Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Le temps long des catastrophes pa...L’incendie de la mosquée al-Aqsa ...

Le temps long des catastrophes patrimoniales

L’incendie de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem (1969) 

De la reconstruction à la patrimonialisation de la catastrophe
The Fire at the Al-Aqsa Mosque in Jerusalem in 1969. From Reconstruction to Recognising the Disaster as Heritage
Elsa Grugeon

Résumés

Le 21 août 1969 à Jérusalem, un incendie criminel ravage la mosquée al-Aqsa, endommageant gravement la structure du monument et détruisant de nombreuses ornementations et artefacts architecturaux. Le lieu saint, repère pour la communauté des musulmans, a subi de nombreuses catastrophes, notamment des tremblements de terre, au cours de son histoire pluriséculaire ; pourtant, l’incendie de 1969 marque un tournant dans l’histoire récente du sanctuaire. Cet article interroge le surgissement de l’événement dans le quotidien de ce site et sa perception sociale. Il s’intéresse aux actions de restauration qui suivent cet épisode particulier de destruction et qui mettent en scène l’unité, l’intégrité et l’authenticité du monument. Partant de l’étude de cet incendie et de ses enjeux, il s’agit d’éclairer à la fois les conséquences du conflit israélo-palestinien sur les stratégies de patrimonialisation de la mosquée al-Aqsa et sur la place de ce lieu saint dans la société palestinienne. Pour cela, il convient de se pencher sur les modalités de commémoration de cette catastrophe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Un incendie dans la région de la salle de prière de Marwan dans la mosquée al-Aqsa », agence de p (...)

1Le 15 avril 2019, alors que Notre-Dame de Paris est en proie aux flammes, je lis sur les réseaux sociaux et dans la presse palestinienne et arabe, notamment le quotidien Al-Quds al-Arabi1, qu’un incendie a lieu au même moment sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem. Contrairement au feu qui a ravagé la cathédrale, cet incendie, provoqué par des enfants, n’a occasionné aucun dégât. Seule une petite guérite au sud-est de l’enceinte s’est trouvée endommagée. Ce microévénement a néanmoins suscité l’inquiétude des internautes palestiniens. Fondé au viie siècle sur l’emplacement du Temple juif, ce lieu saint central dans le dogme islamique s’étend sur quatorze hectares et abrite plus de deux cents monuments historiques. Cet ensemble architectural résulte d’une suite de constructions, destructions et reconstructions, mais musulmans et Palestiniens le définissent comme un bien religieux inaliénable et insécable.

Figure 1

Figure 1

L’esplanade des Mosquées (al-Aqsa) à Jérusalem, mars 2013. Fondé au viie siècle sur l’emplacement du Temple juif, ce lieu saint central dans le dogme islamique s’étend sur quatorze hectares et abrite plus de deux cents monuments historiques.

© Andrew Shiva / reproduction Wikimedia commons (sous licence CC BY-SA 4.0).

Figure 2

Figure 2

Façade ouest de la mosquée couverte, dans la partie sud de l’esplanade, Jérusalem, 2012. Situé au sud de l’esplanade des Mosquées, ce monument couvert a toujours servi, dans ses différents avatars, de mosquée à prône de la ville de Jérusalem. Lorsque résonne l’appel à la prière, les fidèles y convergent. Cette mosquée à colonnes est constituée de sept nefs perpendiculaires au mur de la qibla, dont une nef centrale plus large que les autres.

© Elsa Grugeon.

2Autorités religieuses, politiques et résidents palestiniens de Jérusalem rappellent dans leurs discours que l’intégrité et l’identité de ce patrimoine religieux sont menacées dans le contexte conflictuel de Jérusalem (Grugeon 2018). La partie est de la ville est occupée par Israël depuis la guerre des Six Jours en 1967. Pour témoigner du bien-fondé de la perception de ces menaces, ils mentionnent un événement majeur : un incendie criminel de la mosquée al-Aqsa survenu en 1969 et qui eut un écho très important en Palestine, dans les mondes arabes et musulmans et au-delà. Une partie du bâti ainsi que de nombreux artefacts architecturaux et autres objets historiques de très grande valeur furent détruits.

3Cet article prend pour objet d’étude cet incendie et sa perception sociale, en adoptant un point de vue diachronique. Il résulte d’une enquête ethnographique de trois ans, entre 2011 et 2014, dans la vieille ville de Jérusalem, menée notamment auprès de l’administration de la mosquée al-Aqsa, de ses fidèles et des habitants des quartiers limitrophes. J’y montre comment la catastrophe se trouve érigée en événement fondateur, dans la mesure où elle construit le sentiment de la menace : menace existentielle encourue non seulement par le site, mais également par les Palestiniens eux-mêmes. Ce sinistre peut être considéré comme un tournant dans les activités et discours de protection du patrimoine musulman à Jérusalem. Je reprends ici la réflexion sur l’événement en termes de « rupture d’intelligibilité » menée par Alban Bensa et Éric Fassin (2002 : 8). Vécue comme un traumatisme, la catastrophe peut également être analysée sous l’angle des émotions patrimoniales (Fabre 2013). Elle met au jour les différents niveaux d’attachement au monument, considéré comme un patrimoine religieux par les musulmans, un lieu central dans la vie et l’histoire de la vieille ville de Jérusalem, et un patrimoine culturel universel. Les émotions patrimoniales suscitées par l’incendie servent également de levier à la mobilisation politique.

4Lors de l’enquête ethnographique que j’ai conduite à Jérusalem, je pris conscience que cette catastrophe a encore des résonances aujourd’hui. Des éléments endommagés sont exposés dans la cour en plein air et dans le Musée islamique de l’esplanade des Mosquées. L’événement passé est en outre commémoré chaque année et illustre l’histoire récente et traumatique du site. L’incendie constitue donc en soi un objet heuristique d’importance. Il permet d’analyser les opérations de protection et de réhabilitation d’un patrimoine religieux pris dans un contexte hautement conflictuel, centre d’appropriations concurrentes, et de mieux comprendre comment l’événement catastrophique se trouve lui-même patrimonialisé.

  • 2 Sous la direction de Yehuda Etzion, fondateur de la colonie d’Ofra, un petit groupe du mouvement G (...)
  • 3 La police aux frontières israélienne avait tiré sur la foule des manifestants rassemblés sur l’esp (...)

5La catastrophe patrimoniale en vient à désigner d’autres choses qu’elle-même ; elle est présentée comme le symbole des dangers qui pèsent sur l’esplanade et plus largement sur la nation palestinienne. Les pratiques commémoratives tendent à l’inscrire dans la chaîne des catastrophes patrimoniales et humaines qui ont suivi sur ce site : un attentat est déjoué en 19802, le 8 octobre 1990 vingt et un Palestiniens ont été tués par balles et deux cents autres grièvement blessés par la police israélienne3, en 1996 l’Intifada des tunnels a lieu, en 2000 la visite d’Ariel Sharon dans le lieu saint a participé au déclenchement de la Seconde Intifada. Depuis 1967, l’administration des waqf-s chargée du lieu saint sous l’égide de la Jordanie, est confrontée à des remises en question de son autorité. Les fouilles archéologiques, les démolitions et les travaux de développement menés par différents acteurs israéliens fragilisent sa position de souveraineté. Le rapport à cet événement des autorités religieuses, des fidèles palestiniens, des responsables de la conservation informe également sur l’articulation entre patrimoine religieux et temporalités. Au-delà du souci pour le passé transparaît, dans les opérations de restauration, une inquiétude pour le présent et l’avenir.

6Dans cet article, je m’intéresserai d’abord à l’événement en lui-même, à ses récits par les Palestiniens et au contexte politique dans lequel il s’est déroulé. Ensuite, il s’agira de décrire les différentes actions de réhabilitation et de reconstruction mises en place au lendemain de la catastrophe puis de comprendre les logiques qui les ont guidées. Enfin, je montrerai comment l’événement est lui-même patrimonialisé. Comment la catastrophe est-elle devenue une métaphore pour signifier la durabilité de la menace ?

Le 21 août 1969 : l’événement, ses récits et son contexte

  • 4 Il serait néanmoins intéressant de mener un travail dans les archives palestiniennes et israélienn (...)
  • 5 Voir les vidéos publiées sur les chaînes d’Al-Jazeera  : 21.08.2007, « Les Palestiniens commémoren (...)

7Au cours de l’événement et après, des articles de presse permettent de reconstituer les principaux moments de cette journée du 21 août 19694. De nombreuses vidéos tournées ces dernières années relatent également les faits à partir d’images d’archives. Elles sont diffusées au moment de la commémoration du sinistre, notamment sur la chaîne satellitaire qatarienne d’information en continu Al-Jazeera5. Mustafa al-Kharouf, photographe professionnel travaillant pour différentes agences de presse et résident de Jérusalem, a par exemple réalisé un de ces reportages, mêlant images d’archives et entretiens contemporains, pour l’organisme de presse indépendant Palmedia forum.

  • 6 Voir la note 3.

8Les témoignages sur l’incendie que j’ai pu entendre sont ceux enregistrés dans les documents commémorant l’événement. Le registre qui domine est celui de la sidération : « personne n’aurait pu imaginer cela », « c’était un peu comme le jour de la résurrection (yôm al-qiyâma) ». Dans les entretiens effectués auprès de résidents palestiniens des quartiers adjacents au lieu saint, il faut noter que l’on me parle spontanément davantage du « massacre » du 8 octobre 19906, plus proche dans le temps et dramatique car vingt et un Palestiniens y furent tués par la police aux frontières israélienne et plus de deux cents blessés.

  • 7 Je conserverai l’appellation commune aux Palestiniens dans l’ensemble de l’article. La qibla désig (...)
  • 8 Al-Mawsu’ah al-Filistiniyyah, Damascus:Hay’at; Al-Watha ́iq al– Filistiniyyah al– ‘Arabiyyah Li' (...)

9Le 21 août 1969, juste après la prière de l’aube, le feu s’empare de la mosquée al-Aqsa, au sud de l’esplanade. Aujourd’hui, les Palestiniens l’appellent « mosquée de la Qibla » (musallâ l-qibla)7, la formule « mosquée al-Aqsa » (masjid al-aqsâ) étant réservée à l’ensemble des quatorze hectares compris dans l’enceinte. L’incendie n’est éteint que quelques heures plus tard. Les destructions touchent environ 1 500 m2 de la mosquée sur ses 4500, ses murs et sa charpente. Tout tombe au sol, notamment les poutres de bois du plafond, détruites, qui blessent de nombreux Palestiniens de Jérusalem venus en renfort des pompiers. La population locale s’organise en effet pour éteindre le feu avant l’arrivée des pompiers sur place. Des chaînes humaines se constituent pour acheminer de l’eau, dans n’importe quel contenant, jusqu’à la mosquée en proie aux flammes. On se sert pour cela des puits et fontaines de l’esplanade et de la ville. On utilise aussi de la terre8.

Figure 3

Figure 3

Le 21 août 1969, juste après la prière de l’aube, le feu s’empare de la mosquée de la qibla au sud de l’esplanade des Mosquées (Jérusalem).

© photographe inconnu / reproduction Keystone France – Gamma Rapho.

10Une fois le feu éteint, autorités religieuses et politiques, résidents de Jérusalem prennent conscience de la catastrophe et de l’ampleur des destructions du sol au plafond. Trois colonnades (riwâq) sur sept au total sont endommagées : deux colonnes sont détruites, arcs et ornements également, tout comme les plafonds de bois peints. Des endroits en particulier sont très dégradés, comme le mihrâb (une niche indiquant la direction de la prière) principal de la mosquée en marbre, ainsi que le début de la sourate « al-isrâ’ », inscription faite de mosaïques dorées et qui s’étend sur 23 mètres. La mosquée de ‘Umar, le mihrâb de Zakariyya et le maqâm al– ‘arba‘în situés dans la partie au sud-ouest sont les plus touchés. Tous les tapis ainsi que quarante-huit fenêtres faites de bois, de gypse et de vitraux sont partis en fumée. Le mur septentrional est abîmé, ainsi que le dôme intérieur en bois et sa décoration en gypse coloré et doré, au-dessus de la chaire du vendredi.

Figure 4

Figure 4

Plan de l’esplanade des Mosquées (Jérusalem), 2018. La formule « mosquée al-Aqsa » (masjid al-Aqsâ) est réservée à l’ensemble de l’enceinte à laquelle on accède par différentes portes.

© Données Elsa Grugeon, réalisation Juliette Morel.

11Parmi les artefacts architecturaux brûlés, on trouve le minbar (chaire) dit « de Saladin ». Destiné à la déclamation de la khutba (prêche du vendredi) par un orateur appelé khâtib, il renvoie à un moment central de l’histoire islamique. Commandé par le souverain Nur al-Din Zanki (1118 -1174), réalisé en Syrie puis mis à l’abri à Alep, cet objet fut conçu spécialement dans l’attente de la reconquête de Jérusalem. Au moment de la victoire des armées de Saladin sur les Croisés en 1187, les musulmans, après avoir accompli des rites de purification sur l’esplanade, disposèrent ce minbar, qui constituait un joyau de l’art islamique, dans la mosquée al-Aqsa. Les pièces de bois qui le composaient étaient reliées les unes aux autres sans aucun clou, selon une ingénieuse technique de marqueterie. Cet objet brûlé est devenu le symbole de la catastrophe tout entière.

Figure 5

Figure 5

Schéma organisationnel de la mosquée al-Aqsa, Jérusalem, 2019. Trois colonnades (riwâq) sur sept au total sont endommagées : deux colonnes sont détruites, arcs et ornements également, tout comme les plafonds de bois peints.

© Données Elsa Grugeon, réalisation Christian Grugeon.

12Les témoignages diffusés dans les médias palestiniens aujourd’hui insistent sur deux points. D’une part, tous les Palestiniens vivant à proximité de l’esplanade, musulmans comme chrétiens, accourent pour éteindre le feu, sans se préoccuper des risques encourus. D’autre part, les autorités israéliennes auraient retardé l’arrivée des pompiers et empêché l’accès aux sources d’eau en détruisant les pompes et tuyaux. Alors que les rumeurs se répandent, des manifestations s’organisent à travers la ville ; les travailleurs se mettent en grève. En réaction, les autorités israéliennes bloquent les accès à l’esplanade et pour la première fois, le lendemain, la prière du vendredi ne se tient pas dans le sanctuaire.

  • 9 Les Juifs en commémorent la destruction chaque année lors du jeûne de Tisha Beav, le 9e jour du mo (...)

13On conclut rapidement à l’origine criminelle de l’incendie. Denis Michael Rohan, un Australien de vingt-huit ans, chrétien millénariste, arrivé en Israël quelques semaines auparavant, est arrêté par la police israélienne deux jours plus tard. Il s’était rendu le matin du 21 août sur l’esplanade. Dans la mosquée de la Qibla, il avait placé des bouteilles de kérosène sous les marches du minbar de Saladin et mis le feu à une écharpe en laine afin d’exécuter son plan. Se considérant comme l’envoyé de Dieu, il comptait détruire les monuments musulmans présents sur le mont Moriah, ancien emplacement du Temple détruit en 70 avant J.-C. par les Romains9, afin de hâter la venue du Messie. Jugé et emprisonné, il est finalement interné en clinique psychiatrique, puis extradé en 1974 vers l’Australie pour poursuivre ses traitements.

  • 10 Résolution 242 du Conseil de sécurité de l’ONU, 22 novembre 1967 ; résolution 478 du Conseil de sé (...)

14L’incendie marque une rupture. Il faut rappeler qu’il s’inscrit dans un contexte particulier. Deux années auparavant, à l’issue de la guerre des Six Jours, en juin 1967, Israël occupa l’est de Jérusalem10. Au moment de leur entrée dans la ville, sur les ordres du rabbin de l’armée israélienne Shlomo Goren, les soldats montèrent sur l’esplanade pour y prier et hissèrent le drapeau israélien sur le dôme du Rocher (Inbari 2009 : 23). Des divergences existaient néanmoins parmi les élites dirigeantes au sujet du sort à réserver à ce lieu, sacré pour les trois monothéismes. L’intervention du général Moshe Dayan eut ainsi pour conséquence le retour à un contrôle des autorités musulmanes sur le lieu saint (Dumper 2002 ; Enderlin 2013). Dans la période post-1967, la Jordanie conserva un rôle crucial dans la gestion des affaires religieuses et des biens waqf-s à Jérusalem, assurant notamment l’administration du lieu saint. Cependant, 1967 signe un changement dans le contrôle islamique total du lieu saint, car Israël se trouva désormais chargé d’en contrôler les issues et prit possession de la porte des Maghrébins qui s’ouvrait du côté du quartier du même nom (Al-Jubeh 2003 : 20). Dès le 11 juin 1967, ce quartier fut rasé pour dégager l’accès au mur des Lamentations (Lemire 2022). Ce mur de soutènement de l’esplanade des Mosquées était devenu au xixe siècle un centre religieux et politique incontestable de la communauté́ juive en Palestine (Ricca 2010). Il servit d’ersatz au culte du Temple avant sa reconstruction promise lors de la rédemption.

  • 11 L’expression « mouvement du Temple » désigne l’ensemble des organisations religieuses et politique (...)

15La guerre des Six Jours constitue en outre un tournant important dans le rapport qu’entretiennent les cadres du sionisme religieux, d’une part, et le nationalisme de droite, d’autre part, au mont du Temple (Enderlin 2013 ; Inbari 2009 : 4). Dans les années 2000, plusieurs recherches universitaires se concentrent sur les liens qui existent entre l’État israélien, le sionisme religieux et ces mouvements dits « du Temple11 » aux orientations parfois millénaristes qui témoignent d’un intérêt croissant pour le mont du Temple (Inbari 2009 ; Enderlin 2013 ; Gorenberg 2000). Millénarismes chrétiens et juifs se distinguent, mais trouvent des points de convergence dans le contexte du conflit israélo-palestinien.

  • 12 Le rocher qu’abrite le dôme était présenté comme la roche de la fondation des textes bibliques.
  • 13 Le dôme du Rocher, un des plus hauts points dans l’ensemble de la vieille ville, reste néanmoins u (...)

16Leurs revendications suivent deux lignes principales : défendre la liberté de culte pour les Juifs ; lutter pour la reconstruction du troisième Temple, ce qui implique pour nombre de ces organisations la destruction des bâtiments musulmans. Cette insistance sur la destruction témoigne d’un changement, car des représentations du dôme du Rocher12 ornaient souvent des mizrah-s datant de la fin du XIXe siècle, ces plaques ornementales juives décorant les murs des synagogues et des habitations pour indiquer la direction de la prière vers Jérusalem. La figuration du dôme du Rocher entre désormais en concurrence avec des images idéalisées du Temple dont on observe de très nombreuses répliques sur d’immenses affiches au niveau du mur des Lamentations notamment ou dans les rues du quartier juif13.

Figure 6

Figure 6

Des plaques juives accrochées dans les maisons indiquaient la direction de la prière vers Jérusalem. Plaque murale sur laquelle est inscrit le mot « mizrah », créée par Moshe Mizrachi, 1910, conservée dans la Gross Family Collection (inv. 056.007.002), Jérusalem (Israël).

Reproduction The center for Jewish Art.

Figure 7

Figure 7

Panneau protégeant des zones de travaux et comportant une représentation du mont du Temple, Jérusalem, 2019.

© Elsa Grugeon.

  • 14 Cette inscription suit l’adoption d’une loi fondamentale par la Knesset le 30 juillet 1980, déclar (...)

17Portant atteinte à un sanctuaire vénéré par l’ensemble du monde musulman et constituant un patrimoine culturel de haute valeur, l’incendie résonne à l’échelle internationale. Vingt-quatre pays musulmans adressent à l’Organisation des Nations unies (ONU) des courriers dénonçant la situation. Le 15 septembre 1969, le Conseil de sécurité vote finalement la résolution 271 qui insiste sur le caractère universel de l’indignation, qualifie le crime de « profanation » et rappelle le droit international régissant les devoirs d’une puissance occupante sur des territoires occupés. Le rôle d’observateur et de modérateur de l’organisation internationale est renforcé avec l’inscription, sur la proposition de la Jordanie, de la « vieille ville de Jérusalem et ses remparts » sur la Liste du patrimoine mondial en 198114 et sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1982. Il est ainsi important « d’accorder son importance à la « conjoncture fine dans laquelle se cristallise cette mise en patrimoine » (Goetschel, Lemire, Potin, 2018 :10).

18L’événement représente un moment important dans l’histoire de l’institutionnalisation d’une opinion publique des pays arabes et musulmans. Le 25 septembre 1969, après s’être réunis à Rabat, plusieurs dirigeants de pays à majorité musulmane créent l’Organisation de la coopération islamique (OCI) dont le siège se situe aujourd’hui à Djeddah, en Arabie saoudite. L’Organisation de la Coopération islamique, qui a pour devise la « voix fédératrice du monde musulman »15, est une organisation intergouvernementale réunissant cinquante-sept États membres. Elle publie régulièrement des communiqués. Elle dénonce les attaques contre le sanctuaire et met en garde contre les tentatives de modifier le statut historique et juridique des lieux sacrés islamiques et chrétiens d’« al-Quds al-Sharif » (Jérusalem) en s’appuyant sur le droit international pour rendre Israël responsable de chaque agression et tentative d’appropriation concurrente (OCI 2023).

  • 16 Y compris au sein d’autres pays arabes et musulmans. Cf. Agence France Presse (AFP) & United Press (...)
  • 17 Voir sur la chaîne YouTube d’Al-Jazeera, le reportage d’Elias Karam du 20/08/2017, « 48 ans depuis (...)
  • 18 Le Mouvement islamique (al-Harâkat al-islâmiyya) créé en Israël en 1971 par ‘Abdallah Nimr Darwîsh (...)

19Même si une enquête a eu lieu, ainsi qu’un procès, l’événement de la destruction entretient l’idée qu’un complot israélien aurait été à l’origine du crime16. Revenant sur les faits, en 2020, ‘Ikrima Sabri, ancien mufti et prêcheur de la mosquée al-Aqsa, affirme sur la chaîne Al-Jazeera : « Il est impossible que Denis Rohan ait agi seul, car le feu a pris dans plusieurs endroits17 » (traduction de l’auteure). En outre, D. Rohan est bien souvent présenté à tort comme juif dans de nombreux articles de presse palestiniens. Quelques décennies plus tard, lors des commémorations de l’événement, organisées notamment par le Mouvement islamique en Israël18 ainsi que certaines figures religieuses, la condamnation des autorités israéliennes occupe une place centrale.

20Au lendemain de la catastrophe patrimoniale, la question de la reconstruction se pose. Comment restaurer ce qui a été détruit et selon quelles logiques ?

Reconstruire après la catastrophe

  • 19 Historiquement, ce comité peut être considéré comme une des premières structures en Palestine réal (...)
  • 20 Fonds hachémite pour la rénovation de la mosquée al-Aqsa et du dôme du Rocher.

21Les opérations de restauration et de conservation se déroulent de façon ininterrompue sur l’esplanade qui a été soumise au cours de son histoire à d’importantes catastrophes naturelles. Les derniers tremblements de terre eurent lieu en 1928 et 1937. Le Royaume de Jordanie entreprit la reconstruction du dôme du Rocher dès 1939 (Katz 2003). Le Comité pour la restauration de la mosquée al-Aqsa et du dôme du Rocher (lijnat li-l-a‘mâr)19 créé en 1954 supervise les principaux responsables des chantiers mis en œuvre. Faisant suite à l’incendie de 1969, les activités du comité, nécessaires à la sauvegarde du sanctuaire, d’abord suspendues par les autorités israéliennes, sont relancées. Le Sunduq al-hâshimî li-i‘mâr al-masjid al-Aqsâ wa-l-qubbat al-Sakhra20 créé en 2007, aujourd’hui dirigé par Wasfi al-Kailani, leur apporte ensuite un financement. Plusieurs pays y participent, comme l’Arabie saoudite, le Maroc ou des organisations non gouvernementales (ONG) comme Muslim Hands.

22L’objectif est de lutter contre le passage du temps, mais également contre les agressions extérieures, comme l’incendie de 1969. La mission de restauration que s’est fixée le Fonds hachémite vise selon son directeur à « sauvegarder le caractère authentique de chaque fragment historique d’al-Aqsa ». Associés à l’Unesco, des techniciens de l’International Center for the Conservation and Restauration of Monuments (ICCROM) accompagnent les activités de conservation et de protection du patrimoine culturel de l’esplanade.

  • 21 Commémoration des événements qui ont eu lieu le 30 mars 1976 pour protester contre la confiscation (...)
  • 22 Désigne le voyage nocturne du prophète de La Mecque vers Jérusalem en une nuit, puis son ascension (...)
  • 23 Muhammad Ahmad Husayn, « Commémoration du Jour de la Terre », site Internet officiel du bureau des (...)

23Du point de vue des autorités religieuses et des fidèles musulmans, les opérations de mise en valeur du patrimoine ont d’abord pour but de transmettre intact un héritage. Les discours religieux, comme les prêches du vendredi, constituent des lieux d’expression de l’attachement patrimonial à la terre sainte et aux monuments qu’elle abrite (Grugeon 2018). Dans un prêche prononcé le 3 avril 2009 depuis la chaire de la mosquée al-Aqsa, au lendemain de la commémoration de la Journée de la Terre21, le mufti Muhammad Ahmad Husayn rappelle qu’il appartient aux musulmans de « faire la preuve que cette terre bénie et bonne, ce pays de l’Isrâ’ et du Miʿrâj22, est une terre de waqf. C’est pourquoi les premiers musulmans en ont toujours pris soin afin de la transmettre comme un dépôt (amâna) aux générations futures sans qu’elle soit entamée ou vendue23 ». Comment cela se traduit-il dans les opérations de restauration ?

24Considéré comme un héritage immuable, le lieu saint fait néanmoins l’objet d’aménagements et de reconfigurations majeures. La restauration des monuments religieux correspond en effet parfois à des modifications des structures, artefacts et décors originaux. Le décor extérieur du dôme du Rocher, de la céramique polychrome, auquel le monument doit sa célébrité, date par exemple de l’époque ottomane. Cette céramique avait remplacé ce qui devait être des bandeaux de mosaïques à fond d’or. À l’époque ottomane, la terre battue recouvrait la cour de l’esplanade dénuée d’arbres ; alors qu’aujourd’hui les fidèles se reposent ou se recueillent à l’ombre d’oliviers, de palmiers et de cyprès, plantés il y a quelques décennies. Ces arbres sont eux-mêmes considérés par les autorités religieuses et les fidèles comme des éléments du patrimoine religieux de l’esplanade. Ainsi l’arrachage d’un de ces oliviers au cours de l’année 2013 par l’armée israélienne pour des raisons d’aménagement de la sécurité du lieu, a suscité l’indignation de la communauté palestinienne. Désormais, face aux agressions extérieures dans un contexte d’occupation militaire, les Palestiniens chargés de la restauration défendent la nécessité de préserver l’authenticité du lieu saint et son intégrité, conditions d’inscription pour un bien sur la liste du patrimoine mondial.

  • 24 Voir sur le site de la Fondation Aga Khan la page consacrée à la restauration de la mosquée Al-aqs (...)
  • 25 Entretien avec un des responsables des restaurations de la mosquée de la Qibla (mars 2013).

25À la suite de l’incendie, la mosquée de la Qibla a été coupée en deux espaces : le premier, le plus au sud, condamné le temps de la restauration, l’autre dédié à la prière. Les travaux de restauration ont duré environ vingt ans et ont été récompensés par le prix international Aga Khan en 198624. Les restaurateurs ont d’abord dû niveler le sol et renforcer les fondations grâce à de nombreuses études techniques. Lors d’un entretien, l’un des responsables des activités de réhabilitation du lieu saint insiste sur l’importance de la signification religieuse du monument et la nécessité de lui redonner son unité25. Pour cela, les équipes techniques ont conservé les parties originales des décorations d’une part et d’autre part ont reconstitué les parties endommagées tout en les distinguant de celles d’origine. Datant du xive siècle et d’abord considérées comme irrémédiablement perdues, les décorations peintes à l’intérieur de la coupole ont ainsi été mises au jour et entièrement reconstituées à l’aide de la technique du trateggio, une méthode qui utilise de fines lignes verticales pour distinguer les zones reconstruites des zones d’origine. Les colonnes de marbre incendiées ont été remplacées par des neuves, de couleur blanche, pour les différencier des anciennes. À l’instar des peintures, les mosaïques restaurées se distinguent également de celles préservées dans l’incendie. Le dôme de la mosquée de la Qibla avait été reconstruit en béton et recouvert d’aluminium dans la période d’avant 1969. Le programme de restauration post-incendie permet de restaurer la coupole endommagée en remplaçant l’aluminium nervuré par du plomb, pour correspondre au modèle original.

Figure 8

Figure 8

Dôme de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem  : détails de la réintégration par la technique du tratteggio, 1984. Ces photos sont incluses dans un rapport de 1984 intitulé « L’examen technique et la restauration des peintures du dôme de la mosquée Al Aqsa, Jérusalem » de Lorenzo Lazzarini et Paul M. Schwartzbaum (Mission Jérusalem 1984/2). Le dôme en bois peint a fait l’objet d’une série d’enquêtes sur site et d’interventions de restauration, entreprises par la section de conservation des peintures murales de l’ICCROM, visant à réparer les dommages désastreux subis par l’attentat à la bombe de 1969 et l’incendie qui a suivi. Dans ce rapport est étudié l’état de conservation de la coupole ; le support, les couches préparatoires et les couches picturales sont analysés, et les interventions de restauration (consolidation, enlèvement des repeints et réintégration) sont décrites.

© ICCROM.

26Entièrement détruits, mais considérés comme essentiels à l’identité du lieu, des éléments du patrimoine religieux ont quant à eux été reconstruits à l’identique. Selon les situations, le « faux authentique » peut revêtir davantage d’importance aux yeux des fidèles que le rituel, le lieu ou l’objet original (Brown 1999). Le Royaume de Jordanie organise par exemple la reconstruction à l’identique du minbar de Saladin qui symbolise un savoir-faire ancestral, mais également le retour du site à l’islam et la victoire des armées musulmanes sur les Croisés. La chaire retrouve ainsi sa place dans la mosquée en 2007.

Figure 9

Figure 9

Le minbar de la mosquée al-Aqsa (Jérusalem) reconstruit à l’identique, 2009.

© Lazhar Neftien / reproduction Wikimedia commons (sous licence CC BY-SA 4.0).

  • 26 Le hadith désigne un texte rapportant les actes et les paroles du Prophète. Ces traditions regroup (...)
  • 27 Dans la tradition islamique, le Burâq désigne un animal légendaire, monture du prophète Muhammad l (...)

27Le lieu saint représente un lieu fondement et un repère pour la communauté des croyants. Il sert en effet d’ancrage aux traditions construisant l’islam comme système qui, inspiré des deux premiers monothéismes, s’en distingue radicalement. Ombilic du monde, chargé du thème eschatologique de l’imminence de la fin des Temps et du Jugement, la mosquée al-Aqsa est associée au miracle du Voyage nocturne à travers toute une littérature compilant différentes traditions, ou hadiths26. Le Prophète aurait commencé ici son ascension céleste (al-mi‘râj) après avoir parcouru en une nuit toute la distance qui sépare La Mecque de Jérusalem (al-isrâ’) sur sa monture mythique, al-Burâq27. Lieu de la théophanie, il faudrait en conserver le caractère immémorial. C’est la valeur d’ancienneté telle que définie par Aloïs Riegl, et reprise par Daniel Fabre pour décrire la manière d’appréhender les monuments, qui compte ici. Le « passé est vénéré en tant que tel, non plus comme histoire scandée » (Fabre 2000 : 199). L’aura du monument historique attire le visiteur qui désire faire l’expérience de cette épiphanie du passé, « d’un contact direct avec ce qu’il pense être la vérité de l’authentique » (ibid. : 204).

  • 28 « Al-Aqsa Mosque: Restoration works begin on compound », reportage de la chaîne Al-Jazeera English (...)
  • 29 Ibid.

28Si les activités de restauration sont ininterrompues tout au long de l’histoire du lieu saint, elles recouvrent une signification particulière dans le contexte de grande instabilité politique actuel. L’acte de réhabilitation est présenté comme un défi politique par les équipes de techniciens, les autorités religieuses et les fidèles eux-mêmes, car les scènes de destruction sont devenues quasi ordinaires sur l’esplanade. Elles se répètent et avec elles la métaphore de l’incendie. Un documentaire diffusé par Al-Jazeera portant sur les travaux de restauration après les incursions de l’armée israélienne dans le lieu saint insiste sur le fait que « ramasser les morceaux, restaurer ce qui a été endommagé est devenu une pratique ordinaire parmi les pratiques religieuses et dans la vie quotidienne des Palestiniens28 ». À la suite d’une nouvelle intervention de l’armée et de la police israéliennes pendant le mois de ramadan 2023, des débris jonchent le sol de la mosquée de la Qibla. Fidèles et habitants palestiniens musulmans de Jérusalem aident les fonctionnaires des waqf-s dans le nettoyage. Les écoliers se pressent dans la mosquée et s’emploient à balayer. Des tapis ont été brûlés, du mobilier et des fenêtres ornées de vitraux détruits. Il s’agissait déjà de répliques. Les fenêtres d’origine, qui dataient de l’époque ottomane, avaient déjà été brisées dans l’incendie de 1969 puis reconstruites. Il faudra six mois de travaux de restauration29. À chaque destruction, les couches du palimpseste se multiplient. Et chaque fois vient se rejouer l’incendie.

Figure 10

Figure 10

Des vitraux de la mosquée al-Aqsa (Jérusalem) sont détruits pendant une incursion de l’armée et de la police israéliennes en mai 2023. Il s’agissait déjà de répliques. Les fenêtres d’origine, qui dataient de l’époque ottomane, avaient déjà été brisées dans l’incendie de 1969 puis reconstruites. Il faudra six mois de travaux de restauration.

© Ahmad Gharabli / reproduction AFP.

Patrimonialiser l’événement pour dire la perte durable

  • 30 Discussion avec un des fonctionnaires des waqf-s lors d’une visite d’al-Aqsa (octobre 2013).

29Que reste-t-il de la catastrophe, une fois passé le temps de la sidération, puis de la reconstruction ? En 2013, j’effectue une visite guidée de l’esplanade avec un fonctionnaire du site. Ce dernier attire mon attention sur les traces de l’incendie, notamment au niveau de l’arcade principale de la mosquée de la Qibla en face du mihrâb, ou sur certaines colonnes. L’administration des waqf-s a pris le parti de laisser visibles certaines marques des dégâts causés et de ne pas intervenir, quelle que soit l’usure du temps sur le site, « pour que les visiteurs prennent conscience de la domination permanente et des tentatives de destruction de ce lieu30 ».

30Les autorités chargées de la restauration font alors des stigmates de l’événement un outil de sensibilisation aux enjeux contemporains. Le Musée islamique d’al-Aqsa abrite les restes calcinés du minbar, ainsi que des poutres originales datant de l’époque omeyyade partiellement détruites en 1969. L’événement imprime sa marque et fait désormais partie de l’identité du sanctuaire dont les acteurs, plus largement, organisent la mise en scène des traces de la conflictualité. Balles en caoutchouc, bombes lacrymogènes et autres restes d’armes laissées après les affrontements avec l’armée et la police israéliennes sont ramassés et exposés dans de petites vitrines au milieu de la salle de prière. Des tee-shirts ensanglantés des victimes du 8 octobre 1990 sont conservés dans les collections du musée. La catastrophe elle-même se trouve patrimonialisée.

Figure 11

Figure 11

Entrée du Musée islamique avec les restes brûlés du minbar, Jérusalem, 2012.

© Elsa Grugeon.

Figure 12

Figure 12

Vitrine exposant les munitions israéliennes laissées sur place après des affrontements, Musée islamique, Jérusalem, 2013.

© Elsa Grugeon.

31Tous les ans, autorités religieuses et politiques préparent la commémoration de l’incendie. Lors de mon enquête, j’observe que la branche nord du Mouvement islamique en Israël joue un rôle central dans la tenue de ces célébrations, notamment à l’occasion du festival « Al-Aqsa en danger ». Préparé annuellement depuis 1996 dans le stade d’Umm al-Fahm, fief du cheikh Râ’id Salâh, chef du mouvement et ancien maire de cette ville de la région du Triangle en Israël, c’est un moment phare dans la campagne de cette organisation autour du thème du danger patrimonial. Lors du festival qui correspond en 2009 au quarantième anniversaire de l’incendie, une affiche dans les tons rouges reprend une image d’archive de la catastrophe avec ce slogan en forme de question : « et qui éteint les flammes d’al-Aqsa ? ».

Figure 13

Figure 13

Affiche de l’édition de 2009 du festival « Al-Aqsa en danger » organisé par la branche Nord du Mouvement islamique en Israël, à l’occasion de la commémoration des 40 ans de l’incendie d’al-Aqsa.

  • 31 Extrait de la revue de presse du 22 août 2013 du consulat général de France à Jérusalem.

32L’incendie occupe une place particulière dans la mise en scène de la menace. Le 22 août 2013, lors de la 44e commémoration de l’événement, Râ’id Salâh affirme ainsi que « l’incendie coïncide avec le début des tentatives israéliennes d’occupation de la mosquée31 ».

33Les milieux politiques et religieux palestiniens, à travers des discours publics, des prêches, des témoignages dans les médias, diffusent l’idée qu’après l’événement de 1969, al-Aqsa a continué de brûler.

  • 32 Youssef Juma‘a Salama, « À l’occasion du cinquante et unième anniversaire de l’incendie de la mosq (...)
  • 33 « Incendie de la mosquée Al-Aqsa », épisode de l’émission « Avec Jérusalem et son peuple », présen (...)
  • 34 « 47 ans depuis l’incendie de la mosquée Al-Aqsa », Alghad TV, 21 août 2016, https://www.youtube.c (...)
  • 35 « Comment se souvient-on de l’incendie de la mosquée al-Aqsa ? : Israël ambitionne de la faire dis (...)

34L’épisode de 1969 incarne la fragilité de ce patrimoine religieux. La menace perdure sous plusieurs formes dont le feu devient la métaphore. Celle-ci est reprise le jour de la 51commémoration de ce dernier, en 2020, par Youssef Juma‘a Salama, prêcheur dans la mosquée al-Aqsa, pour qualifier les menaces polymorphes qui pèsent sur le lieu saint : « l’incendie a détruit de vastes zones de la mosquée de la Qibla, et les incendies font toujours rage dans la mosquée bénie Al-Aqsa et prennent de nombreuses formes32 ». En 2021, dans une émission de télé palestinienne consacrée à la commémoration de la catastrophe, le directeur du Musée islamique présente les restes du minbar et rappelle que « l’incendie ne s’est toujours pas éteint33 ». La même année, Najeh Bkerat, ancien directeur de la mosquée, affirme également : « L’incendie n’a pas cessé de brûler depuis 1967, avec des événements pires que l’incendie lui-même, les fouilles, les tunnels, les colonies, la judaïsation et les incursions qui ont lieu à Jérusalem et à al-Aqsa quotidiennement34. » Dans un article publié en 2022 sur le site de l’agence de presse Jordan News, on peut lire : « 53e anniversaire de l’incendie de la mosquée al-Aqsa, les feux israéliens ne cessent de brûler de différentes façons dans al-Aqsa et en Palestine35. »

  • 36 Voir la note 3.

35Le détour par l’iconographie liée à la commémoration du sinistre est significatif. Une affiche écarlate du forum culturel al-Quds jordanien (« Multaqâ l-Quds al-thaqâfî »), produite à l’occasion des 50 ans de l’incendie, replace l’événement dans la chaîne de ceux qui ont eu lieu sur l’esplanade, notamment le 8 octobre 199036, l’Intifada des tunnels en 1996, la visite d’Ariel Sharon en 2000. Un slogan accompagne les images : « À chaque fois qu’ils ont allumé un feu, depuis ton giron [al-Aqsa] nous allumons une révolution. » L’image stylisée d’une colombe en feu indique le glissement du cas exceptionnel vers des formes symboliques.

Figure 14

Figure 14

Affiche pour la commémoration des 50 ans de l’incendie produite par le Forum culturel al-Quds en Jordanie.

Reproduction Elsa Grugeon.

  • 37 Traduction de « I am a descendant of King David and the Queen of England is a relative of mine ».
  • 38 Le Monde avec AFP et Reuters, « Deux Israéliens reconnus coupables du meurtre d’un jeune Palestini (...)
  • 39 Voir l’article « Cisjordanie : mort d’un enfant palestinien dans un incendie provoqué par des colo (...)
  • 40 Entretien avec l’artiste Amer Shomali, 6 juin 2023, traduction de l’auteure.

36Des artistes palestiniens se saisissent également du thème de l’incendie de 1969. En 2019, Amer Shomali, artiste palestinien résidant à Ramallah, expose par exemple une œuvre intitulée « Yes I lit the Fire » dans la galerie du Walled Off Hotel de Banksy à Bethléem. On peut y lire les mots prononcés par Denis Michael Rohan lors de son procès, « Je suis un descendant de la famille du roi David et la reine d’Angleterre est une de mes proches37 », inscrits sur une plaque de verre recouvrant 276 boîtes d’allumettes israéliennes aux tons et dessins ludiques. Lorsqu’il décrit son œuvre, Amer Shomali tisse un lien entre l’incendie de 1969 et d’autres pratiques incendiaires dans le conflit israélo-palestinien : « J’enseigne à la faculté d’art et de design et je suis tombé sur une grande variété de boîtes d’allumettes imprimées en Israël comme cadeaux publicitaires. J’ai été impressionné par les dessins, colorés, artistiques, poétiques. Ensuite, les médias ont couvert le meurtre d’un enfant palestinien par le feu38 commis par des colons israéliens et une autre histoire d’incendie est venue de Naplouse, où une famille entière a été brûlée39. Et puis je me suis souvenu de l’incendie d’al-Aqsa. C’est devenu clair : le même objet attrayant est un outil pour nettoyer ethniquement les Palestiniens, en brûlant leurs maisons, leurs mosquées et leurs églises. Les contradictions ont attiré mon attention40. » L’incendie est au centre de cette pièce, plus que la catastrophe patrimoniale elle-même. Le sanctuaire d’al-Aqsa est absent de la représentation faite par le plasticien. Le thème du feu en vient à dépasser la catastrophe de 1969 elle-même. L’incendie est devenu un topos.

Figure 15

Figure 15

Yep, I lit the fire, 2019, œuvre de l’artiste palestinien Amer Shomali, verre gravé sur 276 boîtes d’allumettes, 70 x 93 cm, exposée dans la galerie du Walled Off Hotel de Banksy à Bethléem (Territoires palestiniens occupés).

© Amer Shomali.

  • 41 « 1969. Incendie de la mosquée Al-Aqsa », reportage de Mustafa al-Kharouf, diffusé le 23 août 2016 (...)
  • 42 « 47 ans depuis l’incendie de la mosquée Al-Aqsa », Alghad TV, 21 août 2016, https://www.youtube.c (...)
  • 43 « Awwad, however, sees the restoration of al-Aqsa as much more than just an architectural challeng (...)

37Un glissement s’opère également du patrimoine aux Palestiniens eux-mêmes. Dans l’une des vidéos commémoratives disponibles sur Internet, on entend par exemple un ancien gardien de la mosquée déclarer que « ce n’est pas al-Aqsa qui a pris feu, mais ce sont les cœurs des gens qui ont pris feu, le cœur des musulmans41 ». Najeh Bkerat affirme aussi que l’incendiaire de 1969 « a fait brûler l’espoir dans les esprits des Palestiniens, des Arabes et des musulmans42 ». Dans une interview donnée à la revue Aramco world en 1987, Isam Awwad, l’architecte anciennement chargé du comité de restauration, rend compte du déroulement de la rénovation du dôme de la mosquée al-Aqsa. Il voit bien plus qu’un défi architectural dans les activités de restauration et explique que les Palestiniens, en préservant leur culture, se préservent eux-mêmes43. Du lieu saint ou des hommes eux-mêmes, on ne sait plus qui brûle.

38Le phénomène de découplage, entre l’événement particulier et exceptionnel de l’incendie de 1969 et le feu générique comme élément qui ravage tout, construit une permanence du feu, ainsi que sa contamination à d’autres espaces. Se joue ici une réappropriation de l’événement dramatique par les Palestiniens et son recentrage sur la cause palestinienne, elle-même patrimonialisée. Si l’affaire a été jugée et dépassée, elle semble loin d’être classée du côté palestinien.

Haut de page

Bibliographie

AL-JUBEH Nazmi, 2003, « Bâb al-Magharibah: Joha's Nail in the Haram al-Sharif », Jerusalem Quarterly, vol. 18, p. 17-24.

BENSA Alban & FASSIN Éric, 2002, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain. Anthropologie et sciences humaines, no 38, p. 5-20. Disponible en ligne, https://journals.openedition.org/terrain/1888 [lien valide en février 2024].

BROWN David, 1999, « Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage », Terrain. Anthropologie et sciences humaines, no 33, p. 41-56. Disponible en ligne, https://journals.openedition.org/terrain/2713 [lien valide en février 2024].

DUMPER Michael, 2002, The Politics of Sacred Space. The Old City of Jerusalem in the Middle East Conflict, Boulder, Lynne Rienner.

ENDERLIN Charles, 2013, Au nom du Temple. Israël et l’irrésistible ascension du messianisme juif, 1967-2013, Paris, Éditions du Seuil.

FABRE Daniel, 2000, « Ancienneté, altérité, autochtonie », in FABRE Daniel (dir.), Domestiquer l’histoire. Une ethnologie des monuments historiques, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France. Cahier », p. 196-208.

FABRE Daniel, 2013, Émotions patrimoniales, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France. Cahier ».

GOETSCHEL Pascale, LEMIRE Vincent & POTIN Yann, 2018, « Introduction », Vingtième siècle, no 1 (« Historiens et patrimoine au 20siècle. Le rendez-vous manqué ? »), p. 3-20.

GORENBERG Gershom, 2000, The End of Days. Fundamentalism and the Struggle for the Temple Mount, New York, Oxford, Oxford University Press.

GRUGEON Elsa, 2018, « Prêcher à la mosquée al-Aqsa : transmettre la “terre sainte” en héritage », in ANDÉZIAN Sossie & DÉCOBERT Christian (dir.), La Terre sainte en héritage, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Patrimoine », p. 93-118.

INBARI Motti, 2009, Jewish Fundamentalism and the Temple Mount. Who will build the third Temple?, Albany, State University of New-York Press.

KATZ Kimberley, 2003, « Building Jordanian Legitimacy: renovating Jerusalem’s holy places », The Muslim World, vol. 93, p. 211-232.

LEMIRE Vincent, 2022, Au pied du mur. Vie et mort du quartier maghrébin de Jérusalem (1187-1967), Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’Univers historique ».

LOUËR Laurence, 2001, « L’Identité palestinienne en contexte : se penser et se dire palestinien en Israël aujourd’hui », Les Annales de l’autre Islam, no 8, p. 399-417.

LOUËR Laurence, 2003, Les Citoyens arabes d’Israël, Paris, Balland, coll. « Voix et regards ».

MARTEU Elisabeth, 2005, « La mobilisation identitaire des Palestiniens citoyens arabes d’Israël : de l’affirmation identitaire à la négociation sociales et politique », Naqd, no 21-1, p. 105-117.

RICCA Simone, 2007, Reinventing Jerusalem. Israel’s Reconstruction of the Jewish Quarter after 1967, Londres, New York, I. B. Tauris.

RICCA Simone, 2010, « Heritage, Nationalism and the Shifting Symbolism of the Wailing Wall », Archives de sciences sociales des religions, no 151, p. 169-188.

CONSEIL DE SÉCURITÉ DES NATIONS UNIES, 1969, Résolution 271 (1969), 15 septembre. [En ligne] https://digitallibrary.un.org/record/90768?ln=fr [lien valide en janvier 2024].

OIC, « Déclaration finale adoptée par la Réunion extraordinaire à composition non limitée du Comité exécutif de l’Organisation de la Coopération Islamique pour contester les agressions récurrentes d’Israël, la puissance occupante coloniale illégale, contre la sainte Mosquée Al-Aqsa », 8 avril 2023. [En ligne], https://www.oic-oci.org/topic/?t_id=38780&t_ref=26353&lan=fr [lien valide en février 2024].

AGENCE FRANCE PRESSE (AFP) & UNITED PRESS INTERNATIONAL (UPI), « Les capitales arabes estiment que le verdict rendu au procès Rohan confirme la responsabilité d’Israël », Le Monde, 1er janvier 1970. [En ligne], https://www.lemonde.fr/archives/article/1970/01/01/les-capitales-arabes-estiment-que-le-verdict-rendu-au-proces-rohan-confirme-la-responsabilite-d-israel_2652575_1819218.html [lien valide en février 2024].

Haut de page

Notes

1 « Un incendie dans la région de la salle de prière de Marwan dans la mosquée al-Aqsa », agence de presse turque Anadolu, disponible en ligne, https://www.alquds.co.uk/حريق-بمنطقة-المصلى-المرواني-في-المسجد/ [lien valide en février 2024]. Nous avons traduit en français les titres des documents cités.

2 Sous la direction de Yehuda Etzion, fondateur de la colonie d’Ofra, un petit groupe du mouvement Gush Emunim, favorable à la colonisation des Territoires palestiniens, prévoit un attentat à la bombe dans le but de détruire le dôme du Rocher ; l’attentat sera finalement déjoué par les services secrets israéliens (Shabak).

3 La police aux frontières israélienne avait tiré sur la foule des manifestants rassemblés sur l’esplanade pour s’opposer à la tentative d’un groupe extrémiste, Les Fidèles du mont du Temple, qui venait de rendre publique son intention de pénétrer dans le lieu saint. Cf. rapport de B’Tselem, [en ligne] https://www.un.org/unispal/document/auto-insert-183371/ [lien valide en février 2024].

4 Il serait néanmoins intéressant de mener un travail dans les archives palestiniennes et israéliennes pour documenter l’événement de manière plus précise.

5 Voir les vidéos publiées sur les chaînes d’Al-Jazeera  : 21.08.2007, « Les Palestiniens commémorent l’incendie de la mosquée Al-Aqsa en 1969 », reportage de Katia Nâser, https://www.youtube.com/watch?v=NuOoXzLPY98 [lien valide en février 2024]  ; 21.08.2016, « Comment la mosquée al-Aqsa a-t-elle été brûlée en 1969 ? », https://www.aljazeera.net/encyclopedia/2016/8/21/كيف-أحرق-المسجد-الأقصى-عام-1969 [lien valide en février 2024] ; 20.08.2017, « 48 ans depuis l’incendie de la mosquée al-Aqsa », reportage d’Eliâs Karâm, https://www.youtube.com/watch?v=KHOzH31HQxY&t=8s ; 21.08.2019, « 50 ans depuis l’incendie de la mosquée al-Aqsa », Muhammad Rajib, https://www.youtube.com/watch?v=EFsHeYfc4nw [liens valides en février 2024].

6 Voir la note 3.

7 Je conserverai l’appellation commune aux Palestiniens dans l’ensemble de l’article. La qibla désigne l’orientation de la prière. Les premiers musulmans se tournaient vers Jérusalem pour prier avant de s’orienter finalement vers La Mecque.

8 Al-Mawsu’ah al-Filistiniyyah, Damascus:Hay’at; Al-Watha ́iq al– Filistiniyyah al– ‘Arabiyyah Li' am 1969 (Palestinian Arab Documents for 1969), Beirut, Institute for Palestine Studies and Lebanon University, p. 328.

9 Les Juifs en commémorent la destruction chaque année lors du jeûne de Tisha Beav, le 9e jour du mois d’Av.

10 Résolution 242 du Conseil de sécurité de l’ONU, 22 novembre 1967 ; résolution 478 du Conseil de sécurité de l’ONU, 20 août 1980.

11 L’expression « mouvement du Temple » désigne l’ensemble des organisations religieuses et politiques mobilisées pour défendre le droit des Juifs sur le mont du Temple.

12 Le rocher qu’abrite le dôme était présenté comme la roche de la fondation des textes bibliques.

13 Le dôme du Rocher, un des plus hauts points dans l’ensemble de la vieille ville, reste néanmoins un symbole de Jérusalem au sein de la population israélienne également, en témoigne notamment le choix de la ministre israélienne, membre du Likoud, Miri Regev en mai 2017 de porter lors de sa montée des marches du festival de Cannes, une robe représentant la vieille ville de Jérusalem avec en son centre le dôme du Rocher.

14 Cette inscription suit l’adoption d’une loi fondamentale par la Knesset le 30 juillet 1980, déclarant la ville capitale une et indivisible de l’État d’Israël.

15 Voir le site https://www.oic-oci.org/home/?lan=ar [lien valide en février 2024].

16 Y compris au sein d’autres pays arabes et musulmans. Cf. Agence France Presse (AFP) & United Press International (UPI), « Les capitales arabes estiment que le verdict rendu au procès Rohan confirme la responsabilité d’Israël », Le Monde, 1er janvier 1970, [disponible en ligne], https://www.lemonde.fr/archives/article/1970/01/01/les-capitales-arabes-estiment-que-le-verdict-rendu-au-proces-rohan-confirme-la-responsabilite-d-israel_2652575_1819218.html [lien valide en février 2024].

17 Voir sur la chaîne YouTube d’Al-Jazeera, le reportage d’Elias Karam du 20/08/2017, « 48 ans depuis l’incendie de la mosquée Al-Aqsa », https://www.youtube.com/watch?v=KHOzH31HQxY (1’30) [lien valide en février 2024].

18 Le Mouvement islamique (al-Harâkat al-islâmiyya) créé en Israël en 1971 par ‘Abdallah Nimr Darwîsh est un mouvement politico-religieux proche de la mouvance frériste et du Hamas. Il s’est organisé comme une association religieuse militante. Depuis 1996, le parti est scindé en deux, la branche du nord, qui ne participe pas à la vie politique israélienne, est dirigée par le cheikh Râ‘id Salâh (Cf. Louër 2001 et 2003 ; Marteu 2005).

19 Historiquement, ce comité peut être considéré comme une des premières structures en Palestine réalisant un travail scientifique en matière de conservation de l’architecture et du patrimoine bâti arabo-musulman.

20 Fonds hachémite pour la rénovation de la mosquée al-Aqsa et du dôme du Rocher.

21 Commémoration des événements qui ont eu lieu le 30 mars 1976 pour protester contre la confiscation par les autorités israéliennes de 25 000 dunums de terre en Galilée dans le nord d’Israël.

22 Désigne le voyage nocturne du prophète de La Mecque vers Jérusalem en une nuit, puis son ascension céleste depuis le rocher autour duquel fut construit le dôme.

23 Muhammad Ahmad Husayn, « Commémoration du Jour de la Terre », site Internet officiel du bureau des avis juridiques palestiniens (dâr al-iftâ’), 3 avril 2009, https://darifta.ps/khotpa/showkot.php?subk=ذكرى%20يوم%20الأرض (extrait traduit et souligné par l’auteure) [lien valide en février 2024].

24 Voir sur le site de la Fondation Aga Khan la page consacrée à la restauration de la mosquée Al-aqsa, https://the.akdn/en/how-we-work/our-agencies/aga-khan-trust-culture/akaa/restoration-al-aqsa-mosque [lien valide en février 2024].

25 Entretien avec un des responsables des restaurations de la mosquée de la Qibla (mars 2013).

26 Le hadith désigne un texte rapportant les actes et les paroles du Prophète. Ces traditions regroupées dans des recueils, dont les plus célèbres sont ceux de Abû al-Husayn Muslim (821-875) et Muhammad al-Bukhârî (810-870) composés au ixsiècle, constituent une des sources du dogme après le Coran. Le Sahîh Bukhârî comprend plus de 7000 hadiths alors que le Sahîh Muslim en comprend plus de 300 000. Ces deux recueils sont considérés par les musulmans sunnites comme les plus authentiques.

27 Dans la tradition islamique, le Burâq désigne un animal légendaire, monture du prophète Muhammad lors du Voyage nocturne, créature ailée mi-homme mi-cheval.

28 « Al-Aqsa Mosque: Restoration works begin on compound », reportage de la chaîne Al-Jazeera English, 18 avril 2023, https://www.youtube.com/watch?v=oUaD1wGOaBs (2,22’) [lien valide en février 2024].

29 Ibid.

30 Discussion avec un des fonctionnaires des waqf-s lors d’une visite d’al-Aqsa (octobre 2013).

31 Extrait de la revue de presse du 22 août 2013 du consulat général de France à Jérusalem.

32 Youssef Juma‘a Salama, « À l’occasion du cinquante et unième anniversaire de l’incendie de la mosquée bénie Al-Aqsa », Al-Basair, 17 août 2020, https://elbassair.dz/10664/ [lien valide en février 2024].

33 « Incendie de la mosquée Al-Aqsa », épisode de l’émission « Avec Jérusalem et son peuple », présentée par Saleh Zaghari, Falastini TV, https://www.youtube.com/watch?v=LhpeTZnjGTQ (7 : 30’) [lien valide en février 2024].

34 « 47 ans depuis l’incendie de la mosquée Al-Aqsa », Alghad TV, 21 août 2016, https://www.youtube.com/watch?v=6gz9bGQkh28 [lien valide en février 2024].

35 « Comment se souvient-on de l’incendie de la mosquée al-Aqsa ? : Israël ambitionne de la faire disparaître », Jordan News Agency, https://petra.gov.jo/Include/InnerPage.jsp?ID=221668&lang=ar&name=news [lien valide en février 2024].

36 Voir la note 3.

37 Traduction de « I am a descendant of King David and the Queen of England is a relative of mine ».

38 Le Monde avec AFP et Reuters, « Deux Israéliens reconnus coupables du meurtre d’un jeune Palestinien brûlé vif », Le Monde, 30 novembre 2015, https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/11/30/deux-israeliens-reconnus-coupables-du-meurtre-d-un-jeune-palestinien-brule-vif_4820293_3218.html [lien valide en février 2024].

39 Voir l’article « Cisjordanie : mort d’un enfant palestinien dans un incendie provoqué par des colons », 31 juillet 2015, disponible en ligne, https://www.france24.com/fr/20150731-cisjordanie-enfant-palestinien-tue-extremistes-juifs-incendie-maison-naplouse-duma-terroris [lien valide en février 2024].

40 Entretien avec l’artiste Amer Shomali, 6 juin 2023, traduction de l’auteure.

41 « 1969. Incendie de la mosquée Al-Aqsa », reportage de Mustafa al-Kharouf, diffusé le 23 août 2016, chaîne YouTube de Mustafa al-Kharouf, https://www.youtube.com/watch?v=FYpYbtPz8wE (2 : 00) [lien valide en février 2024].

42 « 47 ans depuis l’incendie de la mosquée Al-Aqsa », Alghad TV, 21 août 2016, https://www.youtube.com/watch?v=6gz9bGQkh28 (0 : 41) [lien valide en février 2024].

43 « Awwad, however, sees the restoration of al-Aqsa as much more than just an architectural challenge. ʺWe don't have a national government [in occupied Jerusalem],ʺ he says, ʺso by conserving our culture, we are conserving ourselvesʺ. », in Gerry Loughran & John Lawton, « The Changing Present », Arab and Islamic Cutures and connections, Aramco Word, vol. 38, no 6, novembre-décembre 1987. [En ligne], https://archive.aramcoworld.com/issue/198706/the.changing.present.htm [lien valide en février 2024].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende L’esplanade des Mosquées (al-Aqsa) à Jérusalem, mars 2013. Fondé au viie siècle sur l’emplacement du Temple juif, ce lieu saint central dans le dogme islamique s’étend sur quatorze hectares et abrite plus de deux cents monuments historiques.
Crédits © Andrew Shiva / reproduction Wikimedia commons (sous licence CC BY-SA 4.0).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Figure 2
Légende Façade ouest de la mosquée couverte, dans la partie sud de l’esplanade, Jérusalem, 2012. Situé au sud de l’esplanade des Mosquées, ce monument couvert a toujours servi, dans ses différents avatars, de mosquée à prône de la ville de Jérusalem. Lorsque résonne l’appel à la prière, les fidèles y convergent. Cette mosquée à colonnes est constituée de sept nefs perpendiculaires au mur de la qibla, dont une nef centrale plus large que les autres.
Crédits © Elsa Grugeon.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 3
Légende Le 21 août 1969, juste après la prière de l’aube, le feu s’empare de la mosquée de la qibla au sud de l’esplanade des Mosquées (Jérusalem).
Crédits © photographe inconnu / reproduction Keystone France – Gamma Rapho.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 4
Légende Plan de l’esplanade des Mosquées (Jérusalem), 2018. La formule « mosquée al-Aqsa » (masjid al-Aqsâ) est réservée à l’ensemble de l’enceinte à laquelle on accède par différentes portes.
Crédits © Données Elsa Grugeon, réalisation Juliette Morel.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Figure 5
Légende Schéma organisationnel de la mosquée al-Aqsa, Jérusalem, 2019. Trois colonnades (riwâq) sur sept au total sont endommagées : deux colonnes sont détruites, arcs et ornements également, tout comme les plafonds de bois peints.
Crédits © Données Elsa Grugeon, réalisation Christian Grugeon.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure 6
Légende Des plaques juives accrochées dans les maisons indiquaient la direction de la prière vers Jérusalem. Plaque murale sur laquelle est inscrit le mot « mizrah », créée par Moshe Mizrachi, 1910, conservée dans la Gross Family Collection (inv. 056.007.002), Jérusalem (Israël).
Crédits Reproduction The center for Jewish Art.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 7
Légende Panneau protégeant des zones de travaux et comportant une représentation du mont du Temple, Jérusalem, 2019.
Crédits © Elsa Grugeon.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Figure 8
Légende Dôme de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem  : détails de la réintégration par la technique du tratteggio, 1984. Ces photos sont incluses dans un rapport de 1984 intitulé « L’examen technique et la restauration des peintures du dôme de la mosquée Al Aqsa, Jérusalem » de Lorenzo Lazzarini et Paul M. Schwartzbaum (Mission Jérusalem 1984/2). Le dôme en bois peint a fait l’objet d’une série d’enquêtes sur site et d’interventions de restauration, entreprises par la section de conservation des peintures murales de l’ICCROM, visant à réparer les dommages désastreux subis par l’attentat à la bombe de 1969 et l’incendie qui a suivi. Dans ce rapport est étudié l’état de conservation de la coupole ; le support, les couches préparatoires et les couches picturales sont analysés, et les interventions de restauration (consolidation, enlèvement des repeints et réintégration) sont décrites.
Crédits © ICCROM.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 9
Légende Le minbar de la mosquée al-Aqsa (Jérusalem) reconstruit à l’identique, 2009.
Crédits © Lazhar Neftien / reproduction Wikimedia commons (sous licence CC BY-SA 4.0).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 10
Légende Des vitraux de la mosquée al-Aqsa (Jérusalem) sont détruits pendant une incursion de l’armée et de la police israéliennes en mai 2023. Il s’agissait déjà de répliques. Les fenêtres d’origine, qui dataient de l’époque ottomane, avaient déjà été brisées dans l’incendie de 1969 puis reconstruites. Il faudra six mois de travaux de restauration.
Crédits © Ahmad Gharabli / reproduction AFP.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Figure 11
Légende Entrée du Musée islamique avec les restes brûlés du minbar, Jérusalem, 2012.
Crédits © Elsa Grugeon.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 12
Légende Vitrine exposant les munitions israéliennes laissées sur place après des affrontements, Musée islamique, Jérusalem, 2013.
Crédits © Elsa Grugeon.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Figure 13
Légende Affiche de l’édition de 2009 du festival « Al-Aqsa en danger » organisé par la branche Nord du Mouvement islamique en Israël, à l’occasion de la commémoration des 40 ans de l’incendie d’al-Aqsa.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Figure 14
Légende Affiche pour la commémoration des 50 ans de l’incendie produite par le Forum culturel al-Quds en Jordanie.
Crédits Reproduction Elsa Grugeon.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Figure 15
Légende Yep, I lit the fire, 2019, œuvre de l’artiste palestinien Amer Shomali, verre gravé sur 276 boîtes d’allumettes, 70 x 93 cm, exposée dans la galerie du Walled Off Hotel de Banksy à Bethléem (Territoires palestiniens occupés).
Crédits © Amer Shomali.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3232/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Grugeon, « L’incendie de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem (1969)  »In Situ. Au regard des sciences sociales [En ligne], 4 | 2024, mis en ligne le 16 février 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/insituarss/3232 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insituarss.3232

Haut de page

Auteur

Elsa Grugeon

Docteure en anthropologie
elsagrugeon@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search