Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Saisir le moment de la catastropheRetour sur l’effondrement du bâti...

Saisir le moment de la catastrophe

Retour sur l’effondrement du bâtiment des Archives historiques de Cologne le 3 mars 2009

Essai d’analyse avec une décennie de recul
A look back at the collapse of Cologne's historical archive building on March 3, 2009. An attempt at analysis with a decade's hindsight
Géraldine Hetzel

Résumés

Le 3 mars 2009, le bâtiment de six étages abritant les Archives historiques de la ville de Cologne s’effondre sous l’effet d’un glissement de terrain provoqué par les travaux d’extension d’une ligne de métro, entraînant également l’immeuble voisin et y faisant deux victimes. Des procédures judiciaires sont toujours en cours pour établir les responsabilités dans cette catastrophe sans précédent dans le monde des archives et qui a fait craindre la perte irrémédiable des fonds d’une richesse exceptionnelle conservés à Cologne, les plus importants d’Europe du Nord. Parmi les documents les plus précieux figuraient des registres d’actes médiévaux, la Constitution de la ville d’Empire, de nombreuses archives d’abbayes et de particuliers (700), parfois célèbres, comme Heinrich Böll ou Jacques Offenbach. Grâce à un très grand élan de solidarité et de coopération local, national et international, la plupart des pièces ont pu être récupérées puis traitées dans un centre de restauration spécialement construit à cet effet. Mais trois décennies de travail intense ont été jugées nécessaires pour venir à bout de la restauration, du tri et du classement des archives endommagées. Les difficultés auxquelles ont été confrontés les archivistes dans la conduite des opérations de sauvetage requièrent de reconsidérer les plans d’urgence des institutions archivistiques. Elles ont aussi contribué à modifier la vision qu’ils ont de leur métier et les liens qu’ils entretiennent avec les spécialistes de la préservation.

Haut de page

Texte intégral

Mes remerciements tout particuliers vont à mon cousin, M. Klaus LOTZ de Cologne.

  • 1 Notons par ailleurs que le bâtiment de la Severinstrasse était conçu pour durer trente ans. Au-del (...)

1Situées depuis le xve siècle dans une tour de l’Hôtel de Ville, les Archives historiques de Cologne furent transférées en 1897 dans un bâtiment conventuel néogothique puis, en 1971, dans un édifice moderne de six étages situé aux numéros 222 à 228 de la Severinstrasse dans le sud de la ville, non loin du Rhin. Vingt-huit kilomètres linéaires d’archives y étaient conservés. Appelé « modèle de Cologne », imité dans toute l’Allemagne et en Europe, le système de climatisation des magasins de ce bâtiment, autorégulateur et permettant de faire l’économie d’une installation supplémentaire, était très innovant et a marqué l’histoire de la construction des bâtiments d’archives1.

Figure 1

Figure 1

L’ancien bâtiment des Archives historiques de la ville de Cologne (Allemagne), juillet 2007. Construit sous l’égide de l’architecte Fritz Haferkamp et ouvert au public en 1971, sa conception ultramoderne reposait sur un système de climatisation autorégulateur. Du point de vue de ses capacités de stockage, il avait été construit pour durer trente ans. Ce bâtiment s’est effondré le 3 mars 2009 dans le contexte de travaux de prolongement d’une ligne de métro.

© Rainer Dahl / Stadt Köln.

2Le 3 mars 2009 à 13 h 58, cet édifice s’effondre ainsi que deux immeubles qui l’entourent. L’origine de la catastrophe fait toujours l’objet de nombreux débats. Selon les experts judiciaires, cet effondrement serait dû aux erreurs commises lors des travaux d’extension d’une ligne de métro nord-sud menés dans la rue où se trouvaient les archives, la Severinstrasse. Une faille dans une paroi souterraine destinée à retenir les eaux de la nappe phréatique a provoqué un écoulement d’eau, de sable et de gravier sous le bâtiment des archives, à tel point que celui-ci s’est effondré sur lui-même en même temps que deux bâtiments voisins dans lesquels deux victimes ont été à déplorer. Des milliers de documents furent enfouis sous une montagne de gravats et en partie plongés dans l’eau de la nappe phréatique. Véritablement impressionnantes, les photographies prises sur le site de la catastrophe le jour même et le lendemain montrent un immense cratère empli de décombres.

Figure 2

Figure 2

Site des Archives historiques de la ville de Cologne (Allemagne), 6 mars 2009. L’effondrement du bâtiment sur lui-même a entraîné celui de deux bâtiments voisins. La catastrophe causa la mort de deux personnes.

© photographe inconnu / Stadt Köln, Berufsfeuerwehr Köln.

  • 2 Voir le document « Bergen, Ordnen, Restaurieren – Der Wiederaufbau des Historischen Archivs der St (...)

3Considéré comme la plus grande catastrophe archivistique d’Allemagne depuis la dernière guerre, l’effondrement a conduit à l’enfouissement de la quasi-totalité des fonds d’archives d’histoire de la ville autant que de la région. Les fonds ont non seulement été mouillés, mais certains ont également été déchirés. On estimait en avril 2017 qu’il restait environ deux millions de fragments à traiter2.

4L’émotion fut immense : le dépôt d’archives de Cologne était l’un des plus anciens d’Allemagne, et le plus important d’Europe du Nord. Il rassemblait environ 65 000 parchemins, plus de 100 000 cartes et plans, et plus d’un million de photographies. Parmi les trésors, on recensait des écrits du xe siècle, la charte d’Albert le Grand (xiiie siècle), des documents médiévaux ayant appartenu au mécène Franz Wallraf (1748-1824), des fonds d’abbayes, des originaux des compositeurs Jacques Offenbach et Max Bruch, ou encore la succession du prix Nobel de littérature Heinrich Böll (1917-1985).

  • 3 « Cet effondrement signifie pour la science historique en Allemagne et à l’étranger une perte doul (...)
  • 4 Le comité du Bouclier bleu s’implique dans les actions de prévention et de sauvegarde du patrimoin (...)

5En Rhénanie, mais aussi à l’échelle internationale, l’effondrement des Archives a été un choc considérable3. La crainte d’une perte irrémédiable de ces trésors du patrimoine musical, littéraire et historique a donné lieu à une médiatisation importante de l’événement et à une aide internationale, notamment à travers la mise en place de plusieurs missions du Bouclier bleu4 entre avril et août 2009.

Figure 3

Figure 3

Archives en gothique manuscrit « mises à l’abri » mais cisaillées par l’effondrement et en grand désordre, 13 mars 2009.

© Anna C. Wagner / Rheinisches Bildarchiv Köln.

Les opérations de sauvetage

6Le sauvetage puis la restauration des archives ont mobilisé un grand nombre d’acteurs : les pompiers, le Technisches Hilfswerk (service fédéral d’aide technique) et le réseau des services d’archives allemands qui a contribué au pré-tri des documents récupérés. Lors des forages opérés pour monter une structure de mise à l’abri, de premières pièces ont été tirées des eaux et ont revu la lumière du jour. Il s’agissait principalement d’archives de la Ville de Cologne datant de la deuxième moitié du xxe siècle, parmi lesquelles les « documents liés au séjour des étrangers » des années 1960 et 1970. Les archives retirées des gravats ont été placées dans des caisses en plastique en vue de leur transport et de leur traitement ultérieur.

Figure 4

Figure 4

Des archives mises à l’abri dans des conteneurs plastiques, au centre de restauration et de numérisation, 13 mars 2009. Un grand nombre de documents ont été envoyés dans une vingtaine de services d’archives partenaires appelés « Asylarchive » puis rapatriés à Cologne (Allemagne) à l’ouverture, le 3 septembre 2021, du nouveau site du Eifelwall, dont la construction avait commencé en 2017.

© Anna C. Wagner / Rheinisches Bildarchiv.

7Juste après l’effondrement, la construction d’un centre de restauration fut programmée, afin de répondre à la prise en charge des documents à restaurer. Le choix se porta sur un ancien entrepôt à Porz-Lind, à environ cinq kilomètres au sud du bâtiment de la Severinstrasse. Des pièces d’archives purent y être nettoyées à sec, première étape de restauration, immédiatement après la catastrophe. Dès septembre 2009, la majeure partie des archives avaient pu y être transférées.

8La seconde phase de mise à l’abri et de sauvetage a commencé le 24 novembre 2010, soit dix-huit mois plus tard. 85 % des archives sous les décombres avaient alors pu être récupérés. On a supposé que 10 % des fonds préexistants étaient encore sur zone, 5 % étant considérés comme irrémédiablement perdus5. À titre d’exemple, on peut citer la succession de William Pearson (1934-1995), baryton américain de renom, qui a été perdue dans l’accident. Celle-ci comprenait critiques, partitions originales, cassettes et enregistrements ainsi que correspondances avec des compositeurs significatifs tels que Hans Werner Henze (1926-2012)6.

  • 7 « Cependant, 70 % de ces parties non décrites ont entre-temps fait l’objet d’une saisie initiale, (...)

9Lors de l’effondrement, des fonds ont été arrachés de leur contexte et mélangés. Ajoutons également que les cotes ne figuraient pas sur tous les feuillets. Une pièce d’archive peut en effet être stockée à un endroit avec d’autres pièces complètement différentes, tandis que le dossier auquel elle appartient se trouve ailleurs. Interrogée sur ce qui n’a pas été retrouvé, sur ce qui est donc définitivement perdu, la directrice des Archives de Cologne, Bettina Schmidt-Czaia, affirme en 2018 que ce sont « 5 % des pièces d’archives disparues dans la boue et le béton qui n’ont pas pu être identifiées comme telles, que l’on n’a donc pu mettre à l’abri, pas même suite à l’intervention des plongeurs » (Schmidt-Czaia & Fischer 2018). Elle explique qu’il est impossible de savoir quels sont les éléments ayant disparu du fait que, comme dans tout service d’archives, il existait des pans non traités et non décrits7. Depuis 2009, les collaborateurs des Archives examinent les différents cartons dans le cadre d’une sorte d’inventaire global et rangent les pièces en les réattribuant aux bons fonds. Ce qui a été impossible à identifier au cours de la première étape fut réexaminé lors de la seconde par les archivistes compétents dans les différents domaines.

10Lors d’un échange avec l’auteure le 6 décembre 2023, Ulrich Fischer, directeur adjoint de l’établissement, précise : « Les archives sont par définition des pièces uniques, de sorte que toute perte est irrémédiable, ce qui réduit les possibilités pour les générations futures de connaître, à partir d’un matériau authentique, les conditions de vie réelles des générations antérieures. Ainsi, nous sommes bien sûr tristes à cause des pertes subies. Toutefois, jusqu’à maintenant, nous ignorons toujours quels sont les 5 % (ou moins) de matériau effectivement disparu, et quelle est la part de ce qui peut-être n’a tout simplement pas encore été réidentifié, qui était insuffisamment inventorié jusqu’alors, ou qui n’existe désormais plus qu’à l’état de fragments qu’il s’agit pour l’heure encore de réassembler. »

11De manière notable, il poursuit : « Pour mes collègues et moi-même, en particulier pour ceux qui ont vécu l’effondrement, l’autre face de cette expérience est cependant bien plus signifiante : une opération internationale et inédite de mise à l’abri qui a duré quelques mois a permis de sauver la quasi-totalité des archives du bâtiment effondré. Beaucoup de pièces sont abîmées – parfois très abîmées – et absolument en désordre, mais la quantité de ce qui, après nettoyage, pourra être remis à la disposition du public prédomine. Grâce à la grande solidarité des professionnels du secteur, au plan national et international – nos collègues français ne sont pas en reste –, et du grand professionnalisme des équipes de sapeurs-pompiers et du service d’aide technique, les archives de Cologne sont de nouveau en mesure de répondre à toute demande. »

Figure 5

Figure 5

Dossier administratif avant et après restauration, 15 juillet 2009. Si les archives de Cologne conservent des pièces très anciennes – des trésors comme la Constitution de la ville d’Empire du 14 septembre 1396 –, l’obligation de conservation incombant à l’institution s’applique tant aux documents contemporains qu’aux chartes médiévales. C’est pourquoi l’attention portée à ce dossier a été la même que pour un document d’archives sur autre support plus « noble » que le papier.

© photographe inconnu / Stadt Köln.

  • 8 Pour que le service des archives retrouve sa pleine capacité de fonctionnement, il avait été estim (...)

12Devenu centre de restauration, le site de Porz-Lind occupait une superficie de 10 000 mètres carrés. C’est ici qu’ont été apportées les archives récupérées afin d’être traitées, à savoir restaurées en masse, triées et classées, avant d’être numérisées. Pour remettre en état l’ensemble des pièces endommagées, il a été estimé qu’au moins 6 000 à 6 500 « années-personnes » (équivalents temps plein sur un an, c’est-à-dire 30 ans) seraient nécessaires8.

13La communication de Robert Fuchs de l’Institut des sciences de la conservation de Cologne, « The collapse of the Cologne Historical Archive: the role of restorers and emergency plan » proposée en 2014 lors du colloque « Care and Conservation of Manuscripts » de l’université de Copenhague, peut être consultée à profit, car elle fournit de précieux renseignements sur les processus de sauvegarde déployés9. Le site Web des Archives historiques de la ville de Cologne présente quelques exemples de ces restaurations10. Ainsi peut-on y voir celle de la Constitution de Cologne du 14 septembre 1396, dont les sceaux ont eux aussi été réparés.

Figure 6

Figure 6

Charte médiévale sur parchemin avec sceaux suspendus, avant et après restauration, 26 février 2013. L’avant-après donne une idée de l’investissement élevé en temps et en argent de ce type d’opération restant encore à réaliser ; initialement, les coûts de restauration étaient estimés à 370 millions d’euros au total.

© photographe inconnu / Stadt Köln.

Un faisceau de responsabilités juridiques

14Si l’on sait que le bâtiment des archives a été emporté par un glissement de terrain, la recherche des causes n’est toujours pas terminée. Selon certains, les responsabilités se répartissent entre les sociétés de travaux et la Ville de Cologne. En effet, le nombre d’ingénieurs en poste pour contrôler la conformité des chantiers aurait été insuffisant. Des réductions d’effectifs mettraient donc en cause la responsabilité de la Ville de Cologne. En outre, les Kölner Verkehrsbetriebe (KVB, la société de transport de Cologne), qui étaient maîtres d’œuvre, auraient dû s’assurer des conditions de sécurité des travaux au fur et à mesure de leur avancement. Enfin, cette surveillance incombait également au Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. La dramaturge autrichienne Elfriede Jelinek, prix Nobel de littérature, met en scène ce conflit dans sa pièce publiée et représentée à Cologne, Ein Sturz (Une chute), qui se déroule dans le contexte de l’effondrement des Archives, et dresse la satire des différents responsables en présence (Osborne 2014).

  • 11 Cheffe de service au Service historique de la Défense, elle a participé à la deuxième mission du B (...)
  • 12 Süddeutsche Zeitung, 2019, « Eine Bewährungsstrafe und drei Freisprüche », [en ligne], https://www (...)

15Les enquêtes et recherches menées sur le plan judiciaire prirent une ampleur considérable. En avril 2012, des plongeurs de la police furent mandatés par le parquet pour enquêter sous l’eau. Comme l’indique l’archiviste Valérie Caniart dans son retour d’expérience11, « cet accident a suscité rapidement un scandale politico-financier et la reconstruction du bâtiment des archives est devenue l’un des enjeux électoraux » (Caniart 2010 : 104). L’objectif de l’enquête était de permettre une prise de responsabilité financière et pénale, puisque l’accident a causé le décès de deux personnes. Le procès, ouvert en 2018, s’est clos un an plus tard  : le tribunal régional de Cologne a acquitté trois accusés et condamné un chef de chantier des KVB pour homicide involontaire12.

Un élan de solidarité national et international

16Philippe Artières déclarait dans Vie et mort de Paul Gény : « Je suggère de considérer l’effondrement brutal du bâtiment des archives de Cologne, en mars 2009, comme symbole d’un changement radical dans notre rapport aux archives et à leur usage. La vive émotion que cet événement souleva en Europe, comme en témoignent la presse et diverses initiatives, tenait d’abord à la perte de plusieurs milliers de documents du patrimoine européen » (Artières 2013 : 200). Comme le rappelle Odile Jurbert (2011), archiviste à Strasbourg, l’Allemagne, en premier lieu, est profondément ébranlée par la catastrophe, et cela dès les premiers jours. Die Stimme, organe de presse de la région de Heilbronn, titre le 11 mars 2009 « La catastrophe de Cologne secoue les archivistes » (Krauth & Kaletta 2009). La proximité géographique joue aussi, à en croire le témoignage d’Odile Jurbert  : « Dès la nouvelle de la catastrophe, il m’a semblé important de témoigner une solidarité concrète à mes confrères d’outre-Rhin en raison de mes relations anciennes avec les historiens et les archivistes allemands, du sentiment de solidarité qu’éprouve nécessairement une Strasbourgeoise pour une autre ville rhénane et aussi de l’intérêt d’un tel cas de figure, si invraisemblable en période de paix qu’aucun plan d’urgence n’a dû l’envisager » (2011: 5).

17Un réseau de services d’archives de toute l’Allemagne a pris en charge des documents et envoyé des auxiliaires. Lors d’une première étape de remise en ordre, les sapeurs-pompiers et le service d’aide technique ont précautionneusement démonté l’énorme tas de gravats et remis les pièces d’archives qu’ils trouvaient aux archivistes et aux bénévoles. C’est de cette façon et grâce à la bonne collaboration entre ces différents acteurs que la majeure partie des fonds avaient pu être mis à l’abri dès septembre 2009. Un an après la catastrophe, le bilan de l’opération de sauvetage dressé par la Ville de Cologne se chiffrait déjà à 1,2 milliard d’euros (Caniart 2010 : 114).

18L’effondrement du bâtiment des Archives historiques a donné lieu à un élan de solidarité sans précédent, puisque plus de 1 500 intervenants des différents organismes d’aide ont contribué à la sauvegarde de biens culturels irremplaçables. Plus de 1 800 volontaires sont également venus de nombreux pays européens et extraeuropéens : Pologne, Slovaquie, Suisse, Belgique, France, Pays-Bas, Luxembourg, Grande-Bretagne, États-Unis, Canada, Australie. L’engagement des volontaires a été récompensé par la remise de la « coiffe d’or », un prix qui existe depuis 1973 et honore les citoyens méritants de Cologne.

19Au sein de la communauté internationale des archivistes, l’action de l’organisation internationale du Bouclier bleu est à souligner. Basée à La Haye, l’association des comités nationaux du Bouclier bleu (ANCBS) a répondu à l’appel, et quelque 160 archivistes, restaurateurs, régisseurs de collections originaires de l’Union européenne et des États-Unis se sont rendus à Cologne en son nom. L’archiviste Valérie Caniart, venue elle aussi dans ce cadre, souligne tout l’intérêt de participer aux opérations de sauvetage des documents, depuis le « simple » dépoussiérage jusqu’à la restauration. « Loin d’être rébarbative, cette succession de tâches répétitives permet, au contact des restaurateurs, de rafraîchir ou de perfectionner ses connaissances en conservation préventive […] et surtout les bons gestes de manipulation qui préservent à la fois le personnel et les documents » (ibid. : 115).

20Tous ont participé activement à la récupération et au traitement des archives. En outre, des collectes ont été organisées pour les victimes de l’effondrement, des logements mis à disposition. Cette aide a été très largement désintéressée. Le travail des bénévoles est impressionnant : à la fin juillet 2009, ils avaient fourni en 122 jours environ 85 000 heures de nettoyage, d’empaquetage, de tri et d’élaboration de listes. L’ancien maire, Fritz Schramma, les a remerciés pour leur engagement à l’occasion de deux fêtes organisées en leur honneur. Sur sa page Internet13, la Ville de Cologne remercie des centaines d’organismes municipaux, nationaux, internationaux.

21Pourtant, certaines erreurs ont été commises, principalement sur le plan organisationnel. Les archivistes qui dirigeaient les opérations, notamment ceux de Cologne, ont été confrontés à des tâches auxquelles ils étaient peu, sinon pas du tout, habitués, comme l’encadrement des équipes. De ce fait, « malgré la disponibilité du personnel, il est arrivé que les consignes manquent de précision ou bien se contredisent, et que les informations essentielles pour le reconditionnement (taille maximum des palettes, indications du matériel existant à disposition) fassent défaut ». Ainsi, comme le note encore Valérie Caniart dans sa conclusion « le plan d’urgence dans les institutions patrimoniales a de l’avenir » (ibid. : 115-116).

Figure 7

Figure 7

Les équipes de secours s’affairent le 6 mars 2009 au fond du cratère qui s’est formé lors de l’effondrement. Ces opérations de « mise à l’abri » de pièces d’archives ont été l’occasion pour des professionnels de différents secteurs (pompiers, aide technique, éboueurs, Croix-Rouge) et des bénévoles de tous horizons géographiques de travailler ensemble. La solidarité au sein de la profession des archivistes a été à la fois forte et internationale.

© Peter Harlt / Stadt Köln.

Traumatisme et conséquences mémorielles

  • 14 EUL Alexandra, 2009, « Why did the Cologne city archive collapse? », The Guardian, [en ligne], htt (...)

22La presse allemande couvrit l’événement qui eut également des répercussions à l’étranger14. Qu’une telle catastrophe ait pu se produire en Allemagne a ébranlé la confiance des citoyens dans leurs institutions.

23Dès le lendemain de l’effondrement, des débats houleux sur la thématique de la conservation préventive ont eu lieu : « Faut-il construire les bâtiments d’archives à l’extérieur des villes, en zone rurale ? » Robert Fuchs déclare quant à lui en 2014 : « Pour l’avenir, nous devons élaborer des stratégies visant à assurer la conservation la plus appropriée et la préservation à long terme de notre patrimoine culturel. Nous devons nous poser la question suivante : nos plans d’urgence actuels répondent-ils à ces exigences ? Ou bien avons-nous besoin d’un plus grand sens des responsabilités, de lignes directrices et/ou de réglementations pour nous assurer que le patrimoine culturel ne sera pas perdu ? La catastrophe de Cologne en 2009 et l’incendie de Weimar en 2004 ont montré qu’un effondrement, un incendie majeur ou tout autre événement grave, peut mettre à mal ces plans d’urgence, car aucun archiviste ou conservateur ne sera autorisé à travailler sur place si les pompiers ne déclarent pas le site sûr » (Fuchs 2014). Christhard Schenk, directeur en 2010 des archives municipales de Heilbronn, estime pour sa part qu’il importe de « construire solidement et de bien contrôler ». « Face aux catastrophes, on se sent impuissant », indique-t-il en rappelant que beaucoup d’archives ont brûlé lors du bombardement allié sur Heilbronn le 4 décembre 1944 (Krauth & Kaletta 2009).

24La comparaison avec les dégâts causés par la Seconde Guerre mondiale (ou par d’autres guerres) est en effet récurrente : « Au soir du 3 mars 2009, le site de l’effondrement ressemblait à un cratère causé par un bombardement. » Et encore : « L’ensemble de la mémoire de la ville avait disparu, et avec elle les archives communales les plus précieuses d’Allemagne. Elles avaient résisté à la guerre de Trente Ans, à l’occupation par les armées de Napoléon, à deux guerres mondiales et une douzaine de bombardements » ; « Jamais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale des biens culturels en quantité et en qualité aussi importantes n’ont été menacés de destruction en Europe occidentale » (Schmidt-Czaia & Soénius 2010 : 7).

25« Nous étions fortement ébranlés ; durant les premières heures et les premiers jours, nous étions désespérés », affirme Bettina Schmidt-Czaia, et c’est le soutien des autres professionnels ainsi que des succès comme la redécouverte des archives personnelles déposées par le journaliste Günther Walraff qui ont redonné des forces aux équipes (Schmidt-Czaia & Fischer 2018).

26Sur le plan mémoriel, des pancartes attirent encore aujourd’hui l’attention des passants sur le site même de l’effondrement. En outre, les commémorations sont régulières : elles ont eu lieu à l’occasion des cinq ans, puis du dixième anniversaire de la catastrophe, où une sculpture à la mémoire des deux jeunes victimes, Kévin K. et Khalil G., a été inaugurée dans l’hôtel de ville historique de Cologne. Réunissant artistes, architectes, écrivains et citoyens, l’association ArchivKomplex milite depuis de nombreuses années pour la mémoire de l’effondrement, organisant régulièrement des rencontres autour de l’événement et envisageant également la création d’un mémorial sur le lieu du drame. Tous les ans, une commémoration se déroule sur les lieux de l’accident, même quatorze ans après15.

Figure 8

Figure 8

« Les Archives / Severinstraße 222-228 : ici se situait de 1971 à 2009 le service des Archives historiques de la ville de Cologne ». Des panneaux indiquent le lieu de l’effondrement des Archives historiques le 3 mars 2009. Cologne (Allemagne), 22 février 2019.

© DPA / Photononstop.

Une nouvelle vision du métier d’archiviste

27La pratique du métier d’archiviste a quelque peu été modifiée par cette catastrophe. Bettina Schmidt-Czaia explique, dans un entretien avec la journaliste Karin Fischer, que sa vision du métier a changé : « La notion de gestion des risques acquiert un tout autre positionnement qu’avant l’effondrement. » Elle ajoute que l’évaluation des archives est désormais pratiquée systématiquement avant leur prise en charge, alors que cette étape était quelquefois négligée avant la catastrophe. Selon elle, le sens des responsabilités est devenu bien plus aigu chez les archivistes (Schmidt-Czaia & Fischer 2018).

28À la suite de cet effondrement, les liens entre les métiers des archives et de la préservation se sont renforcés. De nombreux projets réunissent restaurateurs et archivistes pour les opérations de restitution de documents16. Depuis novembre 2016, le module de restauration et de documentation (RDM) soutient les processus liés à la restauration et à l’utilisation des fonds des Archives historiques de la ville de Cologne. Il s’agit d’une application fondée sur une base de données permettant de documenter les dommages et les mesures d’archivage du matériel affecté par l’effondrement.

29La numérisation des fonds a été accélérée à la suite de la catastrophe, le but étant de constituer des archives citoyennes. Le site numérique des Archives historiques (Digitales Historisches Archiv) publie quant à lui régulièrement une liste des pièces d’archives restaurées et dont l’original peut à nouveau être consulté.

30En septembre 2021, un an plus tard que prévu, le nouveau bâtiment des archives a été ouvert dans un autre quartier, celui du Eifelwall, avec une capacité totale de cinquante-sept kilomètres linéaires. Conçu par le cabinet d’architecte Waechter+Waechter, le nouveau site est à environ deux kilomètres de l’ancien, et une visite virtuelle est possible17.

31Tout porte à croire que les blessures sont désormais en voie d’être pansées. Plus de 95 % des fonds ont pu être sauvés et restitués aux usagers. Et pourtant… les besoins en restauration restent énormes, même quatorze ans après. Comme indiqué précédemment, trois décennies seront nécessaires pour que la restauration de certains actes originaux, manuscrits, fonds privés et collections soit achevée. Le coût de la catastrophe de Cologne est à la fois humain et financier, mais il est aussi « immatériel ». Si ce dernier aspect, difficilement mesurable et pourtant bien réel, a eu des effets potentiellement dévastateurs comme de miner la confiance dans les institutions, il est également constructif ainsi qu’en témoigne la prise de conscience de la solidarité qui a prévalu au sein de la population et de certains métiers et professions tels les sauveteurs-secouristes, pompiers, personnels des services techniques, éboueurs ou… archivistes !

Haut de page

Bibliographie

ARTIÈRES Philippe, 2013, Vie et mort de Paul Gény, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Fiction et Cie ».

CANIART Valérie, 2010, « L’effondrement du bâtiment des archives de la ville de Cologne : retour d’expérience », Revue historique des armées, no259, « La mort », p. 114-117. Disponible en ligne, https://journals.openedition.org/rha/7002 [lien valide en février 2024].

FUCHS Robert, 2014, « The collapse of the Cologne Historical Archive - the role of restorers and emergency plan », in Care and conservation of manuscripts 14: Proceedings of the fourteenth international seminar held at the University of Copenhagen, p. 123- 148. Disponible en ligne, https://www.researchgate.net/publication/324088786_The_collapse_of_the_Cologne_Historical_Archive_the_role_of_restorers_and_emergency_plan [lien valide en février 2024].

JURBERT Odile, 2011, « L’effondrement des Archives de Cologne : bilan et perspectives (mars 2009-mai 2011) », La Gazette des archives, n223, vol. 3, p. 5-35. Disponible en ligne, https://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_2011_num_223_3_4835 [lien valide en février 2024].

KRAUTH Kilian & KALETTA Herbert, 2009, « Kölner Unglück erschüttert Archivare » (« La catastrophe de Cologne secoue les archivistes »), Die Stimme, 11 mars. Disponible en ligne, https://www.stimme.de/archiv/region-hn/sonstige-koelner-unglueck-erschuettert-archivare-art-1480449 [lien valide en février 2024].

MILITZER Klaus, 2009 « Sur l’effondrement des Archives historiques de la ville de Cologne », Revue de l’Institut français d’histoire en Allemagne (IFHA), n1. [En ligne] http://journals.openedition.org/ifha/342 [lien valide en février 2024].

OSBORNE Dora, 2014, « “Alas, alas. House, oh house!”: the collapse of the Cologne City Archive », Journal of Urban Cultural Studies, vol. 1, no 3, p. 395-416.

SCHMIDT-CZAIA Bettina & SOÉNIUS Ulrich S. (dir.), 2010, Gedächtnisort. Das historische Archiv der Stadt Köln, Cologne, Böhlau.

SCHMIDT-CZAIA Bettina & FISCHER Karin, 2018, « Bettina Schmidt-Czaia im Gespräch mit Karin Fischer. Leiterin de Kölner Stadtarchivs im Gespräch : Wie man verschüttete Erinnerungen wiederherstellt » (Entretien avec la directrice des Archives de la ville de Cologne : de la manière de reconstituer une mémoire ensevelie), Deutschlandfunk, 24 juillet 2018. [En ligne], https://www.deutschlandfunk.de/leiterin-des-koelner-stadtarchivs-im-gespraech-wie-man-100.html [lien valide en février 2024].

Sitographie

Deutsche Welle : https://www.dw.com/de/k%C3%B6ln-erinnert-an-stadtarchiv-einsturz/a-47758700 [lien valide en février 2024].

Deutschlandfunk, 24.07.2018 : https://www.deutschlandfunk.de/leiterin-des-koelner-stadtarchivs-im-gespraech-wie-man-100.html [lien valide en février 2024].

Site des Archives historiques de la ville de Cologne : https://www.stadt-koeln.de/leben-in-koeln/kultur/historisches-archiv/ [lien valide en février 2024].

Haut de page

Notes

1 Notons par ailleurs que le bâtiment de la Severinstrasse était conçu pour durer trente ans. Au-delà, l’agrandissement de la surface de magasins aurait nécessité une nouvelle construction.

2 Voir le document « Bergen, Ordnen, Restaurieren – Der Wiederaufbau des Historischen Archivs der Stadt Köln », p. 42. Disponible en ligne, https://www.stadt-koeln.de/mediaasset/content/pdf44/bergen-ordnen-restaurieren.pdf [lien valide en février 2024].

3 « Cet effondrement signifie pour la science historique en Allemagne et à l’étranger une perte douloureuse » (Militzer 2009)

4 Le comité du Bouclier bleu s’implique dans les actions de prévention et de sauvegarde du patrimoine culturel en danger. Ce corps d’experts met à dis­po­si­tion ses connais­san­ces pour le conseil et l’assis­tance en cas d’acte de guerre ou une catas­tro­phe natu­relle ayant endom­magé le patri­moine cultu­rel d’un pays. Voir en ligne : https://www.bouclier-bleu.fr/ [lien valide en février 2024].

5 Süddeutsche Zeitung, 17 mai 2010, « Intakter Keller unter Trümmern entdeckt », [en ligne], https://www.sueddeutsche.de/panorama/koelner-stadtarchiv-intakter-keller-unter-truemmern-entdeckt-1.409840 [lien valide en février 2024].

6 Voir en ligne : https://www1.wdr.de/archiv/stadtarchiv-ubahn/archiveinsturz348.html [lien valide en février 2024].

7 « Cependant, 70 % de ces parties non décrites ont entre-temps fait l’objet d’une saisie initiale, et 58 % d’une identification définitive », explique encore la directrice (Schmidt-Czaia & Fischer 2018).

8 Pour que le service des archives retrouve sa pleine capacité de fonctionnement, il avait été estimé que plus de deux cents personnes au travail en continu dans un délai de trente ans.

9 Voir en ligne cette communication : https://www.researchgate.net/publication/324088786_The_collapse_of_the_Cologne_Historical_Archive_the_role_of_restorers_and_emergency_plan [lien valide en février 2024].

10 Voir en ligne le site des Archives historiques de la ville de Cologne : https://www.stadt-koeln.de/leben-in-koeln/kultur/historisches-archiv/der-wiederaufbau-der-bestaende [lien valide en février 2024].

11 Cheffe de service au Service historique de la Défense, elle a participé à la deuxième mission du Bouclier bleu qui s’est déroulée à Cologne du 2 au 8 août 2009.

12 Süddeutsche Zeitung, 2019, « Eine Bewährungsstrafe und drei Freisprüche », [en ligne], https://www.sueddeutsche.de/panorama/prozess-um-koelner-stadtarchiv-einsturz-eine-bewaehrungsstrafe-und-drei-freisprueche-1.4167255 [lien valide en février 2024].

13 Voir en ligne le site des Archives historiques de la ville de Cologne : https://www.stadt-koeln.de/leben-in-koeln/kultur/historisches-archiv/ [lien valide en février 2024].

14 EUL Alexandra, 2009, « Why did the Cologne city archive collapse? », The Guardian, [en ligne], https://www.theguardian.com/world/2009/mar/27/germany-cologne [lien valide en février 2024].

Le Monde, 2009, « Deux disparus dans l'effondrement des archives de Cologne », Le Monde, [en ligne], https://www.lemonde.fr/europe/article/2009/03/03/le-batiment-des-archives-municipales-de-cologne-s-effondre_1162876_3214.html [lien valide en février 2024].

15 Voir en ligne : https://www.archivkomplex.de/index.php/dokumentation/14-jahrestag-des-einsturzes-3-maerz-2023 [lien valide en février 2024].

16 Voir en ligne : https://www.freunde-des-historischen-archivs.de/6334-2/restaurierung/ [lien valide en février 2024].

17 Voir en ligne le site des Archives historiques de la ville de Cologne : https://www.stadt-koeln.de/artikel/71341/index.html [lien valide en février 2024]. Voir en ligne la visite virtuelle : https://archiv360.koeln/ [lien valide en février 2024].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende L’ancien bâtiment des Archives historiques de la ville de Cologne (Allemagne), juillet 2007. Construit sous l’égide de l’architecte Fritz Haferkamp et ouvert au public en 1971, sa conception ultramoderne reposait sur un système de climatisation autorégulateur. Du point de vue de ses capacités de stockage, il avait été construit pour durer trente ans. Ce bâtiment s’est effondré le 3 mars 2009 dans le contexte de travaux de prolongement d’une ligne de métro.
Crédits © Rainer Dahl / Stadt Köln.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 2
Légende Site des Archives historiques de la ville de Cologne (Allemagne), 6 mars 2009. L’effondrement du bâtiment sur lui-même a entraîné celui de deux bâtiments voisins. La catastrophe causa la mort de deux personnes.
Crédits © photographe inconnu / Stadt Köln, Berufsfeuerwehr Köln.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3341/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Figure 3
Légende Archives en gothique manuscrit « mises à l’abri » mais cisaillées par l’effondrement et en grand désordre, 13 mars 2009.
Crédits © Anna C. Wagner / Rheinisches Bildarchiv Köln.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3341/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Figure 4
Légende Des archives mises à l’abri dans des conteneurs plastiques, au centre de restauration et de numérisation, 13 mars 2009. Un grand nombre de documents ont été envoyés dans une vingtaine de services d’archives partenaires appelés « Asylarchive » puis rapatriés à Cologne (Allemagne) à l’ouverture, le 3 septembre 2021, du nouveau site du Eifelwall, dont la construction avait commencé en 2017.
Crédits © Anna C. Wagner / Rheinisches Bildarchiv.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3341/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Figure 5
Légende Dossier administratif avant et après restauration, 15 juillet 2009. Si les archives de Cologne conservent des pièces très anciennes – des trésors comme la Constitution de la ville d’Empire du 14 septembre 1396 –, l’obligation de conservation incombant à l’institution s’applique tant aux documents contemporains qu’aux chartes médiévales. C’est pourquoi l’attention portée à ce dossier a été la même que pour un document d’archives sur autre support plus « noble » que le papier.
Crédits © photographe inconnu / Stadt Köln.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3341/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 6
Légende Charte médiévale sur parchemin avec sceaux suspendus, avant et après restauration, 26 février 2013. L’avant-après donne une idée de l’investissement élevé en temps et en argent de ce type d’opération restant encore à réaliser ; initialement, les coûts de restauration étaient estimés à 370 millions d’euros au total.
Crédits © photographe inconnu / Stadt Köln.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3341/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Figure 7
Légende Les équipes de secours s’affairent le 6 mars 2009 au fond du cratère qui s’est formé lors de l’effondrement. Ces opérations de « mise à l’abri » de pièces d’archives ont été l’occasion pour des professionnels de différents secteurs (pompiers, aide technique, éboueurs, Croix-Rouge) et des bénévoles de tous horizons géographiques de travailler ensemble. La solidarité au sein de la profession des archivistes a été à la fois forte et internationale.
Crédits © Peter Harlt / Stadt Köln.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3341/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Figure 8
Légende « Les Archives / Severinstraße 222-228 : ici se situait de 1971 à 2009 le service des Archives historiques de la ville de Cologne ». Des panneaux indiquent le lieu de l’effondrement des Archives historiques le 3 mars 2009. Cologne (Allemagne), 22 février 2019.
Crédits © DPA / Photononstop.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3341/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Hetzel, « Retour sur l’effondrement du bâtiment des Archives historiques de Cologne le 3 mars 2009 »In Situ. Au regard des sciences sociales [En ligne], 4 | 2024, mis en ligne le 21 février 2024, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/insituarss/3341 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insituarss.3341

Haut de page

Auteur

Géraldine Hetzel

Chargée du pôle collecte et contrôle scientifique et technique aux Archives départementales de la Haute-Marne
geraldine.hetzel@haute-marne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search