Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Saisir le moment de la catastropheL’incendie de l’hôtel de ville de...

Saisir le moment de la catastrophe

L’incendie de l’hôtel de ville de Lyon en 1674

Construction textuelle et iconographique d’une rhétorique de la perte
The Fire at the Town Hall of Lyons in 1674. Textual and Iconographic Construction of a Rhetoric of Loss
Gilles Soubigou

Résumés

Les représentations de sinistres affectant un monument remarquable, notamment les incendies, constituent presque un sous-genre spécifique de la peinture de paysage, pourtant très peu étudié en tant que tel. À travers une étude de cas – les deux seules représentations connues de l’incendie qui détruisit le nouvel hôtel de ville de Lyon le 13 septembre 1674 et une archive municipale qui le décrit de façon très complète – cet article propose d’étudier les solutions iconographiques qui se mettent en place au xviie siècle pour représenter ce type d’événements, entre grandes vues en perspective cavalière et paysages naturalistes issus de la tradition picturale nordique. Il entend démontrer que c’est à cette époque, et à travers ce type de textes et d’images, que se met en place ce que l’on peut appeler une « rhétorique de la perte », à la fois verbale et visuelle, qui s’est durablement implantée et dont nous sommes les héritiers directs. Cette rhétorique de la perte contribuait et contribue encore à nourrir l’expression du traumatisme et les déclarations de deuil qui se manifestent lors des grandes catastrophes patrimoniales par lesquelles une communauté se sent dépossédée d’un trésor architectural qui contribue à la définir, jusqu’à l’ériger en ce que Dominique Poulot appelle un « lieu de l’émotion mémorialisée ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut citer les publications régulières, depuis la fin des années 1980, sur les châteaux françai (...)

1À partir du moment où un édifice devient un monument – dès sa création parfois, ou au terme d’un processus plus ou moins long d’incarnation –, il devient concomitamment un objet de représentation pour les artistes à diverses étapes de son existence monumentale, ce qui peut également inclure le temps de sa destruction, totale ou partielle. L’iconographie des édifices disparus est à ce titre essentielle pour leur étude rétrospective, plusieurs travaux récents l’ont montré1. Elle nous informe également sur les modifications, les transformations subies par certains édifices au cours de leur longue histoire. Parfois, les causes ponctuelles de certaines de ces évolutions sont aussi représentées : ce sont les figurations des grands sinistres qui affectent des monuments insignes, et ont laissé une trace dans les mémoires.

2Le présent article n’a pas l’ambition de dresser un état des lieux du sujet complexe, et à notre connaissance très peu traité, de l’iconographie de la destruction patrimoniale dans la peinture et la gravure, au moins depuis la Renaissance. Nous avons en revanche souhaité nous consacrer à une étude de cas pour laquelle nous possédons à la fois un récit précis et détaillé de la catastrophe qui a affecté un monument précis, et de représentations visuelles contemporaines de ce même événement conservées dans des collections publiques, susceptibles de l’éclairer.

3Nous avons choisi l’incendie qui a ravagé, le 13 septembre 1674, le tout nouvel hôtel de ville de Lyon, inauguré seulement deux ans auparavant. Ce sinistre, qui a causé des dégâts irréversibles sur un bâtiment public toujours existant, a été à l’origine d’un véritable traumatisme patrimonial, même si l’usage de ce terme peut au premier abord sembler quelque peu anachronique.

L’hôtel de ville de Lyon, un monument public

  • 2 Les principales références sur l’historique de ce bâtiment sont : Desjardins (1861 et 1867) ; Roch (...)

4Nous disposons de sources importantes et d’études assez complètes pour retracer l’histoire de cette « Maison de Ville2 », fruit d’un projet ancien et concerté, à l’échelle d’une cité qui, au milieu du xviie siècle, compte environ 50 000 habitants. Entre 1320 et 1790, le pouvoir municipal à Lyon est exercé par un consulat, formé de représentants de l’élite de la bourgeoisie de la ville. Depuis l’édit de Chauny, rendu par Henri IV en décembre 1595, le consulat de Lyon est plus précisément formé, sur le modèle de celui de Paris, de quatre échevins, magistrats municipaux élus tous les deux ans par les assemblées des maîtres de métier et des terriers, sous la présidence du prévôt des marchands, dont la nomination est approuvée par le roi. Pour se rassembler, ces échevins, aussi appelés « consuls », occupent longtemps des lieux préexistants et peu adaptés, successivement la chapelle Saint-Jacques de l’église Saint-Nizier, puis la maison de Charnay (actuelle rue de la Fromagerie), l’hôtel de Milan, rue Grenette, enfin l’hôtel de la Couronne, ancienne rue Vaudran (actuel musée de l’Imprimerie).

  • 3 Cité dans Rochex (1911 : 6).
  • 4 Israël Silvestre, Vueuë et perspective de la Maison de Ville de Lion, du costé du jardin, 1652, gr (...)

5La construction d’un vaste hôtel de ville digne de l’une des plus grandes cités du royaume avait été décidée par la délibération du 4 janvier 1646 du consulat, cherchant alors clairement à affirmer un pouvoir municipal pourtant affaibli par l’ingérence croissante du pouvoir royal. Les consuls lyonnais avaient exprimé en cette occasion leur souhait de disposer d’un « beau bastiment convenable à la grandeur de la cité », à construire, précisaient-ils, sur la place du Temple « jouxte de celle des Terreaux3 ». Le chantier avait été confié à Simon Maupin (v. 1590-1668), architecte voyer de la ville. Après l’approbation des plans par le roi le 8 mai 1645, la pose de la première pierre avait eu lieu le 5 septembre 1646. La nouvelle façade du corps de logis principal, donnant sur la place des Terreaux, avait été achevée en 1652. Cette façade, dont il sera ici beaucoup question, est bien connue par plusieurs gravures du temps, notamment celle de Caspar Merian (1627-1686), publiée avant l’achèvement des travaux, et celle d’Israël Silvestre (1621-1691), datée de 16524. Le corps de bâtiment flanqué de deux pavillons était couvert d’une haute toiture à double pente, ornée de plombs sculptés et dorés. L’avant-corps central se terminait par un fronton frappé des armoiries du royaume de France, surmonté de grands trophées. Les pavillons latéraux étaient pour leur part sommés de fleurs de lys en plomb, dorées. Au-dessus de cette façade s’élevait un beffroi renfermant un campanile. Derrière cette façade et le corps de bâtiment principal, qui abritait le grand degré, les salons et une chapelle, s’étendait une vaste construction quadrangulaire organisée autour de deux cours intérieures établies sur des niveaux différents, séparées par une aile basse reliant deux pavillons, intégrant en son centre une fontaine et un bassin. Un jardin à la française s’ouvrait ensuite à l’est de l’édifice.

Figure 1

Figure 1

Cette vue en plan et en perspective du projet du nouvel hôtel de ville de Lyon montre l’ampleur de cette construction installée sur un terrain formé par le comblement d’anciens fossés des murailles de la ville. Perspective et portail de la Maison de Ville de Lyon, Caspar Merian (d’après Simon Maupin) 1647, gravure à l’eau-forte rehaussée à l’aquarelle, 28,5 x 37,8 cm, publiée dans Topographia Galliae, Martin Zeiller, Matthaeus Merian, Francfort, 1655-1661, conservé à la Bibliothèque nationale de France (GE D-6004).

Reproduction https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b84449438 [lien valide en décembre 2023].

6Le gros œuvre avait été suivi de longs travaux de décoration, les décors intérieurs monumentaux ayant été confiés au peintre français Thomas Blanchet (1614-1689), que l’on avait fait venir de Rome en mars 1655 (Galactéros de Boissier 1991). Extrêmement célébrées par les contemporains, ces peintures constituaient certainement un décor civil majeur, à l’échelle de Lyon mais aussi à celle du royaume de France tout entier, en cette fin du xviie siècle. D’inspiration romaine, ce décor exprimait la maturité de l’art de ce peintre, élève de Simon Vouet, proche de Charles Le Brun, et qui avait médité à Rome la leçon de Carrache et de Pierre de Cortone. Le programme avait été conçu en collaboration avec le jésuite Claude-François Ménestrier (1631-1705), et avait été pensé pour célébrer la grandeur de Lyon à travers l’histoire, en exprimant une continuité du poids politique de la ville, depuis son statut originel de capitale des Trois Gaules, jusqu’à la période contemporaine.

7Ce monument remarquable pouvait être considéré comme complètement terminé en 1672, soit, nous l’avons dit, deux ans seulement avant l’incendie qui fait l’objet de la présente étude.

L’incendie de l’hôtel de ville de Lyon le 13 septembre 1674, une catastrophe « patrimoniale » ?

  • 5 Archives municipales de la Ville de Lyon, BB 230, registre des actes consulaires, in-folio, 155 fe (...)

8Nous connaissons remarquablement bien la date, l’heure et le déroulé de ce sinistre, grâce à un compte rendu de quatre pages figurant dans le registre des délibérations du consulat, à la date du 17 septembre 16745.

9Le contenu de cette archive, dont nous donnons en annexe la transcription, nous apprend que l’incendie s’est déclaré en plein jour, le jeudi 13 septembre, précisément entre midi et une heure. Ce sont des officiers et domestiques, logés dans le bâtiment communal, qui observent les premiers une épaisse fumée s’élevant au-dessus des toits de l’édifice. Peu de temps après, c’est une grande flamme que les témoins voient s’élever entre la toiture de l’escalier monumental, côté sud, et le dôme de l’horloge, au centre de la façade principale. Le mois d’août ayant été très chaud et sec, est-il précisé, l’incendie s’alimente très facilement et les flammes s’étendent rapidement au pavillon sud.

  • 6 Archives municipales de Lyon, registre des actes consulaires, cote BB230, fol. 141.

10Les archives mentionnent le « grand secours » très vite apporté par « un grand nombre d’habitants de toute sorte de qualités et âge qui travaillèrent au péril même de leur vie à arrêter cet incendie ». Une délibération un peu plus tardive, en date du 27 décembre, mentionne « plus de trois mille personnes qui ont accouru et contribué au secours de l’hôtel de ville […] tant maçons, charpentiers qu’autres ouvriers et habitants de ladite ville6 ».

  • 7 Cette fontaine fut remplacée en 1698 par une autre représentant un dragon en bronze. Plusieurs fon (...)

11Les représentations postérieures montrent en effet ces volontaires, dressant des échelles le long des façades et apportant de l’eau dans des seaux. Cette eau était puisée directement à la fontaine de la place des Terreaux, située devant la façade. Cette fontaine, aujourd’hui disparue, commémorant la paix des Pyrénées (1659) et ornée des armoiries de son commanditaire, l’archevêque Camille de Neufville de Villeroy (1606-1693), primat des Gaules de 1653 à 1693, avait remplacé une fontaine pyramidale de 1649, déplacée dès 16617. La délibération du 27 décembre décide aussi des indemnités pour deux commis secrétaires qui avaient sauvé des registres et des papiers officiels, ce qui pourrait être un élément représenté dans la gravure de l’événement, dans laquelle figure un personnage qui porte une cassette métallique typique de celles dans lesquelles on enserrait des papiers importants.

  • 8 Une délibération du 29 septembre (Archives municipales de Lyon, registre des actes consulaires, co (...)

12L’embrasement n’est toutefois pas jugulé par ces efforts méritoires ; il finit par provoquer la chute des cloches8 et un effondrement partiel du dôme de l’horloge avant qu’un changement de vent embrase les pavillons du côté nord. L’incendie est finalement vaincu, d’une part par la décision d’abattre la charpente de la salle des archives, ce qui empêche le feu de s’étendre au reste de l’édifice, et d’autre part par la pluie, pour laquelle le consulat, pieusement, « remercie la divine Providence ».

  • 9 Archives municipales de Lyon, registre des actes consulaires, cote BB230, fol. 144.

13Certainement significatif, le bilan humain n’est pas précisément connu. La délibération du 17 septembre exprime la volonté de « récompenser ce grand nombre d’ouvriers et de pauvres habitants qui ont contribué auxdits secours, faire conduire à traiter dans les hôpitaux les blessés, assister les veuves et enfants des morts ». Celle du 27 décembre mentionne seulement les « veuves et enfants de plusieurs desdits ouvriers et habitants qui ont été estropiés, d’autres brûlés et enveloppés dans ledit incendie […] », et précise que des subsides leur seront accordés9.

  • 10 La description la plus détaillée de ce décor se trouve dans Claude-François Ménétrier, Éloge histo (...)
  • 11 Le salon de la Nomination (actuel salon Henri IV) se trouve dans la continuité de la Grande Salle, (...)
  • 12 En 1745, d’Argenville le signale déjà comme détérioré (Dézallier d’Argenville, 1745, Abrégé de la (...)

14De fait, le bilan humain n’est pas le premier souci des consuls lorsqu’ils rédigent leur délibération. C’est en réalité le bilan artistique qui concentre l’essentiel des regrets, dans une première manifestation d’une véritable rhétorique de la perte. La continuité discursive du décor de l’édifice, dont nous avons souligné l’extrême cohérence, est effectivement amputée de manière irrémédiable lors de l’incendie de 1674, et reste aujourd’hui encore très altérée. Une partie est entièrement détruite, le reste étant fortement endommagé. Le feu a fait entièrement disparaître la Grande Salle et son plafond dont on sait, notamment grâce à un modello conservé au musée des Beaux-Arts de Lyon, qu’il figurait le Temple d’Auguste bâti par les soixante nations gauloises. Les murs de la Grande Salle ont également disparu, avec leurs décors qui représentaient la fondation de Lugdunum en 43 av. J.-C. par Lucius Munatius Plancus, et le rattachement de Lyon à la couronne de France sous Louis X, dit le Hutin10. Disparaissent aussi les portraits royaux accrochés qui y étaient visibles. L’incendie a aussi endommagé les décors de la salle des Archives, de la salle de la Nomination11, et surtout du Grand Escalier, dont le programme iconographique était consacré, il y a là une certaine ironie, au grand incendie de Lyon sous le règne de Néron12.

Figure 2

Figure 2

Cette esquisse de Thomas Blanchet pour le décor du plafond de la Grande Salle de l’hôtel de ville de Lyon permet de se faire une idée de la qualité de ce décor, disparu lors de l’incendie de 1674. Le Temple d’Auguste (modello pour la grande salle de l’hôtel de ville de Lyon), Thomas Blanchet, 1655, huile sur toile, 68 x 147 cm, conservée au musée des Beaux-Arts, Lyon (inv. A 3017).

Reproduction Alain Basset (musée des Beaux-Arts de Lyon).

Une peinture et une gravure

15L’incendie de 1674 est un événement qui donne également lieu à des représentations visuelles. L’une est une huile sur toile anciennement conservée dans la collection d’Émile Leroudier (1870-1937), dessinateur de soieries et conseiller municipal de Lyon, qui en fait don au musée Gadagne de Lyon en 1926. L’autre est une gravure au burin dont on ne connaît qu’un seul et unique tirage, anciennement dans la collection de Paul Dissard (1852-1926), conservateur des monnaies et médailles au musée des Beaux-Arts de Lyon, et achetée à sa vente après décès par la Société des Amis du musée Gadagne qui en fait don au musée en 1929. Bien qu’elles soient toutes deux anonymes et non datées, l’existence de ces images n’en est pas moins l’indice probant d’une volonté précoce de « faire mémoire » de cet événement.

Figure 3

Figure 3

Toile dans le goût nordique, entrée dans les collections du musée Gadagne en 1926 lors du don de la collection Leroudier, il s’agit de la seule peinture connue représentant le sinistre de 1674. Incendie de l’hôtel de ville de Lyon en 1674, auteur inconnu, s. d. (fin du xviie s.). Huile sur toile, 32 x 51,5 cm, conservée au musée Gadagne, Lyon (inv. MG N 22).

Reproduction musée Gadagne.

Figure 4

Figure 4

Il s’agit du seul tirage connu de cette gravure au burin exécutée sans doute peu de temps après l’incendie de 1674 et dont la composition et les détails sont en parfaite adéquation avec les témoignages d’archive. Representation deplorable de l’incendie de la Salle Horloge & le pavillon de L’hostel de Ville de Lion, Anonyme, s. d. Gravure au burin, 30,5 x 40,4 cm, conservée au musée Gadagne, Lyon (inv. N 748).

Reproduction musée Gadagne.

16La toile comme la gravure, produites sans doute peu de temps après l’incendie, se composent exactement de la même manière. Le sinistre est représenté à l’arrière-plan, qui montre la façade sur la place des Terreaux en feu, le premier plan étant occupé par une grande frise de personnages qui expriment la variété des réactions de la population.

17Ces figures qui définissent un « paysage animé » jouent un rôle, traditionnel en iconographie, d’introduction du spectateur dans la composition ; elles le prennent à témoin – parfois en le regardant directement – ou lui tournent le dos, ce qui leur confère un anonymat qui fonctionne comme une sorte de vecteur d’universalité par lequel le regardeur peut s’identifier. Elles constituent aussi une déclinaison de deux éléments importants : la variété des classes sociales présentes lors du sinistre, et la diversité des réactions humaines face à la catastrophe en cours.

18Pour ce qui est des classes sociales, elles sont extrêmement brassées. L’iconographie confirme les données des archives consulaires, qui font état d’une grande affluence de 3 000 personnes, tant de gens du peuple – ouvriers, « pauvres habitants », charpentiers, maçons – que d’officiels : le prévôt des marchands, les échevins, des bourgeois, le lieutenant du gouverneur, des « gens du roi ». Tant la peinture que la gravure mettent en avant des piquiers ou des hallebardiers, dont la présence n’est pas neutre. Il s’agit en effet des « pennons de Lyon », milice bourgeoise instituée au xiiie siècle et qui, au xviie siècle, joue toujours un rôle de vigile dans les différents quartiers de la ville : surveillance des portes, réalisation de rondes, lutte contre l’incendie, mais aussi participation au décorum des grands événements de la vie municipale, comme les entrées royales par exemple. Le contingent de chaque quartier se regroupait sous une bannière, drapeau réservé primitivement aux chevaliers, et était désigné sous le terme de « pennonage », souvent avec une bannière pour plusieurs pennons.

19Les réactions dépeintes dans ces deux images sont, quant à elles, de plusieurs ordres. Si on laisse de côté les figurations des secours, déjà abordées, il est possible de se concentrer sur les réactions des témoins plus passifs de l’incendie. En effet, les représentations visuelles montrent un aspect qui n’est pas présent dans les sources d’archives : une foule de curieux qui s’assemblent sur le lieu de l’incendie, et qui regardent, en manifestant des sentiments variés par une rhétorique muette faite d’expressions, de gestes, et de déclinaisons du pathos. On observe d’abord des postures de panique : personnages courant, les bras levés, dans différentes directions, et dont le caractère inorganisé contraste avec l’apparence de ceux puisant de l’eau ou dressant des échelles. On remarque aussi des gestes de monstration, qui désignent l’incendie, pointent le sinistre. On voit encore des figures conversant. Elles sont plus statiques – soit elles marchent soit elles sont immobiles – et elles échangent, discutent, se montrent aussi l’incendie pour, de façon évidente, le commenter. Les personnages féminins dominent, et certaines de leurs postures reflètent une émotion, une « grande pitié », un choc. Ce sont des images d’un rassemblement unanime, d’une communion dans la douleur, d’une émotion collective, immédiate, parallèle à la mobilisation dynamique et à l’engagement. C’est l’ensemble de la ville qui est meurtri par la catastrophe, toutes classes sociales confondues, tous âges confondus, tous sexes confondus.

20Cette rhétorique de la perte croise ce que l’on trouve dans les archives, et est confirmée par la lettre de la gravure, très développée, qui occupe un grand cartouche dans la partie supérieure gauche de la composition :

  • 13 Lairrer : laisser (terme vieilli).

Representation deplorable de l’incendie de la Salle Horloge & le pavillon
de L’hostel de Ville de Lion, arrivé le 13 7bre 1674 le reste par les grands
soins de Mrs. les Prévots des marchans & Eschevins & pront secours de la populace à esté Sauvé.
Quand le Ciel offencé bruslera tout le monde
Sans Souffrir le secours de la Terre et de L’onde
Alors il sechera le torrent de nos pleurs
Et ne permettra pas de plaindre nos malheurs :
Mais ce devorant feu qui fist un Sacrifice
De ce manifique hostel, de ce riche edifice
Le lairra13 regretter a cent peuples divers
Comme estant un precis de ce grand Univers. 

21Ce texte, la peinture, la gravure et les archives convergent vers un discours univoque, qui attire l’attention moins sur la dégradation d’un symbole du pouvoir consulaire que sur la destruction d’un bâtiment source d’intense fierté et, plus encore, sur la disparition des œuvres d’art qu’il renferme, dans leur dimension universelle (« un précis de ce grand Univers »). Une véritable émotion esthétique est convoquée – ici il est question du « torrent de nos pleurs » – à travers une rhétorique verbale et visuelle qui est celle de la perte (« lairra regretter »). Et en ceci réside une réelle innovation, qui se produit précisément en cette seconde moitié de xviie siècle, notamment en ce qui concerne le traitement iconographique de ce type d’événement.

Réflexions iconographiques : représentations documentaires ou représentations stéréotypées ?

  • 14 Kerstiaen de Keuninck, L’Incendie de Troie, 1627, huile sur panneau, 47,4 x 72 cm, Châlons-en-Cham (...)
  • 15 Jacob Jacobsz de Wet, L’Incendie de Sodome et Gomorrhe, v. 1680, huile sur toile, Darmstadt, Hessi (...)
  • 16 Hubert Robert, L’Incendie de Rome, v. 1771, huile sur toile, 75,5 x 93 cm, Le Havre, MuMa (inv. 22 (...)

22Il faut d’abord rappeler que, en termes d’iconographie classique, la représentation des incendies est assez normée et ce depuis longtemps, c’est-à-dire, sans même parler de la peinture antique ou des enluminures médiévales, depuis au moins l’invention du paysage naturaliste, à la fin du xve siècle. Une rhétorique visuelle se met très tôt en place dans des représentations bibliques, mythologiques ou historiques, qui est celle de la terreur sacrée, finalement non pas tant face à l’événement lui-même que face à ses causes : la colère des divinités ou la folie des hommes. Elle se traduit par des grappes de personnages fuyant de manière désordonnée les lieux du sinistre, bien visibles dans des représentations de la chute de Troie, comme chez Kerstiaen de Keuninck en 162714, ou de l’incendie de Sodome et Gomorrhe, comme chez Jacob Jacobsz de Wet vers 168015, ou encore de l’incendie de Rome sous Néron, qui a par exemple inspiré Hubert Robert en 177116. Toutefois, parallèlement à ces figurations très codifiées, apparaissent des images d’incendies contemporains qui obéissent à d’autres règles. Deux traditions nous semblent coexister, en tous les cas à l’époque où travaillent les artistes anonymes qui ont montré l’incendie de l’hôtel de ville de Lyon dans la seconde moitié du xviie siècle.

23La première est celle des compositions en perspective cavalière, centrées sur un ou plusieurs édifices. Ces vues topographiques de bâtiments observés en surplomb, avec de forts raccourcis, sont bien présentes dans les grands décors peints du xviie siècle, composant souvent des galeries idéales des possessions d’un prince, d’un prélat ou d’un ordre religieux (Soubigou 2021 : 17-18). Certaines de ces vues représentent des incendies. L’une des plus impressionnantes est celle de l’incendie du palais-monastère de l’Escurial. La vue en perspective cavalière, par un artiste anonyme, permet de rendre compte de l’étendue de l’incendie qui ravage le bâtiment. Aucune figure de badauds ici, mais plutôt une insistance sur la dimension religieuse conférée à l’événement, puisqu’une imposante procession tourne autour du bâtiment alors même que l’incendie fait rage et que des moines, piégés par les flammes, appellent au secours depuis les fenêtres de leurs cellules.

Figure 5

Figure 5

Le palais-monastère de l’Escurial a connu plusieurs incendies, celui du 7 juin 1671 étant sans doute le plus célèbre. Ici aussi, une source d’archive – le récit du frère archiviste Juan de Toledo – permet de confronter une image à un récit détaillé qui la corrobore. Incendio del Monasterio de El Escorial en 1671, auteur inconnu, s. d. (xviie s.). Huile sur toile, 106 x 166 cm, conservée au Museo nacional del Prado, Madrid (inv. P004012).

Reproduction Museo nacional del Prado, Madrid.

  • 17 Jan Doudijn, Brand van de Nieuwkerk [en 1568], s. d. (av. 1585), huile sur toile, 133 x 96,5 cm, D (...)

24D’autre part, parmi les paysages descriptifs et naturalistes typiques de la production néerlandaise du Siècle d’or, les vues urbaines (stadsgezichten) et les vues architecturales (architectuurwerken) occupent une place importante. Les paysages urbains néerlandais se caractérisent par leurs perspectives savantes et leur travail pictural sur le rendu atmosphérique, tandis que des personnages de petite taille animent la composition et, loin d’être purement anecdotiques ou insignifiants, contribuent à en préciser le sens social. Ces vues de villes sont le reflet de la situation socio-économique des Pays-Bas au xviie siècle, société urbaine et marchande en pleine expansion qui exprime sa richesse et sa puissance dans des constructions – églises, halles, hôtels de ville – souvent monumentales et scrupuleusement reproduites par les artistes. Au sein de ce genre, un sous-genre pertinent pour notre propos est celui de la représentation d’incendies (brand), souvent nocturnes. Si certaines de ces compositions sont de pure fantaisie (incendies de villages anonymes, de fermes ou de petits moulins), d’autres illustrent des événements bien documentés et la destruction d’édifices majeurs, souvent des églises ou des constructions publiques. Dès la fin du xvie siècle, Jan Doudijn peint L’incendie de l’église nouvelle de Dordrecht, œuvre donc exécutée un siècle avant le tableau de Lyon17. On y retrouve la composition bipartite et les figures du premier plan, mêlant bourgeois – cette fois de véritables portraits – et classes populaires, sauveteurs et simples témoins ou badauds. Toutefois, ce type de composition reste très rare avant la seconde moitié du xviie siècle, et se généralise précisément à cette période. Certains artistes se spécialisent dans ces productions, comme Jan Van der Heyden (1637-1712). Peintre et dessinateur néerlandais – il fut également pompier et inventeur de nouveaux dispositifs de lutte contre l’incendie – il se spécialisa dans la représentation des villes en feu. Il illustra ce que l’on considère aujourd’hui comme le premier manuel de lutte contre les incendies, le Branspuiten-boek (littéralement « Livre des lances d’incendies »), paru en 1690. La gravure de l’incendie de l’Oude Stadhuis – l’hôtel de ville – d’Amsterdam en 1652 présente, par exemple, de fortes correspondances avec les œuvres lyonnaises dont, rappelons-le, nous ne connaissons pas précisément la date d’exécution.

Figure 6

Figure 6

Le peintre néerlandais Jan Van der Heyden était aussi pompier, ingénieur en hydraulique et inventeur (il perfectionna la lance à incendie en 1672). Les gravures de sa Beschryving der nieuwlijks inherent en geoetrojeerde slang-brand-spuiten en haare wijze van brand-blussen tegenwoordig binnen Amsterdam (Description des engins d’incendie récemment inventés et brevetés avec les lances à eau et les méthodes de lutter contre le feu aujourd’hui en usage à Amsterdam), publiée en 1660 et conservée aux archives municipales d’Amsterdam, incluent des représentations d’incendies comme celui de l’ancien hôtel de ville d’Amsterdam en 1652. L’Incendie de la Maison de Ville d’Amsterdam qui brula entièrement le 7 juillet 1652, Jan Van der Heyden, s. d. (v. 1695).

Reproduction archives municipales d’Amsterdam.

25On retrouve des réalisations similaires dans le proche domaine flamand. Ainsi, exactement la même année que l’hôtel de ville de Lyon, le palais ducal du Coudenberg, à Bruxelles, brûle. Le peintre Gillis van Auwerkerken représente l’événement en mêlant, lui aussi, divers niveaux de réactions : secours, surtout militaires dans ce cas précis, panique, consternation, mais aussi figures accoudées à une balustrade, à droite de la composition, qui contemplent l’incendie d’un bâtiment qui n’est cette fois pas un édifice public, mais princier.

Figure 7

Figure 7

Le palais ducal du Coudenberg était le palais des ducs de Brabant à Bruxelles, qui fut touché par plusieurs incendies. Si celui de 1674, ici représenté, toucha surtout l’aile des cuisines, celui de 1731 réduisit le bâtiment en ruines. Incendie au palais ducal au Coudenberg en 1674, Gillis van Auwerkerken (attr. à), vers 1674. Huile sur toile, 91,5 x 120,7 cm, conservée au musée de la Ville de Bruxelles – Maison du Roi (inv. K.1978.1).

Reproduction musée de la Ville de Bruxelles – Maison du Roi.

26Il en va différemment avec un tableau de Theodore van Heil (1635-ap. 1695), sans doute celui qui présente le plus de similitudes avec les œuvres lyonnaises. L’événement est très similaire : en 1690, sur la Grand-Place de Bruxelles, à proximité de l’hôtel de ville, que l’on reconnaît à gauche de la composition, un incendie détruit la maison dite de la Louve, siège de la confrérie des archers. Dans ce tableau aussi le peintre met, au premier plan, l’accent sur les émotions du « public », qui forme des attroupements, avec une gamme variée de réactions : curiosité, incrédulité, tristesse, abattement, parfois velléités d’action (par opposition à l’action elle-même).

Figure 8

Figure 8

La maison de la Louve (De Wolf), toujours visible aujourd’hui sur la Grand-Place de Bruxelles, a brûlé à deux reprises en 1690 et en 1695, et fut à chaque fois rebâtie. Incendie de la maison de la Louve à Bruxelles en 1690, Theodor van Heil, s. d. (fin xviie siècle). Huile sur toile, 74 x 116 cm, conservée aux musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles (inv. 223).

Reproduction musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

27La diffusion de ces œuvres néerlandaises par la gravure, d’une part, et la circulation des artistes, d’autre part, explique que ce type de compositions se retrouvent ailleurs. L’exemple le plus fameux reste le grand incendie (Great Fire) de Londres de septembre 1666, toile probablement réalisée par un artiste néerlandais installé en Grande-Bretagne. Il s’agit d’une peinture dans le goût hollandais, qui représente plusieurs monuments majeurs de la ville – on reconnaît la tour de Londres à droite – et dont le premier plan est occupé par une foule paniquée qui fuit le brasier.

Figure 9

Figure 9

Le Grand Incendie de Londres est l’un des plus célèbres de l’histoire moderne. Entre le 2 et le 5 septembre 1666, il détruisit 13 200 maisons, 87 églises et la cathédrale Saint-Paul, que l’on voit brûler au centre de ce tableau. Le journal de Samuel Pepys est une source précieuse d’informations sur ce sinistre d’une ampleur qui frappa les contemporains. The Great Fire of London, auteur inconnu, toile non signée, 1675. Œuvre, 27 x 46,3 cm, conservée au Museum of London (inv. 95 313).

Reproduction Museum of London.

  • 18 Louis de Caullery, Feu d’artifice au Château San-Angelo, s. d. (début xviie), huile sur cuivre, 48 (...)
  • 19 Pierre-Jacques Volaire, L’éruption du Vésuve vue de l’Atrio del Cavallo, v. 1780, huile sur toile, (...)

28Cette construction de l’espace et de la narration dans les scènes d’incendies, qui intègrent souvent des curieux, des badauds et des témoins, existe aussi, iconographiquement, et ce au moins dès le début du xviie siècle, mais dans d’autres types de paysages nocturnes qui donnent à voir non pas des catastrophes, mais des spectacles, et particulièrement ces spectacles qui mettent en scène le feu de nuit, à savoir les feux d’artifice. On retrouve ainsi ces avant-plans occupés par des figures conversant, ou tournant le dos au regardeur, dans les images de Louis de Caullery18 qui, dans les années 1600-1610, représente le feu d’artifice qui était organisé chaque année à Rome au château Saint-Ange, la célèbre « girandole » qui célébrait le Lundi de Pâques, mais aussi la fête de Pierre et Paul (le 29 juin). Une composition similaire se remarque dans une célèbre toile, parfois attribuée à Hubert Robert, représentant un des feux d’artifice donnés sous le règne de Louis XIV dans les jardins de Versailles, où s’observent des postures de curiosité, mais une émotion limitée. On retrouve les mêmes choix iconographiques dans des figurations d’éruptions volcaniques, telles que développées par exemple par le chevalier Volaire dans les années 1770-178019. Dans ce cas précis, l’esthétique du sublime, plus tardive, suscite de nouveaux sentiments : accablement devant ce qui est plus grand que l’homme, force du feu qui émerveille et qui abat à la fois les spectateurs.

Figure 10

Figure 10

Cette toile représente un feu d’artifice donné devant le roi Louis XIV, de dos au centre, à Versailles, sur le Grand Canal. On connaît plusieurs feux d’artifice tirés à cet emplacement, notamment celui donné le 18 août 1674 pour célébrer la seconde conquête de la Franche-Comté. Feu d’artifice donné à Versailles par Louis XIV, Anonyme, s. d. Huile sur toile, 40,5 x 59,5 cm, conservée au musée Lambinet, Versailles (inv. 2579).

Reproduction musée Lambinet, Versailles.

  • 20 J. M. W. Turner, L’Incendie de la Chambre des lords et des communes (The Burning of the Houses of (...)

29On peut donc avancer, à la lumière de ces comparaisons, que se met en place en cette fin de xviisiècle une véritable formule iconographique, dans une peinture souvent nordique ou proche des modèles nordiques, qui crée une rhétorique visuelle de la perte, une rhétorique proprement picturale, qui intègre le regardeur à l’action du tableau et le met de plain-pied dans l’événement. Il n’est pas, à ce propos, inintéressant de rappeler que, comme l’a montré Nicolas Journet (2010), c’est au cours du xviie siècle que l’épistémologie des catastrophes opère un glissement de la volonté divine vers la causalité naturelle. L’incendie n’est plus seulement un acte de la volonté de Dieu, il prend place dans le champ des événements humains, avec des causalités souvent humaines, et des répercussions profondément humaines également. Au xviiie, en revanche, c’est l’esthétique du sublime qui contribuera à affirmer cette place de la curiosité, de la fascination, pour des événements qui, même s’ils sont catastrophiques, relèvent du spectacle. Cela est encore fortement présent au xixe siècle, lorsque Turner représente l’incendie de la Chambre des communes du 16 octobre 183420, ou en 1854, quand l’écrivain britannique Thomas de Quincey, dans le « Post-scriptum » de son essai de 1827 De l’assassinat considéré comme un des Beaux-Arts, écrit ces lignes :

[…] la tendance à apprécier de manière critique ou esthétique les incendies et les assassinats est universelle. Si vous êtes appelé à assister au spectacle d’un grand incendie, votre premier mouvement est assurément… d’aider à l’éteindre. Mais ce champ d’action est très limité et bientôt rempli de véritables professionnels exercés et équipés pour le service en question. Dans le cas d’un incendie ayant lieu dans une propriété privée, la compassion que nous éprouvons pour le malheur d’un voisin nous empêche d’abord de traiter l’affaire comme un spectacle de théâtre. Mais peut-être l’incendie est-il circonscrit à des édifices publics. Quoi qu’il en soit, une fois que nous avons accordé notre tribut de regret au sinistre considéré comme une calamité, inévitablement et sans retenue, nous en venons à le considérer comme un spectacle (De Quincey 2011 : 1285).

  • 21 Cousseau (2015).

30L’une de ces répercussions, c’est la perte d’un monument, perçu comme un élément de patrimoine. Bien entendu, le terme « patrimoine » peut poser question. Il n’apparaît officiellement dans son usage culturel qu’en 1790 en France, mais nous pouvons renvoyer aux travaux de Vincent Cousseau pour défendre le principe qu’une prise de conscience patrimoniale est perceptible, en Occident, dès la fin du xvie et au cours du xviisiècle21. La destruction violente, inattendue, complète ou partielle, de trésors d’architecture et d’art apparaît pleinement aux contemporains, et ces images en témoignent, comme la perte irrémédiable d’un élément dont la finalité était précisément d’être transmis. Il y a donc rupture dans la transmission. La force de ce sentiment de perte se traduit visuellement par l’apparition d’une dimension émotionnelle dans les représentations de catastrophes, avec ces œuvres qui montrent des acteurs de la lutte contre l’incendie, mais aussi des figures qui ne sont là que pour porter témoignage, retranscrire la force des sentiments et donner corps à l’émotion. Cela peut paraître aujourd’hui banal, tant l’émotionnel est au cœur de notre relation contemporaine à maints événements comme à notre rapport à l’histoire – à travers la commémoration notamment – et au patrimoine, mais l’émotion patrimoniale était encore, en 1673, une chose nouvelle.

Conclusion

  • 22 Jean-Baptiste Monfalcon, Histoire monumentale de la ville de Lyon, Paris, Typographie de Firmin Di (...)

31À Lyon, l’enquête lancée dans les jours qui suivirent le drame pour découvrir l’origine du sinistre, confiée au lieutenant général du roi, afin d’éviter toute accusation de conflit d’intérêts, n’aboutit pas, ou en tous les cas les archives ne livrent rien sur cet aspect des choses. Au xixe siècle, l’académicien lyonnais Jean-Baptiste Monfalcon (1792-1874) écrit : « On avait fait une enquête très-exacte sur les causes probables de l’incendie ; elle n’aboutit à aucun résultat, et on ne sut jamais comment le feu avait éclaté en plein jour, dans les parties supérieures de l’édifice. Avait-il été l’œuvre de la malveillance ? C’est ce qu’il fut impossible de découvrir22. » On notera simplement que les archives permettent de savoir qu’il y avait plusieurs logements d’officiers municipaux dans le bâtiment, qu’ils étaient alors habités et, qu’à ce titre, envisager un départ de feu domestique ne serait pas illogique.

32La décision de reconstruire fut, comme souvent, prise immédiatement, pourtant les traces de l’incendie resteront visibles assez longtemps. Connaissant, à l’époque de l’incendie une situation financière difficile, le consulat confia certes à Thomas Blanchet le soin de restaurer l’édifice, mais les travaux ne commencèrent pas avant 1700, époque où le consulat s’estima en capacité de commencer les travaux, confiés à Jules Hardouin-Mansart (1646-1708), surintendant des bâtiments de la Couronne, qui fit parvenir ses plans en octobre de la même année, portés par Robert de Cotte (1656-1735), architecte ordinaire des bâtiments du roi, qu’il désigna pour le représenter, avant qu’il ne le remplaçât en 1701 par Claude Simon, architecte du roi. C’est Claude Simon qui réalisa effectivement les travaux, terminés en 1703.

  • 23 Le Conducteur de l’Etranger à Lyon, ou Description des Curiosités, des Monumens et des Antiquités (...)
  • 24 Les façades et toitures de l’hôtel de ville de Lyon ont fait l’objet d’un chantier de restauration (...)

33L’hôtel de ville de Lyon ainsi reconstruit continua de fournir longtemps à la cité un sujet de fierté puisqu’en 1815 on lit dans Le Conducteur de l’Étranger à Lyon : « L’Hôtel-de-Ville de Lyon est un des plus magnifiques de l’Europe ; il le dispute à celui d’Amsterdam que tout le monde admire23. » Il intègre définitivement le champ patrimonial, au sens administratif du terme, avec sa protection au titre des monuments historiques, lorsqu’il est classé par arrêté en date du 12 juillet 188624.

  • 25 L’incendie de l’hôtel de ville de Lyon marque les esprits. Il est généralement mentionné dans les (...)

34Le souvenir de l’incendie de l’hôtel de ville s’est longtemps maintenu dans les mémoires lyonnaises25, conférant à cet édifice le statut de ce que Dominique Poulot appelle, à propos de Notre-Dame de Paris, un « lieu de l’émotion mémorialisée » (Poulot 2019). Mais pour les générations plus récentes, cette réminiscence a peu à peu été remplacée par celles d’autres lieux devenus emblèmes d’expériences traumatiques plus récentes. C’est le cas notamment de l’incendie et de la destruction du dôme de l’Hôtel-Dieu, œuvre de Soufflot, le 4 septembre 1944, lors des combats de la Libération de Lyon. Les clichés pris à ce moment démontrent la permanence, d’un point de vue artistique, de cette solution compositionnelle très simple : l’édifice en flammes à l’arrière-plan, le premier plan étant occupé par des figures de dos, qui incarnent, littéralement, l’impuissance et la souffrance des témoins, devenus dans leur anonymat chaque Lyonnaise et chaque Lyonnais.

Figure 11

Figure 11

Le 4 septembre 1944, lors des combats de la Libération de Lyon, l’hôtel-Dieu de Lyon est touché par des tirs et le dôme s’embrase, l’incendie durant huit jours. Il n’est restitué à l’identique que dans les années 1960. Le grand dôme de l’Hôtel-Dieu de Lyon en feu vu depuis la rive gauche du Rhône, 4 septembre 1944, auteur inconnu, photographie conservée dans les collections du musée des Hospices civils de Lyon (inv. AF I 24).

Reproduction musée des HCL, Lyon.

35Cet archétype de l’émotion patrimoniale mise en images ressurgit à chaque événement de cette nature, et ces silhouettes anonymes, qu’elles soient peintes au xviie siècle ou photographiées au xxie – les nombreux clichés de Notre-Dame en flammes le démontrent bien –, témoignent toujours de la sidération et de l’impuissance des hommes et des femmes devant des drames plus grands qu’eux, mêlant qui plus est parfois, au sentiment d’inéluctabilité, celui d’un certain déjà-vu.

Haut de page

Bibliographie

AUDIN Marius, 1921, L’Hôtel de Ville de Lyon, Lyon, Imprimerie A. Rey.

AUSTIN-MONTENAY Florence, 2005, Saint-Cloud, une vie de château, Genève, Vögele.

BORNET Anaïs, RENAUD Serrette, CASTELLUCCIO Stéphane et al., 2021, Le Château de Choisy, Arles, Honoré Clair.

CASTELLUCCIO Stéphane, 2015, Marly. Art de vivre et pouvoir de Louis XIV à Louis XVI, Montreuil, Gourcuff Gradenigo,

CHATENET Monique, 1987, Le Château de Madrid au bois de Boulogne. Sa place dans les rapports franco-italiens autour de 1530, Paris, Picard, coll. « De architectura ».

COUSSEAU Vincent, 2015, « La construction patrimoniale au prisme de l’histoire », in Edwige GARNIER & Frédéric SERRE (dir.), Patrimoine, identité et développement territorial, Sarrant, Éditions La Librairie des territoires, p. 35-53.

DE QUINCEY Thomas, 2011, Œuvres [dir. Pascal Aquien], Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

DESJARDINS Tony, 1861, Notice sur l’hôtel de ville de Lyon et sur les restaurations dont il a été l’objet, Lyon, Imprimerie d’Aimé Vingtrinier.

DESJARDINS Tony, 1867, Monographie de l’hôtel de ville de Lyon restauré sous l’administration de MM. Vaïsse et Chevreau, sénateurs, Paris, Imprimerie Louis Perrin.

FONKENELL Guillaume, 2010, Le Palais des Tuileries, Arles, Paris, Honoré Clair, Cité de l’architecture & du patrimoine.

GALACTÉROS DE BOISSIER Lucie, 1991, Thomas Blanchet : 1614-1689 [préface de Jacques Thuillier], Paris, Arthéna.

GARDES Gilbert, 1986, L’Art et l’eau à Lyon, Lyon, l’auteur.

JOURNET Nicolas, « Catastrophes et ordre du monde », Terrain. Anthropologie et sciences humaines, vol. 54, 2010, p. 4-9. Disponible en ligne, https://journals.openedition.org/terrain/13916 [lien valide en janvier 2024].

KLINKA Isabelle, LE LEYZOUR Philippe, JOUHAUD Christian et al., 2011, Richelieu à Richelieu. Architecture et décors d’un château disparu, cat. exp., Tours, Orléans, Richelieu, 12 mars -13 juin 2011, Milan, Silvana Editoriale.

LIÉVAUX Pascal, GALACTÉROS DE BOISSIER Lucie, BERTIN Dominique et al., 1998, L’Hôtel de Ville de Lyon, Paris, Imprimerie nationale.

LURIN Emmanuel (dir.), 2010, Le Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye, Les Presses franciliennes.

POULOT Dominique, « Une catastrophe patrimoniale : Notre-Dame de Paris, entre émotions et controverses », Culture & Musées, vol. 34, 2019, p. 247-262. Disponible en ligne, http://journals.openedition.org/culturemusees/4245 [lien valide en janvier 2024].

ROCHEX Paul, 1911, L’Hôtel de Ville de Lyon [préface par Édouard Herriot], Lyon, Imprimerie Rey.

SOUBIGOU Gilles, « Les galeries et séries de vues topographiques comme supports d’affirmation du pouvoir spirituel », in Sophie OMÈRE (dir.), Cartes de Chartreuse. Restauration d’une collection de tableaux protégés au titre des monuments historiques, Lyon, Drac Auvergne-Rhône-Alpes, coll. « Patrimoines en Auvergne-Rhône-Alpes », 2021, p. 17-18.

Haut de page

Annexe

L’incendie de l’Hôtel de Ville de Lyon vu par les sources d’archives

Archives municipales de Lyon, registre des actes consulaires, 02/01/1674-27/12/1674, (cote BB230, fol. 93r-94r)

[Fol. 93 r]

Du Lundy dix septiesme Septembre

[mille six]c. Soixante quatorze Avant midy en l’hostel

commun de la Ville de Lyon y estant,

Messieurs
Pécoila
Giraud
Gregaineb
de Cottonc
P. de M.d
Eschevins,

Le Jeudy Treiziesme dud. mois

De Septembre Entre midy et Une heure ayant paru une fumée extraord.re
au dessus du couvert de la grande Salle dud. hostel commun, laquelle fut
asperceue par quelques officiez et domestiques logez dans led. hostel,
chascun se disposoit a y aller recognoistre la cause, lorsquelle esclatta
malheureusement par Une grande flame qui suivit cette fumée
et qui s’esleva au dessus dud. couvert, et entre celuy du grand escallier
et le dosme de l’horloge du costé du Vent, cette flame, rendue plus
ardante par les plombs bois ardoises et autres matériaux combustibles
quelle trouva dans son chemin dautan plus qu’il n’avoit plû et que la chaleur
du mois d’Aoust en avoit augmenté la secheroisse, produisit dabord
Un si grand Incendie que le grand couvert de la grand salle, ainsy
Que la Voute cannee d’Icelle et toutes ses peintures, comm’aussy le
Couvert du pavillon Joignant dud. costé du Ven, furent en tres peu

[Fol. 93 v]

de temps enlevez et consummez nonobstant le grand Secours qui
arriva de touttes parts, tant de celle des massons charpentiers
et autres ouvriers qui y furent Instamment aspelez par les soins et
à ordre desd. Sieurs et officiez qui y accoururent, que par le concours
d’un grand nombre d’habitans de toute sorte de qualitez sexe et age
qui travaillerent au peril mesme de leur Vie a arrester ceste Incendie
et a sauver ce qui se pouvoit de ce magnifique edifice, Ce qui ne put
enspécher que la flamme sestant attachée à Un degré de bois
par lequel on montoit au-dedans du dosme Jusque à la chambre de
l’horloge, elles ny montassent aussy en sorte qu’aspres avoir embrasé
le plancher de la chambre Ci d’horloge tomba cy plusieurs pierres
et en suitte les poutres qui en soutenoient le clocher ayant esté
pareillement consommées, elles tomboient par les mesmes ouvertures
par lesquelles on les avoit fait passer en les instalan, ce qui ne se
pût faire sans un grand esbranlement des Voustes dud. dosme,
Apres quoy le Ven ayant changé a tourné, ces flammes devorantes
furent portées avec Une rapidité Inconcevable du costé de bize ou elles
destruisirent et consommerent en moins d’un quart d’heure la charpente
et le comble des deux pavillons du costé du consultat, et attaquant avec
la mesme Vitesse laisle Joignant, elles auroient bruslé tout le reste
dud. couvert et possibl. Les bastiments au dessoubz, si lon n’eut, avec
Une promptitude qui les prevint, ouvré a separé led. couvert au dessus
Des archives et par ce moyen, arresté le cours de ce terrible Incendie
qui s’affoiblit faute de matiere, et neanmoins dura encore pendant
la nuit, et nonobstant tous les grands soings et le bon ordre qu’on
y apporta, descendit sur les planchers, mesme sur celluy de lad.
Salle des portraits et brusla la moitié du grand tableau du plafond
de lad. Salle, a quoy touttefois se reduisirent et terminerent son
plus grand progres bien que les deux ou trois Jours suivans

[Fol. 94r]

ayant toujours tenu Unchascun dans lalarme et dans la crainte,
mais grace a dieu elles sont entieremt rassuré par la Vigilance et
application desd. Sieurs et par ce grand ordre et secours continuel quils y ont
donné et quils continuèrent d’y donner pour la conservation des bastimens
dud. hostel exposez a l’injure du temps par la destruction du couvert,
pour le restablissement desquels ainsy que pour sauvez les plombs et les
autres restes de ce triste Incendie Ils ont pris les resolutions convenables,
comm’aussy pour recompenser ce grand nombre douvriers et de pauvres
habitans qui ont contribué aud. Secours faire conduire a traiter dans
les hospitaux les blessez, assister les Veusves et enfans des morts, enlever
les [victimes ?] et pourvoir a touttes les choses necessaires et convenables
dans Une si funeste et si embarassante conioncture, et particullierement
a discouvrir les autheurs dud. Incendie et au recouvrement des papiers
meubles et autres effets enlevez ou esgarez soit dans les lieux
publics dud. hostel ou dans les appartemens des principaux officiers
et autres, Auquel effet Le Consulat aspres mures deliberations
et avoir remercié la divine providence de ce qu’il avoit plu de
rendre le mal beaucoup moindre que lon ne le craignoit,
A ARRESTE que pour eviter toute suspicion a son egard, comm’estant
Trop considerablement Interessé dans la descouverte de touttes les
Veritez necessaires a esclaircir en cas pareil pour y Vaquer et y
Prononcer de son office et de sa seulle authorité, Mr le Lieutenant
General et garde du Roy de la S[énéchaussée] et siege presidial de lad. Ville
avons suppliez et requis de faire les proces Verbaux dud. Incendie
sur le raport des [illis.] qui avons paru aux choisis et nommez,
procurer et donner acte sous Seaux, permettre l’obtention des monitoiresf
et d’accorder tous autres actes de Justice quil conviendra, donc et du
tout a esté fait le présent,

Pécoil Giraud

Gregaine de Cotton

Haut de page

Notes

1 On peut citer les publications régulières, depuis la fin des années 1980, sur les châteaux français d’Ancien Régime disparus, nourris d’une abondante iconographie : Chatenet (1987) ; Austin-Montenay (2005) ; Fonkenell (2010) ; Lurin (2010) ; Klinka et al. (2011) ; Castelluccio (2015) ; Bornet et al. (2021).

2 Les principales références sur l’historique de ce bâtiment sont : Desjardins (1861 et 1867) ; Rochex (1911) ; Audin (1921) ; Liévaux (1998).

3 Cité dans Rochex (1911 : 6).

4 Israël Silvestre, Vueuë et perspective de la Maison de Ville de Lion, du costé du jardin, 1652, gravure à l’eau-forte, 25,7 x 13,3 cm.

5 Archives municipales de la Ville de Lyon, BB 230, registre des actes consulaires, in-folio, 155 feuillets, 1674-1674, délibérations consulaires, 1674.

6 Archives municipales de Lyon, registre des actes consulaires, cote BB230, fol. 141.

7 Cette fontaine fut remplacée en 1698 par une autre représentant un dragon en bronze. Plusieurs fontaines se succédèrent ensuite jusqu’à l’actuelle, sculptée par Bartholdi, installée en 1892 et déplacée depuis. Voir Gardes 1986.

8 Une délibération du 29 septembre (Archives municipales de Lyon, registre des actes consulaires, cote BB230, fol. 102) décide la commande d’une nouvelle cloche pour remplacer celle tombée pendant l’incendie.

9 Archives municipales de Lyon, registre des actes consulaires, cote BB230, fol. 144.

10 La description la plus détaillée de ce décor se trouve dans Claude-François Ménétrier, Éloge historique de la Ville de Lyon et sa grandeur consulaire sous les romains & sous nos rois, Lyon, Benoist Coral, 1669. À noter que Blanchet était l’auteur du frontispice allégorique de l’ouvrage de Menétrier, lequel était aussi l’auteur du programme iconographique de l’hôtel de ville.

11 Le salon de la Nomination (actuel salon Henri IV) se trouve dans la continuité de la Grande Salle, dans le pavillon nord-ouest. Il a été détérioré par l’incendie de 1674 et restauré par Thomas Blanchet dès 1675. Ce nom lui vient de sa destination ancienne de cadre à la cérémonie des élections consulaires par les « terres et maistres des métiers ». Le décor encore visible est très largement celui de 1670-1675 : boiseries peintes, cheminée monumentale (ornée en 1889 de L’Affranchissement de la commune de Lyon en 1320 du peintre lyonnais Domer), décor de plafond représentant La Gloire de Louis XIV.

12 En 1745, d’Argenville le signale déjà comme détérioré (Dézallier d’Argenville, 1745, Abrégé de la vie des plus fameux peintres, Paris, De Bure, t. II, p. 302). Aujourd’hui en mauvais état et d’une lecture difficile, il a souffert d’autres avatars : une première restauration en 1759, un nouvel incendie en 1803, la restauration du peintre Jean-Baptiste Beuchot après 1858 qui masque les parties endommagées sous des nuages, suivie de l’installation d’une rampe à gaz en 1860, puis d’une nouvelle restauration en 1903.

13 Lairrer : laisser (terme vieilli).

14 Kerstiaen de Keuninck, L’Incendie de Troie, 1627, huile sur panneau, 47,4 x 72 cm, Châlons-en-Champagne, musée des Beaux-Arts et d’Archéologie (inv. 2005.2.1).

15 Jacob Jacobsz de Wet, L’Incendie de Sodome et Gomorrhe, v. 1680, huile sur toile, Darmstadt, Hessisches Landesmuseum Darmstadt.

16 Hubert Robert, L’Incendie de Rome, v. 1771, huile sur toile, 75,5 x 93 cm, Le Havre, MuMa (inv. 226).

17 Jan Doudijn, Brand van de Nieuwkerk [en 1568], s. d. (av. 1585), huile sur toile, 133 x 96,5 cm, Dordrecht, Dordrechts Museum.

18 Louis de Caullery, Feu d’artifice au Château San-Angelo, s. d. (début xviie), huile sur cuivre, 48,6 x 67 cm, marché de l’art en 2006 et Louis de Caullery, Rome, vue du château san’Angelo durant la « Girandole », avec des figures élégantes regardant et se promenant au premier plan, huile sur panneau, 53,6 x 75,1 cm, marché de l’art, Sotheby’s en 2021.

19 Pierre-Jacques Volaire, L’éruption du Vésuve vue de l’Atrio del Cavallo, v. 1780, huile sur toile, 38 x 81 cm, Bâle, Galerie Heim.

20 J. M. W. Turner, L’Incendie de la Chambre des lords et des communes (The Burning of the Houses of Lords and Commons), série de deux toiles peintes à la fin de 1834 ou au début de 1835, exposées à la British Institution en février 1835 et conservées aujourd’hui respectivement au Philadelphia Museum of Art et au Cleveland Museum of Art.

21 Cousseau (2015).

22 Jean-Baptiste Monfalcon, Histoire monumentale de la ville de Lyon, Paris, Typographie de Firmin Didot, 1866, t. II, p. 207-208.

23 Le Conducteur de l’Etranger à Lyon, ou Description des Curiosités, des Monumens et des Antiquités que cette ville renferme, Lyon, Chambet, 1815, p. 20.

24 Les façades et toitures de l’hôtel de ville de Lyon ont fait l’objet d’un chantier de restauration en 2006-2007. Ce vaste programme d’intervention sur les extérieurs (les intérieurs avaient été restaurés dans les années 1990 avant le G7 organisé à Lyon) s’inscrivait dans le cadre de la convention patrimoine 2003-2007 passée entre l’État et la Ville de Lyon. Pris en charge par l’État à hauteur de 1,176 million d’euros et placé sous la responsabilité de Didier Reppelin, architecte en chef des monuments historiques, le coût total des travaux s’élevait à 5,77 millions d’euros.

25 L’incendie de l’hôtel de ville de Lyon marque les esprits. Il est généralement mentionné dans les ouvrages postérieurs sur l’histoire de la ville, au moins pour signaler la destruction des décors de Blanchet. C’est le cas des ouvrages de : Étienne-Joseph Poullin de Lumina, Abrégé chronologique de l’histoire de Lyon, Lyon, Aimé Delaroche, 1767, p. 278 et 289 ; Nicolas-François Cochard, Description historique de Lyon, ou Notice sur les Monumens remarquables et sur tous les Monumens remarquables et sur tous les objets de curiosité que renferme cette Ville, Lyon, Perisse frères, 1817, p. 160 ; François-Marie de Fortis, Voyage pittoresque et historique à Lyon aux environs et sur les rives du Rhône et de la Saône, Paris, Bossange, 1821. Quelques ouvrages sont plus détaillés, qui tous reprennent la trame du texte des délibérations du consulat : Pierre Clerjon, Histoire de Lyon, depuis sa fondation jusqu’à nos jours, Lyon, Théodore Laurent, 1837, t. VI, p. 220-221 ; Jean-Baptiste Monfalcon, op. cit., t. II, p. 207-208.

a Claude Pécoil, écuyer, seigneur de Reveux, Villedieu et Montverdun, ancien conseiller et secrétaire du roi.

b Jean Gregaine, seigneur de Chevrigny, conseiller en la Sénéchaussée de Lyon et conseiller assesseur en la maréchaussée générale de Lyonnais, Forez et Beaujolais.

c Louis de Cotton, seigneur de Valplaisant.

d  Philibert de Masso, seigneur de La Ferrière et du Plantin, maréchal de bataille des armées du roi, qui devient prévôt des marchands en 1674 en remplacement de M. de Cazault, décédé.

e Voûte canne, ou à canne : nom donné au xviie siècle à un type de voûte sur voussoirs, ou sur nervures.

f Lettre d’avertissement délivrée par l’autorité ecclésiastique aux fidèles leur enjoignant, sous peine d’excommunication, de dénoncer tous les faits répréhensibles ou criminels connus d’eux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Cette vue en plan et en perspective du projet du nouvel hôtel de ville de Lyon montre l’ampleur de cette construction installée sur un terrain formé par le comblement d’anciens fossés des murailles de la ville. Perspective et portail de la Maison de Ville de Lyon, Caspar Merian (d’après Simon Maupin) 1647, gravure à l’eau-forte rehaussée à l’aquarelle, 28,5 x 37,8 cm, publiée dans Topographia Galliae, Martin Zeiller, Matthaeus Merian, Francfort, 1655-1661, conservé à la Bibliothèque nationale de France (GE D-6004).
Crédits Reproduction https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b84449438 [lien valide en décembre 2023].
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Figure 2
Légende Cette esquisse de Thomas Blanchet pour le décor du plafond de la Grande Salle de l’hôtel de ville de Lyon permet de se faire une idée de la qualité de ce décor, disparu lors de l’incendie de 1674. Le Temple d’Auguste (modello pour la grande salle de l’hôtel de ville de Lyon), Thomas Blanchet, 1655, huile sur toile, 68 x 147 cm, conservée au musée des Beaux-Arts, Lyon (inv. A 3017).
Crédits Reproduction Alain Basset (musée des Beaux-Arts de Lyon).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 3
Légende Toile dans le goût nordique, entrée dans les collections du musée Gadagne en 1926 lors du don de la collection Leroudier, il s’agit de la seule peinture connue représentant le sinistre de 1674. Incendie de l’hôtel de ville de Lyon en 1674, auteur inconnu, s. d. (fin du xviie s.). Huile sur toile, 32 x 51,5 cm, conservée au musée Gadagne, Lyon (inv. MG N 22).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2593/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Figure 4
Légende Il s’agit du seul tirage connu de cette gravure au burin exécutée sans doute peu de temps après l’incendie de 1674 et dont la composition et les détails sont en parfaite adéquation avec les témoignages d’archive. Representation deplorable de l’incendie de la Salle Horloge & le pavillon de L’hostel de Ville de Lion, Anonyme, s. d. Gravure au burin, 30,5 x 40,4 cm, conservée au musée Gadagne, Lyon (inv. N 748).
Crédits Reproduction musée Gadagne.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2593/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Figure 5
Légende Le palais-monastère de l’Escurial a connu plusieurs incendies, celui du 7 juin 1671 étant sans doute le plus célèbre. Ici aussi, une source d’archive – le récit du frère archiviste Juan de Toledo – permet de confronter une image à un récit détaillé qui la corrobore. Incendio del Monasterio de El Escorial en 1671, auteur inconnu, s. d. (xviie s.). Huile sur toile, 106 x 166 cm, conservée au Museo nacional del Prado, Madrid (inv. P004012).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2593/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Figure 6
Légende Le peintre néerlandais Jan Van der Heyden était aussi pompier, ingénieur en hydraulique et inventeur (il perfectionna la lance à incendie en 1672). Les gravures de sa Beschryving der nieuwlijks inherent en geoetrojeerde slang-brand-spuiten en haare wijze van brand-blussen tegenwoordig binnen Amsterdam (Description des engins d’incendie récemment inventés et brevetés avec les lances à eau et les méthodes de lutter contre le feu aujourd’hui en usage à Amsterdam), publiée en 1660 et conservée aux archives municipales d’Amsterdam, incluent des représentations d’incendies comme celui de l’ancien hôtel de ville d’Amsterdam en 1652. L’Incendie de la Maison de Ville d’Amsterdam qui brula entièrement le 7 juillet 1652, Jan Van der Heyden, s. d. (v. 1695).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2593/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Figure 7
Légende Le palais ducal du Coudenberg était le palais des ducs de Brabant à Bruxelles, qui fut touché par plusieurs incendies. Si celui de 1674, ici représenté, toucha surtout l’aile des cuisines, celui de 1731 réduisit le bâtiment en ruines. Incendie au palais ducal au Coudenberg en 1674, Gillis van Auwerkerken (attr. à), vers 1674. Huile sur toile, 91,5 x 120,7 cm, conservée au musée de la Ville de Bruxelles – Maison du Roi (inv. K.1978.1).
Crédits Reproduction musée de la Ville de Bruxelles – Maison du Roi.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2593/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Figure 8
Légende La maison de la Louve (De Wolf), toujours visible aujourd’hui sur la Grand-Place de Bruxelles, a brûlé à deux reprises en 1690 et en 1695, et fut à chaque fois rebâtie. Incendie de la maison de la Louve à Bruxelles en 1690, Theodor van Heil, s. d. (fin xviie siècle). Huile sur toile, 74 x 116 cm, conservée aux musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles (inv. 223).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2593/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 9
Légende Le Grand Incendie de Londres est l’un des plus célèbres de l’histoire moderne. Entre le 2 et le 5 septembre 1666, il détruisit 13 200 maisons, 87 églises et la cathédrale Saint-Paul, que l’on voit brûler au centre de ce tableau. Le journal de Samuel Pepys est une source précieuse d’informations sur ce sinistre d’une ampleur qui frappa les contemporains. The Great Fire of London, auteur inconnu, toile non signée, 1675. Œuvre, 27 x 46,3 cm, conservée au Museum of London (inv. 95 313).
Crédits Reproduction Museum of London.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2593/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Figure 10
Légende Cette toile représente un feu d’artifice donné devant le roi Louis XIV, de dos au centre, à Versailles, sur le Grand Canal. On connaît plusieurs feux d’artifice tirés à cet emplacement, notamment celui donné le 18 août 1674 pour célébrer la seconde conquête de la Franche-Comté. Feu d’artifice donné à Versailles par Louis XIV, Anonyme, s. d. Huile sur toile, 40,5 x 59,5 cm, conservée au musée Lambinet, Versailles (inv. 2579).
Crédits Reproduction musée Lambinet, Versailles.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2593/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 11
Légende Le 4 septembre 1944, lors des combats de la Libération de Lyon, l’hôtel-Dieu de Lyon est touché par des tirs et le dôme s’embrase, l’incendie durant huit jours. Il n’est restitué à l’identique que dans les années 1960. Le grand dôme de l’Hôtel-Dieu de Lyon en feu vu depuis la rive gauche du Rhône, 4 septembre 1944, auteur inconnu, photographie conservée dans les collections du musée des Hospices civils de Lyon (inv. AF I 24).
Crédits Reproduction musée des HCL, Lyon.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2593/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Soubigou, « L’incendie de l’hôtel de ville de Lyon en 1674 »In Situ. Au regard des sciences sociales [En ligne], 4 | 2024, mis en ligne le 21 février 2024, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/insituarss/2593 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insituarss.2593

Haut de page

Auteur

Gilles Soubigou

Conservateur en chef du patrimoine, Drac Auvergne-Rhône-Alpes
gilles.soubigou@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search