Cultura (ministère de la Culture, abrégé en « MIC ») a entraîné une perte considérable des matériaux d’origine des bâtiments. De plus, cela a conduit à la modification totale des constructions, et ce faisant, a trahi leur premier concept architectural. Par conséquent, les futures recherches devront élaborer une approche innovante en ce qui concerne la préservation de ces bâtiments et structures futuristes, en faisant face à la fois aux exigences de leur utilisation contemporaine et aux questions de conservation.

4Cet article présente d’abord un résumé de l’histoire des restaurants d’autoroute en Italie, en mettant en lumière leur importance dans l’architecture italienne de la fin du xxsiècle. Il rapporte aussi les résultats d’une étude que nous avons menée qui compare les caractéristiques d’origine des bâtiments avec leur état actuel. Trois études de cas différentes seront données en exemple [fig. 1]. La première traite des interventions conduites sur le bâtiment de services routiers à Novare (autoroute A4, Piémont). Pour la deuxième, le projet de rénovation de l’aire de repos à Soave (autoroute A4, Vérone, Vénétie) est décrit. La troisième présente la reconstruction du restaurant d’autoroute de Lainate (autoroute A8, Milan, Lombardie). Enfin, pour conclure, nous résumerons les principaux résultats de la recherche et formulerons des propositions pour de prochaines recherches.

Figure 1

Figure 1

Plan du réseau autoroutier italien, études de cas sélectionnées, 2020.

© Verdiana Peron.

Restaurants d’autoroute en Italie. Les acteurs impliqués dans les interventions de rénovation

  • 14 MENDUNI Enrico, L’Autostrada del Sole, Bologne, Il Mulino, coll. « L’Identità italiana », 1999.
  • 15 GRECO Laura, Architetture autostradali in Italia. Progetto e costruzione negli edifici per l’assist (...)
  • 16 Comme le nom autogrill est emprunté à une langue étrangère, en italien, la forme plurielle reste la (...)
  • 17 BENETTI Alessandro, « The bridge-type autogrill, infrastructure and icon of the Italian highways », (...)

5La création d’un réseau d’autoroutes (1955-1975) a été l’un des enjeux cruciaux de la reconstruction italienne d’après-guerre. Le projet d’infrastructure visait à moderniser profondément le pays en dynamisant son développement socio-économique. Les autoroutes ont contribué à l’unification nationale et à la création d’une nouvelle identité italienne14. Les constructions ont été l’occasion pour les ingénieurs d’autoroutes et les architectes d’expérimenter de nouvelles solutions architecturales audacieuses15. Ces projets sont devenus un moteur et un facteur d’innovation pour les processus productifs et exécutifs par la suite. Des architectes et ingénieurs italiens renommés tels que Melchiorre Bega (1898-1976), Angelo Bianchetti (1911-1994), Costantino Dardi (1936-1991) ou Pier Luigi Nervi (1891-1979) ont relevé le défi de créer et développer de nouvelles typologies architecturales modernes comme les stations d’essence, les aires de repos, les motels. Cependant, un des aspects distinctifs de l’architecture des autoroutes italiennes était le concept de chaînes de services d’autoroute. Les chaînes de services étaient un trait caractéristique des autoroutes américaines, alors que les aires de repos en Europe étaient construites avec des langages architecturaux divers et étaient souvent gérées par différents restaurateurs. Mario Pavesi (1909-1990), un des industriels les plus avisés du secteur de la biscuiterie, fut le premier à imaginer une chaîne de services d’autoroute en Italie. Ses restaurants construits le long de l’autoroute s’appelaient autogrill16 en référence aux grill rooms des autoroutes américaines. Les bâtiments italiens furent conçus avec de plus en plus de technologies de pointe et de publicités17. La typologie d’aire de repos la plus notable était celle du pont-restaurant, conçu comme une structure aérienne qui enjambait la chaussée afin d’être accessible des deux côtés de l’autoroute. Les autogrill (1958-1972) se sont développés jusqu’à devenir des emblèmes remarquables de la foi dans le progrès, de l’avant-garde, et de l’Italian style. Ainsi, ces restaurants d’autoroute novateurs ont inspiré des bâtiments similaires au niveau international.

  • 18 Concernant le recensement national, le MIC a identifié les aires de repos suivantes : Bagno a Ripol (...)
  • 19 Le bâtiment de Ronco Scrivia a été protégé (Dlgs 42/2004, article 10, paragraphe 3, lettre a) parce (...)
  • 20 DPR (Décret présidentiel) 380/2001. La loi réglemente les interventions sur les nouvelles construct (...)
  • 21 PERON Verdiana, « (Mega)structures’ Resilience: Italian Motorway Bridge-restaurants between global/ (...)

6Notre étude offre quelques éclairages importants sur la compréhension de ce qui reste de ce passé important. À travers des recherches archivistiques et historiques, nous avons comparé les caractéristiques d’origine de ces autogrill avec leur état actuel. La majorité des bâtiments a été démolie. Les restaurants d’autoroute qui subsistent ont été en grande partie modifiés mais quelques-uns d’entre eux sont toujours identifiables, bien qu’ils aient fait l’objet d’interventions de rénovation. Peu de restaurants d’autoroute ou de stations d’essence ont été pris en compte dans les recensements nationaux ou régionaux des architectures remarquables de la seconde moitié du xxsiècle18. Seuls le restaurant d’autoroute à Ronco Scrivia (autoroute A7, Gênes, Ligurie) d’Angelo Bianchetti [fig. 2a] et la station d’essence d’autoroute à Mestre de Costantino Dardi (autoroute A57, Venise, Vénétie) [fig. 2b] ont été protégés par le Code19. Les interventions sur les autres bâtiments de services des routes à péages n’ont donc été principalement régies que par le Testo unico delle disposizioni legislative e regolamentari in materia edilizia (loi en matière de construction)20, sans que soit nécessaire l’approbation du MIC. Les projets de rénovation ont été conduits sans objectif de préservation, et ils ont par conséquent modifié les caractéristiques principales des restaurants d’origine, entraînant la perte de la plupart des matériaux et éléments d’origine21. Nous avons sélectionné les études de cas suivantes afin d’identifier les principaux problèmes de préservation et conservation relatifs à ces bâtiments. Ces trois aires de repos ont toutes été conçues par Angelo Bianchetti pour la société Pavesi. Chacune permet d’identifier la position d’un acteur spécifique (entreprises, professionnels, autorités publiques, usagers) impliqué dans les processus de leur rénovation.

Figure 2

Figure 2

L’autogrill d’Angelo Bianchetti à Ronco Scrivia, 2018 (a) et la station-service de Costantino Dardi à Mestre (Italie), 2021 (b).

© Emanuele Piccardo / Atlante Architettura Contemporanea, Ministero della Cultura © Verdiana Peron.

Le projet : sociétés exploitantes et concepteurs. L’autogrill de Novare (Piémont)

  • 22 ROMANO Giuseppe, Novara : la prima area di ristoro autostradale : storia, abitudini, architetture d (...)

7Le pont-restaurant de Novare a été construit en 1962 et a remplacé la première aire de repos d’autoroute construite en Italie (1947). En 2017, Chef Express, l’entreprise de restauration actuelle, a recruté l’architecte Massimo Iosa Ghini (né en 1959) pour sa rénovation22. La structure principale a été entourée d’une coque en sapin blanc. Un aspect essentiel du projet était l’utilisation de la végétation pour améliorer l’esthétique des terrasses et des entrées latérales. Les intérieurs et le mobilier ont été complètement modifiés pour offrir différents produits alimentaires et des services de vente au détail, répondant à différents types de demandes.

8L’analyse de l’étude de cas démontre comment le rachat du pont-restaurant a été particulièrement important pour le storytelling du marketing de Chef Express, étant donné que le premier autogrill avait été construit à Novare. Cette circonstance a été interprétée comme une opportunité de relier le passé et le présent. L’entreprise cherche à transformer ses autogrill en nouveaux symboles de la croissance économique, comme l’avait fait Pavesi durant les années de boom économique d’après-guerre. C’est ainsi que Chef Express a décidé de faire de ce bâtiment le premier d’une nouvelle génération d’aires de repos. L’espace a ainsi été nommé « Numéro 1 ». Au fil du temps, les aires d’autoroute ont été soit appréciées soit méprisées. Contrairement à ce qui était le cas précédemment, lorsque ces bâtiments n’étaient que de simples points de passage, les voyageurs d’aujourd’hui exigent des services de haute qualité. Bien que leur usage initial se maintienne, la façon de voyager et de manger s’est transformée en même temps que les habitudes et les styles de vie. La libéralisation du marché a conduit à la nécessité de diversifier et d’étendre les produits des entreprises afin qu’elles soient préférées à leurs concurrents.

9Cet exemple est crucial pour montrer comment la réévaluation de la relation entre les entreprises de restauration et les voyageurs est une question d’architecture et pourrait entraîner des rénovations radicales. À Novare, les intérieurs avaient déjà été altérés par des interventions précédentes. Massimo Iosa Ghini les a considérés comme des espaces vides. Comme l’entreprise offre une grande variété de produits, il a conçu un aménagement architectural sobre où les pancartes des différents produits alimentaires et des espaces de vente peuvent être facilement identifiables [fig. 3b]. L’atmosphère est donc complètement différente de celle proposée par Angelo Bianchetti dans les années 1960, quand les matériaux étaient choisis pour leurs qualités expressives [fig. 3a].

Figure 3

Figure 3

Intérieur de l’autogrill d’Angelo Bianchetti à Novara (Italie) dans les années 1960, carte postale Pavesi conservée dans les archives J. J. Bianchetti à Como (a). Le même intérieur en 2020 (b).

© photographe inconnu © Verdiana Peron.

  • 23 Au lien ci-après, Google Street View permet de comparer la situation actuelle et la situation précé (...)
  • 24 ROMANO Giuseppe, Novara : la prima area di ristoro autostradale, op. cit., p. 99.
  • 25 PERON Verdiana, « (Mega)structures’ Resilience… », art. cit. ; DI RESTA Sara & PERON Verdiana, « Co (...)

10En l’absence de protection du MIC, les besoins de l’image de marque ont primé sur les problèmes de conservation. L’architecte a affirmé que si l’usage du bâtiment était inchangé, le concepteur se devait de faire « évoluer » cette construction à travers sa régénération. Ainsi, la rénovation a été considérée comme une possibilité d’« évolution », et donc une amélioration de l’ancienne aire de repos. Cet aspect est encore plus évident si l’on analyse les extérieurs. Comme les clients sont de nos jours attirés par les thématiques liées au bien-être, au confort et au développement durable, le storytelling dans leur marketing a mis en avant l’adoption et la démonstration des systèmes de performance énergétique. Après l’incendie de 1984, les façades avaient été restaurées en gardant ou reproduisant leurs caractéristiques d’origine [fig. 4a] qui étaient des éléments phares jusqu’à encore récemment23. Iosa Ghini a décidé au contraire d’opérer en rupture avec le passé. L’adoption d’une nouvelle enveloppe a été sa stratégie pour à la fois cacher les systèmes thermiques et l’isolation et montrer l’objectif d’économies d’énergie de son projet [fig. 4b]. Dans un entretien récent24, il a déclaré que même cette conception durable passive était une question sociale. Le but de ce projet visait non seulement à réduire la quantité d’énergie nécessaire mais aussi à diminuer son empreinte carbone. Des produits à faible empreinte carbone ont donc été adoptés pour diminuer l’impact des interventions sur l’environnement. Malgré un attachement général à la conception d’origine, les économies d’énergie ont prévalu sur la préservation du patrimoine. Cette intervention a conduit à une profonde dénaturation des caractéristiques premières du bâtiment et à la perte totale de l’identité de l’aire de repos25. Malheureusement, cette conception qui fait la part belle aux économies d’énergie sera probablement adoptée pour tous les autres projets de rénovation de restaurants d’autoroute gérés par Chef Express.

Figure 4

Figure 4

L’autogrill d’Angelo Bianchetti à Novara (Italie), dans les années 1960, carte postale Pavesi conservée dans les archives J.J. Bianchetti à Como (a). L’autogrill en 2020 après la rénovation par Massimo Iosa Ghini (b). La nouvelle coque dissimule la structure en béton d’origine.

© photographe inconnu © Verdiana  Peron.

L’approbation du projet : les autorités publiques. L’autogrill de Soave (Vénétie)

  • 26 La Società per Azioni italienne est l’équivalent de la Société anonyme (SA) en France.

11Le projet de rénovation du pont-restaurant à Soave, réalisé en 1969 et appelé « Scaligera », a été élaboré en 2020 par Autogrill S.p.A.26, l’entreprise de services d’autoroute italienne la plus célèbre, avec le principe du « Design for all » à l’esprit. Les intérieurs ont été pensés pour rendre les différents espaces facilement identifiables et agréables. Les deux pavillons latéraux ont été agrandis et modifiés pour s’adapter aux changements de normes des espaces utilitaires et des services clients, tels que les sanitaires, les boutiques et les bars. Les deux escalators ont été placés à l’intérieur des bâtiments latéraux pour rendre plus facile l’accès à l’étage supérieur. Ce choix de conception a entraîné la démolition partielle de la façade principale et des toits. La structure aérienne a été rénovée. Les finitions et les systèmes d’installation ont été totalement remplacés. Les façades ont été complètement modifiées. Le pont-restaurant a été protégé par une nouvelle enveloppe en tuiles composé de panneaux d’aluminium perforé. Dans les pavillons latéraux, la plupart des baies vitrées ont été remplacées par un nouveau mur pour permettre de disposer les étagères des points de vente du rez-de-chaussée. Enfin, deux murs en béton ont été ajoutés aux extrémités des supports du pont, pour se conformer aux exigences antisismiques en vigueur.

  • 27 Le Permesso di costruire (Permis de construire) a été autorisé par le Consiglio comunale (Conseil m (...)
  • 28 COMUNE DI SOAVE, « Parere ai sensi dell’art. 3 comma 1 della L.R.V. 31 dicembre 2012, n. 55 per l’a (...)
  • 29 Pour une étude plus approfondie, voir L 241/1990, articles 14 and 14 bis.

12Cette étude de cas pourrait démontrer comment la multiplicité des autorités impliquées dans l’approbation du projet ne garantit pas un résultat différent dans les interventions de rénovation de ces bâtiments. Quant à « Scaligera », le MIC n’a pas pris part au processus, car le site n’est pas protégé par le Code. Néanmoins, le permis de construire a été autorisé par le conseil municipal, au lieu du directeur du bureau municipal responsable, car il n’aurait pas respecté les règlements d’urbanisme municipaux27. Par conséquent, tous les documents de l’intervention examinés pendant la réunion générale sont en libre accès sur le site internet de la municipalité28. En raison de la complexité du projet, la municipalité a dû s’associer à bien d’autres autorités avant la validation finale29. Comme il n’y avait pas de contraintes imposées par le Code, les questions de préservation et conservation n’ont pas été évoquées. Dans le compte rendu de la réunion municipale, l’agrandissement et le « restyling », comme ils l’ont appelé, ont été vus au contraire comme un catalyseur pour les activités de production locales. La réunion générale a reconnu le rôle crucial joué par ce projet dans le développement de l’économie locale. Cependant, la rénovation de ce bâtiment n’a pas suscité un grand intérêt de la part du grand public. Le projet n’a donc été soutenu ni par la presse locale et nationale ni par les revues d’architecture. De plus, il n’a reçu ni éloge du public ni critiques.

  • 30 Aux liens suivants, Google Street View permet de comparer la situation actuelle et la situation pré (...)

13Le projet de relooking et d’agrandissement [fig. 5b] a sérieusement porté atteinte aux caractéristiques de la conception architecturale de Bianchetti et a occasionné la perte des matériaux et des composants des bâtiments [fig. 5a]. Avant les dernières interventions, l’état de délabrement de certains éléments architecturaux était notable. Toutefois, malgré quelques modifications, l’aspect d’origine du bâtiment était encore très reconnaissable30. Quant aux pavillons latéraux, leurs anciennes façades étaient principalement caractérisées par la présence de deux niveaux de fenêtres vitrées placées à différentes profondeurs [fig. 6a]. Cette configuration donnait lieu à un jeu unique d’ombres et de reflets. De plus, le vitrage permettait de voir les intérieurs. Les espaces intérieurs et extérieurs étaient ainsi reliés de façon fluide. Enfin, quatre lanternes rehaussaient le sommet des bâtiments, tels des acrotères de la modernité. Le projet récent n’a pas pris en compte ces caractéristiques distinctives de la conception de Bianchetti. D’autre part, les façades latérales actuelles qui ont été modifiées manquent de qualités architecturales [fig. 6b]. Leur plâtre peint en gris foncé affiche uniquement le caractère durable de la rénovation, un aspect qui était aussi essentiel pour le projet de Novare. Par ailleurs, les lanternes n’ont finalement pas été conservées.

Figure 5

Figure 5

L’autogrill d’Angelo Bianchetti à Soave (Italie). Côté nord-est en janvier 2020, pendant les interventions (a) et en 2021, après la rénovation et l’agrandissement (b). La récente intervention a entraîné la perte des matériaux et des éléments de construction d’origine.

© Verdiana Peron.

Figure 6

Figure 6

Côté nord-ouest de l’autogrill d’Angelo Bianchetti à Soave (Italie), dans les années 1960, photographie conservée dans les archives J. J. Bianchetti à Como (a) et en 2021, après la rénovation et l’agrandissement (b). Les pavillons latéraux ont été considérablement transformés et manquent de qualités architecturales.

© photographe inconnu © Verdiana Peron.

14Un certain degré de transformation est acceptable dans les bâtiments d’autoroute. Il est dans leur nature même d’accueillir des fonctions en perpétuelle évolution, avec des exigences qui changent au cours du temps. Toutefois, la nouvelle enveloppe a été conçue en rupture totale avec les caractéristiques antérieures du bâtiment, comme pour l’autogrill de Novare. Les anciennes façades étaient tripartites [fig. 7a]. Les deux extrémités comprenaient des fenêtres étroites et un revêtement métallique avec des demi-pilastres. Le bâtiment aérien était soutenu par deux murs transversaux en béton qui affichaient une forme polyédrique sur les façades, comme s’ils avaient été encastrés dans la structure du pont. Tout comme les fenêtres des pavillons latéraux, les surfaces inclinées créaient une sorte de jeu d’ombres. Aussi, ces murs étaient détachés des pavillons latéraux pour permettre de voir le paysage à l’arrière. Le nouveau projet a complètement trahi la tripartition de l’ancienne façade [fig. 7b]. Par ailleurs, l’ancien revêtement a été malheureusement enlevé [fig. 5a]. Les nouveaux murs en béton, conçus pour répondre aux exigences de sécurité antisismique, ont été construits entre les supports et les pavillons latéraux [fig. 8b]. Ces nouveaux murs ont été placés exactement dans l’axe des extrémités polyédriques des supports, déformant ainsi complètement la perception d’origine des éléments structurants. Une esquisse d’Angelo Bianchetti [fig. 8a] montre combien ces murs polyédriques étaient un des traits distinctifs de sa conception architecturale, même si elle représente une proposition légèrement différente de ce qui fut finalement construit. Malgré cela, la nouvelle enveloppe a malheureusement masqué ces supports particuliers ainsi que l’ancienne façade.

Figure 7

Figure 7

L’autogrill d’Angelo Bianchetti à Soave (Italie) dans les années 1960, carte postale Pavesi conservée dans les archives J.J. Bianchetti à Como (a) et en 2021, après la rénovation (b). La façade principale est cachée par la nouvelle enveloppe. Deux escalators ont été placés pour faciliter l’accès à l’étage supérieur.

© photographe inconnu © Verdiana Peron.

Figure 8

Figure 8

L’autogrill d’Angelo Bianchetti à Soave (Italie), détail des supports en béton polyédrique. Croquis de l’architecte, années 1960, conservé dans les archives J.J. Bianchetti à Como (a), et état actuel, 2021, après la rénovation (b). Les supports sont cachés par la nouvelle coque et enfermés par des murs en béton.

© Angelo Bianchetti © Verdiana Peron.

La résonance des interventions : la presse et les usagers.

L’autogrill de Lainate (Lombardie)

  • 31 AUTOGRILL S.p.A., « Autogrill 1958: the rebirth of Villoresi Ovest: sustainability at the core of t (...)
  • 32 Au lien suivant, Google Street View permet de comparer la situation actuelle avec la situation préc (...)

15La dernière étude de cas concerne la reconstruction récente de l’autogrill de l’aire d’autoroute de Lainate, appelée « Villoresi Ovest » et créée en 1958. Après sa construction, il est rapidement devenu une icône italienne au niveau international en raison de sa publication dans le magazine Life International en 1960. La rénovation élaborée en 2020 par Andrea Langhi s’est basée sur des critères d’efficacité énergétique31. Cela a entraîné la démolition [fig. 9b] et la reconstruction du pavillon du restaurant [fig. 9c]. La structure en acier a été remplacée par une nouvelle. Le vitrage, qui avait été changé récemment, a été remplacé par des fenêtres à vitrage isolant avec films filtrant les UV32. Concernant les extérieurs, le projet comprenait des interventions de conservation pour la structure en acier aérienne, qui était l’élément clé du bâtiment original [fig. 9a].

Figure 9

Figure 9

L’autogrill d’Angelo Bianchetti à Lainate (Italie) dans les années 1960, photographie conservée dans les archives J.J. Bianchetti à Como (a). L’autogrill après la démolition en 2020, photo extraite de https://blog.urbanfile.org/​2020/​02/​29/​milano-lainate-lautogrill-villoresi-si-rifa-il-look/​2020-02-27-urbanfile-milano-lainate-dellautogrill-villoresi-ovest-4/​ (b). Et l’autogrill en 2021 (c). La structure aérienne en acier a été préservée.

© photographe inconnu © Urbanfile © Verdiana Peron.

  • 33 Au lien suivant, Foursquare permet d’analyser l’aménagement des intérieurs avant l’intervention : h (...)
  • 34 AUTOGRILL S.p.A., « WASCOFFEE®: giving coffee grounds a second life: from waste to innovative and s (...)

16Outre la reconstruction du bâtiment, le nouveau projet a interprété l’aménagement des intérieurs de manière diamétralement opposée par rapport à la situation précédente. Le lustre en cristal placé au centre du pavillon était une caractéristique importante du projet d’origine de l’aire de repos [fig. 10a]. Il éclairait le comptoir du bar jusqu’à récemment, et l’espace repas était situé autour de lui33. En même temps que la structure extérieure, l’entreprise a décidé de préserver et restaurer le lustre en tant que symbole de ce restaurant d’autoroute, mais l’emplacement du bar et de l’espace repas ont été inversés [fig. 10b]. Les intérieurs ont été conçus avec une attention particulière au développement durable et à l’innovation, comme dans les exemples précédents. Les trottoirs ont été réalisés avec des pavés en « céramique active », qui empêchent la formation de biofilms, tandis que le mobilier a été fabriqué en WASCOFFEE®, un matériau respectueux de l’environnement breveté par la société Autogrill et développé à partir des résidus du café vendu dans les restaurants de la chaîne34.

Figure 10

Figure 10

Intérieur de l’autogrill d’Angelo Bianchetti à Lainate (Italie), dans les années 1960, photographie conservée dans les archives J.J. Bianchetti à Como (a) et en 2021, après la reconstruction du bâtiment (b). Les positions du bar et de la salle à manger ont été inversées.

© photographe inconnu © Verdiana Peron.

  • 35 RICCI Giulia, « Lost icons of the 20th century: motorway service area by Angelo Bianchetti », Domus(...)
  • 36 SIMEONE Mario Francesco, « Demolito lo storico Autogrill Villoresi Ovest, simbolo di un’Italia che (...)
  • 37 Ibid., « Era uno dei simboli del Paese del boom economico e della promessa del benessere sociale, l (...)

17L’aire de repos a été partiellement démantelée, bien qu’elle ait été le bâtiment le plus documenté et apprécié des premiers restaurants d’autoroute. La revue italienne Domus rapporte à quel point l’aire de services d’autoroute a été « la station-service la plus emblématique de la période de boom économique italienne » et un vestige du « manifeste d’une architecture tournée vers l’avenir35 ». Le site en ligne Exibart a lourdement condamné la démolition du bâtiment, nous rappelant qu’il fut le symbole de l’esprit d’une époque, où les gens étaient fascinés par la thématique futuriste, et par conséquent par les voyages en voiture et leurs aires de repos, parce que cela représentait le progrès rapide36. De plus, il était un des emblèmes « de la promesse d’une prospérité sociale » et l’image du pari italien sur les autoroutes pour un meilleur avenir. Exibart a donc déclaré que le symbole tangible de cette histoire était définitivement perdu et que seule sa mémoire subsistait37.

  • 38 AUTOGRILL S.p.A., Post sur Facebook, 23 novembre 2020, [en ligne], https://www.facebook.com/Autogri (...)
  • 39 « Ricostruito il simbolo del boom economico di Milano: è rinato lo storico Autogrill sulla A8 », Mi (...)
  • 40 AUTOGRILL S.p.A., Post sur Facebook, 16 juillet 2020, [en ligne], https://www.facebook.com/Autogril (...)
  • 41 « Ecco il nuovo Autogrill di Villoresi Ovest sull’A8 a Lainate: le foto dell’iconica struttura », M (...)

18Nos recherches sur cette intervention soulignent que la récente attention positive accordée par les médias aux interventions sur le patrimoine des autoroutes pourrait être un autre facteur de risque pour les bâtiments qui seront rénovés dans le futur. « L’autogrill le plus photographié du monde est de retour, le plus instagrammable de tous les temps », a proclamé la société Autogrill38. Comme on peut l’observer, la communication met l’accent sur l’importance de l’image et son rôle dans la narration des interventions. D’autre part, le journal MilanoToday a noté que le bâtiment « renaissait » avec la « même » forme, « identique »39. Ces deux exemples témoignent du sentiment commun qu’étant donné que l’image du bâtiment a été restituée, on a considéré que le bâtiment avait également été restitué, même si ses matériaux d’origine ont été perdus. De ce fait, bien que l’aire de repos ait été reproduite avec des matériaux et éléments différents de ceux d’origine, la presse locale et nationale ainsi que les usagers ont très bien accueilli l’intervention. Toutefois, l’examen de termes spécifiques dans la presse et les réseaux sociaux montre qu’il y a eu une incompréhension générale. La société Autogrill a présenté son intervention en demandant aux gens si la « géométrie emblématique » du « légendaire » autogrill de Bianchetti était reconnaissable et en assurant qu’elle était de retour dans son « design original de 195840 ». Le nouveau design rappelle celui de Bianchetti, mais il ne peut être considéré en aucune façon original. De plus, le journal MilanoToday cité plus haut décrit l’intervention comme une ricostruzione conservativa (reconstruction conservatrice) « dans le respect total de la conception originale du bâtiment, avec une légère réinterprétation esthétique41 ». C’est toutefois une contradiction dans les termes puisqu’une intervention de reconstruction ne peut pas être considérée comme conservatrice, loin de là. C’est encore plus contradictoire s’il y a eu réinterprétation du design d’origine. 

  • 42 TAGLIABUE Francesca, « Effetto nostalgia: la nuova vita dello storico Autogrill Villoresi Ovest », (...)
  • 43 AUTOGRILL S.p.A., post sur Facebook, 16 juillet 2020. Voir la note de bas de page no 40. 

19Le Corriere della Sera a associé deux concepts différents du projet, celui de la conservation et celui des améliorations en matière d’économies d’énergie, qui pourraient être considérés comme antithétiques. L’ancien lustre « brille à nouveau » mais l’essence actuelle du bâtiment est « verte »42. La conformité aux exigences actuelles en matière d’efficacité énergétique a été un thème commun à la presse et à la narration de communication de l’entreprise. Autogrill a mis l’accent sur l’importance de la rénovation « afin de vivre avec son temps » et sur la nécessité d’une « attention importante au développement durable43 ».

  • 44 « Ecco il nuovo Autogrill di Villoresi Ovest sull’A8 a Lainate… », art. cit. « Anche oggi vogliamo (...)

20Enfin, la société a rappelé combien le bâtiment Pavesi était un symbole de renaissance et de modernité pour le pays. Pour cette raison, elle a appelé l’aire d’autoroute « Autogrill 1958 ». De la même manière que l’aire de repos de Novare, gérée par Chef Express, la société Autogrill a utilisé ce passé glorieux comme thème principal de sa narration. L’espoir de la société est que le bâtiment rénové pourra représenter « un pont symbolique entre passé et futur, un signal tangible de la volonté de redémarrage de l’Italie44 ». L’entreprise ainsi que les usagers pensent que la reconstruction du monument est une lueur d’espoir, étant donné la période de crise due à la Covid-19.

Préserver l’architecture d’autoroute 

  • 45 DE JONGE Wessel, « Sustainable renewal of the everyday modern », Journal of Architectural Conservat (...)

21Notre étude a été conçue pour examiner les liens entre la reconnaissance de la valeur culturelle de l’architecture de l’autoroute et les pratiques opérationnelles qui en découlent. Cette recherche démontre à quel point ces symboles exemplaires qui, autrefois, annonçaient le futur constituent aujourd’hui un patrimoine en danger, en raison du manque de protection légale. Par ailleurs, ce patrimoine peut être considéré comme un « manifeste d’incompréhension ». Le manque de compréhension de l’identité de ces bâtiments est un signe annonciateur de leur perte. C’est pourquoi, même s’ils posent des problèmes importants à cause de la détérioration de leurs matériaux, ils courent le risque de disparaître principalement parce que les projets actuels répondent uniquement aux exigences de communication et de réglementation et ne prennent pas en compte l’identité et les qualités d’un tel patrimoine. Ces bâtiments sont considérés comme obsolètes en raison de leur esthétique et de leurs performances énergétiques. « Les exigences de plus en plus strictes ont rendu beaucoup de bâtiments de l’ère moderne dépassés et obsolètes – même s’ils sont toujours performants selon leur cahier des charges d’origine. Cela laisse le champ libre à la démolition […]45 ». Nous voyons bien ainsi comment la transition écologique, économique et sociale actuelle joue un rôle décisif dans ces interventions récurrentes. Pour cette raison, la recherche qui contribue à des stratégies en faveur de la préservation d’un tel patrimoine semble d’autant plus essentielle.

22Préserver l’architecture d’autoroute signifie préserver une innovation en matière de conception, résultant de l’importance donnée par l’ère moderne au voyage. Ces constructions nous ont laissé un patrimoine immatériel, c’est-à-dire une ambition de la modernité qui est toujours présente et puissante. Bien que cette étude soit basée sur un petit échantillon d’études de cas, elle indique que la valeur relationnelle de ces bâtiments est de plus en plus reconnue, à la fois par les usagers et les entreprises exploitantes. L’entreprise Chef Express a déclaré que le but de la rénovation, à Novare, était de « redonner à ce lieu l’importance qu’il mérite dans l’esprit des voyageurs […] et de l’accompagner vers le futur sans dénaturer sa valeur historique »46. En réalité, la reconnaissance des valeurs culturelles de ces bâtiments ne concerne actuellement que les aspects immatériels, plutôt que leurs qualités de conception et de matériaux (valeur intrinsèque). Le patrimoine des autoroutes doit par conséquent s’attaquer au risque des dénaturations et à celui des reproductions totales. Ces types d’interventions reflètent une contre-tendance si on les compare aux approches réfléchies définies dans le document de l’Icomos Madrid-New Delhi sur la conservation du patrimoine culturel du xxsiècle (201747). L’importance culturelle de ces bâtiments pionniers n’a été reconnue que partiellement, et seulement comme un moyen de valoriser les arguments marketing des entreprises.

  • 48 CACCIA GHERARDINI Susanna, Tutela e restauro delle stazioni di servizio = Preservation and restorat (...)

23La reconnaissance de l’importance du paysage des autoroutes « nous amène à mieux saisir la nécessité d’un projet qui protègera et donnera à notre patrimoine d’architecture routière la valeur qu’il mérite »48. Afin d’encourager des interventions mûrement réfléchies sur ces bâtiments, de nouvelles études devront examiner leurs valeurs intrinsèques, en élargissant les connaissances sur leur conception et processus de transformation et en identifiant les qualités qui doivent être préservées. Par conséquent, la stratégie de préservation de l’architecture d’autoroute commence par la recherche et la diffusion de ses valeurs culturelles. 

Haut de page

Notes

1 CARUGHI Ugo, « La tutela del patrimonio architettonico italiano del novecento », Recupero e conservazione, no 145, 2018, p. 57-63, disponible en ligne, https://www.recmagazine.it/magazine/145.html [lien valide en février 2023].

2 Le Codice dei beni culturali e del paesaggio, Dlgs (Décret législatif) 42/2004, établit toutes les réglementations italiennes sur la préservation, la conservation, la valorisation, les interventions sur le patrimoine culturel et les paysages. Dans cet article, le terme « Code » sera utilisé uniquement pour faire référence à cette loi. Dans ses articles 10 et 11, le Code désigne différents types de patrimoine culturel, en les différenciant en fonction du type d’objet/bâtiment et de sa propriété. Le Ministero della Cultura (ministère de la Culture), abrégé en « MIC », est chargé de la protection du patrimoine culturel.

3 Une valeur intrinsèque est une qualité qui réside dans un objet/bâtiment donné en lui-même. Le Code identifie différents types de valeurs : artistique, historique, archéologique et ethno-anthropologique. Pour une recherche plus approfondie, voir Dlgs 42/2004, article 10, paragraphes 1 et 3, lettre a.

4 CARUGHI Ugo, « Architettura del ‘900 a rischio/1: le modifiche al Codice dei beni culturali e le sue ricadute », Il giornale dell’architettura.com, 2017, [en ligne], https://ilgiornaledellarchitettura.com/2017/09/20/architettura-del-900-a-rischio1-le-modifiche-al-codice-dei-beni-culturali-e-le-sue-ricadute/ [lien valide en février 2023].

5 La Dichiarazione di interesse culturale du MIC détermine la présence d’un intérêt culturel dans un objet/bâtiment donné. Le délai est réglementé par la même loi, en fonction du type d’objet/bâtiment et de sa propriété. La déclaration est obligatoire avant qu’un bâtiment privé puisse être protégé en tant que patrimoine. Quant aux bâtiments publics, ils sont directement protégés par la loi après un délai de soixante-dix ans à compter de leur construction, mais le Ministère peut vérifier s’il y a un intérêt culturel au moyen de la Verifica dell’interesse culturale (vérification d’intérêt culturel) et éventuellement procéder à l’inscription d’office. Pour une étude plus approfondie, voir Dlgs 42/2004, article 10, paragraphe 5, et articles 12 et 13.

6 CARUGHI Ugo & VISONE Massimo (dir.), Time Frames: Conservation Policies for twentieth-century Architectural Heritage, Londres, New York, Routledge, 2017.

7 La valeur relationnelle renvoie au lien d’un objet/bâtiment donné à l’histoire politique, militaire, littéraire, artistique, scientifique, technologique, industrielle et culturelle. Le MIC peut aussi juger de sa capacité à témoigner des identités et histoires des institutions publiques, collectives et religieuses. Pour une étude plus approfondie, voir Dlgs 42/2004, article 10, paragraphe 3, lettre d.

8 CARUGHI Ugo, « La tutela del patrimonio architettonico italiano del novecento », art. cit., ici p. 62, disponible en ligne, https://www.recmagazine.it/magazine/145.html [lien valide en février 2023].

9 L (Loi) 120/2020, article 55-bis, Semplificazioni per interventi su impianti sportivi (Simplifications des interventions sur les équipements sportifs).

10 CARUGHI Ugo, « Per demolire e ricostruire si comincia dal Codice dei beni culturali e del paesaggio : poi toccherà agli impianti sportivi », Recupero e conservazione, no 160, 2020, p. 84-85, disponible en ligne, https://www.recmagazine.it/magazine/160.html [lien valide en février 2023] ; Id., « La tutela disinvolta », Il giornale dell’architettura.com, 2020, [en ligne], https://partnership.ilgiornaledellarchitettura.com/2019/06/13/la-tutela-disinvolta/ [lien valide en février 2023] ; Id., « Non svincoliamo gli stadi dalla tutela », Il giornale dell’architettura.com, 2020, [en ligne], https://partnership.ilgiornaledellarchitettura.com/2019/06/09/non-svincoliamo-gli-stadi-dalla-tutela-2/ [lien valide en février 2023].

11 L 633/1941, Protezione del diritto d’autore e di altri diritti connessi al suo esercizio (Protection du droit d’auteur et autres droits relatifs à ce domaine).

12 CARUGHI Ugo, « Tutela innovativa per il novecento », Recupero e conservazione, no 157, 2020, p. 70-73, ici p. 71, disponible en ligne, https://www.recmagazine.it/magazine/157.html [lien valide en février 2023] ; PICCHIONE Maria Giulia, « La tutela delle opere di architettura contemporanea », L’Architetto italiano, no 4, 2004, p. 44-46, ici p. 45.

13 TRASPORTI & CULTURA, Architetture lungo le autostrade, 2020, no 58, disponible en ligne, https://issuu.com/trasportiecultura/docs/t_c.58.architetture_autostrade_compressed [lien valide en février 2023].

14 MENDUNI Enrico, L’Autostrada del Sole, Bologne, Il Mulino, coll. « L’Identità italiana », 1999.

15 GRECO Laura, Architetture autostradali in Italia. Progetto e costruzione negli edifici per l’assistenza ai viaggiatori, Rome, Gangemi, 2010.

16 Comme le nom autogrill est emprunté à une langue étrangère, en italien, la forme plurielle reste la même que celle du singulier. Par conséquent, dans cet article, le terme autogrill désigne aussi bien les formes du singulier que du pluriel. L’équivalent français est « restoroute ».

17 BENETTI Alessandro, « The bridge-type autogrill, infrastructure and icon of the Italian highways », Domus, 2020, [en ligne], https://www.domusweb.it/en/architecture/2020/07/27/infrastructures-and-icons-the-bridge-type-autogrill-by-angelo-bianchetti-and-mario-pavesi.html [lien valide en février 2023].

18 Concernant le recensement national, le MIC a identifié les aires de repos suivantes : Bagno a Ripoli (A1, FI), Cantagallo (A1, BO), Fiano Romano (A1, RM), Fiorenzuola d’Arda (A1, PC), Frascati (A1, RM), Mestre (A57, VE), Padoue (A4), Ronco Scrivia (A7, GE), Serravalle Pistoiese (A11, PT), Varazze (A10, SV). La région de la Lombardie a aussi inclus l’aire de repos de Dorno (A7, PV) dans son recensement régional. Pour une étude plus approfondie, voir http://architetturecontemporanee.beniculturali.it/architetture/index.php and https://www.lombardiabeniculturali.it/architetture/schede/3m080-00086/?view=luoghi&offset=0&hid=8.349&sort=sort_int [lien valide en février 2023]. Vous trouverez les bâtiments protégés par le Code à l’adresse suivante : http://vincoliinrete.beniculturali.it/VincoliInRete/vir/utente/login [lien valide en février 2023].

19 Le bâtiment de Ronco Scrivia a été protégé (Dlgs 42/2004, article 10, paragraphe 3, lettre a) parce qu’il a été considéré comme un témoin de la période de boom économique et parce que les usagers y sont attachés. La station d’essence de Mestre a été protégée (Dlgs 42/2004, article 10, paragraphe 3, lettre d) parce qu’elle est un témoin de l’histoire de la compagnie pétrolière publique AGIP. De plus, elle témoigne de l’histoire de l’architecture, car elle constitue un exemple d’expérimentation avec des éléments standardisés à la fin des années 1960.

20 DPR (Décret présidentiel) 380/2001. La loi réglemente les interventions sur les nouvelles constructions ou sur des bâtiments existants.

21 PERON Verdiana, « (Mega)structures’ Resilience: Italian Motorway Bridge-restaurants between global/local Modernism », in TOSTOES Anna & YAMANA Yoshiyuki (éd.), Inheritable Resilience. Sharing Values of global Modernities, Actes de la 16e IDC Tokyo 2020+1, Lisbonne-Tokyo, 29 août – 2 septembre 2021, Docomomo International/Docomomo Japan, 2021, vol. 3, p. 1040-1045 ; DI RESTA Sara & PERON Verdiana, « Conservation issues of exposed reinforce concrete in the Italian motorway bridge-restaurants of the late 20th century », in LA MANTIA Emanuele (éd.), Maintenance Criteria of Existing and New Design Buildings in the 21st Century, Proceedings of the International Congress Concrete 2021, Venise Mestre, 11-12 mai 2022, Campobasso, Università degli Studi del Molise, p. 145-154.

22 ROMANO Giuseppe, Novara : la prima area di ristoro autostradale : storia, abitudini, architetture della sosta in viaggio dal grill Pavesi a Chef express, Milan, Angeli, 2017, p. 87-112.

23 Au lien ci-après, Google Street View permet de comparer la situation actuelle et la situation précédente : https://goo.gl/maps/3HxdYqJXnMWKpDEFA [lien valide en février 2023].

24 ROMANO Giuseppe, Novara : la prima area di ristoro autostradale, op. cit., p. 99.

25 PERON Verdiana, « (Mega)structures’ Resilience… », art. cit. ; DI RESTA Sara & PERON Verdiana, « Conservation issues of exposed reinforce concrete… », art. cit.

26 La Società per Azioni italienne est l’équivalent de la Société anonyme (SA) en France.

27 Le Permesso di costruire (Permis de construire) a été autorisé par le Consiglio comunale (Conseil municipal) comme l’exige la LRV (Loi de la région Vénétie) 55/2012, article 3. Pour de plus amples détails, voir DPR 160/2010, article 7 et DPR 380/2001, articles 12, 13, et 14.

28 COMUNE DI SOAVE, « Parere ai sensi dell’art. 3 comma 1 della L.R.V. 31 dicembre 2012, n. 55 per l’ampliamento di un fabbricato produttivo in deroga allo strumento urbanistico generale. Pratica SUAP numero 02538160033-19022019-1603 - Società AUTOGRILL ITALIA S.P.A. », 2019, [en ligne], https://www.comunesoave.it/c023081/zf/index.php/atti-amministrativi/delibere/dettaglio/atto/G1XpFd0T6Zz0-A [lien valide en février 2023].

29 Pour une étude plus approfondie, voir L 241/1990, articles 14 and 14 bis.

30 Aux liens suivants, Google Street View permet de comparer la situation actuelle et la situation précédente : https://goo.gl/maps/L3C3f8ZTNncKwz6Q7 ; https://goo.gl/maps/DMzwNhjqP7Agq6mz6, https://goo.gl/maps/VD8S752UewSXFyQu7 ; https://goo.gl/maps/S4UYsHBzLkRtJmh56 [liens valides en février 2023].

31 AUTOGRILL S.p.A., « Autogrill 1958: the rebirth of Villoresi Ovest: sustainability at the core of the renovation of the iconic Autogrill that symbolized the economic boom », 2020, [en ligne], https://www.autogrill.com/en/stories/rebirth-villoresi-ovest [lien valide en février 2023].

32 Au lien suivant, Google Street View permet de comparer la situation actuelle avec la situation précédente : https://goo.gl/maps/jedgYjTTuECP5AYRA [lien valide en février 2023].

33 Au lien suivant, Foursquare permet d’analyser l’aménagement des intérieurs avant l’intervention : https://fastly.4sqi.net/img/general/width960/5536341_5UNW91JYXZ53cjNW6uUYoW6tNeEMKn1OOuaVM3aACTE.jpg [lien valide en février 2023].

34 AUTOGRILL S.p.A., « WASCOFFEE®: giving coffee grounds a second life: from waste to innovative and sustainable furnishing », 2019, [en ligne], https://www.autogrill.com/en/stories/wascoffeer-giving-coffee-grounds-second-life [lien valide en février 2023].

35 RICCI Giulia, « Lost icons of the 20th century: motorway service area by Angelo Bianchetti », Domus, 2020, [en ligne], https://www.domusweb.it/en/news/gallery/2020/07/01/lost-icons-of-the-economic-boom-lainate-motorway-service-area-has-been-demolished-pavesi-angelo-bianchetti.html [lien valide en février 2023]. Version originale italienne : « La struttura […] è stata parzialmente demolita: rimangono in piedi i tre archi autoportanti, manifesto di un’architettura avveniristica. Lungo l’Autostrada dei Laghi […] fu inaugurato nel 1958 quello che probabilmente è fra gli autogrill più iconici del periodo del boom economico italiano. »

36 SIMEONE Mario Francesco, « Demolito lo storico Autogrill Villoresi Ovest, simbolo di un’Italia che non c’è più », Exibart, 2020, [en ligne], https://www.exibart.com/architettura/demolito-lo-storico-autogrill-villoresi-ovest-simbolo-di-unitalia-che-non-c-e-piu/ [lien valide en février 2023] : « simbolo spregiudicato dello spirito del tempo, caratterizzato dalla fascinazione per il tema di futuristica memoria della velocità del progresso e, quindi, al viaggio in automobile e alle sue soste. »

37 Ibid., « Era uno dei simboli del Paese del boom economico e della promessa del benessere sociale, l’immagine della nuova Italia che correva veloce sulla scommessa delle sue strade asfaltate, lunghe e dritte e con i guardrail catarifrangenti. E adesso non c’è più, di quella storia non sono rimasti che molte fotografie, diversi ricordi malinconici e le macerie dell’Autogrill Villoresi Ovest […] ».

38 AUTOGRILL S.p.A., Post sur Facebook, 23 novembre 2020, [en ligne], https://www.facebook.com/AutogrillOfficial [lien valide en février 2023]. « L’Autogrill più fotografato del mondo è tornato, più instaggrammabile che mai! »

39 « Ricostruito il simbolo del boom economico di Milano: è rinato lo storico Autogrill sulla A8 », Milanotoday, 2020 [en ligne], https://www.milanotoday.it/economia/nuovo-autogrill-autolaghi.html [lien valide en février 2023]. « Ora è rinato. E la forma è la stessa. Identica. »

40 AUTOGRILL S.p.A., Post sur Facebook, 16 juillet 2020, [en ligne], https://www.facebook.com/AutogrillOfficial [lien valide en février 2023]. « Riconoscete la geometricità iconica dell’architetto Bianchetti? È il mitico Villoresi Ovest! Ci stiamo rinnovando per essere al passo coi tempi ma non abbiamo nessuna intenzione di andarcene; torneremo con il design originale del 1958 e con una grande attenzione alla sostenibilità, sia dentro che fuori la struttura. »

41 « Ecco il nuovo Autogrill di Villoresi Ovest sull’A8 a Lainate: le foto dell’iconica struttura », MilanoToday, 2020 [en ligne], https://www.milanotoday.it/attualita/autogrill-lainate-villoresi.html [lien valide en mai 2022]. La traduction est de l’auteure. « Un importante intervento di ricostruzione conservativa […] è stata condotta nel pieno rispetto del design originale dell’edificio, con una leggera rivisitazione estetica […] ».

42 TAGLIABUE Francesca, « Effetto nostalgia: la nuova vita dello storico Autogrill Villoresi Ovest », Corriere della sera, 2021 [en ligne], https://living.corriere.it/tendenze/architettura/effetto-nostalgia-la-nuova-vita-dello-storico-autogrill-villoresi-ovest/ [lien valide en février 2023]. « Il vecchio chandelier torna a brillare ma l’anima dell’edificio ora è green. »

43 AUTOGRILL S.p.A., post sur Facebook, 16 juillet 2020. Voir la note de bas de page no 40. 

44 « Ecco il nuovo Autogrill di Villoresi Ovest sull’A8 a Lainate… », art. cit. « Anche oggi vogliamo che il locale rinnovato rappresenti un ponte simbolico tra passato e futuro, un segnale tangibile della volontà di ripartire dell’Italia, e di tutti noi, in questo momento complesso ». L’extrait fait partie d’un entretien avec Gianmario Tondato, PDG d’Autogrill.

45 DE JONGE Wessel, « Sustainable renewal of the everyday modern », Journal of Architectural Conservation, vol. 23, nos 1-2, 2017, p. 62-105, ici p. 62, disponible en ligne, https://doi.org/10.1080/13556207.2017.1326555 [lien valide en février 2023]. La traduction est de l’auteure.

46 PONTE DI NOVARA, « Sul ponte sale Chef Express: il futuro è presente », 2017, [en ligne], https://pontenovara.chefexpress.it/la-storia-del-ponte/ [lien valide en février 2023] : « per ri-conferire a questo luogo l’importanza che merita nella mente dei viaggiatori […] e per accompagnarlo nel futuro senza stravolgere il suo valore storico. »

47 http://www.icomos-isc20c.org/madrid-document/ [lien valide en février 2023].

48 CACCIA GHERARDINI Susanna, Tutela e restauro delle stazioni di servizio = Preservation and restoration of service stations, Milan, Angeli, 2012. La traduction est de l’auteure.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Plan du réseau autoroutier italien, études de cas sélectionnées, 2020.
Crédits © Verdiana Peron.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Figure 2
Légende L’autogrill d’Angelo Bianchetti à Ronco Scrivia, 2018 (a) et la station-service de Costantino Dardi à Mestre (Italie), 2021 (b).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Titre Figure 3
Légende Intérieur de l’autogrill d’Angelo Bianchetti à Novara (Italie) dans les années 1960, carte postale Pavesi conservée dans les archives J. J. Bianchetti à Como (a). Le même intérieur en 2020 (b).
Crédits © photographe inconnu © Verdiana Peron.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Figure 4
Légende L’autogrill d’Angelo Bianchetti à Novara (Italie), dans les années 1960, carte postale Pavesi conservée dans les archives J.J. Bianchetti à Como (a). L’autogrill en 2020 après la rénovation par Massimo Iosa Ghini (b). La nouvelle coque dissimule la structure en béton d’origine.
Crédits © photographe inconnu © Verdiana  Peron.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37360/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Figure 5
Légende L’autogrill d’Angelo Bianchetti à Soave (Italie). Côté nord-est en janvier 2020, pendant les interventions (a) et en 2021, après la rénovation et l’agrandissement (b). La récente intervention a entraîné la perte des matériaux et des éléments de construction d’origine.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37360/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Figure 6
Légende Côté nord-ouest de l’autogrill d’Angelo Bianchetti à Soave (Italie), dans les années 1960, photographie conservée dans les archives J. J. Bianchetti à Como (a) et en 2021, après la rénovation et l’agrandissement (b). Les pavillons latéraux ont été considérablement transformés et manquent de qualités architecturales.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37360/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Figure 7
Légende L’autogrill d’Angelo Bianchetti à Soave (Italie) dans les années 1960, carte postale Pavesi conservée dans les archives J.J. Bianchetti à Como (a) et en 2021, après la rénovation (b). La façade principale est cachée par la nouvelle enveloppe. Deux escalators ont été placés pour faciliter l’accès à l’étage supérieur.
Crédits © photographe inconnu © Verdiana Peron.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37360/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Figure 8
Légende L’autogrill d’Angelo Bianchetti à Soave (Italie), détail des supports en béton polyédrique. Croquis de l’architecte, années 1960, conservé dans les archives J.J. Bianchetti à Como (a), et état actuel, 2021, après la rénovation (b). Les supports sont cachés par la nouvelle coque et enfermés par des murs en béton.
Crédits © Angelo Bianchetti © Verdiana Peron.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37360/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Figure 9
Légende L’autogrill d’Angelo Bianchetti à Lainate (Italie) dans les années 1960, photographie conservée dans les archives J.J. Bianchetti à Como (a). L’autogrill après la démolition en 2020, photo extraite de https://blog.urbanfile.org/​2020/​02/​29/​milano-lainate-lautogrill-villoresi-si-rifa-il-look/​2020-02-27-urbanfile-milano-lainate-dellautogrill-villoresi-ovest-4/​ (b). Et l’autogrill en 2021 (c). La structure aérienne en acier a été préservée.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37360/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Figure 10
Légende Intérieur de l’autogrill d’Angelo Bianchetti à Lainate (Italie), dans les années 1960, photographie conservée dans les archives J.J. Bianchetti à Como (a) et en 2021, après la reconstruction du bâtiment (b). Les positions du bar et de la salle à manger ont été inversées.
Crédits © photographe inconnu © Verdiana Peron.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37360/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Verdiana Peron, « Architectures d’autoroutes »In Situ [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le , consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/insitu/37360 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.37360

Haut de page

Auteur

Verdiana Peron

Doctorante en préservation du patrimoine architectural, département d’Architecture et d’Études urbanistiques DASTU, Politecnico di Milano, Milan, Italie

verdiana.peron@polimi.it

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search