Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52VariaCartographier le patrimoine vesti...

Varia

Cartographier le patrimoine vestimentaire et textile en France pour mieux le définir

Mapping the clothing and textile heritage in France in order better to define it
Sylvie Roy et Sophie Kurkdjian

Résumés

Cet article entend revenir sur la genèse du projet de cartographie des collections textiles et vestimentaires mise en ligne sur le site de Culture(s) de Mode et dont l’origine est le rapport demandé par la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, à Olivier Saillard en 2016-2017. Le réseau Culture(s) de Mode, créé en 2018 avec le soutien du bureau des Industries créatives du ministère de la Culture, a pris le relais en entreprenant un projet d’actualisation et d’élargissement de cette étude. Le choix s’est porté sur la réalisation d’une cartographie des fonds textiles et vestimentaires pour valoriser à la fois l’histoire des savoir-faire associés aux territoires et le développement des collections au sein des institutions. Cette étude décrit la mise en place d’un dispositif d’enquête diffusé au sein des directions régionales des Affaires culturelles (Drac) qui ont favorisé le contact avec différents musées spécialisés ou non dans la discipline étudiée. La (re)découverte de fonds spécifiques a renouvelé la compréhension de ce patrimoine tout en redéfinissant profondément son périmètre. Vitrine des collections publiques et privées, accessible à tous, la cartographie illustrée et interactive, offre différents niveaux de lecture permettant de croiser les données, de comparer les types de patrimoines, de comprendre l’histoire des collections muséales ou privées, de découvrir la richesse des thèmes des expositions, enfin elle constitue un premier réseau au service des chercheurs, des étudiants et du grand public. À travers quatre exemples ciblés, l’article s’attache à décrire des collections dont la présence inattendue dans les musées non spécialisés interroge notre perception des objets et des informations qu’ils délivrent. Pour conclure, cette contribution présente les projets que la cartographie a pu impulser et vise à montrer l’intérêt de poursuivre le développement d’un réseau dynamique autour des acteurs du patrimoine de la mode en France.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le début des années 2000, l’intérêt pour le patrimoine vestimentaire et textile est grandissant, en témoignent les projets d’expositions qui ne cessent de se multiplier pour être, chaque année, de plus en plus plébiscités par le public. Pourtant, nous sommes face à un curieux paradoxe. En effet, si diverses institutions se sont fédérées en France pour développer des outils de recherche propres et valoriser leurs collections de manière collaborative tels que, depuis 2018, la plateforme POP (Plateforme ouverte du patrimoine1) née de la base des collections des musées de France lancée au milieu des années 1970, aucun portail ne permettait jusqu’ici d’interroger des bases de données ou de rassembler des informations spécifiquement sur les fonds textiles ou vestimentaires français2. Le projet de cartographie développé par le réseau de recherche Culture(s) de Mode et lancé avec le soutien du bureau des Industries créatives du ministère de la Culture est né de ce constat. Il constitue par ailleurs le prolongement d’une réflexion menée à la suite d’une étude sur le patrimoine de mode qui avait été commandée en 2016 par le ministère de la Culture.

Du rapport à la carte : le choix des humanités numériques appliquées à la mode

Objectifs et résultats du rapport sur le patrimoine

  • 3 SAILLARD Olivier & ROY Sylvie, Rapport sur le patrimoine de mode, Paris, ministère de la Culture, (...)
  • 4 Hormis des études à caractère économique tel que le rapport de Lyne Cohen-Solal commandé par le mi (...)
  • 5 Musées publics ou privés labellisés (c’est-à-dire portant le label « Musée de France ») ou non, ma (...)

2En septembre 2016, Audrey Azoulay, ministre de la Culture, confie à Olivier Saillard, alors directeur du palais Galliera – musée de la Mode de la Ville de Paris, une étude « sur le patrimoine français de la mode »3. Cette demande, inédite de la part du ministère, a pour objectif de révéler la richesse, mais aussi de prendre en compte la grande vulnérabilité des collections patrimoniales. Olivier Saillard, assisté de Sylvie Roy, chargée d’études documentaires au palais Galliera, décide alors d’établir un état des lieux des collections publiques et privées ainsi qu’une cartographie des moyens de gestion en personnel et en conditions de conservation ou de restauration pour tenter de repérer les problématiques communes aux établissements concernés. Le contexte de l’enquête présente diverses difficultés, parmi lesquelles une courte échéance pour la réaliser, peu d’études préalables disponibles4, des outils en ligne incomplets et une hétérogénéité de structures à approcher5. Il a fallu circonscrire le « patrimoine de mode » présent dans les musées, et par là même, délimiter le champ d’études : le choix a été fait d’identifier prioritairement les collections de vêtements civils des classes sociales urbaines. Le périmètre de l’enquête a cependant été large, car l’enjeu nécessitait de repérer les fonds de mode conservés dans des musées de textiles et de vêtements, mais aussi d’identifier au sein des musées dont ce n’est pas la spécialité des collections pas ou peu connues, et enfin de valoriser les fonds patrimoniaux de maisons de mode.

3Pour mener cette enquête, les auteurs ont élaboré un formulaire de trente questions. Grâce à ce questionnaire, des informations sur l’histoire des structures, les personnels, les collections, les conditions de conservation et de restauration et la valorisation des fonds à travers les expositions ont été collectées en trois mois. La moitié des musées sollicités (32) et les deux tiers des maisons de mode (25) ont accepté de répondre à l’enquête. Les données recueillies ont été enrichies par les informations contenues dans les bases de données en ligne, les sites, les portails et les sources imprimées. La synthèse a ainsi permis d’esquisser un premier panorama, d’établir une chronologie du processus de patrimonialisation des objets de mode et de mesurer l’ampleur et la richesse des collections des institutions approchées, mais aussi les difficultés de conservation, de restauration et de valorisation auxquelles elles font face. Ainsi, le rapport dresse un état des lieux des collections textiles et vestimentaires détenues dans 32 musées et 25 fonds patrimoniaux de maisons de mode.

  • 6 Peu de musées représentés et seulement 18 000 objets sur 550 000 notices en 2016.

4Cette enquête donne non seulement un aperçu inédit du patrimoine de mode français, mais elle a aussi permis d’identifier plusieurs spécificités. Elle a tout d’abord mis en lumière, dans les musées interrogés, le rôle fondamental des expositions comme dispositifs privilégiés de la valorisation de ce patrimoine. En effet, entre 2000 et 2016, plus de deux cents expositions ont été organisées par les musées identifiés et plus d’une soixantaine par les maisons de couture ou de prêt-à-porter. Les structures privées sont quant à elles nombreuses à s’associer avec des musées pour proposer leurs propres expositions. C’est le cas des maisons Dior ou Chloé, et souvent, ces collaborations ont comme corollaire une politique de dons de la maison envers l’institution muséale. Le Rapport sur le patrimoine de mode a également mis en évidence la faible représentativité des collections publiques françaises dans les bases de données internationales en ligne – seul le musée des Arts décoratifs (MAD), parmi les institutions françaises, était présent dans Europeana Fashion et sur la plateforme We Wear Culture de Google en 2017 –, de même que l’on ne retrouve que peu d’objets de mode sur POP6. Cette lacune est la conséquence d’une informatisation tardive dans les musées au regard de celle des réseaux de bibliothèques ou de services d’archives. Ce rapport a également identifié un déficit de publications périodiques françaises susceptibles d’abriter la recherche sur la mode et de valoriser son patrimoine. Enfin, l’enquête a révélé que les dispositifs de conservation des collections étaient encore à améliorer en 2016 puisque 25 % des 32 musées et 35 % des maisons de mode ne possédaient pas de réserves aux normes. Quant aux fonds patrimoniaux des maisons de mode, il apparaît que leur vulnérabilité est forte en cas de dépôt de bilan, liquidation judiciaire, rachat, etc. En effet, les patrimoines de mode intégrés aux actifs financiers de l’entreprise sont, de ce fait, potentiellement menacés de dispersion, voire de disparition.

  • 7 Voir COURBIÈRES Caroline, « L’étiquetage patrimonial des marques de mode », dans ce numéro de la r (...)

5En réponse aux faiblesses identifiées, le rapport a permis de formuler plusieurs préconisations concernant les collections textiles et vestimentaires françaises que l’on peut résumer ainsi : accroître leur présence en ligne ; aider à leur préservation ; mieux les valoriser et mieux protéger les collections privées des aléas de l’industrie de la mode. Parmi ses suggestions, le rapport préconisait donc l’élaboration, au sein du portail POP, d’un réseau des musées conservant des fonds de mode accessibles en ligne tout en encourageant aussi les établissements à s’ouvrir à Europeana Fashion afin d’offrir une meilleure visibilité des richesses patrimoniales françaises aux niveaux national et international. Ensuite, il s’agissait de renforcer la préservation des collections par la mutualisation des réserves et par l’établissement de diagnostics de l’état de conservation des fonds dans les musées les moins bien dotés. Du côté des structures privées, la création de fondations ou de fonds de dotation aurait la vertu d’une prise en charge financière de leurs collections tout en contribuant à une certaine plus-value en termes d’image de marque7. La mise en place d’une politique de dons renforcée au bénéfice des musées était également l’une des préconisations destinées à sensibiliser et inciter les maisons de mode à réfléchir à la protection de leur patrimoine culturel. Enfin, le projet de lancer l’édition d’une revue de recherche scientifique ouverte à différents profils professionnels proposait de combler une lacune dans la valorisation des collections textiles et vestimentaires.

  • 8 La création d’un fonds Mode dans la collection du Centre national des arts plastiques ; la créatio (...)

6Ces quelques pistes de réflexion avaient l’ambition d’étayer un futur plan de développement et de valorisation des fonds de mode qui s’articulait autour de quatre mesures8 annoncées par le ministère de la Culture en février 2017. Cependant, dans le contexte de fin de mandature en mai 2017, aucune d’entre elles n’a finalement été mise en œuvre. Le réseau Culture(s) de Mode, auquel se sont associés le palais Galliera, le MAD et le musée Guimet, mais aussi différents professionnels du patrimoine dont Olivier Saillard et Sylvie Roy, et des chercheurs dont Sophie Kurkdjian, a décidé de relancer le projet sous la forme d’une carte interactive accessible à toutes et à tous.

Le choix d’une carte en ligne pour développer le Rapport sur le patrimoine de mode

7L’idée d’une carte interactive en ligne9 est née au sein du réseau de recherche Culture(s) de Mode, créé et dirigé par Sophie Kurkdjian depuis 2018 et réunissant chercheurs, institutions, universités, journalistes, designers et grand public autour de la recherche sur la mode. Le réseau, qui vise à valoriser les travaux de recherche des professionnels français mais aussi le patrimoine de la mode, était la plateforme idéale, à la fois collaborative et publique, pour un tel projet. Le rapport, photographie instantanée de l’année 2016, préconisait le développement d’outils déjà existants. L’idée d’une carte interactive a germé dès 2019. Elle réunissait toutes les qualités nécessaires à une recherche intuitive, rigoureuse, facile d’accès et de maniement, régulièrement actualisable, sans limite de données puisque publiée en ligne. Au croisement des sciences humaines et sociales, et en particulier de l’histoire et des sciences de l’information et de la communication, la carte développée par Culture(s) de Mode et le palais Galliera – musée de la Mode de la Ville de Paris s’inscrit dans le domaine dynamique des humanités numériques10.

  • 11 CLAVERT Frédéric & SCHAFER Valérie, « Les humanités numériques, un enjeu historique », Quaderni, n(...)

8Visant la valorisation, la diffusion et le partage de savoirs relatifs au patrimoine textile et vestimentaire dans les musées et institutions françaises, cette carte entend renouveler la compréhension de ce patrimoine spécifique tout en contribuant à une redéfinition de son périmètre. Illustrée, interactive, fonctionnant via une recherche par mots-clefs et proposant la consultation de fiches par musées recensant les informations les plus importantes sur leurs collections, elle est accessible à tous publics, professionnels comme amateurs. Au-delà de la simple mise à disposition d’informations, l’outil numérique permet de croiser les données, de comparer les types de patrimoines, les histoires de constitution des collections et les thèmes des expositions. Il réunit des informations d’ordinaire éparses ou peu accessibles, tout en permettant aux chercheurs de travailler sur des données abondantes concernant différentes périodes et aires géographiques. De surcroît, le support numérique implique que ces éléments soient rendus visibles et compréhensibles au plus grand nombre. Au service des chercheurs, des étudiants et du grand public, il offre différents niveaux de lecture : pour les curieux, il présente un panorama des collections textiles et vestimentaires en France dans une optique historique et touristique ; pour les étudiants, il propose des perspectives nouvelles de recherche universitaire sur des patrimoines peu connus ; pour les chercheurs, il ouvre de nouvelles pistes de réflexion relatives à la définition même de ce que l’on entend par « patrimoine textile et vestimentaire » mais touchant également à l’ancrage historique, social et culturel des musées, en lien avec l’histoire de leurs territoires et de leurs populations. En effet, comme l’explique Frédéric Clavert, les humanités numériques peuvent intéresser les historiens et les historiens de l’art à tous les stades de leur recherche, « du rapport à l’archive et de la constitution des corpus à la diffusion de leurs travaux », tout en constituant des espaces d’échanges et de circulation des idées, devenant de fait un « enjeu pour la fabrique et l’écriture de l’histoire11 ».

9Facilement actualisable, la carte est en constante évolution, à l’image de la recherche. Développée au fil des mois depuis décembre 2020, elle présente aujourd’hui les collections de cent musées français. Elle reflète cependant une certaine léthargie, quelques musées ayant des fonds textiles non inventoriés ou en cours de récolement, et étant donc dans l’incapacité de fournir pour l’instant les renseignements demandés.

  • 12 BONACCORSI Julia, « Quelle réflexivité médiatique pour les Humanités Numériques ? La numérisation (...)
  • 13 MOUNIER Pierre, « Une “utopie politique” pour les humanités numériques ? », Socio. La nouvelle rev (...)

10Elle a été pensée et développée comme un espace d’échanges collaboratif et public. En cela, suivant l’expression de la directrice de recherche Julia Bonaccorsi, la carte peut être considérée comme un projet-frontière12, c’est-à-dire un projet caractérisé, dans ses méthodes de recherche comme dans ses résultats, par le collectif, l’interdisciplinarité, la connectivité et la mise en réseau. Au-delà de cette dernière, la carte contribue à créer un espace de communication nouveau entre les musées eux-mêmes, ouvrant la possibilité à certaines institutions de partager leur expertise en termes de conservation et de restauration avec des établissements moins bien dotés en moyens et en personnel. Ayant un ancrage numérique (et non physique), la carte appartient à tous et n’existe que grâce à la collaboration de chacun des musées. Comme le souligne le chercheur Pierre Mounier, « un des éléments les plus intéressants des humanités numériques est sans doute d’être un des rares lieux de circulation et d’échanges à l’intérieur d’un champ constamment menacé d’occlusion par l’hyperspécialisation et le marquage de territoire13 ».

11Nous, Sylvie Roy et Sophie Kurkdjian, avons démarré le projet en 2020 après avoir réuni un groupe de réflexion réunissant des conservateurs et restaurateurs de musées publics (palais Galliera, MAD, musée Guimet) et des directeurs d’archives privées (Balenciaga, Lanvin, Chloé), ainsi qu’Olivier Saillard, afin de décider ensemble de la manière de réaliser cette carte. Le ministère de la Culture, par l’intermédiaire du bureau des Industries créatives, a été le premier à soutenir financièrement ce projet, tandis que la direction générale des Patrimoines et de l’Architecture nous a apporté un soutien scientifique. La mise en œuvre du projet s’est effectuée par étapes : d’abord, il s’est agi de dresser la liste des musées qui possédaient des fonds textiles ou vestimentaires et que nous voulions faire apparaître sur la carte. Nous sommes parties de la liste des musées déjà pris en compte et interrogés pour le rapport commandé par Audrey Azoulay. Repérer les institutions nécessitait de cibler un réseau par lequel diffuser le questionnaire concernant leurs collections. Afin de compléter la liste du rapport, nous avons travaillé avec le service des Musées de France et les directions régionales des Affaires culturelles (DRAC), chargées de conduire la politique culturelle de l’État dans les régions et les départements qui les composent. Les conseillers pour les musées ont été des interlocuteurs précieux pour entrer en contact avec les directions des musées possédant un fonds textile : ils ont joué un rôle majeur dans la transmission de l’enquête. Leur réactivité a permis d’impulser positivement ce projet fragile et ambitieux. Par leur intermédiaire, des personnes relais se sont manifestées, apportant leur expertise sur une région ou un territoire, favorisant localement le développement de la carte.

  • 14 JAN Morgan, Culture couture. La reconnaissance patrimoniale du vêtement de couturier-créateur en F (...)
  • 15 Se référer notamment à LIPOVETSKY Gilles, Empire de l’éphémère, la mode et son destin dans les soc (...)

12Concomitamment à cette première étape, il s’est agi d’établir le questionnaire à envoyer aux musées identifiés et dont les sections fourniraient les éléments nourrissant la future carte. Le champ étant très large, plusieurs questions se sont alors posées : quel périmètre donner à ce que l’on entend par « patrimoine textile et vestimentaire » ? Quelles bornes chronologiques ? À quoi les termes de « mode », de « vêtement » et de textiles renvoient-ils ? Que faire des accessoires ? Il était essentiel de résoudre ces différentes questions avant d’entamer la collecte d’informations, car les musées ont des patrimoines très divers et appréhendent différemment ce que l’on entend par « patrimoine textile et vestimentaire ». D’ailleurs, si les observations du rapport ont favorisé un début de réflexion sur la valorisation des collections de tissus, de vêtements et de mode, la définition même de ces termes constituait une difficulté à laquelle il était nécessaire de se confronter à nouveau. Nous ne reviendrons pas sur les définitions dont le développement serait trop long et complexe à exposer ici, mais l’enjeu de délimitation du champ des objets à prendre en compte a été l’un des moteurs principaux du développement de cette carte, à côté de ceux de transmission et de valorisation. Nous nous sommes d’abord appuyées sur les travaux universitaires consacrés au phénomène de la patrimonialisation de la mode14 et sur les ouvrages qui tentent de définir le périmètre de la mode. Les sources sont nombreuses et diverses, puisque l’ensemble des disciplines qui s’intéressent à ce sujet ont apporté, et continuent de le faire, des éclairages complémentaires, que cela soit du côté de l’histoire et de l’histoire culturelle, avec des auteurs comme Daniel Roche ou Philippe Perrot, et de la philosophie et de la sociologie, notamment les travaux de Gilles Lipovetsky15. Pourtant, en dépit de ces différentes propositions de définition, la mode se laisse difficilement enfermer dans un concept. À la fois objet et matière, images et représentations, processus et techniques, idées et notions, englobant les étapes de création, de production, de diffusion, et de commercialisation, la mode implique des changements sociaux qui se produisent à un rythme régulier, remplaçant ou réinventant par de nouveaux éléments ceux du passé. Relevant de l’art, elle est aussi partie prenante de l’industrie et joue un rôle essentiel dans l’économie nationale et les industries culturelles. La mode est polymorphe et ses frontières se modifient selon les périodes, les territoires et les grilles de lecture (sociale, historique, politique, économique, matérielle, visuelle…) qu’on lui applique. De nos jours, le terme est utilisé de manière générique, sa définition ne cessant d’évoluer pour transgresser ses propres limites et territoires. Si elle pâtit parfois de cette image de futilité et de superficialité qui a contribué à retarder si longtemps son processus de patrimonialisation, le travail de valorisation accompli par les chercheurs et les musées a profondément modifié notre regard contemporain.

13Riches de ces lectures et enseignements, nous avons choisi d’ouvrir le champ de ce que l’on considère d’ordinaire comme relevant du patrimoine vestimentaire et textile, en comparaison de ce qui avait été entrepris pour le rapport. Ainsi, notamment, nous avons déplacé le curseur chronologique et décidé de ne pas réduire notre carte à un patrimoine de mode contemporain qui serait, par exemple, celui des griffes des couturiers et des créateurs. Par ailleurs, d’un point de vue épistémologique, nous avons élargi l’acception des termes « mode », « vêtement » et « textile » en y incluant différents objets, quels que soient leur fonction, leur matière, leur forme et leurs usages. La seule limite était, et est, que ce vêtement, ce tissu, cet accessoire ait un rapport avec le corps humain. En d’autres termes, nous avons décidé de ne garder en ligne de mire que les pièces qui revêtent le corps, le touchent en totalité ou en partie, quels que soient leur datation, leur lieu de production, leur nature et leur fonction. Nous avons ajouté à ces pièces celles issues de différents fonds conservés aussi par la plupart des musées : fonds de poupées, d’arts graphiques, de photographies, de marques, de fabricants, d’industriels… Ces documents pouvant apporter des éléments contextualisant l’émergence d’un patrimoine textile et vestimentaire en France en lien avec la production textile nationale (c’est le cas des fonds de marques ou d’industriels par exemple) ou bien illustrant la mode d’une époque, d’une région, d’un couturier ou d’un créateur, etc. Partant de cette liste d’objets, nous avons mis au point un formulaire de vingt-huit questions, allant du plus général (renseignant l’histoire du musée et de ses collections, ses labels et les spécificités de ses fonds textiles et vestimentaires) au plus spécifique (fournissant des données chiffrées et genrées sur les pièces conservées, ainsi que leurs formes et les usages associés). Une fois les réponses collectées et versées dans un fichier Excel, lui-même paramétré de façon à générer l’information automatiquement, nous avons publié la cartographie sur le site Internet de Culture(s) de Mode [fig. 1 et 2].

Figure 1

Figure 1

Cartographie des collections textiles et vestimentaires en France développée par Culture(s) de Mode, page d’accueil du site : https://culturesdemode.com/​cartographie/​musees/​ [lien valide en mars 2024].

© Culture(s) de Mode.

Figure 2

Figure 2

Interface de recherche de la cartographie des collections textiles et vestimentaires en France développée par Culture(s) de Mode, page d’accueil du site : https://culturesdemode.com/​cartographie/​musees/​ [lien valide en mars 2024].

© Culture(s) de Mode.

14En refusant de retirer ou d’écarter une typologie particulière de vêtements ou de textiles qui nous aurait exposées à des contradictions, à un appauvrissement de la connaissance et, in fine, à une perte d’informations, nous avons pu découvrir des fonds inédits conservés dans des musées dont la mode, le costume et le vêtement ne sont cependant pas la spécificité première. Ainsi, au cours de nos réflexions et de notre travail d’enquête, les enjeux méthodologiques qui présidaient au projet de la carte sont devenus des enjeux épistémologiques. En effet, en identifiant des patrimoines relevant de l’histoire textile et vestimentaire conservés dans les musées et institutions en France, la carte nous a permis d’enrichir les connaissances en matière de sources et documents sur l’histoire du vêtement et des textiles, en lien avec les savoir-faire et les techniques selon le prisme géographique et, dans le même temps, de définir, voire de redéfinir, ce que l’on entend par « patrimoine de mode », ce qu’on désigne comme son périmètre et ses caractéristiques principales [fig. 3].

Figure 3

Figure 3

Catalogue des collections textiles et vestimentaires recensées en France dans la cartographie développée par Culture(s) de Mode, en ligne : https://culturesdemode.com/​cartographie/​musees/​ [lien valide en mars 2024].

© Culture(s) de Mode.

Essai de délimitation du patrimoine textile et vestimentaire à partir de la carte des collections textiles et vestimentaires 

15À la lecture des questionnaires reçus, il est apparu que le patrimoine conservé par les musées est un patrimoine matériel et immatériel relevant donc moins de la « mode » que des vêtements, des costumes, des tissus, des accessoires et des savoir-faire. Nombre de musées possèdent par exemple des collections de vêtements datant de l’ère précédant l’essor des marques et des griffes, et donc de l’industrie de la mode en tant que telle.

16Si les musées de textiles et collections vestimentaires sont aisément identifiables, qu’en est-il des musées dont la mode ou le textile n’est pas la spécialité ? Qu’ont-ils à nous révéler de ce patrimoine fragile ? L’intérêt du choix de la cartographie réside précisément dans cette capacité à étudier les collections muséales entièrement dédiées à la mode ou au textile, comme d’identifier des objets conservés dans des musées non spécialisés dont nous souhaitons ici révéler quelques richesses.

Ce que la cartographie nous dit de la diversité du patrimoine textile et vestimentaire des musées en France

17Les musées figurant sur la cartographie disposent de collections qui permettent de réévaluer le périmètre de ce que l’on entend par patrimoine de mode, en l’élargissant. L’étude de leurs collections a conduit en effet à redéfinir les objets, les espaces, les temporalités et les significations du patrimoine de la mode. Chaque musée de la carte mériterait ici une mise en lumière de son patrimoine textile et vestimentaire mais nous avons souhaité, à travers les quelques exemples qui suivent, cibler des collections qui démontrent l’importance tant sociale que culturelle ou identitaire que le vêtement a pu revêtir pour différents groupes sociaux, que cela soit parmi les ouvriers, les soldats ou encore les immigrés, dont la valorisation de l’histoire et de la mémoire est l’objet des musées que nous avons choisi de mettre en avant.

Exemple du musée de la Grande Guerre du pays de Meaux (Seine-et-Marne)

  • 16 Voir par exemple BASS-KRUEGER Maude & KURKDJIAN Sophie (dir.), French Fashion, Women & the First W (...)

18Inauguré le 11 novembre 2011, le musée de la Grande Guerre du pays de Meaux possède un fonds textile, constitué principalement de costumes militaires. Plus de sept cents uniformes et coiffures proviennent de plusieurs pays belligérants tels que la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Russie, l’Italie, la Serbie, la Belgique… Leur diversité de formes révèle la variété des unités militaires (cavalerie, infanterie, artillerie, génie…) de l’armée française pendant la Première Guerre mondiale mais aussi celle des armées étrangères, de l’URSS au Japon en passant par les États-Unis, l’Italie, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Autriche ou encore la Serbie. Les collections sont riches d’enseignements, que cela concerne le rôle social et statutaire de l’uniforme – un général ne porte pas le même uniforme qu’un soldat de l’infanterie –, ou ses évolutions successives pour s’adapter à la nature et aux enjeux particuliers des conflits – apparition du camouflage, adoption du casque en acier, de nouvelles couleurs d’uniformes… Le musée de Meaux conserve également des tenues de travail de femmes – dix-huit au total – permettant d’appréhender l’uniforme des infirmières ou des ambulancières mais aussi le code du deuil pour les femmes dans le civil, et ainsi enrichir l’histoire des femmes (les fameuses « remplaçantes ») pendant la guerre et alimenter les expositions sur le sujet [fig. 4 et 5]16.

Figure 4

Figure 4

Fiche du musée de la Grande Guerre du pays de Meaux. Reproduction https://culturesdemode.com/​institution/​musee-de-la-grande-guerre/​ [lien valide en mars 2024].

© Culture(s) de Mode.

Figure 5

Figure 5

Liste des informations recueillies par institution et publiée sous la forme d’une fiche détaillée dans la cartographie développée par Culture(s) de Mode. Fiche du musée de la Grande Guerre du pays de Meaux. Reproduction https://culturesdemode.com/​institution/​musee-de-la-grande-guerre/​ [lien valide en mars 2024].

© Culture(s) de Mode.

Exemple du musée de Sainte-Mère-Église ou ferme-musée du Cotentin (Manche)

  • 17 Ces collections font écho aux collections du musée Airborne (également à Sainte-Mère-Église) dédié (...)
  • 18 BRUCKER Jérémie, Avoir l’étoffe. Une histoire du vêtement professionnel en France des années 1880 (...)
  • 19 Voir à ce sujet FALLUEL Fabienne & GUTTON Marie-Laure, Élégance et système D. Paris 1940-1944 : ac (...)

19Ouvert depuis 1979, le musée de Sainte-Mère-Église ou ferme-musée du Cotentin, – la ferme de Beauvais –, conserve et valorise le patrimoine rural et agricole de Normandie. Il possède 2 500 objets, dont 400 pièces textiles. Parmi ses collections, les vêtements du quotidien relatifs notamment aux travaux de la ferme cohabitent avec des vêtements – plus d’une cinquantaine – fabriqués à partir de matériaux militaires datant de la Seconde Guerre mondiale tels que des parachutes, des couvertures et des uniformes17. Les premiers renseignent sur le pays d’élevage qu’a été le pays du Plain dès la fin du xviisiècle et dont l’étude permet de contribuer à l’histoire du vêtement de travail18. Les seconds, matériels militaires américains ou allemands, récupérés sur le sol normand puis transformés en objets du quotidien, intégrés à la vie à la ferme, témoignent du système D né de la guerre en raison des pénuries19. Chemisier d’enfant, robes de mariée, tabliers en toile de tente américaine…, ces objets sont le résultat de détournements illustrant les difficultés de la vie quotidienne pendant le conflit, mais aussi l’ingéniosité des Normands, pendant et après la période de l’Occupation et du Débarquement. Plus encore, ils racontent combien les tissus et vêtements ont différentes vies [fig. 6].

Figure 6

Figure 6

Fiche du musée de Sainte-Mère-Église ou ferme-musée du Cotentin (Manche). Reproduction https://culturesdemode.com/​institution/​ferme-musee-du-cotentin/​ [lien valide en mars 2024].

© Culture(s) de Mode.

Exemple du musée Bourdelle (Paris)

  • 20 Ces objets sont exposés à Montauban de juillet à novembre 2023, voir MONTALBETTI Valérie, Bourdell (...)
  • 21 BOSC Alexandra, « Les vêtements, reliques de contact », in SAILLARD Olivier, BOSC Alexandra, COTTA (...)

20Le musée Bourdelle, dont la vocation est la mise en valeur du sculpteur Antoine Bourdelle (1861-1929), de ses œuvres, de ses ressources documentaires et du lieu dans lequel il vécut et travailla, est peu connu pour ses collections textiles et vestimentaires. Il conserve cependant douze pièces de vêtement et quatre accessoires ayant été portés par Antoine Bourdelle20 auxquels ont été adjointes deux blouses d’atelier de son épouse. Ces documents font partie du département Collections d’Antoine Bourdelle qui rassemble le mobilier, les objets et les œuvres d’art ayant appartenu à l’artiste. Ces dix-huit pièces, conjuguant un intérêt historique, documentaire et sentimental, ont également une valeur de reliques21. Elles documentent une histoire du vêtement de travail, peu développée concernant celui des artistes, et de la vie en atelier [fig. 7].

Figure 7

Figure 7

Fiche du musée Bourdelle. Reproduction https://culturesdemode.com/​institution/​musee-bourdelle/​ [lien valide en mars 2024].

© Culture(s) de Mode.

Exemple du musée national de l’Histoire de l’immigration (Paris)

21Créé par décret en 2017, le musée national de l’Histoire de l’immigration illustre un autre aspect du vêtement et du textile. Ayant pour mission de « rendre accessible au plus grand nombre l’histoire de l’immigration, [de] faire connaître et reconnaître son rôle dans la France d’hier et d’aujourd’hui22 », le musée appréhende cette question à travers le prisme chronologique (de 1685 à nos jours), géographique (la France dans le monde) et thématique, ce qui l’a conduit à s’intéresser au rôle du textile dans le parcours des immigrés – un rôle plus important qu’on ne pourrait le croire dans la vie quotidienne et professionnelle de la population immigrée en France23. Les textiles et vêtements se trouvent dans le fonds « Société », l’un des trois fonds, avec l’« Art contemporain » et l’« Histoire », constituant la collection du musée. Le vêtement représente pour l’immigré, d’une part, un lien avec son pays d’origine et, d’autre part, le cas échéant, un moyen d’intégration et de professionnalisation possible dans le pays d’accueil, ainsi que l’exposition « Fashion Mix », organisée avec le palais Galliera, l’a démontré en 2014. Si les pièces vestimentaires collectées ne représentent aujourd’hui que 106 éléments sur les 6 250 objets conservés par le musée – signe que le vêtement n’est pas encore totalement entré au musée ni considéré comme constitutif du patrimoine national ? –, elles sont riches d’enseignements sur les différentes vagues d’immigration en France et sur l’importance des savoir-faire venus d’ailleurs qui se sont implantés en France [fig. 8]. À titre d’exemples, nous notons la conservation d’un costume traditionnel roumain, composé d’une jupe bleue avec motifs géométriques et floraux, de deux tuniques bédouines, datées des années 1960, en soie brodée et strass, d’une blouse blanche de chef cuisinier brodée des mentions « Rougi Dia » et « Petrossian », datant du premier quart du xxsiècle, ainsi que des colliers camerounais ou encore un châle en cachemire de Russie du début du xxsiècle.

Figure 8

Figure 8

Fiche de l’Établissement public du palais de la Porte-Dorée (EPPPD) / musée national de l’Histoire de l’immigration. Reproduction https://culturesdemode.com/​institution/​etablissement-public-du-palais-de-la-porte-doree-epppd-musee-national-de-lhistoire-de-limmigration/​ [lien valide en mars 2024].

© Culture(s) de Mode.

Des patrimoines variés

22Ces différents exemples concourent à montrer que le patrimoine du vêtement, des textiles et de la mode, contrairement à une idée largement répandue, ne concerne pas seulement des pièces de haute couture griffées mais englobe une grande diversité de tissus et de vêtements. La mode avant la mode, voici comment nous pourrions résumer la nature des collections dans les musées français – c’est d’ailleurs souvent la question qui est revenue de la part de nos interlocuteurs des musées qui hésitaient à participer à notre enquête, du fait que leur musée ne possédait pas de pièces de Gabrielle Chanel ou de Christian Dior et n’étaient donc pas dès lors des « musées de mode ». C’est justement la raison pour laquelle nous avons développé cette cartographie : pour élargir la notion de « patrimoine textile et vestimentaire », l’affiner et finalement proposer une définition plus large rendant aux vêtements, aux tissus et à la mode toute leur profondeur et leur richesse. Le vêtement et les tissus, comme les différents musées apparaissant sur la carte le révèlent, sont des outils (des objets, des images, des idées) qui permettent d’explorer l’histoire du travail, de la guerre ou encore celle de l’immigration, des techniques…

Les développements initiés et favorisés par la cartographie

23Pour conclure cet article, nous souhaitions mettre en évidence, d’une part, le travail plus particulièrement collaboratif avec deux régions, et d’autre part, le prolongement de notre carte dans la publication d’un numéro de la revue Culture(s) de Mode consacré à la broderie.

24Lors de notre collecte d’informations, nous avons eu connaissance d’un projet autour de la mise en valeur des collections textiles dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) piloté par Aleth Jourdan, directrice des musées du Vieux Nîmes et des Cultures taurines de 2011 à 2021, et à qui la Drac d’Occitanie a confié la mission de dresser un panorama autour du textile en Provence. Menée au sein de l’association Musées Méditerranée, cette initiative a reçu le soutien du conseil régional de PACA et de la Drac. Des journées de sensibilisation à la conservation préventive et à la gestion de collections textiles se sont d’ores et déjà déroulées début 2023 au Museon Arlaten, à Arles. Une journée d’étude programmée le 8 décembre 2023 au musée de Grasse sera suivie d’une publication. Ayant des intérêts communs avec ce programme, nous avons mutualisé nos demandes en utilisant un questionnaire unique permettant de recueillir les réponses servant au développement concomitant des deux projets. En outre – et cela est loin d’être négligeable –, cette collaboration nous a permis de contacter des établissements dont nous n’avions pas connaissance ou de renseigner des collections privées qu’il eût été difficile d’atteindre sans notre interlocutrice.

  • 24 Courriel de la direction des Affaires culturelles de Normandie du 5 mars 2021.

25La région Normandie a été également particulièrement réactive, saisissant l’opportunité de notre enquête pour relancer une réflexion globale sur les fonds textiles des musées locaux. Les deux conseillères pour les musées, Véronique Notin et Cécile Binet, ont pointé à cette occasion la récurrence de la thématique textile lors des commissions d’acquisition mais également dans le cadre des Projets scientifiques et culturels des établissements. La Drac Normandie a donc lancé au moment de nos échanges, en 2021, un projet ambitionnant d’envisager une « vision collective des collections régionales, de leur potentiel, et de la manière dont elles sont différemment conservées, enrichies et valorisées, et ainsi de faire émerger synergies et complémentarités24 ». De cette façon, la dynamique enclenchée autour de la cartographie a favorisé la mobilisation de vingt-trois musées qui ont fourni des informations sur leurs collections textiles et vestimentaires, particulièrement représentatives de cette région.

  • 25 Revue Culture(s) de Mode, no 2 « Savoir-faire et patrimoine de la broderie, entre tradition et inn (...)
  • 26 Revue Culture(s) de Mode, no 1 « Créer/ Enseigner/ Exposer/ Informer/ (Re)chercher/ Analyser/ Lire (...)
  • 27 Voir https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Mode/Actualites-mode/Appel-a-projets-Mode-et-Metiers- (...)
  • 28 PIETTRE Sarah, « Les gilets brodés à la fin du xviiie siècle. Entre élégance et extravagance : une (...)
  • 29 Voir dans Culture(s) de Mode, no 2, septembre 2023, les articles de JOURDAN Aleth, « Le boutis ou (...)
  • 30 Dans la même revue, voir LAVIN Amélie, « Broder la violence, écrire la révolte. Autour de quelques (...)
  • 31 Voir dans Culture(s) de Mode, no 2, septembre 2023, GOURSEAU Nathalie, « La broderie anglaise, à l (...)

26Enfin, la cartographie nous a donné l’idée de valoriser les fonds muséaux repérés lors de notre campagne de recensement via une publication en ligne. Cette dernière, publiée en septembre 2023 grâce au soutien du ministère de la Culture25, fournit la matière du deuxième numéro d’une revue lancée par le réseau Culture(s) de Mode en 2021 pour donner une suite à ses différentes actions (outils numériques, podcasts, articles, cartes…). Le premier numéro, publié en ligne en 202226 et accessible à tous, était consacré aux conséquences de la crise sanitaire de la Covid-19 sur la création, la communication, l’exposition et l’enseignement de la mode. L’implication du ministère de la Culture pour l’édition du deuxième numéro a correspondu aussi à un repositionnement de la revue voulu par le comité de pilotage de Culture(s) de Mode : désormais cette dernière donnerait un prolongement aux cartes des métiers d’art et des musées en ligne sur notre site Internet, s’intéressant à la mode comme artisanat en relation avec les questions de création et comme patrimoine en lien avec les questions de conservation, de restauration et d’exposition de la mode. Le numéro, le premier d’une « nouvelle » série que nous espérons longue, entend aussi valoriser les lauréats de l’appel à projets « Mode et métiers d’art de la mode » lancé par le ministère de la Culture27. En cela, la revue explore d’une manière plus précise et documentée les différents thèmes abordés via nos cartographies en ligne. Le premier numéro de cette « nouvelle » revue, paru en septembre 2023, est consacré au patrimoine textile et plus particulièrement à celui de la broderie, notre ambition étant de mettre en lumière la richesse historique et contemporaine de la thématique en partie grâce à la présentation de la diversité des objets conservés dans les musées mais aussi grâce à la mise en lumière de la création actuelle dans le domaine de la broderie avec une nouvelle génération de designers [fig. 9]. Les articles consacrés aux collections muséales offrent un regard analytique, à la fois sur les techniques liées à un savoir-faire du point de vue historique28, mais également du point de vue d’un territoire géographique29 ; d’autres posent la double problématique d’une technique mise au service d’un moyen d’expression, lui-même chargé de la transmission d’un message à caractère social30, d’autres encore explorent les sources documentaires qui permettent d’envisager la recherche sur ce sujet31.

Figure 9

Figure 9

Couverture du numéro 2 de la revue Culture(s) de Mode, « Savoir-faire et patrimoine de la broderie, entre tradition et innovation », paru en 2023. Reproduction https://culturesdemode.com/​wp-content/​uploads/​2023/​10/​revue-02-cdm-broderie.pdf [lien valide en mars 2024].

© Culture(s) de Mode.

27Nous souhaitons que cette (ré)union de volontés trouve un développement avec de nouvelles participations pour de futures publications, colloques, expositions, etc., et que la concrétisation de ces projets favorise pleinement une communauté de personnes toujours plus sensibilisées et mobilisées autour de la protection, de la connaissance et de la valorisation des fonds textiles et vestimentaires dans un rayonnement de plus en plus large et à l’intention de tous les publics.

Haut de page

Notes

1 https://www.pop.culture.gouv.fr/ [lien valide en mars 2024].

2 À l’étranger, la situation est différente. Europeana Fashion puis We Wear Culture (Google) ont lancé un chantier de numérisation des collections vestimentaires et textiles mondiales et d’expositions accessible en ligne à tous. Le catalogue de l’exposition Artisans de l’élégance propose une liste des musées conservant ce type de collections ainsi qu’une liste des principales formations conduisant aux métiers de l'élégance. Voir JAOUL Martine (dir.), Artisans de l’élégance, cat. exp., Paris, musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP), 17 nov. 1993-15 mai 1994, Paris, Réunion des musées nationaux, 1993, p. 213-226.

3 SAILLARD Olivier & ROY Sylvie, Rapport sur le patrimoine de mode, Paris, ministère de la Culture, 2017.

4 Hormis des études à caractère économique tel que le rapport de Lyne Cohen-Solal commandé par le ministère de la Culture et remis en décembre 2015, La mode : industrie de la créativité et moteur de croissance et en 2003 celui de Christian Barrère et Walter Santagata, Une économie de la créativité et du patrimoine : la mode.

5 Musées publics ou privés labellisés (c’est-à-dire portant le label « Musée de France ») ou non, maisons de couture, créateurs, marques de prêt-à-porter, fabricants d’accessoires, collectionneurs privés, etc.

6 Peu de musées représentés et seulement 18 000 objets sur 550 000 notices en 2016.

7 Voir COURBIÈRES Caroline, « L’étiquetage patrimonial des marques de mode », dans ce numéro de la revue In Situ : https://journals.openedition.org/insitu/40582 [lien valide en mars 2024].

8 La création d’un fonds Mode dans la collection du Centre national des arts plastiques ; la création d’un label « Patrimoine français de la mode » pour souligner l’exemplarité du travail de conservation de certaines maisons de couture et des marques ; le lancement des premières Rencontres professionnelles sur le patrimoine de la mode ; et le recensement des collections des 32 musées détenant des fonds de mode sur la base POP.

9 https://culturesdemode.com/cartographie/musees [lien valide en mars 2024].

10 Voir CAVALIÉ Étienne, CLAVERT Frédéric, LEGENDRE Olivier & MARTIN Dana, Expérimenter les humanités numériques. Des outils individuels aux projets collectifs, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Parcours numériques », 2017, p. 165.

11 CLAVERT Frédéric & SCHAFER Valérie, « Les humanités numériques, un enjeu historique », Quaderni, no 98, 2019, p. 33-49, disponible en ligne, https://journals.openedition.org/quaderni/1417 [lien valide en mars 2024].

12 BONACCORSI Julia, « Quelle réflexivité médiatique pour les Humanités Numériques ? La numérisation des manuscrits littéraires », Les Enjeux de l’information et de la communication, no 16/2, 2015, p. 83-98, disponible en ligne, https://doi.org/10.3917/enic.019.0083 [lien valide en mars 2024], cité par CLAVERT Frédéric, op. cit.

13 MOUNIER Pierre, « Une “utopie politique” pour les humanités numériques ? », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, no 4, 2015, p. 97-112, disponible en ligne, https://journals.openedition.org/socio/1451 [lien valide en mars 2024].

14 JAN Morgan, Culture couture. La reconnaissance patrimoniale du vêtement de couturier-créateur en France, de la fin du xixsiècle à nos jours, thèse de doctorat en histoire contemporaine, Paris, Université Paris-1, 2011.

15 Se référer notamment à LIPOVETSKY Gilles, Empire de l’éphémère, la mode et son destin dans les sociétés modernes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 1987.

16 Voir par exemple BASS-KRUEGER Maude & KURKDJIAN Sophie (dir.), French Fashion, Women & the First World War, New York, Yale University Press, Bard Graduate Center, 2019.

17 Ces collections font écho aux collections du musée Airborne (également à Sainte-Mère-Église) dédié au Débarquement en Normandie du 6 juin 1944.

18 BRUCKER Jérémie, Avoir l’étoffe. Une histoire du vêtement professionnel en France des années 1880 à nos jours, Nancy, L’Arbre Bleu, 2021.

19 Voir à ce sujet FALLUEL Fabienne & GUTTON Marie-Laure, Élégance et système D. Paris 1940-1944 : accessoires de mode sous l’Occupation, cat. exp., Paris, Mémorial du maréchal Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris, musée Jean-Moulin, 20 mai-15 novembre 2009, Paris, Paris-Musées, coll. « Petites capitales », 2009 et VEILLON Dominique, La Mode sous l’Occupation [1990], Paris, Payot, coll. « Petite bibliothèque Payot », 2014, p. 352. Voir aussi AMELINE Ludovic, « Patrimoine du Cotentin : quand le matériel de guerre était recyclé pour servir à la ferme », La Presse de la Manche, 6 avril 2021.

20 Ces objets sont exposés à Montauban de juillet à novembre 2023, voir MONTALBETTI Valérie, Bourdelle. La mémoire des objets, cat. exp., Montauban, musée Ingres, 8 juillet-12 novembre 2023, Paris, musée Bourdelle/Le Passage, 2023.

21 BOSC Alexandra, « Les vêtements, reliques de contact », in SAILLARD Olivier, BOSC Alexandra, COTTA Laurent et al., La Mode retrouvée. Les robes trésors de la comtesse Greffulhe, cat. exp., Paris, Palais Galliera-musée de la Mode de la Ville de Paris, 7 nov. 2015-20 mars 2016, Paris, Paris-Musées, 2015, p. 40-42.

22 Voir en ligne : https://www.palais-portedoree.fr/le-musee-national-de-l-histoire-de-l-immigration [lien valide en mars 2024].

23 À ce sujet, voir notamment GREEN Nancy, Du Sentier à la 7e Avenue. La confection et les immigrés, Paris-New York, 1880-1980, Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 1998, p. 462.

24 Courriel de la direction des Affaires culturelles de Normandie du 5 mars 2021.

25 Revue Culture(s) de Mode, no 2 « Savoir-faire et patrimoine de la broderie, entre tradition et innovation », 2023, disponible en ligne, https://culturesdemode.com/wp-content/uploads/2023/10/revue-02-cdm-broderie.pdf [lien valide en mars 2024].

26 Revue Culture(s) de Mode, no 1 « Créer/ Enseigner/ Exposer/ Informer/ (Re)chercher/ Analyser/ Lire », 2022. Disponible en ligne, https://culturesdemode.com/wp-content/uploads/2022/03/revue-001-cdm-1.pdf [lien valide en mars 2024].

27 Voir https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Mode/Actualites-mode/Appel-a-projets-Mode-et-Metiers-d-art-de-la-mode-2023 [lien valide en mars 2024].

28 PIETTRE Sarah, « Les gilets brodés à la fin du xviiie siècle. Entre élégance et extravagance : une étude iconographique des gilets masculins à travers la collection du Palais Galliera », Culture(s) de Mode, no 2, septembre 2023, p. 36-41.

29 Voir dans Culture(s) de Mode, no 2, septembre 2023, les articles de JOURDAN Aleth, « Le boutis ou broderie de Marseille », p. 28-35 ; TURCK Shantty, « Les savoir-faire de la broderie dans les collections du musée de Bretagne », p. 42-51 ; BESSON Sylvain, « Regards sur la collection de broderies du musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne », p. 17-27

30 Dans la même revue, voir LAVIN Amélie, « Broder la violence, écrire la révolte. Autour de quelques broderies et œuvres textiles contemporaines de la collection du Mucem », p. 9-16.

31 Voir dans Culture(s) de Mode, no 2, septembre 2023, GOURSEAU Nathalie, « La broderie anglaise, à la Belle Époque (1871-1914) à travers les collections des catalogues commerciaux des Grands Magasins du Louvre et du Bon Marché, conservés au Palais Galliera », p. 66-82 et ROY Sylvie, « La collection documentaire du Palais Galliera autour de la broderie : ouvrages, périodiques et archives du xixe au début du xxe siècle », p. 52-65.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Cartographie des collections textiles et vestimentaires en France développée par Culture(s) de Mode, page d’accueil du site : https://culturesdemode.com/​cartographie/​musees/​ [lien valide en mars 2024].
Crédits © Culture(s) de Mode.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/41102/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Figure 2
Légende Interface de recherche de la cartographie des collections textiles et vestimentaires en France développée par Culture(s) de Mode, page d’accueil du site : https://culturesdemode.com/​cartographie/​musees/​ [lien valide en mars 2024].
Crédits © Culture(s) de Mode.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/41102/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 3
Légende Catalogue des collections textiles et vestimentaires recensées en France dans la cartographie développée par Culture(s) de Mode, en ligne : https://culturesdemode.com/​cartographie/​musees/​ [lien valide en mars 2024].
Crédits © Culture(s) de Mode.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/41102/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 4
Légende Fiche du musée de la Grande Guerre du pays de Meaux. Reproduction https://culturesdemode.com/​institution/​musee-de-la-grande-guerre/​ [lien valide en mars 2024].
Crédits © Culture(s) de Mode.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/41102/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Figure 5
Légende Liste des informations recueillies par institution et publiée sous la forme d’une fiche détaillée dans la cartographie développée par Culture(s) de Mode. Fiche du musée de la Grande Guerre du pays de Meaux. Reproduction https://culturesdemode.com/​institution/​musee-de-la-grande-guerre/​ [lien valide en mars 2024].
Crédits © Culture(s) de Mode.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/41102/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure 6
Légende Fiche du musée de Sainte-Mère-Église ou ferme-musée du Cotentin (Manche). Reproduction https://culturesdemode.com/​institution/​ferme-musee-du-cotentin/​ [lien valide en mars 2024].
Crédits © Culture(s) de Mode.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/41102/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Figure 7
Légende Fiche du musée Bourdelle. Reproduction https://culturesdemode.com/​institution/​musee-bourdelle/​ [lien valide en mars 2024].
Crédits © Culture(s) de Mode.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/41102/img-7.JPG
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 8
Légende Fiche de l’Établissement public du palais de la Porte-Dorée (EPPPD) / musée national de l’Histoire de l’immigration. Reproduction https://culturesdemode.com/​institution/​etablissement-public-du-palais-de-la-porte-doree-epppd-musee-national-de-lhistoire-de-limmigration/​ [lien valide en mars 2024].
Crédits © Culture(s) de Mode.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/41102/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Figure 9
Légende Couverture du numéro 2 de la revue Culture(s) de Mode, « Savoir-faire et patrimoine de la broderie, entre tradition et innovation », paru en 2023. Reproduction https://culturesdemode.com/​wp-content/​uploads/​2023/​10/​revue-02-cdm-broderie.pdf [lien valide en mars 2024].
Crédits © Culture(s) de Mode.
URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/41102/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Roy et Sophie Kurkdjian, « Cartographier le patrimoine vestimentaire et textile en France pour mieux le définir »In Situ [En ligne], 52 | 2024, mis en ligne le 19 avril 2024, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/insitu/41102 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.41102

Haut de page

Auteurs

Sylvie Roy

Chargée d’études documentaires au Palais Galliera – musée de la Mode de la Ville de Paris
sylvie.roy@paris.fr

Sophie Kurkdjian

Assistant Professor, American University of Paris
skurkdjian@aup.edu

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search