Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Diversité des patrimonialisations...Les patrimonialisations de l’indu...

Diversité des patrimonialisations (architecture, machines, savoir-faire)

Les patrimonialisations de l’industrie textile en France entre muséification et valorisation des savoir-faire (xxe-xxie siècle)

Making heritage out of France’s textile industry, between museumization and the promotion of skills (twentieth and twenty-first centuries)
Aziza Gril-Mariotte

Résumés

L’industrie textile a bénéficié, depuis la crise économique des années 1970 et 1980 qui a vu la fermeture de très nombreuses usines, d’un mouvement en faveur de sa muséification et de sa patrimonialisation. Cette étude, en s’intéressant à l’apparition de certaines appellations – maison, écomusée, atelier-musée –, entend montrer comment le modèle muséal a pu être interrogé pour conserver un patrimoine matériel – bâtiments et machines – et immatériel – savoir-faire et geste technique. Les quelques exemples choisis témoignent de moments muséographiques dont le plus connu et surtout le plus populaire est celui de l’écomusée, sans que le concept d’origine ne soit toujours mis en œuvre. Le point de vue muséal est complété par celui des entreprises textiles qui perpétuent des outils et des savoirs techniques, en bénéficiant d’autres formes de patrimonialisation : machines classées au titre des monuments historiques et label « Entreprise du patrimoine vivant ».

Haut de page

Texte intégral

Les patrimonialisations de l’industrie textile en France, entre muséification et valorisation des savoir-faire (xxe-xxisiècles)

  • 1 On en dénombre environ une centaine ; voir la cartographie établie in GRIL-MARIOTTE Aziza, « Colle (...)
  • 2 HAMON François, « Le musée industriel entre l’exposition des produits de l’industrie et le musée t (...)
  • 3 GRIL-MARIOTTE Aziza, « Muséifier les étoffes, la patrimonialisation des tissus en France au xixs (...)

1La France est riche en sites patrimoniaux témoins du développement de l’industrie textile pendant près de deux siècles1. À partir des années 1970, un mouvement apparaît en faveur de la protection et de la conservation de ce patrimoine, depuis les lieux de production et les machines jusqu’aux fabrications et aux savoir-faire. Ce phénomène de patrimonialisation de l’industrie textile répond à des enjeux culturels et économiques qui s’inscrivent dans une histoire longue de la muséification du textile. En effet, les premières collections spécialisées dans les étoffes remontent au xixsiècle, lorsque des projets de musées industriels sont imaginés dans le contexte des expositions des produits de l’industrie française, puis les Expositions universelles favorisent leur ouverture au public2. Des collections spécialisées sont constituées dans les villes où l’industrie textile prédomine : la dentelle à Calais, les impressions à Mulhouse, les rubans à Saint-Étienne, les soieries à Lyon, les étoffes tissées à Roubaix, les cotonnades à Rouen. Entre les années 1830 et 1890, ces musées connaissent des développements différents, ils répondent à la préoccupation des industriels d’accompagner la formation des dessinateurs et des ouvriers, en complément d’écoles spécialisées. La vocation première de ces musées est d’encourager la créativité artistique au service d’une industrie textile. À Mulhouse, en collectant les productions du passé, les industriels revendiquent une double vocation : utilitaire en fournissant des exemples aux dessinateurs et patrimoniale en retraçant l’histoire artistique de l’indiennage3. De manière générale, les premiers musées consacrés à l’industrie textile sont des collections de modèles artistiques, tandis que la patrimonialisation des techniques et des savoir-faire apparaît un siècle plus tard.

  • 4 Le terme de « patrimoine industriel » apparaît en France en 1978 dans le contexte de l’écomusée du (...)
  • 5 Voir l’exemple de Wesserling : « S’appuyer sur les atouts patrimoniaux et paysagers du territoire (...)

2L’intérêt pour le patrimoine industriel qui émerge en France à la fin des années 1970 a bénéficié à l’industrie textile4. Les nombreuses fermetures d’usines ou d’ateliers artisanaux ont débouché dans la majorité des cas sur une disparition, en même temps que naissaient des friches industrielles. Quelques rares fois, elles ont pu s’accompagner, directement ou le plus souvent après un certain laps de temps, d’une démarche pour conserver ce patrimoine, allant de la préservation d’anciens sites de production au classement au titre des monuments historiques de certaines machines ainsi qu’à des réflexions pour conserver et transmettre les procédés techniques. Dans les régions textiles, des musées ouvrent pour présenter ce passé industriel, considéré comme un atout touristique et un moyen de redynamiser le territoire5.

  • 6 POULOT Dominique, Musée et muséologie [2005], Paris, La Découverte, 2009, coll. « Repères », p. 78
  • 7 Voir la place du textile dans l’inventaire des musées de société en France possédant des collectio (...)

3Aujourd’hui, en France, le paysage muséal lié au textile revêt des réalités diverses tant du point de vue des collections que de leur statut, du fonctionnement des établissements que des discours muséographiques. Nombre d’établissements utilisant la dénomination « musée » ne répondent pas aux critères définis par l’ICOM et leurs collections ne bénéficient pas de l’appellation « musée de France » mais tous participent à la diversité du paysage muséal en valorisant un patrimoine textile dans un lieu ouvert au public6. À partir d’exemples variés, nous tenterons de montrer comment l’industrie textile a pu être patrimonialisée dans une période qui va des années 1970 jusqu’au début des années 2000. Si chaque cas se révèle spécifique, les exemples offrent un aperçu de la variété des musées consacrés à l’industrie textile du point de vue des collections et des discours muséographiques7. Le point de départ de cette étude est l’analyse des appellations utilisées par ces musées (maison, écomusée, atelier-musée, collection « musée de France »), ainsi que les labels qui peuvent être décernés, classement ou inscription au titre des monuments historiques). Le recours à d’autres terminologies que « musée » pose la question de leur définition et de leurs missions ; le contexte politique et touristique a pu encourager l’usage de certains termes. Ces lieux revendiquent-ils des missions muséales en acquérant, conservant, étudiant et exposant une collection ou bien participent-ils au maintien d’une production dont la fabrication n’existe plus de manière industrielle ? Relèvent-ils de la définition muséale diffusée par l’ICOM ou bien proposent-ils d’autres expériences muséographiques ? Ces musées ont-ils vocation à conserver un patrimoine industriel disparu ou à promouvoir une industrie encore en activité ? Enfin, au sein des entreprises encore en activité, comment la dimension patrimoniale peut-elle être valorisée ? À partir de quelques exemples, nous verrons si les différentes appellations donnent un aperçu des différentes formes prises par la patrimonialisation de l’industrie textile depuis la seconde moitié du xxsiècle.

Des maisons-musées ou des maisons-ateliers ?

  • 8 GORGUS Nina, « L’Heimatmuseum, l’écomusée et G. H. Rivière », Publics et Musées, nos 17-18 (DE (...)
  • 9 JOUBERT Alain, « L’Écomusée définition et missions à travers l’exemple de la basse-Seine », in CRO (...)
  • 10 La gestion associative du musée du Lin a connu un renouveau en 2016 avec la fondation d’une nouvel (...)

4La dénomination « maison » apparaît dans les années 1970 lorsque des expérimentations sont mises en œuvre pour conserver machines et savoir-faire, en présentant au public la vie ouvrière et quotidienne d’une production industrielle ou artisanale. Ces projets ont bénéficié d’un nouveau concept muséographique imaginé par Georges Henri Rivière à la fin des années 1950, expérimenté avec les premiers parcs régionaux et l’apparition des musées de plein air8. La « maison » est souvent présente dans les premiers écomusées, conservatoire des modes de vie des campagnes, lorsque parmi les différents métiers traditionnels est présenté celui du tisserand. Dans les campagnes françaises, malgré l’essor de l’industrie textile au xixsiècle, une activité de tissage a perduré à partir des fibres produites localement (lin, chanvre, laine). La maison du tisserand est fréquente dans les premiers écomusées : à Marquèze, dans les Landes, l’activité du filage et du tissage de la laine est une des activités qui a été conservée, un ancien métier à tisser sert ainsi pour des démonstrations. La maison du Lin, ouverte en 1979 au sein de l’écomusée de la Basse-Seine, dans le parc naturel régional créé en 1974, s’inscrit dans un moment muséographique, celui où les muséologues ont interrogé l’exposition d’objets du quotidien et d’outils de production par rapport au musée associé aux beaux-arts9. Si, au départ, la maison est pensée comme la conservation d’un atelier de tissage du lin, rapidement, elle devient le réceptacle d’une collecte ethnographique d’objets liés à la production et au tissage du lin, complétée par des témoignages oraux. L’ensemble forme une collection qui, depuis, a été appelée « musée de France »10.

5Dans le cas de la maison des Canuts à Lyon, le terme renvoie au tissage par les ouvriers de la soie qui se faisait dans des ateliers aussi espaces de vie. Initié en 1970 par Cooptiss, une coopérative d’artisans, le modèle économique reposait sur l’accueil de visiteurs et la vente des étoffes de soie tissées sur place. Reprise en 2004 sous forme d’entreprise, la dimension productive a laissé place à un « atelier-musée privé dans un atelier de canut où des métiers à bras et à mécanique Jacquard sont encore en fonctionnement » [fig. 1 et 2], accessible aux visiteurs lors de visites guidées11. Les machines sont toujours en état de marche, mais seulement pour des démonstrations des différentes techniques pour fabriquer des étoffes de soie.

Figure 1

Figure 1

Démonstration et tissage sur un ancien métier à brocher en pied à la maison des Canuts de Lyon, 2021.

© Philibert Varenne.

Figure 2 

Figure 2 

Détail du métier à tisser à mécanique Jacquard à la maison des Canuts de Lyon, 2021.

© Philibert Varenne.

6Dans la maison-musée de la Passementerie, fondée à Jonzieux (Loire) en 1973 par Régis Mounier, président du syndicat des Passementiers, les outils de production sont utilisés par des bénévoles pour faire des démonstrations. Au départ, ce sont des passementiers de métiers qui les effectuent, puis ceux-ci ont formé des bénévoles pour présenter au public un atelier en activité12. Dans cet exemple, la notion de maison est en accord avec l’idée d’un groupe social se réunissant, la dimension communautaire étant au cœur du projet fondateur qui perdure aujourd’hui. Cette appellation est aussi une manière de se distinguer du musée, où sont exposés des objets que l’on ne peut toucher, alors que la raison d’être de cette maison-musée est l’utilisation de machines, non pour produire mais pour montrer au public le métier de passementier avec ses outils et ses gestes.

  • 13 À la suite de la fermeture de l’entreprise Braud en 1970, la Ville a racheté le bâtiment pour le r (...)

7Le mouvement en faveur de la conservation de machines, apparu dans les années 1970, encourage d’autres projets. En 1977, à Bussières, au nord-ouest de Lyon, un groupe de tisserands, sous l’égide de Pierre Berchoux, ancien tisserand, s’organise pour ouvrir un « musée du Tissage et de la Soierie ». Le projet repose sur le sauvetage d’anciennes mécaniques pour les présenter au public, en valorisant les savoir-faire. Les tisserands qui participent aux démonstrations peuvent également exposer leur propre production réalisée sur les machines du musée. Sans utiliser le nom d’atelier, la démarche est proche du site de Jonzieux, où les ouvriers du textile sont au cœur du projet muséographique. En 1998, lorsque la commune reprend la gestion du musée13, tisserands et bénévoles laissent place aux professionnels de la conservation, sans pour autant qu’il soit appelé « musée de France ». La dimension participative évolue vers une muséographie démonstrative où les machines servent de support au discours historique et ne sont plus utilisées pour produire des étoffes mais seulement pour faire des démonstrations lors des visites.

8Ces musées des savoir-faire textiles ont pu vouloir utiliser le terme « maison » alors que les musées de plein air expérimentaient un assemblage d’habitations et souvent, parmi elles, « la maison du tisserand ». Les métiers à tisser traditionnels font partie des outils de production qui ont pu être collectés comme témoignage de la vie artisanale dans les campagnes. Les dénominations « atelier-musée » ou « maison-musée » sont une manière de se distinguer dans la présentation des savoirs techniques d’une industrie textile avec des démonstrations de machines et de gestes techniques, mais d’autres lieux ont conservé le titre de musée en proposant la même démarche aux visiteurs.

L’écomusée : un conservatoire ou un musée d’histoire pour l’industrie textile ?

  • 14 VARINE-BOHAN Hugues de, « Un musée “éclaté” : le Musée de l’homme et de l’industrie, Le Creusot-Mo (...)
  • 15 HUBERT François, « Historique des écomusées », in ASSOCIATION DES AMIS DE GEORGES HENRI RIVIÈRE (d (...)
  • 16 L’atelier-musée du Verre en 1982, la maison de la Fagne en 1983, la maison du Bocage en 1984, le C (...)
  • 17 Voir https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/museo/M0624 [lien valide en avril 2023].
  • 18 Je tiens à remercier Laurent Nachbauer, directeur de l’écomusée de l’Avesnois, de m’avoir transmis (...)

9L’intérêt pour le patrimoine industriel fait de l’écomusée un lieu pour conserver la production textile qui a marqué les paysages : architecture, machines et activité humaine forment un ensemble dont la conservation a été aléatoire. Les écomusées ont participé au développement d’une nouvelle muséologie « avec la collaboration active de la population locale à laquelle, en retour, il s’adresse directement, ce musée est en continuel devenir […]. La communauté tout entière constitue un musée vivant dont le public se trouve en permanence à l’intérieur. Le musée n’a pas de visiteurs, il a des habitants14 ». En 1974, l’écomusée du Creusot-Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) est le premier consacré à un site industriel, plaçant l’homme au cœur du projet et intégrant l’institution muséale à son environnement géographique, architectural et social15. Il sert d’exemple au projet de l’écomusée de Fourmies-Trélon (Nord), lancé en 1977, alors que l’usine Prouvost-Masurel était menacée de fermeture [fig. 3]. Un an plus tard, l’arrêt de la filature marque le début du sauvetage de ce patrimoine architectural : la Ville rachète le bâtiment et le met à disposition de l’association qui crée le musée du Textile et de la Vie sociale (MTVS), au sein de l’écomusée de l’Avesnois où d’autres musées ouvriront entre 1982 et 200316. Une collection est constituée à partir de machines textiles, datées entre 1880 et 1930, provenant du centre de formation professionnelle de Fourmies, et complétée par des acquisitions17. Ce parc de machines forme le noyau de la collection et permet de reconstituer l’industrie de la laine : peignage, filature, tissage [fig. 4]. En lien avec l’Éducation nationale, une collecte est lancée auprès de la population via les scolaires, qui permet de rassembler des témoignages oraux et iconographiques (photographies), des archives, des objets industriels et de la vie quotidienne. Un riche matériel est ainsi collecté, qui vient compléter et documenter les outils de production. La démarche participative est encouragée par le milieu associatif local qui reçoit le soutien de Georges Henri Rivière, et débouche sur l’organisation d’une exposition de préfiguration en 198018.

Figure 3

Figure 3

Le musée du Textile et de la Vie sociale (Fourmies) installé dans l’ancienne filature Prouvost-Masurel qui conserve sa cheminée, 2019.

© Lucie Nicolas.

Figure 4 

Figure 4 

Le parc de machines dans le parcours muséal du musée du Textile et de la Vie sociale (Fourmies), 2019.

© Lucie Nicolas.

  • 19 MARÉCHAL Lionel, « Le musée ne perd pas le fil de l’histoire de Fourmies », La Voix du Nord, 28 fé (...)

10La mobilisation des acteurs locaux dans le sauvetage d’un patrimoine industriel a permis la préservation d’un site et la reconstitution d’une usine, de l’architecture aux outils de production. Un intérêt particulier a été accordé aux machines qui retracent l’évolution des techniques durant le fonctionnement de l’entreprise ; en 1992 une machine à vapeur complète le parcours en montrant l’évolution technologique19. Les collections, qui bénéficient depuis 1982 du contrôle de la Direction des musées de France, sont principalement composées de machines mises en fonctionnement pour des démonstrations ; certaines permettent encore de fabriquer : alimentées en mèches, elles produisent quelques pelotes, vendues à la boutique.

  • 20 MONTPETIT Raymond, « Une logique d’exposition populaire : les images de la muséographie analogique (...)

11Depuis l’ouverture de l’écomusée, les campagnes de collecte ont diversifié la typologie des objets pour documenter l’histoire sociale de la région, permettant de présenter des métiers d’autrefois et de reconstituer d’anciennes boutiques, selon le principe d’une scénographie immersive qui plonge le visiteur dans un autre espace-temps20. L’écomusée s’est construit dans un site industriel (ancienne usine et machines) avec pour objectif de reconstituer un ensemble complet entre la dimension industrielle et la vie des hommes. Aujourd’hui, la dimension participative à l’origine de la création de l’écomusée a laissé place à un musée d’histoire où les machines servent de support au récit technologique, y compris lorsqu’elles sont mises en mouvement pour des démonstrations. Récemment, un métier à tisser a été mis en route pour produire du torchon en coton. L’équipe travaille sur le projet de remettre en fonctionnement plusieurs machines pour produire le fil de laine peignée comme il était produit à Fourmies au xixsiècle. On est ainsi passé d’une politique de sauvetage d’un patrimoine et d’une collecte pour documenter l’histoire technique et sociale d’un site industriel à un projet muséographique qui donne à voir les machines en fonctionnement, la production textile n’étant pas une fin en soi mais participant de la volonté de rendre l’histoire du site compréhensible dans sa dimension industrielle.

  • 21 L’Association pour la création d’un écomusée (AGECO) a permis la création du site dont elle est to (...)
  • 22 CHARPIGNY Florence & MOREL Yves, Vallées moulinières. Regards sur l’industrie de la soie, Montpeza (...)

12Depuis l’ouverture de l’écomusée de Fourmies, de nombreux autres lieux consacrés à une industrie textile ont utilisé ce terme, sans pour autant que le projet de départ ne s’inscrive dans la dimension participative ni dans l’environnement d’un parc naturel. Leur particularité est souvent de conserver un patrimoine bâti industriel et des machines pouvant être mises en mouvement pour montrer leur fonctionnement. Un écomusée du moulinage ouvre ainsi en 1988 à Chirols, en Ardèche, autour du thème de la fabrication des fils de soie, juste à côté du moulinage de Plantevin encore en activité21. Industrie et musée se juxtaposent, permettant une conservation des machines et de leur évolution technique. En 1979, les archives départementales avaient réalisé une exposition sur l’industrie de la soie en Ardèche qui avait contribué à sensibiliser les pouvoirs publics sur la conservation de ce patrimoine industriel né au xixsiècle. En effet, ce département a bénéficié de conditions géographiques favorables, avec ses nombreuses rivières et chutes et une situation privilégiée entre Lyon et Marseille, port de débarquement des soies levantines et extrême-orientales, à proximité des Cévennes où les filatures se sont développées. Un projet de conservatoire des techniques était en réflexion pour collecter la mémoire ouvrière, l’ouverture de l’écomusée de Chirols a bénéficié de ce contexte. Après la fermeture du moulinage en 2005, les collectivités territoriales acquièrent l’ensemble du patrimoine bâti et paysager pour redéployer le musée dans une nouvelle muséographie où sont présentées l’histoire technique de la sériciculture et la mémoire patronale et ouvrière des moulinages de la région22. Le moulinage de Chirols est, à l’échelle du département de l’Ardèche et de l’ancienne région Rhône-Alpes, un des nombreux lieux consacrés à la filière soie (sériciculture, filature, moulinage et tissage), son ouverture répond à l’intérêt du public pour l’histoire industrielle, valorisée dans d’autres projets de conservatoire relevant de l’initiative privée, menés dans les années 2000.

13Plus au sud du département, l’écomusée de la soie à Labastide-de-Virac est une initiative privée qui a ouvert en 2002 dans le château des Roure. Les vers à soie sont élevés devant les visiteurs qui découvrent le fonctionnement d’une magnanerie et une petite exposition retrace les étapes nécessaires à l’obtention du fil de soie et le travail du moulinier. L’emploi du terme écomusée relève ici d’une volonté de communication, promue par les opérateurs touristiques, alors que l’écomusée de Chirols se trouve à 50 km.

  • 23 NACE Christian & Jean-René, Ardèche, terre d’industries. Au temps où les usines parlaient, Montmél (...)
  • 24 Ibid., p. 78.

14Plus au nord de ce département, riche en patrimoine industriel lié à la sériciculture, l’écomusée du moulinage de La Neuve à Marcols-les-Eaux a été conçu grâce à la mobilisation de l’association « Moulins et Moulinages de la Glueyre », créée en 2002 par des passionnés et d’anciens ouvriers du textile et qui œuvre à la conservation du site et à la collecte de témoignages23. Le moulinage de La Neuve a cessé de fonctionner en 1967 mais son architecture, caractéristique des moulinages d’Ardèche, est demeurée intacte et il est un des rares à conserver la totalité de ses métiers, en bon état de conservation, ainsi que les différentes sources d’énergie employées : roue hydraulique, diesel et électricité. Le site prend le nom d’écomusée et se présente comme un conservatoire de la mémoire technique du moulinage ; il est animé par des bénévoles passionnés par l’histoire régionale qui présentent au public l’étape de fabrication du fil, après l’élevage des vers dans la magnanerie24. Durant la période estivale, certains métiers sont remis en état de fonctionnement pour des démonstrations.

15Ces écomusées s’inscrivent dans une politique patrimoniale au sein du parc régional des Monts d’Ardèche, l’industrie rurale du moulinage ayant fortement marqué ce paysage. Ils participent à l’attractivité touristique du territoire en exposant au public une histoire industrielle, des savoir-faire et, dans certains lieux, une histoire ouvrière.

16Dans le contexte de la décentralisation, les collectivités territoriales développent une politique en faveur de la conservation du patrimoine, notamment du patrimoine industriel : le terme d’écomusée connaît alors une certaine popularité, sans doute parce qu’il permet de valoriser un territoire et, comme pour les « maisons », rend le musée moins élitiste. La première génération d’écomusées liés à l’industrie textile a contribué à associer cette appellation à la valorisation d’un site – bâtiments et environnement topographique – sans que la deuxième génération ne mette au cœur du projet la dimension participative et démonstrative qui lui est propre. En 1996, l’ouverture d’un « écomusée textile » dans le parc de Wesserling (Haut-Rhin) témoigne de cette évolution. Le musée ne possède pas de collection, mais dans le bâtiment qui abritait une manufacture d’indiennes aux xviiie et xixsiècles, un parcours historique raconte l’histoire de l’industrie du coton. Comme à Chirols, le projet ambitionne de préserver un ensemble paysager – une usine dans son environnement naturel – et lance un programme de rénovation d’une partie de la friche industrielle. Mais alors qu’à Chirols, les machines ont été préservées25, à Wesserling, les bâtiments les plus anciens et les jardins, sur plusieurs dizaines d’hectares, achetés par le département en 1986, sont vides. Lorsqu’il ouvre au public dix ans plus tard, le site est principalement un parc ; le patrimoine industriel a justifié son rachat par la collectivité mais il n’est pas au cœur du projet culturel, les bâtiments sont en mauvais état et les machines ont disparu depuis longtemps26. L’écomusée de Wesserling s’inscrit dans une dynamique de territoire où le tourisme est tourné vers la nature, son atout est le parc paysager dans lequel la partie muséale ne forme qu’un aspect secondaire, comme l’indique son nom, « Parc de Wesserling », « écomusée textile » n’apparaissant qu’en sous-titre. Plus récemment, des enjeux d’aménagement et de rénovation de la friche industrielle ont conduit les collectivités à valoriser l’histoire de l’industrie textile pour attirer des entreprises dans un projet économique27. La dimension patrimoniale demeure le parent pauvre du projet : lorsque la dernière usine d’impression ferme en 2003, les machines ne sont pas conservées, celles en état de marche sont vendues, les autres détruites. En 2015, la centrale thermique qui servait à produire l’électricité et la vapeur pour l’usine d’impression, fermée en 2003, fait l’objet d’une rénovation et ouvre au public, mais pour des expositions d’art contemporain, sans que les aspects industriels ne soient conservés et valorisés. Le patrimoine architectural, témoin de l’histoire du site entre 1762 et 2003, a été partiellement conservé et seulement en partie restauré, les bâtiments sont les seules traces de l’activité de l’industrie textile : le terme d’écomusée ne se justifie que par la dimension en plein air des lieux à visiter.

  • 28 La fermeture se justifie pour des raisons de sécurisation d’un site en grande partie à l’état de f (...)

17En 1998, l’écomusée du Haut Beaujolais (Saône-et-Loire) résulte, comme à Wesserling, d’une initiative associative, soutenue par des collectivités, mais le contexte est très différent, car l’objectif est de préserver un ensemble industriel cohérent. Dans ce territoire rural, marqué par l’industrie textile du filage et du tissage depuis le xviiisiècle, une ancienne manufacture devient un écomusée retraçant la vie régionale partagée entre artisanat, agriculture et industrie textile. L’écomusée repose sur la rénovation d’un patrimoine industriel : la manufacture de couvertures et molletons de Thizy, exemple d’une entreprise intégrée allant de la fibre jusqu’aux produits finis. Les bâtiments se déploient sur une vaste friche industrielle, après la fermeture de la dernière usine en 1981. Le temps relativement court entre l’arrêt définitif de l’activité industrielle et l’ouverture de l’écomusée a permis une collecte d’outils pour le tissage à domicile, de machines industrielles et de produits. L’histoire de la région est également bien représentée, faisant de l’écomusée le témoin d’une vie rurale et industrielle mise en scène dans des reconstitutions. En 2005, l’obtention de l’appellation « musée de France » pour la collection coïncide avec la fermeture des salles de l’écomusée et le lancement d’une rénovation pour rouvrir au public, toujours en cours28.

18Nés à la même époque, les écomusées de Wesserling et du Haut Beaujolais relèvent d’une démarche patrimoniale opposée. Wesserling s’est inscrit dans la vocation des écomusées défendue par la charte de Sienne (2014) qui « propose que les musées deviennent des centres territoriaux de protection du patrimoine, mais aussi des centres d’interprétation du territoire29 », poursuivant encore aujourd’hui la rénovation de la friche industrielle, mais sans constituer une collection gérée par du personnel scientifique30. À Thizy, la collection « musée de France » est au cœur du projet en lien avec l’idée initiale d’un écomusée, mais la friche industrielle n’a pas bénéficié d’une rénovation d’envergure. Ces deux exemples témoignent de la complexité, pour des structures associatives, de conserver dans sa globalité un patrimoine industriel dans le cadre d’un écomusée, lieu de rencontre entre des acteurs, un bâti, des objets et des savoir-faire, pour correspondre à l’idée d’une industrie vivante et en même temps, une collection répondant à des critères scientifiques. Ces exemples de musées textiles dénommés « écomusées » montrent que la dimension territoriale et l’histoire des savoirs techniques sont au cœur de certaines institutions, dotées d’une collection « musée de France ».

L’atelier-musée, entre conservation des savoirs et créativité

  • 31 FONT-RÉAULX Dominique de, « De l’atelier au musée, le musée-atelier, les ambiguïtés d’un genre mus (...)

19Au xxisiècle, le paysage muséal textile voit apparaître une nouvelle appellation : l’atelier-musée, appellation habituellement réservée à la muséification d’ateliers d’artistes, mais qui, dans le cas du textile, inclut l’idée de production et de création31. Ces lieux revendiquent une démarche de conservatoire qui concerne les machines et les savoir-faire, complétée souvent par une idée de transmission, voire de formation. Dans certains cas, ces ateliers-musées affichent une dimension productive, faisant des machines à la fois des objets anciens à conserver et des outils de fabrication ; on dépasse l’étape de la démonstration, justifiant des projets de remise en route de certaines machines comme à l’écomusée de Fourmies. La conservation des moyens techniques qui peuvent être utilisés pour fabriquer un objet textile implique des manipulations nécessitant un entretien des machines, éventuellement le remplacement de certaines pièces. L’union des termes « atelier » et « musée » laisse penser que cette nouvelle typologie est réservée à une production artisanale, ce que montrent en partie les exemples étudiés.

20Le plus connu est celui du musée du Chapeau de Chazelles-sur-Lyon (Loire), créé en 1983 par des chapeliers réunis en association pour conserver l’histoire du chapeau en poil. Il est devenu en 2002 l’atelier-musée du Chapeau, installé dans l’usine Fléchet, et sa collection bénéficie de l’appellation « musée de France ». Cette modification sémantique du musée à l’atelier-musée correspond à une évolution du site à partir de 1992 avec l’ouverture d’un centre de formation agréé pour tous les métiers autour du chapeau (formier, modiste, fleuriste, plumassier). En 1998, l’intégration d’un chapelier dans l’équipe pour des démonstrations dans le parcours de visite et le développement d’un atelier de production sur place pour la boutique témoignent d’une dimension créative32.

  • 33 Bulletin de liaison des professeurs d’histoire-géographie de l’académie de Reims, no 5, 1992.
  • 34 DROUGUET Noémie, Le Musée de société. De l’exposition de folklore aux enjeux contemporains, Paris, (...)

21D’autres exemples montrent que l’apparition du terme « atelier » est une manière de revendiquer une part de création ou de fabrication au sein du musée. À Mouzon, dans les Ardennes, un musée du Feutre est ouvert par la ville en 1987 pour retracer une histoire industrielle encore en activité. Dans les années 1990, une politique de sauvetage du patrimoine des entreprises textiles qui ferment à Sedan et à Mouzon donne lieu à la constitution d’une collection ; des machines sont installées dans le parcours pour faire des démonstrations33. Après 1993, le musée cherche un renouveau, en s’intéressant au feutre et aux non-tissés dans la mode, le design et l’art34. Le musée est rebaptisé atelier-musée dans ce contexte, lorsque le site se revendique comme un musée d’histoire, tout en se tournant aussi vers la création contemporaine, à travers des résidences d’artistes et des expositions. Dans le parc naturel régional du Périgord-Limousin, le musée des Tisserands, à Varaignes (Dordogne), ouvert en 1987 à l’initiative du maire Gabriel Delâge, est un autre exemple de cette ouverture vers l’artisanat local. Conçu pour conserver les savoir-faire textiles régionaux, le travail du chanvre et de la laine, dont le produit emblématique est la pantoufle charentaise, il présentait une maison du tisserand où était reconstitué un mode de vie artisanale et agricole avec une part consacrée à une production textile. Animé par le centre permanent d’initiatives pour l’environnement du Périgord Limousin (CPIE) créé en 1994, le musée a voulu davantage valoriser la production de la charentaise encore en activité et la création contemporaine, prenant en 2010 le nom d’atelier-musée. Comparée à celle du feutre de Mouzon, la dimension contemporaine demeure beaucoup plus locale, avec des démonstrations faites par des tisserands encore en activité qui exposent leur travail, des résidences d’artistes travaillant à partir de fibres textiles et des marchés d’artisanat.

  • 35 Le service Musées et Patrimoine de la communauté de communes Caux vallée de Seine a lancé en 2020 (...)

22Ces quelques exemples confirment l’hypothèse que le terme d’atelier est une manière de promouvoir le musée comme lieu de création à l’échelle d’un artisanat local ou de métiers d’art. D’autres exemples montrent que cette terminologie est une manière de revendiquer le musée où l’on fabrique. C’est le cas de l’atelier-musée du Textile, ouvert en 2008 à Bolbec en Normandie par l’association « Bolbec, au fil de la mémoire », fondée en 1997 pour conserver le patrimoine bâti et technique de l’industrie de l’impression et du tissage du coton dans une région marquée par la fermeture de l’indiennerie Gillet-Thaon en 1956, puis des usines Boussac en 1975 et Phildar en 1987. Un parc de machines d’origine et de provenance variées est rassemblé dans l’objectif de reconstituer toute la chaîne de filage et le tissage du coton, installé dans l’ancienne usine Desgenétais qui appartenait au groupe Boussac. On y trouve des métiers à tisser artisanaux provenant des zones rurales de production textile et des machines industrielles, vestiges des usines de filage et de tissage du coton, certaines en état de marche [fig. 5]35. L’atelier-musée se revendique comme un conservatoire de l’industrie textile de la région avec une présentation au public qui relève d’un atelier (hangar, machines bruyantes), en reconstituant toute la chaîne de fabrication depuis la balle de coton jusqu’au tissu fini. Mais dans la réalité, une grande partie du parcours se compose de machines utilisées seulement en démonstration tandis que le fil de coton est acheté en bobine. Seules trois machines à tisser, datées entre 1914 et 1960, sont réellement en état de production ; elles servent à la fois pour les visites et au tissage de toiles à carreaux qui sont vendues à la boutique au mètre et en produits finis. La machine emblématique du parcours date des années 1960, elle fabrique le vichy à carreaux de la robe de mariée de Brigitte Bardot, produit à Bolbec [fig. 6]. La part productive dans le parcours muséal existe, mais se limite à quelques machines. La transmission de ce patrimoine à la communauté de communes devrait déboucher sur un nouveau projet muséal et sans doute une nouvelle dénomination, même si le terme « atelier » demeure associé à l’idée d’une histoire de l’industrie textile.

Figure 5

Figure 5

Le banc à broches pour transformer le ruban en mèche de coton actionné pour montrer au public cette étape, atelier-musée du Textile de Bolbec (Seine-Maritime), janvier 2021.

© Aziza Gril-Mariotte.

Figure 6

Figure 6

Le métier à tisser à commande numérique avec lequel est tissé le célèbre vichy rose, atelier-musée du Textile de Bolbec (Seine-Maritime), janvier 2021.

© Aziza Gril-Mariotte.

  • 36 REY Alain (dir.), « Atelier », Le Grand Robert de la langue française, t. I, nouvelle édition augm (...)

23Ces exemples montrent comment le terme « atelier » accolé à musée est une manière de valoriser une industrie ou un artisanat disparu ou encore partiellement en activité qui correspond à la définition du mot : « Lieu où des artisans, des ouvriers travaillent en commun36 ». « Atelier » évoque des machines en état de fonctionner et de produire pour des démonstrations, combinées plus rarement à une production avec une transmission des savoirs par des professionnels aux médiateurs du musée comme à Bolbec ou à Chazelles-sur-Lyon. À Chazelles, le musée est complété d’un centre de formation agréé, faisant du musée une vitrine pour des métiers d’art liés à la chapellerie et un espace de transmission des savoir-faire qui lui donne une dimension atypique au cœur du projet muséal.

24De nombreux sites consacrés à un patrimoine industriel lié à une production textile ont préféré conserver le nom de musée, même si les collections ne sont pas réunies sous l’appellation « musée de France ».

25Ce terme a l’avantage d’être identifiable par le public, il contient le principe de conservation et de valorisation d’une collection. Les exemples étudiés montrent que le terme de musée demeure, même si, en l’adossant à « atelier », on a cherché à lui donner une autre identité, plus en accord avec une fabrication dans le cadre d’un établissement muséal, même limitée à quelques cas de figure – métiers de la chapellerie, machines à tisser relativement récentes. Le musée est apparu comme un lieu où conserver des outils industriels pour éviter leur destruction, mais leur mise en route s’avère complexe, impliquant de reproduire une chaîne de production, comme dans le projet en cours à Fourmies. À Roubaix, le groupe belge Metrax avait ouvert en 2001 un musée du Jacquard pour préserver un parc de machines, finalement données à la Ville en 2009, lorsqu’elle acquiert l’ancienne usine Craye et y ouvre La Manufacture, musée de la mémoire et de la création textile37. Dans cet exemple, la part de production se limite aux stages de tissage proposés en lien avec les thèmes du parcours muséographique, mais sans utiliser les machines qui sont exposées.

La patrimonialisation des savoir-faire et des machines dans les entreprises

  • 38 Voir CARTIER Claudine, « De la connaissance à la protection du patrimoine industriel », in BARROSO (...)
  • 39 Voir https://corderievallois.fr/fr [lien valide en avril 2023].
  • 40 HALITIM-DUBOIS Nadine, « Panorama des usines et machines textiles protégées au titre des monuments (...)

26Dans les années 1970, l’apparition en France d’un mouvement en faveur du patrimoine industriel introduit un début de protection au titre des monuments historiques pour d’anciens sites industriels. L’Inventaire général du patrimoine culturel s’est vu doter d’une « cellule du patrimoine industriel » en 1983, puis certains outils de production ont pu bénéficier de classement au titre de monuments historiques, leur assurant une protection et favorisant leur valorisation muséale38. Le musée industriel de la Corderie Vallois, à Notre-Dame-de-Bondeville (Seine-Maritime)39, est ainsi né d’une volonté de sauver une ancienne usine : dès 1975, le bâtiment et sa roue ont été inscrits à l’inventaire supplémentaire, puis en 1984, la protection est étendue aux machines en tant qu’objets mobiliers. Ce patrimoine industriel bénéficie dix ans plus tard d’une ouverture au public en présentant un ensemble complet : l’usine et ses machines. Cet exemple précurseur est un jalon dans la protection au titre des monuments historiques pour sauvegarder des machines de l’industrie textile dont la conservation s’avère complexe sans muséification. L’étude des machines textiles qui ont été classées ou qui auraient pu l’être montre que les fermetures d’usines entraînent de nombreuses destructions, faute de lieu et de place pour les conserver ou par méconnaissance de leur ancienneté. La solution pour les sauver reste leur transfert dans un musée, comme ces deux métiers à tisser la dentelle de la société Commarmond qui, sur huit métiers classés en 1996, ont pu rejoindre la Cité internationale de la dentelle et de la mode à Calais (Pas-de-Calais) en 201040.

  • 41 Depuis 2019, l’attribution et l’animation du label sont gérées par l’Institut national des métiers (...)
  • 42 CALISTE Lisa & PIERROT Nicolas, « De l’usage des machines patrimoniales dans l’industrie contempor (...)

27Dans les usines encore en activité, le classement au titre des monuments historiques de machines anciennes est un moyen de valoriser un patrimoine devenu rare, ayant été souvent remplacé par des outils plus modernes et performants. La création en 2005 du label « Entreprise du patrimoine vivant » (EPV) par le ministère de l’Économie et des Finances pour distinguer des industries françaises perpétuant un savoir-faire artisanal et une production d’excellence41 a contribué à la conservation de machines classées monuments historiques et à les maintenir en activité. Parmi les entreprises textiles qui se sont vu décerner ce label, très peu continuent d’employer des machines classées, qui impliquent un usage à l’identique et la fabrication de pièces sur mesure. Dans l’inventaire mené par les chercheurs sur les machines classées encore en activité dans les usines en France, l’industrie textile apparaît la plus représentée, sans doute parce qu’elle relève d’un secteur de niche, lié au luxe. Les entreprises voient dans ce contexte un atout supplémentaire pour se distinguer et valoriser l’identité de leur production associée à une histoire et à un territoire. L’entreprise L’Arsoie, fondée en 1918 à Sumène dans le Gard, est un exemple d’une démarche en faveur du patrimoine et de l’identité textile des Cévennes autour de la sériciculture pour que se perpétue une production vouée à disparaître42. L’usine fabrique des bas de soie sans couture, des produits haut de gamme, commercialisés sous la marque Cervin depuis 1953. En 2011, L’Arsoie s’engage dans une labellisation EPV, puis en 2016 elle sollicite l’inscription de ses machines au titre des monuments historiques : deux métiers Reading sont inscrits en 2019. L’obtention du label EPV a encouragé le P.-D.G. Serge Massal, troisième génération à la tête de l’entreprise, à porter une vision patrimoniale globale, allant jusqu’à remettre en route d’anciennes machines datant des années 1930. Si de nombreuses entreprises labellisées EPV conservent et utilisent en partie des outils de production anciens, celles qui se sont engagées dans une protection au titre des monuments historiques sont rares, sans doute par peur des contraintes de conservation et de l’impact sur la rentabilité de leurs fabrications.

28Le label EPV est une manière de valoriser l’industrie textile qui participe à la conservation des savoir-faire artisanaux et industriels au bénéfice d’une production43. Les entreprises et ateliers de production qui ont obtenu ce label organisent parfois une ouverture au public, répondant à l’engouement pour le tourisme industriel44. La patrimonialisation peut ainsi prendre plusieurs formes : labellisation EPV, protection des machines au titre des monuments historiques et ouverture au public par l’organisation de visites des lieux de production. Ces démarches participent à la visibilité de l’entreprise, de ses savoir-faire et de ses produits, souvent en complément d’un magasin d’usine. À la filature Arpin, à Séez en Haute-Tarentaise (Savoie), la démarche patrimoniale de l’entreprise est antérieure à l’organisation des visites, elle remonte à 1999, lorsque certaines machines ont été classées monuments historiques (aujourd’hui deux tiers du parc de production), avant l’obtention du label EPV en 2005. Puis la filature s’est ouverte au public, en se présentant comme un « atelier vivant »45. L’emploi de ce terme prend un autre sens dans le contexte d’une véritable production au sein d’une manufacture qui perpétue depuis 1817 la production du drap de Bonneval. Le lieu et les outils de production ainsi que le produit fini relèvent d’un « patrimoine vivant » qui justifie l’accueil du public pour des visites guidées où l’on découvre l’histoire des techniques et les étapes nécessaires à l’obtention du drap de laine : cardage, filage et tissage de la laine des moutons.

  • 46 PIERRE Cécile, « Du tourisme industriel à la visite d’entreprises », La lettre de l’OCIM, n101, (...)

29Dans un contexte où le tourisme industriel est devenu un secteur en plein essor46, des entreprises ont pu être tentées d’aller plus loin en ouvrant leur propre musée, non comme un conservatoire de machines, mais pour raconter l’histoire d’une industrie et de leur entreprise, avec ou sans collection. Ce phénomène muséal est récent, aujourd’hui quelques entreprises encore en activité seulement ont créé de véritables parcours muséographiques pour valoriser leur patrimoine et présenter aux visiteurs leur place dans l’histoire de l’industrie textile en France. L’entreprise Brun de Vian-Tiran à L’Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse, une des dernières manufactures en France à filer et tisser la laine de mouton depuis 1808, s’est engagée dans cette démarche, en ouvrant la Filaventure. En 2018, l’entreprise familiale affecte un bâtiment pour ouvrir une boutique et un centre d’interprétation avec un parcours immersif et ludique racontant les différentes étapes du métier de lainier, qui participe à la valorisation d’un produit « made in France » et des savoir-faire uniques. Les exemples de la filature Arpin et de la manufacture Brun de Vian-Tiran, qui relèvent du même secteur textile et bénéficient du label EPV, illustrent deux formes de patrimonialisation de leur industrie : organisation de visites guidées permettant de faire découvrir au public la production sur des machines classées au titre des monuments historiques et parcours muséal replaçant l’histoire de l’entreprise dans une histoire mondiale des fibres animales.

30Au xxsiècle, la patrimonialisation de l’industrie textile est une conséquence de la désindustrialisation qui touche toutes les productions en France, mais seule une infime partie des sites – bâtis, machines et outils – a pu bénéficier d’une conservation partielle ou quelques rares fois intégrale. La disparition des savoir-faire et des machines a suscité des expérimentations dont témoignent les appellations « maison », « écomusée » et « atelier ». Les écomusées ont cherché à maintenir en activité ces machines, mais aussi les gestes qui les accompagnent ou la force pour les mouvoir dans la perspective d’être un conservatoire d’un temps révolu, avec parfois une collecte des objets et des témoignages pour replacer l’outil de production dans un ensemble social. L’apparition des musées-ateliers marque la volonté de dépasser la démonstration et le conservatoire pour produire, dans une certaine mesure, mais les contraintes techniques rendent ce modèle muséographique complexe à mettre en œuvre. La plupart du temps, la démonstration demeure le meilleur moyen de faire connaître et comprendre au public le fonctionnement des machines. L’exemple de l’atelier-musée du Chapeau est à la fois emblématique de ce mouvement et exceptionnel par sa dimension de conservatoire et de formation qui en fait un lieu visité par les touristes mais aussi fréquenté par des professionnels de la chapellerie qui viennent bénéficier du centre de formation et de la valorisation des métiers d’art liés à la fabrication du chapeau.

  • 47 « Gros plan sur Clivia Nobili », Les rendez-vous et ateliers de l’écomusée de l’Avesnois, mars-jui (...)

31Le glissement sémantique d’écomusée à atelier montre, à quelques exceptions près, deux générations de muséographie où la présence des acteurs bénévoles, souvent anciens professionnels de l’industrie textile, portés par un projet de valorisation d’une identité industrielle locale, a laissé place à des médiateurs et des guides-conférenciers. Ces acteurs, souvent mobilisés en faveur du sauvetage d’un patrimoine industriel, se sont réunis en associations. Cette dimension sociale tend à diminuer, voire disparaître, laissant place à une gestion par les collectivités pour répondre aux enjeux de la professionnalisation et dans certains cas, de la conservation d’une collection « musée de France ». En tant qu’institutions culturelles, ces musées participent à l’essor d’un tourisme valorisant le patrimoine industriel d’une région ou d’une ville, porté par un intérêt grandissant en faveur de l’industrie textile en France. Dans une certaine mesure, la spécificité des ateliers-musées réside dans la valorisation de la création contemporaine, qu’elle soit artistique, artisanale ou liée à une industrie encore présente comme la soie dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. De nombreux artisans perpétuent l’ennoblissement des fibres textiles et peuvent trouver dans ces musées des lieux d’exposition ; les ateliers-musées ont pu chercher à lier patrimoine et activité artisanale. Mais ces démarches qui visent à faire du musée un lieu d’inspiration pour les créateurs, en organisant notamment des collaborations avec des artistes, ne sont pas spécifiques aux ateliers-musées : le musée de Fourmies a par exemple initié des résidences avec l’utilisation de machines textiles du musée47. Mais dans cet exemple, le musée fait partie de l’écomusée tout en conservant son nom d’origine, « musée du textile et de la vie sociale à Fourmies » ; y faire intervenir des artisans et des créateurs pour utiliser les machines est une manière de proposer une nouvelle démarche participative.

  • 48  FOURNIER Marianne, DESPIERRES Clarisse, MERCANDELLI Cladie & BERNARD Emmanuelle, « Conservation et (...)
  • 49 MATHIEU MERJANOV Virginie, « La patrimonialisation des savoir-faire dans les entreprises textiles  (...)

32La démonstration n’est pas spécifique à ces lieux, ce moyen de médiation existe dans les musées textiles qui possèdent des machines et ne se dénomment ni écomusée, ni atelier, posant la question de leur conservation et des gestes qui les accompagnent48. Dans la majorité des cas, lorsque certaines machines sont en état de marche, elles sont employées pour montrer au public comment elles fonctionnaient et à quelle production textile elles étaient destinées. Cette médiation permet de rendre compréhensible ce patrimoine industriel, en complément d’autres moyens de médiation : archives, photographies, films. Les exemples étudiés montrent que les collections sont majoritairement constituées de machines qui peuvent pour certaines être actionnées ; quelques-unes sont encore utilisées au sein de musées de France comme à Fourmies. Certains musées peuvent promouvoir une forme d’utopie : maintenir en France des savoir-faire et des gestes qui sont encore pratiqués dans les quelques manufactures textiles labellisées EPV, qui participent à d’autres formes de valorisation patrimoniale dans des secteurs de niche pour le monde du luxe. La mise en valeur des procédés anciens se prolonge à l’intérieur des entreprises grâce à la création de ce label, un marqueur identitaire de l’industrie textile dont les productions traditionnelles ont réussi à se maintenir grâce au secteur du luxe. Au-delà d’une valorisation des savoir-faire, les entreprises qui ont fait le choix de maintenir leur production en France sont confrontées à des enjeux de transmission pour faire perdurer une production d’excellence. L’obtention du label apporte une reconnaissance institutionnelle qui donne de la visibilité à ces savoir-faire, même s’il ne résout pas la problématique du maintien des savoirs et de la formation49. Cette problématique a pu être abordée dans une certaine mesure par des « ateliers-musées » lorsque les anciens du textile ont formé une nouvelle génération de médiateurs ; l’exemple du musée de Chazelles-sur-Lyon va encore plus loin puisqu’il est adossé à un centre de formation agréé.

  • 50 Cet intérêt touristique se traduit par l’ouverture au public d’exploitations agricoles, par exempl (...)

33Les entreprises qui produisent encore sur des machines classées au titre des monuments historiques ont fait le choix d’un secteur de niche où le temps de fabrication participe à la valorisation du produit fini. Mais cette démarche reste très rare et ne peut se faire que sur des machines qui n’ont pas besoin d’être modifiées ; la plupart des fabricants qui emploient des mécaniques anciennes se refusent à faire inscrire ou classer leurs outils de production afin de conserver une marge d’adaptabilité indispensable pour continuer à produire en France. Plus récemment, le mouvement en faveur de certaines fibres, dont on redécouvre les propriétés écologiques, a pu donner une visibilité à la relocalisation d’une filière textile comme le lin50, une actualité industrielle qui encourage l’ouverture au public d’autres lieux et rend de nouveau l’appellation « écomusée » attractive. Aujourd’hui, les préoccupations environnementales et écologiques qui touchent l’industrie textile rendent le modèle d’origine de l’écomusée d’une grande actualité, mais dans la plupart des cas, cette appellation renvoie à une idée de conservatoire qui ne le différencie pas d’un musée.

Haut de page

Notes

1 On en dénombre environ une centaine ; voir la cartographie établie in GRIL-MARIOTTE Aziza, « Collections et patrimonialisation des étoffes, une histoire des musées textiles en France », Textile. Collections, valeurs et goûts, actes du colloque de l’Association française pour l’étude du textile (AFET), 26-27 novembre 2021, en cours de publication.

2 HAMON François, « Le musée industriel entre l’exposition des produits de l’industrie et le musée technologique », in GEORGEL Chantal (dir.), La Jeunesse des musées. Les musées de France au xixsiècle, cat. exp., Paris, Réunion des musées nationaux, 1994, p. 91-99.

3 GRIL-MARIOTTE Aziza, « Muséifier les étoffes, la patrimonialisation des tissus en France au xixsiècle », Revue de l’art, n216, vol. 2, 2022, p. 38-49.

4 Le terme de « patrimoine industriel » apparaît en France en 1978 dans le contexte de l’écomusée du Creusot avec la fondation du Comité d’information et de liaison pour l’archéologie, l’étude et la mise en valeur du patrimoine industriel (CILAC) à l’initiative de Maurice Daumas avec les historiens Serge Chassagne, Michelle Perrot et Yves Lequin ; Voir ANDRÉ Bernard, « Les débuts du CILAC », Historiens & Géographes, no 405 (« Le patrimoine industriel »), 2009, p. 153-158. Dans le cadre du CILAC, Maurice Daumas fonde la revue L’Archéologie industrielle en France, dirigée par Louis Bergeron, présidant entre 1990 et 2000 The International Committee for the Conservation of Industrial Heritage (TICCIH) qui rassemble les spécialistes du patrimoine industriel du monde entier. Louis Bergeron a aussi été le président de l’écomusée de la communauté urbaine Creusot Montceau entre 1996 et 2004, un lieu de recherche et d’activités culturelles pour promouvoir le patrimoine industriel, où il fonde en 1999 la revue internationale Patrimoine industriel/Industrial Patrimony dont le dernier numéro a été publié en 2014.

5 Voir l’exemple de Wesserling : « S’appuyer sur les atouts patrimoniaux et paysagers du territoire pour se développer, communauté de communes de la vallée de Saint-Amarin », dans La Singularité des territoires. Nouveaux regards sur l’urbanisme, démarches et ingénieries, actes de la rencontre du réseau, 15 septembre 2010, Réseau de territoires, Mémento no 9, janvier 2011, p. 32-35, [en ligne], https://www.banquedesterritoires.fr/sites/default/files/2019-02/SatelliteE142.pdf [lien valide en avril 2023].

6 POULOT Dominique, Musée et muséologie [2005], Paris, La Découverte, 2009, coll. « Repères », p. 78.

7 Voir la place du textile dans l’inventaire des musées de société en France possédant des collections inaliénables : BARROSO Éliane & VAILLANT Emilia (dir.), Musées et sociétés. Répertoire analytique des musées, bilans et projets 1980-1993, actes du colloque national Musées et Sociétés, Mulhouse-Ungersheim, juin 1991, Paris, Direction des musées de France et Inspection générale des musées, 1993, p. 251-429.

8 GORGUS Nina, « L’Heimatmuseum, l’écomusée et G. H. Rivière », Publics et Musées, nos 17-18 (DESVALLÉES André (dir.), « L’écomusée : rêve ou réalité »), 2000, p. 57-69, disponible en ligne, https://www.persee.fr/doc/pumus_1164-5385_2000_num_17_1_1155 [lien valide en avril 2023].

9 JOUBERT Alain, « L’Écomusée définition et missions à travers l’exemple de la basse-Seine », in CROGIEZ Sylvie & FLAMBARD HÉRICHER Anne-Marie (dir.), Conservation et mise en valeur du patrimoine culturel, journée d’études du GRHIS, 21 octobre 1995, Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, coll. « Sociabilité, culture et patrimoine », 1999, p. 13-21.

10 La gestion associative du musée du Lin a connu un renouveau en 2016 avec la fondation d’une nouvelle association « Roumois, Terres vivantes en Normandie », présidée par Alain Joubert, ancien conservateur des musées du Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande, fédérant toutes les anciennes associations des différentes structures de l’écomusée (Maison du lin à Routot, moulin de pierre à Hauville, à La Haye-de-Routot la chaumière aux orties, le four à pain, le musée du Sabotier et le Jardin des herbes sauvages).

11 Se référer à https://maisondescanuts.fr [lien valide en avril 2023].

12 Voir http://www.maison-passementerie.info/accueil-plan-du-site/entrée-dans-l-univers-du-musée-de-la-passementerie-de-jonzieux-et-plan-du-site [lien valide en avril 2023].

13 À la suite de la fermeture de l’entreprise Braud en 1970, la Ville a racheté le bâtiment pour le rénover et installer le musée dans un site de patrimoine industriel.

14 VARINE-BOHAN Hugues de, « Un musée “éclaté” : le Musée de l’homme et de l’industrie, Le Creusot-Montceau-les-Mines », Museum, vol. XXV, no 4, 1973, p. 242-249, disponible en ligne, https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000012428_fre [lien valide en avril 2023].

15 HUBERT François, « Historique des écomusées », in ASSOCIATION DES AMIS DE GEORGES HENRI RIVIÈRE (dir.), La Muséologie selon Georges Henri Rivière. Cours de muséologie, textes et témoignages, Paris, Dunod, 1989, p. 146-154.

16 L’atelier-musée du Verre en 1982, la maison de la Fagne en 1983, la maison du Bocage en 1984, le Conservatoire du patrimoine religieux en 1986 et le musée des Bois jolis en 2003.

17 Voir https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/museo/M0624 [lien valide en avril 2023].

18 Je tiens à remercier Laurent Nachbauer, directeur de l’écomusée de l’Avesnois, de m’avoir transmis le Projet scientifique et culturel avec l’historique des collections, et les photographies pour illustrer cet article.

19 MARÉCHAL Lionel, « Le musée ne perd pas le fil de l’histoire de Fourmies », La Voix du Nord, 28 février 2020, disponible en ligne, https://www.lavoixdunord.fr/717250/article/2020-02-28/le-musee-ne-perd-pas-le-fil-de-l-histoire-de-fourmies [lien valide en avril 2023].

20 MONTPETIT Raymond, « Une logique d’exposition populaire : les images de la muséographie analogique », Publics et musées, no 9 (Bernard SCHIELE (dir.), « Les dioramas »), 1996, p. 55-103.

21 L’Association pour la création d’un écomusée (AGECO) a permis la création du site dont elle est toujours gestionnaire.

22 CHARPIGNY Florence & MOREL Yves, Vallées moulinières. Regards sur l’industrie de la soie, Montpezat-sous-Bauzon, Parc naturel régional des Monts d’Ardèche, coll. « Horizon patrimoines », 2007, p. 76-77.

23 NACE Christian & Jean-René, Ardèche, terre d’industries. Au temps où les usines parlaient, Montmélian, La Fontaine de Siloë, 2001, p. 178-179.

24 Ibid., p. 78.

25 CHARPIGNY Florence, « Le parc et le jardin dans le paysage industriel de l’Ardèche, fonctions et représentations », in Évolution et représentation : du paysage de 1750 à nos jours, actes du festival d’histoire de Montbrison, du 28 septembre au 6 octobre 1996, Montbrison, Festival d’histoire de Montbrison, 1997, p. 363-389.

26 La communauté de communes est propriétaire des bâtiments et du parc, le parc et le musée sont gérés par l’Association pour la gestion et l’animation du parc textile de Wesserling, présidée par François Tacquard.

27 Voir https://www.parc-wesserling.fr/wp-content/uploads/2020/06/DP_GENERAL_FR_V2-BD.pdf [lien valide en avril 2023].

28 La fermeture se justifie pour des raisons de sécurisation d’un site en grande partie à l’état de friche industrielle. Après la reprise de la gestion par la communauté d’agglomération de l’Ouest rhodanien, la rénovation du site a été relancée en 2018, et un nouveau PSC validé en 2019 par le ministère de la Culture. Le site Internet http://musees.ouestrhodanien.fr/ecomusee-du-haut-beaujolais-contact.html [lien valide en avril 2023] indique « musée, écomusée ? » donnant une idée des problématiques qui se posent aujourd’hui.

29 ROLLAND-VILLEMOT Bénédicte, « L’écomusée, une nouvelle forme de muséologie à l’international ? », Revue d’histoire des techniques, VIII-1 (« Écomusée : une expansion internationale »), 2020, [en ligne]. https://doi.org/10.4000/ephaistos.7781 [lien valide en avril 2023].

30 Voir https://www.parc-wesserling.fr/wp-content/uploads/2020/06/DP_GENERAL_FR_V2-BD.pdf [lien valide en avril 2023].

31 FONT-RÉAULX Dominique de, « De l’atelier au musée, le musée-atelier, les ambiguïtés d’un genre muséal singulier », Romantisme, vol. 3, no 173, 2016, p. 45-55.

32 Voir https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Auvergne-Rhone-Alpes/Focus/Ouverture-a-Chazelles-sur-Lyon-de-l-Atelier-Musee-du-Chapeau [lien valide en avril 2023].

33 Bulletin de liaison des professeurs d’histoire-géographie de l’académie de Reims, no 5, 1992.

34 DROUGUET Noémie, Le Musée de société. De l’exposition de folklore aux enjeux contemporains, Paris, Armand Colin, coll. « Collection U. Sciences humaines et sociales », 2015, p. 120.

35 Le service Musées et Patrimoine de la communauté de communes Caux vallée de Seine a lancé en 2020 une étude pour rénover la friche industrielle dans laquelle l’atelier-musée du Textile est installé à Bolbec, souhaitant valoriser ce patrimoine textile dans une démarche muséale et créative selon le modèle développé à l’atelier-musée du Chapeau.

36 REY Alain (dir.), « Atelier », Le Grand Robert de la langue française, t. I, nouvelle édition augmentée, Paris, Le Robert, 2001, p. 919.

37 Voir https://lamanufacture-roubaix.com/fr/ [lien valide en avril 2023].

38 Voir CARTIER Claudine, « De la connaissance à la protection du patrimoine industriel », in BARROSO Éliane &VAILLANT Emilia (dir.), Musées et sociétés. Répertoire…, op. cit., 1993, p. 102-104.

39 Voir https://corderievallois.fr/fr [lien valide en avril 2023].

40 HALITIM-DUBOIS Nadine, « Panorama des usines et machines textiles protégées au titre des monuments historiques en Rhône-Alpes », Les Carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes, 2013, [en ligne], http://inventaire-rra.hypotheses.org/2008 [lien valide en avril 2023].

41 Depuis 2019, l’attribution et l’animation du label sont gérées par l’Institut national des métiers d’art, association reconnue d’utilité publique et d’intérêt général sous la tutelle des ministères de la Culture et de l’Économie et des Finances.

42 CALISTE Lisa & PIERROT Nicolas, « De l’usage des machines patrimoniales dans l’industrie contemporaine. Deux exemples textiles en Occitanie : L’Arsoie et Les Toiles du Soleil », Patrimoines du Sud, no 11, 2020, [en ligne], https://journals.openedition.org/pds/3552 [lien valide en avril 2023].

43 Voir https://www.entreprises.gouv.fr/fr/commerce-et-artisanat/dispositifs-et-labels/label-entreprise-du-patrimoine-vivant [lien valide en avril 2023].

44 « La visite d’entreprise, les nouveaux chiffres 2020 en région Grand Est », Entreprise et découverte. L’association de la visite d’entreprise, 2020, [en ligne], https://www.entrepriseetdecouverte.fr/wp-content/uploads/2020/07/communiquepressegrand-est.pdf [lien valide en avril 2023].

45 SERRAZ Gabrielle, « La filature Arpin garde vivant l’art de tisser la laine », Les Échos, 19 août 2005, disponible en ligne, https://www.lesechos.fr/2005/08/la-filature-arpin-garde-vivant-lart-de-tisser-la-laine-614592 [lien valide en avril 2023].

46 PIERRE Cécile, « Du tourisme industriel à la visite d’entreprises », La lettre de l’OCIM, n101, 2005, p. 18-25.

47 « Gros plan sur Clivia Nobili », Les rendez-vous et ateliers de l’écomusée de l’Avesnois, mars-juin 2022, p. 16.

48  FOURNIER Marianne, DESPIERRES Clarisse, MERCANDELLI Cladie & BERNARD Emmanuelle, « Conservation et présentation des lieux et collections de patrimoine textile : l’exemple de la fédération “Transmission du savoir-faire textile en Rhône-Alpes” », In Situ. Revue des patrimoines, no 29, 2016, [en ligne], https://journals.openedition.org/insitu/13463 [lien valide en avril 2023].

49 MATHIEU MERJANOV Virginie, « La patrimonialisation des savoir-faire dans les entreprises textiles », master 2, sciences de l’Information et des Bibliothèques, sous la direction de Céline Guyon, ENSSIB, 2021, p. 27-28.

50 Cet intérêt touristique se traduit par l’ouverture au public d’exploitations agricoles, par exemple une ferme cultivant du lin en Normandie et son « écomusée du Lin » en Normandie : http://lafermeaufildessaisons.fr/ecomusee-du-lin/ [lien valide en avril 2023].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Démonstration et tissage sur un ancien métier à brocher en pied à la maison des Canuts de Lyon, 2021.
Crédits © Philibert Varenne.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 2 
Légende Détail du métier à tisser à mécanique Jacquard à la maison des Canuts de Lyon, 2021.
Crédits © Philibert Varenne.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 3
Légende Le musée du Textile et de la Vie sociale (Fourmies) installé dans l’ancienne filature Prouvost-Masurel qui conserve sa cheminée, 2019.
Crédits © Lucie Nicolas.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37831/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 4 
Légende Le parc de machines dans le parcours muséal du musée du Textile et de la Vie sociale (Fourmies), 2019.
Crédits © Lucie Nicolas.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37831/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Figure 5
Légende Le banc à broches pour transformer le ruban en mèche de coton actionné pour montrer au public cette étape, atelier-musée du Textile de Bolbec (Seine-Maritime), janvier 2021.
Crédits © Aziza Gril-Mariotte.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37831/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 6
Légende Le métier à tisser à commande numérique avec lequel est tissé le célèbre vichy rose, atelier-musée du Textile de Bolbec (Seine-Maritime), janvier 2021.
Crédits © Aziza Gril-Mariotte.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/37831/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aziza Gril-Mariotte, « Les patrimonialisations de l’industrie textile en France entre muséification et valorisation des savoir-faire (xxe-xxie siècle) »In Situ [En ligne], 50 | 2023, mis en ligne le 09 mai 2023, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/insitu/37831 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.37831

Haut de page

Auteur

Aziza Gril-Mariotte

Professeur des universités en histoire de l’art, Aix-Marseille université
Chercheur UMR TELLEMe
Directrice générale du musée des Tissus de Lyon
aziza.GRIL-MARIOTTE@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search