Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49RuinesDans les interstices et les plis ...

Ruines

Dans les interstices et les plis du tissu urbain, une « microruine »

A “micro-ruin” within the folds and interstices of the urban fabric
Anne Jauréguiberry et Mathieu Tremblin

Résumés

En mai 2021, l’association Va Jouer Dehors rassemble à Marseille des équipes de praticien·ne·s, enseignant·e·s et étudiant·e·s ambassadrices de six villes pour constituer « la plus grande agence internationale d’architecture du monde ». Au sein d’une ruine industrielle, soixante-dix participant·e·s formulent des hypothèses sur les possibilités de « réparer la ville » avec le contexte de crise sanitaire et climatique en arrière-plan. Poursuivant les pistes de réflexion ébauchées au milieu des gravas, un arpentage du Vieux Port devient le point de départ d’une conversation entre l’architecte et urbaniste Anne Jauréguiberry et l’artiste-chercheur Mathieu Tremblin. À partir d’une lecture inframince de l’espace, iels interprètent l’attachement des artistes urbains aux traces d’usage et d’usure dans la ville. Une sorte de « micro-ruine » se déploie au sein de la ville rénovée à une échelle moindre. Elle se niche dans les interstices et les plis du tissu urbain pour déployer son lent processus de transformation de l’environnement urbain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Il s’agit de considérer l’expertise d’usage comme une expertise du quotidien fondée notamment su (...)
  • 2 Anne Jauréguiberry et Mathieu Tremblin ont tou·te·s deux été convié·e·s à prendre part à la démarc (...)

1Cet article s’inscrit dans le sillage d’une démarche de recherche-création en arts visuels. Il a pour objet d’exposer une réflexion en cours qui prend sa source dans une hypothèse notionnelle formulée par Mathieu Tremblin et Anne Jauréguiberry. Cette notion témoigne d’un intérêt mutuel à la croisée de deux champs complémentaires, les arts visuels et l’architecture, qui font écho aux activités professionnelles des auteur·ice·s, l’une étant architecte et urbaniste — susceptible de participer à la fabrique des espaces de la ville — et l’autre artiste urbain — susceptible d’investir les espaces de la ville avec des gestes créatifs. La forme de l’article est fragmentaire à dessein, comme un écho à la conversation qui permet la formulation de la notion ; différents registres d’écriture sont mobilisés pour leur plasticité propre et articulés avec des références. Le récit d’expériences, le commentaire réflexif ou la licence poétique sont des outils propres au travail artistique et déjà éprouvés en tant que méthode de recherche-création en particulier lorsqu’il s’agit de s’intéresser aux pratiques artistiques urbaines. Considérées comme singulières, les pratiques urbaines, créatives ou non, sont soumises aux mêmes conditions d’existence que les urbanités. Elles demeurent difficiles à circonscrire et à représenter avec des outils quantitatifs ou statistiques ; seul le recours à la description est à même de restituer la complexité organique de l’urbanisme vécu, dès lors qu’on prend en compte les usages effectifs de l’espace initiés par les habitant·e·s. Il est nécessaire d’embrasser une approche pluri-focale et transdisciplinaire pour mieux comprendre le phénomène urbain, allant de l’expertise d’usage1 au diagnostic sensible2. L’ambition formelle de cet article est de remettre en jeu les modalités d’exercice de cette approche sensible et située de la ville à une échelle moindre.

2Le fil de l’article se déroule à partir du récit d’une expérience. Un workshop prend place au milieu des ruines d’un ancien abattoir dans un quartier marseillais promis à une requalification urbaine prochaine. La question soulevée est celle de la réparation de la ville. À l’issue du workshop, cette question devient le prétexte à un arpentage du Vieux Port tout juste rénové et à une conversation entre Mathieu Tremblin et Anne Jauréguiberry qui fait émerger la notion de « microruine ». Cette notion est à entendre comme un processus d’altération inéluctable se situant à une échelle moindre que celle de l’attention portée à la ville par les gouvernants et leurs agents. Plutôt que de faire advenir un espace spécifique dans le tissu urbain, la « microruine » se niche dans l’interstice comme une somme de traces de la ville vécue : la transformation des matières, des éléments ou des œuvres urbaines qu’aucune forme de pouvoir ne peut endiguer, parce qu’elle est le fait des intempéries et des usages combinés. Elle apparait comme un indicateur du vivant dans la ville et de la ville comme écosystème. Puis, la dimension de palimpseste inframince que la « microruine » revêt est explorée en miroir de l’approche idéologique hygiéniste voire coercitive à laquelle son existence répond. Elle est éclairée à l’échelle urbaine par la pensée de l’artiste-chercheur italien Francesco Careri qui s’intéresse aux phénomènes transitoires et aux libertés circulantes à partir des pratiques qui se déploient dans les délaissés urbains et les terrains vagues. Enfin, en ouverture de cette conversation, la « microruine » est abordée depuis son intégration à un processus de création inscrit dans la ville à partir de quelques œuvres urbaines qui dressent une courte généalogie lacunaire de la compréhension et des usages possibles de la notion par des artistes.

« Réparer la ville »

Figure 1. Vue du quartier des Crottes . 15 mai 2021. Marseille (Fr)

Figure 1. Vue du quartier des Crottes . 15 mai 2021. Marseille (Fr)

© Photographie : Mathieu Tremblin.

  • 3 Voir : https://va-jouer-dehors.fr/ (page consultée le 23 août 2022).
  • 4 L’ambition affichée est de rassembler « la plus grande agence éphémère d’architecture du monde ». (...)

315 mai 2021, Halles Slimani, Marseille : l’association Va Jouer Dehors3 invite l’architecte Anne-Sophie Kehr à rassembler une équipe strasbourgeoise de praticien·ne·s, enseignant·e·s et étudiant·e·s à l’ENSAS dont Anne Jauréguiberry, architecte et urbaniste particulièrement investie sur la commune de Grigny dans l’Essonne en Île-de-France, deux étudiant·e·s et moi-même, Mathieu Tremblin, artiste urbain et chercheur. Nous nous retrouvons à Marseille avec les équipes ambassadrices de cinq autres villes pour constituer « la plus grande agence internationale d’architecture du monde ». Lille, Nantes, Strasbourg, Saint-Étienne, Marseille, Athènes et Beyrouth. Pendant une journée, soixante-dix participant·e·s formulent des hypothèses sur les possibilités de « réparer la ville4 » dans un contexte de crise sanitaire et climatique dont on commence seulement à mesurer les effets délétères. Ce workshop — ou plutôt ce « do tank » pour reprendre les éléments de langage de la communication — prend place dans le futur écoquartier Les Fabriques au sein du quartier des Crottes. Avec Bougainville, ces quartiers du 15e arrondissement sont en cours de « rénovation urbaine ». L’opération est menée par Euroméditerranée, un établissement public d’aménagement qui réalise une « smart-city » ou « éco-cité » nommée « Smartseille » et pour laquelle le groupe de construction et de concessions français Eiffage est un des opérateurs. La halle où se déroule le workshop est un ancien abattoir en friche. Abandonné depuis plusieurs années, il va entrer dans une phase de requalification et il est aménagé de manière temporaire par l’association, sous l’impulsion de l’architecte Matthieu Poitevin : un plateau de travail est dégagé au milieu des gravas. La halle est prêtée par le tandem Bouygues Immobilier – Linkcity qui a la charge de la transformation de la zone sous la bannière de la société XXL Marseille.

4Notre proposition tourne autour de la transformation de l’infrastructure de l’A35 à Strasbourg — ses ponts et ses bretelles — en réponse à son hypothétique abandon suite à l’ouverture du grand contournement autoroutier ouest (GCO). Quelles redéfinitions possibles des modes de circulation et d’occupation pour une infrastructure longue de plusieurs kilomètres traversant la ville et qui ne peut être déconstruite ? Le basculement d’un couloir de pollution de l’air à une coulée verte — un poumon — apparaît comme un impératif. L’idée d’un chemin de traverse piéton et cyclable qui redistribuerait les quartiers est une des hypothèses probante et séduisante. Le sujet de l’émergence d’un morceau de ville en greffon est travaillé à l’ENSAS par les enseignant·e·s et étudiant·e·s avec des entrées multiples. Depuis plusieurs mois, des groupes se livrent à un exercice de style et d’imagination abordant le site étendu selon diverses perspectives architecturales et urbanistiques.

Figure 2. « Mindmap autour de la transformation de l’infrastructure de l’A35 réalisée par l’équipe de l’ENSAS ». 15 mai 2021. Marseille (Fr).

Figure 2. « Mindmap autour de la transformation de l’infrastructure de l’A35 réalisée par l’équipe de l’ENSAS ». 15 mai 2021. Marseille (Fr).

© Photographie : Mathieu Tremblin.

5Le workshop est l’occasion de faire une synthèse transversale et de potentialiser des réflexions menées autour de cette infrastructure : un belvédère « post-autopia » à horizon double ; une tiers route comme on parle de Tiers paysage ; la jachère des délaissés comme programme urbain ; la ruine et le terrain vague comme conditions des urbanités ; le surinvestissement des services oubliés qui activent l’espace public. Anne-Sophie Kehr résume pour la revue L’Architecture d’aujourd’hui notre proposition sous la forme d’un « mode d’emploi pour une utopie concrète » afin de réenvisager de manière positive la place de cette infrastructure dans la ville. Elle synthétise plusieurs recommandations issues de nos réflexions partagées :

1. Ralentir pour créer la transversalité douce.
[…] On force les nouvelles habitudes des automobilistes en les limitant, on construit le territoire du franchissement. […] la réduction de vitesse et de la capacité routière se traduit par une amélioration des conditions de déplacement.
 
2. Déclasser la voie sans la modifier.
[…] Le nomadisme pédestre s’aventure dans ce nouvel espace de la ville. […] On laisse la place à d’autres occupations de l’espace : […] l’infrastructure et son obsolescence laisse l’infra-ville apparaître, la nature recolonise les structures.
 
3. Sanctuariser les vides existants, magnifier le vide, construire le silence.
[…] Asphalte éventré, le vivant ressurgit, la biodiversité colonise, on assiste à un retournement de situation. […] Laisser la ruine se reconstruire sur elle-même est en soi générateur d’économie substantielle.
 
4. Révéler la topographie en habitant le lieu vague.
[…] On crée du vide qualifié, qui accueille de nouveaux usages, une forêt dense d’instruments sociaux […] ponctue les futurs territoires des nouvelles hétérotopies urbaines.
L’infrastructure devient le support d’implantations possibles, et évitant ainsi l’imperméabilisation des sols limitrophes.
 
5. Qualifier le terrain vague de nos nécessités fictives.
D’est en ouest, les hétérotopies transversales […] vont déployer des possibles de nouvelles poches de potentialités indéterminées ou déterminées […] appui et socle d’une nouvelle manière d’habiter l’entre-deux de la ville. (Kehr)

  • 5 Les logos des partenaires sont énumérés à la fin de la vidéo de documentation de l’événement. En p (...)

6L’écart entre les moyens mobilisés sur la production de l’événement « Réparer la ville » — en atteste la foule de partenaires privés-publics positionnés5 — et la courte durée de cette recherche en pratique de possibles réparations d’un tissu urbain déchiré nous interroge. Dans une certaine mesure, ce workshop nous apparaît comme une sorte de voile communicationnel qui vient occulter une réalité sociale : le collectif d’habitants On se laisse pas faire soutenu par l’union locale CGT, dénonce la transformation de ces deux quartiers ouvriers et délabrés comme une « opération de gentrification ». Une certaine évidence s’impose à nous. Si on ne veut pas avoir à réparer la ville peut-être serait-il intéressant de commencer par ne pas la casser. Il faudrait parvenir à se soustraire au cycle à l’œuvre dans la plupart des métropoles occidentales qui consiste en un processus d’abandon — de la maintenance des infrastructures et des bâtiments, des services publics — puis de requalification — à renfort de partenariats privés-publics. Ce cycle repousse vers les marges de la ville et précarise toujours plus les populations originelles des quartiers et les pratiques informelles qu’elles accueillent. Dans son sillage, il entraine aussi la désertion des pouvoirs publics quant à la gouvernance des espaces communs, remplacés peu à peu par des galeries marchandes à ciel ouvert où la jouissance désintéressée et la rencontre fortuite sont remplacées par les logiques du consumérisme et de la surveillance. Si on ne veut pas avoir à réparer la ville, il s’agirait de ne pas déchirer le tissu social qui est si difficile à tisser, et autant sinon plus difficile à recoudre que le tissu urbain. Il s’agirait de prendre soin de la ville en considérant les dynamiques écosystémiques, sociales et pragmatiques qui se nichent dans les délaissés : informelles et pas seulement infrastructurelles.

Une attention aux « microruines » dans un quartier rénové

7Notre groupe strasbourgeois se sépare à l’issue de la journée de travail. Avec Anne Jauréguiberry, nous décidons d’aller voir le MUCEM et ses environs pour constater la rénovation du Vieux port et du Panier qui a été consubstantielle à sa construction. Comme des égratignures sur la surface de l’image de carte postale touristique dont s’est dotée la vieille ville, des signes de résistance interstitielle et des traces de microdestructions égrènent notre arpentage du Vieux port transformé en « musée à ciel ouvert ». Déjà, dans les espaces indéfinis à l’abri des regards, dans les blancs tournants de la communication institutionnelle, dans les recoins du mobilier urbain flambant neuf, on retrouve la Marseille débordante de vie et de lâcher-prise que l’on connaît, et que l’on apprécie à sa juste valeur.

Figure 3. Tremblin, Mathieu. Veille urbaine. 16 mai 2021. Marseille (Fr)

Figure 3. Tremblin, Mathieu. Veille urbaine. 16 mai 2021. Marseille (Fr)

© Photographie : Mathieu Tremblin.

8L’autocollant occultant microperforé de l’entrée du parking souterrain s’effrite avec la chaleur du soleil et dessine des motifs de végétaux.

Figure 4. Tremblin, Mathieu. Veille urbaine. 16 mai 2021. Marseille (Fr)

Figure 4. Tremblin, Mathieu. Veille urbaine. 16 mai 2021. Marseille (Fr)

© Photographie : Mathieu Tremblin.

  • 6 Le frontispice de l’ouvrage Leviathan, or The Matter, Forme, & Power of a Common-wealth Ecclesiast (...)

9Sur le panneau du musée Regards de Provence, les gilets jaunes ont apposé à une échelle moindre leurs messages qui concurrencent ceux de la nouvelle institution, rappelant leur posture de contre-Léviathan6 : des foules de corps sans tête, mais avec des dos à message qui s’agglomèrent dans les franges urbaines en opposition à l’atomisation du corps social.

Figure 5. Tremblin, Mathieu. Veille urbaine. 30 septembre 2022. Marseille (Fr)

Figure 5. Tremblin, Mathieu. Veille urbaine. 30 septembre 2022. Marseille (Fr)

© Photographie : Mathieu Tremblin.

10Passé le musée, les autocollants circulaires identifiant les visiteur·euse·s du MUCEM glissent progressivement par grappe des revers des vestons aux poteaux des lampadaires et ponctuent la promenade. Mois après mois, rincés par les éléments, ils tatouent les surfaces de petites touches de poussière figées par la colle, une fois le papier désagrégé.

11De proche en proche, de l’échelle du regard à celle de la main, une notion émerge de notre conversation alors que nous arrivons au Vieux Port : « microruine ». Dans la ville fraîchement renouvelée, où l’architecture et l’aménagement donnent pourtant une impression de contrôle, des traces des usages et d’usure persistent et débordent toutes les formes de prévention situationnelle. Il est question de rechercher dans ce qui est bâti et organisé les interstices, les délaissés et les vides urbains minuscules, ingouvernables plutôt que négligeables. Il est question d’une lecture inframince de la ville, à une échelle piétonne avec la pulpe des doigts qui passe sur les surfaces : une lecture qui échappe ou qui est ignorée par les personnes en charge de sa maintenance.

12La « microruine » nous apparaît comme une notion pour penser le phénomène urbain à échelle humaine, soit à une autre échelle que celle de sa planification et de sa gouvernance. Elle est ce processus d’altération inéluctable qui persiste sous nos yeux malgré les moyens gigantesques déployés quotidiennement pour l’entretien de l’espace urbain. Au-delà d’une lecture unilatéralement spatiale, elle invite à se concentrer sur la dimension temporelle dans la ville, l’espace travaillé par le temps, le temps lisible dans l’espace : la ville en transformation, la ville en érosion permanente, au plus proche des corps. La « microruine » est un processus plutôt qu’un espace, un déterminisme qui se déploie en deçà des obsessions de contrôle et de poliçage de l’espace urbain des gouvernants. Elle permet à l’usager·e de conscientiser le temps qui passe et qui se manifeste à une échelle microscopique quand tous les éléments architecturés ou de mobiliers de l’environnement urbain sont conçus sur le mode de la négation, sinon la résistance au facteur temporel — la promesse et l’horizon d’un ordre urbain.

Le phénomène urbain : une histoire de points de vue

Figure 6. Tremblin, Mathieu. Addressing the pedestrian: a matter of scale and perspective. 2017

Figure 6. Tremblin, Mathieu. Addressing the pedestrian: a matter of scale and perspective. 2017

© Photographie Mathieu Tremblin.

13Le schéma Addressing the pedestrian a matter of scale and perspective [S’adresser au piéton : une question d’échelle et de perspective] synthétise une cécité double — deux points aveugles en champ-contrechamp l’un de l’autre — selon qu’on regarde la ville dans une perspective bottom-up — du point de vue de l’usager·e — ou top-down — du point de vue des gouvernant·e·s de la ville.

14Arpentant l’espace urbain à pied, notre horizon est obstrué par le bâti. Cette impossibilité d’embrasser l’entièreté du phénomène urbain, à commencer par son paysage, force le regard à composer à partir de l’échelle humaine. Une appréciation de l’environnement se met en œuvre et mobilise tout le corps. À mesure du pas, le pied foule la chaussée et esquive les flaques, détritus et autres obstacles. Avec le toucher, la main active le bouton d’appel du feu signalétique piéton ou effleure les potelets qui délimitent la zone piétonne. Enfin, l’œil fait le tri dans la multitude d’informations qui excitent la rétine : la signalétique réfléchissante capte l’attention lorsqu’elle est éclairée par les phares des voitures ; le bruit visuel des courbes, des lettres, des tags qui recouvrent divers supports et perturbent la lecture linéaire de l’espace architecturé.

  • 7 Par exemple, la Ville de Rennes emploie des civil·e·s pour la réalisation d’enquête de circulation (...)

15En contre-point, il faut que les gouvernants fassent preuve d’une certaine abstraction pour approcher la complexité du phénomène urbain. Embrassant leur point de vue, il va s’agir pour les agent·e·s qui opèrent la maintenance et l’entretien des espaces occupés par les usager·e·s de satisfaire les grilles d’évaluation7. Pour contenter cette attente, l’espace piéton doit se conformer à leur vision surplombante ; une vision indifférente aux détails qui fourmillent pourtant et font la saveur de l’expérience urbaine à échelle humaine. La tâche à accomplir par les agent·e·s est de l’ordre du châtiment de Sisyphe : l’espace urbain maintenu ne peut satisfaire les exigences technocratiques de contrôle que si les usager·e·s ne s’en servent pas.

  • 8 Cette personnification de la ville trouve une longue généalogie dans la littérature ou le cinéma. (...)

16Michel De Certeau attribue l’émergence d’un « pouvoir omni-regardant » (141) à la genèse de la représentation de la ville, liée à des procédures techniques qui emboîtent le pas aux représentations en survol au Moyen Âge et à la Renaissance — « [cette] fiction [qui] muait déjà le spectateur médiéval en œil céleste » (141). Pour le philosophe, cette projection omnisciente est le point de départ d’un rapport biaisé au phénomène urbain, une mise à distance : « La ville-panorama est un simulacre ‘théorique’ (c’est-à-dire visuel), en somme un tableau, qui a pour condition de possibilité un oubli et une méconnaissance des pratiques. » (141) Il continue plus loin sur la question du dispositif de regard, à la fois point de vue et anticipation, qui confine à l’abstraction par nécessité : « Vue perspective et vue prospective constituent la double projection d’un passé opaque et d’un futur incertain en une surface traitable. Elles inaugurent (depuis le xvie siècle ?) la transformation du fait urbain en concept de ville. » (143) Cette ville-concept n’est rendue possible — donc gouvernable — qu’à la condition de se départir d’une certaine attention à la réalité des pratiques. L’approche technique permet de quantifier et de réguler par la réduction de cette complexité à des logiques de forces et de flux, tout en occultant leur composante organique et vivante. Les approches unilatérales du phénomène, législatives ou bureaucratiques, favorisent cette tendance à l’essentialisation de la ville : une entité8 mue par une volonté propre sur laquelle les usager·e·s n’ont que peu de prise.

17De Certeau décrit ce modèle urbanistique comme utopique puisqu’il demeure dans le registre de la spéculation, nonobstant qu’il contraigne l’appréhension et la pratique de la ville. Il est le résultat d’une triple opération : « 1. la production d’un espace propre » (143) — sans l’instauration duquel la gouvernance ne peut garantir son organisation rationnelle ; « 2. la substitution d’un non-temps, ou d’un système synchronique, aux résistances insaisissables et têtues des traditions » (143) — une organisation technique des rythmes de vie qui privent les usager·e·s de toute capacité à ruser, c’est-à-dire à user de l’espace d’une autre manière que celle qui leur est commandée ; « 3. la création d’un sujet universel et anonyme qui est la ville même » (143) — le tissu urbain dense et complexe, mélange inextricable d’affects et d’espaces individuels et collectifs est transcendé dans une entité finie, articulée, cohérente et stable : une autre forme de Léviathan qui n’a rien à envier au modèle politique décrit par le philosophe Thomas Hobbes.

  • 9 Cette formule est empruntée à l’artiste urbain Obêtre qui réalise une intervention en mars 2013 da (...)

18En l’état, les gouvernants entretiennent une cécité volontaire face à la réalité du terrain urbain. Les traces d’usage dans la ville — tantôt négligées, tantôt considérées comme des négligences à faire disparaître — sont les marqueurs de la vivacité du phénomène urbain. Le « bien sale9 » est le mal propre de la ville, pour reprendre l’expression du philosophe Michel Serres dans son ouvrage du même nom. Selon Serres, ce mal propre mis en résonance avec notre comportement de pollueur-possesseur s’oppose dans une certaine mesure au bien commun. L’enjeu pour que l’humain dépasse sa condition de pollueur-possesseur est de réussir à agir en se pensant comme composant·e d’un écosystème — soit de passer d’une figure parasite à une figure symbiotique. Or, le dépassement de ce déterminisme ne peut être achevé qu’en acceptant et en embrassant l’existence de ce bien sale à une échelle microscopique, et qui persiste malgré une forme de contrôle et d’entretien de l’espace urbain échafaudée par les gouvernants depuis leur lecture macroscopique. Les tensions entre usages et contrôle qui résultent de cette perspective dominante sur l’ordre et le désordre urbain produisent du jeu. Elles génèrent des espaces résiduels à investir et ménagent des zones grises pour des usages autres — un registre de pratiques qui ouvre à un autre modèle de ville :

Échappant aux totalisations imaginaires de l’œil, il y a une étrangeté du quotidien qui ne fait pas surface, dont la surface […] est un bord qui se découpe sur le visible. Dans cet ensemble je voudrais repérer des pratiques étrangères à l’espace « géométrique » ou « géographique » des constructions visuelles, panoptiques ou théoriques. Ces pratiques de l’espace renvoient à une forme spécifique d’opérations (des « manières de faire »), à « une autre spatialité » (une expérience « anthropologique », poétique et mythique de l’espace), et à une mouvance opaque et aveugle de la ville habitée. Une ville transhumante, ou métaphorique, s’insinue ainsi dans le texte clair de la ville planifiée et lisible. (De Certeau 142)

19Le modèle idéologique de la ville moderne se craquèle, laissant les usager·e·s s’infiltrer, arpenter et occuper les brèches. Les interstices produisent des configurations inattendues qui amènent artistes et architectes à repenser le phénomène urbain à partir de l’échelle humaine. En témoigne l’exploration initiatique des délaissés urbains et terrains vagues de la métropole romaine par le collectif italien d’architectes et d’artistes Stalker en 1995. Cette marche de 65 km les amène à élaborer une théorie urbaine par le fragment et par le vide, considérant les jachères urbaines comme autant d’« archipels fractals » qui émergent de la ville finie. La plasticité de ces espaces n’a d’égal que leur versatilité : à rebours de la ville planifiée, ce sont les agglomérats d’usages incertains qui vont moduler l’émergence et la disparition de ces fragiles écosystèmes. Dans son ouvrage Walkscapes : La marche comme pratique esthétique, l’artiste-chercheur Franscesco Careri revient sur l’expérience de Stalker et apporte des éclaircissements sur cette intuition de l’archipel et son mode d’existence :

Les vides sont des parties fondamentales du système urbain. Ce sont des espaces qui habitent la ville de façon nomade. Ils se déplacent toutes les fois que le pouvoir essaie d’imposer un nouvel ordre. Ce sont des réalités qui se développent hors et contre le projet moderne, lequel s’avère encore incapable d’en reconnaître la valeur, et donc d’y accéder. (Careri 180)

20Participant d’un même état des lieux, l’écrivain Philippe Vasset s’attelle avec les artistes Xavier Courteix et Xavier Bismuth sous la bannière de l’Atelier de Géographie Parallèle à l’exploration des zones blanches de la carte IGN de Paris pendant plusieurs mois. Son compte rendu paru en 2007 sous le titre Un Livre blanc constitue autant le récit d’expériences de ce qu’il découvre au jour le jour dans ces zones vierges de toute cartographie, qu’un essai sur les dynamiques qui sous-tendent l’existence de zones blanches à Paris.

Les scènes les plus bizarres apparaissent lorsqu’on parvient à déjouer les complexes mises en scène des urbanistes. Pour y arriver, la simple déambulation curieuse et opiniâtre (la fameuse dérive des Situationnistes) ne suffit plus : les périmètres sont maintenant sécurisés, les surfaces vernies et les portes condamnées. La seule alternative est de se fixer des itinéraires arbitraires qui faussent les points de vue ménagés et taillent à la serpe dans l’agencement harmonieux des constructions. (Vasset 78)

21Vasset fait le deuil d’une certaine conception de la dérive, puisque dans le Paris du xxie siècle, les plaques tournantes psychogéographiques ont laissé la place à des zones autonomes temporaires ; à partir des années soixante, la privatisation grandissante des chemins de traverse, des arrière-cours et des impasses — qui réservaient dans la ville une part d’inconnu — a concouru à la disparition des unités d’ambiance et rendu caduque la mobilité psychique que leur identification sous-tendait pour les membres de l’Internationale situationniste. Le capitalisme global a redessiné les villes autour d’un ordre marchand et propriétaire composé d’îlots, tant est si bien que la seule manière d’accéder au sous-texte de la ville est de se concentrer sur les à-côtés de son chantier permanent.

22La notion de « microruine » intervient à cet endroit comme une autre production de l’espace. Comme le terrain vague — espace résiduel du capitalisme foncier —, elle accueille un réservoir de pratiques fertiles et compose avec les cycles de construction et de destruction. Elle rejoue à une autre échelle urbanistique, environnementale et microscopique, des dynamiques indicielles et processuelles propres à la ville nomade décrite par Careri. La dialectique « présent–passé continuité–absence » conférait à la ruine romantique une « aura de poésie » — pour reprendre le propos de l’archéologue Alain Schnapp —, mais cette conception obéit désormais à la vision surplombante du pouvoir urbanistique omniscient. La ruine est devenue un motif urbain aveugle à ses usages mêmes, une image inanimée. En tant que ruine contemporaine, la « microruine » se départit du paysage romantique, et investit un vide existant. Elle le transforme en espace-temps de potentialité, terreau d’une nouvelle poésie. Elle s’impose comme un autre paradigme de ruine, propre à une société capitaliste où la ruine n’est plus romantique. Il s’y joue ce même rapport à l’espace et au temps que dans le terrain vague tel qu’il est détaillé par l’architecte Ignasi De Sola-Morales Rubio (traduit par l’historien de l’art Luc Levesque) :

[Le terrain vague] apparait enfin comme la contre-image de la cité, autant dans le sens de sa critique que dans celui de l’indice de son possible dépassement. La relation entre l’absence d’utilisation et le sentiment de liberté est fondamentale pour saisir toute la puissance évocatrice et paradoxale du terrain vague dans la perception de la ville contemporaine. Le vide c’est l’absence, mais aussi l’espérance, l’espace du possible. […] La présence du pouvoir invite à la fuite de son emprise totalisatrice, le confort sédentaire appelle au nomadisme non protégé, enfin l’ordre urbain appelle à l’indéfini du terrain vague, véritable indice territorial du questionnement esthétique et éthique que soulève la problématique de la vie sociale contemporaine. (De Sola-Morales Rubio 27–28)

23L’existence de la « microruine » est moindre, invisible et pourtant omniprésente. Elle est le signe d’un désordre qui affleure, et auquel l’espace urbain et le monde tout entier est promis. Elle est comme le sable du désert porté par le sirocco qui vient couvrir d’un voile pastel la carrosserie des véhicules stationnés sur un parking et qui ne se révèle qu’à la faveur du toucher parce qu’il laisse une tache orange sur la pulpe des doigts. Elle est inframince comme le coin d’une gigantesque affiche publicitaire qui se décolle de manière imperceptible du panneau publicitaire sur laquelle elle a été posée. Elle est stratification et balise dans l’espace, plutôt qu’espace à parcourir ; elle égrène et essaime le chemin quotidien ou elle surgit dans le cheminement routinier pour nous rappeler le déterminisme funeste et inéluctable auquel toute matière est soumise. Et dans ce mouvement, elle nous entraine à considérer avec elle la ville comme un organisme vivant : pelures de murs et croûtes de bitume.

La « microruine » à l’œuvre

  • 10 La relation entre ruine de l’œuvre et œuvre en ruine en tant que modalité esthétique est abordée d (...)

24La conversation se poursuit quelques mois plus tard à l’ENSA de Strasbourg avec Anne Jauréguiberry. Nous prolongeons l’analyse pour approcher l’érosion qui se joue dans les interstices à travers des pratiques artistiques furtives ou micro-architecturales qui nous permettent de mieux cerner la notion. La « microruine » qui s’installe dans les plis du tissu urbain fait infuser la possibilité d’un renversement de perspective sur le phénomène urbain, opéré à partir de la conscientisation des usures et des usages : un creuset d’urbanités à venir. Les artistes qui en jouent et œuvrent avec elle sont des opérateurs de la révélation de cette dynamique interstitielle, où la « microruine » est à la fois un indicateur de la ville vécue et vivante et un dessein de l’œuvre urbaine, elle-même sujette aux mêmes altérations que n’importe quel autre élément urbain, signalétique, mobilier ou architectural. Nous ouvrons la discussion avec quelques exemples qui nous semblent révélateurs de cette complexité10.

25En 1947, alors que Raymond Hains réalise les premiers prélèvements de fragments d’affiche dans les rues parisiennes, Jacques Villeglé ramasse des débris en métal du Mur de l’Atlantique à Saint-Malo pour réaliser une sculpture11. Les compères développent par la suite une pratique d’affichiste dont l’objet consiste à tenir une sorte de « journal du monde de la rue » qui désigne la préoccupation des artistes de tendre un miroir à la société :

Un artiste se trouve comme tous devant un monde complexe. Son œuvre doit répondre à ce monde et l’artiste qui veut répondre aux interrogations de son époque doit concilier dans l’oeuvre qu’il fera toutes ses contradictions personnelles […], je savais qu’une œuvre ne pouvait être vivante que si j’étais capable, dans celle que je concevais, d’y mettre des mondes contraires.12

26Hains et Villeglé campent les bases de la non-action painting [peinture de la non action], une peinture du déjà-là qui s’accommode d’un art du laisser-aller : l’usage du temps et la destruction de l’ouvrage humain deviennent des composantes-clés de l’œuvre. Leurs gestes répétés reprennent et actualisent les enjeux allégoriques de la nature morte, aussi parce qu’ils célèbrent la mort de l’auteur. Les œuvres sont vivantes en ce qu’elles parviennent à éclipser la figure de l’artiste en tant qu’opérateur démiurgique du processus de création.

Figure 7. Downey, Brad. Searching for Something Concrete. 2010

Figure 7. Downey, Brad. Searching for Something Concrete. 2010

© Avec accord de l’artiste. Source https://www.braddowney.com/​

27C’est avec cette même obsession d’utiliser le temps et la destruction comme matière de l’œuvre que l’artiste américain Brad Downey est amené à collaborer avec la restauratrice professionnelle Magdalena Recova à Vienne en 2010. Au cours de deux jours de travail, Recova accompagne Downey à renfort de produits chimiques et de procédés mécaniques dans la mise à jour, couche après couche, de plus de quinze années de repeint sur le graffiti wall of fame de la ville. La documentation de l’opération, réalisée en stop motion, a des allures de film expérimental. L’opération d’effaçage-révélation s’inscrit à rebours de la logique même du recouvrement vertueux de la pratique du writing sans pour autant la contrarier. Il ne s’agit pas de nier l’existence des expressions graphiques spontanées comme les campagnes de dégraffitage perpétrées par les pouvoirs publics et privés, mais plutôt de saisir l’épaisseur de leur histoire. Chaque couche qui apparaît contribue à rendre lisible la sculpture sociale qui a pu se construire à l’échelle de la ville au travers de la pratique communautaire du graffiti.

Figure 8. Jongeleen, Jeroen. Ghost. 2008. Rotterdam (NL)

Figure 8. Jongeleen, Jeroen. Ghost. 2008. Rotterdam (NL)

© Avec accord de l’artiste, source : http://www.jeroenjongeleen.nl/​

28En 2006, l’artiste hollandais Jeroen Jongeleen expérimente l’intervention intitulée Ghost autour de son studio à Rotterdam. Puis, sur une vitrine en verre dépoli à Amsterdam en 2008, il colle une série d’autocollants blancs de diverses formes. L’agglomération en nuage des figures géométriques est saisissante parce qu’organique : elle évoque le recouvrement progressif du mobilier urbain par les stickers aux motifs de pictograffiti des artistes urbains qui investissent les capitales européennes depuis une dizaine d’années. Seulement, réduites à des silhouettes muettes, soustraites à l’ego ou au pictogramme qu’elles véhiculent d’accoutumée, c’est désormais la composition qui fait signe pour elle-même. Elle traduit autant le processus d’accumulation à l’œuvre çà et là que celui de l’érosion inéluctable des supports. Sans affect plutôt que désaffecté, elle véhicule à travers le vide une ouverture à toutes les disséminations possibles, une invitation à poursuivre le geste d’ « insurrection par le signe » que décrivait le philosophe Jean Baudrillard en 1976 et dans la continuité duquel la pratique virale du sticker s’est popularisée.

Figure 9. Tremblin, Mathieu. Crépuscule. 2020–2021. Strasbourg (Fr)

Figure 9. Tremblin, Mathieu. Crépuscule. 2020–2021. Strasbourg (Fr)

© Photgographie : Mathieu Tremblin.

29L’œil attentif au quotidien lorsque j’arpente l’espace urbain et l’acuité travaillée par cette typologie de gestes inframinces, j’identifie en 2016 un principe de production visuelle involontaire dans la ville en documentant pendant plusieurs mois les autocollants de communication collés par des syndicats et des anarchistes. La dominante colorée en noir et rouge qui compose la charte graphique de la plupart des organisations militantes réserve d’heureux hasards, lorsque vent, pluie et soleil attaquent jour après jour la surface de l’autocollant. Parmi les couleurs quadri, les pigments cyan, jaune et magenta résistent moins bien aux intempéries que les noir. Les couleurs des autocollants militants se fanent jusqu’à disparaître pour ne laisser lisible qu’une couche parcellaire des messages qui évoquent désormais des collages dadaïstes. En 2020, je conçois Crépuscule (ou Dusk en anglais), une série d’affiches et d’autocollants en noir et rouge pensée pour deux états correspondant chacun à deux temporalités qui activent le principe de disparition-apparition du sous-texte. L’état premier se donne à lire :

LA VILLE INFORMELLE A LA VERSATILITÉ DU VIVANT PARCE QU’ELLE EST EN TRANSFORMATION PERMANENTE. RALENTIR ET CONSIDÉRER AVEC AUTANT D’ATTENTION LES MODES D’EXISTENCE HUMAINE ET NON HUMAINE
(ANIMAL, VÉGÉTAL, MINÉRAL) EST LA SEULE ISSUE POUR POUVOIR EMBRASSER
LA COMPLEXITÉ DE NOTRE ÉCOSYSTÈME (ENVIRONNEMENTAL, SOCIAL, MENTAL) ET ÉVITER AINSI DE VOIR NOTRE ESPÈCE DISPARAÎTRE, COMME LE PIGMENT ROUGE DE CETTE AFFICHE S’EFFACE PEU À PEU EXPOSÉ AUX ÉLÉMENT
(SOLEIL, VENT, PLUIE).

30L’état second, travaillé par la « microruine » s’énonce :

ANIMAL, VÉGÉTAL, MINÉRAL
ENVIRONNEMENTAL, SOCIAL, MENTAL
SOLEIL, VENT, PLUIE

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages cités

ASSOCIATION ARTEFACT. « Processus d’action artistique située ARTEFACT ». Centre de ressources de musiques actuelles (CRMA) & Plateforme (2020). http://www.artefact.org/crma-plateforme/action-culturelle/processus-daction-artistique-situee-artefact (page consultée le 8 novembre 2020).

BAUDRILLARD, Jean. « Kool Killer ou l’insurrection par les signes ». L’échange symbolique ou la mort. Paris : Gallimard, 1976. 128–138.

BOIDY, Maxime. « Qu’est-ce qu’un bloc en politique? Techniques du voir et techniques de l’apparaître ». Techniques & Culture 74, « Semer le trouble. Soulèvements, subversions, refuges » (2020) : 40–55.

CARERI, Francesco. Walkscapes : La marche comme pratique esthétique. Paris : Jacqueline Chambon ; Arles : Actes Sud, 2013.

DE CERTEAU, Michel. L’Invention du quotidien, 1. Arts de faire. Paris : Gallimard, 1990.

DE SOLA-MORALES RUBIO, Ignasi et Luc LEVESQUE (traduction). « Urbanité intersticielle ». Inter 61 (1995) : 27–28.

EGANA, Miguel et Olivier SCHEFER, dir. Esthétique des ruines. Poïétique de la destruction. Rennes : PUR, 2015.

KEHR, Anne-Sophie. « Infrastructures positives : Un désastre magnifique ». Mai 2021. In: Dossier « Réparer la ville » prévu pour L’Architecture d’aujourd’hui. No 444. Juin 2021 [non publié].

MORETTO, Sabrina. « L’expertise d’usage au défi de la concertation : quelles marges de manœuvre pour les usagers des transports ? ». Communication aux premières journées doctorales sur la participation du public et la démocratie participative. École Normale Supérieure de Lyon, 27–28 novembre 2009. http://www.participation-et-democratie.fr/l-expertise-d-usage-au-defi-de-la-concertation (page consultée le 28 octobre 2020).

SCHNAPP, Alain. Une histoire universelle des ruines. Des origines aux Lumières. Paris : Seuil, 2020.

SCHNAPP, Alain. « Alain Schnapp : ‘La ruine, c’est un indicateur de l’équilibre nécessaire entre passé et présent’ ». « La Grande Table idées », prod. Olivia Gesbert. France Culture. 18 février 2021. 32 min. https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-grande-table-idees/alain-schnapp-la-ruine-c-est-un-indicateur-de-l-equilibre-necessaire-entre-passe-et-present-2818267 (page consultée le 9 septembre 2022).

SERRES, Michel. Le Mal propre : Polluer pour s’approprier ?. Paris : Le Pommier, 2008.

STALKER. À travers les territoires actuels. Paris : Les nouvelles éditions Place, 2000.

VASSET, Philippe. Un Livre Blanc : Récit avec cartes. Paris : Fayard, 2007.

Haut de page

Notes

1 « Il s’agit de considérer l’expertise d’usage comme une expertise du quotidien fondée notamment sur des compétences et des savoir-faire liés à la pratique et à l’usage d’un territoire et des composantes qui le constituent (équipements, infrastructures, services publics…). […] Les savoirs d’usage sont notamment mobilisés dans des instances participatives qui s’inscrivent dans le cadre d’un nouveau management public […]. L’idée générale est d’adapter l’action publique aux besoins des usagers par l’intermédiaire d’instruments tels que les enquêtes de satisfaction, les panels d’usagers, ou encore par le biais d’instruments “plus discursifs” favorisant le dialogue et la mise en partage des connaissances des différentes parties prenantes par l’intermédiaire de groupes de travail ou encore des conseils de quartiers ». (Moretto 2).

2 Anne Jauréguiberry et Mathieu Tremblin ont tou·te·s deux été convié·e·s à prendre part à la démarche mise en œuvre par l’association Artefact de « diagnostic sensible, artistique et participatif » avec les habitant·e·s et artistes de la ville, à l’adresse des pouvoirs publics dans le cadre de la rénovation urbaine du quartier. Le diagnostic s’articule autour de processus conjoints menés de manière autonome par des artistes, des acteur·ice·s et des publics constitués avec des partenaires sociaux du territoire. Iels produisent des contenus d’auteurs sur la base de pratiques artistiques et exploratoires urbaines ou collectent des matériaux qui alimentent un corpus de “relevés sensibles” traduit sous forme de rapport diagnostique constamment alimentés. Ce diagnostique est partagé auprès des décideur·se·s, penseur·se·s et professionnel·le·s de la transformation urbaine et vient enrichir leur expertise. (Association Artefact)

3 Voir : https://va-jouer-dehors.fr/ (page consultée le 23 août 2022).

4 L’ambition affichée est de rassembler « la plus grande agence éphémère d’architecture du monde ». Ce deuxième événement fait suite à un think tank ayant eu lieu en octobre 2021. Voir : https://www.youtube.com/watch?v=xEQfrWCWhrA (page consultée le 23 août 2022).

5 Les logos des partenaires sont énumérés à la fin de la vidéo de documentation de l’événement. En plus des entreprises qui ont à charge la transformation de la zone, on relève des structures associatives comme la Friche La Belle de Mai ou pédagogiques comme l’ENSA Marseille comme, semi-publiques comme SNCF Immobilier et d’autres privées comme le constructeur Léon Grosse.

6 Le frontispice de l’ouvrage Leviathan, or The Matter, Forme, & Power of a Common-wealth Ecclesiasticall and Civill de Thomas Hobbes of Malmesbury, publié en 1651, est iconique. Sur cette gravure attribuée à Abraham Bosse et illustrée à partir des instructions de Hobbes, on trouve un personnage dont la tête est celle du souverain — reconnaissable à sa couronne —, mais dont le corps est composé de milliers d’individus — le peuple qu’il gouverne. Le sociologue Maxime Boidy recourt souvent à cette illustration pour poser une réflexion sur les « corps sans tête » des manifestations des Gilets Jaunes. Elle lui permet d’ouvrir à une analyse des nouvelles formes politiques de la foule. (Boidy 40–55)

7 Par exemple, la Ville de Rennes emploie des civil·e·s pour la réalisation d’enquête de circulation. Ces agent·e·s remplissent un formulaire et comptabilisent les passages des piéton·ne·s, vélos et voitures. L’approche, purement statistique, va servir d’appui à la décision du service de l’urbanisme pour la piétonisation d’une voie.

8 Cette personnification de la ville trouve une longue généalogie dans la littérature ou le cinéma. Voir par exemple : Godard, Jean-Luc, réal. Deux ou trois choses que je sais d’elle. France ; Italie : Argos Films ; Anouchka Films ; Les Films du Carrosse ; Parc Films, 1967, 95 min.

9 Cette formule est empruntée à l’artiste urbain Obêtre qui réalise une intervention en mars 2013 dans le tunnel du midi à Bruxelles, en faisant apparaître en réserve par une opération de nettoyage le lettrage « LE MAL PROPRE » dans la couche de particules de carbone qui recouvre les murs. Tandis qu’une collective anonyme lui répond en procédant de la même manière pour faire apparaître un lettrage « LE BIEN SALE » à l’autre bout du tunnel quelques semaines plus tard. Voir : https://www.brusselslife.be/fr/article/jeux-de-mots-pour-un-tunnel (page consultée le 2 septembre 2022).

10 La relation entre ruine de l’œuvre et œuvre en ruine en tant que modalité esthétique est abordée dans un ouvrage collectif : Egaña, Miguel et Schefer, Olivier, dir. Esthétique des ruines. Poïétique de la destruction. Rennes : PUR, 2015.

11 Villeglé, Jacques. Fils d’acier (Chaussée des Corsaires). 1947. Voir : https://www.centrepompidou.fr/fr/ressources/oeuvre/cEnpexg (page consultée le 9 septembre 2022).

12 Voir : https://espacejacquesvillegle.com/sculptures (page consultée le 9 septembre 2022).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Vue du quartier des Crottes . 15 mai 2021. Marseille (Fr)
Crédits © Photographie : Mathieu Tremblin.
URL http://journals.openedition.org/interfaces/docannexe/image/6995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Titre Figure 2. « Mindmap autour de la transformation de l’infrastructure de l’A35 réalisée par l’équipe de l’ENSAS ». 15 mai 2021. Marseille (Fr).
Crédits © Photographie : Mathieu Tremblin.
URL http://journals.openedition.org/interfaces/docannexe/image/6995/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 3. Tremblin, Mathieu. Veille urbaine. 16 mai 2021. Marseille (Fr)
Crédits © Photographie : Mathieu Tremblin.
URL http://journals.openedition.org/interfaces/docannexe/image/6995/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 4. Tremblin, Mathieu. Veille urbaine. 16 mai 2021. Marseille (Fr)
Crédits © Photographie : Mathieu Tremblin.
URL http://journals.openedition.org/interfaces/docannexe/image/6995/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 5. Tremblin, Mathieu. Veille urbaine. 30 septembre 2022. Marseille (Fr)
Crédits © Photographie : Mathieu Tremblin.
URL http://journals.openedition.org/interfaces/docannexe/image/6995/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 6. Tremblin, Mathieu. Addressing the pedestrian: a matter of scale and perspective. 2017
Crédits © Photographie Mathieu Tremblin.
URL http://journals.openedition.org/interfaces/docannexe/image/6995/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Figure 7. Downey, Brad. Searching for Something Concrete. 2010
Crédits © Avec accord de l’artiste. Source https://www.braddowney.com/​
URL http://journals.openedition.org/interfaces/docannexe/image/6995/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 8. Jongeleen, Jeroen. Ghost. 2008. Rotterdam (NL)
Crédits © Avec accord de l’artiste, source : http://www.jeroenjongeleen.nl/​
URL http://journals.openedition.org/interfaces/docannexe/image/6995/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 9. Tremblin, Mathieu. Crépuscule. 2020–2021. Strasbourg (Fr)
Crédits © Photgographie : Mathieu Tremblin.
URL http://journals.openedition.org/interfaces/docannexe/image/6995/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jauréguiberry et Mathieu Tremblin, « Dans les interstices et les plis du tissu urbain, une « microruine » »Interfaces [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 30 juin 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/interfaces/6995 ; DOI : https://doi.org/10.4000/interfaces.6995

Haut de page

Auteurs

Anne Jauréguiberry

ENSAS, Strasbourg

Anne Jauréguiberry est architecte et urbaniste, fondatrice de l’agence aupa et maître de conférences en Ville et Territoire à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS). Son agence développe le projet urbain en ayant une approche morphologique, contextuelle et environnementale à travers les thèmes suivants : Prospective urbaine, Master plan, Projet de territoire ; Renouvellement urbain ; Mission d’architecte coordinateur de ZAC ; Urbanisme du transport ; Maîtrise d’œuvre d’espace public ; Maîtrise d’œuvre architecturale.

Mathieu Tremblin

ENSAS, Strasbourg

Mathieu Tremblin est artiste-chercheur, docteur en arts visuels (Université de Strasbourg) et maître de conférences en Arts et Techniques de la Représentation à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS). Tremblin s’inspire des pratiques et expressions anonymes, autonomes et spontanées dans l’espace urbain. Il met en œuvre des processus de création ou des actions simples et ludiques pour questionner les systèmes de législation, de représentation et de symbolisation de la ville. Il développe aussi une recherche-création autour des liens entre pratiques artistiques urbaines, urbanités et globalisation. Elle prend la forme de direction éditoriale, de curation d’exposition ou encore de propositions collaboratives : Éditions Carton-pâte, Paper Tigers Collection, Office de la créativité, Post-Posters, fonds documentaire de l’Amicale du Hibou-Spectateur.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search