Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4ConclusionEntre émotion et catastrophe patr...

Conclusion

Entre émotion et catastrophe patrimoniale

Enjeux d’une inflexion du regard
Between Emotion and Heritage Disasters, the Issues in New Ways of Seeing
Véronique Dassié

Résumés

Si les humains semblent avoir de tout temps avoir dû faire face à des catastrophes, la mise en place des dispositifs de réparation depuis les années 1980 a révélé l’ampleur nouvelle de leurs incidences humaines. Mais, nouveau venu dans la rhétorique des catastrophes, le patrimoine cristallise désormais à son tour des émotions collectives dès qu’une tempête, une inondation ou une guerre lui portent atteinte. Or, envisager qu’il y ait « catastrophe patrimoniale » implique aussi la rencontre entre deux formes d’exceptionnalités : celle du patrimoine, dont l’existence suppose l’identification d’un bien « extra-ordinaire » du fait de sa valeur culturelle, et celle de l’événement, pensé lui-même comme rupture avec l’ordinaire d’un quotidien, ce qui suppose une bascule temporelle entre un avant et un après. Cet article propose de scruter de plus près les conditions du rapprochement entre « émotion », « catastrophe » et « patrimoine » afin d’envisager les apports épistémologiques des usages de la notion de « catastrophe patrimoniale ». Pour ce faire, il analyse la manière dont la catastrophe patrimoniale intervient comme opérateur de consensus, mais aussi les fragilités sociopolitiques qu’elle donne à voir.

Haut de page

Texte intégral

1La thématique de la catastrophe patrimoniale, exemplifiée récemment en France par l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, semble aussi ancienne que les destructions urbaines elles-mêmes peuvent en attester. Dans le sillage des guerres, révolutions, séismes technologiques et événements naturels de grande ampleur, l’histoire des ruines et dévastations matérielles du bâti fournit un bon nombre d’exemples de déplorations face au sinistre. Dès l’Antiquité, sous la plume de Tacite, l’incendie de Rome en 64 apr. J.-C. faisait ainsi figure de « perte irréparable » : « Les plus antiques monuments de la religion […] furent la proie des flammes. Ajoutez les richesses conquises par tant de victoires, les chefs-d’œuvre des arts de la Grèce, enfin les plus anciens et les plus fidèles dépôts des conceptions du génie, trésors dont les vieillards gardaient le souvenir, malgré la splendeur de la ville renaissante, et dont la perte était irréparable1 », se désolait alors l’historien.

Figure 1

Figure 1

Le regard du peintre Hubert Robert (1733-1808) sur l’incendie de Rome traduit la force émotionnelle qui peut être accordée au désastre causé par le feu sur une architecture antique comme traduction du sublime au xviiie siècle. L’Incendie de Rome, Hubert Robert, vers 1771. Huile sur toile, 75,5 x 93 cm, conservée au musée d’Art moderne André-Malraux (MuMa), Le Havre.

Reproduction DcoetzeeBot, extrait de Wikimedia Commons (licence CC0 1.0 Universal).

2Les dévastations du patrimoine culturel en tant que victime collatérale d’incendies ou d’autres séismes ont donc depuis longtemps suscité la désolation. Lors de la Révolution française, l’émotion provoquée par les destructions est même devenue le révélateur de la valeur patrimoniale collective puisque, comme l’a souligné André Chastel (1986), le vandalisme aurait conduit à la naissance de l’attention patrimoniale moderne. Celle-ci semble pour ainsi dire consubstantielle à l’émotion.

3L’expression « catastrophe patrimoniale » mérite toutefois qu’on s’y attarde, car si le fait apparaît ancien, l’association des deux termes ne va pas pour autant de soi. Dans l’ouvrage fondateur dirigé par Daniel Fabre sur les Émotions patrimoniales (2013), seuls trois auteurs, analysant les émotions collectives qui se déploient à propos d’un patrimoine, évoquent des catastrophes. Certes, les émotions éprouvées à l’égard du patrimoine n’impliquent pas toujours qu’il ait été détruit, pourrait-on rétorquer. Pourtant, dans ce même livre, des destructions sont mentionnées par plus de la moitié des auteurs, et cela même si elles ne sont pas avérées. Si la destruction constitue pour le moins un horizon possible, un risque ou un héritage du passé, elle ne fait néanmoins pas toujours « catastrophe ». À y regarder de plus près, la notion de « catastrophe » suppose deux conditions aux yeux des auteurs : une atteinte qui implique également des vies humaines et une cause pensée comme « naturelle » ou tout au moins hors du contrôle humain, à l’instar des inondations, tempêtes et incendies. Les conséquences de la catastrophe sont donc avant tout humanitaires et ses causes échappent aux responsabilités humaines. A fortiori, quand une imprudence pourrait l’expliquer, celle-ci « reste confinée dans la discrétion de l’enquête administrative », remarque d’ailleurs Daniel Fabre (2013 : 73).

4Dès lors, les conditions d’un rapprochement entre « émotion » et « catastrophe », et entre celle-ci et l’atteinte au patrimoine requièrent d’être scrutées de plus près. Ou pour le dire autrement, quels sont les enjeux d’une substitution du terme « émotion » par celui de « catastrophe » ? Si la rhétorique de la catastrophe s’applique désormais au patrimoine, comment en envisager les apports sur le plan épistémologique ?

La catastrophe patrimoniale : indice d’une rupture culturelle

5Avant de répondre à ces questions, il semble utile de revenir sur quelques traits saillants qui donnent à l’événement une allure de catastrophe. Celle-ci est un « bouleversement », c’est-à-dire qu’elle présente la caractéristique d’être à la fois effroyable et brusque. Son premier trait distinctif tient donc à son lien avec des « émotions ». S’il est possible d’envisager une émotion sans catastrophe, l’inverse ne l’est pas : quand une destruction a lieu sans produire d’émotion, il n’y a tout simplement pas catastrophe. Celle-ci ne devient d’ailleurs perceptible qu’à travers le choc affectif qu’elle suscite. Pensez aux enfants qui trébuchent et, se retrouvant à terre, ne se mettent à pleurer qu’en découvrant le regard inquiet de leur mère… L’inquiétude signe la catastrophe, à savoir la possible perte de ce qui compte. L’histoire des catastrophes naturelles en atteste : des événements considérés comme étant dans l’ordre des choses peuvent prendre valeur de catastrophe à d’autres époques. L’historien Emmanuel Garnier l’a mis en évidence à propos des tempêtes dans les Vosges : alors que les chablis d’arbres en forêt sont leur lot commun l’hiver et relèvent de l’ordinaire, ils deviennent à partir de la seconde moitié du xviiie siècle l’indice pour les habitants et les forestiers locaux d’un désordre : « les paysages de désolation offerts par les forêts couvertes de bois de chablis sont vécus comme un véritable choc psychologique par les montagnards » (Garnier 2002 : 231). Les dégâts, vus comme la conséquence d’une normalisation des pratiques sylvicoles imposée par l’État central, vont conduire à des mobilisations de rejet de ces réformes afin de « restaurer » les espaces forestiers dégradés. Les tempêtes marquent une rupture, dans les perceptions comme dans la relation entre des savoir-faire érigés en principes nationaux et les pratiques locales. Leur perception révèle par conséquent une opposition socioculturelle plus profonde.

  • 2 Comme le propose Stéphane Bern lors de la présentation de sa nouvelle mission en 2018, « Éditorial (...)

6S’agissant de catastrophes patrimoniales, la dimension culturelle apparaît d’autant plus prégnante. Dans ce cas, le désastre, sensible par l’émotion, permet également d’éprouver une valeur patrimoniale collective. Il dévoile un sentiment habituellement latent et inconscient d’appartenance à un territoire, une nation, une religion ou un groupe social. Le risque d’une remise en cause de fondements sociaux et culturels devient perceptible à travers le désordre matériel. L’émotion, consubstantielle à la catastrophe, l’est aussi au patrimoine : être touché par la présence d’un monument ou d’une pratique culturelle permet de ressentir la valeur, ineffable, d’un patrimoine. L’émotion fait ainsi advenir la patrimonialité. Cette dimension axiologique du patrimoine a été considérée par la sociologue Nathalie Heinich comme une sorte de substrat préalable nécessaire et indispensable à son introduction dans une chaîne patrimoniale (2009). La catastrophe patrimoniale intervient comme opérateur d’une prise de conscience de la valeur, collective et indéfinissable, manière de ressentir un « nous » fédérateur. Les professionnels de musées en font l’expérience quand ils découvrent de nouvelles pièces pour les collections publiques. L’émotion qu’ils éprouvent en trouvant l’objet confirme sa valeur (Dassié 2016). C’est ce que les militants des causes patrimoniales exemplifient également à leur manière à travers leurs désirs de restauration : élargir l’audience de leur propre déploration aide à collecter des fonds. Les dispositifs télévisuels mis en place pour sauver un patrimoine constituent des « catalyseurs d’émotions » (Xavier 2009). Fédérer autour de l’urgence qu’il y a à « sauver une centaine voire plus de monuments en péril2 » grâce au Loto du patrimoine traduit cette forme de lutte contre l’indifférence patrimoniale, et donc l’enjeu d’une inflexion du regard pour considérer comme catastrophique la disparition d’un lavoir, d’une chapelle, d’un pont ou d’un château. Faire le constat de la catastrophe revient à rompre avec l’indifférence, la non-émotion.

Figure 2

Figure 2

Depuis 2018, le loto du patrimoine lancé dans le cadre de la Mission Stéphane Bern par la Française des jeux permet de récolter des fonds destinés à la Fondation du patrimoine pour assurer l’entretien de monuments considérés en péril. Ce dispositif intervient comme lutte contre l’indifférence patrimoniale en donnant une forme ludique à l’émotion suscitée par l’abandon du patrimoine et au spectre de sa possible disparition.

© Nicolas Anglade (Fondation du patrimoine).

7Un second trait corollaire de la catastrophe vaut la peine d’être considéré : il concerne sa dimension événementielle, brutale et délimitée dans le temps. La catastrophe fait « événement » et, en tant que tel, marque une rupture entre un avant et un après, autrement dit un changement, une transformation dont les conséquences n’apparaissent pas maîtrisées. Dès 1903, le sociologue François Simiand soulignait pourtant dans la Revue de synthèse historique l’importance d’« écarter l’accidentel pour s’attacher au régulier » (1960 [1903] : 95), précepte repris ensuite par l’école des Annales qui s’est construite contre la tentation événementielle au profit d’une étude des processus historiques. Si l’événement ne peut être considéré comme la seule clef de compréhension des transformations sociales et politiques, les moments érigés en rupture qui se déploient dans le quotidien médiatique contemporain constituent toutefois des faits révélateurs de processus en cours. En effet, comme l’ont souligné les anthropologues Alban Bensa et Éric Fassin, tout événement, « modification sensible des rapports de force et de la configuration des possibles, est à la fois politique et épistémologique » (Bensa & Fassin 2002). Il s’agit de considérer les désastres moins comme cause de changements qu’en tant que symptômes. Ceci donne une portée toute particulière aux catastrophes patrimoniales, moments d’une conjonction paradoxale à l’œuvre entre monument et événement, comme le soulignait en 2001 Daniel Fabre lors d’un séminaire préfiguratif du programme « émotions patrimoniales ». Le monument est une inscription dans le temps, une forme d’éternisation soulignait-il ; l’événement, éphémère, s’impose au contraire par sa brièveté. Cette superposition entre l’événement et le patrimoine fait « crise » et appelle une réaction, réaction qui se cristallise, elle, dans l’émotion. Comme le rappelle Sandrine Revet dans ce numéro, « une catastrophe, c’est un prisme, c’est une focale particulière qu’on va placer sur une société et grâce à laquelle on va voir des dynamiques sociales, à la fois nouvelles, émergentes, mais aussi très routinières ». Lorsque la catastrophe concerne un patrimoine, ces dynamiques deviennent d’autant plus sensibles qu’elles touchent des fondements culturels qui sont remis en cause. Ce faisant, elles mobilisent des collectifs qui se fédèrent autour d’une mémoire commune.

Ressentir le commun : un moteur de consensus

8Les mobilisations collectives générées par les catastrophes patrimoniales posent donc la question du consensus auquel elles donnent lieu. Daniel Fabre (2013) a mis en évidence trois circonstances propices aux émotions patrimoniales qui éclairent la mécanique post-catastrophe. Au côté de l’événement imprévu et soudain, à l’exemple de l’incendie du parlement de Bretagne en 1994, s’ajoute une deuxième circonstance repérée par l’auteur et qui concerne les découvertes : un élément du patrimoine peut être mis à jour, révélé par des travaux ou des fouilles. La valeur patrimoniale de l’objet ou de l’édifice apparaît soudainement alors qu’elle était jusque-là invisible. La troisième circonstance favorisant ce type d’émotion implique une intervention : un projet de transformation urbain ou d’aménagement du territoire mobilise riverains ou amateurs de patrimoine qui y voient une atteinte à la conservation des traces du passé. Au contraire de la catastrophe, cette situation se nourrit très souvent de polémiques : le changement annoncé donne lieu à des oppositions parfois très vives, comme ce fut le cas lors de la dérestauration de la basilique Saint-Sernin à Toulouse, qui a effacé les interventions antérieures réalisées par Viollet-le-Duc. Aux antipodes de l’intervention, qui attise les conflits, la catastrophe s’avère donc particulièrement fédératrice. S’il peut bien sûr y avoir des points de friction, notamment dans les conduites à tenir pour restaurer ce qui a été abîmé, il y a en effet toujours expression d’un accord sur la nécessité d’agir, de réparer, ou de reconstruire.

Figure 3

Figure 3

Le programme sur les « émotions patrimoniales », dirigé par Daniel Fabre durant la première décennie du xxie siècle, a initié les premiers travaux sur les catastrophes patrimoniales, montrant aussi en contrepoint que, dans ce domaine, si la catastrophe fait émotion, toute émotion ne fait pas pour autant catastrophe. Émotions patrimoniales, sous la direction de Daniel Fabre, cahier no 27 de la collection « Ethnologie de la France », Éditons de la Maison des sciences de l’homme, 2013.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

  • 3 À l’occasion de la projection-débat organisée lors des journées de la Société d’ethnologie françai (...)

9L’évidence consensuelle autour des catastrophes patrimoniales mérite par conséquent d’être interrogée. La replantation du parc du château de Versailles après la tempête de 1999 n’a provoqué aucune polémique alors qu’aucune restauration de grande ampleur n’avait pu y être envisagée auparavant par crainte des réactions des visiteurs et des riverains (Dassié 2014). De manière plus large, si les procédés retenus pour reconstruire un monument peuvent faire l’objet de débats, les critiques restent confidentielles au lendemain d’une catastrophe. Comme l’a proposé l’anthropologue Jean-Pierre Olivier de Sardan3, il est important d’appréhender le consensus en tant que situation paradoxale. Appliqué au patrimoine, il l’est d’autant plus qu’à la différence des catastrophes humaines où les solidarités s’imposent pour la survie, la victime patrimoniale n’est pas animée. Se pose donc l’enjeu d’une communion autour du monument.

Figure 4

Figure 4

Entre le plan daté de 1770 et celui remis aux visiteurs du parc en 2015, l’observateur attentif peut remarquer les subtiles transformations des bosquets, avec notamment la disparition du labyrinthe, remplacé par le bosquet de la Reine (no 32 sur le plan de 2015). À ces transformations structurelles s’ajoute une diversification des essences qui aux yeux de Pierre-André Lablaude, architecte de la restauration du parc, donne au site un aspect « plus jeune » tout en produisant un aspect « marbré » du parement végétal. « Plan des Villes, Chateau [sic], Parc de Versailles, Trianon et la Ménagerie », 1770, extrait d’À Paris chez le Rouge rue des grands Augustins, Georges-Louis Le rouge éditeur, 1775 ; plan de Versailles, 2015.

Reproduction BNF, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b10025876m.r=plan%20versailles%201770?rk=21459;2 © Château de Versailles.

10Si la communauté patrimoniale peut être éphémère, se désagréger aussi vite qu’elle s’est agrégée à l’instar du mouvement des Gilets jaunes à propos de Notre-Dame des droits analysé par Erwan Barcelo dans ce numéro, le devenir des traces de l’édifice n’en conserve pas moins toujours un sens, fût-ce de manière latente : les vestiges dispersés de la cathédrale démantelée par les pouvoirs publics restent dans ce cas comme des « survivances ». À travers le geste conservatoire, « c’est la vision du monde portée par le collectif qui se réaffirme et qui continue de construire par-delà la destruction », remarque-t-il. Il en a été de même des mémoires ukrainiennes fragilisées par le régime soviétique au XXe siècle mais que la diaspora a préservées ailleurs et qui peuvent être aujourd’hui remobilisées face à la menace ethnocidaire liée à l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe (Dassié 2022). Comme l’a mis en évidence la spécialiste de littérature comparée Marianne Hirsch à propos des post-mémoires qui font suite à un tel traumatisme collectif, la démarche enclenche non pas « une position identitaire, mais une structure générationnelle de transmission » (Hirsch 2014) aux effets différés complexes. Les guerres motivent le geste patrimonial au nom de l’expression des identités nationales et d’héritages sociofamiliaux. Mais s’agissant de catastrophes naturelles, dont la responsabilité semble relever de la fatalité car causées par des agents non humains, les cartes de l’appartenance culturelle semblent rebattues d’une manière quelque peu différente.

  • 4 Intervenue dans une session dédiée aux « Débats sur la presse » dans le cadre du colloque « Enseig (...)

11Ce potentiel fédérateur de la catastrophe amène à questionner ses usages et les mises en discours qu’elle suscite. Que ce soit pour partager l’émotion, évoquer les manières de réparer les dégâts ou pour contester des décisions, la catastrophe induit en effet la production de discours multiples. Au côté des récits de l’émotion, portés par les personnes touchées par la perte ou les journalistes qui les relaient, il y a une mise en débat des expertises : comment expliquer ce qui s’est passé et que convient-il de faire pour réparer. Les scientifiques eux-mêmes se trouvent pris à témoin par la presse pour développer leurs propres expertises. Cette production de discours est importante dans l’activation d’une mécanique du « je » et du « nous » qui opère pour nourrir un consensus. Le point de départ de l’émotion est individuel : un « je » est touché, par exemple en découvrant l’incendie de Notre-Dame sur son écran de télévision ou son smartphone, ce « je » manifeste son émotion, la partage, prévient son entourage, en parle autour de lui. Les médias la reprennent volontiers à leur tour, car elle est garante de l’intérêt que pourront leur accorder leurs auditeurs, lecteurs ou spectateurs. Dans ce cas s’applique alors ce que les journalistes appellent « la loi kilométrique » qui, comme l’expliquait Guilaine Chenu, alors réalisatrice de l’émission Envoyé spécial, à l’occasion d’un colloque sur les incidences de la tempête de 19994, nourrit l’intérêt du public selon sa proximité avec l’événement : un mort à côté de chez soi touche plus que 10 morts à 1 000 km. La médiatisation produit un effet boule de neige : chacun peut reprendre l’information à son compte et la commenter en retour. Les médias s’autoalimentent avec l’émotion, la diffusent et l’amplifient.

12Mais l’émotion peut aussi être réinterprétée. L’écho qu’elle rencontre peut se déployer bien au-delà de l’événement. L’usage des réseaux sociaux nous en procure un exemple paroxystique. Pendant l’incendie de la cathédrale Notre-Dame le 15 avril 2019, une utilisatrice du réseau Twitter publie :

Je suis dehors, je me suis enfuie de table, je peux pas gérer, n’y arrive pas, je suis seule à pleurer dehors parce que, putain, c’est notre dame, j’ai l’impression de crever.

  • 5 La mention de « notre dame » sans majuscule ni trait d’union humanise et féminise le monument, ce (...)
  • 6 Détournement d’un fait marquant (politique, sportif, culturel…) par des internautes pour raconter (...)

13Son émotion pendant l’incendie, d’une grande intensité, est largement partagée. Devenue « icône du drama » (tweet de Haamzac, 28 octobre 2019), la formule sera reprise régulièrement de manière parodique, substituant « notre dame5 » à divers acteurs impliqués dans des situations qui semblent faire « événement » mais suspectées d’être abusivement érigées en catastrophe ou de ne concerner qu’une classe sociale jugée privilégiée : lors de la pénurie de beurre et de crème en août 2022, le profil NormandieMeme reprend ainsi le tweet en remplaçant « notre dame » par « le beurre et la crème ». Quelques mois plus tard, c’est le footballeur Sadio Mané qui est mentionné dans le même tweet alors qu’il vient de déclarer forfait pour la Coupe du monde au Qatar en novembre 2022. Quand la ministre déléguée au tourisme appelle au respect des vacances face à la menace de grève des remontées mécaniques en janvier 2023, c’est « mes vacances à Courchevel avec Enguerrand » qui remplace cette fois « notre dame » dans un tweet. Transformée en « mème6 », l’émotion patrimoniale prend une forme virale en tant que référence de l’exagération auprès des jeunes qui l’appliquent à toute situation pour traduire une réaction jugée excessive. Le mème appuie sur la portée relative de la catastrophe, indiquant à travers la caricature une démesure verbale qui laisse entrevoir des clivages et révèle aussi finalement la fragilité du consensus.

Spectacularité et mises en récit de l’incendie

14Saisir cette fragilité du consensus invite à revenir sur ce qui se joue à travers les narrations et dispositifs visuels qui accompagnent la catastrophe patrimoniale. Celle-ci, en tant que rupture entre un avant et un après, est constat d’une perturbation dans l’ordre des choses que l’iconographie et les commentaires mettent abondamment en scène. Lorsque le parc du château de Versailles a été détruit par la tempête en 1999, les photographies du désordre ont été largement diffusées, montrant une superposition entre l’enchevêtrement des branches d’arbres à terre et l’architecture classique rectiligne du château de Versailles (Dassié 2014).

Figure 5

Figure 5

Souche du tulipier de Virginie, dit « tulipier de la Reine », exposée en vue de la « vente des arbres historiques » organisée le 21 octobre 2000 au château de Versailles. L’enchevêtrement des racines y tranche avec l’architecture classique du Grand Trianon en arrière-plan, donnant une forme visuelle marquante au désordre produit par la tempête de 1999.

© Jean-Claude N’Diaye (château de Versailles).

15Mais à la différence des tempêtes, les incendies produisent le vide, l’effacement, le trou, une lacune visuelle. Avec l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, c’est toute la partie supérieure de l’édifice, du fait de sa construction en bois, qui est partie en fumée. La disparition de sa flèche, signature emblématique du monument ajoutée par l’architecte Eugène Viollet-le-Duc au xixe siècle, a été abondamment relayée à travers la multiplication des images avant-après l’incendie proposées par les médias. Ce faisant, c’est tout un patrimoine iconographique qui est touché, comme l’avait déjà mis en évidence le sociologue Jacques Cloarec au sujet de l’incendie de la montagne Sainte-Victoire en 1989, exemple dans lequel la référence à l’œuvre de Cézanne prend tout son sens (Cloarec 1989). Les nombreuses adaptations cinématographiques du roman de Victor Hugo Notre-Dame de Paris en ont aussi démultiplié les traces visuelles.

16Mais l’incendie lui-même alimente les représentations visuelles de l’édifice. Dans son article, Gilles Soubigou montre que le patrimoine dévasté par le feu a nourri la création picturale depuis l’incendie de l’hôtel de ville de Lyon au xviie siècle. Fait plus curieux encore, ces productions y mettent en abîme le spectateur face au séisme. La destruction du monument intervient par conséquent en tant que spectacle, situation durant laquelle chacun prend acte de ce qui se joue de crucial. On peut voir dans ce regard des peintres une aptitude au dévoilement visionnaire. Les artistes, dont la fonction, selon le philosophe Henri Bergson « est justement de voir et de nous faire voir ce que nous n’apercevons pas naturellement » (Bergson 1969), opère comme révélateurs de ce que le commun des mortels ne parvient pas à voir : l’importance de la spectacularité du séisme. S’agissant de la cathédrale Notre-Dame, ces images du public-spectateur font écho à la multitude des clichés pris par les visiteurs eux-mêmes, via des selfies. Dans ce cas, il y a inversion de la posture de l’observateur en observé et réduction du collectif que forme le public en individu singulier : le photographe regarde l’édifice à travers l’appareil qui cadre le monument derrière lui. Le regard porté sur l’édifice par le photographe est indirect, car médiatisé par l’objectif au travers duquel il regarde le monument en arrière-plan. Le portrait, dos à l’édifice, marque la rencontre avec l’événement, un « j’y étais » qui intervient par anticipation d’un présent renvoyé au passé. En faisant basculer l’ordinaire vers l’extraordinaire, la catastrophe acte ainsi un changement dont chacun peut faire l’expérience et enclenche une perception du présent qui, face à un séisme, appelle un renouveau à venir. Ce constat permet d’envisager des liens entre la perception de la catastrophe et la manière dont les politiques publiques se déploient. Dans l’exemple analysé par Emmanuel Garnier (2002), l’appréhension des catastrophes revient, nous l’avons vu, à formuler une critique contre les ambitions réformatrices de l’État central. La catastrophe opère dès lors comme l’indice d’un désordre social, culturel ou politique. La montée en puissance du catastrophisme comme nouveau grand récit n’est donc pas non plus dénuée d’effet sur la manière d’appréhender les enjeux moraux d’une telle destruction.

Figure 6

Figure 6

Public-spectateur face à l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019 : la prise de vue fait étrangement écho aux modes de représentations picturales des incendies qui, comme le met en évidence Gilles Soubigou dans ce numéro, placent à partir de la fin du xviie siècle les témoins au premier plan de leur composition, déplaçant ainsi le regard de l’incendie lui-même vers sa spectacularité.

© Bouette / reproduction Wikimedia Commons (sous la licence CC BY-SA 4.0).

17À ce titre, la notion de catastrophe appliquée au patrimoine n’est pas anodine, car elle substitue l’élément culturel aux victimes humaines. Il est d’ailleurs frappant de constater l’insistance avec laquelle l’absence de victime humaine est mise en avant dans les récits de la catastrophe. Aucune perte humaine lors de l’incendie de Notre-Dame de Paris, ni parmi les archivistes ou les usagers des Archives historiques de Cologne, remarque Géraldine Hetzel alors qu’il y a eu deux morts dans des bâtiments adjacents, ni lors de l’incendie de Notre-Dame-de-la-Merci à Trémel soulignent Emma Goacolou et Garance Girard… Lors de la tempête de 1999 dans le parc du château de Versailles, l’unique victime, un SDF mort après la chute d’un arbre, a été rapidement oubliée par les médias et les professionnels du château, au profit d’une lecture de la catastrophe patrimoniale qui a su épargner les humains (Dassié 2014). L’opposition entre la destruction et l’absence de victimes humaines, récurrente, invite à s’attarder sur les enjeux des ravages causés par des forces pensées elles comme supra-humaines. À propos des catastrophes écologiques, Catherine et Raphaël Larrère (2020), respectivement philosophe et sociologue, rappellent que les réflexions du philosophe Hans Jonas sur le « principe de responsabilité » en 1979 ont nourri les théories de l’effondrement dans lesquelles la catastrophe révèle la rupture d’un équilibre entre les ressources disponibles et leurs utilisations. Il y aurait en quelque sorte rébellion d’une nature maltraitée. Au-delà des enjeux écologiques, le catastrophisme patrimonial rend également sensible une autre fragilité, celle des équilibres sociaux et culturels. Si le consensus est de mise, c’est aussi, à la manière de l’arbre qui cache la forêt, parce qu’il y a des tensions, sociales et culturelles. La catastrophe invite par conséquent à « rendre intelligible la manière dont s’élaborent, en contexte, de nouvelles prises individuelles et collectives sur des mondes constamment en train de se refaire » (Chateauraynaud & Debaz 2019).

18En interrogeant la possibilité de s’accorder sur une vision du futur à travers le soin accordé aux traces du passé rendu sensible par la destruction, la catastrophe patrimoniale appelle une remise en ordre des choses et une mise en action. S’agissant d’un élément du patrimoine, n’oublions pas que si l’éventualité d’une destruction n’existait pas, la conservation n’aurait pas lieu d’être. La démarche de conservation est en effet une lutte permanente contre la disparition. Et c’est parce qu’il y a risque de destruction qu’il y a engagement patrimonial. Or, la mobilisation au nom du patrimoine ne va pas toujours de soi. L’émotion y contribue dans une large mesure. Le choix par Daniel Fabre de recourir à la notion d’émotion pour qualifier ces événements reposait d’ailleurs sur son adéquation avec l’idée de mouvement. Rappelant l’étymologie du terme, il soulignait que l’émotion superpose « deux “désordres”, l’un social, l’autre physiologique, qui découlent de la mise en mouvement : du peuple, pour le premier, des humeurs, pour le second » (2013 : 37). La catastrophe appelle par conséquent la mobilisation, laquelle, comme l’a mis en évidence le politiste Christophe Traini (2009), se nourrit des émotions.

  • 7 À propos du chantier de la cathédrale Notre-Dame, le journaliste Cyril Hofstein titre son article (...)

19Reste à considérer en quoi consistent les engagements conservatoires et la forme qu’ils peuvent prendre. Comme le souligne Sandrine Revet dans ce numéro, les actions menées dans le sillage des catastrophes sont diverses. De ce point de vue, les incendies présentent quelques spécificités qui valent d’être soulignées. Même si une responsabilité humaine ne peut jamais être totalement écartée pour expliquer leur cause, leur diffusion apparaît toujours immaîtrisable et quasi inéluctable. Dès lors, leur réparation incombe à la collectivité et à la générosité de tous. Nulle catastrophe sans solidarité. Mais on peut se demander si l’incendie n’a pas finalement une portée symbolique particulière. S’agissant des objets d’affection personnels, le feu peut en effet être utilisé comme ultime recours pour soustraire un objet du monde des vivants quand leur transmission n’est pas possible (Dassié 2010). Les brûler permet d’éviter leur dispersion entre les mains de personnes qui ne sauraient pas en apprécier la valeur. S’agissant des incendies patrimoniaux évoqués dans ce numéro, seule la figure mariale semble à même de pouvoir les maîtriser lors de l’incendie de la cathédrale de Chartres évoqué par Maéva Bouderlique. La rhétorique de la résurrection accompagne également souvent les restaurations7, comme s’il convenait de signifier le prolongement d’une entité agissante suprahumaine. Les productions de discours peuvent d’ailleurs se montrer performatives : alors que la cathédrale Notre-Dame brûle encore, le président de la République promet que sa restauration sera effectuée en cinq ans, l’inscrivant dans une temporalité démonstratrice de la puissance de l’État face à l’adversité.

20Le patrimoine prédispose à la mise en lien entre une manière de voir le passé, fantasme d’une forme d’éternité, et un futur incertain, qu’il convient de prévoir. Cela pose évidemment la question mémorielle. Je ne reviendrai pas sur les liens mémoire/patrimoine largement développés depuis les travaux pilotés par l’historien Pierre Nora sur les lieux de mémoire. Mais un point me semble important à souligner concernant la portée affective des mémoires telles qu’elles se transmettent au sein des familles, en amont et en aval des mémoires collectives nationales. C’est parce qu’un désastre a frappé une famille qu’il fait mémoire collective, mais c’est aussi parce qu’il y a mémoire collective que les générations suivantes en gardent des traces familiales. Thiphaine Barthelemy évoque ces héritages qui, trois générations plus tard, ne sont toujours pas digérés : les habitants de Coucy gardent la mémoire d’un âge d’or révolu qu’ils n’ont pourtant pas vécu, mais qui tranche avec la paupérisation du présent à laquelle ils sont confrontés. Elsa Grugeon souligne que l’affaire de l’incendie de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem, d’origine criminelle et dont le coupable a été jugé, est loin d’être classé pour autant, car se joue désormais « un recentrage de l’événement dramatique sur la cause palestinienne, elle-même patrimonialisée ». Ces mémoires traumatiques sont donc toujours prêtes à ressurgir, y compris plusieurs générations après, chez des personnes qui n’ont pas vécu la catastrophe.

Entre réparation et réconciliation par le patrimoine ?

21Tout ceci invite à considérer les mises en dialogue du politique, de la contestation et des revendications qui se déploient à travers les catastrophes patrimoniales. Comme l’ont mis en évidence les anthropologues Julien Bondaz, Cyril Isnart et Anaïs Leblon, au-delà du consensus patrimonial « ce sont certes les résistances et les mouvements d’opposition qui émergent et les acteurs qui donnent de la voix, mais ce sont surtout les bricolages, les réemplois et les contournements des conditions sociales, économiques et culturelles que les patrimonialisations induisent » (2012). S’agissant des décisions prises pour la restauration du patrimoine victime d’une catastrophe, de quelles réparations est-il au fond question derrière celle, matérielle, du monument ? Réparer le patrimoine opère en effet de manière symbolique.

  • 8 « Our approach is based on considering ‘the repair’ as an ambivalent social phenomenon that is bot (...)

22Les travaux menés sur les catastrophes écologiques apportent un éclairage utile pour saisir ce qui se joue avec le patrimoine. Évoquant la sociologie des désastres environnementaux qui s’est développée depuis les années 1950, la sociologue Laura Centemeri se fonde sur leur analyse pour saisir les changements qu’appelle une transition écologique. Après la catastrophe de Seveso (Lombardie, Italie) en 1976, qui a conduit à la mise en place des premières directives européennes pour une protection environnementale à travers la prévention des risques, elle note que la réparation « implique une volonté de produire un changement, tout en reconnaissant que l’engagement dans le territoire par l’habiter, dans son “historicité” participe de la construction de la communauté locale » (Centemeri 2011). Dans une approche qui considère à la fois les manières d’être au monde, de s’y engager et les effets de structure, le sociologue Francis Chateauraynaud (2013) envisage par ailleurs la manière dont des tentatives de prise sur le futur s’élaborent à partir de la perception des indices de la réalité. Dans les deux cas, il s’agit de faire tenir ensemble des visions du futur et du passé bousculées par le présent catastrophique. Prolongeant cette réflexion, Laura Centemeri, Sezin Topçu et Peter Burgess invitent à une étude de la réparation « en tant que phénomène social ambivalent qui est à la fois transformateur et vise à maintenir une continuité avec l’état antérieur par le biais de la transformation8 ». De ce point de vue, les catastrophes patrimoniales rendent particulièrement sensible le traitement des héritages du passé. Le patrimoine, pris dans sa matérialité, requiert en effet également des prises environnementales du monde. Je propose de l’envisager dans la perspective d’une culture environnementale, à savoir en tant qu’élément constitutif d’un cadre de vie que les sociétés se chargent de traiter dans sa matérialité. Or, dans le contexte postcolonial actuel, les approches critiques du patrimoine sont révélatrices d’injustices qui appellent des réparations. Dès lors, les choix de restauration, à l’identique ou non, de restitution ou de fossilisation de ruines sont loin d’être anodins.

23S’agissant des catastrophes patrimoniales documentées depuis le xviie siècle dont il est question dans ce volume, il est frappant de constater les récurrences d’une conjonction entre une émotion collective et des formes d’instrumentalisation politique qui vont se déployer bien au-delà de l’événement lui-même. Maéva Bouderlique le met en évidence au sujet de l’incendie de la cathédrale de Chartres en 1836 : l’incendie « ravive ainsi un enjeu identitaire majeur dans un climat politique déjà divisé ». Il conduit finalement à la commémoration d’une alliance de l’État et du peuple au service du sauvetage de l’édifice religieux. Dans le cas de la cathédrale de Coventry détruite lors de la Seconde Guerre mondiale, Anne Raulin montre qu’il a été décidé d’intégrer les ruines de l’ancienne cathédrale à un projet architectural contemporain. L’incendie de la mosquée al-Aqsa donne également lieu à des commémorations politiques dont la portée ne saurait se faire oublier avec la réactualisation du conflit israélo-palestinien. D’une autre manière, Géraldine Hetzel souligne la perte de confiance vis-vis des institutions publiques qui a résulté de l’effondrement du bâtiment des Archives historiques de Cologne en 2009. Mais s’agissant du patrimoine, c’est la notion de restauration qu’il convient de scruter en détail. Ses formes suscitent le débat ou tout au moins se prêtent aux discussions. Certains optent pour le maintien de la ruine, comme ce fut le cas à Coucy, décision prise après la guerre pour laisser « un témoignage de la barbarie allemande », explique une membre de l’Association de mise en valeur du château de Coucy à Tiphaine Barthelemy, mais qui un siècle plus tard est l’objet de controverses. À Trémel, le choix d’une restauration « à l’identique » de Notre-Dame-de-la-Merci s’impose aussitôt. Elle ne s’imposera en revanche pour la cathédrale Notre-Dame de Paris qu’après avoir soulevé des désaccords dont les médias se sont fait l’écho.

24Mais cette lecture de la réparation en appelle aussi une autre.

25L’idée d’une possible réconciliation à travers le patrimoine relatée par Anne Raulin à propos de la restauration de la cathédrale de Coventry fait écho à la mise en place des commissions de vérité et de réconciliation à partir des années 1990, étudiées par la politiste Sandrine Lefranc (2008). Après le désastre de la Shoah et pour éviter les querelles sans fin entre les peuples liées à l’impasse juridique de la recherche des responsabilités, ces commissions ont pris le parti de faire entendre la parole des témoins pour traiter la fin de l’apartheid. Bourreaux et victimes, placés pour ainsi dire sur un même plan d’égalité dans une symétrisation qui prend acte du statut de victime des bourreaux à la suite de la faillite de leur système, sont invités à se réconcilier. Cette politique passe par une libération de la parole individuelle et son écoute. Lefranc évoque une justice compassionnelle qui consacre l’émotion.

26Est-ce un hasard si les politiques de réconciliation postcatastrophes patrimoniales envisagées par Anne Raulin concernent des pays, qui, comme dans le cas des commissions de vérité et de réconciliation, sont de tradition protestante ? Notons qu’à la différence de la « restauration » parfois nommée « restitution » et devant se faire « à l’identique », retenue dans le cas de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ces projets ouvrent vers des reconstructions créatives, opératrices d’un changement. Ceci invite donc à poser une autre question : la reconstitution « à l’identique » ne serait-elle pas liée à une politique du dommage qui chercherait la réparation à travers la possibilité d’un retour au passé tandis que l’innovation ouvrirait vers l’ambition d’une réconciliation créative de nouvelles relations ? La restauration, à travers son objectif d’effacer les traces du sinistre pour le faire oublier, motiverait-elle le choix de l’identique via une restitution de la monumentalité catholique ? La réconciliation inviterait-elle plutôt à transformer le présent ? Il reste à l’évidence bien des pistes de réflexion à creuser à travers les catastrophes patrimoniales.

Haut de page

Bibliographie

BENSA Alban & FASSIN Éric, 2002, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, no 38, p. 5-20. Disponible en ligne, https://doi.org/10.4000/terrain.1888 [lien valide en janvier 2024].

BERGSON Henri, 1969, La Pensée et le Mouvant. Articles et conférences datant de 1903 à 1923, Paris, Presses universitaires de France. Disponible en ligne, http://classiques.uqac.ca/classiques/bergson_henri/pensee_mouvant/pensee_mouvant.html [lien valide en janvier 2024].

BONDAZ Julien, ISNART Cyril & LEBLON Anaïs, 2012, « Au-delà du consensus patrimonial », Civilisations, vol. 61, no 1, p. 9-22. Disponible en ligne, http://journals.openedition.org/civilisations/3113 [lien valide en janvier 2024].

CENTEMERI Laura, 2011, « Retour à Seveso La complexité morale et politique du dommage à l’environnement », Annales. Histoire, Sciences sociales, no 1, p. 213-240. Disponible en ligne, https://www.cairn.info/revue-annales-2011-1-page-213.htm [lien valide en janvier 2024].

CENTEMERI Laura, TOPÇU Sezin & BURGESS Peter (dir.), 2021, « Introduction. Recovery, resilience and repairing: for a non-reductionist approach to the complexity of post-disaster situations », in Id., Rethinking Post-Disaster Recovery, Londres, Routledge-Taylor and Francis.

Chastel André, 1986. « La notion de patrimoine », in Nora Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire, t. II, La Nation, Paris, Gallimard, p. 405-450.

CHATEAURAYNAUD Francis & DEBAZ Josquin, 2019, « Agir avant et après la fin du monde, dans l’infinité des milieux en interaction », Multitudes, vol. 3, no 76, p. 126-132. Disponible en ligne, https://www.cairn.info/revue-multitudes-2019-3-page-126.htm [lien valide en janvier 2024].

CHATEAURAYNAUD Francis, 2013, « Des prises sur le futur. Regard analytique sur l’activité visionnaire », in BOURG Dominique, JOLY Pierre-Benoît & KAUFMANN Alain (dir.), Du risque à la menace. Penser la catastrophe, Paris, Presses universitaires de France, coll. « L’Écologie en questions ».

CLOAREC Jacques, 1989, « Le paysage “catastrophe” : Symboles et réalités », Ethnologie française, vol. 19, no 3, p. 299-303.

DASSIÉ Véronique, 2010, Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime, Paris, Éditions du CTHS, coll. « Le Regard de l’ethnologue ».

DASSIÉ Véronique, 2014, Des arbres au cœur d’une émotion. La fabrique d’un consensus patrimonial : le parc du château de Versailles après la tempête, Charenton-Le-Pont, Paris, Les Carnets du Lahic, Lahic/DPRPS/Direction du Patrimoine/Ministère de la Culture). Disponible en ligne, http://garae.fr/Carnet%20LAHIC%209.pdf [lien valide en janvier 2024].

DASSIÉ Véronique, 2016, « Émotion, sélection et expertise patrimoniale. La conservation de l’ordinaire au musée », in VOISENAT Claudie & HOTTIN Christian (dir.), Le Tournant patrimonial. Mutations contemporaines des métiers du patrimoine, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Cahiers d’ethnologie de la France », p. 231-251.

DASSIÉ Véronique, 2022, « Des mémoires ukrainiennes comme patrimoine : dettes et reviviscences de l’histoire », Carnet des chercheurs d’Héritages. Disponible en ligne, https://umrheritages.hypotheses.org/548 [lien valide en janvier 2024].

FABRE Daniel (dir.), 2013, Émotions patrimoniales, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France. Cahier ». [En ligne], http://books.openedition.org/editionsmsh/3580 [lien valide janvier 2024].

GARNIER Emmanuel, 2002, « La politique forestière de la monarchie et les catastrophes naturelles dans les Vosges aux xviiie et xixe siècles », in Favier René (dir.), Les Pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, Grenoble, Publications de la MSH-Alpes, p. 219-241.

HEINICH Nathalie, 2009, La Fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France ». Disponible en ligne, http://books.openedition.org/editionsmsh/2642 [lien valide en janvier 2024].

HIRSCH Marianne, 2014, « Postmémoire », Témoigner. Entre histoire et mémoire, no 118. [En ligne], http://journals.openedition.org/temoigner/1274 [lien valide en janvier 2024]. 

LARRÈRE Catherine & LARRÈRE Raphaël, 2020, Le pire n’est pas certain. Essai sur l’aveuglement catastrophiste, Paris, Premier Parallèle.

LEFRANC Sandrine, 2008, « Les commissions de vérité : une alternative au droit ? », Droit et cultures, vol. 56, no 2. [En ligne], http://journals.openedition.org/droitcultures/335 [lien valide janvier 2024].

SIMIAND François, 1960 [1903], « Méthode historique et science sociale », Annales. Économies, sociétés, civilisations, no 1, p. 83-119. Disponible en ligne, https://doi.org/10.3406/ahess.1960.421747 [lien valide en janvier 2024].

TRAÏNI Christophe (dir.), 2009, Émotions… Mobilisation!, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Sciencespo. Sociétés en mouvement ».

XAVIER Laurent, 2009, « Des catalyseurs d’émotions : Chefs-d’œuvre en péril et La France défigurée », Livraisons de l’histoire de l’architecture, no 17, p. 41-50. Disponible en ligne, http://journals.openedition.org/lha/204 [lien valide en janvier 2024].

Haut de page

Notes

1 Voir le livre XV des Annales de Tacite, disponible en ligne, http://bcs.fltr.ucl.ac.be/TAC/AnnXV.html [lien valide en janvier 2024].

2 Comme le propose Stéphane Bern lors de la présentation de sa nouvelle mission en 2018, « Éditorial de Stéphane Bern » dans le dossier de presse « Présentation de la mission Bern “Patrimoine en péril” », Paris, le 31 mai 2018.

3 À l’occasion de la projection-débat organisée lors des journées de la Société d’ethnologie française, le 8 octobre 2021, musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris.

4 Intervenue dans une session dédiée aux « Débats sur la presse » dans le cadre du colloque « Enseignements forestiers à tirer des tempêtes de fin décembre 1999 », organisé par les Associations amies de la forêt française (Association française des eaux et forêts – Forêt méditerranéenne – Groupe d’histoire des forêts françaises – Silva, Arbres, Forêt et Sociétés – Société forestière de Franche-Comté), du 7 au 9 décembre 2000, Fontainebleau.

5 La mention de « notre dame » sans majuscule ni trait d’union humanise et féminise le monument, ce qui renforce aussi l’idée qu’il puisse s’agir d’un être proche.

6 Détournement d’un fait marquant (politique, sportif, culturel…) par des internautes pour raconter d’autres histoires qui résonnent auprès de leurs audiences via les réseaux sociaux numériques.

7 À propos du chantier de la cathédrale Notre-Dame, le journaliste Cyril Hofstein titre son article « Notre-Dame de Paris, la résurrection : les coulisses d’un chantier hors norme », Le Figaro, 10 février 2023. On pourrait multiplier les exemples à partir d’une des premières occurrences du mot appliquée au patrimoine culturel avec l’ouvrage de l’historien Pierre de Nolhac (1937, La Résurrection de Versailles. Souvenirs d’un conservateur, 1887-1920, Paris, Plon).

8 « Our approach is based on considering ‘the repair’ as an ambivalent social phenomenon that is both transformative and aimed at maintaining a continuity with the past condition through transformation » (2021, ma traduction).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Le regard du peintre Hubert Robert (1733-1808) sur l’incendie de Rome traduit la force émotionnelle qui peut être accordée au désastre causé par le feu sur une architecture antique comme traduction du sublime au xviiie siècle. L’Incendie de Rome, Hubert Robert, vers 1771. Huile sur toile, 75,5 x 93 cm, conservée au musée d’Art moderne André-Malraux (MuMa), Le Havre.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Figure 2
Légende Depuis 2018, le loto du patrimoine lancé dans le cadre de la Mission Stéphane Bern par la Française des jeux permet de récolter des fonds destinés à la Fondation du patrimoine pour assurer l’entretien de monuments considérés en péril. Ce dispositif intervient comme lutte contre l’indifférence patrimoniale en donnant une forme ludique à l’émotion suscitée par l’abandon du patrimoine et au spectre de sa possible disparition.
Crédits © Nicolas Anglade (Fondation du patrimoine).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Figure 3
Légende Le programme sur les « émotions patrimoniales », dirigé par Daniel Fabre durant la première décennie du xxie siècle, a initié les premiers travaux sur les catastrophes patrimoniales, montrant aussi en contrepoint que, dans ce domaine, si la catastrophe fait émotion, toute émotion ne fait pas pour autant catastrophe. Émotions patrimoniales, sous la direction de Daniel Fabre, cahier no 27 de la collection « Ethnologie de la France », Éditons de la Maison des sciences de l’homme, 2013.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2866/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Figure 4
Légende Entre le plan daté de 1770 et celui remis aux visiteurs du parc en 2015, l’observateur attentif peut remarquer les subtiles transformations des bosquets, avec notamment la disparition du labyrinthe, remplacé par le bosquet de la Reine (no 32 sur le plan de 2015). À ces transformations structurelles s’ajoute une diversification des essences qui aux yeux de Pierre-André Lablaude, architecte de la restauration du parc, donne au site un aspect « plus jeune » tout en produisant un aspect « marbré » du parement végétal. « Plan des Villes, Chateau [sic], Parc de Versailles, Trianon et la Ménagerie », 1770, extrait d’À Paris chez le Rouge rue des grands Augustins, Georges-Louis Le rouge éditeur, 1775 ; plan de Versailles, 2015.
Crédits Reproduction BNF, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b10025876m.r=plan%20versailles%201770?rk=21459;2  © Château de Versailles.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2866/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Titre Figure 5
Légende Souche du tulipier de Virginie, dit « tulipier de la Reine », exposée en vue de la « vente des arbres historiques » organisée le 21 octobre 2000 au château de Versailles. L’enchevêtrement des racines y tranche avec l’architecture classique du Grand Trianon en arrière-plan, donnant une forme visuelle marquante au désordre produit par la tempête de 1999.
Crédits © Jean-Claude N’Diaye (château de Versailles).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2866/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre Figure 6
Légende Public-spectateur face à l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019 : la prise de vue fait étrangement écho aux modes de représentations picturales des incendies qui, comme le met en évidence Gilles Soubigou dans ce numéro, placent à partir de la fin du xviie siècle les témoins au premier plan de leur composition, déplaçant ainsi le regard de l’incendie lui-même vers sa spectacularité.
Crédits © Bouette / reproduction Wikimedia Commons (sous la licence CC BY-SA 4.0).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/2866/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Dassié, « Entre émotion et catastrophe patrimoniale »In Situ. Au regard des sciences sociales [En ligne], 4 | 2024, mis en ligne le 16 janvier 2024, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/insituarss/2866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insituarss.2866

Haut de page

Auteur

Véronique Dassié

Chargée de recherche, UMR 9022 Héritages (CY Cergy Paris Université/CNRS/ministère de la Culture)
veronique.dassie@cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search