Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Le temps long des catastrophes pa...Enjeux identitaires autour de l’i...

Le temps long des catastrophes patrimoniales

Enjeux identitaires autour de l’incendie de la cathédrale de Chartres du 4 juin 1836 

Patrimonialisation et pluralités narratives
Identity Issues around the Fire at Chartres Cathedral on 4 June 1836. Recognising Heritage and the Plurality of Discourse
Maéva Bouderlique

Résumés

L’incendie de la cathédrale de Chartres le 4 juin 1836 permet de considérer pour la première fois cet édifice comme un héritage patrimonial commun et non plus seulement comme un haut lieu de culte, puisque l’embrasement survient dans un contexte où l’on commence à définir les notions de patrimoine et de monument historique. La catastrophe se retrouve ainsi au carrefour de deux mémoires distinctes partagées entre récits profanes et religieux. Elle soulève des problématiques d’ordre identitaire cherchant à redéfinir l’identité chartraine du xixe siècle. Cela s’observe à travers les premières images produites à la suite de l’incendie qui viennent légitimer matériellement le discours sociopolitique élaboré autour de la catastrophe. Véritables réceptacles mémoriels, ces images valorisent ensemble le peuple chartrain sauvant sa cathédrale, incarné par la figure du préfet d’Eure-et-Loir Gabriel Delessert, admettant l’édifice comme monument civique. Alors que l’on pourrait penser que la dimension cléricale demeure absente de ces hommages, les Chartrains demandent en 1837 la réalisation d’un banc d’œuvre commémoratif exécuté́ par le sculpteur Victor Pyanet. Son iconographie est tout à fait intéressante puisqu’elle expose a contrario la figure de la Vierge Marie sauvant son église des flammes. Ces choix mémoriels, malgré leur opposition, sont pourtant aux fondements de la construction d’une même identité patrimoniale.

Haut de page

Texte intégral

Cet article reprend l’étude de cas développée au sein du mémoire de recherche intitulé « La construction visuelle du patrimoine chartrain (1836-1901) » sous la direction de Thierry Laugée, soutenu en 2021 à Sorbonne-Lettres Université.

  • 1 Code du patrimoine, 24 février 2004.

1Le 9 juillet 2020 s’est tenue une réunion de la Commission nationale du patrimoine et de l’architecture à l’Élysée à la suite de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris des 15 et 16 avril 2019. Il y était question de la reconstruction de la flèche de la croisée du transept, conçue par Viollet-le-Duc à l’occasion des premiers travaux de restauration de l’édifice en 1843. Une entreprise de cette ampleur présente aujourd’hui de nombreux enjeux : à la fois symbole de chrétienté mais également de fierté nationale, Notre-Dame de Paris s’impose comme un monument caractéristique de l’identité française portée par son image emblématique. Malgré la nature éminemment religieuse de l’édifice, la responsabilité de l’État dans sa prise en charge n’a aucunement été remise en cause, puisque tous les travaux de restauration effectués sur des monuments historiques sont aujourd’hui clairement définis et encadrés par la législation française1. Il s’agit de l’expression même de la relation complexe établie par les Français avec leur patrimoine : issu d’une tradition chrétienne, ce dernier n’en reste pas moins une question citoyenne.

2L’incendie accidentel déclaré au niveau de la charpente de la cathédrale de Chartres dans la nuit du 4 au 5 juin 1836 a mis en jeu les mêmes problématiques. Cette catastrophe revêt une importance singulière : elle surgit dans un contexte où les notions de monument historique et de patrimoine demeurent encore imprécises, relevant conjointement du fait-divers et de l’événement historique. Ce contexte est pourtant propice à l’institutionnalisation du patrimoine, qui se développe grandement à cette période avec l’arrivée de l’historien François Guizot (1787-1874) au ministère de l’Instruction publique. Ce dernier soumet au roi Louis-Philippe dès 1830 la création d’un poste d’inspecteur des monuments historiques confié à Ludovic Vitet (1802-1873), repris en 1834 par Prosper Mérimée (1803-1870), dont la mission consistait en la protection, le recensement et la prévention de la dégradation de tout édifice reconnu comme monument historique français. Ce n’est qu’en 1837, avec la création de la Commission des monuments historiques, que la réalité patrimoniale sera entièrement comprise en tant que telle, avec la prise en charge par l’État du financement de la restauration de certains monuments historiques entendus désormais en tant que patrimoine.

Figure 1

Figure 1

Cette œuvre est exposée au Salon de 1837 dans la section « Peinture de paysage ». Elle est achetée par l’État à cette occasion pour être offerte à la Ville de Chartres, la mémoire de cet événement semblant revenir de droit à son patrimoine local. L’Incendie de la cathédrale de Chartres en 1836, François Alexandre Pernot, 1836. Huile sur toile, 178,5 x 265 cm, conservée au musée des Beaux-Arts de Chartres (inv. 3552).

Reproduction Ville de Chartres / Musée des Beaux-Arts.

3C’est pourquoi, à l’échelle locale, le profond choc émotionnel éprouvé par les Chartrains devant leur cathédrale incendiée est particulièrement intéressant à étudier, puisqu’il provoque une véritable prise de conscience de sa puissante portée identitaire. Pour la première fois à cette époque, la cathédrale de Chartres n’est plus seulement considérée comme un haut lieu de culte mais comme le témoignage d’un héritage commun. L’incendie ouvre donc la voie à une redéfinition de cette identité chartraine comme en témoignent les premières images locales qui en découlent. Celles-ci semblent en effet user de nouvelles modalités de narrations, dressant autour de l’édifice un double discours : civique d’un côté, identifiant le monument comme un héritage culturel, religieux de l’autre, soucieux de rappeler sa dimension cultuelle.

  • 2 Chartres, Archives diocésaines, Manuscrit, Fonds évêchés, série G, inv. 1709 : M. Hérisson, « Noti (...)
  • 3 Voir Bouderlique 2021. Les Chartrains lancent une souscription peu de temps après la fin des trava (...)

4Cette pluralité narrative mérite d’être remise en perspective dans le contexte sociopolitique chartrain du début du XIXe siècle. Bien que la cathédrale soit reconnue pour incarner l’un des plus hauts lieux de la chrétienté, la ville de Chartres souffre pourtant d’un climat relativement anticlérical depuis la Révolution française. Sous la Restauration, le diocèse se montre soucieux de rétablir un sentiment de dévotion religieuse et promeut à cette fin une série de missions de « re-christianisation », prenant la forme de manifestations urbaines. L’une des plus célèbres est celle portée en 1827 par Claude-Hippolyte Clausel de Montals (1759-1857), évêque de Chartres à partir de 1824 (Sevrin 1959). Son parcours prévoyait l’installation d’un calvaire place Marceau2 où se tient depuis 1801 un obélisque commémorant le général révolutionnaire François Séverin Marceau-Desgraviers (1769-1796) (Joly & Vallès-Bled 1996), figure héroïque locale et nationale3. Par crainte que cette manifestation ne porte atteinte à l’ordre public, le maire de Chartres, Nicolas-Pierre-Dominique Billard (1766-1831), partageant pourtant la foi et les aspirations politiques de l’évêque, refuse l’érection de ce calvaire sur une place publique. Ce dernier est en conséquence relégué au flanc de la cathédrale. L’échec de cette mission dessine ainsi une nette distinction entre espace sacré et espace profane au sein d’un même paysage urbain. Ces composantes anticléricales sont renforcées après la Révolution de 1830 durant le mandat de l’orléaniste Adelphe Chasles (1795-1868) qui s’étend tout au long de la monarchie de Juillet. Avant la mise en place du régime et la nomination du maire par Louis-Philippe en août 1830, Adelphe Chasles prenait part quelques mois plus tôt, sous le pseudonyme de Sellèque (Joly 1982), à des articles virulents à l’égard du clergé (Lizier 1972), publiés par le journal local libéral Le Glaneur (fondé en 1830). En raison de ses aspirations orléanistes, Adelphe Chasles quitte la rédaction du journal qui prendra un ton expressément républicain. Il fonde en réaction en 1838 le second périodique local de référence, le Journal de Chartres, davantage conservateur. L’incendie de la cathédrale du 4 au 5 juin 1836 ravive ainsi un enjeu identitaire majeur dans un climat politique déjà divisé.

5Malgré leur opposition évidente, les récits qui se construisent autour de l’incendie font pourtant l’objet d’un même processus de patrimonialisation, dont l’enjeu réside, pour reprendre l’expression de Nathalie Heinich, dans la « construction d’un regard collectif » (2009 : 121) qui est ici portée par les images de la catastrophe. Ces dernières en proposent deux interprétations distinctes et convoquent une diversité de supports que nous étudierons ici : un canard paru quelques jours après l’incendie et des médailles commémoratives frappées par le graveur général des Monnaies Jean-Jacques Barre (1793-1855) avec les cloches fondues de la cathédrale d’une part ; un détail d’un banc d’œuvre, ex-voto commandé par les Chartrains eux-mêmes afin d’être placé dans la cathédrale d’autre part. Si ces images élaborent deux mémoires distinctes, elles traduisent ensemble la volonté́ d’inscrire le sinistre au sein d’une même mémoire contemporaine.

  • 4 « Monuments signifie ici édifices mais aussi tombeaux, statues, vitraux, tout ce qui peut fixer, i (...)

6La catastrophe chartraine constitue le point de départ d’une cristallisation patrimoniale. Il faut donc comprendre que le corpus présenté ici accorde à la cathédrale, donc au monument au sens où l’entend Daniel Fabre, le statut de « lieu où les sentiments s’enracinent » (Fabre 2013 : 27), ou bien, pour rejoindre les propos d’André Chastel4 (1986), d’une image créée ou désignée pour porter une identité locale. C’est pourquoi il est intéressant de prendre en compte la matérialité des images composées autour de l’incendie au-delà de leur valeur documentaire. Elles demeurent des objets matériels sur lesquels vient se reposer le discours. Il sera question de mettre en exergue l’influence plus large de ces manifestations matérielles sur les peuples, leurs émotions ainsi que leurs actions telles que Cyril Isnart et Nathalie Cerezales les ont théorisées à travers le concept du « religious heritage complex » (Cerezales & Isnart 2020). En dressant leur propre interprétation de la catastrophe, les créateurs de ces images cherchent plus précisément à influencer leur environnement social.

La catastrophe sous le prisme du récit civique

  • 5 Marquis de La Rochejaquelein, « Détails sur l’incendie de la cathédrale de Chartres », La Gazette (...)

Un des plus beaux monumens de France, un des plus anciens de la chrétienté, vient d’être la proie des flammes. C’est ici vraiment que l’on peut en appeler au véritable patriotisme de tous ceux pour qui les grandes conceptions de nos pères sont un titre de gloire que nous devons tous revendiquer. Comme monument religieux, comme monument d’art, comme gloire du pays, la cathédrale de Chartres rappelle les plus grands souvenirs, et parle à toutes les sympathies5.

  • 6 Ibid.

7Relégué de la presse nationale aux échos régionaux, cet extrait issu de La Gazette de France du 7 juin 1836 rédigé par Henri de La Rochejaquelein souligne non seulement l’importance de l’incendie de la cathédrale de Chartres à l’échelle nationale, mais lui donne également une nouvelle forme de visibilité. En la désignant sous les appellations de « monument religieux », de « gloire du pays » ou encore de « conception de nos pères6 », l’auteur use d’autant de termes qui lui reconnaissent sa valeur culturelle. Il inscrit par la même occasion la cathédrale dans un discours politique en la qualifiant de monument parlant « à toutes les sympathies ». Ce bref extrait nous introduit dès lors dans le registre de l’émotion : plus que la destruction partielle de l’édifice, l’incendie provoque la crainte de sa totale disparition, et donc, de la perte du symbole qu’il constitue en tant qu’héritage artistique, religieux, voire de « patriotisme » civique.

8C’est sous ce prisme patriotique, et plus précisément par la valorisation du dévouement citoyen, que naissent les premiers discours locaux autour de l’incendie tels qu’ils ont notamment été relégués par la presse locale au lendemain de l’incendie avec l’exemple de la distinction du préfet d’Eure-et-Loir Gabriel Delessert (1786-1858) dans le Glaneur du 9 juin 1836 :

  • 7 Anonyme, « L’incendie de la cathédrale de Chartres », Le Glaneur d’Eure-et-Loir, no 23, 9 juin 183 (...)

Cependant nous ne devons pas nous taire sur le compte de Gabriel Delessert, notre préfet. Il a presque toujours été au milieu des travailleurs, partout où il y avait péril et n’abandonnant que le dernier le poste que le feu envahissait7.

9Un canard conservé aux archives départementales de Chartres publié quelques jours après la catastrophe donne un exemple éloquent de l’appropriation patrimoniale de la cathédrale à travers une imagerie populaire qui met en jeu la représentation collective. Ce type de document offre un support matériel intéressant au discours puisqu’il tend à reléguer le fait historique à l’anecdote, laquelle est simultanément portée par l’illustration et la description qui l’accompagne. Son format se calque sur celui des quotidiens, permettant ainsi de légitimer sa qualité de support d’information. Imprimé uniquement au recto d’une feuille volante sur du papier de basse qualité, ce qui rend ses coûts d’impression moins onéreux, son contenu y est pour l’essentiel organisé de façon stratégique et codifié comme suit : un titre assez long en gras au couronnement de la feuille, crié au moment de la vente et occupant par conséquent l’espace visuel et sonore du passant ; une image en noir et blanc plus large que haute illustre le tiers de la feuille, dont le but consiste à attiser la curiosité par le sensationnel et à créer une ambiguïté entre le domaine de l’imprimé et celui de l’image ; un texte, enfin, accompagne l’image et détaille le fait rapporté (Adhémar 1968). Vendu à bas prix, le canard doit être accessible au plus grand nombre d’individus. Ses sujets sont tirés de l’actualité – en l’occurrence ici du drame – autour de laquelle ils créent du récit dans le but de frapper l’imagination du lecteur.

Figure 2

Figure 2

Ce canard imprimé au lendemain de la catastrophe valorise les Chartrains comme acteurs de la préservation de leur cathédrale. L’illustration pourrait avoir été reprise d’un bois gravé ultérieurement pour un autre fait-divers, la cathédrale y demeurant absente. Incendie de la cathédrale de Chartres, le 4 du présent mois de juin 1836, auteur inconnu, Imprimerie Le Bissonnais à Blois, 1836, 35 x 43 cm, gravure sur bois et impression sur papier, conservé aux archives départementales d’Eure-et-Loir, collection Maurice Jusselin (7 Fi 322).

Reproduction Archives 28 / Archives départementales d’Eure-et-Loir.

10Si le texte du canard de 1836 relate de manière quasi romanesque la façon dont a été maîtrisé l’incendie de la cathédrale de Chartres, le bois gravé qui l’accompagne semble presque en décalage avec la représentation de la catastrophe affectant l’une des plus importantes cathédrales de France. Celle-ci n’y est en effet aucunement identifiable malgré la présence d’un bâtiment en flammes autour duquel s’affaire un groupe d’individus. Au premier plan de l’image, dans la partie inférieure, des personnages arborent l’uniforme de la garde nationale de la monarchie de Juillet et sont munis de lances à eau. À droite de ces gardes nationaux, trois hommes vêtus en civils portent des seaux d’eau. Au coin supérieur gauche de l’image, présentée en arrière-plan dans un maigre souci de perspective, une figure autoritaire donne les directives de l’opération à d’autres soldats. Si l’on comprend bien que tous s’emploient à maîtriser un incendie, seuls le titre et le texte descriptif permettent d’associer cette image à la cathédrale de Chartres. Ils fournissent davantage de précisions et relatent l’événement en portant une attention particulière à ses héros, dont le préfet Gabriel Delessert évoqué au sein du Glaneur du 9 juin 1836 et les Chartrains eux-mêmes :

11L’accent est également porté sur l’action « héroïque » du seul préfet, lui conférant les mérites du sauvetage de l’incendie :

Nous devons ici rendre un hommage bien sincère à M. le préfet, qui n’a quitté le théâtre de l’incendie que quand le danger a été passé.

12La description de l’image lui donne son sens : elle évoque d’une part, au premier plan, le dévouement citoyen tel qu’il est décrit par le texte et d’autre part, dans le coin supérieur gauche, met en relief la figure héroïque isolée du préfet Delessert menant les opérations. Si cette analyse de l’image n’est permise qu’après lecture des éléments de narration qui l’accompagnent, elle rappelle essentiellement que le rôle de ce type d’illustration est de servir le texte, de le commenter, mais surtout de l’animer (Adhémar 1968). En effet, l’image ne cherche pas à représenter la catastrophe chartraine mais à la recomposer dans l’esprit du lecteur par association des éléments délivrés par le texte et l’image.

  • 8 Pseudonyme de l’éditeur chartrain Pierre-Jules Hetzel (1814-1886).

13Il demeure toutefois étrange que le graveur de ce canard n’ait pas choisi de représenter la cathédrale en flammes, ce qui non seulement aurait accordé à son illustration davantage de sens, mais aurait accentué son caractère sensationnel. Cela est d’autant plus étonnant qu’un canard édité par Antoine Chassaignon (1810-1854) en 1838 à l’occasion de l’incendie du Théâtre italien de Paris aurait réemployé, selon Jean Adhémar (1968 : 202), un bois produit après celui de la cathédrale de Chartres pour l’éditeur P.-J. Stahl8. Il est en effet possible d’y reconnaître le portail royal de la cathédrale chartraine en proie aux flammes, encadrée par des nuages de fumée. L’hypothèse la plus probable, si la source de l’auteur est bien exacte, serait que ce bois aurait bel et bien été destiné à illustrer originellement l’incendie de la cathédrale de Chartres pour le canard de 1836, mais n’aurait pas été prêt à temps pour l’impression. Les délais de publication des canards étant très courts afin d’assurer une parution rapide en cohérence avec l’actualité, il n’était pas rare que soient réemployés des bois préexistants, remaniés en fonction du fait-divers exposé. Ainsi, le canard de l’incendie de la cathédrale de Chartres de 1836 et celui de l’incendie du Théâtre italien de Paris de 1838 auraient chacun répondu à cette logique. On peut reconnaître dans l’un comme dans l’autre le même positionnement des pompiers du premier plan organisés en frise, témoignant de la systématisation des modes de représentation des événements au sein de l’imagerie populaire. La partie supérieure gauche faisant ressortir la figure du préfet Delessert dans le canard de 1836 aurait ainsi été reprise afin de le distinguer volontairement des autres Chartrains sauvant leur cathédrale. L’ensemble de ces manipulations iconographiques, impliquant un remaniement grossier de l’illustration et servant à annoncer l’événement et non à le commémorer (Adhémar 1968), fait valoir la primauté du texte au sein de ce type de document.

Figure 3

Figure 3

D’après le spécialiste de l’imagerie populaire Jean Adhémar, ce canard de 1838 reprendrait un bois originellement destiné à illustrer celui de l’incendie chartrain de 1836. On peut y reconnaître le portail royal de la cathédrale beauceronne. Nouveaux détails circonstanciés sur le terrible incendie du Théâtre royal italien, Anonyme, Imprimerie Chassaignon à Paris, 1838, gravure sur bois et impression sur papier, 30 x 43 cm, conservé dans une collection particulière.

Reproduction Ateliers Art d’Oise.

14La mise en avant du préfet comme figure héroïque locale érige la cathédrale de Chartres en monument d’ordre civique. Elle vient en appui des considérations patriotiques envers un patrimoine religieux dont l’initiative est encouragée par le maire de Chartres Adelphe Chasles lui-même dans une lettre relayée dans la presse nationale au lendemain de l’incendie :

  • 9 Anonyme, « Monsieur le maire de Chartres nous adresse la lettre suivante… », Le Journal des débats (...)

Comme maire de Chartres, je me fais un devoir et un honneur d’exprimer à mon tour la gratitude et l’admiration de tous mes concitoyens pour le courage et le dévoument [sic] de notre préfet M. Gabriel Delessert9.

  • 10 Camille de Montalivet, « Rapport au Roi », Le Journal des débats politiques et littéraires, 21 aoû (...)

15Ce discours marque un premier pas vers les manifestations commémoratives de l’événement sous le prisme civique. Dans une lettre ouverte adressée à Louis-Philippe10, rédigée par Camille de Montalivet (1801-1880), ministre secrétaire d’État au département de l’Intérieur, et publiée à l’échelle nationale dans Le Journal des débats politiques et littéraires le 21 août 1836, le préfet Gabriel Delessert demande que soient décorés les « héros du 4 juin » dont il dresse la liste. Une image politique se dessine, celle de l’État et du peuple qui prennent en charge l’édifice religieux. La matérialisation mémorielle de l’incendie prend forme en 1837 alors que commencent les travaux de restauration de la cathédrale ordonnés par la Commission des monuments historiques, tout juste mise en place. Afin de financer une partie de cette entreprise, une série de médailles commémoratives réalisées par Jean-Jacques Barre (1811-1896) sont frappées symboliquement avec le bronze des cloches qui ont fondu au moment de l’incendie. Deux versions sont éditées : sur le droit de chacune d’elles, la cathédrale est représentée de façon frontale, légèrement de trois quarts. Le revers rend honneur soit au préfet Delessert par une inscription, soit au roi Louis-Philippe par la figuration de son profil.

Figure 4

Figure 4

Médaille commémorative, version Delessert. Frappée à partir des cloches fondues de la cathédrale, cette série de médailles commémoratives incarne des « reliques profanes ». Elles permettent à chaque Chartrain de s’emparer individuellement d’une part de cette mémoire collective. Médaille commémorative de l’incendie de la cathédrale de Chartres, Jean-Jacques Barre et Alexis-Joseph Depaulis, 1837, bronze, d. : 5,6 cm, œuvre conservée aux archives départementales d’Eure-et-Loir, collection Maurice Jusselin (inv. 7 Fi 290).

Reproduction Archives 28 / Archives départementales d’Eure-et-Loir.

Figure 5

Figure 5

Médaille commémorative, version Louis-Philippe. Contrairement à la version Delessert, cette médaille valorise au revers le profil du roi des Français Louis-Philippe. Sa figure est associée à celle de la cathédrale qui est ici rattachée à la protection de l’État. Médaille commémorative de l’incendie de la cathédrale de Chartres, Jean-Jacques Barre et Alexis-Joseph Depaulis, 1837, bronze, d. 5,6 cm, œuvre conservée aux archives départementales d’Eure-et-Loir, collection Maurice Jusselin (inv. 7 Fi 290).

Reproduction Archives 28 / Archives départementales d’Eure-et-Loir.

16Ces médailles témoignent véritablement de la double ambivalence dans laquelle s’inscrit la cathédrale de Chartres, à savoir une ambivalence religieuse et civique par le partage de leurs faces, et une ambivalence politique confrontant deux personnages au rayonnement populaire national. Les honneurs rendus sur la médaille dite « Delessert » sont accompagnés du message suivant :

« DÉLIBÉRATION / DU / CONSEIL / MUNICIPAL / A / Mr / GABl / DELESSERT / PREFET / LA / VILLE / DE /CHARTRES / RECONNAISSANTE / 3 / AOÛT / 1836 ».

17La représentation de ce patrimoine local joue donc un rôle décisif pour sa reconnaissance, dont les expressions artistiques auxquelles elle donne lieu en stimulent les affects (Hargrove & McWilliam 2005). C’est pourquoi la mise en avant du héros local est ici associée matériellement et symboliquement à la cathédrale au sein d’un même support. La médaille dite « Louis-Philippe », quant à elle, vient confirmer une nouvelle fois l’idée que la cathédrale demeure sous l’égide de l’État. Elle exprime la volonté́ de comprendre l’incendie dans une mémoire patriotique, incarnée par ces objets que l’on peut qualifier de reliques profanes que peuvent s’approprier physiquement et individuellement les Chartrains. Cette forme de commémoration trouve un écho dans la cathédrale elle-même en 1841, à la fin des travaux de reconstruction de la charpente, par la pose d’une plaque commémorative indiquant les noms des différents protagonistes ayant œuvré à sa préservation au moment de la catastrophe. Un rappel supplémentaire que ce n’est administrativement plus l’Église, mais bien l’État qui prend en charge la restauration du bâtiment.

Inscription de l’incendie dans une narration religieuse

18L’iconographie religieuse locale, bien qu’elle ne domine pas officiellement le discours mémoriel de l’incendie, n’est pas en reste. En effet, les Chartrains demandent en 1837 la réalisation d’un banc d’œuvre en bois servant d’ex-voto dédié à la Vierge Marie pour commémorer la catastrophe. Ce mobilier liturgique est destiné à être placé dans la cathédrale (Lizier 1972). La réalisation de l’œuvre, achevée en 1839, est confiée au sculpteur Victor Pyanet qui donne une autre interprétation iconographique de la catastrophe, puisque le sauvetage de la cathédrale est ici attribué à la Sainte Vierge, contrastant avec le discours privilégié jusqu’alors par la presse. Originellement composé de six panneaux dont seul le panneau central de la catastrophe est encore conservé dans la crypte de la cathédrale, le banc d’œuvre présentait une dimension monumentale. Sur ce panneau une allégorie met en scène la Sainte, redonnant à la religion sa place centrale dans la gestion patrimoniale. Au pied de la Vierge, à sa gauche, se tient l’ange gardien de la ville portant une cruche. Il reçoit l’ordre d’éteindre le brasier. La Vierge se tient sur un nuage au-dessus du sol, la dissociant de la vie terrestre, et tient enchaîné dans sa main droite un démon nourrissant les flammes dévastatrices. Enfin, à l’arrière-plan, la cathédrale est représentée en proie aux flammes que maîtrise un groupe de quatre anges.

Figure 6

Figure 6

Réalisé par le sculpteur Victor Pyanet et exécuté par un menuisier chartrain du nom de Bravet, le relief qui ornait le dossier du banc d’œuvre ex-voto est accompagné d’une plaque en marbre noir gravée en lettres d’or en latin qui reprend le discours prononcé par l’évêque Claude-Hippolyte Clausel de Montals. Notre-Dame de Chartres sauve la cathédrale lors de l’incendie de 1836, Victor Pyanet et Bravet, 1839, chêne verni, 200 x 134,5 cm, œuvre conservée à la cathédrale Notre-Dame de Chartres (inv. IA28000005).

Reproduction Mariusz Hermanowicz (Région Centre-Val de Loire – Inventaire général).

  • 11 Plaque commémorative en marbre noir, inscriptions en lettres dorées. Actuellement exposée à côté d (...)

19Le bas-relief matérialise une interprétation issue d’une tradition cultuelle et permet d’autoriser en conséquence les pratiques religieuses à figurer légitimement au sein des pratiques sociales et patrimoniales (Cerezales & Isnart 2020) de la ville de Chartres. L’image allégorique de l’incendie est directement inspirée du discours prononcé par l’évêque Mgr Claude-Hippolyte Clausel de Montals peu après l’incendie, concurrençant celui du maire. Ce discours est retranscrit en latin sur une petite plaque commémorative11 :

  • 12 Traduction extraite de L’Hebdo cathédrale du 10 mai 2010. Elle provient de l’article dédié au ba (...)

Marie, tenant la chaîne, retient le démon poussant les flammes dans cet édifice sacré. L’ange, gardien de la cité, demande à la Vierge, s’il peut protéger celui-ci contre le feu et la Mère de Dieu approuve. À la miséricorde de Dieu par laquelle nous n’avons pas été́ consumés12.

20Dans cette version sculptée des événements, l’édifice n’a pas survécu grâce aux héros locaux, mais grâce à la manifestation de la Vierge Marie protégeant son église. Ce renvoi à la sainte s’alimente des légendes locales syncrétistes établissant la préexistence du culte marial à l’emplacement même de la cathédrale au ier siècle av. J.-C. En réponse au sentiment anticlérical chartrain qui aurait écarté le clergé dans l’affaire de l’incendie, le diocèse de Chartres cherche donc à appuyer sa légitimité́ par la figuration des acteurs sacrés de la catastrophe. Cette image de la Vierge dominant la cathédrale et la ville serait sans doute inspirée d’une image populaire du début du xixe siècle, valorisant la statue de la Vierge noire. Cette statue médiévale brûlée à la Révolution en 1793 et reproduite presque immédiatement après assoit ici sa souveraineté sur la ville.

Figure 7

Figure 7

La composition est dominée en son centre par la statue de la Vierge noire surplombant l’espace urbain. La ville étant définie comme un lieu où se développe la culture, l’image inscrit donc la dimension religieuse aux fondements du patrimoine culturel chartrain. Notre-Dame de Sous-Terre, H. Walter & Engelmann, première moitié du xixe siècle. Chromolithographie, 21 x 30 cm, conservée aux archives départementales d’Eure-et-Loir, collection Maurice Jusselin (inv. Fi 294).

Reproduction Archives 28 / Archives départementales d’Eure-et-Loir.

21Une lithographie réalisée par Julien permet de croire qu’à l’image de l’État commandant des médailles à Jean-Jacques Barre pour commémorer l’incendie, le clergé ait souhaité diffuser cette image allégorique tirée du banc d’œuvre de Pyanet. Il entend provoquer pareillement un consensus autour de cette narration en faisant également appel au registre de l’émotion patrimoniale par un vers appelant une double personnification : celle de la Sainte Vierge, qui se serait manifestée de manière « sensible » au moment de la catastrophe, et celle de la cathédrale secourue.

Figure 8

Figure 8

Cette lithographie était certainement destinée à être diffusée en tant qu’illustration de revue artistique pour promouvoir le nouveau banc d’œuvre commandé en 1837 et placé en 1839 au sein de la cathédrale. Hommage à Notre-Dame de Chartres, Julien, vers 1839, Imprimerie Lemercier. Lithographie, 21 x 30 cm, conservée aux archives départementales d’Eure-et-Loir, collection Maurice Jusselin (inv. Fi 294).

Reproduction Archives 28 / Archives départementales d’Eure-et-Loir.

22L’ex-voto de Pyanet confirme cette nécessité matérielle d’ancrer une mémoire non plus civique, mais religieuse au sein même de la cathédrale. En cela l’image de la Vierge revêt une importance formelle et fonctionnelle dans ce discours. Formelle, puisqu’autour de sa figure vient s’ancrer l’idée d’une identité chartraine ; fonctionnelle, en tant que support efficacement identifiable de cette idée. Elle tente de supplanter par analogie la figure du préfet. Il semblerait que cette intention lui ait valu dans les pages du Glaneur une série de moqueries de la part de Sellèque (Joly 1982), témoignant de cette lutte pour la domination du discours, mais surtout, de la place de la cathédrale dans l’identité locale.

La revendication d’une même identité locale

23Les images produites autour de l’incendie de la cathédrale de Chartres dressent donc deux modalités de narrations différentes résultant d’une même volonté d’inscrire la catastrophe dans une mémoire contemporaine. C’est pourquoi plutôt que de prendre pour acquise l’idée d’un combat distinguant à travers ce récit contemporain le caractère religieux et le caractère civique, voire séculaire, de ce patrimoine, il serait plus intéressant encore de prendre en compte leur coexistence au sein d’une même démarche identitaire.

  • 13 Voir entre autres l’ouvrage sous la direction d’Arnaud Timbert (2014).

24Il est vrai que si l’historiographie entourant l’histoire de l’incendie de la cathédrale de Chartres a produit de nombreux ouvrages étudiant les travaux de sa restauration13, aucun ne s’est intéressé aux émotions patrimoniales qui l’entourent. Il y a pourtant dans cette relation entre les Chartrains et leur cathédrale une reconnaissance mutuelle qui s’observe à travers ces manifestations rituelles qui ont pu aboutir à une cristallisation patrimoniale. Un article paru dans le Glaneur le 14 juillet 1836 relate de manière particulièrement éloquente, et surtout sensible, ce phénomène :

  • 14 Anonyme, « Des réparations et des artistes de la cathédrale », Le Glaneur d’Eure-et-Loir, no 28, 1 (...)

Dans le cours ordinaire des habitudes intimes de la vie privée, lorsqu’une personne qui vous est chère a été sur le point de succomber au coup de foudre d’une maladie imprévue, lorsqu’un ami a failli rester au piège d’un péril imminent, tout danger cessé, il vous prend au fond du cœur un redoublement d’affection pour celui qu’un secours inespéré de la Providence vous a rendu. […]
Eh bien, c’est ce qui nous est arrivé à nous tous, enfants de la ville, habitués à considérer, dès l’enfance, notre cathédrale comme la vieille patronne de notre cité. […]
Ville et cathédrale, tout était sauvé, l’une par l’autre. Depuis cet immense service, il semble que l’affection publique se soit plus fortement encore rattachée à ce monument sacré. Les yeux s’y sont fixés avec plus de dévotion : et de cette contemplation intelligente, parce qu’elle était plus attentive, il est résulté ceci : c’est que chacun de nous est resté saisi devant ce trophée architectural, comme s’il le voyait pour la première fois, et qu’on s’est donné de cette merveilleuse encyclopédie d’art et de science que le Moyen Âge s’était élevée comme pour faire notre désespoir, à nous ses arrière-neveux. De sorte qu’on peut dire, sans aucune espèce d’exagération, que c’est la lueur de l’incendie qui a rendu visible à tous les yeux de ce grand hiéroglyphe de pierre, et qui l’a illuminé de tous ses détails14.

25Cet extrait témoigne combien l’incendie a rendu profondément évident l’attachement et le sentiment de filiation liant les Chartrains à leur cathédrale, et la cathédrale au peuple chartrain. Si les considérations politiques s’opposent autour du monument, les émotions locales, pourtant, se confondent au sein de ces hommages iconographiques. On retrouve en effet, avec l’édition des médailles frappées à partir des cloches de la cathédrale, une forme d’usage politique des outils de l’Église (Cerezales & Isnart 2020) à travers l’idée de reliques profanes commémorant la cathédrale martyre. De la même manière, la mise en place d’un banc d’œuvre commémoratif dans la cathédrale marque une première forme de reprise des codes des monuments civiques commémorant un événement contemporain et non biblique, ce qui est assez surprenant au sein d’un lieu de culte. Le recours à l’allégorie cherche toutefois à donner une dimension atemporelle à ces modes de représentation contrairement aux médailles datées. Malgré la concurrence des discours d’Adelphe Chasles et de l’évêque Clausel de Montals prononcés après l’incendie, chacun exprime simultanément le besoin de désigner une figure héroïque accomplissant, dans un cas comme dans l’autre, un miracle porté par la puissance, voire l’aura, dont elle est dotée. Plus que d’un « transfert de sacralité » (Ozouf 1976) impliquant une double pratique religieuse et patrimoniale autour du monument, il serait plus juste de parler d’un dialogue, voire d’un échange cultuel (Riegl 1903), faisant entrer ces deux discours dans le champ social.

  • 15 Le classement de la cathédrale n’interviendra qu’en 1862.

26C’est pourquoi il est intéressant de souligner que les usages sociaux accompagnant ces images donnent un même sens à la catastrophe, soit celui d’être à l’origine d’une véritable fabrique patrimoniale locale. Si la cathédrale est considérée comme « monument historique » dès 183715 après l’institutionnalisation de la Commission des monuments historiques, on peut penser que le phénomène de sécularisation qui a affecté les monuments religieux ne marque pas tant de séparation entre la sphère religieuse et civique qu’il ne les unit au sein de la même idée de patrimoine entourant une identité complexe et commune. L’incendie du 4 juin 1836 joue ainsi un rôle déterminant dans la redéfinition de l’identité chartraine au XIXe siècle amenant à une profusion de discours et d’objets produits pour la première fois, permettant aux sentiments locaux de se cristalliser. L’interprétation collective spontanée qu’a suscitée l’incendie du monument a mis en lumière des mentalités et des comportements individuels nouveaux autour de celui-ci.

27Plus qu’un véritable conflit, cette pluralité narrative marque un même territoire où se joue l’interprétation de la catastrophe. De cette manière, les passions patrimoniales déclenchées par l’incendie de la cathédrale de Chartres ont pu mettre en évidence sa qualité d’« héritage artistique et monumental où l’on peut se reconnaître » (Chastel 1986 : 420). C’est cette même sensibilité locale qui a été soulignée à l’occasion du Salon de 1837 où deux huiles sur toile ont représenté l’événement : celle de François Alexandre Pernot [voir fig. 1] et celle de Charles Fournier des Ormes. Ces deux toiles ont été exposées dans la section « peinture de paysage », et non « peinture d’histoire » malgré la portée nationale de l’événement ; elles expriment toutefois l’émotion des Chartrains impuissants face à l’ampleur de l’incendie. Si elles présentent un traitement chromatique sensiblement différent et dépeignent la cathédrale, soit de manière détaillée avec le plomb s’écoulant dans la ville, soit en ne dressant que la silhouette de l’église, les deux artistes ont choisi de mettre en avant la centralité de l’édifice d’un point de vue non seulement géographique, mais surtout sentimental.

Figure 9

Figure 9

Il s’agit de la seconde interprétation de l’incendie du Salon de 1837. Peinte en 1836, cette œuvre a connu un succès supérieur à celle de François Alexandre Pernot exposée dans la même section. Elle est aujourd’hui conservée à la sacristie de la cathédrale. L’Incendie de la cathédrale de Chartres en 1836, Charles Fournier des Ormes, 1836. Huile sur toile, 75 x 92 cm, conservée à la cathédrale de Chartres.

Reproduction Mariusz Hermanowicz, Anna Guillen (Région Centre-Val de Loire – Inventaire général).

28L’importance de la catastrophe est rappelée de nouveau en 1882 dans un ouvrage de Maxime Petit intitulé Les Grands Incendies, illustré par Auguste Victor Deroy (1823-1906), qui a pour ambition de tracer une histoire universelle des catastrophes patrimoniales de l’Antiquité à la fin du XIXe siècle. Le choix que fait Deroy d’introduire l’ouvrage par l’illustration de l’incendie de la cathédrale de Chartres assure à la catastrophe sa postérité, presque cinquante ans plus tard.

Figure 10

Figure 10

Auguste Victor Deroy a notamment œuvré à l’illustration des guides de voyage édités pour le lancement de la nouvelle ligne Paris-Orléans au sein desquels figurent de nombreuses représentations de la cathédrale de Chartres. L’Incendie de la cathédrale de Chartres en 1836, Auguste Victor Deroy, 1882, 16 x 24 cm, dans Les Grands Incendies, Maxime Petit, Hachette et Cie, Paris, conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques (8-V-5566).

Reproduction Gallica / Bibliothèque nationale de France.

29L’incendie de la cathédrale de Chartres du 4 juin 1836 marque un véritable tournant dans la façon dont est considéré́ le patrimoine chartrain : ce dernier passe en effet d’un patrimoine visible à un patrimoine réel et sensible mis en évidence par la catastrophe. Il s’agit sans doute d’une des premières occurrences où se mêlent la mémoire et l’histoire, donnant corps à la notion de « patrimoine ».

Haut de page

Bibliographie

ADHÉMAR Jean, 1968, Imagerie populaire française, Milan, Paris, Electa Instituto Editoriale, Weber.

ANONYME, 1836, « L’incendie de la cathédrale de Chartres », Le Glaneur d’Eure-et-Loir, no 23, 9 juin.

ANONYME, 1836, « Monsieur le maire de Chartres nous adresse la lettre suivante… », Le Journal des débats politiques et littéraires, 9 juin.

ANONYME, 1836, « Des réparations et des artistes de la cathédrale », Le Glaneur d’Eure-et-Loir, no 28, 14 juillet.

MONTALIVET Camille de, 1836, « Rapport au roi », Le Journal des débats politiques, 21 août.

BOUDERLIQUE Maéva, 2021, « La Construction visuelle du patrimoine chartrain (1836-1901) », mémoire de recherche sous la direction de Thierry Laugée, soutenu à Sorbonne-Lettres Université, vol. I.

CEREZALES Nathalie & ISNART Cyril (dir.), 2020, The Religious Heritage Complex: Legacy, Conservation, and Christianity, Londres, New York, Bloomsbury Academic, coll. « Bloomsbury Studies in Material Religion ».

CHASTEL André, 1986, « Le Patrimoine », in NORA Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire, t. II : La Nation, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque illustrée des histoires », p. 403-450.

FABRE Daniel, 2013, Émotions patrimoniales, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France. Cahier ». Disponible en ligne, https://books.openedition.org/editionsmsh/3580 [lien valide en janvier 2024].

HARGROVE June & McWILLIAM Neil, 2005, Nationalism and French Visual Culture: 1870-1914, New Heaven, Yale University Press, coll. « Studies in the History of Art ».

HEINICH Nathalie, 2009, La Fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France ».

JOLY Anne-Marie & VALLÈS-BLED Maïthé, 1996, Le Général Marceau, figure emblématique du héros révolutionnaire, cat. exp., Chartres, musée des Beaux-Arts, 21 septembre-25 novembre, Chartres, musée des Beaux-Arts.

JOLY Roger, 1982, Histoire de Chartres, Le Coteau, Roanne, Éditions Horvath, coll. « Histoire des villes de France ».

LA ROCHEJAQUELEIN marquis de, 7 juin 1836, « Détails sur l’incendie de la cathédrale de Chartres », La Gazette de France, p. 3.

LIZIER Henri, 1972, Chartres et la Beauce au temps de Louis-Philippe (1830-1848), Chartres, Éditions Jean Legué.

OZOUF Mona, 1976, La Fête révolutionnaire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires ».

PETIT Maxime, 1882, Les Grands Incendies, Paris, Librairie Hachette et Cie, coll. « Bibliothèque des merveilles ».

SEVRIN Ernest, 1959, Les Missions religieuses en France sous la Restauration (1815-1830), t. I : Le Missionnaire et la mission, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, coll. « Bibliothèque de la Société d’histoire ecclésiastique de la France ».

TIMBERT Arnaud (dir.), 2014, Chartres. Construire et restaurer la cathédrale xie-xxie s., Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Architecture et urbanisme ».

Haut de page

Notes

1 Code du patrimoine, 24 février 2004.

2 Chartres, Archives diocésaines, Manuscrit, Fonds évêchés, série G, inv. 1709 : M. Hérisson, « Notice historique de la mission faite à Chartres en 1827 sous l’épiscopat de Mgr Hippolyte Clausel de Montals, évêque de Chartres ».

3 Voir Bouderlique 2021. Les Chartrains lancent une souscription peu de temps après la fin des travaux de restauration de la cathédrale en vue d’ériger une statue au général Marceau. La cathédrale et cette statue, inaugurée en 1851, constituent les deux pendants de l’identité locale au xixe siècle et jusqu’au début du xxe siècle.

4 « Monuments signifie ici édifices mais aussi tombeaux, statues, vitraux, tout ce qui peut fixer, illustrer, préciser l’histoire nationale. », p. 424.

5 Marquis de La Rochejaquelein, « Détails sur l’incendie de la cathédrale de Chartres », La Gazette de France, 7 juin 1836, p. 3.

6 Ibid.

7 Anonyme, « L’incendie de la cathédrale de Chartres », Le Glaneur d’Eure-et-Loir, no 23, 9 juin 1836, p. 2-3.

8 Pseudonyme de l’éditeur chartrain Pierre-Jules Hetzel (1814-1886).

9 Anonyme, « Monsieur le maire de Chartres nous adresse la lettre suivante… », Le Journal des débats politiques et littéraires, 9 juin 1836, p.2

10 Camille de Montalivet, « Rapport au Roi », Le Journal des débats politiques et littéraires, 21 août 1836, p. 3.

11 Plaque commémorative en marbre noir, inscriptions en lettres dorées. Actuellement exposée à côté du panneau sculpté dans la crypte de la cathédrale.

12 Traduction extraite de L’Hebdo cathédrale du 10 mai 2010. Elle provient de l’article dédié au banc d’œuvre de la cathédrale rédigé par Gilles Fresson, anciennement recteur de la cathédrale de Chartres. Voici l’inscription originale : « DAEMONEM IN HANC AEDEM SACRAM FLAMMAS EJACULANTEM, JAMQUE PER TURRES ET TABULATA HORRIFICE DEBACCHATUM MARIA, INJECTO FROENO, COERCET. ANGELUS, URBIS CUSTOS, UT SIBI LICEAT ILLAM CONTRA IGNES TUTARI A VIRGINE ROGAT, ANNUITQUE DEI PARA. MISERICORDIAE DOMINI QUA NON SUMUS CONSUMPTI.THREN. C3.V.22. PRAEDICTUM INCENDIUM ACCIDIT DIE IV JUNII MDCCCXXXVI. »

13 Voir entre autres l’ouvrage sous la direction d’Arnaud Timbert (2014).

14 Anonyme, « Des réparations et des artistes de la cathédrale », Le Glaneur d’Eure-et-Loir, no 28, 14 juillet 1836, p. 5.

15 Le classement de la cathédrale n’interviendra qu’en 1862.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Cette œuvre est exposée au Salon de 1837 dans la section « Peinture de paysage ». Elle est achetée par l’État à cette occasion pour être offerte à la Ville de Chartres, la mémoire de cet événement semblant revenir de droit à son patrimoine local. L’Incendie de la cathédrale de Chartres en 1836, François Alexandre Pernot, 1836. Huile sur toile, 178,5 x 265 cm, conservée au musée des Beaux-Arts de Chartres (inv. 3552).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Figure 2
Légende Ce canard imprimé au lendemain de la catastrophe valorise les Chartrains comme acteurs de la préservation de leur cathédrale. L’illustration pourrait avoir été reprise d’un bois gravé ultérieurement pour un autre fait-divers, la cathédrale y demeurant absente. Incendie de la cathédrale de Chartres, le 4 du présent mois de juin 1836, auteur inconnu, Imprimerie Le Bissonnais à Blois, 1836, 35 x 43 cm, gravure sur bois et impression sur papier, conservé aux archives départementales d’Eure-et-Loir, collection Maurice Jusselin (7 Fi 322).
Crédits Reproduction Archives 28 / Archives départementales d’Eure-et-Loir.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Titre Figure 3
Légende D’après le spécialiste de l’imagerie populaire Jean Adhémar, ce canard de 1838 reprendrait un bois originellement destiné à illustrer celui de l’incendie chartrain de 1836. On peut y reconnaître le portail royal de la cathédrale beauceronne. Nouveaux détails circonstanciés sur le terrible incendie du Théâtre royal italien, Anonyme, Imprimerie Chassaignon à Paris, 1838, gravure sur bois et impression sur papier, 30 x 43 cm, conservé dans une collection particulière.
Crédits Reproduction Ateliers Art d’Oise.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Figure 4
Légende Médaille commémorative, version Delessert. Frappée à partir des cloches fondues de la cathédrale, cette série de médailles commémoratives incarne des « reliques profanes ». Elles permettent à chaque Chartrain de s’emparer individuellement d’une part de cette mémoire collective. Médaille commémorative de l’incendie de la cathédrale de Chartres, Jean-Jacques Barre et Alexis-Joseph Depaulis, 1837, bronze, d. : 5,6 cm, œuvre conservée aux archives départementales d’Eure-et-Loir, collection Maurice Jusselin (inv. 7 Fi 290).
Crédits Reproduction Archives 28 / Archives départementales d’Eure-et-Loir.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Figure 5
Légende Médaille commémorative, version Louis-Philippe. Contrairement à la version Delessert, cette médaille valorise au revers le profil du roi des Français Louis-Philippe. Sa figure est associée à celle de la cathédrale qui est ici rattachée à la protection de l’État. Médaille commémorative de l’incendie de la cathédrale de Chartres, Jean-Jacques Barre et Alexis-Joseph Depaulis, 1837, bronze, d. 5,6 cm, œuvre conservée aux archives départementales d’Eure-et-Loir, collection Maurice Jusselin (inv. 7 Fi 290).
Crédits Reproduction Archives 28 / Archives départementales d’Eure-et-Loir.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2743/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 6
Légende Réalisé par le sculpteur Victor Pyanet et exécuté par un menuisier chartrain du nom de Bravet, le relief qui ornait le dossier du banc d’œuvre ex-voto est accompagné d’une plaque en marbre noir gravée en lettres d’or en latin qui reprend le discours prononcé par l’évêque Claude-Hippolyte Clausel de Montals. Notre-Dame de Chartres sauve la cathédrale lors de l’incendie de 1836, Victor Pyanet et Bravet, 1839, chêne verni, 200 x 134,5 cm, œuvre conservée à la cathédrale Notre-Dame de Chartres (inv. IA28000005).
Crédits Reproduction Mariusz Hermanowicz (Région Centre-Val de Loire – Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2743/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Figure 7
Légende La composition est dominée en son centre par la statue de la Vierge noire surplombant l’espace urbain. La ville étant définie comme un lieu où se développe la culture, l’image inscrit donc la dimension religieuse aux fondements du patrimoine culturel chartrain. Notre-Dame de Sous-Terre, H. Walter & Engelmann, première moitié du xixe siècle. Chromolithographie, 21 x 30 cm, conservée aux archives départementales d’Eure-et-Loir, collection Maurice Jusselin (inv. Fi 294).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2743/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Figure 8
Légende Cette lithographie était certainement destinée à être diffusée en tant qu’illustration de revue artistique pour promouvoir le nouveau banc d’œuvre commandé en 1837 et placé en 1839 au sein de la cathédrale. Hommage à Notre-Dame de Chartres, Julien, vers 1839, Imprimerie Lemercier. Lithographie, 21 x 30 cm, conservée aux archives départementales d’Eure-et-Loir, collection Maurice Jusselin (inv. Fi 294).
Crédits Reproduction Archives 28 / Archives départementales d’Eure-et-Loir.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2743/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Figure 9
Légende Il s’agit de la seconde interprétation de l’incendie du Salon de 1837. Peinte en 1836, cette œuvre a connu un succès supérieur à celle de François Alexandre Pernot exposée dans la même section. Elle est aujourd’hui conservée à la sacristie de la cathédrale. L’Incendie de la cathédrale de Chartres en 1836, Charles Fournier des Ormes, 1836. Huile sur toile, 75 x 92 cm, conservée à la cathédrale de Chartres.
Crédits Reproduction Mariusz Hermanowicz, Anna Guillen (Région Centre-Val de Loire – Inventaire général).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2743/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Figure 10
Légende Auguste Victor Deroy a notamment œuvré à l’illustration des guides de voyage édités pour le lancement de la nouvelle ligne Paris-Orléans au sein desquels figurent de nombreuses représentations de la cathédrale de Chartres. L’Incendie de la cathédrale de Chartres en 1836, Auguste Victor Deroy, 1882, 16 x 24 cm, dans Les Grands Incendies, Maxime Petit, Hachette et Cie, Paris, conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques (8-V-5566).
Crédits Reproduction Gallica / Bibliothèque nationale de France.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2743/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maéva Bouderlique, « Enjeux identitaires autour de l’incendie de la cathédrale de Chartres du 4 juin 1836  »In Situ. Au regard des sciences sociales [En ligne], 4 | 2024, mis en ligne le 21 février 2024, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/insituarss/2743 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insituarss.2743

Haut de page

Auteur

Maéva Bouderlique

Diplômée en master d’histoire de l’art à Sorbonne-Lettres Université ; préparation aux concours du patrimoine spécialités Musées et Monuments historiques
maevabouderlique@hotmail.fr

 

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search