Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Diversité des patrimonialisations...Le musée du Feutre de Mouzon (Ard...

Diversité des patrimonialisations (architecture, machines, savoir-faire)

Le musée du Feutre de Mouzon (Ardennes)

Musée de l’industrie locale ou musée textile ?
The felt museum at Mouzon (Ardennes), a museum of local industry or a textile museum?
Marion Paupert

Résumés

Musée récent, ouvert en 1988, le musée du Feutre de laine, à Mouzon (Ardennes), est à la fois intrinsèquement lié à une histoire locale, celle d’une des dernières usines de feutre de France, et représentatif des tendances générales des écomusées. L’extension de la notion de patrimoine et la désindustrialisation ont donné au musée du Feutre un rôle de conservatoire de la mémoire industrielle de Mouzon et d’un savoir-faire. Mais l’entrée au musée de la production industrielle modifie nécessairement son statut, et la dote de nouveaux enjeux. De plus, pour un musée ayant pour objet une matière et une technique – à savoir le feutre de laine et le feutrage –, l’évolution de la production, de plus en plus artisanale, amène à questionner la représentativité des collections. Cet article cherche donc à la fois à replacer le musée du Feutre dans le contexte de sa création et à interroger les rapports entre musée et système de production, ici du feutre de laine.

Haut de page

Texte intégral

1Le feutre n’est pas qu’un stylo coloré pour enfants, même si l’usage courant du mot a totalement effacé son origine. Le feutre est avant tout un textile non tissé, réalisé à partir de fibres animales en kératine, qui ont la particularité d’avoir une structure en écailles superposées. Sous l’effet de la chaleur et de l’humidité, ces écailles se soulèvent, le mouvement leur permettant d’être dans un second temps enchevêtrées. Les écailles sont ensuite resserrées, afin de produire un textile solide. Contrairement au tissu, la laine n’a pas besoin d’être filée, et le feutre ne présente ni fil de chaîne ni fil de trame.

  • 1 Pour une histoire plus approfondie des Sommer, voir RENARD Alain & MORELLE Carole, « Une saga indu (...)

2Néanmoins, à Mouzon, l’histoire du feutre est bien liée à celle du tissu. Le privilège accordé à Sedan pour la fabrication de drap de laine sous Louis XIV favorise la naissance sur tout le territoire environnant d’une activité textile. Mouzon, avec ses deux bras de Meuse, est un site idéal pour l’installation d’une filature. Ainsi, aux alentours de 1807, André Poupart de Neuflize (1784-1836), déjà propriétaire d’une manufacture de draps à Sedan, y installe une unité de fabrication. À la fin du xixe siècle, Alfred Sommer (1847-1917), tout d’abord appelé comme teinturier, rachète cette filature et la transforme en usine de feutre1. L’usine est transmise de père en fils sur trois générations jusqu’à sa fusion, dans les années 1970, au sein d’un groupe international. L’usine de Mouzon est représentative de l’évolution du capitalisme en France au cours du siècle dernier et de la désindustrialisation progressive des Ardennes.

3Malgré la survivance d’une petite unité de découpe et de négoce, l’usine ne produit plus aujourd’hui de feutre et est devenue une friche. Même si le musée du Feutre a ouvert alors que l’usine était encore en fonctionnement, un des rôles qui lui a été assigné dès l’origine est la valorisation de l’histoire industrielle particulière de Mouzon. Le musée a donc pour objet central cette matière méconnue qu’est le feutre de laine, en lien avec l’industrie qui a façonné la ville pendant près d’un siècle. Cet ancrage fort dans l’histoire locale et cette thématique pointue font du musée de Mouzon le seul « Musée de France » entièrement consacré au feutre.

4En raison de cette approche par la matière et de ses liens étroits avec la tradition industrielle mouzonnaise, le musée du Feutre est un véritable musée de société et non un musée technique, même si les transformations mécaniques sont évoquées à plusieurs reprises dans le parcours de visite. Considéré comme le plus ancien textile de l’humanité, le feutre permet d’aborder l’évolution des sociétés depuis la naissance de l’agriculture jusqu’aux procédés les plus modernes, où les fibres synthétiques sont enchevêtrées grâce à des solvants. Le détour par la matière permet au musée d’adopter des perspectives très différentes sur l’histoire et le rapport de l’homme à son environnement.

5Toutefois, bien loin d’être hors du temps, le musée lui-même est révélateur des transformations de la société, et notamment du changement de point de vue sur l’industrie. Les bouleversements dans la production de feutre en France et le lent déclin de l’industrie à Mouzon ont conduit le musée à évoluer. Nous essayerons de retracer ces phases dans l’histoire du musée, en nous intéressant particulièrement au processus de patrimonialisation de l’industrie. En effet, si la volonté politique de créer un musée à Mouzon fut très forte, la thématique n’était pas définie dès l’origine, et nous verrons quels facteurs ont amené le feutre à être retenu comme objet central. Néanmoins, l’activité industrielle étant de plus en plus menacée, les tensions entre monde muséal et monde industriel se sont accrues, et le rôle de conservatoire de la mémoire industrielle a été à la fois affirmé et critiqué. Avec la fermeture de l’usine, le musée du Feutre a perdu peu à peu sa forte dimension industrielle pour accompagner les mutations de la production, en mettant en avant l’artisanat du feutre.

Du musée du Mouzonnais au musée du Feutre

6Musée unique en France, le musée du Feutre est situé à Mouzon, petite ville des Ardennes et site de l’une des dernières usines de fabrication de feutre en France. La dernière unité de production de textile a fermé définitivement en 2007, après des années de déclin. Aujourd’hui, l’usine a perduré au sein d’une multinationale, avec une unité d’une dizaine de personnes employées au négoce et à la découpe du feutre produit ailleurs en Europe. L’activité textile relève du passé industriel, à Mouzon comme dans les Ardennes en général.

  • 2 Aujourd’hui conservateur en chef du patrimoine honoraire.

7Le musée du Feutre conserve donc la mémoire de ce passé industriel textile mais se distingue d’un certain nombre de musées de société, et notamment de musées textiles, par son origine, qui n’est pas associative. Fruit d’une véritable volonté politique, la création du musée de Mouzon fut décidée en 1983-1984. Au départ, la volonté de créer un musée dominait, sans que les collections et le propos ne soient déterminés. Un « ethnographe-muséologue » fut recruté, ayant pour mission de désigner les éléments constitutifs du « Mouzonnais », première appellation envisagée pour le musée. Le feutre n’était alors qu’une des nombreuses thématiques retenues par l’ethnographe, Richard Keller2, à côté du cheval ardennais ou de l’histoire de l’aviation. De « musée du Mouzonnais » [fig. 1], le musée va progressivement devenir le musée du Feutre sous l’influence conjointe de deux facteurs, eux-mêmes intrinsèquement liés.

Figure 1

Figure 1

Le musée du Mouzonnais, qui n’exista que lors de l’exposition de préfiguration en 1988.

© photographe inconnu (musée du Feutre).

  • 3 Lettre de Robert Legris à Jacqueline Sommer du 24 janvier 1986, archives du musée du Feutre. L’aff (...)

8Premier élément motivant l’évolution du musée du Mouzonnais vers le musée du Feutre, la volonté de Jacqueline Sommer d’honorer la mémoire de son mari, François Sommer (1904-1973), dernier dirigeant de l’usine de feutre de Mouzon, qui en modernisa la production. Soutien important du musée dès son origine, Jacqueline Sommer est sollicitée pour participer financièrement à la reconduction du contrat de l’ethnographe-muséologue chargé de la préfiguration du musée ; elle s’étonne alors de l’absence de toute référence aux Sommer dans le futur parcours muséal. De fait, seul le feutre est cité dans les documents préliminaires, et jamais le nom de la famille Sommer. À la suite de cet échange, une première inflexion est donnée au projet, puisqu’il s’agit désormais d’honorer la mémoire de « celui qui a été à l’origine de tout puisque sans lui Mouzon ne serait rien aujourd’hui3 ».

  • 4 L’Union, Ardennes, article du 5 août 1986, archives du musée du Feutre.

9Second élément qui motive le changement de thématique du musée, le souhait de mettre en valeur la dynastie Sommer dans l’exposition permanente se justifie également par l’évolution du contexte industriel. En l’absence d’héritier, Pierre et François Sommer avaient décidé en 1972 de fusionner l’ensemble du groupe Sommer avec le groupe international Allibert, spécialiste des plastiques. Pour Mouzon, cette évolution importante marque la fin d’un modèle industriel paternaliste, qui avait fortement façonné la société et l’urbanisme de la ville pendant près d’un siècle. Ce rachat est un tournant dans l’industrie du feutre à Mouzon. Bien qu’aucun document officiel ne le mentionne lors de l’étude préalable, des craintes sur l’avenir de l’industrie textile à Mouzon commencent à poindre. Quelques articles du quotidien régional L’Union évoquent une « industrie aujourd’hui dépassée4 », et bien que la formule soit, sur l’exemplaire du musée, entourée et annotée d’un point d’exclamation rageur, il est indéniable que le volume de production ne cesse de baisser, de même que le nombre d’ouvriers. Ainsi, les craintes de plus en plus fortes pesant sur l’avenir de l’industrie du feutre ont-elles conduit à reconsidérer la place à accorder à cette thématique au sein du musée.

  • 5 GAYOT Gérard & LASSAUX Bruno, « Manufactures et usines dans une citadelle : Sedan (xviie-xixe sièc (...)
  • 6 Si les tapis point de Sedan apparaissent au xixe siècle, leur nom renvoie sciemment à une dentelle (...)

10Cette inquiétude sur le devenir des usines Sommer est fondée, au regard de l’évolution de l’industrie textile, voire de l’industrie en général, notamment dans les Ardennes. Le déclin de l’industrie lainière à Sedan et ses alentours est amorcé depuis plus d’un siècle, le tournant vers la mécanisation ayant été engagé trop tardivement à la fin du xixe siècle5. Quelques substituts résistent encore dans les années 1960, comme le tapis « point de Sedan », dont les origines remontent à la fin du xixe siècle6 et qui visait à obtenir, grâce à un procédé inédit, des tapis proches des modèles orientaux, confectionnés à partir de métiers à tisser mécaniques et non pas noués à la main. Après la Seconde Guerre mondiale, l’entreprise s’oriente définitivement vers une production de luxe. Cette évolution, d’une production de masse vers la mise en avant d’un savoir-faire unique au rendement moindre, mais de très grande qualité, est le signe d’un processus de patrimonialisation de l’industrie, dont la valeur tient avant tout à son ancrage dans l’histoire. L’industrie textile est très nettement sur le déclin depuis plusieurs décennies dans les Ardennes.

  • 7 Les aiguilles harpons, aux contours crénelés comme l’arme de pêche, enchevêtrent les fibres pour c (...)

11Pour pallier ce phénomène, François Sommer avait amorcé dès l’après-guerre la mutation de l’usine : la fabrication du feutre était devenue peu à peu minoritaire, au profit des revêtements de sols, thibaudes et « Tapisoms », où la quantité de fibres synthétiques ne cesse d’augmenter. L’appellation « feutre » désigne alors de plus en plus souvent une technique, à savoir l’agglomération de fibres non tissées. Ce n’est plus, comme auparavant, une matière, à savoir le feutre de laine, où les fibres de laine sont enchevêtrées sous l’effet conjugué de l’humidité, de la chaleur et du mouvement. Cette production de feutre de laine sous l’effet de l’humidité est à la frontière de l’industrie et de l’artisanat : il est indispensable qu’un ouvrier qualifié juge, par le toucher, la densité du feutrage en fin de chaîne. La production ne peut pas être totalement mécanisée, contrairement au feutre aiguilleté, qui agglomère les fibres de laine sous l’effet mécanique de milliers d’aiguilles harpons7. Le succès des Sommer est donc lié à une évolution de la production, plus en phase avec la demande des consommateurs lors des Trente Glorieuses, et à la mécanisation de l’industrie, qui permet de produire en plus grande quantité et à moindre coût. Cette mécanisation n’est toutefois pas synonyme de réduction de la main-d’œuvre, puisque le nombre d’ouvriers ne cesse de croître, jusqu’à atteindre un millier en 1965. Lorsque point l’idée de créer un musée, la production de feutre de laine, au sens traditionnel, est déjà minoritaire à Mouzon depuis plusieurs années.

  • 8 COLINET René, « De la difficulté de la métallurgie ardennaise à faire patrimoine », in DOREL-FERRÉ (...)

12Malgré ces transformations, l’entreprise Sommer connaît le destin général de l’industrie en France et dans les Ardennes dans les années 1980 : nombre d’entreprises qui étaient auparavant transmises de génération en génération sont absorbées au sein de groupes internationaux souvent anonymes. Ces fusions ou rachats s’accompagnent généralement de délocalisation des sites de production à l’étranger. À cet égard, l’industrie de feutre de Mouzon peut être mise en parallèle avec le fabricant d’électroménager Arthur Martin dont les effectifs sont drastiquement réduits dans les années 1980 à la suite du rachat de l’entreprise familiale ardennaise par Electrolux8. Ainsi, bien qu’il ne soit jamais fait mention d’un déclin de l’usine de feutre de Mouzon dans les études préalables à la construction du musée, et que l’hypothèse d’une disparition de l’activité de fabrication de feutre à Mouzon ne soit jamais évoquée, le contexte industriel et économique ne peut être ignoré par les différents acteurs à l’origine du musée. On peut supposer que l’inflexion du musée du Mouzonnais vers un musée du Feutre est liée aux inquiétudes de plus en plus fortes qui pèsent sur l’activité industrielle en France [fig. 2].

Figure 2

Figure 2

Vue ancienne de l’atelier pédagogique du musée du Feutre, encore utilisé. Le nom à l’entrée du musée a changé, le musée du Mouzonnais est devenu musée du Feutre.

© photographe inconnu (musée du Feutre).

Musée de société ou musée du passé ?

13L’avenir de l’industrie feutrière, et donc de l’usine de Mouzon, apparaissant de plus en plus incertain, un processus de patrimonialisation du feutre et de l’industrie Sommer se met en place. À l’inverse, l’usine de métallurgie Ollivet n’apparaît jamais dans le projet de musée alors que, représentative d’une tradition industrielle ardennaise, elle a contribué à l’évolution des procédés de fabrication en métallurgie. Les enjeux de survie ne sont assurément pas aussi prégnants, et l’usine Ollivet existe d’ailleurs encore à Mouzon, contrairement à l’usine Sommer. Toutefois, l’usine Ollivet est elle aussi caractéristique des métamorphoses du capitalisme au siècle dernier, avec la fin d’un modèle familial au profit d’un groupe international, ici ArcelorMittal. Il est probable que la thématique de la métallurgie n’ait pas retenu l’attention de l’ethnographe-muséologue, car elle ne suscitait pas les mêmes inquiétudes que le feutre, alors en déclin.

14L’objet finalement retenu pour le musée, le feutre, est emblématique de trois phénomènes des années 1980 : la multiplication des musées, et notamment des écomusées, l’extension de la notion de patrimoine et la conservation d’une industrie en voie de disparition, ces trois phénomènes étant liés.

  • 9 Cité dans POIRRIER Philippe, « Les politiques du patrimoine en France sous la VRépublique. D’une (...)

15Le musée est envisagé comme un levier de développement, notamment touristique, et nombre de communes espèrent renforcer leur attractivité par la création d’un musée. Le musée, comme sa première appellation l’indique, a pour but de révéler une identité propre au « Mouzonnais », afin de la faire découvrir aux visiteurs. Pour ce faire, il est envisagé que le musée s’appuie sur des objets aussi divers que le cheval ardennais, l’histoire de Mouzon et l’industrie du feutre. La variété des thèmes considérés est un écho direct de la nouvelle définition du patrimoine telle que l’énonce le ministre de la Culture et de la Communication d’alors, Jean-Philippe Lecat (1935-2011), en 1979 : « Le patrimoine, ce n’est plus la froideur des pierres, la glace qui nous sépare des objets de musée. C’est aussi le lavoir de village, la petite église rurale, le parler local ou le charme des photos de famille, les savoir-faire et les techniques […], la langue, les traditions écrites et orales, l’architecture modeste9. » Si cette nouvelle définition accorde une place majeure au vernaculaire, elle renvoie avant tout au passé, aux éléments du quotidien qui ont disparu ou sont en train de disparaître. L’industrie du feutre, avec notamment la figure centrale de la dynastie Sommer, relève bien de cette « mémoire » et d’une volonté de ne pas oublier cette industrie qui a tant façonné Mouzon.

  • 10 PROST Antoine, « Notre société ne craint plus d’être submergée par le passé, mais de le perdre », (...)
  • 11 MCLUHAN Marshall & FIORE Quentin, War and Peace in the Global Village. An Inventory of Some of the(...)
  • 12 « maison ronde ». Voir CUISENIER Jean, « Une tente turque d’Anatolie centrale », L’Homme. Revue fr (...)
  • 13 L’estive désigne le fait d’emmener les troupeaux de champs en champs durant la saison estivale afi (...)

16La logique mémorielle et la crainte de perdre le passé, pour paraphraser Antoine Prost10, conduisent à patrimonialiser l’activité industrielle, mais également à acquérir, dès l’ouverture du musée, une importante collection d’objets turcs. Ces pièces sont achetées par la Ville de Mouzon en 1986 à l’ethnographe Gül Ar, qui les a collectées lors d’une enquête ethnographique en Turquie. Le but de cette enquête de terrain était de documenter la tradition du feutrage manuel et de récolter des objets en feutre de laine, alors délaissés au profit de matières plus modernes, à l’heure du « village global11 », qui abolit les frontières et uniformise les pratiques culturelles. Bien qu’il se veuille représentatif d’une identité locale, le musée du Feutre se dote dès l’origine de pièces ethnographiques extraeuropéennes, car ce type de production est de moins en moins courante, révélant un abandon plus général du feutre face aux matières synthétiques. Le musée du Feutre acquiert ainsi de nombreux objets liés à l’artisanat du feutre en Turquie, et notamment une yourte de nomades turque. Ce type de « topak ev12 » est alors laissé à l’abandon par la dernière génération de bergers anatoliens, qui lui préfère des structures plus faciles à transporter. C’est quand les pratiques culturelles, comme ici l’estive13, cessent, ou du moins, se transforment, que les objets qui leur sont associés deviennent patrimoine et entrent au musée [fig. 3]. C’est bien la même logique qui préside à la patrimonialisation de l’industrie du feutre mouzonnaise et à l’achat d’une importante collection turque de feutre artisanal : l’évolution des pratiques et des sociétés amène à regarder comme dignes d’être conservés des objets emblématiques d’une société qu’on craint de voir disparaître.

Figure 3

Figure 3

Exposition de la collection turque au musée du Feutre dès 1988.

© photographe inconnu (musée du Feutre).

Le musée du Feutre, lieu de mémoire ouvrière ou industrielle ?

  • 14 RIVIÈRE Georges Henri, « Définition évolutive de l’écomusée », janvier 1980, reproduit dans Museum(...)
  • 15 POULOT Dominique, Une histoire des musées de France, xviiie-xxsiècle, Paris, La Découverte, coll (...)

17Avec cette nouvelle définition du patrimoine apparaît une nouvelle typologie de musée, souvent désigné comme « écomusée ». Par opposition à un musée de beaux-arts, l’écomusée n’a pas pour but de conserver des chefs-d’œuvre ou des travaux d’artistes mais est « un miroir où cette population se regarde, pour s’y reconnaître, où elle recherche l’explication du territoire auquel elle est attachée, jointe à celle des populations qui l’ont précédée, dans la discontinuité ou la continuité des générations », selon la définition qu’en donne Georges Henri Rivière en 198014. L’écomusée vise donc à préserver « une mémoire collective d’où émerge une identité15 ». Le musée du Feutre, conçu comme un lieu de valorisation de l’activité industrielle de Mouzon, et notamment de son passé glorieux au temps des Sommer, participe bien de cette logique mémorielle. Ainsi, entre le musée du Mouzonnais et le musée du Feutre, le fil conducteur reste la volonté de créer un musée de l’identité locale, qui mette en avant les spécificités du territoire. Le musée du Feutre, par ses collections et son rôle de porteur d’une identité, relève bien de la logique de l’écomusée.

18Toutefois, à l’instar de nombreux musées de ce type, les principes de participation des acteurs locaux au processus muséal et d’appropriation du musée se sont heurtés à de nombreuses difficultés. Comme évoqué plus haut, le musée du Mouzonnais était un projet porté par les élus de la Ville de Mouzon, et qui avait été conçu alors que l’usine était encore en fonctionnement. Le projet de patrimonialisation n’était pas mené par les ouvriers, préoccupés par la survie de l’industrie dans les Ardennes. C’est un professionnel de la recherche, « ethnographe-muséologue », selon le titre qui lui est donné dans les documents officiels, qui fut recruté pour définir cette fameuse identité mouzonnaise. Aucune participation des ouvriers ne semble avoir été sollicitée, et l’ethnographe paraît être resté dans une posture classique d’extériorité vis-à-vis de son sujet. Dès l’origine, une fracture s’installe entre spécialistes chargés de la préfiguration du musée et monde de l’usine, alors même qu’un des buts du musée était de valoriser la spécificité industrielle de Mouzon. Cet écart est d’autant plus grand pour les salariés les plus éloignés du monde de la culture, souvent en bas de la hiérarchie au sein de l’entreprise.

  • 16 La Manufacture de Roubaix (Nord), « musée de la Mémoire et de la Création textile », a réussi à al (...)

19Cette distance s’incarne notamment dans le choix du bâtiment du musée, qui est également révélateur de l’extension de la notion de patrimoine évoquée ci-dessus. Contrairement à de nombreux autres musées de société à dimension industrielle, implantés sur l’ancien lieu de production, le musée du Feutre ne peut s’installer dans les locaux de l’usine Sommer, encore en activité en 198616. Le choix est fait, au prix de nombreux aménagements, d’établir le musée dans l’ancienne grange et étable de l’abbaye bénédictine de Mouzon, en plein centre-ville, à proximité de l’abbatiale gothique. Ayant auparavant abrité les services techniques municipaux, ce bâtiment bénéficie du nouveau regard porté sur « l’architecture modeste », selon les mots du ministre, et est donc jugé digne d’accueillir le musée. Toutefois, ce choix a, géographiquement et symboliquement, éloigné l’usine et le musée. Au métal de l’usine s’oppose la pierre jaune, identique à celle de l’abbatiale. Le feutre devient patrimoine, et cesse d’être industrie, en entrant dans ce bâtiment historique. Une distance s’instaure dès les prémices du musée entre le lieu de production et le musée. Aujourd’hui encore, cette localisation est ambivalente : le musée est parfaitement intégré au centre historique et touristique de Mouzon mais l’usine, en grande partie désaffectée, est laissée à l’abandon [fig. 4]. La confusion qui advient parfois entre la friche et le musée produit l’effet inverse de la valorisation escomptée.

Figure 4

Figure 4

La friche Sommer, où persiste une unité de découpe et de négoce de feutre, 2013.

© Alain Renard.

20La distance entre musée et usine se mue en opposition à la fermeture de l’usine en 2004. Bien que le nombre d’employés n’ait cessé de se réduire d’année en année à l’usine de feutre, la quasi-fermeture de l’usine et l’abandon total des activités de production, sans être une véritable crise, marquent la fin d’une époque, et la fin d’une identité mouzonnaise. Les pancartes « Le feutre doit être industriel, et non pas au musée ! », accrochées aux fenêtres de l’usine Sommer, mettent en opposition l’usine, lieu de production et de vie, et le musée qui, en faisant du feutre un art, signe sa mort en tant que produit industriel [fig. 5]. Avec cet arrêt de la production, le rôle du musée comme conservatoire du passé feutrier de Mouzon devient essentiel.

Figure 5

Figure 5

Cour de l’usine Sommer de Mouzon, probablement en 2004.

© photographe inconnu (musée du Feutre).

  • 17 PROST Antoine, Douze leçons sur l’histoire, op. cit., p. 302.

21À la fermeture de l’usine, une partie des machines entre au musée, car « Jeter [est devenu] impossible17 ». D’outils de production, ces machines deviennent objets de collection. Ces instruments, à la disparition de l’activité, sont considérés comme relevant du patrimoine et sont aujourd’hui de véritables témoins du passé, puisque ce type de pièces n’est quasiment plus fabriqué. Néanmoins, ces objets qui, par rapport à l’histoire longue des musées, sont entrés dans son champ de compétence très récemment, soulèvent de nombreuses problématiques inédites en termes de conservation, en raison notamment du volume des machines. Certains objets, au statut mal défini, relèvent entièrement de cette logique mémorielle mais interrogent la notion de collection muséale, à l’instar du vélo utilisé à l’usine Sommer pour relayer les messages entre unités encore conservé par le musée. Cette bicyclette n’a aucune valeur particulière, si ce n’est d’être un témoignage du fonctionnement passé de l’usine, où les transmissions entre bâtiments se faisaient à vélo. Se pose donc la question de conserver ou non cet objet en tant que pièce de collection, puisque sa valeur est avant tout archivistique, voire sentimentale pour les Mouzonnais les plus âgés. Avec la patrimonialisation, et notamment la patrimonialisation de l’industrie, de nouvelles questions sur le rôle des collections émergent. Tout objet relevant du passé peut-il, sous le simple effet du temps qui passe, devenir objet de collection ? Le patrimoine qui, au sens muséal, ne peut être entendu que comme patrimoine commun, doit-il, pour entrer dans une collection publique, relever d’une échelle minimale, à savoir intéresser au moins un village, une région, ou doit-il nécessairement faire des liens avec l’échelle nationale ? Ces questions, qui invitent à une réflexion sur la définition même du musée, se posent de manière très concrète au sein des écomusées, où le lien avec le vernaculaire est immédiat, notamment à travers des propositions de dons régulières mais parfois inadaptées.

22Le processus de sauvegarde de la mémoire industrielle par la sauvegarde des machines avait déjà été amorcé avant même l’arrêt de l’activité. En effet, avec l’évolution de la production, et notamment l’inflexion vers la fabrication de synthétiques dans les années 1970, certains employés eurent à cœur de transmettre les procédés de production traditionnelle du feutre, qui avaient été au cœur de l’usine Sommer pendant près d’un siècle. Jean Raulin, ingénieur à l’usine Sommer sous Roger puis François Sommer, contribua fortement à la constitution des collections, en réalisant, à échelle réduite, des reproductions d’un grand nombre de machines de l’usine [fig. 6]. Comme dans de nombreux écomusées, l’implication des ouvriers dans le processus muséal reflète la hiérarchie au sein de l’usine, avec une participation des cadres et, beaucoup plus rarement, des ouvriers.

Figure 6

Figure 6

Chaîne de cardage et feutrage du musée du Feutre, prise de vue 2023.

© photographe inconnu (musée du Feutre).

23Si ces outils, répliques à échelle réduite de machines pour le musée ou anciens outils de production, sont des supports de médiation formidables lorsqu’ils fonctionnent, leur conservation est particulièrement problématique. Le fonctionnement d’un certain nombre de pièces n’était connu que de leurs créateurs, ingénieurs de formation. Le personnel du musée est aujourd’hui incapable de mettre en mouvement ces outils, voire d’expliquer de façon purement théorique leur rôle dans la chaîne de production. Les véritables savoirs et compétences de ces ouvriers de l’usine ont quasiment disparu : les machines de démonstration, lors de leur création dans les années 1980, étaient déjà en partie obsolètes, représentant les procédés de l’usine au temps des Sommer. Ainsi, à l’inévitable vieillissement des ouvriers ayant travaillé à l’usine se greffe la question des générations, les ouvriers ayant connu les Sommer et ce type de machines étant à présent quasiment tous décédés. Néanmoins, la chaîne de feutrage à échelle réduite est encore en état de fonctionnement et permet d’expliquer de façon vivante la fabrication du feutre à l’usine telle qu’elle avait lieu dans les années 1950. Toutefois, sa conservation n’est pas sans problèmes, car de nombreux éléments sont difficiles à entretenir, n’entrant ni dans le champ habituel de la conservation ni dans les outils de l’industrie actuelle, comme les courroies de cuir.

  • 18 POULOT Dominique, Une histoire des musées en France…, op. cit., p. 184.
  • 19 DESCAMPS Florence, « En guise de réponse à Giovanni Contini : de l’histoire orale au patrimoine cu (...)
  • 20 VARINE Hugues de & DEBARY Octave, « Un entretien avec Hugues de Varine », Publics et Musées, nos 1 (...)

24La « représentation du corps social18 », enjeu de l’écomusée et notamment du musée du Feutre, passe par les objets matériels, et notamment les outils de production devenus objets de collection. L’histoire ouvrière, dans sa dimension quotidienne et intime, n’est abordée que par la figure de François Sommer et sa politique paternaliste à Mouzon. La légitimité des « archives orales », à la création du musée, faisait encore l’objet de débats entre universitaires19 et aucun témoignage d’ouvrier n’a été intégré au parcours muséal. Cette absence reflète les préoccupations muséographiques de l’époque, avec un intérêt pour les objets très fort, dans le sillage de Georges Henri Rivière20. Le parcours révèle également l’élaboration d’un discours autour de l’usine Sommer, désormais disparue, construit notamment par les anciens cadres et ingénieurs. La mécanisation, l’innovation et la performance technique sont mises en exergue. Ce discours reflète la situation de ces ingénieurs dans l’entreprise et leurs missions professionnelles, tournées vers l’innovation et le rendement, et s’incarne dans les machines et outils de production, symboles de la modernité de l’usine.

Un musée en phase avec l’évolution de la production

25Le musée du Feutre a été pensé, nous l’avons vu, comme le conservatoire d’un passé en train de disparaître. Il est le témoin d’une identité proprement mouzonnaise : le savoir-faire feutrier développé dans les usines Sommer. Toutefois, le musée du Feutre a su dépasser ce rôle de monument à la gloire d’une époque révolue pour être un musée vivant, non sans présenter parfois quelques paradoxes.

26Conséquence de la fin de la production de feutre industriel, dont Mouzon était un des derniers sites de production, la fabrication de feutre en France est devenue très majoritairement artisanale. Alors que l’usine Sommer a connu un véritable essor grâce au feutre aiguilleté pour les revêtements de sols et a produit en grande quantité du feutre très épais, dit « feutre industriel », l’accent est aujourd’hui mis au musée sur la production de feutre à l’eau. Ce feutrage à l’eau, à base de fibres animales, reprend les principes de base de la technique connue depuis la préhistoire : les écailles d’une fibre de kératine sont ouvertes sous l’effet de la chaleur et de l’humidité, puis enchevêtrées par le mouvement, avant d’être resserrées, afin de produire un textile solide. Même réalisé à la machine, le feutre fabriqué selon la technique du feutrage à l’eau relève davantage de l’artisanat, car le savoir-faire est indispensable pour déterminer la densité du feutrage. Sa production, qui n’a jamais pu être complètement mécanisée, et le coût des matières naturelles en ont fait une production minoritaire dans l’usine dès les années 1950. Toutefois, dans un souci de cohérence entre la collection turque et la collection industrielle, et dans une optique didactique, le feutrage à l’eau pouvant être maîtrisé sommairement en un après-midi, cette technique ancestrale est un des fils conducteurs de la visite du musée. Du fait de la perte progressive du savoir-faire permettant la mise en œuvre de nombreuses machines, la chaîne de feutrage à l’eau est une des seules pièces de démonstration encore en état de fonctionnement, ce qui lui vaut une place majeure dans le parcours permanent, bien plus importante que celle qui était la sienne à l’usine. La mémoire de l’industrie à Mouzon s’incarne principalement dans le musée à travers la mise en fonctionnement de la chaîne de feutrage à l’eau à échelle réduite, qui renvoie aux premiers temps de la production de feutre, et à une pratique certes mécanisée, mais ayant une forte dimension artisanale, plus à même d’être comprise par le public.

  • 21 Arrêté du 24 décembre 2015, publié au Journal Officiel du 31 janvier 2016, https://www.legifrance. (...)
  • 22 OTHONIEL Jean-Michel & MORELLE Carole, L'Édredon cellulique, cat. exp., Mouzon, musée du Feutre, 2 (...)

27La place grandissante accordée au feutrage artisanal dans le parcours muséal est liée à l’évolution de la production de feutre. La désindustrialisation de la France, voire de l’Europe, n’épargne pas la matière feutre, dont la production en usine en France est quasiment éteinte. La production de feutre devient donc l’apanage des artisans, jusqu’à la reconnaissance du métier de feutrier comme métier d’art21. Le musée du Feutre, dont l’une des missions consiste à faire connaître cette technique et cette matière aux créateurs de tous horizons, a participé à ce glissement de l’industrie vers l’artisanat : tant que l’usine était en activité, des collaborations entre musée et industrie ont été possibles. L'artiste Jean-Michel Othoniel (né en 1964) a ainsi travaillé à l'usine pour produire son Édredon cellulique, pièce aux dimensions imposantes [fig. 7]22. À la fermeture de l’usine, ce type d’échange a cessé, et les artistes accueillis en résidence sont de plus en plus formés à la fabrication manuelle du feutre, en adéquation avec les pratiques des artistes et artisans contemporains. En effet, la majorité des artistes et artisans qui travaillent le feutre aujourd’hui réalisent leurs créations à la main, selon une technique plus ou moins artisanale. Si des machines peuvent parfois être utilisées, notamment pour les grandes pièces ou les mouvements répétitifs, la production reste réduite et orientée vers l’originalité, cherchant à faire ressortir les particularités de chaque laine. Chaque production se veut unique, bien loin de l’uniformisation propre à l’industrie, et nombre d’artisans revendiquent une dimension artistique. Le musée du Feutre, à travers ses expositions temporaires notamment, est le reflet de ces pratiques actuelles du feutre. Alors que la fabrication de feutre à Mouzon a toujours été industrielle et plus ou moins mécanisée, les survivances actuelles du feutre, en particulier à travers le musée, laissent une place de plus en plus importante au feutre artisanal, en adéquation avec l’évolution de la pratique du feutrage en France.

Figure 7

Figure 7

Création de l'Édredon cellulique de Jean-Michel Othoniel à l'usine de feutre de Mouzon, 2008.

© photographe inconnu (musée du Feutre).

28Ces mutations de la production et le rôle de représentation de la création contemporaine en feutre, complémentaire de la fonction mémorielle, ont permis au musée du Feutre de trouver une place nouvelle. La fracture entre monde ouvrier et monde muséal, poussée à son paroxysme lors de la fermeture de l’usine, tend à se réduire. Tout espoir d’un renouveau de la production de feutre à Mouzon étant abandonné, le musée est devenu un des seuls lieux où il est possible, pour les anciennes générations, d’expliquer leur métier à leurs petits-enfants. Le musée et ses collections deviennent le support pour un passage de mémoire entre générations. Après une période de renoncement à l’arrêt de la production feutrière à Mouzon, de nouvelles appropriations du musée par les Mouzonnais semblent possibles.

Haut de page

Notes

1 Pour une histoire plus approfondie des Sommer, voir RENARD Alain & MORELLE Carole, « Une saga industrielle : la famille Sommer à Mouzon », in DOREL-FERRÉ Gracia (dir.), Patrimoines textiles de par le monde, actes du colloque international de l’APIC organisé à Sedan-Mouzon en 2007 par le CREPI et l’APIC, Reims, SCÉREN-CRDP Champagne-Ardenne, APIC, Région Champagne-Ardenne, « Cahier de l’APIC », 2013, p. 157 à 167.

2 Aujourd’hui conservateur en chef du patrimoine honoraire.

3 Lettre de Robert Legris à Jacqueline Sommer du 24 janvier 1986, archives du musée du Feutre. L’affirmation de Robert Legris a le mérite de rendre hommage aux Sommer qui ont façonné la ville tout au long du xxe siècle, mais passe sous silence le riche passé médiéval de Mouzon, dont témoigne encore la remarquable abbatiale Notre-Dame, du xiie siècle.

4 L’Union, Ardennes, article du 5 août 1986, archives du musée du Feutre.

5 GAYOT Gérard & LASSAUX Bruno, « Manufactures et usines dans une citadelle : Sedan (xviie-xixe siècle) », Revue du Nord, t. 79, nos 320-321, avril-septembre 1997, p. 495-513, disponible en ligne, https://www.persee.fr/doc/rnord_0035-2624_1997_num_79_320_5239 [lien valide en avril 2023].

6 Si les tapis point de Sedan apparaissent au xixe siècle, leur nom renvoie sciemment à une dentelle typique fabriquée à Sedan aux xvie et xviisiècles. Le musée du Château fort à Sedan conserve un exemplaire de dentelle au point de Sedan du début du xviiisiècle (inventaire no 2015.1.1).

7 Les aiguilles harpons, aux contours crénelés comme l’arme de pêche, enchevêtrent les fibres pour créer une nappe de feutre, qui est ensuite enduite. Ces aiguilles harpons ont donc l’action inverse des aiguilles de couture, destinées à traverser le tissu sans faire d’accroc.

8 COLINET René, « De la difficulté de la métallurgie ardennaise à faire patrimoine », in DOREL-FERRÉ Gracia & MASSARY Xavier de (dir.), Le Patrimoine industriel de Champagne-Ardenne, Reims, SCÉREN-CRDP Champagne-Ardenne, APIC, Région Champagne-Ardenne, « Cahier de l’APIC », 2012, p. 111.

9 Cité dans POIRRIER Philippe, « Les politiques du patrimoine en France sous la VRépublique. D’une politique étatique à une politique/Le politiche del patrimonio in Francia nella Quinta Repubblica : da una statale a una politica nazionale, 1959-2005 », in CATONI Maria Luisa (dir.), Il patrimonio culturale in Francia, Milan, Mondadori Electa, 2007, p. 95-114.

10 PROST Antoine, « Notre société ne craint plus d’être submergée par le passé, mais de le perdre », extrait de Douze leçons sur l’histoire, Paris, Éditions du Seuil, 1996, p. 301.

11 MCLUHAN Marshall & FIORE Quentin, War and Peace in the Global Village. An Inventory of Some of the Current Spastic Situations that could be eliminated by more Feedforward, New York, McGraw, 1968.

12 « maison ronde ». Voir CUISENIER Jean, « Une tente turque d’Anatolie centrale », L’Homme. Revue française d’anthropologie, 1970, no 10, vol. 2, p. 59-72, disponible en ligne, https://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1970_num_10_2_367126 [lien valide en avril 2023].

13 L’estive désigne le fait d’emmener les troupeaux de champs en champs durant la saison estivale afin que les moutons puissent paître.

14 RIVIÈRE Georges Henri, « Définition évolutive de l’écomusée », janvier 1980, reproduit dans Museum, no 148, vol. 37, no 4, « Images de l’écomusée », 1985, p. 182, disponible en ligne, https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000127347_fre [lien valide en avril 2023].

15 POULOT Dominique, Une histoire des musées de France, xviiie-xxsiècle, Paris, La Découverte, coll. « L’espace de l’histoire », 2005, p. 180.

16 La Manufacture de Roubaix (Nord), « musée de la Mémoire et de la Création textile », a réussi à allier, durant quelques années, musée et production sur un même site. La délocalisation définitive de la production a amené le site à devenir entièrement patrimonial.

17 PROST Antoine, Douze leçons sur l’histoire, op. cit., p. 302.

18 POULOT Dominique, Une histoire des musées en France…, op. cit., p. 184.

19 DESCAMPS Florence, « En guise de réponse à Giovanni Contini : de l’histoire orale au patrimoine culturel immatériel. Une histoire orale à la française », Bulletin de l’AFAS, no 41, 2015, [en ligne], http://journals.openedition.org/afas/2948 [lien valide en avril 2023].

20 VARINE Hugues de & DEBARY Octave, « Un entretien avec Hugues de Varine », Publics et Musées, nos 17-18 (DESVALLÉES André (dir.), « L’écomusée : rêve ou réalité »), 2000, p. 203-210, disponible en ligne, https://www.persee.fr/doc/pumus_1164-5385_2000_num_17_1_1328 [lien valide en avril 2023].

21 Arrêté du 24 décembre 2015, publié au Journal Officiel du 31 janvier 2016, https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/LEGIARTI000031946864/2016-02-01/#LEGIARTI000031946864 [lien valide en avril 2023].

22 OTHONIEL Jean-Michel & MORELLE Carole, L'Édredon cellulique, cat. exp., Mouzon, musée du Feutre, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Le musée du Mouzonnais, qui n’exista que lors de l’exposition de préfiguration en 1988.
Crédits © photographe inconnu (musée du Feutre).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/38361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure 2
Légende Vue ancienne de l’atelier pédagogique du musée du Feutre, encore utilisé. Le nom à l’entrée du musée a changé, le musée du Mouzonnais est devenu musée du Feutre.
Crédits © photographe inconnu (musée du Feutre).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/38361/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Figure 3
Légende Exposition de la collection turque au musée du Feutre dès 1988.
Crédits © photographe inconnu (musée du Feutre).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/38361/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Figure 4
Légende La friche Sommer, où persiste une unité de découpe et de négoce de feutre, 2013.
Crédits © Alain Renard.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/38361/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Figure 5
Légende Cour de l’usine Sommer de Mouzon, probablement en 2004.
Crédits © photographe inconnu (musée du Feutre).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/38361/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 6
Légende Chaîne de cardage et feutrage du musée du Feutre, prise de vue 2023.
Crédits © photographe inconnu (musée du Feutre).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/38361/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 7
Légende Création de l'Édredon cellulique de Jean-Michel Othoniel à l'usine de feutre de Mouzon, 2008.
Crédits © photographe inconnu (musée du Feutre).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/38361/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Paupert, « Le musée du Feutre de Mouzon (Ardennes) »In Situ [En ligne], 50 | 2023, mis en ligne le 05 juin 2023, consulté le 27 septembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/insitu/38361 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.38361

Haut de page

Auteur

Marion Paupert

Attachée de conservation du patrimoine, directrice du musée-atelier du Feutre
museedufeutre@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search