Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Les patrimoines de l’hygiène

Les patrimoines de l’hygiène

Éditorial
Claudine Cartier, Nicolas Courtin et Miriam Simon

Texte intégral

1Consacrer un numéro au patrimoine de l’hygiène peut sembler paradoxal alors que nous avons tendance à considérer que les notions d’hygiène qui sont aujourd’hui les nôtres sont acquises depuis longtemps. Pourtant, l’irruption de la pandémie de Covid-19 en 2020 nous a brutalement rappelé l’étroitesse des liens entre santé, propreté et hygiène. Nous sommes nombreux à avoir alors célébré les travailleurs « de première ligne », personnels de santé qui bataillaient dans les hôpitaux, éboueurs qui évacuaient nos déchets ménagers, alors que nous étions confinés dans une mise à distance des corps qui n’était pas sans rappeler certaines pratiques historiques (gestes barrières).

2Des recouvrements sémantiques relient ces domaines. Au cœur de cette trilogie, l’hygiène, enjeu majeur de santé publique et privée, est une notion dont l’histoire reste à faire, car elle n’a jusqu’à présent été étudiée que de manière dispersée. Pour autant, ce domaine est loin d’être vierge – on pense aux travaux pionniers de Jean-Pierre Goubert (La Conquête de l’eau. L’avènement de la santé à l’âge industriel, 1986), de Georges Vigarello (Le Propre et le Sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, 1987), à l’Histoire du corps. De la Renaissance aux Lumières publiée en 2005 par Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello et, plus récemment, aux études de Thomas Leroux et François Jarrige sur les pollutions, les risques industriels, la santé au travail.

3Le mot « hygiène » dérive du nom de la déesse grecque Hygie (fille du dieu de la médecine Asclépios), qui vient du grec ancien hugieinos, signifiant « qui contribue à la santé et de la propreté », et symbolisant la prévention : diététique, propreté et hygiène sont ainsi associées depuis la Grèce antique. Sans retracer une histoire de la perception et de l’usage de l’eau, articulée autour de systèmes de croyances qui ont évolué dans le temps avec les prescriptions religieuses, notons qu’à partir du xviiie siècle, philosophes et médecins se penchent sur les questions d’hygiène individuelle (réhabilitation du lavage en même temps que développement de la notion d’intimité) et collective (équipements visibles et invisibles), avant que n’émerge la notion de santé publique. Les scientifiques supplantant les philosophes, le xixe siècle voit apparaître un nouveau courant de pensée, l’hygiénisme, qui s’appuie entre autres sur les travaux de Louis Pasteur et de ses émules, et est favorisé par l’industrialisation des pays occidentaux (loi napoléonienne sur les établissements classés dangereux et insalubres) et une évolution réglementaire qui clarifie les responsabilités édilitaires. Depuis la loi sur l’organisation municipale du 5 avril 1884, il échoit aux communes d’assurer la police de la salubrité (nettoiement des rues et lutte contre les épidémies) et la prévention des incendies.

4Parmi les traits les plus saillants, soulignons donc un usage croissant de l’eau (approvisionnement en eau salubre, utilisation, évacuation), traversé par des thèmes tels que la démocratisation du confort, l’importance grandissante du rôle des ingénieurs et de grandes entreprises industrielles dans l’aménagement du territoire. Leur impact sur les paysages, tant ruraux qu’urbains, est visible, à l’instar des châteaux d’eau qui signalent désormais dans le lointain la présence d’un village au même titre que les clochers. Le patrimoine de l’hygiène recoupe celui de l’hydraulique.

  • 1 AUBERT Éphrem & LAPRESTÉ A., Cours élémentaire d’hygiène, Paris, Librairie classique de F.-E. Guéd (...)
  • 2 Enquête non référencée, menée en 1977 auprès d’une cinquantaine d’instituteurs, citée dans ibid., (...)

5Autres aspects récurrents dans les discours : l’éducation et la prévention. Il s’agit d’éduquer la population, y compris, stratégie fréquente, par le truchement de l’enseignement dispensé aux enfants dans le cadre scolaire : une commission d’hygiène scolaire est instituée en 1882 par le ministère de l’Instruction publique. La publication de manuels rappelle cette fonction : « L’hygiène est la science qui nous enseigne les moyens de conserver et d’améliorer notre santé, d’éviter les maladies et de vivre le plus longtemps possible1. » Le maniement de cette notion peut même englober tous les aspects de l’existence. J.-P. Goubert cite les conceptions énoncées par une institutrice en 1977 dans le cadre d’une enquête permettant de tracer à grands traits l’évolution de l’équipement et des pratiques à l’école pour la période 1920 – 1950 : « L’hygiène mentale, c’est la droiture ; l’hygiène sociale, c’est l’union ; l’hygiène morale, c’est la liberté ; l’hygiène sportive, ce sont les soins du corps2. »

6La reconnaissance de la valeur patrimoniale des immeubles et des objets de l’hygiène est encore très inégale, à l’instar d’un domaine encore mal défini. Certaines réhabilitations architecturales spectaculaires – comme la transformation d’une piscine en musée (Roubaix) – ont démontré un fort potentiel de succès vis-à-vis d’un public qui apprécie sa valeur monumentale (ouvrages d’art) ou est touché par son intimité (objets de toilette, voire fétiches). Inventaire, collecte et conservation d’objets, expositions, réhabilitations architecturales, protections au titre des monuments historiques de sites, édifices ou objets, sont autant de manières de dresser un panorama du patrimoine de l’hygiène sous ses multiples facettes. De nombreux équipements collectifs ont déjà été protégés au titre de la loi sur les monuments historiques comme la piscine Molitor ou celle de la Butte-aux-Cailles à Paris, mais aussi la piscine Saint-Georges à Rennes, de nombreux bains-douches, lavoirs et fontaines (« petit patrimoine » désormais pris en considération dans bien des communes, rurales ou urbaines). C’est ainsi que le service régional de l’Inventaire général du patrimoine culturel de la région Île-de-France a mené entre 2017 et 2018 une enquête sur les bains-douches municipaux de Paris.

  • 3 « La propreté de Paris depuis le Moyen Âge », une exposition permanente à l’École de la propreté. (...)
  • 4 Le musée municipal de l’Hygiène ; Du dépotoir au tout à l’égout connecté ; L’atelier Delesseux ; M (...)

7Sur le versant de la valorisation, citons à titre d’exemple deux expositions consacrées à l’eau en 2013, l’une aux archives départementales de Seine-Maritime (Rouen) et l’autre aux archives départementales de l’Oise (Beauvais), chacune comportant un volet sur ce thème. Signalons également des études entreprises en 2018 afin de présenter au public les « Bains Pommer » en Avignon (Vaucluse) ; l’installation d’une exposition permanente sur l’histoire de la propreté à Paris, au Centre Eugène-Poubelle3, lieu de formation des personnels municipaux de la propreté, qui permet d’inscrire le métier d’éboueur dans une profondeur temporelle, et devrait à terme être accessible au public. En 2021, l’administration municipale de Paris a déployé un portail dédié à son patrimoine professionnel qui présente notamment nombre de dossiers thématiques et d’objets relatifs à l’hygiène, tant la propreté que l’assainissement4. La réouverture en 2022 de la Visite publique des égouts, désormais nommée musée des Égouts, autre musée professionnel municipal, permet de sensibiliser le public à un patrimoine méconnu.

8Aussi est-il particulièrement opportun de rassembler les études les plus récentes sur ce domaine patrimonial, en le considérant dans toutes ses dimensions culturelles : historique, archéologique, technique, politico-administrative, artistique et stylistique, matérielle et immatérielle, sans faire l’impasse sur la sociologie et l’ethnologie.

9L’ambition de ce numéro d’In Situ est double : il vise à rassembler les thématiques de l’hygiène des individus, le rapport au corps dans son intimité, et celles de l’hygiène de l’espace public, tout en contribuant à dresser un état des lieux de la patrimonialisation des objets et constructions de ce domaine. À ces fins, les études relèvent d’une approche chronologique large – de l’Antiquité à nos jours – en France (l’appel à contributions n’a été relevé que par des auteurs français), en milieu urbain comme en milieu rural, et concernent aussi bien le patrimoine bâti – architecture et ouvrages d’art – que les objets – de l’archéologie au design –, les théories (législations, communications…) et les pratiques.

10La typologie des équipements est vaste : réseaux d’égouts et usines de traitement, réseaux de canaux, aqueducs et autres canalisations d’eau courante, fosses, réservoirs, fontaines, borne-fontaine, lavoirs, bains-douches, piscines, châteaux d’eau, salles d’eau et de bains et leur mobilier, toilettes publiques. Il en va de même des catégories de sources, privées aussi bien que publiques : vestiges archéologiques, objets et équipements eux-mêmes, archives papier (plans, dessins techniques).

11Autour du fil conducteur qu’est l’apport en eau courante, vecteur majeur de l’hygiène, les axes choisis au regard des contributions retenues sont les équipements urbains et ruraux de l’hygiène d’une part, dans lesquels s’inscrivent six contributions ; l’architecture et les objets de l’hygiène du corps d’autre part, qui en présente neuf. Nombre d’entre elles abordent la question de la patrimonialisation.

Des équipements urbains et ruraux de l’hygiène

12Des études portent sur la création et l’entretien des réseaux d’alimentation et d’assainissement, et sur la mise à disposition de l’eau au public. Architectes et ingénieurs ont façonné les paysages des territoires ruraux comme l’espace des villes avec des équipements techniques aujourd’hui remarquables et inégalement reconnus pour leur valeur patrimoniale. Cette section s’intéresse également aux questions de la gestion, de la prévention et de la communication sur l’hygiène des espaces collectifs, c’est-à-dire aux moyens mis en œuvre pour les entretenir et les nettoyer – le mobilier urbain, les campagnes d’affichage ou les machines de nettoiement, par exemple, forment de nouveaux corpus d’étude et de patrimonialisation.

13De l’Antiquité à l’époque moderne, les articles sur les réseaux hydrauliques des fermes gallo-romaines du Pays lingon (Haute-Marne, Aube, Côte-d’Or…), et sur ceux de Limoges, montrent l’importance constante d’équiper et d’entretenir le réseau d’adduction et d’assainissement, à l’échelle de l’exploitation agricole comme de la ville.

14De la fontaine des Innocents, chef-d’œuvre d’ingénierie et de sculpture de la Renaissance parisienne, à la piscine Saint-Georges de Rennes des années 1930, en passant par les lavatories de la Madeleine (Paris), d’autres contributions rappellent l’attention incessante apportée par les édiles à la qualité esthétique des équipements techniques d’assainissement de la ville, et donc de ses habitants. Beautés et perfectionnement que la Ville de Paris n’hésite pas à montrer au monde entier comme le rappelle la présentation d’un fonds iconographique inédit des Archives de Paris.

De l’architecture et des objets de l’hygiène du corps

15Dans cette partie sont publiées des contributions plus spécifiquement liées aux réponses architecturales et aux pratiques posées par les enjeux de l’hygiène corporelle. On pense aux lieux et aux objets de la toilette dans la sphère privée des demeures (urbaines ou rurales, aristocratiques ou populaires) comme aux équipements progressivement imposés aux lieux de vie en collectivité – hôpitaux, prisons, établissements d’enseignement, congrégations, maisons closes, entreprises, etc.

16Par le biais des pratiques individuelles, un patrimoine mobilier de la propreté s’est développé – toilettes d’orfèvrerie, objets de design, objets de la vie quotidienne, équipements sanitaires, etc. – mais également un patrimoine industriel peut-être moins connu – manufactures de produits d’hygiène, puis de beauté, qui ont pu marquer un territoire.

17L’hygiène du corps, acte privé – intime – par excellence, fait l’objet de l’attention des pouvoirs publics à partir du siècle des Lumières. Sans imposer, il s’agit d’introduire l’hygiène dans les maisons ou les établissements publics. L’architecte de l’Hôpital général développe égouts et toilettes à l’anglaise dans les hôpitaux parisiens au xviiie siècle – enjeux à nouveau interrogés par l’hôpital Beaujon au début du xxsiècle.

18La contribution sur le corpus des dessins de l’agence Destailleurs et celle qui dévoile la salle de bains du château Laurens (Agde, Hérault) rappellent que les équipements d’hygiène privés restent un luxe au xixe siècle, tout comme ils l’étaient déjà précédemment.

19À défaut de pouvoir imposer l’hygiène personnelle, les pouvoirs publics peuvent l’inciter ; les études sur les bains-douches scolaires et sur les faïences illustrées de Sarreguemines démontrent les démarches pédagogiques mises en œuvre pour apprendre les règles de l’hygiène au plus jeune âge.

20Le cas de Laval montre le remplacement, au xixe siècle, de nombreux lavoirs par des bateaux-lavoirs. Celui de la ville de Saint-Étienne (Loire), qui rencontre tant d’obstacles à créer ses premiers bains-douches publics, illustre les avis divergents des édiles sur ce point, alors qu’à Suresnes (Hauts-de-Seine) dans l’entre-deux-guerres, les volontés sont clairement établies et les avancées majeures.

21Ces contributions sont souvent le fruit de travaux qui ont sollicité différentes disciplines en amont. Les archéologues se revendiquent aussi anthropologues et se détournent des « trésors » au profit de la vie quotidienne. Ils s’aventurent jusqu’à l’époque moderne, collaborent avec archivistes et conservateurs du patrimoine.

22Ces études sont l’écho d’une tendance confirmée de l’intérêt porté par les services du patrimoine culturel à de nouveaux « objets » : bains-douches, toilettes publiques, salles de bains privées, équipements publics d’ingénierie, intérêt qui va de pair avec leur disparition malgré leur utilité persistante. On a pu croire que la distribution d’eau et de gaz à tous les étages allait permettre de supprimer ces équipements, or il n’en est rien en raison d’un regain de pauvreté. La nécessité de savoir comment les adapter est aujourd’hui criante.

Haut de page

Bibliographie

CAVÉ Isabelle, « Hygiène, hygiénisme et politique de la santé publique à la fin du xixe siècle en France », Histoire des sciences médicales, t. XLVIV, no 1, 2015, p. 115-124, disponible en ligne, https://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx2015x049x001/HSMx2015x049x001x0115.pdf [lien valide en septembre 2023].

CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques & VIGARELLO Georges (dir.), Histoire du corps, 1, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 2005.

GOUBERT Jean-Pierre, « La France s’équipe. Les réseaux d’eau et d’assainissement. 1850-1950 », Les Annales de la recherche urbaine, nos 23-24, 1984, « Les réseaux techniques urbains », p. 47-53, disponible en ligne, https://www.persee.fr/doc/aru_0180-930x_1984_num_23_1_1094 [lien valide en septembre 2023].

GOUBERT Jean-Pierre, La Conquête de l’eau. L’avènement de la santé à l’âge industriel, Paris, Robert Laffont, coll. « Les hommes et l’histoire », 1986.

JORLAND Gérard, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au xixsiècle, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 2010.

GUILLERME André, « Réseau : genèse d’une catégorie dans la pensée de l’ingénieur sous la Restauration », Flux, no 6, 1991, p. 5-17, disponible en ligne, https://www.persee.fr/doc/flux_1154-2721_1991_num_7_6_1159 [lien valide en septembre 2023].

GUILLERME André, « L’émergence du concept de réseau, 1820-1830 », FLUX. Cahiers scientifiques internationaux Réseaux et Territoires, no 5, 1986, p. 30-47 (note 19, p. 24), disponible en ligne, https://www.persee.fr/doc/flux_1162-9630_1986_num_2_5_1085 [lien valide en septembre 2023].

MURARD Lion & ZYLBERMAN Patrick, L’Hygiène dans la République. La santé publique en France ou l’utopie contrariée (1870-1918), Paris, Fayard, 1996.

VIGARELLO Georges, Le Propre et le Sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 1985.

Archives de Paris : dessins et modèles (1847-1961). En ligne, https://archives.paris.fr/r/323/dessins-et-modeles-1847-1961-/ [lien valide en septembre 2023].

Mission Patrimoine professionnel de la Ville de Paris. En ligne, https://patpro.paris.fr [lien valide en septembre 2023].

Haut de page

Notes

1 AUBERT Éphrem & LAPRESTÉ A., Cours élémentaire d’hygiène, Paris, Librairie classique de F.-E. Guédon, 1895, 2e éd., préface, p. 5, cité par GOUBERT Jean-Pierre, Une histoire de l’hygiène. Eau et salubrité dans la France contemporaine [2008], Paris, Pluriel, 2011, chap. « Le façonnement par l’école », p. 145.

2 Enquête non référencée, menée en 1977 auprès d’une cinquantaine d’instituteurs, citée dans ibid., p. 154, p. 158.

3 « La propreté de Paris depuis le Moyen Âge », une exposition permanente à l’École de la propreté. En ligne https://patpro.paris.fr/ [lien valide en septembre 2023].

4 Le musée municipal de l’Hygiène ; Du dépotoir au tout à l’égout connecté ; L’atelier Delesseux ; Modèles réduits ; Une boule pour curer les égouts ? ; Égoutier : travailler dans un monument du patrimoine parisien ; Forme de cordonnier. En ligne https://patpro.paris.fr [lien valide en septembre 2023].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Cartier, Nicolas Courtin et Miriam Simon, « Les patrimoines de l’hygiène »In Situ [En ligne], 51 | 2023, mis en ligne le 14 septembre 2023, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/insitu/40070 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.40070

Haut de page

Auteurs

Claudine Cartier

Conservatrice générale honoraire du patrimoine
claudine.cartier@orange.fr

Articles du même auteur

Nicolas Courtin

Chef du service de la conservation et des technologies numériques aux Archives de Paris
nicolas.courtin@paris.fr

Articles du même auteur

Miriam Simon

Conservatrice générale honoraire, ancienne responsable de la Mission patrimoine professionnel de la Ville de Paris
miriamsimon10@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search