Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4VariaUne dispute pour héritage

Varia

Une dispute pour héritage

Une histoire contemporaine des notions d’archives et de fonds
A Dispute for Heritage, Contemporary History of Notions about Archives and Collections
William Yoakim

Résumés

Dès la seconde moitié du xixe siècle, la problématique de la nature réelle des archives va progressivement monopoliser les discussions au sein de l’archivistique. Originellement perçues par les tenants d’une archivistique positiviste comme le reflet exact des activités d’un producteur, les archives sont peu à peu pensées par les archivistes postmodernistes comme des objets sociaux et sociétaux incarnant en premier lieu la représentation que le producteur et la société ont des activités accomplies. Dernièrement, un nouveau courant de pensée né au Québec (Canada), fondant une grande partie de ses réflexions sur l’étude d’œuvres d’art contemporaines, estime que la nature des archives ne se réduit pas à leur capacité à témoigner des activités d’un producteur, mais qu’elle s’inscrit dans le fait que les archives sont à la fois des objets physiques et construits intellectuellement. L’exploitation des archives se définit alors comme une rencontre effectuée entre un individu, ses connaissances, sa culture, son passé et un document, sa matérialité, son contenu et son historique dans un contexte donné. Cet écrit présente sous une forme dialogique une historiographie de l’archivistique contemporaine fondée sur les notions d’archives et de fonds. Il s’agit alors d’incarner une dispute qui secoue encore la discipline et qui va profondément marquer notre manière de penser les archives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce terme de « dispute » doit être compris dans le sens ancien du terme que l’Académie française dé (...)

1Cet écrit présente sous une forme dialogique une historiographie de l’archivistique contemporaine fondée sur les notions d’archives et de fonds. Il s’agit d’incarner la dispute1 qui se développe durant le xxe et le xxie siècles entre les archivistes positivistes, qui perçoivent les archives comme le reflet exact et objectif des activités, les postmodernistes, pour lesquels les archives constituent en premier lieu les produits de leurs contextes, et les penseurs de l’exploitation des archives, qui considèrent les documents comme des objets physiques et intellectuellement construits. Ainsi, à travers une série de citations commentées, cet article propose d’analyser l’évolution des notions d’archives et de fonds dans les discours archivistiques contemporains et d’en tirer les conclusions qui s’imposent aux théoriciens et professionnels de la discipline.

À l’origine, deux notions fondatrices

2Mais avant d’entrer pleinement dans la querelle, il convient de s’attarder sur les deux notions fondatrices de l’archivistique contemporaine qui ont servi de socle à la dispute.

Figure 1

Figure 1

Natalis de Wailly (1804-1886), historien, archiviste et bibliothécaire, est nommé à la Commission de topographie des Gaules dès 1858.

Reproduction Bibliothèque de l’École des Chartes.

3La première est celle du fonds d’archives et de son respect. Le fonds d’archives est défini pour la première fois de façon réglementaire en France dans la circulaire Instruction pour la mise en ordre et le classement des archives départementales et communales rédigée le 24 avril 1841 par l’historien, bibliothécaire et archiviste français Natalis de Wailly (Gérardot & Chanaud 2014 ; Pène 2016). Il s’agit de « [r]assembler les différents documents par fonds, c’est-à-dire former collection de tous les titres qui proviennent d’un corps, d’un établissement, d’une famille ou d’un individu, et disposer, d’après un certain ordre, les différents fonds » (de Wailly, in Duchâtel 1841 : 33). Pour de Wailly, il est nécessaire que les archivistes de son époque cessent d’effectuer des collections thématiques constituées par le regroupement de documents et qu’ils respectent impérativement la provenance de ces derniers :

À l’égard des fonds, il importe de bien comprendre que ce mode de classement consiste à réunir tous les titres qui étaient la propriété d’un même établissement, d’un même corps ou d’une même famille, et que les actes qui y ont seulement rapport ne doivent pas être confondus avec le fonds de cet établissement, de ce corps, de cette famille (de Wailly, in Duchâtel 1841 : 35).

4Cette invitation à ne plus éparpiller les documents entre les différents producteurs et à respecter l’intégrité des fonds dépasse alors très vite les frontières du royaume de France et est reprise dans d’autres pays comme l’Italie ou l’Allemagne où est développé un second principe de base de l’archivistique actuelle : le respect de l’ordre primitif des documents. En effet, alors que l’archiviste florentin Francisco Bonaini défend en 1875 la « metodo storico », méthode qui se fonde sur le principe premier que la position des documents dans le fonds est liée au traitement des affaires par le producteur et qu’elle résulte d’un processus organique et non artificiel qu’il convient de conserver, le Berlinois Max Lehmann promeut de son côté une approche similaire avec sa « Registraturprinzip » (Duchein 1998 : 87-88 ; Posner 1950 : 122). Pour Lehmann, les archivistes allemands doivent dorénavant respecter l’ordre et les désignations originelles des documents opérés par le producteur (Prosner 1950 : 122-123). Avec son « Registraturprinzip », Lehmann complète le principe de respect de l’intégrité du fonds de Natalis de Wailly avec celui qu’il défend, à savoir préserver l’ordonnancement des archives tel que le producteur l’a établi dans le cadre de ses activités (Douglas 2017 : 28).

L’archivistique positiviste : les archives comme reflet exact et objectif des activités accomplies

5Ces notions et principes de fonds d’archives, du respect de son intégrité et de son ordre interne se retrouvent dans le manuel hollandais de 1898 (traduit en français en 1910) Handleiding voor het Ordenen en Beschrijven van Archieven (Manuel pour le classement et la description des archives) qui contribuera grandement à les faire connaître à l’international (Ridener 2009 : 21 ; Cook 1997 : 20). Les auteurs Samuel Müller, Johan A. Feith et Robert T. Fruin ouvrent leur ouvrage par une définition du fonds d’archives qui n’est pas sans rappeler celle de Natalis de Wailly :

Un fonds d’archives est l’ensemble des documents écrits, dessinés et imprimés, reçus ou rédigés officiellement par une administration ou un de ses fonctionnaires, autant du moins que ces documents étaient destinés à rester déposés dans cette administration ou chez ce fonctionnaire (Müller, Feith & Fruin 1910 : 1).

6On retrouve ici le principe fondamental pour de Wailly que les archives doivent être regroupées par producteur afin de pouvoir pleinement témoigner des activités de ce dernier. Il convient donc de ne pas mélanger les documents d’un producteur avec ceux d’un autre sous peine de perdre le contexte documentaire facilitant amplement la compréhension du contenu des archives (Müller, Feith & Fruin 1910 : 2, 16 et 19).

Figure 2

Figure 2

Page de titre du manuel d’archivistique hollandais (première édition de la traduction française). Dans cet ouvrage, le fonds d’archives est une entité organique échappant à toute forme de subjectivité et constitue un ensemble objectif et représentatif des activités du passé.

Extrait du Manuel pour le classement et la description des archives, de S. Müller, J.-A. Feith et R. T. Fruin, La Haye, A. de Jager, 1910, conservé à la Bibliothèque nationale de France (8-Q-6916). Reproduction BNF.

7Cependant, le manuel hollandais aura un impact majeur sur l’archivistique contemporaine dans de nombreux pays grâce à un autre de ses apports qui réside dans la manière dont les archivistes Müller, Feith et Fruin définissent l’accumulation des archives dans le fonds. En effet, pour ces derniers, le fonds est, contrairement à la collection qui dépend de la subjectivité de son créateur, le résultat d’une accumulation naturelle des archives :

Dans le paragraphe précédent on a exposé comment un fonds d’archives se crée par le fait même de l’activité d’une administration ou d’un fonctionnaire, comment un fonds d’archives est toujours le reflet des fonctions de cette administration ou de ses employés. On ne crée donc pas arbitrairement un fonds d’archives, comme on compose une collection de manuscrits historiques, bien que parfois une telle collection prenne le nom de fonds d’archives. Bien au contraire, un fonds d’archives est un tout organique, un organisme vivant qui s’accroît suivant des règles fixes, se forme et se transforme. (Müller, Feith & Fruin 1910 : 5).

8Ce discours naturaliste, avec sa vision du fonds comme un organisme vivant, fera que les archives, parce qu’elles naissent dans le cadre des activités et qu’elles s’accumulent en suivant des règles fixes quasi naturelles, sont perçues comme le « reflet » objectif du passé. Dans cette perspective, l’archiviste se doit d’intervenir au minimum. Il doit uniquement prendre connaissance de l’évolution naturelle du fonds et le respecter impérativement.

9On retrouve alors une partie des principes du manuel hollandais dans celui publié par l’archiviste britannique sir Hilary Jenkinson en 1922 (revu et augmenté en 1937). Pour Jenkinson, un document devient un document d’archives pour peu que l’archiviste soit capable de « prouver une ligne ininterrompue de gardiens responsables » (Jenkinson 1937 [1922] : 11) :

Un document pouvant être considéré comme appartenant à la classe des archives est un document qui a été produit ou utilisé dans le cadre d’une transaction administrative ou exécutive (qu’elle soit publique ou privée) dont il faisait partie intégrante ; et qui a par la suite été conservé sous leur garde pour leurs besoins d’informations par la ou les personnes responsables de cette transaction et par leurs successeurs légitimes (Jenkinson 1937 [1922] : 11, ma traduction).

10C’est donc uniquement en s’assurant que, pour chacune des étapes du parcours effectué par les documents, il existe une personne officielle attestant de leur intégrité et de leur authenticité que l’archiviste pourra, en bout de course, témoigner de leur objectivité et de leur capacité à « refléter » le passé. C’est par exemple le cas, selon l’archiviste britannique, pour les documents témoignant de l’entrée en guerre du Royaume-Uni durant la Première Guerre mondiale :

Ceux-ci et leurs semblables sont clairement des archives d’autorité pour ce fait historique, le déclenchement de la guerre ; et leur qualité commune est qu’elles sont les parties matérielles concrètes des transactions administratives et exécutives avec lesquelles elles sont liées. L’historien, après coup, peut les examiner, les interpréter, les analyser et les arranger pour les fins de son traité : Elles n’émettent elles-mêmes aucune opinion, n’expriment aucune conjecture ; ce sont simplement des mémoriaux écrits, authentifiés par le fait de leur conservation officielle, d’événements qui se sont effectivement produits et dont elles formaient elles-mêmes une partie (Jenkinson 1937 [1922] : 3-4, ma traduction).

11Dans cette perspective selon laquelle toute lecture ou intervention effectuée par une personne autre que le producteur ou l’un de ses héritiers légitimes risque d’être biaisée et subjective, il importe que seuls ces derniers soient responsables de l’évaluation des archives et de l’ordre interne du fonds. L’archiviste doit se tenir en retrait et devenir un gardien neutre et responsable (Jenkinson 1937 [1922] : 145-146).

12Cette vision du fonds et du rôle de l’archiviste sera ensuite lue et combattue par l’archiviste américain Theodore Schellenberg pour lequel le contexte documentaire de son époque exige qu’une évaluation soit effectuée par l’archiviste :

Étant donné que le problème majeur de l’archiviste moderne est de sélectionner les archives à conserver de façon permanente parmi la masse de documents officiels créés par des institutions publiques (ou privées) de toutes sortes, l’élément de sélection devrait être implicite dans la définition des archives (Schellenberg 1971 [1956] : 15, ma traduction).

13Schellenberg enfonce le clou et donne un puissant coup de poignard dans le cœur de la théorie jenkinsonnienne en affirmant que les problématiques liées à la recherche (comme en histoire) peuvent servir de base pour discriminer les documents :

Le terme « archives » peut maintenant être défini comme suit : les documents de toute institution publique ou privée qui ont été jugés dignes de conservation permanente à des fins de référence et de recherche et qui ont été versés ou sélectionnés pour être déposés dans une institution d’archives (Schellenberg 1971 [1956] : 16, ma traduction).

14Contextualiser les propos de Schellenberg permet de saisir leur origine, mais également de comprendre leur portée. Le manuel de Schellenberg est sorti en 1956. Nous sommes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et du New Deal, périodes durant lesquelles la masse des documents produite par les instances fédérales états-uniennes croît de façon exponentielle (Schellenberg 1971 [1956] : 15-16 ; Ridener 2009 : 70-71). Alors qu’elle a pour mission principale de penser une administration fédérale plus efficiente, la commission Hoover, formée en 1947, rédige un chapitre défendant une gestion saine et efficace des documents. La commission déplore les coûts financiers et l’espace dédiés aux archives (Hoover 1949 : 78). Elle prône une élimination progressive des documents avec une destruction de près de 50 % de l’ensemble de la masse documentaire produite directement dans les bureaux. De manière plus globale, la commission Hoover défend une gestion des archives en trois temps avec des phases de tri lors du transfert des documents des bureaux vers les records centers (dépôts pour les documents ne disposant plus d’une utilité quotidienne, mais conservant toujours une valeur légale ou de preuve) et des records centers vers les archives historiques (Hoover 1949 : 80).

Figure 3

Figure 3

Graphiques tirés du rapport de la commission Hoover montrant la hausse constante des documents produits par le gouvernement fédéral états-uniens et illustrant la proposition de réduire les coûts grâce à la création de « records centers ». Extraits de The Hoover Commission Report on Organization of the Executive branch of the Government, Washington D.C., McGraw-Hill., 1949, p. 79 et 81.

Reproduction William Yoakim.

15C’est donc dans ce contexte où le tri et l’élimination des archives deviennent une nécessité politique et une condition sine qua none d’une gestion saine des documents que Schellenberg rédige son manuel. Pour théoriser ce choix devenu nécessaire, l’archiviste américain développe l’idée d’une double valeur des archives :

Nous acceptons dorénavant que, pour être des archives, les documents doivent avoir été produits ou accumulés afin d’accomplir un objectif spécifique et doivent disposer de valeurs pour d’autres finalités que celles pour lesquelles ils ont été produits ou accumulés. Les archives publiques ont donc deux types de valeurs : les valeurs primaires pour l’agence d’origine et les valeurs secondaires pour les autres agences et pour les utilisateurs non gouvernementaux (Schellenberg 1971 [1956] : 16, ma traduction).

16Alors que la valeur primaire est ce pour quoi le document a été produit et est liée aux aspects légaux, financiers et administratifs relatifs aux activités et aux besoins du producteur, la valeur secondaire concerne toutes les autres formes d’usage des documents, comme la recherche historique. Seule une petite partie des documents produits par l’administration publique dispose d’une valeur secondaire.

17De cette distinction entre les documents émergent deux corps de métiers amenés à collaborer. En effet, alors que les records officers et les fonctionnaires de bureau, proches du lieu de production des documents et surtout connaisseurs des activités accomplies, sont responsables de juger la valeur primaire des documents, les archivistes, plus au fait des besoins de la recherche, se concentrent sur la valeur secondaire :

La première observation est que les records officers et les autres fonctionnaires de bureau sont responsables de juger les valeurs primaires des documents. Les fonctionnaires de bureau préservent les documents pour leur utilisation actuelle – administrative, juridique et fiscale – et sont donc enclins à juger de leur valeur uniquement par rapport à une telle utilisation (Schellenberg 1971 [1956] : 28, ma traduction).

18Concernant le fonds et son ordre interne, même si Schellenberg reconnaît que des archives conservées uniquement pour leur valeur d’information historique puissent être regroupées dans n’importe quel ordre facilitant la recherche, il importe néanmoins que celles visant à témoigner des activités du producteur soient impérativement maintenues dans l’ordre effectué par ce dernier (ibid. : 188). Dans tous les cas, le principe de provenance est essentiel et l’archiviste ne doit en aucune manière créer des collections en mélangeant les documents de plusieurs personnes (morales ou physiques).

19En résumé, Schellenberg reconnaît dans sa théorie que les documents produits par l’administration publique disposent potentiellement de deux valeurs. Alors que les fonctionnaires des bureaux et les records officers évaluent la première, les archivistes sont responsables de juger la seconde. Cependant, même si un choix est effectué pour identifier les archives amenées à être conservées sur le long terme, les principes du respect des fonds et de leur ordre interne assurent que les documents conservés aux archives historiques constituent des ensembles représentatifs et objectifs des activités accomplies.

Figure 4 

Figure 4 

Salle de stockage de cartes perforées IBM au Federal Records Center à Alexandria en Virginie, en novembre 1959. L’accumulation des dossiers issus de l’administration publique va pousser Theodore Schellenberg et les archivistes du monde entier à placer l’évaluation (et la destruction qui va avec) au cœur de la théorie archivistique.

© U.S. National Archives and Records Administration, reproduction NARA, Wikimedia Commons (sous la licence CC0).

20Les principes de gestion des documents défendus par la commission Hoover et par Schellenberg seront repris dans de nombreux pays, comme en France. En effet, principalement sous l’impulsion de l’archiviste Yves Pérotin, familier des pratiques archivistiques anglaises et américaines, le manuel d’archivistique français publié en 1970 reprend un grand nombre des principes présentés dans les paragraphes précédents. On retrouve alors une gestion des archives en trois « âges » ou « phases » telle que prônée par les membres de la commission Hoover, mais également la dichotomie professionnelle schellenbergienne entre les membres de l’administration, responsables de l’évaluation de la valeur primaire, et les archivistes chargés de la valeur secondaire. Ce processus de sélection par différentes personnes de la petite partie des documents amenée à devenir des archives historiques n’altère cependant en rien la nature objective et organique des fonds, tant que leur intégrité et que leur ordre interne ont été scrupuleusement respectés :

Si la « collection » ainsi formée est l’effet d’un choix, de la quête volontaire de son auteur, il arrive souvent aussi qu’elle soit le fait des circonstances et soit liée à l’offre d’un amateur, d’un collectionneur, d’un marchand. Critère subjectif ou effet du hasard, une collection ne saurait avoir le caractère organique du fonds d’archives (AAF 1970 : 23-24).

21Cette vision des archives et du fonds comme formant un tout objectif représentatif des activités ne réside pas uniquement dans les manuels archivistiques mais également dans un nombre important d’articles professionnels comme dans celui de 1993 du Canadien Terry Eastwood :

Les documents d’archives capturent un moment dans le temps, le fixent et le gèlent, pour ainsi dire, afin d’en conserver un certain sens pour un besoin de référence future, un certain sens du caractère unique des actions et des événements d’où les documents proviennent. Aucun artefact matériel de la vie humaine, aucun travail de littérature ou de science, ne témoigne d’une action comme le font les documents d’archives (Eastwood 1993 : 112, ma traduction).

22Dans un écrit plus tardif, Eastwood affirme en outre que le fonds d’archives résulte d’une accumulation naturelle des documents qu’il convient pour l’archiviste d’identifier et de préserver (Eastwood 2000 : 93-94). Un ordre naturel qui, selon l’archiviste québécois Carol Couture, défenseur d’une archivistique interventionniste avec un archiviste actif dès la création des documents, se doit d’être conservé afin que les institutions disposent d’archives constituant un miroir ou un reflet des activités du passé :

Ainsi, les archives d’une institution témoignent-elles objectivement, naturellement et de façon privilégiée des activités de celle-ci puisque leur constitution et leur organisation en traduisent fidèlement le mode de fonctionnement. Qu’elles forment une entité et que leur ordre original n’ait pas été perturbé, elles seront le reflet exact des activités de la personne physique ou morale dont elles émanent (Couture 2011 : 189).

23En résumé, les tenants d’une archivistique positiviste défendent l’idée que les archives constituent un reflet exact et objectif des activités accomplies. Le fonds, pour peu que son intégrité et son ordre interne soient respectés, est le résultat d’une accumulation naturelle et organique des documents. L’archiviste peut être proactif et intervenir dès la création des documents pour peu que ses choix d’évaluation, de classement, de tri, de description et de diffusion soient objectifs et respectent les fonds et les documents. Cette vision des archives, du fonds et du geste archivistique est alors remise en cause par un nombre toujours plus conséquent d’archivistes dont certains se définissent comme héritiers du mouvement philosophique postmoderniste.

L’archivistique postmoderniste : les archives et le fonds comme produits de leurs contextes

24Le manuel d’archivistique australien Keeping Archives est le premier à ouvertement critiquer la nature objective des archives et du fonds. Pour ses auteurs, les documents sont en premier lieu les produits de leurs contextes sociaux, organisationnels et sociétaux :

Les documents sont les sous-produits de l’information de l’activité sociale et organisationnelle. Ils sont définis par leur contextualité et leur transactionnalité, c’est-à-dire par leur constitution dans le cadre d’une activité sociale ou organisationnelle, d’une interaction humaine (MacKemmish 1993 : 3, ma traduction).

25Une des notions importantes dans cette définition est alors celle de « transactionnalité ». Les archives sont constamment établies dans le cadre d’un échange où une ou plusieurs personnes produisent des documents pour témoigner d’une activité. Il y a constamment plusieurs individus, qu’ils soient créateurs ou lecteurs des documents, qui vont échanger tout en ayant toujours une représentation différente des activités accomplies, mais également des documents visant à en témoigner. Cette vision change alors suivant l’évolution des contextes sociaux et sociétaux :

À mesure que les valeurs sociales changent, les perceptions de la pertinence et de l’utilité pour la société des différentes fonctions et activités, de l’importance des divers créateurs de documents et de la valeur de leurs documents changent également. […] L’évaluation reflète inévitablement les préjugés culturels et sociaux de leur époque (MacKemmish 1993 : 9-10, ma traduction).

26Ces contextes changeants avec le temps vont faire que tout processus d’évaluation, contrairement à ce qu’affirment les archivistes positivistes, ne peut en aucune manière prétendre à une pleine objectivité et sera toujours empreint des valeurs propres aux contextes spécifiques dans lesquels évoluent la ou les personnes qui évaluent. Selon Barbara Reed, l’archiviste se fourvoie s’il croit pouvoir atteindre la pleine objectivité en établissant des politiques et des critères qui cadreraient ses choix :

Le caractère essentiellement subjectif du processus d’évaluation – l’identification de certains documents comme disposant d’une valeur continue en comparaison à d’autres – a toujours été reconnu, mais a été recouvert par l’élaboration de critères d’évaluation et de listes de contrôle qui tentent d’établir un ensemble de questions à appliquer à tout matériel soumis à l’évaluation. Cette application de questions standardisées pour chaque ensemble de documents évalués a fourni un semblant d’objectivité au processus d’évaluation (Reed 1993 : 187, ma traduction).

27Pour l’archiviste sud-africain Verne Harris, grand lecteur des écrits postmodernistes de Jacques Derrida et de Michel Foucault, les archives ne peuvent en aucune manière être le reflet ou le miroir d’une activité passée, car cela reviendrait à dire qu’il n’existe qu’une seule et même réalité, mais surtout parce que tout processus d’inscription entraîne automatiquement une série de choix qui divise cette prétendue unicité des faits :

Premièrement, même s’il existe « une réalité », elle est finalement insaisissable.
L’événement, le processus, l’origine, dans son caractère unique, est irrécupérable, introuvable. Comme le souligne Derrida : « La possibilité de la trace d’archivage, cette simple possibilité, ne peut que diviser l’unicité » (Harris 1997 : 135).

Figure 5

Figure 5

Chaque rencontre entre un archiviste et un document est un événement. Suivant les connaissances, le passé et le contexte actuel du professionnel, l’interprétation, la vision du document, de son contenu et de sa matérialité ne seront pas les mêmes. Un archiviste étudie un document historique avec un sceau dans une archive, Suisse, 1956.

© Stringer / Photopress Archiv / Keystone / Bridgeman Images.

28Pour Harris, plutôt que d’être un miroir sur le passé, les archives de l’administration publique sont en premier lieu porteuses des voix des fonctionnaires qui les créent, les utilisent, les communiquent, les dissimulent et parfois les détruisent selon leurs intérêts (Harris 1997 : 135-136). De plus, en évaluant et en sélectionnant les documents à titre d’archives historiques, les archivistes constituent une autre voix marquant définitivement ces dernières.

29Également grand lecteur de Derrida et de Foucault, l’archiviste canadien Terry Cook estime comme Verne Harris que les archives ne sont pas un reflet du passé, mais avant tout les produits de leurs contextes bureaucratiques, sociaux et sociétaux :

Le document est un signe, un signifiant, une construction médiatisée et en constante évolution, pas un vase vide dans lequel des actes et des faits sont déversés. Le modèle positiviste fondé sur l’intégrité d’une résurrection scientifique des faits en provenance du passé et sur le document comme sous-produit impartial et innocent de l’action a été totalement discrédité (Cook 2001 : 10, ma traduction).

30Dans cette perspective, le fonds ne peut être vu comme un tout organique suivant des règles naturelles et neutres. Les archives proviennent de contextes qui les marquent et qui façonnent leur accumulation :

Le fonds d’archives passe de la conception d’un reflet d’un ordre physique statique basé sur des règles découlant du transfert, de l’arrangement ou de l’accumulation des documents, à une réalité de relation virtuelle reflétant un processus multiple et dynamique de création et de paternités plurielles s’appuyant sur la fonction et l’activité qui capture plus précisément la contextualité des documents dans le monde moderne (Cook 2001 : 22, ma traduction).

31Pour l’archiviste et professeur en archivistique Tom Nesmith, l’accumulation et la conservation des archives peuvent, en plus des contextes sociaux et sociétaux, dépendre de la technologie. Selon les outils à disposition, les personnes responsables de la conservation des documents feront des choix bien loin des interrogations sur la représentativité exacte des faits accomplis :

Mais, comme ont commencé à conclure de nombreux archivistes, l’origine des documents est beaucoup plus complexe. Elle regroupe les contextes sociétaux et intellectuels qui façonnent les actions des personnes et des institutions qui ont créé et conservé les documents, les fonctions que remplissent les documents, les capacités des technologies de l’information à capturer et à conserver l’information à un moment donné, et l’historique de conservation des documents (ce qui peut entraîner de nombreuses réorganisations, des sélections et même des falsifications) (Nesmith 2002 : 35, ma traduction).

32C’est parce que les archives sont en premier lieu les produits de leurs contextes et des choix effectués par les personnes qui les manipulent que le professeur émérite en archivistique Eric Ketelaar indique que ce qu’il est important de voir n’est pas tant ce qui figure dans les documents et les fonds d’archives que ce qui n’y est pas.

En même temps, nous devons réaliser que la réalité qui n’a pas été archivée détermine également le document. Ce qui a été exclu du document détermine sa signification autant que ce qui a été inscrit. Ils font tous deux partie de la provenance, dans le sens récemment reformulé par Tom Nesmith, en ce sens qu’ils font partie « des processus sociaux et techniques liés à l’inscription, à la transmission, à la contextualisation et à l’interprétation du document qui expliquent son existence [celle du document], ses caractéristiques et son histoire continue » (Ketelaar 2002 : 223, ma traduction).

33Cette citation de Ketelaar reprend le principe déjà exposé par Harris que la réalité des faits passés, pour peu qu’il n’y en ait qu’une seule, ne se retrouve jamais dans les archives. En plus des choix effectués lors de l’inscription sous la forme orale ou écrite des faits, les décisions relatives à la conservation et à la diffusion des documents, liés aux contextes sociaux et techniques de l’époque, façonnent un récit qui automatiquement discrimine tout ce qui n’a pas été retenu. Ketelaar affirme alors que l’un des temps qui détermine les archives est celui de l’« archivalisation » qu’il définit comme le choix conscient ou inconscient de considérer que quelque chose mérite d’être archivé (Ketelaar 2001 : 133). La notion d’archivalisation est importante, car elle permet de penser la constitution des archives, et indirectement du fonds, comme un procédé non pas seulement technique ou technologique, et donc déshumanisé et objectif, mais également socioculturel (Ketelaar 1999 : 57). De plus, elle accepte une part d’incertitude avec ce principe que l’inconscient humain joue un rôle direct dans le témoignage des activités passées.

Figure 6

Figure 6

Le développement des nouvelles technologies, avec tout ce qu’il a amené en termes d’obsolescence des appareils de lecture, des supports d’enregistrement et de désuétudes des formats, impacte directement les choix d’évaluation, de conservation et de diffusion des documents effectués par l’archiviste. Restauration d’appareils audio analogiques à la Phonothèque nationale suisse, 25 octobre 2019.

© Medea7, reproduction Wikimedia Commons (sous la licence CC BY-SA 3.0).

34Plus récemment, l’archiviste Marco Bologna a présenté le concept de la sédimentation des archives qui reprend un grand nombre des principes et notions soutenues par les archivistes postmodernistes. Ainsi, on retrouve dans les propos de l’Italien l’idée qu’il ne faut impérativement plus voir les archives comme le reflet des activités et des faits accomplis. De même, le fonds d’archives n’est en aucune manière une accumulation naturelle et neutre des documents :

La première erreur qu’il faut éviter en étudiant les archives est de croire qu’elles se développent spontanément et qu’elles sont « naturelles ». […] Il n’y a rien de spontané dans les archives et dans les documents qui les constituent, il n’y a pas non plus de processus d’archivage et de sédimentation des archives simples et involontaires ; elles découlent plutôt d’une décision intentionnelle, bien que parfois mal conçue, profondément enracinée dans son contexte historique (Bologna 2017 : 38-39, ma traduction).

35Bologna rappelle que, tout au long de leur parcours, les documents sont manipulés par des personnes qui n’évoluent pas toujours dans le même contexte et qui n’ont pas constamment la même représentation des activités accomplies. Cette situation affecte automatiquement la manière dont les documents sont produits, conservés, diffusés ou tout simplement lus (Bologna 2017 : 41-42). Ainsi, comme Verne Harris, l’archiviste italien affirme que les archives portent les stigmates des « agents » qui les manipulent (Bologna 2017 : 42).

36En résumé, pour l’archivistique postmoderniste, les archives sont des objets sociaux et sociétaux, et le fonds est le résultat d’un regroupement subjectif des documents liés à une série de contextes qui évoluent. L’archiviste est l’un des acteurs, et ses choix vont marquer la manière dont les archives sont conservées, regroupées, diffusées et utilisées. Néanmoins, malgré cet accent mis sur l’impact des contextes sociaux et sociétaux, la vision postmoderniste des archives reste centrée sur le parcours documentaire traditionnel des archives qui va de la création des documents jusqu’à, pour une petite partie d’entre eux, leur conservation définitive et leur diffusion par les archivistes aux archives historiques. Il n’est alors pas question de l’utilisation des archives effectuées hors des centres et des services d’archives. C’est ce que proposent d’étudier les penseurs de l’exploitation des archives.

L’exploitation des archives : des objets physiques et intellectuellement construits

37Plus récemment, au Québec (Canada), après une série d’études relatives à l’utilisation de documents d’archives dans des œuvres d’art contemporain, le professeur en archivistique Yvon Lemay et son étudiante Marie-Pierre Boucher arrivent aux conclusions suivantes :

Bien que, de par son origine, le document d’archives soit lié au passé, les artistes nous montrent que cet état premier n’est pas pour autant une finalité, mais simplement une étape dans son devenir. Les archives sont plutôt tournées vers l’avenir. Elles ne se réalisent que dans leur actualisation, dans les réponses qu’elles sont à même d’apporter à ceux qui les interrogent (Boucher & Lemay 2010 : 80).

Figure 7

Figure 7

Constituée de plusieurs centaines de boîtes regroupant plus de 1 200 photographies et 800 documents divers relatifs à son passé, l’installation murale Les Archives de Christian Boltanski, 1965-1988 place les documents personnels de l’artiste dans une position d’œuvre d’art. En plus de son effet visuel saisissant, cette œuvre montre également le caractère infiniment humain des archives. Le travail de collecte et de mise en scène des documents effectué par Boltanski rencontre le spectateur qui par son passé, ses connaissances et son contexte vivra une expérience unique. Les archives de Christian Boltanski 1965-1988, Christian Boltanski (1944-2021), 1989, 270 x 693 x 35,5 cm.

© Christian Boltanski, ADAGP, Paris, 2024 © Philippe Migeat (Centre Pompidou, MNAM-CCI), reproduction RMN-Grand Palais.

38Par la suite, Lemay soutient que les archives ne doivent plus seulement être perçues comme des traces du passé, mais également comme des objets construits disposant d’une capacité à raconter une autre histoire que celle se trouvant dans leur contenu. Les archives ont, de par leur contenu, mais également de par leur matérialité, de par leur provenance, ou encore de par la façon dont elles sont mises en scène, l’aptitude à produire des émotions et des représentations distinctes dans l’intellect de l’artiste et de celle et ceux qui observent les œuvres de ce dernier. Chaque confrontation entre un document et un individu est alors unique. C’est en partant de ces observations que la professeure en archivistique Anne Klein définit l’exploitation des archives comme une rencontre :

La vérité d’un objet, sa nature, est alors à chercher dans la relation dialectique entre cet objet, le sujet qui l’appréhende et le moment historique dont participent à la fois l’objet et le sujet. Il faut en fait prendre en compte à la fois le temps des archives, les documents dans leur matérialité, leur contexte de production et leur contenu, et le temps de leur exploitation, le champ de connaissance de l’utilisateur, le contexte d’utilisation des documents et l’interprétation qui en est faite (Klein 2019 : 120).

39Les travaux de Lemay et Klein montrent que les archives ne sont nullement des réceptacles du passé, mais des objets construits, à la fois physiques et intellectuels. Comme chaque exploitation dépend du contexte spécifique, du document, de son contenu, de sa matérialité, de sa mise en scène et de l’individu-sujet armé de ses connaissances et compétences, il ne peut pas exister deux expériences des archives parfaitement identiques.

Figure 8

Figure 8

Pensée dialectique des archives par Anne Klein. Extrait de « Pour une pensée dialectique des archives. Penser les archives avec Walter Benjamin », Archives, no 42(1), 2013-2014, p. 217.

© Anne Klein / reproduction William Yoakim.

40Les observations et développements théoriques effectués par Lemay et Klein sont tout simplement vertigineux. Si l’on dépasse les limites imposées par les concepteurs de l’exploitation des archives qui circonscrivent cette dernière à un temps qui serait postérieur aux « différents gestes archivistiques posés (depuis l’acquisition/création jusqu’à la diffusion en passant par le traitement) » (Klein 2019 : 203) et que l’on pense l’ensemble du cycle de vie des documents sous le prisme de l’exploitation des archives, il n’existe alors plus la moindre place pour la tenue d’un discours positiviste. En effet, en partant de l’exploitation comme rencontre telle que définie par Klein, le principe jenkinsonnien d’assurer l’objectivité des documents par une série de gardiens responsables ne tient plus la route, car chacun de ces derniers vit une expérience personnelle des documents. Il ne sera également plus possible de penser l’évaluation des archives comme un procédé objectif étant donné que les critères d’évaluation seront toujours fondés sur les connaissances, l’expérience, le ressenti et les émotions de l’archiviste qui évolue dans un contexte spécifique marquant ses décisions. La vision de ce qui est objectif par l’archiviste le plus positiviste et disposant des politiques d’acquisition et des calendriers de conservation les plus intelligemment construits sera toujours marquée par une conception subjective de l’objectivité. La transposition des principes théoriques de l’exploitation des archives à l’ensemble du parcours documentaire classique permet alors de compléter la vision postmoderniste des archives en dépassant la problématique des contextes sociaux et sociétaux pour aller au plus près de l’individu qui évolue justement dans ces contextes.

Conclusion

41Les observations des postmodernistes et des théoriciens de l’exploitation concernant la nature des archives, du fonds et du geste archivistique ne doivent en aucune manière nous mener à un relativisme absolu. L’idée que toute forme d’évaluation sera forcément empreinte de subjectivité ne doit pas être perçue comme une invitation à une forme de « laisser-faire » où toute décision pourrait être prise sans critère et sans être documentée. Bien au contraire, les réflexions des théoriciens et des professionnels qui ont combattu le positivisme nous invitent à interroger nos propres gestes et décisions et à les percevoir comme les produits de nos représentations, de nos expériences et des contextes dans lesquels nous évoluons. Ainsi, il importe que nos outils professionnels, conçus et mis en place par des manuels d’archivistiques majoritairement positivistes, soient repensés pour intégrer ce que nous appelons « la part d’humanité des archives ». Toute personne ayant participé à l’élaboration d’un calendrier de conservation a éprouvé combien il est parfois difficile de s’entendre sur la pertinence de conserver certains documents à titre d’archives définitives. Entre celui qui a produit les documents évalués, celui qui les a utilisés dans le cadre de ses activités, celui devant assurer leur conservation au sein des bureaux ou encore celui travaillant aux archives historiques, il y a de fortes chances que les avis divergent sur le sort final à donner. Chacune des appréciations concernant l’avenir d’un document se fonde alors sur les expériences, les connaissances, la relation que l’évaluateur (qu’il soit archiviste ou non) entretient avec le document. Il en est de même pour la façon dont les documents seront décrits ou encore diffusés. La problématique est donc de réfléchir aux moyens de faire ressortir dans nos outils professionnels ces différentes représentations des documents. Il ne s’agit pas d’effectuer une psychanalyse approfondie de plusieurs pages pour chacun des intervenants, mais de laisser une case, une ligne ou une colonne dans laquelle la personne qui a côtoyé le document à un moment donné puisse expliquer ce que ce dernier représente pour elle. L’archiviste, qui est un acteur majeur de la conservation des archives, doit aussi indiquer les raisons de ses choix et gestes professionnels. Tant qu’ils effectuent ce travail de recul, qu’ils font preuve de réflexivité et qu’ils cherchent, de bonne foi, à témoigner au mieux des activités accomplies, nulle accusation ne peut être portée contre les professionnels qui ont la lourde tâche d’être les simples dépositaires du passé pour les générations futures.

Figure 9

Figure 9

Archivistes effectuant du tri dans la localité de Gorgier, canton de Neuchâtel (Suisse), 20 février 2018. Il arrive que l’archiviste doive gérer des quantités importantes de documents dans un temps relativement restreint. Cette situation le pousse inexorablement à faire des choix qui impacteront l’avenir des archives et de la recherche.

© Service intercommunal d’archivage, reproduction Creative Commons (sous la licence CC BY-SA 4.0).

Haut de page

Bibliographie

AAF (Association des archivistes français), 1970, Manuel d’archivistique. Théorie et pratique des archives publiques en France, Paris, SEVPEN.

ACADÉMIE FRANÇAISE, (s. d.), « Dispute », in Dictionnaire de l’Académie française. [En ligne], http://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9D2733 [lien valide en février 2024].

BOLOGNA Marco, 2017, « Historical sedimentation of archival materials: Reinterpreting a foundational concept in the Italian archival tradition », Archivaria, no 83. Disponible en ligne, https://archivaria.ca/index.php/archivaria/article/view/13599/14984 [lien valide en février 2024].

BOUCHER Marie-Pierre & LEMAY Yvon, 2010, « Des archives mises en scène par les artistes », Documentation et bibliothèques, vol. 56, n2, p. 76-81. Disponible en ligne, https://www.erudit.org/fr/revues/documentation/2010-v56-n2-documentation01755/1029134ar/ [lien valide en février 2024].

COOK Terry, 1997, « What is past is prologue: a history of archival ideas since 1989, and the future paradigm shift », Archivaria, no 43, p. 17-63. Disponible en ligne, https://archivaria.ca/index.php/archivaria/article/view/12175/13184 [lien valide en février 2024].

COOK Terry, 2001, « Archival science and postmodernism: new formulations for old concepts », Archival Science, vol1, no 3-24. [En ligne], https://doi.org/10.1007/BF02435636 [lien valide en février 2024].

COUTURE Carol, 2011, « La typologie et les particularités des archives nord-américaines », in COUTURE Carol & ROUSSEAU J.-Y. (dir.), Les Fondements de la discipline archivistique, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 189-216.

DOUGLAS Jennifer, 2017, « Origins and beyond: the ongoing evolution of archival ideas about provenance », in MACNEIL Heather & EASTWOOD Terry (dir.), Currents of Archival Thinking (2édition), Santa Barbara, Libraries Unlimited, p. 25-52.

DE WAILLY Natalis, 1841, in DUCHÂTEL Charles-Marie-Tanneguy, « Instruction pour la mise en ordre et le classement des archives départementales et communales. Rapport au roi sur les archives départementales et communales », Bulletin officiel du ministère de l’Intérieur, Paris, Imprimerie et librairie administrative, p. 32-41.

DUCHEIN Michel, 1998, « Le principe de provenance et la pratique du tri, du classement et de la description en archivistique contemporaine », Janus, no 1, p. 87-100. Disponible en ligne, https://www.raco.cat/index.php/lligall/article/viewFile/339439/430393 [lien valide en février 2024]

EASTWOOD Terry, 1993, « How Goes it with Appraisal? », Archivaria, no 36, p. 111-121. Disponible en ligne, http://journals.sfu.ca/archivar/index.php/archivaria/article/view/11938/12896 [lien valide en février 2024].

EASTWOOD Terry, 2000, « Putting the Parts of the Whole Together: Systematic Arrangement of Archives », Archivaria, n50, p. 93-116. Disponible en ligne, https://archivaria.ca/index.php/archivaria/article/view/12767/13959 [lien valide en février 2024].

GÉRARDOT Anne & CHANAUD Robert, 2014, « Les fonds anciens à l’épreuve de l’archivistique contemporaine », In Situ. Revue des patrimoines, no 25. [En ligne], https://journals.openedition.org/insitu/11506 [lien valide en février 2024].

HARRIS Verne, 1997, « Claiming less, delivering more: A critique of positivist formulations on archives in South Africa », Archivaria, no 44, p. 132-141. Disponible en ligne, https://archivaria.ca/index.php/archivaria/article/view/12200/13217 [lien valide en février 2024].

HOOVER Herbert, 1949, The Hoover Commission Report on Organization of the Executive branch of the Government, Washington D.C., McGraw-Hill.

JENKINSON Hilary, 1937 [1922], A Manual of Archive Administration Including the Problems of War Archives and Archive Making, Oxford, The Clarendon Press, coll. « Publications of the Carnegie endowment for international peace. Division of economics and history. Economic and social history of the world war, British series ».

KLEIN Anne, 2013-2014, « Pour une pensée dialectique des archives. Penser les archives avec Walter Benjamin », Archives, no 45(1), p. 215–224. Disponible en ligne, https://www.archivistes.qc.ca/revuearchives/vol45_1/45_1_klein.pdf [lien valide en février 2024].

KLEIN Anne, 2019, Archive(s), mémoire, art. Éléments pour une archivistique critique, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

KETELAAR Eric, 1999, « Archivalisation and archiving », Archives and Manuscripts, vol. 27, no 1, p. 54. Disponible en ligne, https://publications.archivists.org.au/index.php/asa/article/view/8759/8753 [lien valide en février 2024].

KETELAAR Eric, 2001, « Tacit narratives : the meanings of archives », Archival Science, vol. 1, no 2, p. 131-141.

KETELAAR Eric, 2002, « Archival Temples, Archival Prisons: Modes of Power and Protection », Archival Science, vol. 2, nos 3-4, p. 221-238.

MACKEMMISH Sue, 1993, « Introducing Archives and Archival Programs », in ELLIS Judith (dir.), Keeping Archives, (2e édition), Port Melbourne, Victoria, D. W. Thorpe, p. 1-24.

MÜLLER Samuel, FEITH Johan Adriaan & FRUIN Robert Thomas, 1910, Manuel pour le classement et la description des archives, adaptation aux archives françaises par Henri Stein, La Haye, A. de Jager.

NESMITH Tom, 2002, « Seeing Archives: Postmodernism and the Changing Intellectual Place of Archives », The American Archivist, vol. 65, no 1, p. 24-41. Disponible en ligne, http://archivists.metapress.com/content/rr48450509r0712u/fulltext.pdf [lien valide en février 2024].

PÈNE Matthieu, 2016, « Le temps des archives et la périodisation historique : une histoire découpée en boîtes ? », Questes. Revue pluridisciplinaire d’études médiévales, no 33, p. 31-43. Disponible en ligne, https://doi.org/10.4000/questes.4315 [lien valide en février 2024].

POSNER Ernst, 1950, « Max Lehmann et la genèse du principe de provenance », in WALNE Peter (dir.), 1985, Techniques modernes d’administration des archives et de gestion des documents : recueil de texte, Paris, Unesco, p. 122-129.

REED Barbara, 1993, « Evaluation and disposition », in ELLIS Judith (dir.), Keeping Archives (2e édition), Port Melbourne, Victoria, D. W. Thorpe, p. 157-206.

RIDENER John, 2009, From Polders to Postmodernism: A Concise History of Archival Theory, Minnesota, Duluth, Litwin books.

SCHELLENBERG Theodore, 1971 [1956], Modern Archives: Principles and Techniques, Chicago, The University of Chicago Press.

Haut de page

Notes

1 Ce terme de « dispute » doit être compris dans le sens ancien du terme que l’Académie française définit comme un « débat public sur une question d’ordre philosophique, théologique, scientifique » ou encore comme « une discussion plus ou moins vive » à propos d’idées, d’opinions ou encore de termes (Académie française, s. d.).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Natalis de Wailly (1804-1886), historien, archiviste et bibliothécaire, est nommé à la Commission de topographie des Gaules dès 1858.
Crédits Reproduction Bibliothèque de l’École des Chartes.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre Figure 2
Légende Page de titre du manuel d’archivistique hollandais (première édition de la traduction française). Dans cet ouvrage, le fonds d’archives est une entité organique échappant à toute forme de subjectivité et constitue un ensemble objectif et représentatif des activités du passé.
Crédits Extrait du Manuel pour le classement et la description des archives, de S. Müller, J.-A. Feith et R. T. Fruin, La Haye, A. de Jager, 1910, conservé à la Bibliothèque nationale de France (8-Q-6916). Reproduction BNF.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Figure 3
Légende Graphiques tirés du rapport de la commission Hoover montrant la hausse constante des documents produits par le gouvernement fédéral états-uniens et illustrant la proposition de réduire les coûts grâce à la création de « records centers ». Extraits de The Hoover Commission Report on Organization of the Executive branch of the Government, Washington D.C., McGraw-Hill., 1949, p. 79 et 81.
Crédits Reproduction William Yoakim.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 4 
Légende Salle de stockage de cartes perforées IBM au Federal Records Center à Alexandria en Virginie, en novembre 1959. L’accumulation des dossiers issus de l’administration publique va pousser Theodore Schellenberg et les archivistes du monde entier à placer l’évaluation (et la destruction qui va avec) au cœur de la théorie archivistique.
Crédits © U.S. National Archives and Records Administration, reproduction NARA, Wikimedia Commons (sous la licence CC0).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3427/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Figure 5
Légende Chaque rencontre entre un archiviste et un document est un événement. Suivant les connaissances, le passé et le contexte actuel du professionnel, l’interprétation, la vision du document, de son contenu et de sa matérialité ne seront pas les mêmes. Un archiviste étudie un document historique avec un sceau dans une archive, Suisse, 1956.
Crédits © Stringer / Photopress Archiv / Keystone / Bridgeman Images.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3427/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Figure 6
Légende Le développement des nouvelles technologies, avec tout ce qu’il a amené en termes d’obsolescence des appareils de lecture, des supports d’enregistrement et de désuétudes des formats, impacte directement les choix d’évaluation, de conservation et de diffusion des documents effectués par l’archiviste. Restauration d’appareils audio analogiques à la Phonothèque nationale suisse, 25 octobre 2019.
Crédits © Medea7, reproduction Wikimedia Commons (sous la licence CC BY-SA 3.0).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3427/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre Figure 7
Légende Constituée de plusieurs centaines de boîtes regroupant plus de 1 200 photographies et 800 documents divers relatifs à son passé, l’installation murale Les Archives de Christian Boltanski, 1965-1988 place les documents personnels de l’artiste dans une position d’œuvre d’art. En plus de son effet visuel saisissant, cette œuvre montre également le caractère infiniment humain des archives. Le travail de collecte et de mise en scène des documents effectué par Boltanski rencontre le spectateur qui par son passé, ses connaissances et son contexte vivra une expérience unique. Les archives de Christian Boltanski 1965-1988, Christian Boltanski (1944-2021), 1989, 270 x 693 x 35,5 cm.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3427/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 8
Légende Pensée dialectique des archives par Anne Klein. Extrait de « Pour une pensée dialectique des archives. Penser les archives avec Walter Benjamin », Archives, no 42(1), 2013-2014, p. 217.
Crédits © Anne Klein / reproduction William Yoakim.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3427/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Figure 9
Légende Archivistes effectuant du tri dans la localité de Gorgier, canton de Neuchâtel (Suisse), 20 février 2018. Il arrive que l’archiviste doive gérer des quantités importantes de documents dans un temps relativement restreint. Cette situation le pousse inexorablement à faire des choix qui impacteront l’avenir des archives et de la recherche.
Crédits © Service intercommunal d’archivage, reproduction Creative Commons (sous la licence CC BY-SA 4.0).
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/3427/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

William Yoakim, « Une dispute pour héritage »In Situ. Au regard des sciences sociales [En ligne], 4 | 2024, mis en ligne le 16 février 2024, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/insituarss/3427 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insituarss.3427

Haut de page

Auteur

William Yoakim

Docteur PhD en archivistique, Université Laval, Québec, conseiller en gestion de l'information et archiviste numérique
will.yoakim@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search