Navigation – Plan du site
Situations

Le Centre français du patrimoine culturel immatériel : origines et évolutions

Entretien entre Séverine Cachat et Isabelle Chave
Séverine Cachat et Isabelle Chave

Texte intégral

1Isabelle Chave [IC] : D’où vient le Centre français du patrimoine culturel immatériel et quel est son lien avec la Maison des cultures du monde ?

  • 1 Kenniscentrum Immaterieel Erfgoed Nederland : www.immaterieelerfgoed.nl

2Séverine Cachat [SC] : La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI), adoptée par l’Unesco en 2003 et ratifiée par la France en juillet 2006, invite chaque État partie à nommer ou créer, selon les modalités qui lui sont propres, un organisme compétent afin, notamment, d’accompagner le développement et la mise en valeur du PCI présent sur son territoire. C’est l’objet de l’article 13b : « Autres mesures de sauvegarde. » Il peut s’agir d’une instance qui lui est dédiée au sein d’administrations nationales ou fédérales ; à l’inverse, les Pays-Bas ont, par exemple, entièrement externalisé et confié au Centre néerlandais pour le PCI1, créé en 2012 et aujourd’hui intégré au musée de Plein-Air d’Arnhem, la mission d’inventaire, qui constitue l’une des principales obligations des États. En novembre 2010, le centre de documentation de la Maison des cultures du monde (MCM), installé dans l’ancien prieuré des Bénédictins à Vitré (Ille-et-Vilaine), a été statutairement établi par le ministère de la Culture, devenant en 2011 le Centre français du patrimoine culturel immatériel (CFPCI).

Cloître de l’ancien prieuré des Bénédictins à Vitré, Ille-et-Vilaine.

Cloître de l’ancien prieuré des Bénédictins à Vitré, Ille-et-Vilaine.

Dans ce cloître est installé depuis 2004 le centre de ressources de la Maison des cultures du monde, devenu en 2011 Centre français du patrimoine culturel immatériel.

© Marie Guérinel / MCM.

  • 2 Devenu président de la MCM, Chérif Khaznadar a d’ailleurs plusieurs fois dirigé la délégation franç (...)

3Cette désignation s’inscrivait dans la continuité d’une collaboration ancienne entre la MCM et le ministère de la Culture, notamment dans le champ du PCI depuis l’adoption de la Convention. Dès sa fondation à Paris en 1982, l’association s’est en effet engagée dans la défense et la promotion de ce que l’on ne nommait pas encore le patrimoine culturel immatériel, à travers la présentation de formes d’expression étrangères méconnues en France et souvent déconsidérées dans leur pays d’origine, parfois menacées de disparition faute de transmission, contribuant à leur reconnaissance voire à leur renaissance. Cette action de diffusion, principalement dans le cadre du Festival de l’Imaginaire depuis 1997, s’est toujours accompagnée d’une réflexion sur ces formes, leur fonction, leur évolution et leur sauvegarde, à travers des rencontres, des colloques et des publications. Ainsi, la Maison des cultures du monde a été impliquée, par l’intermédiaire de Chérif Khaznadar, son fondateur et directeur jusqu’en 2017, dans les différentes étapes de préparation de la Convention2. En 2004, quelques mois après l’adoption du texte, la Maison des cultures du monde a créé la Journée du PCI, destinée à faire connaître cette notion. Reconduite chaque année sur un thème différent, en lien avec le ministère de la Culture, celle-ci a probablement offert le premier lieu de débat, en France, sur le patrimoine culturel immatériel, prolongé par plusieurs volumes publiés au sein de la série « Internationale de l’Imaginaire » coéditée avec Actes Sud dans la collection « Babel ».

« Internationale de l’imaginaire. »

« Internationale de l’imaginaire. »

Cette série d’ouvrages fondée en 1993 par la Maison des cultures du monde en coédition avec Actes Sud, au sein de la collection « Babel » a consacré plusieurs numéros au PCI. Paru en 2011, celui-ci dressait un premier bilan, quelques années après la ratification par la France de la Convention Unesco, de la mise en œuvre de celle-ci sur le territoire national et de chantiers initiés par divers acteurs. L’illustration de couverture montre les fêtes de Gayant à Douai avec les géants Monsieur et Madame Gayant, inscrites sur la Liste représentative du patrimoine immatériel de l’humanité au titre des « Géants et dragons processionnels de Belgique et de France ».

© Actes Sud.

4Dans un contexte international de mise en œuvre de la Convention marqué par l’importance du dialogue interculturel, la dimension nationale et la vocation internationale de la Maison des cultures du monde offraient un cadre particulièrement intéressant pour le CFPCI, qui a d’emblée bénéficié de ses réseaux de connaissance et d’échanges, à l’intérieur et à l’extérieur du pays : institutions culturelles, chercheurs, artistes... Ainsi, l’action du CFPCI prolonge la mission fondatrice de la MCM : faire connaître et promouvoir les cultures étrangères et le patrimoine immatériel, dans un esprit de découverte, contribuant à la coopération internationale et à la défense de la diversité culturelle. Il s’agit d’une même entité juridique qui mutualise aujourd’hui ses locaux, réseaux et compétences. Mais le Centre a bien sûr ses missions propres, en collaboration étroite avec le département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique au sein de la direction générale des Patrimoines, chargé de coordonner en France la mise en œuvre de la Convention.

La danse de l’oiseau.

La danse de l’oiseau.

Chants et danses de Nuku Hiva (îles Marquises) par l’ensemble « Te Hina O Motu Haka », au musée du quai Branly - Jacques-Chirac, dans le cadre du 15e Festival de l’imaginaire et de l’Année des outre-mer, 2011.

© François Guénet / MCM.

5IC : Pouvez-vous préciser les missions du Centre français ?

  • 3 Le centre a organisé en mai 2012 à Vitré la première réunion de représentants des éléments inscrits (...)
  • 4 La MCM a fait partie de l’organe consultatif de ce Comité de 2010 à 2012.
  • 5 www.ichngoforum.org

6SC : Il s’agit d’abord de missions d’information, de médiation au sens large, de valorisation du PCI en France et du PCI de la France, notamment au travers d’outils de communication en ligne (base de données, site internet, lettre d’information, réseaux sociaux), de rencontres ou d’expositions (in situ, hors les murs, itinérantes ou virtuelles), mais aussi de sensibilisation et de formation des étudiants et des professionnels, que ceux-ci soient issus de collectivités, de musées ou d’associations. Il s’agit également de favoriser la mise en réseau, formel ou informel, d’acteurs du PCI, dans le cadre de projets ponctuels ou pour favoriser le partage d’expériences de sauvegarde. Au niveau national, le CFPCI assure depuis 2013 l’accueil et la coordination de l’association France PCI3 qui réunit les représentants d’éléments inscrits pour la France sur les listes de l’Unesco et facilite ainsi le suivi des inscriptions en lien avec les différentes instances. Au niveau international, la Maison des cultures du monde, accréditée depuis 2010 pour exercer des fonctions consultatives auprès du Comité intergouvernemental4, est membre du Forum des ONG, qui édite notamment la revue en ligne #heritagealive5. Il s’agit enfin de services d’expertise, d’accompagnement et d’évaluation des candidatures pour l’inventaire et pour les listes de l’Unesco au sein du Comité du patrimoine ethnologique et immatériel (CPEI), groupe national d’experts placé auprès du directeur général des Patrimoines et chargé notamment de conseiller le ou la ministre sur la politique du PCI.

« Maîtres d’art-élèves. »

« Maîtres d’art-élèves. »

Créé en 1994 par le ministère de la Culture, le dispositif « Maîtres d’art-élèves » permet à des professionnels reconnus pour leur savoir-faire d’exception de transmettre les métiers rares qu’ils exercent. Inspiré du programme « Trésors humains vivants » promu par l’Unesco, celui-ci trouve ses racines en Corée et au Japon. L’exposition organisée en 2016 à Vitré avec l’Association des maîtres d’arts et de leurs élèves présentait les parcours et réalisations de quinze maîtres d’art ou anciens élèves, dans des domaines tels que les arts graphiques et décoratifs, la mode et l’architecture… Pendant quatre mois et lors des Journées européennes du patrimoine, ces derniers ont fait découvrir leurs techniques au public au cours de visites, démonstrations, rencontres, stages et ateliers (ici Gérard Adde pour la sérigraphie).

© MCM.

Festival de l’imaginaire.

Festival de l’imaginaire.

Représentation scolaire suivie d’un atelier d’initiation au gamelan et aux marionnettes wayang golek du pays Sunda par le dalang (maître marionnettiste) Dadan Sunandar Sunarya et la compagnie Putra Giri Harja 3 (Java Ouest, Indonésie), avec des classes d’Aubervilliers au théâtre équestre Zingaro, dans le cadre du 21e Festival de l’imaginaire, 2017.

© François Guénet / MCM.

7Ces différentes activités situent le CFPCI à l’interface entre les publics, les acteurs du PCI et les instances chargées du suivi de la Convention en France. Cette position d’observation privilégiée alimente la réflexion développée par l’ethnopôle CFPCI autour des politiques du patrimoine immatériel. En effet, le centre a été labellisé en 2016 « Pôle national de recherche et de ressources en ethnologie », lui permettant de structurer son action en faveur du PCI et de rejoindre un réseau fondé en 1996, constitué à ce jour de dix organismes, qui œuvrent aux niveaux local et national dans les domaines de la recherche, du patrimoine et de l’action culturelle autour d’un axe propre. Temps fort de l’ethnopôle, un colloque international réunit chaque automne à Vitré depuis 2012 des experts, des universitaires, des praticiens, des représentants d’administrations patrimoniales et culturelles, sur un thème transversal intéressant le PCI, plus particulièrement à l’échelle européenne, tel que l’enseignement, l’économie, le territoire, le numérique... Celui-ci se prolonge à travers la revue en ligne Cahiers du CFPCI, qui contribue ainsi à la production et à la diffusion des connaissances sur le PCI.

  • 6 Intangible Cultural Heritage & Museums Projects (IMP) réunit autour du porteur de projet Werkplaats (...)

8Tout ceci dans la limite des moyens qui sont ceux du centre ! Ces différentes missions convergent la plupart du temps, comme c’est le cas pour le projet « Patrimoine culturel immatériel et musées » (IMP), sélectionné dans le cadre du dispositif Europe créative (2017-2019)6. À l’initiative de ce projet, cinq organismes référents dans leur pays et qui collaborent régulièrement dans le cadre du Forum des ONG, en marge des réunions statutaires à l’Unesco, partagent le constat suivant : la prise en compte du PCI et des communautés associées dans et par les musées, fondés sur un régime d’objet, reste peu évidente, même lorsque leurs collections concernent directement ce champ, souvent par défaut d’information ou de méthodologie. Le projet est structuré autour de cinq rencontres internationales dans chacun des pays partenaires : une première journée de sensibilisation est ouverte au plus grand nombre de participants du pays d’accueil, une deuxième réunit une vingtaine de professionnels des musées des cinq pays sur un thème spécifique lié au PCI (diversité culturelle, participation, innovation, politiques publiques...). Le projet IMP vise ainsi à stimuler la réflexion pour créer des passerelles entre musées et communautés, en développant et en diffusant un certain nombre d’outils qui favorisent les approches participatives. À cette fin, les cinq membres fondateurs qui constituent le comité de pilotage s’appuient sur un think tank constitué d’experts et de chercheurs. Il s’agit donc tout à la fois d’information, de valorisation, de formation, de recherche et d’expertise, de renforcement et d’animation de réseaux nationaux et internationaux...

9La Maison des cultures du monde et le CFPCI constituent ainsi une ressource pour ces divers partenaires : au sens propre, puisque la MCM conserve des collections d’objets et d’archives, notamment photographiques et audiovisuelles, constituées depuis sa création et qu’elle met régulièrement à disposition dans le cadre de projets d’expositions, de conférences, etc., mais aussi en matière d’expérience, d’expertise et de conseil. Or, ces activités doivent être interrogées régulièrement en fonction d’un contexte et de besoins qui évoluent assez rapidement dans ce champ d’apparition récente que constitue le patrimoine immatériel.

Affiche d’exposition à la Maison des cultures du monde, 2017.

Affiche d’exposition à la Maison des cultures du monde, 2017.

Les Wayãpi vivent de part et d’autre du fleuve Oyapock qui marque la frontière entre le Brésil et la Guyane française. Leurs expressions orales et graphiques sont inscrites, pour le Brésil, sur la Liste représentative du patrimoine immatériel de l’humanité. Réunissant des pièces originaires des deux pays, l’exposition présentée en 2017 à Vitré en collaboration avec l’université de São Paulo, le Parc amazonien de Guyane et la direction des Affaires culturelles de Guyane, a donné lieu à plusieurs projets de médiation et d’éducation artistique et culturelle, notamment autour du kusiwa (art graphique), avec des élèves du lycée La Champagne à Vitré, du collège Constant-Chlore à Saint-Georges de l’Oyapock, et une délégation de Trois-Sauts emmenée par le chef coutumier Jacky Pawey, invitée à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.

© Céline Bellanger / MCM.

10IC : Quelle évolution constatez-vous, à la fois dans le contexte et dans les actions ?

11SC : Il est enthousiasmant de constater, un peu partout sur le territoire, une effervescence autour du PCI : inventaires, expositions, rencontres, colloques régionaux, tels ceux organisés par exemple ces dernières années en Bretagne, en Auvergne, en Pays de la Loire ou en Normandie... Ces multiples initiatives témoignent d’une véritable dynamique mise en œuvre par et autour d’acteurs très divers et principalement associatifs, parfois organisés en réseau, qui fonctionnent comme autant de relais : ethnopôles, centres de musiques et danses traditionnelles, écomusées et musées de société, parcs naturels régionaux... Ce succès du patrimoine immatériel était difficilement imaginable il y a dix ans. Il montre, d’une part, que les efforts pour informer et mobiliser ont porté leurs fruits et, d’autre part, que le dispositif PCI, en apportant une reconnaissance internationale et nationale à des formes culturelles souvent minorées voire méprisées, répond à une véritable demande sociale. Or, ce « boom » du PCI n’est pas sans risque ni paradoxe.

12D’abord, cette reconnaissance passe par une forme d’institutionnalisation, dont on a d’ailleurs pu regretter qu’elle tarde en France – signe d’un relatif désintérêt, d’une méfiance ou d’une perplexité face à l’immatérialité culturelle. Après des années d’expérimentation qui ont permis de poser les jalons d’une politique du PCI, cette structuration nécessaire, tout en renforçant la participation des communautés, marque une reprise de contrôle, notamment par des processus de sélection, en écho à l’évolution et aux exigences paradoxales des instances internationales : quant à la participation des communautés, d’une part, et quant à la limitation des candidatures pour les listes de l’Unesco, d’autre part. L’attitude de certains acteurs associatifs, notamment issus des mouvements militants des années 1970, est symptomatique de ce « malaise » : historiquement dans une posture de méfiance vis-à-vis de l’institution, mais en quête de légitimation par elle dans le cadre de l’« outil PCI ».

13Cette appropriation a également eu pour corollaire un élargissement de la notion de PCI, donc de patrimoine, permis par la définition très généreuse qu’en donne la Convention. Le phénomène, très intéressant à étudier pour les chercheurs, n’est pas sans poser question. Car ces interprétations diverses ne sont pas étrangères à des formes ou à des tentatives de récupération à des fins tout aussi diverses. Le politique a « emboîté le pas » pour s’emparer à son tour du PCI, ce qui a pu permettre de réelles avancées. Mais l’attrait du label a fonctionné à plein... pour servir parfois des intérêts sans rapport voire contraires à l’esprit de la Convention. Comment ne pas craindre une instrumentalisation de la participation des communautés – comme dans les dispositifs de concertation, par exemple, mis en œuvre avec les habitants dans certains projets de rénovation urbaine et qui, parfois hélas, ne servent qu’à légitimer des décisions déjà prises ?

Atelier de formation à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel, La Réunion, 2017.

Atelier de formation à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel, La Réunion, 2017.

Séance de travail à Sainte-Suzanne, île de la Réunion, chez M. Bachelier Siampirave, ancien maître du moring (danse de combat), en compagnie de M. Saint-Ange Lavanille, et en présence des membres de sa famille, de l’association Kaiasse, de l’équipe du service régional de l’Inventaire et des participants à l’atelier de formation pour l’inventaire du patrimoine culturel immatériel, dans le cadre des appels à projet du ministère de la Culture et en partenariat avec la région Réunion, 2017.

© Panayiota Andrianopoulou / MCM.

  • 7 Inventaire des géants, dragons et animaux processionnels de France, avec la collaboration scientifi (...)

14Dans ce contexte, il s’agit de faciliter la (re)prise en main par les communautés de leur patrimoine immatériel, en lien avec les institutions. Le CFPCI contribue par exemple depuis 2012 à l’Inventaire national par le biais des appels à projets pluriannuels du ministère de la Culture, d’abord par la production de fiches dans le cadre de campagnes thématiques en lien avec les communautés7. Plus récemment, afin d’accompagner cet engouement pour le PCI, il a réorienté son action vers la formation des (futurs) professionnels et des communautés, notamment à travers l’expérimentation de programmes inspirés des principes et de la méthodologie de la « stratégie globale de renforcement des capacités » mise en œuvre au niveau international par l’Unesco, en déclinant et en adaptant ceux-ci à des contextes spécifiques. Il y a plusieurs façons d’envisager la participation : on peut par exemple mettre en place des dispositifs de consultation publique en espérant mobiliser largement... Mais finalement, ne s’agit-il pas, autant que possible, de doter les communautés des compétences et des outils qui leur permettent d’être autonomes, d’abord en identifiant leur PCI, notamment grâce à l’inventaire, afin d’assurer sa sauvegarde ? Ce qui, bien sûr, n’exclut pas de « faire avec ». Car le patrimoine immatériel demeure une formidable opportunité pour les communautés, une ressource créatrice dont les porteurs n’ont souvent pas même conscience, non seulement au sens économique mais aussi politique, qui permet d’agir dans le monde d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Kenniscentrum Immaterieel Erfgoed Nederland : www.immaterieelerfgoed.nl

2 Devenu président de la MCM, Chérif Khaznadar a d’ailleurs plusieurs fois dirigé la délégation française aux réunions du Comité intergouvernemental de l’Unesco, et présidé la deuxième Assemblée générale des États parties (2007-2008).

3 Le centre a organisé en mai 2012 à Vitré la première réunion de représentants des éléments inscrits, qui ont alors décidé de formaliser ce réseau par la création d’une association, en 2013 à Vitré, dont la MCM est membre fondateur et assure statutairement le secrétariat.

4 La MCM a fait partie de l’organe consultatif de ce Comité de 2010 à 2012.

5 www.ichngoforum.org

6 Intangible Cultural Heritage & Museums Projects (IMP) réunit autour du porteur de projet Werkplaats immaterieel erfgoed (ex-Tapis plein, Belgique) : Kenniscentrum Immaterieel Erfgoed Nederland pour les Pays-Bas, Simbdea pour l’Italie, la Maison des cultures du monde-CFPCI pour la France et, pour la Suisse, l’Office fédéral de la Culture avec l’Association des musées suisses (www.ichandmuseums.eu/en/about/about-imp).

7 Inventaire des géants, dragons et animaux processionnels de France, avec la collaboration scientifique de la Maison des géants, à Ath en Belgique : les géants et leurs fêtes au nord de la France (2012-2013) avec l’association régionale La Ronde des géants ; animaux totémiques des fêtes occitanes (2014-2015) avec le Centre interrégional de développement de l’occitan (Cirdoc).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cloître de l’ancien prieuré des Bénédictins à Vitré, Ille-et-Vilaine.
Légende Dans ce cloître est installé depuis 2004 le centre de ressources de la Maison des cultures du monde, devenu en 2011 Centre français du patrimoine culturel immatériel.
Crédits © Marie Guérinel / MCM.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/483/img-1.jpg
Fichier image/, 568k
Titre « Internationale de l’imaginaire. »
Légende Cette série d’ouvrages fondée en 1993 par la Maison des cultures du monde en coédition avec Actes Sud, au sein de la collection « Babel » a consacré plusieurs numéros au PCI. Paru en 2011, celui-ci dressait un premier bilan, quelques années après la ratification par la France de la Convention Unesco, de la mise en œuvre de celle-ci sur le territoire national et de chantiers initiés par divers acteurs. L’illustration de couverture montre les fêtes de Gayant à Douai avec les géants Monsieur et Madame Gayant, inscrites sur la Liste représentative du patrimoine immatériel de l’humanité au titre des « Géants et dragons processionnels de Belgique et de France ».
Crédits © Actes Sud.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/483/img-2.jpg
Fichier image/, 549k
Titre La danse de l’oiseau.
Légende Chants et danses de Nuku Hiva (îles Marquises) par l’ensemble « Te Hina O Motu Haka », au musée du quai Branly - Jacques-Chirac, dans le cadre du 15e Festival de l’imaginaire et de l’Année des outre-mer, 2011.
Crédits © François Guénet / MCM.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/483/img-3.jpg
Fichier image/, 392k
Titre « Maîtres d’art-élèves. »
Légende Créé en 1994 par le ministère de la Culture, le dispositif « Maîtres d’art-élèves » permet à des professionnels reconnus pour leur savoir-faire d’exception de transmettre les métiers rares qu’ils exercent. Inspiré du programme « Trésors humains vivants » promu par l’Unesco, celui-ci trouve ses racines en Corée et au Japon. L’exposition organisée en 2016 à Vitré avec l’Association des maîtres d’arts et de leurs élèves présentait les parcours et réalisations de quinze maîtres d’art ou anciens élèves, dans des domaines tels que les arts graphiques et décoratifs, la mode et l’architecture… Pendant quatre mois et lors des Journées européennes du patrimoine, ces derniers ont fait découvrir leurs techniques au public au cours de visites, démonstrations, rencontres, stages et ateliers (ici Gérard Adde pour la sérigraphie).
Crédits © MCM.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/483/img-4.jpg
Fichier image/, 595k
Titre Festival de l’imaginaire.
Légende Représentation scolaire suivie d’un atelier d’initiation au gamelan et aux marionnettes wayang golek du pays Sunda par le dalang (maître marionnettiste) Dadan Sunandar Sunarya et la compagnie Putra Giri Harja 3 (Java Ouest, Indonésie), avec des classes d’Aubervilliers au théâtre équestre Zingaro, dans le cadre du 21e Festival de l’imaginaire, 2017.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/483/img-5.jpg
Fichier image/, 812k
Titre Affiche d’exposition à la Maison des cultures du monde, 2017.
Légende Les Wayãpi vivent de part et d’autre du fleuve Oyapock qui marque la frontière entre le Brésil et la Guyane française. Leurs expressions orales et graphiques sont inscrites, pour le Brésil, sur la Liste représentative du patrimoine immatériel de l’humanité. Réunissant des pièces originaires des deux pays, l’exposition présentée en 2017 à Vitré en collaboration avec l’université de São Paulo, le Parc amazonien de Guyane et la direction des Affaires culturelles de Guyane, a donné lieu à plusieurs projets de médiation et d’éducation artistique et culturelle, notamment autour du kusiwa (art graphique), avec des élèves du lycée La Champagne à Vitré, du collège Constant-Chlore à Saint-Georges de l’Oyapock, et une délégation de Trois-Sauts emmenée par le chef coutumier Jacky Pawey, invitée à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.
Crédits © Céline Bellanger / MCM.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/483/img-6.jpg
Fichier image/, 1002k
Titre Atelier de formation à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel, La Réunion, 2017.
Légende Séance de travail à Sainte-Suzanne, île de la Réunion, chez M. Bachelier Siampirave, ancien maître du moring (danse de combat), en compagnie de M. Saint-Ange Lavanille, et en présence des membres de sa famille, de l’association Kaiasse, de l’équipe du service régional de l’Inventaire et des participants à l’atelier de formation pour l’inventaire du patrimoine culturel immatériel, dans le cadre des appels à projet du ministère de la Culture et en partenariat avec la région Réunion, 2017.
Crédits © Panayiota Andrianopoulou / MCM.
URL http://journals.openedition.org/insituarss/docannexe/image/483/img-7.jpg
Fichier image/, 607k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Cachat et Isabelle Chave, « Le Centre français du patrimoine culturel immatériel : origines et évolutions », In Situ. Au regard des sciences sociales [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/insituarss/483

Haut de page

Auteurs

Séverine Cachat

Directrice du Centre français du patrimoine culturel immatériel et de la Maison des cultures du monde, chargée d’enseignements aux universités Rennes 2 et Paris 3-Sorbonne nouvelle

Isabelle Chave

Conservateur en chef du patrimoine, adjointe du chef du département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique, direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue In Situ. Au regard des sciences sociales est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals