Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4VariaLes conservateurs formés à l’Inst...

Varia

Les conservateurs formés à l’Institut national du patrimoine

Une profession sous le signe du changement
Curators Trained at the French National Heritage Institute, a Changing Profession
Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset

Résumés

Cet article présente les résultats d’une enquête sociologique sur les conservateurs formés par l’Institut national du patrimoine. Il décrit les principales transformations de ce groupe professionnel, marqué par un recrutement social privilégié et un processus de féminisation notable et croissant. Il examine successivement la transformation des conditions de travail et d’emploi, les problématiques relatives aux carrières et aux mobilités professionnelles, tout en interrogeant la consistance et les limites des nouvelles formes d’identification professionnelle de ce groupe issu de la fusion d’anciens métiers.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le choix a été retenu d’employer le masculin, en référence à l’intitulé du corps professionnel et (...)
  • 2 En 2018, on recensait environ 1400 conservateurs du patrimoine en France, l’annuaire transmis par (...)
  • 3 Poulard Frédéric & Depuiset Marie-Aude, « Les conservatrices et conservateurs du patrimoine en Fra (...)

1Créé en 1990 à la faveur de la refonte des fonctions publiques, l’Institut national du patrimoine (INP) témoigne de la prise en compte, par les services de l’État, de la progression de la construction européenne et de l’accès des ressortissants européens aux emplois publics, qui font craindre une concurrence préjudiciable aux professionnels français. À travers cette école, les pouvoirs publics ont décidé de fondre d’anciens groupes professionnels en un seul, aboutissant à la création des tout nouveaux corps professionnels et cadres d’emplois des « conservateurs du patrimoine », qui regroupent désormais les anciens conservateurs1 de musée, des archives, de l’archéologie, ainsi que des monuments historiques et de l’inventaire. Autant de métiers statutairement distincts qui, dans cette nouvelle configuration bureaucratique, sont désormais considérés comme des « spécialités ». Trente ans après la mise en œuvre de cette réforme, les anciens élèves de l’INP constituent la quasi-totalité des effectifs de conservateurs du patrimoine2. La question se pose donc de l’évolution de leur profil, de leur rapport au travail et à l’emploi, ainsi que de leurs formes d’identification professionnelle. C’est ce qu’entend documenter cet article, qui revient sur les principaux résultats d’un rapport issu d’une enquête par questionnaire commandée par l’INP et l’association Alumni conservateurs en 20203.

Figure 1

Figure 1

Dominique Vivant Denon (1745-1825), premier directeur du Louvre, dans son bureau. Tandis que sa collection personnelle rappelle la diversité des patrimoines, l’œuvre pointe rétrospectivement les défis qui ont accompagné la création d’un statut unique de conservateur du patrimoine, qu’il s’agisse de la hiérarchie symbolique entre les spécialités ou de la dimension genrée des fonctions de conservation. Le baron Vivant Denon dans son bureau au milieu de sa collection, Jean-Baptiste Mauzaisse d’après René Théodore Berthon, s. d., lithographie conservée au musée du Louvre.

Reproduction Daniel Arnaudet (RMN-Grand Palais).

Le questionnaire et sa passation

À partir de l’annuaire des anciens élèves transmis par l’INP, l’enquête a été lancée en ligne entre le 25 novembre 2020 et le 25 janvier 2021, via le logiciel Limesurvey, avec un taux de réponse pleinement satisfaisant (45,6 %, soit 416 questionnaires exploitables). Le questionnaire comportait 83 questions associant des mesures « objectives » et d’autres plus « subjectives », relatives aux opinions et perceptions des enquêtés. S’agissant de ces dernières, nous avons opté pour des échelles d’attitude majoritairement en onze points (de 0 pour « pas du tout », à 10 pour « tout à fait »). Eu égard à la population que nous savons homogène sur divers critères (professions et catégories socioprofessionnelles (PCS), diplômes, etc.), proposer 11 modalités de réponses permettait de mesurer plus finement et de faire émerger des écarts, comparativement aux modalités de réponse en 4 points (« pas du tout », « non », « oui », « tout à fait »). En sus des modalités de réponses aux items, nous avons également employé dans certaines propositions des mots forts tels que « important ; irréversible », afin de cliver les réponses et d’éviter un effet plafond (tout le monde répondant vers un pôle extrême de l’échelle). Enfin, pour ces mêmes raisons, nous avons évité au maximum de donner la possibilité aux enquêtés de répondre aux questions par des « sans avis », ou « ne sais pas ».

Portrait de groupe

Des profils privilégiés

  • 4 La distribution des réponses à l’enquête sur les items relatifs au genre, à la PCS, à la tutelle ( (...)

2Conformément aux connaissances accumulées sur ce groupe (Benhamou, Moureau & Liot 2006) ou, plus largement, sur les candidats aux métiers de l’administration culturelle (Dubois 2013), les conservateurs du patrimoine constituent une population socialement privilégiée. Comme l’indiquent les figures 2 et 3, le dernier emploi significatif occupé par les parents révèle une fréquence plus élevée de cadres ou de professions intellectuelles supérieures, laquelle est plus élevée pour le père (49,2 %) que pour la mère (31,6 %)4. À l’instar des cadres de catégorie A de la fonction publique, l’hérédité sociale y est également très prononcée puisque les parents sont en premier lieu salariés du public, avec une proportion beaucoup plus forte chez les mères (59 %) que chez les pères (41,9 %).

Figure 2

Figure 2

Professions et catégories socioprofessionnelles du père en 5 modalités, 2023.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.

Figure 3

Figure 3

Professions et catégories socioprofessionnelles de la mère en 5 modalités, 2023.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.

3Si le concours de l’INP est ouvert aux titulaires d’une licence, les candidats sont surdiplômés. En 2004, déjà, une forte proportion des lauréats du concours possédait un niveau bac + 4 et bac + 5 (Benhamou, Moureau & Liot 2006). En 2020, les enquêtés répondent à 73,6 % posséder plusieurs diplômes de l’enseignement supérieur, en sus de celui avec lequel ils ont passé le concours : 9,4 % déclarent posséder un doctorat à l’entrée du concours et 31,2 % un master 2 (ou anciennement DEA/DESS), 15,6 % étant par ailleurs passés par l’École des chartes et 25,2 % par l’École du Louvre. Si l’enquête ne permet pas de rendre compte de la pluralité des expériences à travers lesquelles se construit la « vocation », dont on sait qu’elle a à voir avec les dispositions acquises au cours des processus de socialisation, ainsi qu’à « l’espace des orientations pensables et possibles » (Dubois 2013 : 19), le métier fait l’objet d’un véritable attrait : 22,6 % des répondants témoignent en effet d’une orientation professionnelle précocement mûrie et 52,6 % signalent que cette orientation est apparue comme le débouché professionnel le plus stimulant, quand seulement 4,3 % signalent une alternative faute de mieux.

  • 5 Les indices statistiques « M » et « ET » renvoient respectivement à « moyenne » et « écart-type ». (...)

4Les répondants ont entre 26 et 67 ans (M = 44,13 ans, ET = 9,13)5 et ont en moyenne 1,28 enfant (ET = 1,29). Toutefois, 39,4 % d’entre eux sont sans enfant et 18,8 % vivent seul, ce qui confirme, tout en la documentant à l’échelle d’une profession, la distance d’avec la norme hétérosexuelle, conjugale et reproductive observée dans l’encadrement supérieur du ministère de la Culture (Jacquemart, Charpenel, Demonteil, Hatzipetrou-Andronikou & Marry 2022).

Organisations employeuses et segmentations professionnelles

  • 6 L’indice statistique « n » renvoie à l’effectif de l’échantillon concerné par la statistique évoqu (...)

5Nous comptabilisons 61,05 % de fonctionnaires d’État, contre 38,95 % de fonctionnaires territoriaux (inclus ceux de la Ville de Paris, n’étant que 5 individus concernés par cette catégorie). La tutelle principale est donc logiquement et majoritairement l’État (58,4 %, n6 = 243), devant les villes/intercommunalités (26,2 %, n = 109), les conseils généraux (9,9 %, n = 41) et les conseils régionaux (3,1 %, n = 13). Dès lors, si une majorité des agents exerce en dehors d’Île-de-France (57,8 %, n = 240), la part de Franciliens est loin d’être négligeable (42,1 %, n = 175), ce qui, compte tenu du grand nombre d’équipements et de services décentralisés en France, suggère en creux l’existence d’un nombre croissant de professionnels territoriaux exerçant les fonctions de conservation sous un autre statut d’emploi.

6Nous avions demandé aux enquêtés de renseigner en clair l’organisation d’appartenance de leur emploi principal. Sur cette base, nous avons recodé l’information, ce qui a donné lieu à certains arbitrages. Nous avons ainsi fait le choix d’inclure dans la catégorie « musées », certains établissements (Bibliothèque nationale de France, Mobilier national), dont nous estimions les missions (acquisition, conservation, valorisation par le biais d’expositions) relativement proches. Tandis que les musées et les archives concernent les deux fonctions publiques, les « centres de recherche » relèvent de l’État (centres de restauration des musées de France, laboratoires du Centre national de recherche scientifique (CNRS), Institut national d’histoire de l’art (INHA)…), quand les « services » concernent exclusivement les administrations territoriales (services archéologiques municipaux ou départementaux, directions des affaires culturelles…). Ce codage rend compte de la diversité des organisations employeuses et donne à voir les différentes spécialités exercées, ainsi que les disparités démographiques, puisque près de la moitié des individus exerce dans un musée (49 %, n = 204), comme le révèle la figure 4.

Figure 4

Figure 4

Type d’organisation dans laquelle exercent les enquêtés, 2023.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.

Un métier au féminin

  • 7 L’annuaire transmis par l’INP comporte 62,5 % de femmes et 37,5 % d’hommes. Précisons qu’il intègr (...)

7Une autre spécificité du groupe concerne sa très forte féminisation. Si le phénomène n’est pas nouveau, il s’est notablement accru depuis la précédente étude de 2006, qui pointait une part moyenne des femmes de 56,3 % (Benhamou, Moureau & Liot 2006). Dans notre enquête, 66,6 % des répondants sont des femmes (n = 277), contre 33,4 % d’hommes7. Si le processus observé participe d’une féminisation au long court des professions supérieures (Buscatto & Marry 2009), il suggère ici l’existence d’une évolution relativement « favorable » aux femmes, y compris par rapport aux professions culturelles (Gouyon & Patureau 2014). Bien que les données recueillies par le questionnaire ne permettent pas à elles seules d’expliquer que le concours de l’INP ait historiquement bénéficié aux femmes, il ressort toutefois de l’enquête une plus grande propension de ces dernières à suivre une préparation spécifique au concours que leurs homologues masculins (66,1 % contre 45,3 %), ainsi qu’un nombre de tentatives au concours avant intégration un peu plus important (elles le passent en moyenne 1,84 fois contre 1,55 pour les hommes). À l’exception de la spécialité musée, plus souvent choisie par ces dernières au moment du concours (69,3 % contre 56,1 % pour les hommes), rien ne distingue les deux sexes quant au choix des autres spécialités au concours, ou bien quant à la spécialité actuelle. De même, nous ne constatons pas de différences entre hommes et femmes, relatives au type d’organisation d’appartenance, de tutelle ou de lieu d’exercice (Île-de-France versus hors Île-de-France).

  • 8 Notons à ce titre que les femmes sont significativement plus jeunes que les hommes (43,37 ans vers (...)
  • 9 Celui-ci a été initialement créé pour sanctionner la carrière de quelques rares élus ayant vocatio (...)
  • 10 Sur la base des informations recueillies, nous ne sommes pas en mesure de savoir si les femmes att (...)

8Ce rapport non discriminant aux différentes spécialités et organisations ne signifie pas, toutefois, l’absence d’inégalités de carrière. Celles-ci sont attestées, puisque les femmes occupent plus majoritairement le grade de conservateur (59,2 % ; n = 164) que les hommes (48,2 %, n = 67)8. A contrario, les hommes occupent significativement davantage le grade de conservateur général du patrimoine (12,9 %, n = 18) que les femmes (5,8 %, n = 18), même si nous devons prêter attention aux effectifs (comprenant moins de 20 individus concernés pour la catégorie conservateur général, par genre). L’inégal accès à ce grade9 rappelle que les conservatrices sont elles aussi confrontées au phénomène bien connu de « plafond de verre » (Marry, Bereni, Jacquemart, Pochic & Revillard 2017) et ce, même si ce dernier est « un peu moins épais au ministère que dans le reste de la fonction publique d’État » (Jacquemart, Charpenel, Demonteil, Hatzipetrou-Andronikou & Marry 2022 : 35)10. Nos données suggèrent un nombre de personnes encadrées en moyenne plus important pour les hommes (18,88), que pour les femmes (10,31), même s’il faut considérer ces résultats avec prudence, une fois encore, eu égard à la distribution inégale de nos sous-échantillons (277 femmes contre 139 hommes). Concernant la fonction publique d’État, d’autres sources corroborent ces analyses. En dépit de nominations récentes de conservatrices à des postes hautement symboliques, comme au Louvre, les bilans sociaux du ministère de la Culture attestent en effet d’une plus forte propension des hommes à diriger les établissements publics nationaux, pour ce qui concerne les musées et le patrimoine, ou à faire partie des conseils d’administration de ces mêmes établissements (Secrétariat général du ministère de la Culture 2020 : 66).

Des conditions d’emploi et de travail en demi-teinte

Des statuts privilégiés mais des effectifs en baisse

9Tandis que la fonction publique est marquée par une croissance des agents non titulaires, les conservateurs semblent relativement épargnés par la dégradation des conditions d’emploi, la très grande majorité d’entre eux étant titulaire.

Figure 5

Figure 5

Statut d’emploi des enquêtés, 2023.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.

10Les données dont nous disposons attestent toutefois d’une rétractation du marché de l’emploi depuis les années 2000, comme le suggère la baisse des effectifs au fil du temps. Cette diminution concerne les deux fonctions publiques, même si elle semble plus forte et irréversible du côté des collectivités, un phénomène connu des professionnels. En 2011, dans son Livre blanc des musées de France, l’Association générale des conservateurs des collections publiques de France parlait d’une baisse de 306 postes de conservateurs du patrimoine dans la fonction publique territoriale entre 2001 et 2008, les départs en retraite n’étant pas compensés. L’association estimait alors qu’il faudrait 32 ans à l’Institut national du patrimoine pour procéder à leur remplacement. Sur la base de ces documents, ainsi que d’échanges avec des représentants des différentes tutelles, plusieurs éléments d’explication peuvent être avancés.

11Du côté de l’État, il convient de pointer les conséquences de la révision générale des politiques publiques en 2007, qui décrète le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite. Le figure 6 recense l’ensemble des conservateurs du corps d’État, qu’ils soient ou non passés par l’INP. Il rend compte de cette baisse sensible au cours du temps, laquelle semble toutefois contenue ces dernières années. Du côté des collectivités, plusieurs explications peuvent être avancées, même s’il reste délicat d’évaluer leur poids respectif :

  • la limitation par les ministères de l’Intérieur et de la Culture du nombre de collectivités autorisées à recruter des conservateurs de musée du milieu des années 1990 au milieu des années 2000 (Poulard 2015) ;

  • l’évolution de la législation, qui permet le recrutement d’autres personnels scientifiques habilités à la direction des établissements (Poulard 2010), et dont la rémunération pèse moins sur les finances publiques ;

  • le temps de latence entre la remontée d’un besoin par une collectivité et la mise sur le marché de jeunes professionnels ;

    • 11 S’ils ne trouvent pas un poste en collectivité, les jeunes conservateurs perdent le bénéfice du co (...)

    l’inquiétude et la vigilance quant aux situations de non-recrutement des conservateurs des collectivités territoriales à la sortie de l’Institut11 ;

  • la perte d’attractivité de certains services ou l’éloignement géographique de certaines offres d’emploi, etc.

12Finalement, la baisse des effectifs est plus marquée que chez les conservateurs du corps d’État, même si les données produites par le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) sont beaucoup moins systématiques et nécessitent donc une prudence interprétative avant les années 2010 (fig. 6 et 7).

Figure 6

Figure 6

Les conservateurs d’État depuis 2004. Les bilans sociaux recensent les effectifs des différents corps professionnels, à l’exception de 2010 et 2012. Extrait des Bilans sociaux du ministère de la Culture.

© Ministère de la Culture.

Figure 7

Figure 7

Les conservateurs territoriaux depuis 1995. Nous avons reporté ici les chiffres publiés par le CNFPT pour les années 1995, 2004 et 2006. Pour la période 2012-2018, les données sont issues du Système d’information sur les agents des services publics (Siasp), et nous ont été communiquées par notre collègue économiste Marion Mauchaussée, à qui nous adressons nos plus vifs remerciements.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset d’après des données CNFPT et Siasp.

13Lors de la table ronde du 25 novembre 2017, organisée par l’association Alumni conservateurs au Petit Palais à Paris, Philippe Boirel, alors chef du service mobilité des cadres de direction du CNFPT, confirmait l’aggravation de la situation au sein des collectivités territoriales depuis 2012, parlant d’« effet ciseaux ». Si les entrées dans le cadre d’emplois et les sorties étaient jusque-là à peu près équivalentes, on assiste depuis à un déficit de mise de postes sur le marché : tandis que, chaque année, le nombre de professionnels arrivant sur le marché du travail n’atteint jamais celui des offres d’emplois publiées, s’ajoute un nombre croissant de départs en retraite. Le phénomène se serait intensifié en 2016 : tandis que trente-neuf conservateurs sont partis en retraite, seuls dix postes étaient mis au concours et six ouverts par voie de promotion interne pour soixante-sept offres d’emploi publiées. À partir des données Système d’information sur les agents des services publics (Siasp) recueillies, nous pouvons affirmer pour notre part que le nombre de postes pourvus par les territoriaux a chuté de 15,5 % entre 2012 et 2018.

14À l’échelle du concours, d’autres facteurs sont susceptibles d’accentuer cette baisse des effectifs sur le marché de l’emploi. Rappelons que les candidats ont la possibilité de présenter les deux concours (État/Ville de Paris et collectivités), ainsi que plusieurs spécialités. En sus de la grande sélectivité du concours, il arrive régulièrement que des individus soient classés en plusieurs endroits. Dès lors, à la faveur des arbitrages et des remontées de listes (pour les éventuelles personnes retenues sur liste complémentaire), il se peut que certains postes ne soient pas pourvus, à l’instar du concours 2019 cité précédemment. Les situations de redéploiement n’étant pas systématiques, il arrive donc que ces postes soient perdus, accentuant le problème des effectifs. Cette problématique est ancienne et a déjà fait l’objet d’une interpellation dans le rapport sénatorial de 2003 sur la gestion des collections des musées, qui pointait les « insuffisances quantitatives et qualitatives préoccupantes » des recrutements (Richert 2003 : 71-72), ces derniers restant irréguliers au cours du temps, comme le rappelle la figure 8 :

Figure 8

Figure 8

Nombre d’individus ayant intégré l’INP après l’obtention du concours, 2023.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.

Les attraits du métier

  • 12 Le choix d’effectuer des analyses en composantes principales (ACP) pour voir comment les individus (...)

15Nous avons mesuré les attraits du métier en demandant aux enquêtés de se positionner sur huit types de tâches, toujours à l’aide d’une échelle en onze points, incluant cette fois une case « non concerné » par l’activité citée. Tout d’abord, ces huit items ont été soumis à une analyse factorielle en composantes principales (ACP). L’analyse extrait deux facteurs. Le premier explique 29,18 % de la variance totale observée et se compose de cinq items. Il renvoie au type d’attrait en lien avec la dimension scientifique du métier. Dans l’ensemble, les individus sont très attirés par cette dimension du métier (M = 8,51, ET = 1,29). Le second facteur explique 24,29 % de la variance, se compose de trois items et renvoie aux dimensions plus administratives et politiques du métier. Les enquêtés sont moins enthousiastes vis-à-vis de ce type de tâches, mais cela reste très positif (M = 7,07, ET = 1,99). Au total, ces huit items structurés en deux facteurs rendent compte de 53,47 % de la variance expliquée, ce qui est très satisfaisant12.

16Tout en offrant un degré de précision supplémentaire, les résultats présentés dans la figure 9 confortent ce que l’on savait déjà de ces professionnels, à savoir l’engouement très fort qu’ils accordent à la dimension scientifique du métier. Par-delà l’attention portée à la diffusion des connaissances, ces résultats rappellent l’attachement des conservateurs à la matérialité des patrimoines, qui constitue l’assise de leur expertise et les singularise parmi les nombreux autres cadres de catégorie A, dont le profil plus administratif est souvent pris comme un étalon par les tutelles quand il s’agit d’appeler à un renforcement des compétences administratives et d’encourager à plus de mobilité.

Figure 9

Figure 9

Attraits du métier. Pour chacune des propositions suivantes, les répondants devaient choisir le chiffre approprié à leur point de vue allant de 0 (pas du tout) à 10 (tout à fait). Une case NC existait pour les individus non concernés par le type de tâche en question dans l’exercice de leur travail, 2023.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.

17Enfin, les résultats relatifs aux attraits politico-administratifs sont aussi riches en enseignement. En effet, à rebours de certaines représentations, les professionnels questionnés affichent un goût prononcé pour la gestion du personnel et certains aspects du « management » (ici la politique de développement d’un territoire), qui mobilisent des compétences relatives à « la planification, la définition d’une stratégie, la conduite de projets, l’animation d’équipe » (Tobelem 2015 : 51). Le score plus faible attribué aux responsabilités administratives est sans doute lié, pour partie, aux difficultés engendrées par la lourdeur des procédures bureaucratiques, dont plusieurs travaux ont signalé l’accroissement (Moulin & Quemin 1993 ; Octobre 1999) et l’émiettement du temps de travail qui en résulte (Poulard 2007).

  • 13 Les informations saisies ont été recodées.

18Nous sommes en mesure d’affiner certains des résultats énoncés grâce aux réponses ouvertes, chaque enquêté ayant été invité à lister spontanément (sans les hiérarchiser) trois attraits et trois difficultés dans l’exercice de leur métier au quotidien13. Sans conteste, et comme le montre la figure 10, trois catégories d’attraits représentent 60,58 % des occurrences. Parce qu’elles concernent la stimulation scientifique et intellectuelle, le contact avec les objets patrimoniaux, ainsi que la diversité et la polyvalence du métier, elles témoignent de l’importance des « rétributions symboliques » pour les membres de cette profession.

Figure 10

Figure 10

« Les attraits du métier », 2023. À la suite de Jean-Michel Tobelem (2015), nous opérons une distinction entre management (la gestion des ressources humaines) et management stratégique qui, chez nos enquêtés, recouvre l’élaboration des politiques publiques, la définition d’enjeux stratégiques, le pilotage de projets et la participation au développement d’un territoire.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.

19On retrouve ici une caractéristique des métiers du secteur culturel, même si cette satisfaction au travail y est souvent « posée comme prérequis, en compensation des conditions d’emploi et de travail moins favorables que dans d’autres secteurs » (Bense Ferreira Alves & Leblanc 2013 : 12). Ce n’est pas le cas des conservateurs qui, rappelons-le, bénéficient de conditions d’emploi favorables (statut de fonctionnaire, rémunérations, progression de carrière, etc.) eu égard au secteur culturel, lequel présente plus souvent des contrats à durée limitée et des rémunérations plus dispersées (Gouyon & Patureau 2012).

Des difficultés professionnelles

20Si les enquêtés semblent donc à première vue satisfaits des conditions d’exercice de leur métier, ils font toutefois état d’importantes difficultés professionnelles liées aux conditions de travail et d’emploi. L’expression de ces difficultés dessine des organisations publiques sous-dotées mais soumises à une complexité bureaucratique croissante et à des injonctions parfois contradictoires, autant de situations professionnelles qui expliquent sans doute, pour partie, le moindre engouement pour les responsabilités administratives. Comme le révèle la figure 11, quatre catégories représentent 65,31 % des occurrences. Nous les avons distinguées sémantiquement, car elles se rapportent à des dimensions professionnelles et des registres d’expériences sensiblement distincts. Les « conditions de travail et d’emploi » renvoient plus spécifiquement au manque de moyens humains et financiers, signalés de manière récurrente, ainsi qu’aux perspectives de carrière, à l’isolement ou aux trajets. Ces témoignages mériteraient d’être rapportés au statut des enquêtés et à leurs organisations d’appartenance. On suppose en effet que les situations d’« isolement » sont plus fréquentes chez les conservateurs travaillant dans des petites structures éloignées des grands centres urbains, tandis que la mention des « trajets » (et la fatigue qu’ils génèrent) concernent sans doute davantage les agents des Directions régionales des affaires culturelles (DRAC), dont les fusions ont conduit à la mise en œuvre de plans de prévention du risque routier, dans le cadre du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) (Bouët, Chavigny & Dupuit 2016). La « charge de travail » fait plus directement référence à l’ampleur des missions et ses conséquences en termes de rythme, de pénibilité, de stress ou de conciliation entre vie privée et vie professionnelle. Tandis que la « bureaucratie » renvoie aux procédures (lenteur, complexité) et à la nature de certaines tâches administratives (reporting, recherche de financements, marchés publics), la « hiérarchie » fait quant à elle référence aux relations compliquées avec les tutelles, locales ou nationales, au manque de dialogue, au désintérêt ressenti, aux relations autoritaires jugées abusives, voire à des situations de harcèlement ou de sexisme.

Figure 11

Figure 11

« Les difficultés du métier », 2023.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.

Les carrières en question

La mobilité des conservateurs comme problème public

  • 14 « Les conservateurs du patrimoine, une espèce en voie de disparition ? », extrait de compte rendu (...)

21Par-delà les conditions de travail et d’emploi, la mobilité des conservateurs constitue une source d’interrogations au sein de la profession, comme du côté des tutelles, qui tendent à construire ce sujet comme un problème public. Un rapport sur la mobilité des conservateurs du patrimoine de la fonction publique d’État a d’ailleurs été confié à Philippe Barbat, alors directeur de l’INP, par le directeur général des patrimoines, Vincent Berjot. Ce rapport, vraisemblablement finalisé en 2015, n’a pas été rendu public, mais son auteur en a résumé les principaux enseignements lors d’une journée d’étude organisée à l’automne 2016 par l’association Alumni conservateurs. Après avoir rappelé « qu’il est difficile d’établir des données précises, car les données chiffrées et statistiques sont rares [et que] les indicateurs qui permettent d’évaluer la mobilité des conservateurs sont mal renseignés », Philippe Barbat expliquait que « [la] mobilité statutaire par changement de situation administrative est estimée à 13 % par an ; ce qui est faible comparativement à celle des administrateurs civils, des ingénieurs des mines et des inspecteurs généraux des finances, autres corps de catégorie A+, où elle se situe autour de 70 % ». Il soulignait par ailleurs que « [le] faible pourcentage de conservateurs qui exercent à l’étranger (environ 1 %), est un autre indicateur de la faible mobilité des conservateurs du patrimoine [car], cela représente moins de 20 conservateurs en 201514 ». Cette préoccupation est aussi de mise du côté du CNFPT, qui a mis en place une offre de formation en matière de mobilité et de bilan managérial.

22Comme d’autres corps de spécialistes, les conservateurs sont jugés à l’aune des valeurs promues par le nouveau management public, qui privilégie « l’adaptabilité » et la « polyvalence », imputant les écarts à ce modèle à une prétendue frilosité des professionnels, voire à un problème de développement des compétences, notamment gestionnaires. C’est dans tous les cas le prisme au travers duquel les conservateurs sont régulièrement perçus, que ce soit par leurs tutelles ou certains manageurs de proximité. Ces représentations appellent une analyse distanciée, dans le sens où, comme le rappelait le sociologue Herbert Blumer, « un problème social existe d’abord par la manière dont il est défini et conçu dans une société, plutôt que comme une condition objective et définitive de cette société », et qu’il constitue « toujours un point d’attention sur lequel interviennent des intérêts divergents et conflictuels, des projets et des objectifs variés » (Blumer 2004 : 192-193).

Les perspectives d’évolution

  • 15 Pour rappel, en raison de la distribution des effectifs par variable, nous ne sommes pas en mesure (...)

23Penser la mobilité des conservateurs nécessite de dissocier les différentes dimensions professionnelles qui sont en jeu, lesquelles ne sont pas évidentes à documenter. La figure 12 recense le nombre de postes occupés par les enquêtés, sans qu’il nous soit permis de dire si ces changements de poste s’accompagnent de changements de fonction, d’organisation, de spécialité, de grade, de fonction publique, voire de métier. Il semble conforter le diagnostic général suivant lequel le groupe est faiblement concerné par les situations de mobilité, puisqu’un tiers des enquêtés occupe leur poste d’origine, tandis qu’un second tiers fait état de deux postes15.

Figure 12

Figure 12

Nombre de postes occupés depuis la sortie de l’INP, 2023.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.

  • 16 Précisons que nous ne sommes pas en mesure de déterminer si cela est fonction des spécialités, à m (...)

24Avant d’y voir la confirmation de prétendues « réticences » professionnelles, il paraît important de préciser qu’ils sont une majorité (59,4 %, n = 247) à déclarer vouloir changer d’organisation dans les cinq ans. Pour seulement 7,9 % (n = 33), cela doit passer par un changement de spécialité, ce qui semble suggérer un attachement aux anciens métiers et aux formes d’expertise qui y sont liées, et ce, même si 14,7 % (n = 61) déclarent vouloir changer de métier. Ces perspectives de mobilité ne varient pas selon le genre, le fait que ce soit un premier poste ou non, la tutelle (État versus les autres), le grade, le lieu d’exercice ou l’appartenance à un syndicat. Ce désir de mobilité ne s’explique pas non plus selon la direction de l’organisation ni les circonstances pour lesquelles les enquêtés ont souhaité devenir conservateurs16.

  • 17 Le nouveau décret portant statut particulier du corps des conservateurs a supprimé le passage deva (...)

25Ces perspectives soulèvent donc la question des opportunités objectives de mobilité qui se présentent aux professionnels. À cet égard, rappelons que la mobilité de la fonction publique territoriale vers l’État est conditionnée par l’examen d’une commission là où elle s’effectue sans formalité dans l’autre sens17. De même, concernant les spécialités choisies après la sortie de l’INP, une différence existe entre les conservateurs d’État/Ville de Paris et leurs homologues territoriaux. Le changement de spécialité pour les premiers n’a rien d’évident et nécessite de passer devant la commission d’évaluation scientifique (CES), qui détermine la possibilité de changer de type d’organisation, par exemple d’un musée vers un centre d’archive. Pour les territoriaux, au contraire, rien ne vient contraindre administrativement leur mobilité, compte tenu des modalités de recrutement en vigueur dans les collectivités territoriales.

  • 18 Près de la moitié des occurrences relève de la spécialité « musées » (n = 231, 46,1 %), puis « arc (...)
  • 19 Témoignage de Laurent Sevegnes, conservateur à la sous-direction de l’archéologie à la Direction g (...)

26Faisant l’hypothèse d’une inégale attractivité des spécialités, nous avons « traqué » les changements de spécialités de chaque agent. Pour ce faire, nous avons demandé aux enquêtés d’indiquer leur(s) choix de spécialités à quatre périodes-phares de leur trajectoire professionnelle : au moment du concours d’entrée, à leur entrée à l’INP, à leur premier poste et, enfin, au poste qu’ils occupent au moment de l’enquête. L’exploitation de ces données s’est avérée plus compliquée que nous le pensions, pour plusieurs raisons. Outre les évolutions du concours lui-même (en 2009 les spécialités Monuments historiques et Inventaire ont été regroupées), qui introduisent un biais, plusieurs erreurs de saisie sont à noter. Tandis que le choix des spécialités actuelles est peu informatif18, la faible répartition des effectifs par spécialité (sachant que cette information est toute relative vu la fiabilité de la saisie de cette donnée) ne nous permet pas de dégager des dynamiques de flux, selon cette dimension. Aussi fragiles soient-elles, les données recueillies attirent toutefois notre attention sur la spécialité musée, dont les occurrences augmentent entre le premier poste et le poste actuel. Cette tendance semble résonner avec les informations disponibles dans certains rapports officiels. Ainsi, par exemple, le bilan d’activité de la Commission d’évaluation scientifique pour l’année 2017 stipule que « La spécialité “Musée » a également été le réceptacle de la quasi-totalité des demandes de changements de spécialité » (Secrétariat général du ministère de la Culture 2017 : 5), ladite commission ayant formulé six avis négatifs et deux favorables. Les données rassemblées par la sous-direction de l’archéologie, sur les conservateurs de la spécialité archéologie, interrogent l’attractivité du métier au sein des DRAC, un certain nombre de conservateurs d’État concernés ayant, semble-t-il, quitté la spécialité19. La question se pose enfin de la spécialité Inventaire, dont les services ont été transférés aux conseils régionaux. Sur la base d’un recensement réalisé par ses soins, une conservatrice attirait notre attention sur la baisse des effectifs dans ces services entre 2004 et 2020.

27La question des mobilités renvoie plus largement à l’insuffisante politique en termes de gestion de ressources humaines, comparativement à d’autres corps de fonctionnaires, ou hauts fonctionnaires, ce que portait à notre attention l’un de nos enquêtés :

L’INP ni le corps d’ailleurs ne fournissent aucun des services de « lobby », au sens noble du terme, qui pourraient favoriser une appartenance commune, comme un espace de discussion régulier ou l’identification de souhaits particuliers de carrière (ex. le corps des Mines a une liste, actualisée régulièrement, des ingénieurs souhaitant intégrer pour un temps des cabinets ministériels, ce qui contribue énormément à la fois à l’influence des anciens et à la participation active des nouveaux au réseau).

  • 20 Notons que quatre individus ont déclaré un grade de militaires.
  • 21 S’agissant des conservateurs en chef, la répartition semble plus équitable (n = 81, 55,5 %, hors Î (...)

28Si un espace Mobilité a bien été créé au sein du ministère de la Culture, à la suite de la loi relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique du 3 août 2009, « l’idée d’une absence de soutien à la carrière est un regret fréquemment exprimé », « les agent·es éloigné·es de l’administration responsable de la gestion de leur carrière [ayant] dès lors moins de chances d’en bénéficier » (Jacquemart, Charpenel, Demonteil, Hatzipetrou-Andronikou & Marry 2022 : 95 et 96). Certaines de nos données relatives aux grades semblent aller dans ce sens. Tandis que les professionnels interrogés sont, pour une grosse moitié, conservateurs (55,5 %, n = 231), pour un gros tiers conservateurs en chef (35,3 %, n = 147) et pour 8,2 % conservateurs généraux (n = 34)20, les deux tiers des conservateurs généraux exercent en Île-de-France (n = 21, 61,8 %), inversement pour les conservateurs (n = 144, 62,3 %)21. La figure 13 atteste pour sa part d’autres formes d’inégalités, notamment entre administration centrale et déconcentrée.

29À cela s’ajoute la concurrence accrue qu’exercent d’autres catégories d’agents et/ou hauts fonctionnaires dans l’accès à certaines positions ou juridictions partagées : c’est le cas des fonctions d’inspections, au sein desquelles les corps professionnels sont en partie délégitimés au nom de leur expertise et de leur spécialisation, et accusent un recul de leur influence depuis les années 1990 et 2000 (Demonteil 2021) ; c’est également le cas de la direction des établissements territoriaux, ainsi que de la présidence des établissements publics nationaux et de l’essor, en leur sein, des directions administratives et des manageurs de proximité (Mauchaussée & Poulard 2023).

Figure 13

Figure 13

Répartition du grade actuel selon le type d’organisation, 2023.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.

Identité commune versus persistance des anciens métiers ?

30Enfin, en guise de conclusion, rappelons que l’un des objectifs de l’INP lors de sa création visait à décloisonner les nouvelles spécialités pour permettre aux professionnels de multiplier les expériences et les types de responsabilités. En lien avec l’essor du nouveau management public, cet objectif découlait du programme de réformes statutaires confié fin 1986 début 1987 à la direction de l’administration générale et de l’environnement culturel (DAGEC), afin de remédier à la segmentation très importante des corps et des statuts professionnels. Dans un contexte où le nombre de postes à responsabilités ouverts chaque année et les perspectives d’ascension professionnelle sont limités, ces formes de mobilité plus horizontales sont de nos jours fortement encouragées par les tutelles.

31Trente ans après la création de l’INP, les représentations des conservateurs semblent être en phase avec les ambitions initiales. L’enquête suggère en effet l’existence d’un sentiment d’appartenance et d’identité commun, puisque les conservateurs se sentent avant tout, et dans une forte proportion, à 74 % conservateurs (n = 308), comme le signale le tableau 14, une majorité d’entre eux jugeant par ailleurs que les conservateurs d’État et territoriaux œuvrent pour une même cause commune et que la création d’une seule et même formation a permis de diminuer l’existence de clivages entre État et collectivité territoriale.

Figure 14

Figure 14

Sentiment d’appartenance au groupe professionnel, 2023.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.

32Comme le révèle cette fois la figure 15, lorsqu’on leur demande de qualifier leur identité professionnelle (une seule possibilité de réponse), ils la désignent en majorité (59,6 %, n = 248) par l’intitulé le plus institutionnel, à savoir leur titre (conservateur du patrimoine) ; un choix qui n’est sans doute pas étranger au statut accordé à notre enquête, dont nous précisions qu’elle était commanditée par l’INP et s’adressait spécifiquement à ses anciens élèves.

Figure 15

Figure 15

Qualifier son identité professionnelle, 2023.

© Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.

33Bien entendu, la façon de se définir varie selon le contexte d’énonciation et les interlocuteurs à qui s’adressent les conservateurs, justifiant parfois un usage pédagogique et/ou distinctif du titre. Par-delà ces façons de se nommer, plusieurs indices suggèrent la persistance de lignes de clivages entre les spécialités, et donc les anciens métiers. Celles-ci se donnent à voir à travers les témoignages de certains enquêtés, qui signalent la permanence d’une hiérarchie symbolique :

Le cloisonnement entre spécialités est une caractéristique de l’Institut du patrimoine, formation conçue par décalque des départements du Louvre : les musées sont la crème, la peinture le summum ; l’archéologie et le patrimoine scientifique des domaines salissants. La variété des parcours en DRAC permet de ne pas ressentir trop cette ségrégation mentale chez certains collègues.

34D’autres témoignages spontanés recueillis par le biais de notre questionnaire vont dans ce sens et suggèrent l’intériorisation d’une moindre considération de la part de certains conservateurs spécialisés en archéologie :

« Conservateur » sonne avec conservateur de musée et, que ce soit au sein du milieu professionnel ou au sein de l’entourage et du grand public, le « conservateur en archéologie » n’est pas identifié (sauf à être conservateur d’un musée d’archéologie). Comparé aux autres spécialités et par rapport au discours qui peut être tenu à l’INP (reconnaissance liée à l’obtention d’un concours sélectif), je ressens un sentiment de « déclassement » depuis que j’exerce en tant que conservatrice en DRAC-SRA.

35Précisons dans cet esprit que si les enquêtés se sentent globalement très reconnus par leur entourage professionnel et familial, ils l’expriment aussi, mais avec une intensité un peu moindre, concernant les collègues des autres spécialités.

36Enfin, par-delà les perceptions, certaines données rappellent l’importance des formes d’expertise et les spécialisations spécifiquement requises par les différentes disciplines (archives, artefacts archéologiques, collections de beaux-arts, etc.), comme semble le suggérer dans notre questionnaire la participation aux associations et/ou syndicats, et/ou commissions. Globalement, les conservateurs cumulent très rarement les adhésions, ce qui, du point de vue du projet de l’INP d’instaurer un décloisonnement des spécialités, limite les occasions de partage d’expériences professionnelles communes : en moyenne, les individus sont impliqués dans 1,69 association (ET = 1,3), et 0,58 commission (ET = : 0,75). Une limite que semble confirmer la trajectoire des professionnels ayant changé le plus souvent de poste. Outre le fait que ces évolutions de poste masquent parfois des changements de fonction au sein d’une même organisation, précisons qu’elles s’effectuent le plus souvent sans que n’intervienne un changement du domaine d’action scientifique (archives, musées ou monuments historiques et inventaire par exemple).

37Ainsi, tout en actualisant certaines données produites il y a dix-sept ans dans le cadre d’une précédente enquête (Benhamou, Moureau & Liot 2006), notre étude pointe les paradoxes de cette « nouvelle » profession, confrontée à des changements significatifs, sur le plan morphologique et des représentations, mais qui porte également en elle la trace des anciens périmètres scientifiques, lesquels continuent de nourrir l’attachement au(x) métier(s).

Haut de page

Bibliographie

BENHAMOU Françoise, MOUREAU Nathalie & LIOT Françoise, 2006, Les « Nouveaux Conservateurs ». Enquête auprès des conservateurs formés par l’Institut national du patrimoine (promotions 1991-2003), Paris, DEPS, ministère de la Culture, coll. « Les notes de l’Observatoire de l’emploi culturel, » no 46. [Disponible en ligne], https://www.culture.gouv.fr/Media/Thematiques/Etudes-et-statistiques/Files/Publications/Notes-observatoire-emploi-culturel-NOEC/Les-nouveaux-conservateurs-enquete-conservateurs-formes-par-l-INP-1991-2003-NOEC-46 [lien valide en janvier 2024].

BENSE FERREIRA ALVES Célia & LEBLANC Frédérique, 2013, « Les rétributions : un incessant travail d’articulation », Sociétés contemporaines, vol. 3, no 91, p. 5-15. Disponible en ligne, https://www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-2013-3-page-5.htm [lien valide en janvier 2024].

BLUMER Herbert, 2004 [1971], « Les problèmes sociaux comme comportements collectifs », Politix, vol. 3, no 67, p. 185-199. Disponible en ligne, https://www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_2004_num_17_67_1630# [ligne valide en janvier 2024].

BOUËT Jérôme, CHAVIGNY Dominique & DUPUIT Jean-Sébastien, 2016, La Réorganisation des directions régionales des affaires culturelles, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, Inspection générale des affaires culturelles, no 2016-18-30. Disponible en ligne, https://www.vie-publique.fr/rapport/273382-la-reorganisation-des-directions-regionales-des-affaires-culturelles [ligne valide en janvier 2024].

BUSCATTO Marie & MARRY Catherine, 2009, « Le plafond de verre dans tous ses éclats. La féminisation des professions supérieures au xxe siècle », Sociologie du travail, vol. 51, no 2, p. 170‑182. Disponible en ligne, https://journals.openedition.org/sdt/16326 [ligne valide en janvier 2024].

DEMONTEIL Marion, 2021, « Les inspecteurs au rapport. Recomposition de l’identité des contrôleurs autour d’un instrument d’action publique (1959-2021) », Politix, no 135, p. 47-72.

DEMONTEIL Marion & MIAS Arnaud, 2023, Conseillers et conseillères en DRAC. Profession, activité et carrière, rapport pour le Département des études, de la prospective, des statistiques et de la documentation du ministère de la Culture.

DUBOIS Vincent, 2013, La Culture comme vocation, Paris, Raisons d’agir, coll. « Cours et travaux ».

GOUYON Marie & PATUREAU Frédérique, 2012, « Le salariat dans le secteur culturel en 2009 : flexibilité et pluriactivité », Culture chiffres, no 2, Paris, ministère de la Culture et de la Communication.

GOUYON Marie & PATUREAU Frédérique, 2014, « Vingt ans d’évolution de l’emploi dans les professions culturelles (1991-2011) », Culture chiffres, no 6, Paris, ministère de la Culture et de la Communication.

JACQUEMART Alban, CHARPENEL Marion, DEMONTEIL Marion, HATZIPETROU-ANDRONIKOU Reguina & MARRY Catherine, 2022, Le Genre des carrières. Inégalités dans l’administration culturelle, Paris, Secrétariat général et Département des études, de la prospective, des statistiques et de la documentation du ministère de la Culture, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, coll. « Questions de culture ».

MARRY Catherine, BERENI Laure, JACQUEMART Alban, POCHIC Sophie & REVILLARD Anne, 2017, Le Plafond de verre et l’État. La construction des inégalités de genre dans la fonction publique, Malakoff, Armand Colin, coll. « Individu et société ».

MAUCHAUSSÉE Marion & POULARD Frédéric, 2023, « Les établissements publics administratifs et la transformation de la gestion de l’emploi », Travail et Emploi (à paraître).

MOULIN Raymonde & QUEMIN Alain, 1993, « La certification de la valeur de l’art. Experts et expertises », Annales. Économies, sociétés, civilisations, no 48-6, p. 1421-1445. Disponible en ligne, https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1993_num_48_6_279223 [lien valide en janvier 2024].

OCTOBRE Sylvie, 1999, « Profession, segments professionnels et identité. L’évolution des conservateurs de musées », Revue française de sociologie, no 40, p. 357-383. Disponible en ligne, https://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1999_num_40_2_5172 [lien valide en janvier 2024].

POULARD Frédéric, 2007, « Diriger les musées et administrer la culture », Sociétés contemporaines, vol. 2, no 66, p. 61-78. Disponible en ligne, https://www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-2007-2-page-61.htm [lien valide en janvier 2024].

POULARD Frédéric, 2010, Conservateurs de musées et politiques culturelles. L’impulsion territoriale, Paris, La Documentation française, coll. « Musées-mondes », p. 55-66.

POULARD Frédéric, 2015, « Des conservateurs sous “tutelle(s)” ? Genèse et péripéties du statut territorial », in POULARD Frédéric & TOBELEM Jean-Michel (dir.), Les Conservateurs de musées. Atouts et faiblesses d’une profession, Paris, La Documentation française, coll. « Musées-mondes », p. 55-66.

RICHERT Philippe, 2003, Collections des musées : là où le pire côtoie le meilleur, rapport d’information présenté au nom de la commission des affaires culturelles, Paris, Sénat. Disponible en ligne, https://www.vie-publique.fr/rapport/26417-collections-des-musees-la-ou-le-pire-cotoie-le-meilleur [lien valide en janvier 2024].

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DU MINISTÈRE DE LA CULTURE, 2017, Bilan d’activité de la commission d’évaluation scientifique compétente à l’égard du corps des conservateurs du patrimoine de l’État. Disponible en ligne, https://www.culture.gouv.fr/content/download/192271/2068588 [lien valide en janvier 2024].

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DU MINISTÈRE DE LA CULTURE, Bilan social 2020.

TOBELEM Jean-Michel, 2015, « Former les conservateurs du patrimoine à la direction d’établissement », in POULARD Frédéric & TOBELEM Jean-Michel (dir.), Les Conservateurs de musées. Atouts et faiblesses d’une profession, Paris, La Documentation française, p. 39-52.

Haut de page

Notes

1 Le choix a été retenu d’employer le masculin, en référence à l’intitulé du corps professionnel et du cadre d’emplois afférents, et ce malgré la féminisation de cette profession, que nous ne manquerons pas de documenter.

2 En 2018, on recensait environ 1400 conservateurs du patrimoine en France, l’annuaire transmis par l’INP comportant 1175 anciens ou actuels élèves, issus des 29 promotions (entre 1991 et 2020), avant nettoyage et mise à jour du fichier. La population finale conservée pour l’enquête se compose de 913 individus.

3 Poulard Frédéric & Depuiset Marie-Aude, « Les conservatrices et conservateurs du patrimoine en France. Enquête auprès des professionnel.le.s formé.e.s par l’institut national du patrimoine (promotions 1991 à 2019) », Rapport, juillet 2022, disponible en ligne, https://hal.science/hal-03904770/ [lien valide en janvier 2024].

4 La distribution des réponses à l’enquête sur les items relatifs au genre, à la PCS, à la tutelle (État/collectivités), aux spécialités ne nous permet pas de pratiquer des tests statistiques, même de simples tris croisés (ex. : genre et PCS). Nous ne pouvons en faire qu’une simple description par modalité de variable (ex. : voilà comment les PCS se distribuent chez les femmes, voilà comment elles se répartissent chez les hommes, mais nous ne sommes pas autorisés à faire des comparaisons entre les modalités (ex : il y a significativement, statistiquement, plus chez les femmes que chez les hommes).

5 Les indices statistiques « M » et « ET » renvoient respectivement à « moyenne » et « écart-type ». Nous les utiliserons dans le corps du texte par la suite. L’écart-type renvoie à la distribution des individus autour de la valeur moyenne de la population interrogée.

6 L’indice statistique « n » renvoie à l’effectif de l’échantillon concerné par la statistique évoquée. Ici « n = 243 » correspond au fait qu’il y a 243 conservateurs sous la tutelle de l’État.

7 L’annuaire transmis par l’INP comporte 62,5 % de femmes et 37,5 % d’hommes. Précisons qu’il intègre les personnes retraitées et décédées (n = 59) et les élèves internationaux (n = 79), non pris en compte dans notre enquête.

8 Notons à ce titre que les femmes sont significativement plus jeunes que les hommes (43,37 ans versus 45,66 ans).

9 Celui-ci a été initialement créé pour sanctionner la carrière de quelques rares élus ayant vocation à assurer la direction de services centraux, de services déconcentrés ou de grands établissements, même si, depuis, les conditions d’attribution se sont assouplies. Le faible nombre de généraux dans les réponses tient, d’une part, à l’absence de généralat en territoriale et, d’autre part, au fait qu’une partie des conservateurs les plus âgés, susceptibles d’en bénéficier, ne sont pas passés par l’INP.

10 Sur la base des informations recueillies, nous ne sommes pas en mesure de savoir si les femmes atteignent le statut de conservateur en chef ou le généralat plus tard que les hommes.

11 S’ils ne trouvent pas un poste en collectivité, les jeunes conservateurs perdent le bénéfice du concours au bout de deux ans, des situations attestées dans les années 1990 mais qui ne semblent plus d’actualité.

12 Le choix d’effectuer des analyses en composantes principales (ACP) pour voir comment les individus ont structuré leurs réponses au regard de nos échelles de mesure s’avère pertinent à deux titres. Tout d’abord cela permet de comprendre comment les individus se saisissent de nos questions, comment ils les organisent et leur donnent du sens. Lorsque la structure proposée par l’analyse est satisfaisante, cela nous permet aussi de travailler avec les scores factoriels dans les analyses de régression afin de faciliter l’interprétation et la comparaison des coefficients de régression des variables, facteurs potentiellement explicatifs (tutelle, organisation, etc.).

13 Les informations saisies ont été recodées.

14 « Les conservateurs du patrimoine, une espèce en voie de disparition ? », extrait de compte rendu de la journée d’étude du 15 octobre 2016.

15 Pour rappel, en raison de la distribution des effectifs par variable, nous ne sommes pas en mesure de tester d’éventuelles différences entre agents d’État et territoriaux, ainsi qu’entre hommes et femmes.

16 Précisons que nous ne sommes pas en mesure de déterminer si cela est fonction des spécialités, à moins d’opposer la spécialité « musées » à « toutes les autres », ce qui n’a pas de sens épistémologiquement.

17 Le nouveau décret portant statut particulier du corps des conservateurs a supprimé le passage devant la CES quand il n’y a pas de changement de spécialité.

18 Près de la moitié des occurrences relève de la spécialité « musées » (n = 231, 46,1 %), puis « archives » (n = 74, 14,8 %). Cet ordre de grandeur fait directement écho à l’organisation d’appartenance, laquelle est renseignée beaucoup plus précisément.

19 Témoignage de Laurent Sevegnes, conservateur à la sous-direction de l’archéologie à la Direction générale des patrimoines, lors de la journée d’étude du 15 octobre 2016 intitulée « Les conservateurs du patrimoine, une espèce en voie de disparition ? » et organisée à l’INP. Plus largement, précisons que les conditions de travail des conseillers sont parfois compliquées, tant en ce qui concerne les modalités de collaboration avec les autres administrations (ministère, collectivités), que du fort turnover qui caractérise ces administrations (Demonteil & Mias 2023).

20 Notons que quatre individus ont déclaré un grade de militaires.

21 S’agissant des conservateurs en chef, la répartition semble plus équitable (n = 81, 55,5 %, hors Île-de-France).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Dominique Vivant Denon (1745-1825), premier directeur du Louvre, dans son bureau. Tandis que sa collection personnelle rappelle la diversité des patrimoines, l’œuvre pointe rétrospectivement les défis qui ont accompagné la création d’un statut unique de conservateur du patrimoine, qu’il s’agisse de la hiérarchie symbolique entre les spécialités ou de la dimension genrée des fonctions de conservation. Le baron Vivant Denon dans son bureau au milieu de sa collection, Jean-Baptiste Mauzaisse d’après René Théodore Berthon, s. d., lithographie conservée au musée du Louvre.
Crédits Reproduction Daniel Arnaudet (RMN-Grand Palais).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Figure 2
Légende Professions et catégories socioprofessionnelles du père en 5 modalités, 2023.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Figure 3
Légende Professions et catégories socioprofessionnelles de la mère en 5 modalités, 2023.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Figure 4
Légende Type d’organisation dans laquelle exercent les enquêtés, 2023.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Figure 5
Légende Statut d’emploi des enquêtés, 2023.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Figure 6
Légende Les conservateurs d’État depuis 2004. Les bilans sociaux recensent les effectifs des différents corps professionnels, à l’exception de 2010 et 2012. Extrait des Bilans sociaux du ministère de la Culture.
Crédits © Ministère de la Culture.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Figure 7
Légende Les conservateurs territoriaux depuis 1995. Nous avons reporté ici les chiffres publiés par le CNFPT pour les années 1995, 2004 et 2006. Pour la période 2012-2018, les données sont issues du Système d’information sur les agents des services publics (Siasp), et nous ont été communiquées par notre collègue économiste Marion Mauchaussée, à qui nous adressons nos plus vifs remerciements.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset d’après des données CNFPT et Siasp.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 8
Légende Nombre d’individus ayant intégré l’INP après l’obtention du concours, 2023.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Figure 9
Légende Attraits du métier. Pour chacune des propositions suivantes, les répondants devaient choisir le chiffre approprié à leur point de vue allant de 0 (pas du tout) à 10 (tout à fait). Une case NC existait pour les individus non concernés par le type de tâche en question dans l’exercice de leur travail, 2023.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Figure 10
Légende « Les attraits du métier », 2023. À la suite de Jean-Michel Tobelem (2015), nous opérons une distinction entre management (la gestion des ressources humaines) et management stratégique qui, chez nos enquêtés, recouvre l’élaboration des politiques publiques, la définition d’enjeux stratégiques, le pilotage de projets et la participation au développement d’un territoire.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Figure 11
Légende « Les difficultés du métier », 2023.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Figure 12
Légende Nombre de postes occupés depuis la sortie de l’INP, 2023.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Figure 13
Légende Répartition du grade actuel selon le type d’organisation, 2023.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Figure 14
Légende Sentiment d’appartenance au groupe professionnel, 2023.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Figure 15
Légende Qualifier son identité professionnelle, 2023.
Crédits © Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2481/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Poulard et Marie-Aude Depuiset, « Les conservateurs formés à l’Institut national du patrimoine »In Situ. Au regard des sciences sociales [En ligne], 4 | 2024, mis en ligne le 28 février 2024, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/insituarss/2481 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insituarss.2481

Haut de page

Auteurs

Frédéric Poulard

Professeur des universités en sociologie à l’Université Paris Cité et au Laboratoire de changement social et politique
frederic.poulard@u-paris.fr

Marie-Aude Depuiset

Docteure en psychologie sociale, ingénieure de recherche en production et analyses de données en SHS (Université de Lille, Clersé) 
marie-aude.depuiset@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search