Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Saisir le moment de la catastropheNotre-Dame-de-la-Merci à Trémel (...

Saisir le moment de la catastrophe

Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor)

Incendie, reconstruction et émotions
Notre-Dame-de-la-Merci at Trémel (Côtes-d’Armor). Fire, Reconstruction and Emotions
Emma Goacolou et Garance Girard

Résumés

En juin 2016, un incendie détruit la majeure partie de l’église paroissiale de Trémel (Côtes-d’Armor), entraînant une chaîne de réactions et de solidarités au sein de la communauté des habitants du petit village breton et même bien au-delà. Une fois les mesures d’urgence prises, s’engage un long processus qui conduit à la restauration de l’édifice, achevée en juillet 2022. Une enquête auprès des personnes touchées par cette catastrophe, de près ou de loin, est lancée au printemps 2021, coordonnée par la région Bretagne et un chercheur du CNRS, en lien avec le chantier scientifique de Notre-Dame de Paris. L’étude vise à mettre en lumière les émotions et représentations suscitées par ce drame, mais aussi la manière dont ces dernières se confrontent et rencontrent les logiques administratives et institutionnelles. La construction par les enquêtés du récit du sinistre et de ses suites immédiates ou plus lointaines fait l’objet d’une attention particulière. Il apparaît assez clairement que le choc et le désir de retrouver l’église telle qu’elle était avant l’incendie président à la décision prise par la commune de restaurer son église à l’identique. Ce projet s’accorde avec le cadre réglementaire et déontologique propre aux monuments historiques, mais il est aussi rendu possible par des conditions financières exceptionnellement favorables. Il offre ainsi un point d’observation privilégié sur les mécanismes à l’œuvre du début de l’incendie à l’inauguration de l’église restaurée. Auprès des autres logiques, les émotions jouent un rôle moteur qui renforce ou reconfigure le rapport des Trémelois à l’édifice, dont elles accompagnent la reconstruction symbolique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’étymologie de Trémel renvoie à l’association des mots bretons « treb » et « mael » : la « trève  (...)

1Le 21 juin 2016, un incendie se déclare en fin d’après-midi dans l’église Notre-Dame-de-la-Merci de Trémel (Côtes-d’Armor), détruisant en quelques heures l’ensemble des charpentes et des couvertures ainsi que tout le second œuvre intérieur et le mobilier. La désolation qui s’abat sur la population reflète l’attachement à cette vieille église paroissiale dans cette petite commune rurale et agricole de 409 habitants de l’ancien évêché du Trégor, au nord-ouest de la Bretagne. À la croisée de deux routes et légèrement en surplomb, c’est un édifice incontournable et visible de tous. La commune de Trémel est une ancienne trève1 de la paroisse voisine de Plestin. L’ancienne chapelle tréviale Notre-Dame-de-la-Merci devient église paroissiale lorsque la commune de Trémel gagne son indépendance en 1838 : l’église incarne donc un élément essentiel de la construction de l’identité communale contemporaine de Trémel. Comme toutes les églises paroissiales construites avant 1905, elle appartient à la commune, ainsi que son mobilier, tout en étant affectée au culte.

2L’incendie du 21 juin 2016 s’impose alors comme un événement tragique aux yeux de la population. Pour l’observateur extérieur, il agit comme révélateur de l’attachement des habitants à cet édifice « hérité des pères », en effet hautement patrimonial à bien des égards.

Figure 1

Figure 1

L’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor) avant l’incendie, 2014.

© Bernard Bègne (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).

Genèse d’une étude : de l’examen de la valeur matérielle d’un édifice à celui de sa valeur immatérielle

3Construite au tournant du xve et du xvie siècle, l’église Notre-Dame-de-la-Merci a été classée monument historique dès 1910, en même temps qu’une dizaine d’autres églises du secteur, relevant de la même période et de la même inspiration. Un ensemble d’églises et de chapelles sont en effet bâties sur un modèle commun, dont on suppose qu’il a été conçu – ou du moins diffusé – par les Beaumanoir, une famille de maîtres d’œuvre morlaisiens, qui ont donné leur nom à cet ensemble assez facilement identifiable, et dont la silhouette est bien connue des amateurs de patrimoine breton.

4Jusqu’à l’incendie de 2016, l’église Notre-Dame-de-la-Merci a conservé sa charpente originelle avec ses sablières sculptées et ses décors peints. En regard de la richesse et de la densité du patrimoine religieux breton de la fin du Moyen Âge, elle reste néanmoins, pour celles et ceux qui ne la croisent pas au quotidien, un monument historique parmi d’autres. Pour les Trémelois cependant, « c’est notre unique patrimoine » (témoignage recueilli lors de l’enquête). De fait, seul édifice public protégé de la commune, repère visuel hautement symbolique, il a fortement contribué à la construction de l’identité de Trémel. Une association de sauvegarde et de mise en valeur de l’église existe depuis 1998, portée par un groupe de fidèles qui s’investit dans son animation, aux côtés de la commune.

Figure 2

Figure 2

Détail des riches décors intérieurs de l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor). Ici la jonction entre un entrait à engoulant et une sablière sculptée, 2014.

© Bernard Bègne (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).

  • 2 Voir en ligne le dossier réalisé par Guillaume Lécuillier, chargé d’études d’Inventaire du patrimo (...)

5L’église Notre-Dame-de-la-Merci a fait l’objet d’un dossier d’étude2 et d’une couverture photographique en 2014 dans le cadre d’une opération du service de l’Inventaire du patrimoine à l’échelle du Trégor, menée par la région Bretagne. Cette documentation s’est avérée essentielle pour envisager et conduire la restauration. L’étude de l’Inventaire est aussi le point de départ de l’implication de la Région dans l’accompagnement de ce chantier au travers de la publication en 2018 d’un ouvrage de photographies consacré à l’édifice, après et avant l’incendie (Lécuillier et al. 2018). Renouvelant les approches plus traditionnellement attentives aux aspects purement historiques et matériels des biens étudiés, ce petit livre a été le premier d’une collection créée dans l’intention de partager l’approche photographique des études de l’Inventaire. Sa présentation publique à Trémel avait été un moment très fort.

Figure 3

Figure 3

Ouvrage réalisé en 2018 par la Région Bretagne, inscrit dans une approche résolument sensible, croisant des photographies réalisées après l’incendie avec d’autres réalisées avant, lors de l’enquête de l’Inventaire.

© Charlotte Barraud (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).

  • 3 Sa synthèse est consultable sur https://patrimoine.bretagne.bzh/ en annexe du dossier d’Inventaire (...)

6Le 15 avril 2019 survient l’incendie de Notre-Dame de Paris. Lorsque le chantier scientifique de cette dernière se met en place, l’ouvrage trouve assez naturellement une grande réceptivité auprès du groupe de travail « Émotions-Mobilisations », visant à regrouper les recherches sur les émotions patrimoniales. Le choix est fait d’engager une étude sur les ressentis et émotions suscités par l’incendie de l’église trégorroise. Elle est confiée à Emma Goacolou, étudiante en master 2 d’histoire de l’art à l’université Rennes 2 et co-encadrée par Cyril Isnart, chercheur en anthropologie au CNRS et le service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne. Le pari est fait que l’approche pluridisciplinaire apportera une lecture enrichie des faits sociaux soumis à l’analyse. Cette étude est menée de mai à octobre 2021. Elle fait l’objet d’une restitution lors des Journées européennes du patrimoine des 18 et 19 septembre 20213.

7Une question majeure ressort de cette approche : le choix de la reconstruction à l’identique, largement débattu pour Notre-Dame de Paris, s’est en revanche imposé sans heurt pour Trémel. Pourquoi ? Et selon quel processus ? Au jeu de la comparaison entre deux édifices pourtant peu comparables, cette question permet d’interroger et de révéler les mécanismes qui se sont mis en place à Trémel. Elle trouve sa réponse dans la prise en compte globale de l’incendie comme événement majeur dans l’histoire de cette commune, et dans l’analyse de ses conséquences sociales.

L’incendie et la destruction, comme révélateurs de l’attachement de la population à son église

Figure 4

Figure 4

Le 21 juin 2016, aux alentours de 18 h, l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor) prend feu. La façade sud est ravagée par les flammes, une épaisse fumée s’échappe de la toiture.

© François Le Mat / reproduction Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine.

8Le 21 juin 2016, vers 18 heures, une fumée s’échappe de la toiture de l’église de Trémel. Celle-ci s’embrase rapidement, et les habitants, réunis en grand nombre, assistent impuissants au terrifiant spectacle. Des flammes impressionnantes et une épaisse fumée sont visibles dans tous les environs. L’horloge reste bloquée à 18 h 16, heure à laquelle les premiers camions de pompiers arrivent sur les lieux du drame. Ils restent jusque tard dans la nuit pour maîtriser les flammes, et reviennent à plusieurs reprises les jours suivants pour veiller à d’éventuelles reprises de feu. Si aucune perte humaine n’est à déplorer, l’étendue des dégâts matériels s’avère importante : la quasi-totalité de l’édifice est détruite, charpente et toiture se sont effondrées ; il ne demeure que quelques murs en pierre, très fragilisés par les fortes températures, menaçant la structure globale du bâtiment. L’église apparaît meurtrie, comme une plaie béante au milieu du village.

Figure 5

Figure 5

Après le drame vient le temps de constater les dégâts causés par les flammes. Intérieur de l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor), le 21 juin 2016.

© Joël Le Jeune (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).

9Les récits recueillis dans le cadre de l’enquête menée durant l’été 2021 témoignent de l’ampleur du ressenti de la catastrophe à l’échelle locale. Pourtant, cette dernière ne constitue pas un cas isolé ; des incendies, destructions accidentelles ou volontaires d’édifices surviennent fréquemment. En racontant leurs souvenirs, de nombreuses personnes font référence à des histoires personnelles. Sont souvent cités en exemple les incendies du parlement de Bretagne en 1998, de l’église de Saint-Thégonnec, non loin de Trémel, la même année, de la maison de la Mère Pourcel à Dinan en 2019 ou de la cathédrale de Nantes en 1972 et 2020. Lors des entretiens, les habitants et personnes interrogés ne peuvent s’empêcher de faire un parallèle avec celui de Trémel, lorsqu’est évoqué l’incendie de Notre-Dame de Paris : chacun indique avoir revécu les émotions qu’ils avaient déjà ressenties quelques années auparavant.

10Le 21 juin 2016, à Trémel, le brasier ne laisse aucun doute sur l’ampleur du sinistre et la nouvelle se répand dans toute la commune : chacun prévient son voisin, sa famille, ses amis… Une habitante raconte : « C’est grave, notre église brûle… Ce n’était pas un cauchemar, c’était la réalité. » Beaucoup se rendent sur place, comme pour se soutenir les uns les autres, et assister, impuissants, au triste spectacle de l’église agonisante. Ambre et Romane, deux jeunes Tréméloises, relatent : « Le silence était assourdissant, on entendait juste le son du bois qui craque et qui tombe. » D’autres en revanche (notamment des personnes investies dans la sauvegarde de l’édifice) préfèrent rester en retrait.

11Lors des entretiens, le récit de l’incendie fait ressurgir les émotions, les sensations physiques. En retraçant les faits, certains pleurent, d’autres montrent une certaine distance avec l’événement. L’analyse des témoignages a permis d’établir un registre des différents types d’émotions survenues au moment de la catastrophe patrimoniale :

  • Le choc – Le patrimoine, par définition, est à la fois immuable et fragile. Personne n’est préparé à voir « son » église prendre feu. Cet adjectif possessif est utilisé une dizaine de fois sur l’ensemble des entretiens.
  • La tristesse – Plusieurs personnes interrogées ont pleuré, ont eu les larmes aux yeux ou la voix tremblante en évoquant l’incendie. La tristesse est évoquée à six reprises.
  • L’impuissance – Face à l’ampleur et à la dangerosité des flammes, nuls autres que les pompiers ne peuvent risquer ou tenter d’éteindre le feu de ses propres mains. Il faut attendre leur arrivée et attendre durant leur intervention. Le terme « impuissance » est également utilisé à six reprises.
  • La culpabilité – L’église étant un bien communal, la municipalité en a donc la responsabilité. Si la culpabilité n’est mentionnée qu’à deux reprises durant les entretiens, elle entre certainement en grande partie dans le sentiment exprimé par l’ancienne maire, a fortiori lorsque des habitants sont venus lui demander si elle avait bien fait ce qu’il fallait pour protéger l’édifice, ce qui pouvait être entendu comme l’allusion à un possible manquement de sa part.

12Ce soir-là, l’église meurtrie est néanmoins le triste témoin d’une importante chaîne de solidarité. Des élus du territoire viennent soutenir la maire et les Trémelois. Les habitants s’organisent spontanément : une voisine ouvre son garage pour que les pompiers puissent se reposer et se restaurer, d’autres se relaient durant la nuit entière pour faire du café et les ravitailler. Thérèse Bourhis, maire de la commune au moment des faits, raconte cet élan de solidarité :

La population riveraine s’est organisée pour approvisionner en boisson, en casse-croûtes : il y a eu une chaîne, c’était beau de voir tout le monde proposer son aide, la solidarité…

13Les jours suivants, la nouvelle de l’incendie se diffuse à l’échelle régionale, notamment par le biais de la presse. Et les premiers témoignages apparaissent dès le lendemain du drame, principalement celui de la maire, Thérèse Bourhis. Des premières contributions financières arrivent spontanément, de toute la France, avant même que l’association de sauvegarde de l’église ne lance un appel aux dons :

Si vous voyiez d’où venaient les dons ! Certains avaient été baptisés à Trémel, d’autres avaient des témoignages d’enfance. Ce sont des gens qui avaient des racines tréméloises très anciennes. Ce sont des souvenirs qui restent ancrés. (Jacqueline Callarec, secrétaire de l’association.)

1420 000 € sont collectés en quelques jours en vue du chantier de restauration. La solidarité s’organise aussi côté élus locaux et à l’échelle de Lannion-Trégor Communauté, la communauté de communes à laquelle est rattachée Trémel. Quelques jours après l’incendie, Joël Le Jeune, son président, adresse une lettre aux communes en proposant à chaque maire un don de 1 € par habitant, ce qui permettrait de réunir 100 000 €. D’autres actions de solidarité sont conduites à l’échelle locale par les associations de la commune durant les mois suivants.

Un angle d’étude particulier : le choix de la reconstruction à l’identique

15Mais comment « retrouver » l’église ? Le devenir de l’édifice est un sujet d’inquiétude immédiat. De nombreuses questions se posent : l’église était-elle bien assurée ? Son classement au titre des monuments historiques permet-il d’imaginer le futur ? La petite commune peut-elle se permettre de tels frais de chantier ? L’enquête menée durant l’été 2021, cinq ans après l’incendie, apporte un certain recul quant aux choix qui ont été faits. À partir des propos tenus par les personnes interrogées, il s’agit de comprendre comment les choix ont été vécus, et comment ils sont advenus. Pour aborder ces questions, nous utilisons volontairement dans ce texte les termes de « reconstruction » et de « restauration » de manière indifférente. De fait, la restauration de l’église Notre-Dame-de-la-Merci consiste notamment en une reconstruction des charpentes et de certains murs. Nous avons d’ailleurs constaté que, si le terme privilégié dans le champ patrimonial est toujours celui de « restauration », les habitants et certains élus emploient plus volontiers celui de « reconstruction ». D’où notre choix, au regard du contexte, de le conserver dans l’analyse.

Figure 6

Figure 6

Travail de charpenterie en cours (Ateliers Perrault) dans la chapelle sud de l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor), avril 2021.

© Charlotte Barraud (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).

16Dans les récits, la temporalité des faits peut être assez floue. Une réunion d’urgence entre les élus et les professionnels du patrimoine est organisée au lendemain de l’incendie. Le devenir de l’édifice est au cœur de l’échange. La volonté de reconstruire à l’identique s’impose d’elle-même comme une évidence pour les élus et les habitants, sous le choc. Comme le raconte Joël Le Jeune, alors président de Lannion-Trégor Communauté, « Il n’y a pas eu de questions, pas de débats : c’était évident ».

17Mais qui porte réellement ce choix ? Et à quel moment relève-t-il d’une décision réellement débattue ou partagée ? Pour les élus locaux, la « bonne nouvelle » est apportée par le conservateur régional des monuments historiques ; pour ce dernier, la volonté émane des élus… Si personne ne peut être identifié comme étant à l’origine du choix de la reconstruction à l’identique, sans doute est-ce parce que le choix s’est imposé de lui-même ? À noter toutefois, comme le précise l’architecte en chef des monuments historiques, que la décision effective de reconstruire à l’identique n’a été prise qu’au terme d’un long processus administratif.

18En effet, la décision se consolide progressivement, avec la résolution de certaines questions en suspens. En premier lieu, celle du financement : la petite taille de la commune de Trémel ne lui permet pas d’envisager d’assumer seule le coût du chantier, en dépit des aides de l’État rendues possibles par le statut de monument historique classé. La police d’assurance contractée résout la difficulté, puisqu’après plusieurs mois d’enquête, il s’avère que la commune peut être indemnisée à hauteur de 95,6 % du coût hors taxe des travaux à entreprendre. Cette information intervient en mars 2018, soit un peu moins de deux ans après l’incendie. Elle apporte à Trémel un grand soulagement et vient entériner le projet de restauration à l’identique qui existait déjà dans les esprits. On peut en effet se demander si ce projet aurait pu être mené à bien et dans les mêmes délais si l’assurance n’avait pas si bien couvert le sinistre.

  • 4 AMIOT Christophe, Côtes-d’Armor, Trémel, Église Notre-Dame-de-la-Merci, APS-APD, Restauration géné (...)

19L’autre facteur déterminant du processus de décision de reconstruction est donc le statut de l’édifice. Pour les travaux concernant un monument historique classé, la direction régionale des Affaires culturelles (Drac), via sa conservation régionale des monuments historiques (CRMH), est l’interlocuteur privilégié, à plus forte raison encore dans un cas d’urgence. C’est elle qui exerce le contrôle scientifique et technique du projet. Un dialogue direct s’établit très vite entre le maire et le conservateur régional des monuments historiques. Désigné comme expert juste après l’incendie, l’architecte en chef des monuments historiques chargé des Côtes-d’Armor dirige la mise en œuvre de mesures d’urgence dans les semaines qui suivent la catastrophe, avant d’être nommé maître d’œuvre de la restauration de l’église. Les mesures d’urgence sont guidées par le souci de sauvegarder ce qui reste de l’édifice, mais aussi, manifestement, d’emblée par l’éventualité d’une restauration à l’identique. On recherche en effet dans les décombres des éléments donnant encore des informations susceptibles d’être exploitées. En septembre 2018, soit plus de deux ans après le sinistre, et six mois après la réponse de l’assurance, l’architecte transmet à la commune et à la Drac son avant-projet de « restauration générale4 », document majeur du processus de décision. Validé par la Commission nationale des monuments historiques, il confirme que Notre-Dame-de-la-Merci sera reconstruite telle qu’elle était avant sa destruction. Le classement de l’édifice a donc été très certainement décisif. N’eût-elle pas été classée, le processus général eût certainement été moins fluide et la restauration peut-être engagée dans une autre voie.

Figure 7

Figure 7

Travaux en cours d’achèvement : le chœur de l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor) retrouve ses vitraux (Atelier Vitrail France), août 2021.

© Emma Goacolou (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).

20Attachée au statut de monument protégé, au processus général de décision, aux pratiques des conservateurs et architectes des monuments historiques, la déontologie en matière de restauration découle directement de la Charte d’Athènes (1931) et de la Charte de Venise (1964). En France, elle est très marquée par la pensée d’Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879), légitimant et encourageant les restitutions qui permettent de rétablir dans son état originel ce qui a été détruit ou altéré. Pour l’architecte en chef, cela se traduit par une connaissance très fine des parties disparues et à reconstruire, comme les charpentes anciennes auxquelles il consacre un long développement dans un article des Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-d’Armor (Amiot 2020 : 311-363). C’est sans doute cette même intention qui le fait dessiner un maître-autel identique à celui qui a été détruit par l’incendie, contre l’avis de la commission diocésaine d’art sacré qui aurait préféré un autel plus adapté aux offices d’aujourd’hui.

21L’enquête révèle à quel point ces règles de déontologie et cette culture professionnelle rencontrent la culture et la demande des habitants de Trémel. Pour le dire autrement, le souhait de voir l’église retrouver son aspect antérieur à l’incendie est pleinement compatible avec la démarche conduite par les professionnels du patrimoine. Et si les aspects financiers, juridiques et institutionnels jouent un rôle essentiel dans le processus de décision et de mise en œuvre, le choix de reconstruire à l’identique est donc très fortement corrélé au fort attachement à leur église qu’ont manifesté les Trémélois. Au-delà de sa fonction religieuse, Notre-Dame-de-la-Merci s’est pleinement imposée comme symbole de la communauté villageoise. La retrouver telle qu’elle était traduisait un réel besoin, au-delà encore d’un simple attachement. Même s’il n’y a pas eu réellement débat, le choix s’est imposé comme une décision partagée, portant autant sur le symbole que sur l’édifice lui-même.

Figure 8

Figure 8

Plusieurs Trémeloises autour de leur maire à l’occasion de l’une des nombreuses visites de chantier de l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor), entre 2019 et 2021.

© François Le Mat / reproduction Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine.

Et après ? Notre-Dame-de-la-Merci à l’heure de sa renaissance

22La catastrophe patrimoniale qu’a représentée l’incendie, le choix de reconstruire, les travaux : autant d’épreuves et d’étapes qui ont ponctué les années depuis 2016, et n’ont fait qu’affermir l’attachement des Trémelois, et plus largement des Trégorrois, à Notre-Dame-de-la-Merci. L’étude de l’Inventaire, la publication du livre photographique, l’étude dont il est ici question, la participation au chantier scientifique de Notre-Dame de Paris ont, elles aussi, au travers d’un changement d’échelle, contribué à renforcer leurs liens avec l’église.

23Celle-ci rouvre ses portes pour la première fois au public, en 2021, cinq ans après l’incendie, à l’occasion des Journées européennes du patrimoine. La restauration du gros œuvre est terminée, un peu moins de deux années après le début du chantier. Le 10 juillet 2022, six ans après l’incendie, la restauration est achevée et l’édifice accueille trois cents personnes pour sa consécration par l’évêque, suivie d’une inauguration civile. Le mois suivant, on y célèbre un mariage et deux baptêmes. Outre ces sacrements de la vie et des sépultures, les messes retrouvent leur rythme régulier, toutes les six semaines. « Cette église est guérie. Elle fédère les gens, ça a créé des liens. Cette église renvoie un message positif », déclare Cécile Auriac, maire de Trémel depuis 2020.

Figure 9

Figure 9

Neuf cents personnes sont venues visiter l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor) à l’occasion des Journées européennes du patrimoine de 2021.

© Emma Goacolou (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).

Figure 10

Figure 10

L’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor) retrouve sa splendeur d’antan. Vue, en septembre 2021, de la façade sud après les travaux de restauration.

© Emma Goacolou (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).

24L’édifice fait désormais l’objet d’une attention redoublée. L’association de sauvegarde y organise fréquemment des visites guidées. Notre-Dame-de-la-Merci a également été réintégrée au Circuit des chapelles du Trégor. L’église retrouve donc peu à peu ses habitudes, mais avec une place renforcée parce qu’« on ne mesure bien la valeur des choses que lorsqu’on les perd » (Thérèse Bourhis, maire de Trémel au moment de l’incendie). Le drame a soudé les Trémelois autour de leur implication dans une même épreuve et une même reconstruction. À tel point que l’association de sauvegarde et de mise en valeur de l’église a pour projet de créer un « espace mémoire de l’incendie » afin de garder trace de l’événement. La statue de saint Tugdual, noircie par les flammes et symbole martyr de l’histoire du lieu, y sera exposée.

Haut de page

Bibliographie

AMIOT Christophe, 2018, Côtes-d’Armor, Trémel, Église Notre-Dame-de-la-Merci, APS-APD, Restauration générale, septembre, archives de la conservation régionale des monuments historiques (CRMH), direction régionale de Affaires culturelles de Bretagne.

AMIOT Christophe, 2020, « L’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côte-d’Armor) », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-d’Armor. Histoire et archéologie, t. CXLVIII, Mémoires de l’année 2019, Saint-Brieuc, Société d’émulation des Côtes-d’Armor, p. 311-363.

LÉCUILLIER Guillaume & RÉGION BRETAGNE (photographies de Charlotte Barraud, Bernard Bègne & Délia Gaulin-Crespel), 2018, Trémel, Notre-Dame-de-la-Merci, Châteaulin, édition Locus Solus, coll. « Images Patrimoine ».

PROVOST Georges, 2013, « Une forme spécifique de territorialisation paroissiale : les chapelles de quartier bretonnes », in Bernard MERDRIGNAC, Daniel PICHOT, Louisa PLOUCHART & Georges PROVOST (dir.), La Paroisse, communauté et territoire. Constitution et recomposition du maillage paroissial, Rennes, Presses universitaires de Rennes. Disponible en ligne, https://books.openedition.org/pur/133053?lang=fr [lien valide en janvier 2024].

Sitographie

« L’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel », sur le site de l’Inventaire du patrimoine culturel en Bretagne : https://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/eglise-notre-dame-de-la-merci-tremel/e0f415aa-9dba-41b5-a9cf-4988f41829d9 [lien valide en janvier 2024].

« Témoignages de l’incendie et de la reconstruction de Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel », sur le site de l’Inventaire du patrimoine culturel en Bretagne : https://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA22132306_07.pdf [lien valide en janvier 2024].

Haut de page

Notes

1 L’étymologie de Trémel renvoie à l’association des mots bretons « treb » et « mael » : la « trève » de Maël, le « prince ». L’organisation en trève participe pleinement de la stratégie d’implantation de l’Église en Bretagne. Dotée d’un prêtre et succursale d’une paroisse, l’église tréviale a la possibilité d’attribuer les sacrements au plus près de chacun sur un territoire à l’habitat très dispersé. Elle bénéficie d’une très large autonomie : messes dominicales, baptêmes, mariages et enterrements s’y déroulaient sans tutelle paroissiale (Provost 2013).

2 Voir en ligne le dossier réalisé par Guillaume Lécuillier, chargé d’études d’Inventaire du patrimoine, Région Bretagne : https://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/eglise-notre-dame-de-la-merci-tremel/e0f415aa-9dba-41b5-a9cf-4988f41829d9 [lien valide en janvier 2024].

3 Sa synthèse est consultable sur https://patrimoine.bretagne.bzh/ en annexe du dossier d’Inventaire de l’édifice : https://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA22132306_07.pdf [lien valide en janvier 2024].

4 AMIOT Christophe, Côtes-d’Armor, Trémel, Église Notre-Dame-de-la-Merci, APS-APD, Restauration générale, septembre 2018, Archives de la Conservation régionale des monuments historiques, Direction régionale de Affaires culturelles de Bretagne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende L’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor) avant l’incendie, 2014.
Crédits © Bernard Bègne (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 2
Légende Détail des riches décors intérieurs de l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor). Ici la jonction entre un entrait à engoulant et une sablière sculptée, 2014.
Crédits © Bernard Bègne (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2498/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Figure 3
Légende Ouvrage réalisé en 2018 par la Région Bretagne, inscrit dans une approche résolument sensible, croisant des photographies réalisées après l’incendie avec d’autres réalisées avant, lors de l’enquête de l’Inventaire.
Crédits © Charlotte Barraud (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2498/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Figure 4
Légende Le 21 juin 2016, aux alentours de 18 h, l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor) prend feu. La façade sud est ravagée par les flammes, une épaisse fumée s’échappe de la toiture.
Crédits © François Le Mat / reproduction Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2498/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Figure 5
Légende Après le drame vient le temps de constater les dégâts causés par les flammes. Intérieur de l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor), le 21 juin 2016.
Crédits © Joël Le Jeune (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2498/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Figure 6
Légende Travail de charpenterie en cours (Ateliers Perrault) dans la chapelle sud de l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor), avril 2021.
Crédits © Charlotte Barraud (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2498/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Figure 7
Légende Travaux en cours d’achèvement : le chœur de l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor) retrouve ses vitraux (Atelier Vitrail France), août 2021.
Crédits © Emma Goacolou (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2498/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Figure 8
Légende Plusieurs Trémeloises autour de leur maire à l’occasion de l’une des nombreuses visites de chantier de l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor), entre 2019 et 2021.
Crédits © François Le Mat / reproduction Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2498/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 9
Légende Neuf cents personnes sont venues visiter l’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor) à l’occasion des Journées européennes du patrimoine de 2021.
Crédits © Emma Goacolou (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2498/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Figure 10
Légende L’église Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor) retrouve sa splendeur d’antan. Vue, en septembre 2021, de la façade sud après les travaux de restauration.
Crédits © Emma Goacolou (Région Bretagne – Service de l’Inventaire du patrimoine).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2498/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emma Goacolou et Garance Girard, « Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel (Côtes-d’Armor) »In Situ. Au regard des sciences sociales [En ligne], 4 | 2024, mis en ligne le 19 février 2024, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/insituarss/2498 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insituarss.2498

Haut de page

Auteurs

Emma Goacolou

Chargée de mission patrimoine et éducation artistique et culturelle, association Adichats, Villandraut
emmagoacolou@yahoo.fr

Garance Girard

Chargée d’études d’Inventaire, région Bretagne, service de l’Inventaire du patrimoine culturel, Rennes
garance.girard@bretagne.bzh

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search