Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Le patrimoine en scèneLe vêtement historique hors des v...

Le patrimoine en scène

Le vêtement historique hors des vitrines

De l’usage du costume de guide-interprète dans les musées canadiens
Historic clothing outside the display case. The uses of costumes for guides in Canadian museums
Janie Deschênes

Résumés

Les guides-interprètes costumés sont nombreux dans les sites patrimoniaux et les musées en plein air de l’Est du Canada. Arborant des reproductions de vêtements d’époque, ils sont chargés de répondre aux questions des visiteurs, de les guider à travers les expositions et de leur faire vivre une expérience hors du commun. Ils sont également parfois responsables d’animations théâtrales ou de vulgarisation de métiers anciens. Les habits qu’ils revêtent participent d’une scénographie muséale recherchée mettant en valeur les bâtiments et les artéfacts environnants. Cette démarche permet d’admirer à la lumière du jour et de faire se mouvoir des costumes dont les originaux sont généralement gardés sous vitrine dans les musées. Véritable image de marque de certaines institutions, les costumes portés par les guides-interprètes sont soumis à de nombreuses contraintes techniques et financières qui peuvent menacer ce choix. La difficulté de trouver au Canada des boutiques spécialisées en reconstitution historique, l’augmentation des prix des tissus et la rareté des ateliers de couture génèrent de nombreux défis pour les musées qui souhaitent continuer à costumer leurs employés. La planification d’une politique annuelle de financement, d’actualisation des coupes et d’entretien peut cependant faciliter la gestion d’une garde-robe pour les guides et contribuer au maintien de cet apport intéressant à l’ambiance d’un site patrimonial.

Haut de page

Texte intégral

1Au Canada, il est fréquent de croiser des employés vêtus d’habits d’un autre siècle dans les lieux touristiques historiques. Le plus souvent présents dans les bâtiments patrimoniaux, les guides en costume d’époque ont pour tâche principale d’animer les lieux en informant le public sur toutes sortes de sujets, lesquels varient selon la spécificité de chaque site. Ils dirigent les visiteurs dans les espaces intérieurs et extérieurs et répondent à leurs questions. Ils offrent également une expérience de visite interactive, complémentaire aux expositions et, dans certains cas, ils remplissent même une fonction de comédien. Ils sont engagés le plus souvent par un musée, un centre d’interprétation ou un organisme de tourisme qui gère l’endroit, développe une collection et, parfois, présente des expositions permanentes ou temporaires. Le site peut être classé au patrimoine ou non. Le classement au patrimoine assure une protection légale du monument concerné et parfois de ses environs, mais n’est pas obligatoire pour la création d’une attraction touristique historique.

2Le guide-interprète costumé se différencie de ses autres collègues par le fait qu’il ne porte pas ses vêtements ordinaires ou un uniforme inspiré de la mode contemporaine. Dans les musées historiques, il est généralement habillé à la mode de l’époque à laquelle le site est consacré, se fondant pour ainsi dire dans le décor. Pour des raisons de conservation et de disponibilité, il s’agit de reconstitutions d’habits d’époque avec un degré variable d’adaptation des formes et des matières pour chaque établissement.

  • 1 JONG Adriaan de & SKOUGAARD Mette, « Les premiers musées de plein air. La tradition des musées con (...)
  • 2 BURGESS Joanne, « Le passé retrouvé. L’interprétation de l’histoire dans les lieux historiques », (...)

3Parer le personnel d’un costume traditionnel afin de recréer une atmosphère ancienne dans un musée est pratiqué en Europe depuis la fin du xixe siècle. Si ce type d’animation était à l’origine caractéristique des musées ethnologiques scandinaves, il s’est répandu rapidement à travers les pays voisins pour gagner ensuite l’Amérique du Nord1. Du côté canadien, l’historienne Joanne Burgess estime que c’est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que des musées en plein air de reconstitution historique firent leur apparition, influencés par ce qui se pratiquait aux États-Unis. Ces musées ont cherché à préserver des lieux historiques, mais également à recréer une ambiance d’époque en confiant leur animation à du personnel habillé à l’ancienne2.

4De nos jours, la pratique de costumer les employés qui interagissent avec le public dans les musées historiques est toujours très populaire. Cet article se veut une réflexion sur la place qu’occupe aujourd’hui le costume des guides-interprètes comme outil complémentaire aux expositions traditionnelles sur le vêtement historique. Il est pertinent pour transmettre des informations supplémentaires aux visiteurs à propos de l’histoire de la mode et du textile. Il est aussi une création scénographique qui prolonge les dispositifs visuels des vitrines de l’exposition. Ce texte apporte également une réflexion sur les enjeux qui gravitent autour du maintien des vêtements de travail de ces guides dans les institutions alors que celles-ci font face à une augmentation du prix des fournitures. Nous souhaitons par ailleurs aborder les réalités du terrain et les problèmes liés à l’acquisition de ces costumes, dont les coûts élevés peuvent peser sur le budget de musées qui ne disposent que de moyens financiers modestes. Nous nous sommes cependant limitées dans nos exemples à l’Est du Canada, où les guides-interprètes costumés sont regroupés principalement dans deux types d’institutions distinctes : des musées traditionnels et des musées-villages de plein air. Ces lieux traitent généralement de l’histoire locale du xviie siècle jusqu’au début du xxe siècle, période correspondant à l’établissement des colons européens puis au développement de leurs institutions.

Les guides-interprètes costumés dans les musées de l’Est du Canada

  • 3 Château Ramezay, « Qui nous sommes » : https://www.chateauramezay.qc.ca/fr/musee/ [lien valide en (...)
  • 4 Gouvernement du Québec, « Maison Saint-Gabriel », Répertoire du Patrimoine culturel du Québec, 201 (...)
  • 5 Gouvernement du Québec, « Maison Lamontagne », Répertoire du Patrimoine culturel du Québec, 2013, (...)
  • 6 Le régime français s’est terminé en 1759.
  • 7 Loi sur le patrimoine culturel, L. Q. 2011, c. 21

5Les guides-interprètes costumés sont donc présents dans les musées conventionnels, où la mise en valeur d’un bâtiment ancien exige l’embauche d’un personnel qualifié pour animer les lieux et veiller à leur conservation à long terme. Une ou plusieurs expositions présentent des objets de la collection que les guides font découvrir à travers des visites commentées. C’est le cas notamment du musée du Château Ramezay3 et de la Maison Saint-Gabriel4 à Montréal, ou du Site historique de la maison Lamontagne à Rimouski5 [fig. 1 et 2]. Ces trois bâtiments datent du régime français6 et ils sont tous classés « immeuble patrimonial », autant pour leur intérieur que pour leur extérieur. Ils sont ainsi protégés par la Loi sur le patrimoine culturel du Québec (2011-2012) et doivent être conservés de façon adéquate7. Dans les autres provinces, d’autres lois ont été promulguées pour protéger le patrimoine bâti d’exception ou les lieux à grande valeur historique.

Figure 1

Figure 1

Façade extérieure de la Maison Lamontagne à Rimouski (Québec, Canada), 2022.

© Janie Deschênes.

Figure 2

Figure 2

Intérieur de la Maison Lamontagne à Rimouski (Québec, Canada), 2022.

© Janie Deschênes.

  • 8 Un village de compagnie est un ensemble de terrains et de bâtiments détenus par une entreprise afi (...)
  • 9 Gouvernement du Québec, « Village historique de Val-Jalbert », Répertoire du Patrimoine culturel d (...)

6Ces guides se rencontrent également dans un second type d’organisation. Il s’agit de complexes touristiques plus développés, composés de plusieurs bâtiments, dont la surface totale du site permet la tenue de reconstitutions historiques d’envergure. Véritables petits villages, ces musées en plein air permettent, par leur taille, d’employer un grand nombre d’animateurs, de comédiens et de figurants qui font la démonstration de métiers ou d’arts traditionnels. Pour satisfaire les visiteurs et prolonger leur séjour sur place, un espace de restauration et un lieu d’hébergement sont généralement aménagés sur le site. Le Village historique de Val-Jalbert à Chambord (au sud du lac Saint-Jean), un ancien village de compagnie8 où habitaient les travailleurs d’une usine de pâte de bois et leurs familles, appartient à cette catégorie. Abandonnés en 1927, le terrain et ses bâtiments ont été reconvertis pour accueillir des visiteurs dès les années 1960. Le village est classé « site patrimonial » depuis 19969. D’autres exemples de villages ancestraux à visiter ont en revanche été créés de toutes pièces. Ils sont constitués de maisons anciennes provenant de différents emplacements, réunies dans le but de les préserver et de créer une attraction touristique à vocation patrimoniale. Le plus souvent élaborés dans les années 1960 et 1970 dans l’urgence de sauvegarder un héritage architectural menacé par des travaux publics ou par l’usure du temps, ces ensembles touristiques sont extrêmement populaires et contribuent à la transmission des métiers anciens.

  • 10 LABONTÉ Alain & ROBERGE Jacinthe, « Le Village Québécois d’Antan célèbre ses 40 ans », Le Village (...)
  • 11 Village historique acadien, « Histoire du Village historique acadien », 2019, [en ligne], https:// (...)
  • 12 Kings Landing, « About », 2022, [en ligne], https://kingslanding.nb.ca/about/ [lien valide en mars (...)
  • 13 Upper Canada Village, « About Upper Canada Village », 2022, [en ligne], https://www.uppercanadavil (...)

7Au Québec, le Village québécois d’antan à Drummondville, constitué de 70 bâtiments datant de 1810 à 193010, est un bon exemple de ce type de site touristique. Au Nouveau-Brunswick, les touristes peuvent visiter le Village historique acadien situé à Bertrand avec ses bâtiments datant du xviiie au xxe siècle11 et le site de Kings Landing à Prince William qui reproduit la vie rurale du xixe siècle12. En Ontario, c’est le Upper Canada Village, à Morrisburg, qui a figé la vie telle qu’on l’expérimentait en 186613.

Les multiples usages du costume historique porté dans les musées

8Les vastes musées en plein air cherchent à recréer une ambiance digne d’un plateau de film historique et à dépayser le visiteur dans les moindres détails en habillant ses guides-interprètes, ses comédiens et ses figurants de reconstitutions de vêtements d’époque. Ce souci du décor peut paraître plus difficile à justifier pour un musée de moindre envergure, surtout si celui-ci se situe dans un environnement urbain impossible à dissimuler. Pourtant, la petitesse d’un terrain ou d’un bâtiment ne rendra pas l’expérience du visiteur moins impressionnante et l’immersion sensorielle, dans une maison ancienne par exemple, moins mémorable. Au contraire, pour ces sites qui ont à leur disposition peu de ressources, il peut être tout à fait pertinent de miser sur le costume historique pour accroître le dépaysement et mettre en valeur les artéfacts exposés.

  • 14 Demandant à leurs employés de s’habiller de façon « appropriée » sur le lieu de travail, plusieurs (...)

9En effet, le costume, tout comme n’importe quel uniforme de travail, a plusieurs fonctions au sein du musée. Il permet au visiteur d’identifier rapidement un membre du personnel, réduit les conflits associés à l’interprétation individuelle du code vestimentaire14, confère une certaine autorité aux employés et augmente l’esprit d’équipe autant que le sentiment d’appartenance au lieu de travail. Mais dans un établissement historique, il contribue également à créer une ambiance plus raffinée, une cohérence entre le lieu ancien et les personnes qui l’animent.

10Le costume offre d’abord au visiteur les moyens de vivre une expérience plus immersive et de rompre avec son quotidien ; devenant anachronique en regard de celle des guides, sa tenue moderne cesse alors d’être la norme. Le visiteur a l’impression de réellement remonter le temps au fur et à mesure qu’il progresse dans le musée ou sur le terrain. Non seulement il s’imprègne de l’époque ciblée et se confronte à une ambiance d’un autre siècle, mais il laisse aussi de côté sa routine journalière, pour s’ouvrir à une expérience, à une découverte et à un apprentissage. Parfois même dès le passage de la porte d’entrée, avant même qu’il n’ait acheté son billet ou trouvé le bâtiment d’accueil, il remarquera le costume des guides et commencera le cheminement mental consistant à laisser le quotidien derrière lui et à devenir un visiteur de musée. En découvrant les costumes, il aura peut-être des questions, des préjugés ou des jugements de valeur. Peut-être trouvera-t-il ces vêtements inconfortables, démodés ou mal adaptés à la saison. Peut-être au contraire les trouvera-t-il élégants et astucieux. Ces réflexions pourront être étoffées et mises à l’épreuve plus tard, lors de la lecture des panneaux explicatifs ou d’une discussion avec les guides-interprètes.

11Ensuite, le costume des guides met en valeur les lieux, en ce qu’il répond aux objets exposés tel un écho, et les anime. De plus, il permet de rendre l’espace reconstitué plus crédible aux yeux du public. Dans les maisons historiques où le choix scénographique est de représenter un intérieur comme si les habitants d’une autre époque venaient à peine de le quitter, le costume des guides contribue à présenter des vêtements d’une façon plus naturelle et réaliste. En effet, il est rare que dans les demeures résidentielles, des vêtements soient exposés en dehors des pièces à usage privatif comme les garde-robes, les chambres, la buanderie ou un atelier de couture. Habiller le guide d’un costume historique contribue à présenter des habits sans dispositifs muséaux, et donc à maintenir plus longtemps l’illusion d’un espace domestique figé dans le temps. Cette démarche a toutefois ses limites. D’autres procédés sont à envisager pour exposer les vêtements originaux qui ne supportent pas les manipulations, la lumière ou la poussière. Le nombre de guides présents sur place est proportionnel à la quantité et à la variété des tenues pouvant être montrées au public. Par ailleurs, il arrive que certaines reconstitutions soient trop coûteuses à produire et à entretenir pour être portées quotidiennement par des employés et dans ce cas les costumes doivent être maintenus sous vitrine ou sur un mannequin.

12Nombreux sont cependant les musées qui offrent un système hybride. Dans quelques espaces réservés, des habits (des originaux, des reproductions ou les deux simultanément) peuvent être exposés sur des présentoirs classiques, tandis que des guides-interprètes portent des reconstitutions de costumes d’époques similaires [fig. 3 et 4].

Figure 3

Figure 3

Exposition sur le vêtement en Nouvelle-France : présentation classique de tenues sur mannequins statiques au Site historique de la maison Lamontagne à Rimouski (Québec, Canada), 2022.

© Janie Deschênes.

Figure 4

Figure 4

Guide-interprète costumée pendant une animation sur le four à pain au Site historique de la maison Lamontagne à Rimouski (Québec, Canada), 2022.

© Janie Deschênes.

13Cette hybridité possède nombre d’avantages. Elle apparaît très pertinente pour les expositions qui traitent de thématiques reliées à la vie courante ou mieux encore, qui sont entièrement consacrées à la mode. C’est alors que le costume du guide, réplique exacte d’un vêtement exposé ou inspiration de l’époque, sort de l’immobilité qu’impose une mise en vitrine ; il propose une toute nouvelle réalité aux visiteurs qui peuvent le contempler sur un corps en mouvement. Les étoffes bougent et peuvent être frôlées, révélant des sons particuliers propres aux matières qui les composent. Le tombé des tissus change selon le trajet parcouru, au fil des pas, des escaliers à monter ou à descendre. L’incidence de la lumière pousse à prendre conscience de la matérialité des habits selon qu’on se trouve à l’intérieur ou à l’extérieur. De même, les accessoires apportent une dimension sensorielle pleinement perceptible une fois portés. Les sabots de bois résonnent sur les carrelages, les coiffes de lin blanches deviennent translucides sous le soleil de midi et les châtelaines entrechoquent leurs minuscules chaînes au rythme des pas. De petits détails impossibles à remarquer dans la vitrine d’une salle d’exposition, et qui pourtant renseignent le visiteur sur les réalités de l’objet porté, sont donnés à voir et à entendre.

  • 15 Pour des raisons de conservation préventive, les musées utilisent aujourd’hui majoritairement des (...)

14Il est à noter que certains musées n’ont pas nécessairement de guides-interprètes costumés et réussissent tout de même à sortir les vêtements des vitrines pour offrir un complément intéressant à leurs expositions. Le défilé de mode peut être une option pour présenter ponctuellement des vêtements hors des présentoirs classiques15. Les tenues sont montrées en mouvement durant un temps limité, ce qui permet de les faire réagir à la lumière ainsi qu’aux gestes des personnes qui les portent. Cette manifestation peut s’inscrire dans la programmation des activités et événements du musée et, une fois filmé, le défilé peut s’intégrer à l’exposition sous forme de vidéo.

  • 16 PAREZO Nancy J., « Exposition de vêtements de femmes des Premières Nations, LIndian Style Show du (...)
  • 17 Pour en savoir plus sur Frederic Douglas : « Frederic Huntington Douglas », Wikipédia, 2023, [en l (...)
  • 18 PAREZO Nancy J., op. cit., p. 41-62, disponible en ligne, https://www.erudit.org/fr/revues/as/2004 (...)

15L’anthropologue Nancy J. Parezo revient sur un des exemples les plus marquants de défilé de mode qui eut lieu dans un contexte muséal nord-américain, celui du Indian Style Show16. De 1942 à 1972, une cinquantaine de vêtements de femme des Premières Nations d’Amérique du Nord faisant partie des collections du Denver Art Museum ont été régulièrement présentés au public sous la forme d’un défilé de mode élaboré par Frederic Douglas17. Tout en résumant le projet de Douglas, Pazero précise que les présentations avaient pour but de réunir les peuples dans l’amour du beau vêtement et de combattre les préjugés raciaux. Elles cherchaient également à exposer de manière vivante les habits et les accessoires, à les faire bouger et à les sortir des réserves du musée. Les vêtements évoluaient sous les lumières et suivaient les mouvements des personnes qui les portaient. Contrairement aux étoffes exposées sur des cintres de métal, des mannequins en bois ou en plastique ou encore à plat, les robes portées par de vraies femmes permettaient de révéler les accords entre les matières et le teint de la peau, et de mettre en valeur le corps qu’elles recouvraient. Comme le mentionne Nancy J. Parezo, en raison des règles de conservation actuelles plus strictes, la plupart des musées nord-américains qui optent pour un défilé de mode aujourd’hui présentent des pièces contemporaines18. Certains optent plutôt pour des reproductions.

  • 19 Le terme « costumier » désigne ici un lieu où l’on range des costumes. Il peut également référer à (...)
  • 20 MATHIEU Annie, « Le Musée de la Place-Royale officiellement fermé », Le Soleil, 5 septembre 2017, (...)

16D’autres établissements choisissent d’intégrer un costumier19 ou vestiaire interactif à leur exposition, que leurs employés habituels soient costumés ou non. Les visiteurs peuvent alors revêtir des reproductions de vêtements historiques et les porter le temps d’une activité spécifique ou tout le long de leur parcours muséal. Ces reproductions qui peuvent être manipulées exigent d’autres précautions, elles doivent s’adapter à plusieurs tailles et doivent être très résistantes. Mais elles invitent le visiteur à se projeter dans l’époque recherchée et à modifier son comportement, sa manière de se mouvoir ainsi que sa compréhension de l’espace, et à développer une empathie pour les personnes qui ont véritablement porté ces modes de leur vivant. Avant sa fermeture en 201720, le Musée de la Place-Royale à Québec abritait en ses murs une exposition interactive où le visiteur entrait d’abord dans un vaste costumier de reproductions de tenues anciennes pour y choisir un habit. La grande variété de costumes offerte permettait de vêtir aussi bien les enfants que les femmes et les hommes de toutes les tailles. Une fois paré d’un costume d’époque, le visiteur découvrait des salles meublées à la mode des siècles derniers et pouvait créer ses propres jeux et saynètes à travers une scénographie laissée complètement libre.

17Le Village Québécois d’Antan à Drummondville habille les enfants qui participent à leur colonie de vacances à thématique historique de vêtements inspirés du xixe et du début du xxe siècle. Résidant pendant une semaine sur le site, ces enfants se fondent dans les décors et leurs habits s’harmonisent avec ceux des employés habituels qui s’occupent de l’entretien et de l’animation du musée en plein air21. Autrefois, le Site historique de la maison Lamontagne à Rimouski détenait un petit lot de reproductions de costumes anciens que les visiteurs pouvaient revêtir avant de se faire photographier sur place. Ces costumes avaient été réalisés avec le même souci du détail que les tenues portées par les guides-interprètes et les reconstitutions de vêtements historiques présentées sur des mannequins de tissu dans le cadre d’une exposition sur l’habillement en Nouvelle-France.

Le coût et l’entretien des costumes de guides-interprètes

  • 22 Par ressources de base, il faut entendre le financement, mais aussi les matériaux textiles et le p (...)

18Choisir d’habiller ses guides-interprètes avec des reproductions de costumes d’époque est un projet très intéressant quel que soit le musée, puisqu’il faut prendre un certain nombre de décisions esthétiques et réaffirmer ses positions sur la scénographie choisie pour l’établissement concerné. À la mode de quelle année faut-il habiller les employés d’un bâtiment qui a été habité sans interruption pendant près de 300 ans ? Faut-il privilégier une reconstitution la plus exacte possible, ou adapter les matériaux et la méthode de fabrication pour réduire les coûts et faciliter un habillage rapide comme pour les comédiens de théâtre ? Chaque musée a une réponse qui lui est propre et fait correspondre ses costumes à ses contraintes particulières. Plusieurs facteurs doivent être pris en compte dans l’élaboration ou le renouvellement d’une garde-robe historique pour les guides-interprètes : l’époque et la classe sociale représentées, l’accès aux ressources de base22, une ouverture saisonnière ou à l’année et l’environnement de travail.

19Ces problématiques se posent pour un bon nombre de musées de l’Est du Canada qui ont des contraintes similaires, notamment dues au climat et à la disponibilité des ressources humaines et matérielles. L’hiver attirant moins de touristes, plusieurs musées choisissent de fermer leurs portes durant cette période. De plus, beaucoup d’infrastructures historiques deviennent glaciales en hiver et les fortes chutes de neige peuvent isoler certains bâtiments les rendant difficiles d’accès. S’ajoute à ce contexte le fait que de nombreux postes sont tenus par des adolescents et de jeunes adultes contraints de retourner suivre leurs cours à temps plein à l’automne. D’ailleurs, puisqu’il n’existe pas, au Canada, de diplôme spécifique pour être guide-interprète dans un musée, les emplois saisonniers sont pourvus le plus souvent par des étudiants en histoire, en théâtre ou en tourisme. Très peu continuent d’exercer l’activité de guide-interprète après leurs études en raison de la rareté des postes disponibles à temps plein. Plusieurs institutions muséales dépendent en effet de subventions (municipales, provinciales, fédérales ou encore privées) pour payer leurs employés. Ce financement est parfois précaire, pour une durée limitée, avec des critères d’âge maximal à l’embauche et l’obligation que le travailleur retourne aux études au terme de son contrat. Dans les petits établissements, les revenus tirés des entrées ne suffisent ni à subvenir aux dépenses courantes ni à envisager des projets de grande envergure comme le renouvellement d’une garde-robe historique pour les guides.

20De plus, le marché canadien de la reproduction d’objets anciens ne peut pas rivaliser avec son voisin états-unien. Du fait que moins de consommateurs s’y trouvent, il y a dans le pays très peu de boutiques spécialisées en reconstitutions historiques. Pour acquérir des costumes historiques fabriqués en série, et donc à des prix abordables, il faut se tourner vers les États-Unis. Cela sous-entend de s’acquitter de frais de dédouanage auxquels s’ajoutent les fluctuations du taux de change et les coûts de livraison.

21Pour éviter ces montants supplémentaires et se procurer des costumes sur mesure – les commerces disponibles ne couvrant pas spécifiquement la période historique visée par l’institution muséale –, certaines équipes recourent plutôt à la confection locale. Dans les grands centres, il est même possible de trouver des artisans spécialisés en reproductions historiques. Depuis quelques années cependant, plusieurs villes sont confrontées à une pénurie de main-d’œuvre dans le secteur de la confection de vêtements, et le prix des services de couture a augmenté. Le temps d’attente pour la livraison d’un costume peut atteindre deux ans, parfois plus. Le coût du tissu a lui aussi explosé, surtout pour les fibres naturelles utilisées autrefois dans la fabrication des vêtements de nos aïeux. Reproduire leurs habits et habiller une équipe de plusieurs guides, laquelle peut changer chaque année, nécessite un investissement important, que l’institution choisisse pour son personnel des vêtements produits en série ou du sur-mesure.

  • 23 Certaines provinces limitent le paiement des coûts de l’uniforme afin que les employés ne soient p (...)

22Combien faut-il débourser pour habiller un employé d’un costume historique ? Plusieurs critères doivent être pris en compte. En dehors des emplois saisonniers, certains musées disposent d’équipes permanentes, et investissent donc davantage lors de l’embauche d’un travailleur qui restera longtemps sur place. L’employeur peut, dans ce cas, entièrement assumer le coût de son habillage de la tête aux pieds. Même s’il est légal dans certaines provinces canadiennes de faire payer à un employé une partie ou la totalité de son uniforme de travail, et ce sous certaines conditions23, les musées fournissent le plus souvent gratuitement les costumes historiques. Au départ d’un membre de l’équipe, le costume peut être transmis à un autre membre faisant la même taille. Certains musées ont des thématiques civiles et d’autres, religieuses ou militaires. Ces derniers sont soumis à plus de règles, car les uniformes d’époque, très documentés, exigent une précision supplémentaire dans les détails. Les vêtements civils ordinaires offrent plus de liberté au niveau du choix des tissus et des couleurs, ce qui contribue généralement à faire certaines économies sur la ligne budgétaire de l’achat des matériaux. Dans les musées sans espaces extérieurs, l’usure des textiles employés pour les costumes est limitée, contrairement à ceux des musées en plein air dont les matériaux utilisés subissent les affres du soleil, de la crème solaire, du chasse-moustiques et de la sueur. Sans compter les tenues des personnes impliquées dans des activités de reconstitution historique qui peuvent être tachées par des végétaux, de la cendre ou de la boue. Les lavages et les séchages fréquents à la machine sont également responsables de l’usure prématurée des tissus.

  • 24 Environ 138 à 691 € pour le matériel uniquement. En comparaison, les guides-interprètes gagnent en (...)

23Il est intéressant de se pencher sur le coût exact de ces costumes. Pour le matériel seulement, il faut compter entre 200 et 1 000 dollars canadiens en moyenne pour chaque guide-interprète costumé24. Ce sont les musées reproduisant à l’identique des uniformes d’époque et surtout les établissements à thématique militaire où tout l’équipement d’époque est reconstitué, des armes jusqu’aux couvre-chefs, qui doivent investir le plus pour chacun de leurs employés. Néanmoins, certaines pièces d’uniforme s’usent moins vite que d’autres et peuvent être réutilisées plusieurs années consécutives. Il reste que parfois, les conseils d’administration, devant l’importance des montants à avancer, préfèrent renoncer aux costumes et les remplacer par de simples hauts portant le logo du musée. Cette dernière solution évite à l’employeur d’avoir à régler divers problèmes comme les conflits avec les employés pour qu’ils portent correctement leur uniforme historique (le port de la coiffe en tout temps, par exemple) ou bien qu’ils respectent le code en vigueur à l’époque (notamment le chapeau militaire à ôter selon les circonstances). De plus, cette décision permet une meilleure prévision du budget (le coût à débourser pour les uniformes reste le même chaque année, peu importe les mensurations des futurs employés), des stocks faciles à constituer (avec une presque immédiateté des commandes) et un confort garanti pour les employés qui travaillent dans leurs vêtements de tous les jours.

24Dans ce contexte, il paraît tentant de se demander s’il ne faudrait pas retirer le costume historique des musées qui en habillent leurs guides. Pourtant, dans certains cas, ce type de parure est un élément inhérent à l’image de marque de l’organisme. Il contribue à créer une ambiance qui invite le visiteur à s’immerger plus rapidement dans l’époque évoquée. Il participe à une scénographie plus générale et répond aux objets présentés dans les expositions tout en les complétant. Les reproductions de vêtements historiques des employés doivent faire l’objet de recherches continuelles. Elles doivent être adaptées aux connaissances actuelles en matière d’histoire de la mode ou d’ethnologie et être traitées comme un prolongement des activités pédagogiques. Quelles solutions trouver alors pour les maintenir ?

25Afin d’éviter un renouvellement total – trop coûteux – d’une garde-robe muséale usée, investir chaque année dans le remplacement et la réparation de certaines pièces est possible. La qualité et le bon entretien des costumes contribuent à l’image du musée et à sa publicité. Ils renseignent sur le sérieux de l’information transmise au public, sur la rigueur de la gestion muséale et le soin porté à améliorer l’expérience du visiteur.

26Quant aux achats, ils peuvent être pensés en amont et réalisés à l’occasion de soldes pour réduire les factures. En outre, plusieurs musées peuvent s’associer au moment de passer les commandes, par exemple, pour partager les frais de livraison élevés ou pour demander un rabais sur une quantité importante de produits. Les institutions à très faible budget se tournent généralement vers des bénévoles pour la création de leurs costumes. D’autres enseignent à leurs guides-interprètes comment confectionner et réparer eux-mêmes leurs vêtements de travail… comme à l’époque.

27Pour finir, soulignons que si le costume des guides-interprètes – qui nécessite un budget non négligeable et une attention soutenue tout au long de l’année pour sa conservation et son amélioration – n’est pas une obligation, il constitue autant un outil pédagogique permettant de vulgariser une époque qu’un outil de promotion important pour les institutions qui choisissent de l’adopter. Le costume participe en effet à l’expérience du visiteur et à la cohérence scénographique du lieu, lequel, ainsi enjolivé, surprend le public.

28Notons enfin qu’un beau vêtement peut certes séduire ceux qui le regardent, mais aussi celui qui le porte. Revêtir un costume historique ne représente pas uniquement une contrainte avec des codes vestimentaires et comportementaux à respecter, cela peut également se révéler être un jeu pour les employés qui expérimentent une tenue très différente de celle de leur quotidien. Pour preuve, nombreux sont ceux qui apportent leurs propres accessoires historiques au travail pour le personnaliser. Ils adaptent volontairement leur apparence, en arborant par exemple une coiffure spécifique, un maquillage adapté, ou en s’abstenant de mettre du vernis à ongles et en couvrant leurs tatouages pour vivre une immersion temporelle plus authentique. Leur costume devient un terrain de possibles, une deuxième peau qui leur permet d’éprouver de nouvelles manières, des attitudes, des niveaux de langage différents. Ils peuvent jouer à être quelqu’un d’autre, l’espace d’une journée de travail. Cette possibilité de s’investir personnellement dans son personnage, de compléter ses compétences en animation et de parfaire ses connaissances historiques dans un milieu très immersif attire les employés créatifs et contribue à leur faire apprécier leur lieu de travail. Plus encore, leurs initiatives aideront à améliorer ces institutions muséales et patrimoniales. C’est ainsi que les guides-interprètes costumés s’associent à la transmission d’une petite et grande histoire, celle qui se rattache aux lieux donnés à visiter.

Haut de page

Notes

1 JONG Adriaan de & SKOUGAARD Mette, « Les premiers musées de plein air. La tradition des musées consacrés aux traditions populaires », Museum, vol. 44, no 3, 1992, p. 151, disponible en ligne, https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000092963_fre [lien valide en mars 2024].

2 BURGESS Joanne, « Le passé retrouvé. L’interprétation de l’histoire dans les lieux historiques », Cap-aux-Diamants, n116, hiver 2014, p. 4, disponible en ligne, https://www.erudit.org/en/journals/cd/1900-v1-n1-cd01080/70825ac.pdf [lien valide en mars 2024].

3 Château Ramezay, « Qui nous sommes » : https://www.chateauramezay.qc.ca/fr/musee/ [lien valide en janvier 2024]. Gouvernement du Québec, « Château De Ramezay », Répertoire du Patrimoine culturel du Québec, 2013, [en ligne], https://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=92534&type=bien [lien valide en mars 2024].

4 Gouvernement du Québec, « Maison Saint-Gabriel », Répertoire du Patrimoine culturel du Québec, 2013, en ligne, https://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=92750&type=bien [lien valide en janvier 2024]. Maison Saint-Gabriel, « De la ferme au musée », 2022, [en ligne], https://maisonsaintgabriel.ca/a-propos/de-la-ferme-au-musee/ [lien valide en mars 2024].

5 Gouvernement du Québec, « Maison Lamontagne », Répertoire du Patrimoine culturel du Québec, 2013, [en ligne], https://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=92664&type=bien [lien valide en janvier 2024]. Site historique de la maison Lamontagne, « À propos », 2022, [en ligne], https://maisonlamontagne.com/a-propos/ [lien valide en mars 2024].

6 Le régime français s’est terminé en 1759.

7 Loi sur le patrimoine culturel, L. Q. 2011, c. 21

8 Un village de compagnie est un ensemble de terrains et de bâtiments détenus par une entreprise afin d’y loger ses employés et leurs familles.

9 Gouvernement du Québec, « Village historique de Val-Jalbert », Répertoire du Patrimoine culturel du Québec, 2013, [en ligne], https://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=92690&type=bien [lien valide en mars 2024].

Village historique de Val-Jalbert, « L’histoire du village », 2024, [en ligne], https://valjalbert.com/histoire [lien valide en mars 2024].

10 LABONTÉ Alain & ROBERGE Jacinthe, « Le Village Québécois d’Antan célèbre ses 40 ans », Le Village Québécois d’Antan, 25 mai 2017, [en ligne], https://villagequebecois.com/village-quebecois-dantan-celebre-40-ans/#:~:text=C’est%20en%201977%20que,qui%20a%20fait%20ce%20patrimoine [lien valide en mars 2024].

11 Village historique acadien, « Histoire du Village historique acadien », 2019, [en ligne], https://www.villagehistoriqueacadien.com/histoire [lien valide en mars 2024].

12 Kings Landing, « About », 2022, [en ligne], https://kingslanding.nb.ca/about/ [lien valide en mars 2024].

13 Upper Canada Village, « About Upper Canada Village », 2022, [en ligne], https://www.uppercanadavillage.com/the-village/about-the-village/ [lien valide en mars 2024].

14 Demandant à leurs employés de s’habiller de façon « appropriée » sur le lieu de travail, plusieurs entreprises optent pour un code vestimentaire flou. Aucune précision technique n’est cependant donnée sur les vêtements à porter : couleurs, longueur, format des manches, décolleté, matière, etc. L’interprétation de ce code est propre à chaque individu qui peut alors débattre des détails selon son échelle de valeurs. Ce qui est approprié pour quelqu’un peut ne pas l’être pour une autre personne.

15 Pour des raisons de conservation préventive, les musées utilisent aujourd’hui majoritairement des reconstitutions ou des réinterprétations de costumes historiques lors des défilés de mode.

16 PAREZO Nancy J., « Exposition de vêtements de femmes des Premières Nations, LIndian Style Show du Denver Art Museum », Anthropologie et Sociétés, vol. 28, no 2, 2004, p. 41-62, disponible en ligne, https://www.erudit.org/fr/revues/as/2004-v28-n2-as873/010607ar/ [lien valide en mars 2024].

17 Pour en savoir plus sur Frederic Douglas : « Frederic Huntington Douglas », Wikipédia, 2023, [en ligne], https://en.wikipedia.org/wiki/Frederic_Huntington_Douglas [lien valide en mars 2024].

18 PAREZO Nancy J., op. cit., p. 41-62, disponible en ligne, https://www.erudit.org/fr/revues/as/2004-v28-n2-as873/010607ar/ [lien valide en mars 2024].

19 Le terme « costumier » désigne ici un lieu où l’on range des costumes. Il peut également référer à un lieu où l’on s’habille avec des costumes.

20 MATHIEU Annie, « Le Musée de la Place-Royale officiellement fermé », Le Soleil, 5 septembre 2017, disponible en ligne, https://www.lesoleil.com/2017/09/06/le-musee-de-la-place-royale-officiellement-ferme-125177e97acaf90dc8341aa7d8523afa [lien valide en mars 2024].

21 Le Village Québécois d’Antan, « Les Jeunes de jadis », 2022, [en ligne], https://villagequebecois.com/village-en-ete/camps-de-vacances/ [lien valide en mars 2024].

22 Par ressources de base, il faut entendre le financement, mais aussi les matériaux textiles et le personnel qualifié pour les transformer.

23 Certaines provinces limitent le paiement des coûts de l’uniforme afin que les employés ne soient pas payés en dessous du salaire minimum. Certains vêtements doivent être fournis gratuitement et d’autres non selon les législations en vigueur dans chaque province.

24 Environ 138 à 691 € pour le matériel uniquement. En comparaison, les guides-interprètes gagnent entre 13 $ et 21 $ canadiens de l’heure en moyenne (entre 9 et 14,50 €), selon la province canadienne et le type d’organisme (gestion par un organisme à but non lucratif ou par le gouvernement par exemple).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Façade extérieure de la Maison Lamontagne à Rimouski (Québec, Canada), 2022.
Crédits © Janie Deschênes.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Figure 2
Légende Intérieur de la Maison Lamontagne à Rimouski (Québec, Canada), 2022.
Crédits © Janie Deschênes.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Figure 3
Légende Exposition sur le vêtement en Nouvelle-France : présentation classique de tenues sur mannequins statiques au Site historique de la maison Lamontagne à Rimouski (Québec, Canada), 2022.
Crédits © Janie Deschênes.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40711/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Figure 4
Légende Guide-interprète costumée pendant une animation sur le four à pain au Site historique de la maison Lamontagne à Rimouski (Québec, Canada), 2022.
Crédits © Janie Deschênes.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/40711/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Janie Deschênes, « Le vêtement historique hors des vitrines »In Situ [En ligne], 52 | 2024, mis en ligne le 23 avril 2024, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/insitu/40711 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.40711

Haut de page

Auteur

Janie Deschênes

Docteure en ethnologie et patrimoine
janie.deschenes.01@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search