Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Des projets, leurs vicissitudesConstruire l’Europe à Strasbourg,...

Des projets, leurs vicissitudes

Construire l’Europe à Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles : valeurs symboliques et potentiel architectural des institutions européennes

Building Europe in Strasbourg, Luxembourg and Brussels: The Symbolic Values and architectural Potential of European Institutions
Gauthier Bolle

Résumés

Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles se partagent l’accueil des institutions européennes depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale en proposant la construction d’édifices dédiés. Une ambition architecturale émerge, tentant de faire face aux besoins quantitatifs des institutions puis progressivement, à la volonté, plus ou moins affirmée, d’une expression symbolique.

Les architectes aspirent à produire une image à la fois moderne et solennelle des institutions dans des contextes de production différents selon les sites. Ainsi, des édifices puisant dans le vocabulaire du Mouvement moderne constituent les premiers symboles de l’Europe en construction mais aussi les noyaux concrets de l’urbanisation de « quartiers européens ». Ce patrimoine « paradoxal » à bien des égards a été abordé de manière très différente selon les trois sites : alors qu’il a plutôt été valorisé et maintenu en France, il a été réinventé ou effacé à Luxembourg et Bruxelles. Les évolutions institutionnelles, la compétition entre les États et les villes visant à obtenir le statut de siège unique et le phénomène de « retour à la ville » de ces quartiers amorcé dans les années 1980 ont fortement nourri ces processus. Cette contribution, fondée sur l’exploitation des archives des institutions et des villes, analyse l’évolution – architecturale et urbaine – des premiers symboles architecturaux européens en mettant en lumière les forces et les limites de ce patrimoine afin d’éclairer l’héritage qu’ils ont pu constituer au fil du temps. Chacun des trois sites est successivement abordé au gré des jalons marquants de son évolution, révélant des logiques parallèles mais aussi un certain nombre de singularités.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 HEIN Carola, « Une capitale européenne polycentrique et opportuniste. Un nouveau paradigme pour la (...)
  • 2 Voir BOLLE Gauthier, « L’architecture du quartier européen à Strasbourg depuis 1949 : enjeux locaux (...)
  • 3 L’expression est empruntée à celle forgée par Emmanuel Amougou pour évoquer les grands ensembles. A (...)
  • 4 Cette recherche est issue du mémoire inédit d’un dossier d’habilitation à diriger des recherches, s (...)

1Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles se partagent l’accueil des institutions européennes, dessinant ainsi les contours d’une capitale polycentrique1. Si le statu quo dans la question du choix d’un siège unique pour les organes naissants est plusieurs fois réaffirmé, ces villes construisent, au fil du temps, des locaux, afin d’absorber l’essor institutionnel, selon des contextes de production sensiblement différents. Ainsi, des édifices nouveaux, tentant d’offrir une image moderne et solennelle, deviennent les noyaux de l’urbanisation de « quartiers européens »2. Enfin, depuis les années 1980 s’amorce le « retour à la ville » de ces quartiers souvent monofonctionnels ou autonomes : ce processus, conjugué aux évolutions institutionnelles, amène les architectes à évaluer la valeur, la potentialité des premiers palais européens et à en engager la transformation. Ce patrimoine, « paradoxal3 » à bien des égards, a été géré de manière disparate : plutôt préservé en France, il a été effacé, réinventé et complété au Luxembourg et à Bruxelles. Cette contribution, fondée sur l’exploitation des archives des institutions et des villes4, analyse la conception et l’évolution des premiers symboles architecturaux européens, étapes significatives de la transformation de ces quartiers, afin d’interroger l’héritage qu’ils ont pu constituer au fil du temps.

L’expansion du Conseil de l’Europe à Strasbourg, promoteur d’une expression architecturale symbolique

Discrétion et élégance sous l’égide de Bertrand Monnet (1950-1966)

2En mai 1949, la capitale alsacienne est désignée siège du Conseil de l’Europe (CdE), nouvelle institution internationale regroupant alors dix pays. Dès l’année suivante, la Ville lui propose un vaste édifice réputé « semi-provisoire », construit en quelques mois par Bertrand Monnet5, architecte en chef des monuments historiques, à proximité du parc de l’Orangerie créé au xviiie siècle sur des terrains libres dédiés à des activités sportives6. Ce premier édifice, la maison de l’Europe, évoquant l’architecture scolaire de ces années de Reconstruction, constitue l’amorce de ce quartier : il est d’ailleurs maintenu bien plus longtemps qu’envisagé initialement. La présence d’un hémicycle non national y favorise la tenue, en plus des sessions du CdE, dès 1952, des assemblées de la naissante Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), selon un choix réputé provisoire, mais qui assoit en réalité durablement la vocation parlementaire de Strasbourg.

  • 7 « Maison de l’Europe par B. Monnet », L’Architecture française, juillet 1956, p. 167-168.

3Si Monnet étend plusieurs fois ce noyau primitif7, il faut attendre les années 1960 pour qu’une première affirmation pérenne se distingue de cette esthétique économique et rationnelle. En effet, en 1961, le Conseil de l’Europe et la Ville planifient la construction d’une bâtisse destinée à accueillir deux instances nouvelles émanant du CdE : la Commission européenne et la Cour européenne des droits de l’homme. Bâti entre 1963 et 1966 par Monnet, avec le concours des architectes Françoise Papillard (1920-) et Pierre Apprill (1925-2007), ce premier palais des Droits de l’homme offre une surface de 3 200 m2. Ce prisme de trois niveaux, austère et massif, matérialise plus nettement que les bâtiments précédents l’importance de sa fonction, en empruntant à l’esthétique de l’œuvre indienne de Le Corbusier. Habillé de pierre à l’extérieur et de bois précieux à l’intérieur, il est conçu selon un plan carré autour d’un patio central. La solennité du programme transparaît par le soin apporté au dessin du hall et au parcours vers les salles d’audience, positionnées à l’étage et protégées par d’élégants brise-soleil. En associant les formes modernes des années 1950 à la noblesse des matériaux naturels, Monnet souligne le caractère palatial de l’édifice. Rapidement étendu par un petit bâtiment préfabriqué de deux niveaux au nord, l’intégrité de ses structures et de son décor a été préservée jusqu’à nos jours, en dépit du changement d’affectation intervenu après la construction de la nouvelle Cour européenne des droits de l’homme en 1995, le palais devenant ainsi une simple bibliothèque. Ses qualités architecturales ont d’ailleurs été reconnues en 2004 par l’attribution du label « Patrimoine du xxe siècle » [fig. 1 et 2].

Figure 1

Figure 1

Façade sud-ouest du premier palais des Droits de l’homme (Strasbourg, France), Bertrand Monnet avec Françoise Papillard et Pierre Apprill architectes (1963), 2018. L’édifice est conçu pour abriter la Commission européenne des droits de l’homme et la Cour européenne des droits de l’homme créées en 1954 et 1959.

© Gauthier Bolle.

Figure 2

Figure 2

L’intégrité des décors et aménagements intérieurs du premier palais des Droits de l’homme (Strasbourg, France) a été préservée jusqu’ici. Bertrand Monnet avec Françoise Papillard et Pierre Apprill architectes (1963), 2018.

© Gauthier Bolle.

La monumentalité moderne et expressive du palais de l’Europe (1965-1977)

  • 8 Lettre de Henry Bernard à Michel de Camaret, représentant permanent de la France auprès du Conseil (...)
  • 9 BERNARD Henry, « Val-d’Oise : une préfecture aux champs », La Construction moderne, février 1970, n(...)
  • 10 BERNARD Henry, « Le Palais de l’Europe », Saisons d’Alsace, no 60, 1976, p. 84-88.
  • 11 Rapport de M. le Vice-Président Adams, au nom du Collège des Questeurs, au sujet des délibérations (...)

4Cette troisième intervention constitue en tous cas une première et subtile affirmation architecturale, qui revêt un caractère pérenne : le Conseil de l’Europe développe assez tôt une ambition pour ses locaux, puisque le statut de son siège est plus clair que celui des communautés européennes naissantes. Cette volonté est manifeste lors de la reconstruction totale de la première maison de l’Europe, selon un processus qui s’avère cette fois très long, s’étalant sur plus de dix ans. Dès 1965, entre en scène l’architecte Henry Bernard (1912-1994), Grand Prix de Rome 1938, inspecteur des Bâtiments civils et Palais nationaux, désigné par l’État au sein d’un comité d’experts pour réfléchir à l’avenir des locaux du Conseil de l’Europe. Mis à part le récent édifice de Monnet, tout est à reconsidérer selon ce comité ad hoc, dont les travaux aboutissent à la désignation de Bernard comme architecte8. Après avoir travaillé à des esquisses étalées dans le site afin de l’harmoniser, Bernard définit, pour des raisons économiques, un projet plus ramassé permettant le maintien en fonction, le temps du chantier, de la première maison de l’Europe. À l’instar de la préfecture du Val-d’Oise, à Cergy-Pontoise9, l’architecte opte pour une volumétrie rigide : neuf niveaux constituent le volume élevé sur un plan carré de 110 mètres de côté. L’esthétique rigoureuse est infléchie par les éléments courbes de la charpente couvrant l’hémicycle, qui trouvent leurs appuis dans le grand hall d’accueil. La plastique et la monumentalité du projet, empreintes d’une culture Beaux-Arts, sont renforcées par un socle en retrait (les niveaux de stationnement) sur lequel repose un volume dont les façades sont inclinées vers le haut, comme si l’édifice constituait la base d’une gigantesque pyramide inachevée. La salle du comité des ministres, à l’angle sud de l’édifice, occupe une rotonde en encorbellement qui annonce, en façade, les formes courbes de la salle d’assemblée, invisible depuis la rue. Pour l’architecte qui assume cette dualité, l’édifice affirme « par la musculature de sa plastique extérieure, que l’union fait la force, tout en manifestant, par son ambiance intérieure souriante et sereine, où dominent les courbes, l’ambiance de cordialité confiante nécessaire à la libre confrontation des idées10 ». L’inauguration de cet édifice, en 1977, entraîne la démolition de la toute première maison de l’Europe, dont l’emplacement devient un généreux parvis d’accès planté, prolongeant les parterres de l’Orangerie. Ce second jalon écrase et camoufle, étant donné sa masse imposante, le discret palais de Monnet. Il accueille dès lors les instances du Conseil de l’Europe, mais aussi les sessions parlementaires européennes jusqu’en 1999. Ainsi, son hémicycle, comprenant 400 places au départ, doit-il s’adapter aux évolutions institutionnelles, en juin 1978, pour l’ajuster aux besoins du nouveau Parlement élu11, puis au début des années 1980, dans la perspective de l’adhésion de nouveaux pays à la Communauté économique européenne (CEE). Henry Bernard est à chaque fois consulté et démontre les potentialités d’évolution rapide de son propre projet. L’édifice, bien préservé et entretenu jusqu’à nos jours, poursuit son existence au service du Conseil de l’Europe. D’autres édifices complémentaires ont été livrés au fil des années 2000 mais de l’autre côté du Canal, au nord du site, sans altérer son esthétique massive et expressive [fig. 3 et 4].

Figure 3

Figure 3

Façade sud-ouest du palais de l’Europe (Strasbourg, France), Henry Bernard architecte, François Debever et Patrick d’Hauthuille, architectes assistants (1977), 2018. À l’extérieur, le parvis d’accès a été aménagé sur l’emplacement de la première maison de l’Europe construite en 1950 et détruite en 1977.

© Gauthier Bolle.

Figure 4

Figure 4

Façade sud-est du palais de l’Europe (Strasbourg, France), Henry Bernard architecte (1977), 2018. Les façades du palais assument une expressivité et une monumentalité qui ont été préservées jusqu’à nos jours.

© Gauthier Bolle.

Les remises en question des années 1980 : vers une architecture parlante ?

  • 12 Il est l’architecte, avec Paul Ziegler (1930), du palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg (...)
  • 13 Voir LECLERE Christophe, Microphysique du pouvoir. La construction de la Cour européenne des droits (...)
  • 14 Pétition du comité Les Droits de l’Homme embastillés, n. d. [mars 1989], Strasbourg, archives de la (...)
  • 15 « Bâtiment des droits de l’homme, étude d’impact », 11 décembre 1990, AVES, Constructions et Patrim (...)
  • 16 Lien vers la notice de la base Mérimée : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/ACR0000478 (...)

5Au fil des années 1980, les différents édifices construits pour répondre aux besoins croissants des parlementaires européens sont directement réalisés par François Sauer (1926-), architecte à la tête des services d’Architecture de la Ville depuis 197312. Plusieurs édifices de bureaux densifient ainsi l’ensemble qui se constitue depuis l’après-guerre. Mais, entre 1985 et 1989, les aléas de la conception d’un nouveau palais des Droits de l’homme, destiné à abriter des services à l’étroit dans le bâtiment livré par Monnet en 1966, aboutissent à un fort renouvellement des modes opératoires13. Un nouveau comité ad hoc d’experts sur les besoins en locaux, présidé par Henry Bernard, oriente les esquisses projetées par Sauer. Le projet, dévoilé en amont de la campagne municipale de 1989, suscite des critiques : le recours direct au service d’Architecture de la Ville en tant que maître d’œuvre est remis en cause par différents acteurs. Cette levée de boucliers se fait notamment par le biais d’une pétition14 soutenant la conception d’un autre palais et la mise en place d’une procédure de consultation transparente pour laquelle on retrouve notamment, parmi les signataires, les architectes Roland Castro, Paul Chemetov, Christian de Portzamparc ou encore Gaetano Pesce, alors enseignant « vedette » à l’école d’architecture de Strasbourg. Catherine Trautmann, élue maire en mars 1989, reprend en main les questions d’urbanisme et désavoue le travail des services municipaux. Elle organise la consultation de cinq architectes de renom européen, tous héritiers fameux du Mouvement moderne, dont Richard Rogers, associé à l’architecte alsacien Claude Bucher (1947-), sort victorieux. Sa réponse, outre sa dimension paysagère, offre une symbolique précise du programme abrité. En effet, son immense paquebot se décompose clairement en deux zones : « Les formes plastiques de la Cour, de la Commission et des salles de réunion, s’articulant autour de la zone d’entrée publique, se distinguent nettement de la forme simple des bureaux15. » Le geste sophistiqué, usant de géométries complexes, répond ainsi à un double impératif, à la fois symbolique et paysager [fig. 5]. Là aussi, Rogers doit faire évoluer son projet, tout en conservant le parti initial. Après 1989, les évolutions politiques en Europe de l’Est poussent en effet le Conseil de l’Europe à reconsidérer ses propres besoins : le bâtiment est substantiellement agrandi pour atteindre les 28 000 m2, augmentant les surfaces demandées de plus d’un tiers. Comme les édifices de Monnet et de Bernard, ce troisième jalon a été bien préservé jusqu’à nos jours, le bâtiment étant encore en exploitation et valorisé par l’obtention du label « Patrimoine du xxe siècle » en 201516 : son esthétique high tech matérialise la volonté accrue d’une symbolique parlante et appropriable par tout un chacun. La genèse de sa conception marque aussi l’ouverture à l’international d’un site exclusivement géré jusqu’ici à l’échelle nationale ou municipale. Depuis, la construction d’un nouvel hémicycle pour le Parlement européen, livré en 1999 par Architecture Studio, a confirmé cette tendance [fig. 6]. L’ensemble architectural constitué depuis l’embryon « semi-provisoire », aujourd’hui disparu, a bien résisté à l’épreuve du temps et l’architecture traduit différentes variations dans la manière d’exprimer la vocation européenne de Strasbourg. La réorganisation des abords du site, avec la création récente d’un quartier d’affaires, initiée par des promoteurs privés, rejoint les dynamiques engagées depuis plus longue date à Bruxelles. Au Luxembourg et en Belgique, les organes historiques de l’Union européenne se développent depuis les années 1950 selon une temporalité assez proche de celle décrite pour le site strasbourgeois, mais en les inscrivant au sein d’ensembles urbains bien plus vastes : comment ont évolué ces jalons historiques au sein de ces deux villes ?

Figure 5

Figure 5

Nouveau palais des Droits de l’homme inauguré en 1995, signé par Richard Rogers, associé à Claude Bucher et à Ove Arup, 2018. L’esthétique high tech est au service d’une composition qui se veut à la fois plus parlante et intégrée au paysage environnant.

© Gauthier Bolle.

Figure 6

Figure 6

Bâtiment Louise-Weiss (IPE 4), abritant l’hémicycle du Parlement européen Strasbourg (France), Architecture Studio (1993-1999), 2018.

© Gauthier Bolle.

Luxembourg et Bruxelles : stratégies d’effacement ou de confortement des « palais » européens

Luxembourg : de l’accueil diffus de la CECA à l’affirmation d’un quartier européen

  • 17 Hubert Schumacher, né au Luxembourg, a étudié à l’ENSBA au sein de l’atelier Laloux entre 1920 et 1 (...)
  • 18 Implantation des bureaux de la Haute Autorité à Luxembourg, 10 juillet 1959. AHUE, CEAB12-282.
  • 19 PETIT Joseph, « Luxembourg siège des institutions européennes, considérations proposées à l’attenti (...)

6Dès 1952, Luxembourg devient le lieu de travail de la CECA en tant que siège de la Haute Autorité et de la Cour de justice, tandis que Strasbourg devient le lieu d’assemblée parlementaire. Au fil des années 1950, les autorités s’installent à différentes adresses, par exemple au sein d’un édifice administratif construit entre 1951 et 1953 par Hubert Schumacher (1896-1961)17, architecte de l’État et directeur du service des Bâtiments de l’État. À la fin des années 1950, la Haute Autorité se déploie ainsi à une quinzaine d’adresses et dispose d’un total de plus de 500 bureaux18. En 1957, le traité de Rome met en place des institutions européennes nouvelles. Dès lors, la Ville enclenche l’urbanisation d’un site au nord du centre historique : « Sur le plateau du Kirchberg, un emplacement peut être mis à disposition pour la création d’une cité européenne nouvelle et de conception urbanistique et architecturale hardie et moderne19. » La précarité politique de la désignation d’un siège unique se traduit toutefois dans les premiers choix conceptuels. En effet, les premiers édifices administratifs livrés sur le Kirchberg usent d’un langage rationnel et économique pour fournir des bureaux aux institutions, tout en conservant la possibilité de finalement les attribuer aux institutions nationales si l’Europe devait quitter Luxembourg. Ainsi, un immeuble Tour est conçu par les architectes luxembourgeois Gaston Witry (1929-1974) et Michel Mousel (1926-) : haut de 78 mètres, il offre 22 étages – accueillant les bureaux – et émerge d’un ensemble de bâtiments annexes bas, abritant un centre de conférences. La tour sera complétée au fil du temps par des édifices supplémentaires [fig. 7 et 8].

Figure 7

Figure 7

Premier édifice construit sur le site du Kirchberg (Luxembourg) pour les institutions, baptisé « immeuble Tour » ou « Héichhaus », signé par les architectes Gaston Witry et Michel Mousel (1966), photo conservée aux Archives nationales de Luxembourg, non datée.

© Édouard Kutter.

Figure 8

Figure 8

Immeuble Tour transformé en 2010. Photo 2021. S’il demeure un signal du plateau du Kirchberg (Luxembourg), son esthétique d’origine a été effacée afin de s’adapter d’un point de vue environnemental et d’accueillir notamment le ministère du Développement durable et des Infrastructures.

© Gauthier Bolle.

  • 20 DAVANZO Francesca, Le Premier Hémicycle du Parlement européen : Bâtiment Schuman, Luxembourg, Unité (...)
  • 21 Note du Secrétariat général au Président du Parlement européen, 21 février 1968. AHUE, SG5700030.

7En 1973, Laurent Schmit (1924-2002) livre, toujours pour le compte de l’État qui loue les locaux aux institutions, un contrepoint horizontal à la tour de Witry et Mousel, sans s’inscrire dans un véritable plan d’ensemble pour le secteur, dont les contours sont incertains. Son édifice est un prisme de 100 mètres de long par 56 mètres de large pour une hauteur de 33 mètres, qui compte six étages et deux sous-sols [fig. 9]. Il accueille des bureaux mais aussi une grande salle d’assemblée, invisible de l’extérieur, à laquelle l’architecte apporte un soin particulier20 : cet espace permet d’y tenir des sessions extraordinaires tout en évitant « les difficultés politiques qu’entraînerait la construction d’un véritable hémicycle21 ». Puis, après l’échec en 1979 d’un très ambitieux projet imaginé par Roger Taillibert (1926-2019), l’administration des Bâtiments publics fait appel à Pierre Bohler (1938-2018), diplômé de l’École polytechnique fédérale de Zurich. Si l’inscription dans le site de cette troisième intervention est relativement discrète, pour ne pas trop engager l’avenir, l’esthétique se fait toutefois légèrement plus expressive que les premiers édifices du site. Cette implantation offre une communication directe avec le Centre de conférences, au pied de l’immeuble Tour, via une passerelle, et prend en compte la topographie. Le volume, ancré dans le rocher, s’installe en contrebas du site. Ce tronc de pyramide renversée soulève visuellement le volume de l’hémicycle, qui se signale ainsi, mais discrètement.

Figure 9

Figure 9

Plateau du Kirchberg (Luxembourg), 2021. Au fond, le second immeuble administratif (bâtiment Robert-Schuman), construit par l’architecte Laurent Schmit (1974). Le vaste espace qui séparait l’immeuble Tour de ce second édifice a été structuré, comme on le voit au premier plan, par la construction de l’édifice de la Philharmonie, par Christian de Portzamparc avec Christian Bauer & Associés (2005).

© Gauthier Bolle.

Des édifices moteurs de la transformation du plateau du Kirchberg

  • 22 Historique, concours entre architectes pour la construction d’un Palais pour la Cour de justice, 19 (...)

8Si l’administration parlementaire est abritée dans des édifices qui n’assument pas pleinement une expression symbolique propre, au vu de la précarité institutionnelle, les édifices d’autres institutions constituent des jalons architecturaux majeurs. Tout d’abord, le projet de construction d’un palais destiné à la Cour de justice (CJUE) aboutit cette fois-ci à une réponse architecturale conçue selon le programme établi par l’institution elle-même et la procédure inédite d’un concours organisé dès 1963. La proposition lauréate est l’œuvre conjointe du luxembourgeois Jean-Paul Conzemius, associé à deux architectes anversois, François Jamagne et Michel Van der Elst. Le jury reconnaît d’emblée les qualités d’un projet au « caractère monumental très marqué »22. Par son esthétique à la fois moderne (construction en acier) et sa composition classique, le bâtiment supplante les édifices construits directement par l’État jusqu’ici et assume une expression architecturale de l’institution abritée [fig. 10].

Figure 10

Figure 10

Premier édifice abritant la Cour de justice de l’Union européenne (Luxembourg), Jean-Paul Conzemius, Francis Jamagne et Michel Van der Elst architectes (1973). Construit en acier, cet édifice est la première affirmation architecturale qui assume pleinement sa vocation, à la suite de la désignation des architectes via une procédure de concours. Photo conservée aux Archives nationales de Luxembourg, non datée.

© Édouard Kutter.

  • 23 ROBINCHON François, « Luxembourg ville nouvelle d’Europe », D’Architectures, no 34, avril 1993, p.  (...)
  • 24 « Nouveau siège de l’European Investment Bank, Luxembourg, 1981 », Techniques et Architecture, no 3 (...)

9Par ailleurs, l’édifice de la Banque européenne d’investissement (BEI), institution implantée à Bruxelles de 1958 à 1968, est construit sur un plan cruciforme, entre 1974 et 1980, par l’architecte britannique Denys Lasdun (1914-2001). La BEI est « la première institution communautaire à assumer directement la construction de son bâtiment23 », en sélectionnant son architecte sur les conseils avisés de Marcel Breuer. L’architecture de la BEI accuse également la topographie marquée du site. Située sur une rupture de pente, elle donne à lire le dénivelé grâce aux lignes horizontales étirées de ses façades24. La composition de Lasdun permet aux bureaux de garder un contact privilégié avec l’environnement paysager. La fragmentation des volumes tend à individualiser les espaces et conserver une échelle humaine. Ce bâtiment développe un dialogue véritable avec le site, là où les édifices précédents marquaient une forme d’indifférence. De manière plus concrète, la livraison des locaux de la BEI permet, pendant plusieurs années, de mettre à disposition du secrétariat du Parlement européen une partie de ses bureaux.

  • 25 KRIER Léon, « The cities within a city II Luxembourg “capital of Europe” an appel to citizens », Ar (...)
  • 26 CHASLIN François, « Corte europea di giustizia, Lussemburgo, Dominique Perrault - il più francese d (...)
  • 27 Pour plus de détails, voir l’article « La refondation architecturale de la Cour de justice européen (...)

10Qu’ils assument ou non une expression symbolique propre, les édifices, construits depuis le début de l’urbanisation du secteur grâce à la création en 1961 du Fonds d’urbanisation et d’aménagement du plateau de Kirchberg (FUAK), demeurent, jusque dans les années 1980, des objets solitaires et autonomes. Les critiques émises par certains architectes, comme Léon Krier (1946- ), semblent porter leurs fruits : ce dernier oppose à la « sublimation bureaucratique européenne » une nécessaire réparation et continuation de la ville25. Son habileté graphique fait entrevoir la possibilité d’une ville capable de digérer les traces de son héritage moderne. En effet, dès les années 1980, le FUAK engage une réflexion sur le retour à la ville de ce quartier. Il introduit une véritable mixité fonctionnelle à l’entrée du plateau du Kirchberg, en initiant la construction d’équipements culturels signés par de grands noms de l’architecture internationale, comme le bâtiment périptère de la Philharmonie, construit par Christian de Portzamparc (1944- ) et Christian Bauer (1947- ) entre 1997 et 2005. À l’échelle architecturale, les institutions poursuivent leur mue en s’appuyant sur les héritages de qualité. L’intervention, à partir de 1996, de Dominique Perrault pour le compte de la Cour de justice de l’Union européenne, à la suite d’un concours portant sur la quatrième extension de l’édifice initial de Conzemius et Jamagne26, se signale par l’élégance d’une écriture architecturale et d’une implantation qui s’appuient sur le premier édifice en tant que noyau fondateur27 [fig. 11].

11Ainsi, à Luxembourg, si les édifices livrés par l’État dans les années 1960 ont été progressivement effacés par des rénovations et changements d’affectation successifs (notamment le premier bâtiment Tour, habillé d’une nouvelle peau en 2010 et transformé en ministère du Développement durable), le maintien et l’expansion de la BEI ou de la CJUE ont en revanche permis d’affirmer une expression symbolique et bâtie forte, préservée ou prolongée au fil du temps, maintenant leurs programmes initiaux et confirmant leur statut de jalons historiques dans la constitution du quartier.

Figure 11

Figure 11

Cour de justice de l’Union européenne (Luxembourg), 2021. Le socle est constitué par les premières extensions des années 1980 et 1990 (Paczowski, Fritsch, Herr et Huyberechts arch.). Les quatrième et cinquième extensions ont été réalisées sous la direction du Français Dominique Perrault. Trois tours ont été ajoutées ainsi qu’un anneau de bureaux autour du premier édifice ainsi « réhabilité ».

© Gauthier Bolle.

Bruxelles capitale : gloire et apories de la « bruxellisation »

  • 28 STERKEN Sven, « Bruxelles, ville de bureaux. Le Berlaymont et la transformation du quartier Léopold (...)
  • 29 COMHAIRE Gaël, « Activisme urbain et politiques architecturales à Bruxelles : le tournant génératio (...)
  • 30 Voir LAMANT Ludovic, Bruxelles chantiers. Une critique architecturale de l’Europe, Montréal, Lux Éd (...)

12Dans les trois villes, en compétition jusqu’en 1992 pour être le siège unique des institutions, une réflexion urbanistique s’engage dès 1958, en même temps que la nécessité impose de répondre aux besoins immédiats des institutions. Comme à Strasbourg et Luxembourg à la même époque, les experts étudient, dans les années 1960 à Bruxelles, les possibilités de construction d’un district européen extérieur. C’est en réalité le quartier Léopold, urbanisé au xixe siècle, qui se transforme au cours de la seconde moitié du xxe siècle pour accueillir les institutions européennes, accentuant sa tertiarisation28 ainsi que les critiques à l’encontre dudit phénomène29. Si Bruxelles, dont les ambitions internationales sont bien antérieures à la création de l’Union européenne, n’est pas désignée siège unique des institutions, elle devient toutefois le cœur nucléaire de l’Europe, puisque s’y concentrent tous les pouvoirs exécutifs et une part conséquente des pouvoirs législatifs, et son quartier européen est aussi le plus vertement critiqué. En effet, les destructions du tissu ancien qu’entraîne la construction de très grandes enclaves institutionnelles en lien avec le processus qu’on baptise « bruxellisation » alimentent des luttes et contestations urbaines à partir des années 197030. Sans revenir ici sur les étapes complexes de son évolution architecturale et urbaine, engageant les acteurs privés bien plus tôt et de manière plus directe qu’à Strasbourg et Luxembourg, l’histoire de l’immeuble du Berlaymont, abritant la Commission européenne, synthétise bien les dynamiques à l’œuvre ici.

  • 31 DEMEY Thierry, Bruxelles : Chronique d’une capitale en chantier, t. 2, De l’Expo’58 au siège de la (...)
  • 32 DEMEY Thierry, Bruxelles, capitale de l’Europe, Bruxelles, Badeaux, coll. « Histoire et patrimoine  (...)
  • 33 « Le siège de l’Unesco à Paris - architectes, Marcel Breuer (États-Unis), Pier Luigi Nervi (Italie) (...)
  • 34 « Le Berlaymont, un projet aux mesures de l’avenir européen », Présence de Bruxelles, no 31, avril  (...)
  • 35 DEMEY Thierry, Bruxelles, capitale de l’Europe, op. cit., p. 238-241.
  • 36 « Le Berlaymont, un projet aux mesures de l’avenir européen », Présence de Bruxelles, no 31, avril  (...)
  • 37 Notes de la délégation belge sur les facilités et les disponibilités du complexe Berlaymont et de s (...)
  • 38 LETHÉ Matthieu, L’Europe à Bruxelles dans les années 1960 : le pourquoi ? et le comment ?, mémoire (...)

13Ainsi, afin d’augmenter ses chances de devenir le siège définitif et unique des institutions, le gouvernement belge prend-il l’initiative de construire un édifice « suffisamment vaste pour regrouper l’ensemble des fonctionnaires en poste dans la capitale31 » à proximité des complexes déjà occupés par la Commission dans le quartier, en récupérant un terrain de deux hectares, situé rue de la Loi, appartenant aux Dames de Berlaymont, des chanoinesses augustiniennes, depuis 1864. Les contours de ce projet, pourtant colossal, sont très rapidement fixés : « Le caractère sommaire de ces préliminaires s’explique en fait par le souci du Gouvernement belge de réaliser un immeuble qui puisse, le cas échéant, servir à abriter une administration nationale32. » En réalité, le site est assez contraint, d’autant que le règlement impose de limiter la hauteur de la construction à 50 mètres, pour ne pas altérer la perspective du parc du Cinquantenaire. Comme à Strasbourg et Luxembourg, cette construction « en régie » nationale aboutit à une désignation directe des architectes par l’État. Ainsi l’architecte Lucien De Vestel (1902-1967) se retrouve-t-il à la tête d’un collège d’architectes, auquel participent Jean Gilson (1912-2000), du Groupe Alpha, les frères André (1914-1988) et Jean Polak (1920-2012) ainsi que l’ingénieur Joris Schmidt. Comme pour la construction du siège de l’Unesco à Paris33, les architectes imaginent ici un ensemble dont une partie du programme est enterrée pour rentrer dans les prospects imposés. La forme incurvée des façades définit un vaste volume en forme d’étoile à quatre branches asymétriques qui s’affinent à mesure qu’elles s’éloignent du cœur de la composition. Les architectes imposent une image légère, transparente et aérienne, afin d’éviter tout effet de monotonie34, qui contraste avec la lourdeur des processus qui vont la voir aboutir : le bâtiment est en effet livré, par tranches successives, dont les échéances sont plusieurs fois repoussées, entre 1967 et 197035 [fig. 12]. L’ensemble développe une surface totale de 873 000 m2, dont 160 000 m2 affectés aux parkings. La mise en œuvre structurelle du projet est particulièrement intéressante : les planchers sont suspendus grâce à des poutres en porte-à-faux depuis un noyau central en béton qui adopte la forme étoilée de l’édifice. À chaque niveau, ce noyau accueille hall, salles de réunion et espaces de circulations verticales36. Mais l’idée, lancée en 1959, de regrouper dans le Berlaymont l’ensemble des institutions s’avère irréalisable. L’édifice ne peut accueillir que 3 500 fonctionnaires contre les 5 000 imaginés. Certaines dispositions vantées par les autorités belges37 incommodent les usagers : les plateaux aménagés en « paysager » selon les normes de l’administration belge ne conviennent pas, les salles de réunions et dégagements sont jugés trop nombreux38. Le Berlaymont constitue toutefois un premier marqueur architectural de qualité pour le quartier européen. Son expression architecturale singulière et les lenteurs de sa mise en œuvre matérialisent une méthode de travail unique, que le gouvernement belge décide d’ailleurs de ne plus reproduire dans les années suivantes.

Figure 12

Figure 12

Projet du Berlaymont (Bruxelles, Belgique), livré entre 1967 et 1970 par Lucien De Vestel, Jean Gilson, André et Jean Polak, présenté dans un article de la revue Das Werk : Architektur und Kunst, en 1974. À l’arrière-plan gauche, le bâtiment dit Charlemagne (1967, Jacques Cuisinier), siège du Conseil de l’Union européenne de 1971 à 1995. Photo extraite de Das Werk, no 61 (1974), Heft 7, p. 853.

© Photographe anonyme / reproduction Gauthier Bolle.

Le destin pluriel de l’héritage bâti d’une Europe en construction

  • 39 LOZE Pierre, « Jean Nouvel : un projet pour le Berlaymont », A +U, 1994, p. 66-70.

14La Commission européenne qui occupe le Berlaymont se voit dans l’obligation en 1991 de l’abandonner temporairement, car il est infesté d’amiante. Avant de le réinvestir en 2004, le Français Jean Nouvel propose spontanément de « repenser le bâtiment en profondeur tout en conservant ses aspects extérieurs significatifs39 ». L’architecte imagine redéfinir les trames des bureaux, des circulations, en créant des atriums et en s’appuyant sur une analyse précise de l’existant, abordé telle une couche géologique. Si cette ambition reste lettre morte, la très lente rénovation du Berlaymont (treize ans, selon un budget colossal) maintient l’intégrité des structures d’origine en offrant un fonctionnement plus adapté aux nouvelles normes environnementales [fig. 13].

Figure 13

Figure 13

Berlaymont (Belgique), devenu l’un des symboles majeurs de la présence européenne à Bruxelles, 2021. Livré entre 1967 et 1970 par Lucien De Vestel, Jean Gilson, André et Jean Polak, il a été abandonné temporairement par la Commission en 1991, puis transformé lourdement et réinvesti par cette dernière.

© Gauthier Bolle.

15À la même période, d’autres édifices majeurs du site sont reconsidérés : le Charlemagne est rénové entre 1995 et 1998 par l’architecte Helmut Jahn (1940-2021), qui enveloppe intégralement l’édifice d’une nouvelle façade en mur-rideau. L’édifice Art déco du Résidence Palace est également investi pour le Conseil européen (organe réunissant les chefs d’État des pays membres) : un concours européen, rassemblant vingt-deux projets présentés anonymement, est remporté par Philippe Samyn (1948- ) & Partners (Belgique, architectes et ingénieurs). Baptisé Europa, l’édifice propose une symbolique plus directe, et tranche avec les édifices précédents. L’expression architecturale habituelle d’une bureaucratie fonctionnelle et efficace cède le pas à une métaphore ludique de la démocratie, fondée sur le contraste entre ancien et moderne. Le volume de cette « lanterne » sert à l’accueil des réunions des États membres ainsi qu’à des sommets bilatéraux et multilatéraux, tandis que la partie conservée du Résidence Palace abrite les bureaux des délégations des États membres et du président du Conseil européen [fig. 14]. Ainsi, comme à Strasbourg et Luxembourg, l’esthétique des édifices se fait progressivement plus directe et parlante, au regard d’institutions généralement de plus en plus mal connues et comprises par les citoyens de l’Union européenne.

Figure 14

Figure 14

Afin d’abriter le Conseil européen, la transformation du Résidence Palace (Bruxelles, Belgique) a été menée par Philippe Samyn & Partners, en association avec Studio Valle Progettazioni (2013), 2021. L’architecture se veut métaphorique de l’histoire européenne.

© Gauthier Bolle.

  • 40 À Strasbourg, en 2014, la Ville ouvre ainsi le « Lieu d’Europe », installé sur un ancien site de vi (...)

16Lorsque l’on parcourt les quartiers européens des trois villes de Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles, il est frappant de constater également que l’architecture des premiers édifices a très souvent disparu, même si les autorités développent des stratégies de communication et de valorisation tournées vers le grand public40.

17Ainsi, les aléas de la construction institutionnelle se répercutent-ils dans la forme des édifices et quartiers développés depuis l’après-guerre. Les destructions, agrandissements et modifications diverses ont changé l’aspect initial de ces édifices, notamment celui des plus « anciens ». Le Berlaymont et le Charlemagne à Bruxelles, l’immeuble Tour à Luxembourg ou les extensions de la première maison de l’Europe à Strasbourg ont été rhabillés, modernisés, voire détruits. Ils ont été inclus dans des ensembles plus vastes et, même si ces objets étaient parfois indifférents à leur contexte, l’urbain les « digère » lentement. Parmi les quelques rares objets de qualité maintenus dans leur intégrité jusqu’aujourd’hui, certains ont perdu leur fonction initiale, à l’instar du très corbuséen premier palais des Droits de l’homme à Strasbourg, tandis que d’autres ont conservé leur vocation en faisant de l’édifice originel le symbole même de l’institution ainsi incarnée.

Haut de page

Notes

1 HEIN Carola, « Une capitale européenne polycentrique et opportuniste. Un nouveau paradigme pour la localisation et la répartition géographique du siège des institutions de l’UE ainsi que pour la conception de quartiers européens à Bruxelles et dans d’autres villes d’accueil », Brussels Studies, no 2, 18 décembre 2006, [en ligne], https://journals.openedition.org/brussels/313?lang=nl [lien valide en février 2023].

2 Voir BOLLE Gauthier, « L’architecture du quartier européen à Strasbourg depuis 1949 : enjeux locaux d’un développement institutionnel supranational », In Situ. Revue des patrimoines, no 38,  février 2019, [en ligne], http://journals.openedition.org/insitu/20202 [lien valide en février 2023]. Ainsi que DURAND DE BOUSINGEN Denis, « Les Premiers bâtiments du Conseil de l’Europe et la naissance du “quartier européen” de Strasbourg, 1949-1979 », Annuaire de la Société des amis du Vieux Strasbourg, XXXVI, 2011, p. 157-184.

3 L’expression est empruntée à celle forgée par Emmanuel Amougou pour évoquer les grands ensembles. AMOUGOU Emmanuel, Les Grands Ensembles. Un patrimoine paradoxal, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006, p. 150.

4 Cette recherche est issue du mémoire inédit d’un dossier d’habilitation à diriger des recherches, soutenue le 17 novembre 2021 avec Gilles Ragot pour garant. BOLLE Gauthier, L’Architecture des édifices institutionnels européens à Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles. Des palais « provisoires », symboles de la vocation des capitales (1949-92) ?, Bordeaux, université de Bordeaux Montaigne, 2021.

5 MONNET Bertrand, « Le Palais du Conseil de l’Europe à Strasbourg », La Construction moderne, décembre 1950, p. 455-464.

6 Lien vers la notice de la base Mérimée : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00085186 [lien valide en février 2023].

7 « Maison de l’Europe par B. Monnet », L’Architecture française, juillet 1956, p. 167-168.

8 Lettre de Henry Bernard à Michel de Camaret, représentant permanent de la France auprès du Conseil de l’Europe, 21 juillet 1970. La Courneuve, Centre des Archives diplomatiques, CdE, 185 QO/137 (1966-1970).

9 BERNARD Henry, « Val-d’Oise : une préfecture aux champs », La Construction moderne, février 1970, no 1, p. 22. Voir NOYER-DUPLAIX Léo & PHILIPPE Emmanuelle, « La préfecture du Val-d’Oise édifiée par Henry Bernard à Cergy-Pontoise. Un geste architectural “parachuté en pleins champs” ou la tentative d’“affirmation d’un nouveau type d’intervention de l’administration auprès des citoyens” », In Situ. Revue des patrimoines, no 34, 2018, [en ligne], https://journals.openedition.org/insitu/16024 [lien valide en février 2023].

10 BERNARD Henry, « Le Palais de l’Europe », Saisons d’Alsace, no 60, 1976, p. 84-88.

11 Rapport de M. le Vice-Président Adams, au nom du Collège des Questeurs, au sujet des délibérations et des initiatives en cours concernant les locaux à Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles, 22 juin 1978. Florence, Archives historiques de l’Union européenne (AHUE), PE1-25476.

12 Il est l’architecte, avec Paul Ziegler (1930), du palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg en 1975, en lieu et place du projet initialement imaginé par Le Corbusier. Voir KLEIN Richard, Le Corbusier : le Palais des congrès de Strasbourg, nouveau programme, dernier projet, Paris, Picard, coll. « Architectures contemporaines », 2011.

13 Voir LECLERE Christophe, Microphysique du pouvoir. La construction de la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg (1985-1995), mémoire de master, sous la dir. d’Anne-Marie Châtelet, École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, 2020.

14 Pétition du comité Les Droits de l’Homme embastillés, n. d. [mars 1989], Strasbourg, archives de la Ville et de l’eurométropole de Strasbourg (AVES), Cabinet du maire, 958 W 65.

15 « Bâtiment des droits de l’homme, étude d’impact », 11 décembre 1990, AVES, Constructions et Patrimoine (direction), 651 W 60.

16 Lien vers la notice de la base Mérimée : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/ACR0000478 [lien valide en février 2023].

17 Hubert Schumacher, né au Luxembourg, a étudié à l’ENSBA au sein de l’atelier Laloux entre 1920 et 1925. Il rentre dans les services de l’État au début des années 1940.

18 Implantation des bureaux de la Haute Autorité à Luxembourg, 10 juillet 1959. AHUE, CEAB12-282.

19 PETIT Joseph, « Luxembourg siège des institutions européennes, considérations proposées à l’attention de la Commission européenne des experts en matière d’urbanisme lors de leur visite à Luxembourg les 19 et 20 mars 1958 », 1958. Luxembourg, archives municipales, LU82.1.2/225 : https://www.cvce.eu/collections/unit-content/-/unit/02bb76df-d066-4c08-a58a-d4686a3e68ff/f085ef2b-9e4b-48a4-8016-e6b9426645e9/Resources#40784e94-402c-42c4-905f-9d59dc1546c5_fr&overlay [lien valide en février 2023].

20 DAVANZO Francesca, Le Premier Hémicycle du Parlement européen : Bâtiment Schuman, Luxembourg, Unité Archives historiques du Parlement européen, 2016.

21 Note du Secrétariat général au Président du Parlement européen, 21 février 1968. AHUE, SG5700030.

22 Historique, concours entre architectes pour la construction d’un Palais pour la Cour de justice, 1964. AHUE, CJUE-3422.

23 ROBINCHON François, « Luxembourg ville nouvelle d’Europe », D’Architectures, no 34, avril 1993, p. 20-21.

24 « Nouveau siège de l’European Investment Bank, Luxembourg, 1981 », Techniques et Architecture, no 339, décembre 1981, p. 124-129.

25 KRIER Léon, « The cities within a city II Luxembourg “capital of Europe” an appel to citizens », Architectural Digest, vol. 49,1979, p. 19.

26 CHASLIN François, « Corte europea di giustizia, Lussemburgo, Dominique Perrault - il più francese degli architetti per il più europeo degli edifici », Casabella, 2009, no 781, p. 99-104 ; « Court of justice of the European Communities, Luxembourg, 1996-2008 », A+U, no 468, septembre 2009, p. 46-65.

27 Pour plus de détails, voir l’article « La refondation architecturale de la Cour de justice européenne à Luxembourg », de Lorenzo Diez et Dominique Perrault dans le présent numéro : https://journals.openedition.org/insitu/37149 [lien valide en février 2023].

28 STERKEN Sven, « Bruxelles, ville de bureaux. Le Berlaymont et la transformation du quartier Léopold », Bruxelles patrimoine, nos 15-16, septembre 2015, p. 102-117.

29 COMHAIRE Gaël, « Activisme urbain et politiques architecturales à Bruxelles : le tournant générationnel », L’Information géographique, vol. 76, no 3, 2012, p. 9-23.

30 Voir LAMANT Ludovic, Bruxelles chantiers. Une critique architecturale de l’Europe, Montréal, Lux Éditeur, 2018.

31 DEMEY Thierry, Bruxelles : Chronique d’une capitale en chantier, t. 2, De l’Expo’58 au siège de la C.E.E., Bruxelles, Paul Legrain, 1992, p. 186.

32 DEMEY Thierry, Bruxelles, capitale de l’Europe, Bruxelles, Badeaux, coll. « Histoire et patrimoine », 2007, p. 234.

33 « Le siège de l’Unesco à Paris - architectes, Marcel Breuer (États-Unis), Pier Luigi Nervi (Italie), Bernard Zehrfuss (France) », L’Architecture d’aujourd’hui, no 81, 1958-1959, p. 10-23.

34 « Le Berlaymont, un projet aux mesures de l’avenir européen », Présence de Bruxelles, no 31, avril 1960, p. 18-19.

35 DEMEY Thierry, Bruxelles, capitale de l’Europe, op. cit., p. 238-241.

36 « Le Berlaymont, un projet aux mesures de l’avenir européen », Présence de Bruxelles, no 31, avril 1960, p. 18-19.

37 Notes de la délégation belge sur les facilités et les disponibilités du complexe Berlaymont et de son site, 28 mai 1968, Comité des Représentants permanents. AHUE, Archives de la Haute Autorité de la CECA, CEAB01-535.

38 LETHÉ Matthieu, L’Europe à Bruxelles dans les années 1960 : le pourquoi ? et le comment ?, mémoire d’histoire, sous la direction de Michel Dumoulin, Louvain, Université catholique de Louvain, 2003.

39 LOZE Pierre, « Jean Nouvel : un projet pour le Berlaymont », A +U, 1994, p. 66-70.

40 À Strasbourg, en 2014, la Ville ouvre ainsi le « Lieu d’Europe », installé sur un ancien site de villégiature du xviiie siècle. À Bruxelles, la maison de l’Histoire européenne s’installe en 2017 dans les murs d’une villa Art déco en bordure du parc Léopold, transformée pour l’occasion par l’atelier Chaix et Morel. Enfin, le Parlement européen ouvre des centres de visiteurs, baptisés Parlementarium à Bruxelles en 2011, et à Strasbourg en 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Façade sud-ouest du premier palais des Droits de l’homme (Strasbourg, France), Bertrand Monnet avec Françoise Papillard et Pierre Apprill architectes (1963), 2018. L’édifice est conçu pour abriter la Commission européenne des droits de l’homme et la Cour européenne des droits de l’homme créées en 1954 et 1959.
Crédits © Gauthier Bolle.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Figure 2
Légende L’intégrité des décors et aménagements intérieurs du premier palais des Droits de l’homme (Strasbourg, France) a été préservée jusqu’ici. Bertrand Monnet avec Françoise Papillard et Pierre Apprill architectes (1963), 2018.
Crédits © Gauthier Bolle.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Figure 3
Légende Façade sud-ouest du palais de l’Europe (Strasbourg, France), Henry Bernard architecte, François Debever et Patrick d’Hauthuille, architectes assistants (1977), 2018. À l’extérieur, le parvis d’accès a été aménagé sur l’emplacement de la première maison de l’Europe construite en 1950 et détruite en 1977.
Crédits © Gauthier Bolle.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Figure 4
Légende Façade sud-est du palais de l’Europe (Strasbourg, France), Henry Bernard architecte (1977), 2018. Les façades du palais assument une expressivité et une monumentalité qui ont été préservées jusqu’à nos jours.
Crédits © Gauthier Bolle.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Figure 5
Légende Nouveau palais des Droits de l’homme inauguré en 1995, signé par Richard Rogers, associé à Claude Bucher et à Ove Arup, 2018. L’esthétique high tech est au service d’une composition qui se veut à la fois plus parlante et intégrée au paysage environnant.
Crédits © Gauthier Bolle.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Figure 6
Légende Bâtiment Louise-Weiss (IPE 4), abritant l’hémicycle du Parlement européen Strasbourg (France), Architecture Studio (1993-1999), 2018.
Crédits © Gauthier Bolle.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Figure 7
Légende Premier édifice construit sur le site du Kirchberg (Luxembourg) pour les institutions, baptisé « immeuble Tour » ou « Héichhaus », signé par les architectes Gaston Witry et Michel Mousel (1966), photo conservée aux Archives nationales de Luxembourg, non datée.
Crédits © Édouard Kutter.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Figure 8
Légende Immeuble Tour transformé en 2010. Photo 2021. S’il demeure un signal du plateau du Kirchberg (Luxembourg), son esthétique d’origine a été effacée afin de s’adapter d’un point de vue environnemental et d’accueillir notamment le ministère du Développement durable et des Infrastructures.
Crédits © Gauthier Bolle.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Figure 9
Légende Plateau du Kirchberg (Luxembourg), 2021. Au fond, le second immeuble administratif (bâtiment Robert-Schuman), construit par l’architecte Laurent Schmit (1974). Le vaste espace qui séparait l’immeuble Tour de ce second édifice a été structuré, comme on le voit au premier plan, par la construction de l’édifice de la Philharmonie, par Christian de Portzamparc avec Christian Bauer & Associés (2005).
Crédits © Gauthier Bolle.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Figure 10
Légende Premier édifice abritant la Cour de justice de l’Union européenne (Luxembourg), Jean-Paul Conzemius, Francis Jamagne et Michel Van der Elst architectes (1973). Construit en acier, cet édifice est la première affirmation architecturale qui assume pleinement sa vocation, à la suite de la désignation des architectes via une procédure de concours. Photo conservée aux Archives nationales de Luxembourg, non datée.
Crédits © Édouard Kutter.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Figure 11
Légende Cour de justice de l’Union européenne (Luxembourg), 2021. Le socle est constitué par les premières extensions des années 1980 et 1990 (Paczowski, Fritsch, Herr et Huyberechts arch.). Les quatrième et cinquième extensions ont été réalisées sous la direction du Français Dominique Perrault. Trois tours ont été ajoutées ainsi qu’un anneau de bureaux autour du premier édifice ainsi « réhabilité ».
Crédits © Gauthier Bolle.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 12
Légende Projet du Berlaymont (Bruxelles, Belgique), livré entre 1967 et 1970 par Lucien De Vestel, Jean Gilson, André et Jean Polak, présenté dans un article de la revue Das Werk : Architektur und Kunst, en 1974. À l’arrière-plan gauche, le bâtiment dit Charlemagne (1967, Jacques Cuisinier), siège du Conseil de l’Union européenne de 1971 à 1995. Photo extraite de Das Werk, no 61 (1974), Heft 7, p. 853.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre Figure 13
Légende Berlaymont (Belgique), devenu l’un des symboles majeurs de la présence européenne à Bruxelles, 2021. Livré entre 1967 et 1970 par Lucien De Vestel, Jean Gilson, André et Jean Polak, il a été abandonné temporairement par la Commission en 1991, puis transformé lourdement et réinvesti par cette dernière.
Crédits © Gauthier Bolle.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Figure 14
Légende Afin d’abriter le Conseil européen, la transformation du Résidence Palace (Bruxelles, Belgique) a été menée par Philippe Samyn & Partners, en association avec Studio Valle Progettazioni (2013), 2021. L’architecture se veut métaphorique de l’histoire européenne.
Crédits © Gauthier Bolle.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37584/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gauthier Bolle, « Construire l’Europe à Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles : valeurs symboliques et potentiel architectural des institutions européennes »In Situ [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 21 février 2023, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/insitu/37584 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.37584

Haut de page

Auteur

Gauthier Bolle

Maître de conférences en histoire et cultures architecturales (HCA), ENSAS

U.R. ARCHE (Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe), université de Strasbourg

gauthier.bolle@strasbourg.archi.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search