Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Un patrimoine à considérerL’avenir du patrimoine de la mode...

Un patrimoine à considérer

L’avenir du patrimoine de la mode est numérique

The Future of Fashion Heritage is Digital
Ninke Bloemberg
Traduction de Anaïs Largent
Cet article est une traduction de :
The Future of Fashion Heritage is Digital [en]

Résumés

Défilés de mode virtuels et cover girls numériques : la frontière entre mondes physique et virtuel est de plus en plus floue. Quelles opportunités ces changements représentent-ils pour les textiles et les vêtements fragiles conservés dans les collections des musées ? Permettent-ils d’insuffler une vie nouvelle au patrimoine de la mode ainsi qu’aux techniques et aux savoir-faire qui lui sont associés ? Cette évolution témoigne-t-elle de la convergence entre conception physique et numérique, domaines qui s’apporteraient mutuellement une valeur ajoutée ? Cet article explore plusieurs expériences ayant mis en synergie œuvres d’une collection muséale et avancées numériques et technologiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 TINSON Teddy, « A Fashion Model For the Moment », The New York Times, 8 juillet 2020, disponible e (...)
  • 2 Voir en ligne https://www.instagram.com/shudu.gram/ [lien valide en mars 2024]. Shudu est un manne (...)
  • 3 PENROSE Nerisha, « Hanifa’s 3D Fashion Show Sets the Pace for the Future of the Runway », Elle (éd (...)
  • 4 BARDELEBEN Elvire von, « Balenciaga a osé le défilé en réalité virtuelle », Le Monde, 7 décembre 2 (...)

1Défilés de mode virtuels1 et cover girls numériques2 : la ligne de démarcation entre mondes physique et virtuel est de plus en plus floue. Une évolution que les confinements liés à la COVID-19 ont encore accélérée. Rappelez-vous le défilé de la marque congolo-américaine Hanifa : sa fondatrice, la créatrice de mode Anifa Mvuemba, s’est très rapidement adaptée à cette situation inédite et a proposé un défilé révolutionnaire – car virtuel – « Pink Label Congo » en 2020 et s’est retrouvée en tête des sujets les plus discutés sur Twitter3. Un des effets collatéraux de cette innovation est que ces défilés numériques sont plutôt démocratiques et accessibles à un large public, et donc sans premiers rangs réservés à une certaine élite. Balenciaga s’est tourné dans une autre direction en envoyant à 330 personnes une invitation manuscrite pour son défilé automne-hiver 2021, ce qui s’est avéré contraster fortement avec ce que les destinataires allaient découvrir : une présentation de mode sortant totalement de l’ordinaire, puisqu’elle avait la forme d’un jeu vidéo4. Les nouvelles technologies présentent plusieurs avantages, non seulement pour les marques de mode, mais aussi pour les musées conservant des collections de textiles et vêtements fragiles. Quelles sont les perspectives offertes par les techniques numériques pour le patrimoine de mode muséal ? Tout d’abord, elles ouvrent la voie à de nouvelles manières de médiatiser la mode (en tant que création), en donnant l’occasion d’insuffler de la « vie » aux modèles et à l’artisanat. Ensuite, elles créent des voies novatrices pour rendre les œuvres (muséales) accessibles à un public plus large. Et enfin, elles pourraient offrir des possibilités de restauration numérique. Cette évolution serait-elle le point de rencontre des mondes de la conception physique avec ceux de la conception numérique, qui s’apporteraient donc mutuellement une valeur ajoutée ?

2Étant donné que, avant d’entrer dans la collection d’un musée, la mode est essentiellement portée sur le corps humain, elle diffère des autres disciplines artistiques. À chaque exposition de mode, il s’agit de relever le challenge de suggérer les corps et les mouvements5 pour éviter que la présentation ne devienne un cimetière de vêtements « morts6 ». Il est maintenant temps d’entrer dans le vif du sujet et d’explorer les potentiels numériques tels que nous les avons expérimentés au Centraal Museum d’Utrecht (Pays-Bas). Nous l’avons fait en organisant l’exposition « Van Pasvorm tot Polygon » (Du patron au polygone) du 23 avril au 19 juin 2022 [fig. 1]. Initiée par le collectif de mode Studio PMS7, basé à Utrecht et composé de Puck Martens (1996), Merle Kroezen (1992) et Suzanne Mulder (1993), cette exposition exceptionnelle réunissait costumes anciens et créations contemporaines qui ont pris « vie » grâce à des animations « magiques », au recours à la réalité augmentée et à d’autres technologies de modélisation numérique. La question des frontières entre les mondes physique et numérique était au cœur du projet : où divergent-ils et où se chevauchent-ils8 ?

Figure 1

Figure 1

Salle de l’exposition « Van Pasvorm tot Polygon » (Du patron au polygone), au Centraal Museum, Utrecht, Pays-Bas, 2022. Cette salle présente à la fois une robe des collections du musée et son jumeau numérique.

© Adriaan van Dam / Centraal Museum Utrecht.

Joyaux cachés

3La collection du département Mode et Costumes du Centraal Museum comprend plus de 10 000 vêtements et accessoires : une source d’inspiration inépuisable pour les expositions, la recherche et l’échange de connaissances9. Les pièces conservées vont de patins en bois10 (« trippen ») du xviie siècle à une robe imprimée en 3D d’Iris van Herpen (née en 1984)11 ou encore d’une robe à la française12 du xviiie siècle à un costume trois-pièces Louis Vuitton du créateur de mode récemment décédé Virgil Abloh (1980-2021)13. Certains de ces objets sont visibles dans les expositions du musée ou voyagent à l’étranger pour des prêts, mais la grande majorité de la collection reste dans les réserves. Alors que les musées de Beaux-Arts peuvent, par exemple, exposer des peintures de façon permanente, les textiles ne peuvent pas être montrés trop longtemps dans les salles en raison de leur fragilité14.

4Les techniques de numérisation pourraient par conséquent offrir d’immenses possibilités pour le patrimoine de mode. Je mettrai en lumière quelques exemples, en commençant par une robe deux-pièces de 1892 [fig. 2] qui fut offerte au musée en 193715. Certaines créations ont une allure incomparable, et c’est assurément le cas de celle-ci. Le décor délicat de rinceaux floraux et nœuds en fils d’or, paillettes et perles sur un fond de satin de soie jaune paille est de Mme van der Taelen, une maison de couture belge, dont les ateliers étaient à Bruxelles et à Ostende16.

Figure 2

Figure 2

Robe deux-pièces créée par Mme H. van der Taelen vers1892, rangée à l’horizontale et conditionnée dans du papier de soie, conservée au Centraal Museum, Utrecht, Pays-Bas (inv. 7944).

© Adriaan van Dam / Centraal Museum Utrecht, 2017.

  • 17 Emma de Waldeck-Pyrmont (1858-1934), seconde épouse et consort du roi Guillaume III des Pays-Bas ( (...)
  • 18 JONGE Carla de, De Costuumverzameling 1750-1930. Gids en catalogus 1947, Utrecht, Centraal Museum, (...)
  • 19 BLOEMBERG Ninke, Uit de Mode, de collectie van het Centraal Museum, cat. exp., Utrecht, Centraal M (...)

5Elise van Ittersum (1851-1936), une dame d’honneur de la reine Emma des Pays-Bas17, porta cette robe en 1892 lors d’une réception au palais de Soestdijk18. Descendante d’une vieille famille aristocratique de l’Overijssel, Van Ittersum savait exactement « comment les choses devaient être faites » et a sans aucun doute fait une entrée réussie, vêtue de cette élégante parure. Le catalogue de 1947 [fig. 3] reproduit la robe dans toute sa splendeur [fig. 4]. Mais en préparant l’exposition « Uit de Mode » (Démodé) au Centraal Museum (2017)19, nous avons constaté que le tissu s’était détérioré [fig. 5] à un point tel que la robe ne pouvait plus être restaurée, et encore moins exposée sur un mannequin.

Figure 3

Figure 3

Couverture du catalogue du musée intitulé De costuumverzameling 1750-1930, Centraal Museum Utrecht, 1947.

Reproduction Dea Rijper (Centraal Museum Utrecht).

Figure 4

Reproduction de la robe deux-pièces créée par Mme H. van der Taelen vers 1892 dans le catalogue De costuumverzameling 1750-1930, Centraal Museum Utrecht, 1947, p. 43.

Reproduction Centraal Museum Utrecht.

Figure 5

Figure 5

Détail de la robe deux-pièces créée par Mme H. van der Taelen et conservée au Centraal Museum d’Utrecht (inv. 7944). Les fentes sont nettement visibles.

© Adriaan van Dam / Centraal Museum Utrecht, 2017.

6Quel était le problème ? La soie peut être une fibre solide et résistante ; notre collection comprend ainsi des jupes en soie des années 1740 qui sont encore en parfait état20. Mais à la fin du xixe siècle, il était commun d’alourdir la soie en la trempant dans un bain de sels métalliques, pour rendre le tissu plus solide et lui donner un meilleur tombé21. Cette technique, dite de la « soie chargée », donnait non seulement au tissu un aspect plus riche, mais permettait aussi de le commercialiser à un prix plus élevé puisque, contrairement aux autres étoffes, la soie était vendue au poids plutôt qu’au métrage. Une centaine d’années ont passé et le procédé de fabrication a eu de graves conséquences sur l’évolution de l’étoffe : la robe est devenue très vulnérable en raison de fentes de tailles variables, causées par les sels métalliques, qui constellent le tissu. Malheureusement, les analyses montrent que cette dégradation est irréversible, même dans d’excellentes conditions de conservation22. La stabilisation de cet état ou une restauration sont presque impossibles : parfois on place le tissu endommagé entre deux couches de « crêpeline » (crêpe léger) pour éviter les tensions et protéger les zones les plus fragiles et limiter ainsi au maximum sa transformation en poussière textile. Mais cette restauration, très visible, nuit à la bonne compréhension de l’objet. Elle ne permet pas non plus de redonner sa souplesse et son intégrité à l’étoffe, ni de manipuler ou de placer le vêtement sur un mannequin, et c’est très inesthétique. Dans le cas de la soie chargée déchirée, tout contact provoque encore davantage de dommages et fragilise toujours plus son état23. La prise en compte de ces données encourage à procéder à une « restauration » numérique, car la robe ne pourra plus jamais être montrée sur un buste, mais seulement à plat. Plusieurs autres raisons rendent la robe du Centraal Museum pertinente pour cette entreprise nouvelle : nous pouvons la dater, nous en connaissons la silhouette et la façon dont elle devait être portée, et par qui24. Ajoutés à sa qualité incomparable et au fait que nous sachions qui l’a confectionnée et qui l’a portée, tous ces éléments convergent en faveur de sa « renaissance » numérique. Ne serait-il pas fascinant de la voir de nouveau en mouvement ?

Renaissance dans le monde numérique

7En 1988, pour célébrer dignement ses 150 ans, le Centraal Museum a accueilli un défilé de mode exceptionnel et préparé avec soin25 [fig. 6]. Pour l’occasion, de vrais mannequins vivants portant des vêtements du musée de la période 1838-1939 défilèrent. Mais c’était un événement à risques demandant de prendre des précautions particulières pour éviter que leur port n’abîme les costumes. « Après tout, il en va de notre responsabilité de tout transmettre aux personnes après nous en un état aussi intact que possible », écrivait Hanneke Adriaans, la conservatrice alors responsable du département Costumes. Même s’il est vraiment impressionnant de voir de tels costumes en mouvement, un pareil défilé serait inimaginable aujourd’hui. Ces pièces fragiles courent un trop grand risque d’être endommagées. Grâce aux technologies contemporaines, d’autres solutions peuvent donner une impression de mouvement26, mais sans abîmer les pièces… Le défilé de mode d’un musée d’aujourd’hui est numérique. Le Studio PMS a redonné vie et mouvement à des vêtements « statiques ». Dans l’exposition « Van Pasvorm tot Polygon » (Du patron au polygone), la robe portée en 1892 par Elise van Ittersum « marche » dans un défilé de mode numérique [fig. 7], en compagnie d’une tenue contemporaine de Bas Kosters (né en 1977) et d’un habit à la française rouge corail du xviiie siècle suivi d’une robe en silicone d’Aico Dinkla (né en 1974), entre autres objets de mode.

Figure 6

Figure 6

Défilé de costumes organisé par le Centraal Museum d’Utrecht (Pays-Bas) en 1988 pour célébrer son 150e anniversaire.

© photographe inconnu / Centraal Museum Utrecht.

Figure 7

Figure 7

Défilé des vêtements numérisés de la collection du département Mode du Centraal Museum d’Utrecht (Pays-Bas), film réalisé par le Studio PMS, 2022.

© Studio PMS.

Savoir-faire du xxie siècle

  • 27 BLOEMBERG Ninke, The New Craftmanship Iris van Herpen, op. cit., p. 41.
  • 28 « Iris van Herpen: Het proces van de vervaardiging een 3D ontwerp / Rapid Prototyping », vidéo, 13 (...)
  • 29 La « distance entre particules » renvoie à la distance moyenne entre les points qui composent un m (...)

8Quiconque pense que le jumeau numérique d’un objet peut être créé d’un simple clic sera surpris. Cela vaut aussi pour les créations imprimées en 3D d’Iris van Herpen. Il y a plus de dix ans, le prototypage rapide (une méthode de fabrication commandée par ordinateur) semblait être une des techniques prometteuses pour cette mode futuriste27. Mais ce « nouvel artisanat » s’est également révélé exiger beaucoup de temps et un savoir-faire manuel, des termes d’ordinaire plus volontiers associés au travail des artisans qu’à celui des professionnels des nouvelles technologies et autres geeks28. Pour donner un aperçu de ces processus, l’exposition « Van Pasvorm tot Polygon » (Du patron au polygone) offre un accès aux coulisses de la conception numérique, un monde de « distances entre particules29 » (particle distance en anglais) et d’heures de « rendu ». Si les créateurs de mode traditionnels passent des heures à dessiner des patrons, draper les tissus (le moulage), en ajustant des fermetures éclair cachées ou en cousant des broderies élaborées, les créateurs numériques passent quant à eux un temps infini au travail de conceptualisation et sur ordinateur : le drapé des tissus doit être adapté à l’« avatar » (le corps numérique portant virtuellement le vêtement), les matériaux sont dotés d’un tombé et pourvus de motifs, de reflets, de broderies et de finitions adéquates [fig. 8].

Figure 8

Figure 8

Processus de modélisation 3D d’un des chapeaux de la collection du Centraal Museum (inv. 32949).

© Suzanne Mulder (Centraal Museum Utrecht).

9En résumé, il existe trois méthodes pour construire des modèles informatiques tridimensionnels : à travers la numérisation 3D, la photographie à 360° et la modélisation polygonale. Dans cette dernière approche, le concepteur dessine, pour recréer l’objet physique, un « filet » spatial appelé « figure géométrique polygonale » (polygonal geometric figure), fait de nombreux points connectés par des lignes sur l’ordinateur afin de recréer l’objet physique30. Chaque ajustement du modèle reconstruit nécessite de nouveaux calculs fort chronophages. Pour permettre à un seul dessin détaillé de se mouvoir pendant seulement trois secondes, pas moins de 48 heures de calculs – ce qu’on appelle le travail de « rendu » – sont nécessaires. En termes de temps passé et de technique, cela est très similaire au processus de dessin traditionnel d’un patron, mais avec d’autres outils et un langage différent.

Qu’est-ce qui est « vrai » ?

  • 31 KENNEDY Joan, « 3Dlook Launches New Virtual Fitting Room Tool », Business of Fashion, 29 mars 2022 (...)
  • 32 Voir en ligne : https://www.thefabricant.com/ [lien valide en mars 2024].

10Ce qui rend la coopération entre le Studio PMS et le musée si particulière, c’est l’utilisation d’objets déjà existants. L’expérience a été menée à petite échelle avec une cabine d’essayage virtuelle, en recourant à des chaussures de notre collection. Si d’autres cabines d’essayage virtuelles proposent aux acheteurs d’essayer sans les toucher des créations allant de nouvelles lunettes à des tenues complètes toutes neuves31 – il existe même une maison de couture virtuelle dénommée « The Fabricant32 » –, la grande différence réside en ce que leurs objets sont créés entièrement numériquement. Comme il n’y a pas de références physiques à la tactilité originelle des objets, faits dans des matériaux comme le coton, la soie ou le lin, le processus de création est légèrement plus facile. La question relative au concept de « réalisme » se pose alors. Nous sommes habitués à nous référer à quelque chose de physique lorsque nous utilisons le mot « réel » alors que le monde numérique l’est aussi en tant que tel dans son autonomie, que ce soit comme monde parallèle ou non. Je me souviens d’une discussion avec une jeune créatrice de mode néerlandaise qui me disait avoir des amis « URL » et « IRL ». Elle désignait comme « URL » (« Uniform Resource Locator », localisateur uniforme de ressource pour un site internet) les personnes qu’elle ne connaissait qu’en ligne, et « IRL » (« In Real Life ») celles qu’elle connaissait dans la vraie vie, les deux comptant tout autant pour elle. Ceci illustre bien l’importance de l’évolution actuelle.

Nouvelles strates 

11Outre une cabine d’essayage virtuelle, d’autres applications ont été imaginées grâce à des fichiers numérisés. Le Studio PMS a ainsi invité une nouvelle génération d’artistes (spécialisés ou non dans le numérique) à s’inspirer de ces objets muséaux virtuels. Ils ont ajouté des strates intéressantes en créant de nouvelles œuvres, à l’instar de l’artiste multidisciplinaire David Willems (né en 1991), qui a une expérience dans le développement des jeux vidéo et le design multimédia. Son travail présente une vision très personnelle de la robe de Mme van der Taelen, telle qu’on la voit dans la figure 2, en la laissant littéralement pousser et fleurir [fig. 9]. Comment David Willems s’y est-il pris ? Il a sélectionné quelques détails du vêtement originel : les perles, la soie et les rubans. En utilisant ces éléments, il a recréé une œuvre d’art numérique en ajoutant du mouvement au tissu et en permettant, comme par magie, à la broderie et aux textures de se transformer en plantes vivantes et en créatures mobiles. Son travail se situe sur une ligne de crête entre réalisme et abstraction, apportant une nouvelle dimension au vêtement originel, sans en compromettre l’intégrité.

Figure 9

Figure 9

Œuvre numérique créée en 2022 par David Willems, d’après une robe deux-pièces de la maison Mme H. van der Taelen datant d’environ 1892, conservée au Centraal Museum Utrecht, Pays-Bas (inv. 7944).

© David Willems.

Un NFT avec bulletin météo intégré

12Stephan Duquesnoy (né en 1983) a également été invité par le Studio PMS. Artiste indépendant, Duquesnoy a travaillé dans l’industrie du jeu vidéo et est professeur à la HKU (École supérieure d’Arts d’Utrecht). Cette formation se reflète dans son imagerie sensible et nostalgique. Pour l’exposition « Van Pasvorm tot Polygon » (Du patron au polygone) il a, en particulier, créé le premier NFT à avoir intégré une collection muséale néerlandaise33. NFT est l’acronyme pour « non-fungible token » (« jeton non fongible »), ce qui signifie que cette monnaie n’est pas remplaçable et est marquée d’une signature unique34. Les jetons ont notablement favorisé l’avancement de la mode numérique durant l’année 202235. Pour l’exposition, Duquesnoy a choisi la robe numérisée, en velours turquoise avec de la dentelle d’or, initialement confectionnée autour de 1905 par la maison de couture de Mme van der Taelen, laquelle avait créé la fragile robe d’Elise van Ittersum. Ce vêtement turquoise a été porté par Henriette van der Poll (1853-1942), elle aussi dame d’honneur de la reine Emma des Pays-Bas36. Même s’il s’est visuellement inspiré du mouvement Arts and Crafts des années 1900, Duquesnoy a ajouté sa propre touche au vêtement pour qu’il s’ancre dans le xxie siècle37 [fig. 10]. Sa création présente d’autres caractéristiques uniques : l’image s’ajuste en fonction de l’heure, de la date et de la météo. Cela signifie qu’elle a un cycle jour/nuit, déterminé en fonction des horaires du crépuscule et de l’aube correspondant à sa géolocalisation réelle aux Pays-Bas. Que les jours soient nuageux, ensoleillés ou orageux, la luminosité s’accorde alors à l’état des nuages. Enfin, la palette de couleurs change tous les mois : en été, elle a des nuances plus chaudes et tirant sur le vert alors qu’en hiver elle est désaturée, avec des teintes froides. Toutes ces variables font de cette image une œuvre d’art qui est « vivante » et toujours changeante grâce à une « mise à jour en direct » (« live update ») du climat de 1905 – date où la robe originelle avait été créée [fig. 11].

Figure 10

Figure 10

Œuvre numérique créée en 2022 par Stéphane Duquesnoy, d’après une robe turquoise de la maison Mme H. van der Taelen datant d’environ 1905, conservée au Centraal Museum Utrecht, Pays-Bas (inv. 10726).

© Stephan Duquesnoy.

Figure 11

Figure 11

Le premier NFT ayant intégré une collection muséale néerlandaise, par Stephan Duquesnoy, présenté dans l’exposition « Van Pasvorm tot Polygon » (Du patron au polygone) au Centraal Museum Utrecht, Pays-Bas, 2022.

© Stephan Duquesnoy / Centraal Museum Utrecht.

Du virtuel à la réalité

13La collaboration avec la créatrice de mode Tess van Zalinge, qui est née en 1989 à Utrecht où elle a grandi, offre un autre exemple intéressant. Dans ses collections, elle place l’artisanat et les traditions dans un contexte contemporain. Son style personnel combine les influences du patrimoine néerlandais et la réutilisation de matériaux existants38. Sa collection 2022 « Natuurlijk » (Naturel) tourne autour du paradoxe de la nature « sauvage », qui est de plus en plus protégée et cultivée. Malgré leurs méthodes de travail différentes, le Studio PMS et Tess van Zalinge partagent l’amour du savoir-faire et de l’innovation ainsi que la conscience du besoin urgent de durabilité. Van Zalinge a demandé au Studio PMS de concevoir numériquement le huitième look de sa collection « Natuurlijk », en s’inspirant des sept autres looks de la même collection. Le Studio PMS a élaboré une création numérique méticuleuse, riche en détails, textures et couleurs [fig. 12], en faisant référence à des éléments des prototypes (vêtements originaux composant la collection). Ensuite, Van Zalinge a transformé la création numérique en tenue physique [fig. 13] avec une variété de finitions, des matériaux réutilisés et des heures et des heures de travail à la main. La collection comprend maintenant un « look 8a » et un « look 8b » (tous deux visibles sur la figure 13) : l’un virtuel et l’autre physique. C’est un exemple significatif de la manière dont les artisanats du xxie siècle sont en train de fusionner.

Figure 12

Figure 12

Œuvre numérique, huitième look de la collection « Natuurlijk » (Naturel) de Tess van Zalinge, créée par le studio PMS, 2022.

© Tess van Zalinge © Studio PMS.

Figure 13

Figure 13

Versions numérique et physique du huitième look de la collection « Natuurlijk » (Naturel), créées par le studio PMS et Tess van Zalinge, ici présentées lors de l’exposition « Van Pasvorm tot Polygon » (Du patron au polygone), 2022.

© Adriaan van Dam / Centraal Museum Utrecht.

14Et si nous essayions de porter la collection du musée ? Un des derniers exemples que j’aimerais présenter ici est la possibilité de porter des vêtements de la collection de mode du musée. Pas physiquement, bien sûr, mais virtuellement. Dans l’exposition « Van Pasvorm tot Polygon » (Du patron au polygone), les visiteurs ont vécu l’expérience suivante : ils ont pu voir une paire de chaussures tirée de la collection du musée présentée en 3D dans la salle, grâce à la technologie de la réalité augmentée [fig. 14]. La société de numérisation FloatScans, située à Amsterdam, a modélisé numériquement spécialement pour l’exposition plusieurs souliers datant du xviiie  au xxe siècle. Les visiteurs ont ensuite été invités à scanner un QR-code sur leur téléphone, puis le double numérique des chaussures apparaissait sur leur écran. En dirigeant cette image sur une surface plane au sol, les chaussures virtuelles « se déplaçaient » à cet endroit. Ils pouvaient imaginer les enfiler, et ainsi faire un pas vers le futur de notre patrimoine de la mode. Pas besoin de casque de réalité virtuelle. Tout en aidant les visiteurs à se sentir plus proches d’un créateur ou d’une période spécifiques, nous leur parlons aussi dans un langage contemporain. De plus, les nouvelles technologies offrent des possibilités inédites d’« apporter » virtuellement la collection à des conférences, dans des écoles, lors de présentations, etc., puisqu’il n’est pas envisageable que les objets du musée voyagent dans des endroits non climatisés.

Figure 14

Figure 14

Modélisation 3D de chaussures pour hommes datant du xixe siècle conservées au Centraal Museum Utrecht, Pays-Bas (inv. 18813). Les chaussures sont placées de manière réaliste sur un bureau virtuel, grâce à la technologie de la réalité augmentée, sur l’écran d’un téléphone portable. Cette modélisation a été réalisée par FloatScans et WANNA.

© Marco Rendina, 2022.

Quelles sont les prochaines étapes ?

15Pour l’exposition « Van Pasvorm tot Polygon » (Du patron au polygone), le Studio PMS et d’autres créateurs ont fidèlement reconstitué des pièces fragiles du musée en modèles (de défilé) numériques de grande qualité et ont même créé de nouvelles œuvres d’art. L’exposition a constitué un pont entre le passé et le présent, et un signal de départ pour poursuivre la numérisation des collections de mode des musées néerlandais. La plateforme en ligne Modemuze.nl39, un partenariat inédit entre plusieurs musées néerlandais et belges avec leurs collections de mode et de costumes, permet d’en suivre la progression. Récemment, le collectif a lancé le projet « Unlocking fashion heritage » (« Dévoiler le patrimoine de la mode »), pour associer artisanat et nouvelles technologies. Parallèlement, la European Fashion Heritage Association (EFHA, « Association européenne du patrimoine de la mode ») s’attelle au développement d’un autre projet intitulé « 5Dculture »40. L’EFHA rassemble des archives à la fois publiques et privées et des musées européens afin de partager en ligne leur riche patrimoine de vêtements anciens et de créations contemporaines. 5Dculture mettra en commun et partagera des connaissances sur des scénarios spécifiques pour la réutilisation de contenus numériques. Un des objectifs est de créer un miroir d’essayage numérique qui permettra, en regardant son propre reflet, d’essayer des chapeaux provenant des collections des musées participants. Cette aventure contribue à rendre plus captivante et immersive l’expérience muséale du patrimoine de la mode.

Conclusion

16En facilitant l’accès au patrimoine de la mode, la numérisation peut, comme nous l’avons vu, révéler des histoires multiples. Ainsi, afin de toucher de nouveaux publics pour qui mondes physique et numérique se rejoignent, on peut établir des liens entre les caractéristiques d’œuvres ou savoir-faire anciens et celles d’une société mondialisée. Il est possible de découvrir les objets au-delà d’une courte période de présentation publique ou d’une exposition temporaire, par exemple – nous pouvons en effet y accéder 24 heures sur 24 – et nous pouvons y ajouter de nouvelles dimensions. Parmi les avantages de ces technologies, notons également qu’elles apportent de la « vie » et du mouvement à un vêtement, et contribuent à une forme de préservation du patrimoine de la mode. L’une des difficultés rencontrées tient cependant encore au processus laborieux d’élaboration et à la préservation durable des fichiers. Mais tout cela sera amélioré dans les prochaines années, notamment dans le cadre des projets cités plus haut « Unlocking Fashion Heritage » et « 5Dculture » qu’il faudra donc suivre de près !

Haut de page

Notes

1 TINSON Teddy, « A Fashion Model For the Moment », The New York Times, 8 juillet 2020, disponible en ligne, https://www.nytimes.com/2020/07/08/style/hanifa-pink-congo-avatar.html [lien valide en mars 2024].

2 Voir en ligne https://www.instagram.com/shudu.gram/ [lien valide en mars 2024]. Shudu est un mannequin généré par ordinateur et peut être considéré comme l’une des premières influenceuses créées virtuellement ; voir aussi : JACKSON Lauren Michele, « Shudu Gram Is a White Man’s Digital Projection of Real-Life Black Womanhood », The New Yorker, 4 mai 2018, disponible en ligne, https://www.newyorker.com/culture/culture-desk/shudu-gram-is-a-white-mans-digital-projection-of-real-life-black-womanhood [lien valide en mars 2024].

3 PENROSE Nerisha, « Hanifa’s 3D Fashion Show Sets the Pace for the Future of the Runway », Elle (édition américaine), 26 mai 2020, disponible en ligne, https://www.elle.com/fashion/shopping/a32668939/hanifa-3d-pink-label-congo-fashion-show/ [lien valide en mars 2024].

4 BARDELEBEN Elvire von, « Balenciaga a osé le défilé en réalité virtuelle », Le Monde, 7 décembre 2020, disponible en ligne, https://www.lemonde.fr/m-styles/article/2020/12/07/balenciaga-a-ose-le-defile-en-realite-virtuelle_6062519_4497319.html [lien valide en mars 2024].

5 HJEMDAHL Anne-Sophie, « Exhibiting the body, dress, and time in museums: a historical perspective », in MELCHIOR Marie Riegels & SVENSSON Birgitta (dir.), Fashion and Museums. Theory and Practice, Londres, Bloomsbury, 2014, p. 108-125.

6 STEELE Valerie, « A Museum of Fashion Is More Than a Clothes-Bag », Fashion Theory, vol. 2, no 4, 1998, p. 334.

7 Voir en ligne : https://studiopms.nl/ [lien valide en mars 2024].

8 Voir en ligne : https://studiopms.nl/projects/pattern-to-polygon [lien valide en mars 2024].

9 ADRIAANS Hanneke & KUUS Saskia, Mode en kostuums, Utrecht, Centraal Museum, 1996.

10 Nd’inventaire 14544 a, voir en ligne : https://www.centraalmuseum.nl/nl/collectie/14544-a-paar-trippen [lien valide en mars 2024].

11 BLOEMBERG Ninke, The New Craftmanship Iris van Herpen, cat. exp., Utrecht, Centraal Museum, 29 juin – 9 oct. 2001, Utrecht, Centraal Museum, 2001, p. 6-8.

12 No d’inventaire 18093/001-002, voir en ligne : https://www.centraalmuseum.nl/nl/collectie/18093-001-002-tweedelige-japon-robe-la-franaise-bestaande-uit-overkleed-en-rok [lien valide en mars 2024].

13 No d’inventaire 35544/001-003, voir en ligne : https://www.centraalmuseum.nl/nl/collectie/35544-00 1-003-ensemble-afrika-pied-de-poule-jas-blouson-pantalon-tas-en-schoenen-fw-2019-20-louis-vuitton-by-virgil-abloh [lien valide en mars 2024].

14 Voir en ligne : https://costume.mini.icom.museum/publications-2/guidelines/ [lien valide en mars 2024].

15 No d’inventaire 7944/001-002, voir en ligne : https://www.centraalmuseum.nl/nl/collectie/7944-001-002-tweedelige-japon-bestaande-uit-lijfje-en-rok-mme-h-van-der-taelen [lien valide en mars 2024].

16 HOHÉ Madelief, Haagse Hofmode, cat. exp., La Haye, Gemeentemuseum, 15 sept. - 2 déc. 2007, Zwolle, Waanders, 2007, p. 30.

17 Emma de Waldeck-Pyrmont (1858-1934), seconde épouse et consort du roi Guillaume III des Pays-Bas (1817-1890).

18 JONGE Carla de, De Costuumverzameling 1750-1930. Gids en catalogus 1947, Utrecht, Centraal Museum, 1947, p. 42-43.

19 BLOEMBERG Ninke, Uit de Mode, de collectie van het Centraal Museum, cat. exp., Utrecht, Centraal Museum, Utrecht, Centraal Museum, 2017, p. 50-51. Pour plus d’informations sur l’exposition, voir en ligne : https://www.centraalmuseum.nl/en/exhibitions/uit-de-mode [lien valide en mars 2024].

20 No d’inventaire 26419, voir en ligne : https://www.centraalmuseum.nl/nl/collectie/26419-rok-anoniem [lien valide en mars 2024].

21 PAASSEN Willem van, RUYGROK J. H., GORP P.J.M. van & HOMBERGEN A.J.G.M., Textielwaren, 24e édition, Groningue, Wolters-Noordhoff, 1974, p. 125.

22 HACKE Marei, « Weighted Silk: History, Analysis and Conservation », Studies in Conservation, 54 (Supplément-1), juin 2009, p. 3-15, disponible en ligne, https://www.researchgate.net/publication/272250267_Weighted_silk_History_analysis_and_conservation [lien valide en mars 2024].

23 MILLER Janet E. & REAGAN Barbara M., « Degradation in Weighted and Unweighted Historic Silks », Journal of the American Institute for Conservation, vol. 28, no 2, automne 1989, p. 97-115, disponible en ligne, https://www.jstor.org/stable/3179483 [lien valide en mars 2024].

24  Voir en ligne : https://dressingroyalty.wordpress.com/elise-van-ittersum/ [lien valide en mars 2024].

25 Voir en ligne :https://www.centraalmuseum.nl/nl/tentoonstellingen/kostuumshow-in-de-stallen [lien valide en mars 2024].

26 Notez que la manière dont les mannequins numériques marchent est une interprétation artistique des vêtements et non pas une représentation historique exacte.

27 BLOEMBERG Ninke, The New Craftmanship Iris van Herpen, op. cit., p. 41.

28 « Iris van Herpen: Het proces van de vervaardiging een 3D ontwerp / Rapid Prototyping », vidéo, 13’’20’, prod. Centraal Museum, [en ligne], https://www.youtube.com/watch?v=eNlgpaA9KO4 [lien valide en mars 2024].

29 La « distance entre particules » renvoie à la distance moyenne entre les points qui composent un modèle numérique de vêtement et le « rendu » fait référence au temps de traitement de l’ordinateur.

30 Voir comme référence par exemple : https://cgifurniture.com/what-are-polygons-in-3d-modeling/ [lien valide en mars 2024].

31 KENNEDY Joan, « 3Dlook Launches New Virtual Fitting Room Tool », Business of Fashion, 29 mars 2022, [en ligne], https://www.businessoffashion.com/articles/technology/3dlook-launches-new-virtual-fitting-room-tool/ [lien valide en mars 2024].

32 Voir en ligne : https://www.thefabricant.com/ [lien valide en mars 2024].

33 Les nouvelles technologies lancent de nouveaux défis lorsqu’il s’agit de collecter et de prendre soin d’« objets » pour l’avenir. On pourrait comparer cela aux cassettes VHS ou disquettes en tant que parties d’installations artistiques il y a quelques décennies : comment préserve-t-on l’œuvre d’art et les informations en les rendant accessibles pour les années à venir ?

34 CREIGHTON Jolene, « NFTs Explained: A Must-Read Guide to Everything Non-Fungible », NFT Now, 12 janvier 2023, [en ligne], https://nftnow.com/guides/what-is-nft-meaning/ [lien valide en décembre 2023].

35 « Waarom de verkoop van NFT’s van virtuele mode wél stijgt – en wat ontwerpers daarvan kunnen leren », Design Digger, 7 novembre 2022, [en ligne], https://www.designdigger.nl/2022/11/07/waarom-de-verkoop-van-nfts-van-virtuele-mode-wel-stijgt-en-wat-ontwerpers-daarvan-kunnen-leren/ [lien valide en décembre 2023].

36 No d’inventaire 10726/001-002, voir en ligne : https://www.centraalmuseum.nl/nl/collectie/10726-001-002-tweedelige-avondjapon-bestaande-uit-japon-en-sleep-mme-h-van-der-taelen [lien valide en décembre 2023].

37 Voir en ligne : https://stephanduq.artstation.com/pages/two-piece-evening-gown-consisting-of-gown-and-train [lien valide en décembre 2023].

38 « Interview no 88: Tess van Zalinge », [en ligne], https://www.asustainablecloset.com/interview-people/interview-88-tess-van-zalinge [lien valide en décembre 2023].

39 Voir en ligne : https://www.modemuze.nl/over-modemuze [lien valide en mars 2024].

40 « 5Dculture – Deploying and Demonstrating a 3D Cultural Heritage Space », [en ligne], https://pro.europeana.eu/project/5dculture-deploying-and-demonstrating-a-3d-cultural-heritage-space [lien valide en mars 2024].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Salle de l’exposition « Van Pasvorm tot Polygon » (Du patron au polygone), au Centraal Museum, Utrecht, Pays-Bas, 2022. Cette salle présente à la fois une robe des collections du musée et son jumeau numérique.
Crédits © Adriaan van Dam / Centraal Museum Utrecht.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Figure 2
Légende Robe deux-pièces créée par Mme H. van der Taelen vers1892, rangée à l’horizontale et conditionnée dans du papier de soie, conservée au Centraal Museum, Utrecht, Pays-Bas (inv. 7944).
Crédits © Adriaan van Dam / Centraal Museum Utrecht, 2017.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Figure 3
Légende Couverture du catalogue du musée intitulé De costuumverzameling 1750-1930, Centraal Museum Utrecht, 1947.
Crédits Reproduction Dea Rijper (Centraal Museum Utrecht).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9M
Titre Figure 5
Légende Détail de la robe deux-pièces créée par Mme H. van der Taelen et conservée au Centraal Museum d’Utrecht (inv. 7944). Les fentes sont nettement visibles.
Crédits © Adriaan van Dam / Centraal Museum Utrecht, 2017.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Figure 6
Légende Défilé de costumes organisé par le Centraal Museum d’Utrecht (Pays-Bas) en 1988 pour célébrer son 150e anniversaire.
Crédits © photographe inconnu / Centraal Museum Utrecht.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Figure 7
Légende Défilé des vêtements numérisés de la collection du département Mode du Centraal Museum d’Utrecht (Pays-Bas), film réalisé par le Studio PMS, 2022.
Crédits © Studio PMS.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Figure 8
Légende Processus de modélisation 3D d’un des chapeaux de la collection du Centraal Museum (inv. 32949).
Crédits © Suzanne Mulder (Centraal Museum Utrecht).
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 9
Légende Œuvre numérique créée en 2022 par David Willems, d’après une robe deux-pièces de la maison Mme H. van der Taelen datant d’environ 1892, conservée au Centraal Museum Utrecht, Pays-Bas (inv. 7944).
Crédits © David Willems.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-9.jpeg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Figure 10
Légende Œuvre numérique créée en 2022 par Stéphane Duquesnoy, d’après une robe turquoise de la maison Mme H. van der Taelen datant d’environ 1905, conservée au Centraal Museum Utrecht, Pays-Bas (inv. 10726).
Crédits © Stephan Duquesnoy.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Figure 11
Légende Le premier NFT ayant intégré une collection muséale néerlandaise, par Stephan Duquesnoy, présenté dans l’exposition « Van Pasvorm tot Polygon » (Du patron au polygone) au Centraal Museum Utrecht, Pays-Bas, 2022.
Crédits © Stephan Duquesnoy / Centraal Museum Utrecht.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Titre Figure 12
Légende Œuvre numérique, huitième look de la collection « Natuurlijk » (Naturel) de Tess van Zalinge, créée par le studio PMS, 2022.
Crédits © Tess van Zalinge © Studio PMS.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 13
Légende Versions numérique et physique du huitième look de la collection « Natuurlijk » (Naturel), créées par le studio PMS et Tess van Zalinge, ici présentées lors de l’exposition « Van Pasvorm tot Polygon » (Du patron au polygone), 2022.
Crédits © Adriaan van Dam / Centraal Museum Utrecht.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Figure 14
Légende Modélisation 3D de chaussures pour hommes datant du xixe siècle conservées au Centraal Museum Utrecht, Pays-Bas (inv. 18813). Les chaussures sont placées de manière réaliste sur un bureau virtuel, grâce à la technologie de la réalité augmentée, sur l’écran d’un téléphone portable. Cette modélisation a été réalisée par FloatScans et WANNA.
Crédits © Marco Rendina, 2022.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40495/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ninke Bloemberg, « L’avenir du patrimoine de la mode est numérique »In Situ [En ligne], 52 | 2024, mis en ligne le 20 avril 2024, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/insitu/40495 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.40495

Haut de page

Auteur

Ninke Bloemberg

Conservatrice du département Mode, Centraal Museum, Utrecht (Pays-Bas)
nbloemberg@centraalmuseum.nl

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search