Navigation – Plan du site

Le Contre Rufin et le Contre Eutrope de Claudien : un miroir des princes inversé

Anaïs Perret

Résumés

Notre article propose une réflexion sur les invectives de Claudien, deux poèmes qui ne célèbrent pas l’empereur ou son général, mais vilipendent les ennemis de l’Empire. L’enjeu porte sur le statut de ces œuvres : simples attaques ad hominem ou miroir du prince en négatif ? Les invectives reprennent de manière inversée et amplifiée les thèmes de l’éloge, proposant ainsi pour le prince un miroir inversé, celui de l’exemple à ne pas suivre. En outre, via les différents niveaux de discours ainsi que des références intertextuelles et intratextuelles notamment, ces deux pièces incarnent une réponse aux maux de l’Empire.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Rome

Auteurs modernes cités :

Charlet (J.‑L.)
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir les panégyriques pour les troisième, quatrième et sixième consulats d’Honorius.
  • 2 Stilicon est célébré dans les trois livres de la Laus Stiliconis, composés en 400.

1Au sein des poèmes politiques de Claudien, le Contre Rufin et le Contre Eutrope occupent une place particulière : ils contrastent avec les panégyriques composés à l’occasion de consulats, non seulement de l’empereur Honorius1 mais aussi d’autres personnages politiques ayant exercé cette charge, au premier rang desquels Stilicon2. Plutôt que de célébrer les dignitaires de l’Empire, les invectives attaquent ceux qui l’ont mis en péril : le tyran Rufin et le consul Eutrope. Elles dressent des portraits négatifs de ces deux personnages, véritables menaces pesant sur Rome : rien de leurs vices ni de leurs crimes n’est épargné au public de Claudien.

  • 3 Nous faisons ici allusion à l’expression « miroir au prince » de Einar Már Jónsson : « Un “miroir a (...)

2De manière étonnante, ces invectives mettent également en avant l’empereur Honorius, mais surtout son général Stilicon. Dans des poèmes qui ne leur sont a priori pas destinés, la place de ces deux figures nous invite à reconsidérer le statut et la fonction de ces invectives dans l’œuvre de Claudien. Visent-elles seulement à vilipender les ennemis de Rome ? Si l’invective est un basilikos logos négatif, on pourrait alors la considérer comme un miroir3 déformé, tendu au prince. La peinture de l’Empire mis à mal suggère-t‑elle un enseignement et un mode d’action au prince ?

3C’est en ce sens que nous nous proposons d’étudier le Contre Rufin et le Contre Eutrope : nous déterminerons la manière dont ces pièces s’inscrivent dans une rhétorique du blâme, et le lien qu’elles entretiennent avec l’éloge. Nous nous attacherons également aux points de contraste, aux endroits saillants où Claudien révèle une autre fonction de ces invectives.

Le spectacle des ennemis de Rome

4Les ennemis de Rome et leur portrait constituent un miroir en négatif du comportement à avoir.

Un miroir des vices

  • 4 Nous nous appuyons ici sur la définition de Ménandre le Rhéteur que nous détaillerons par la suite.

5Dans un premier temps, nous traiterons du rapport des invectives avec le basilikos logos4, le discours ordinairement destiné au roi, à travers deux points. Le Contre Rufin et le Contre Eutrope relèvent du blâme, pendant négatif de l’éloge auquel il a souvent été réduit. Peu d’ouvrages de rhétorique antique s’intéressent, en effet, à la structure et aux thématiques du blâme en soi (uituperatio latine et psogos grec) : ces dernières ne sont évoquées qu’en négatif de l’éloge. Les catégories du blâme ne sont que les reprises inversées de celles de l’éloge.

6Le basilikos logos tel que le définit Ménandre le Rhéteur repose sur l’articulation de plusieurs thèmes que l’orateur reprend. Nous suivrons ici les catégories qu’il établit : en premier lieu se trouvent un exorde, puis un exposé de l’origine (la famille, la naissance), la nature (de corps et d’esprit) et l’éducation (anatrophê) – souvent centré sur la petite enfance et dans lequel les comparaisons avec Achille et Chiron sont fréquentes. Viennent ensuite le caractère, les actions et les vertus (tempérance, prudence, constance, justice). On trouve également des comparaisons (synkrisis), des considérations sur la fortune, et enfin une péroraison qui s’achève sur une prière pour l’empereur.

7Le Contre Rufin et le Contre Eutrope reprennent ces caractéristiques avec une insistance particulière sur les origines et l’éducation des deux hommes.

  • 5 Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 89-92. Observer notamment le rejet du nom de Rufin au début du ver (...)
  • 6 Voir Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 78.

8Rufin est envoyé sur terre par Mégère. Celle-ci évoque le monstre redoutable qu’il est devenu, surpassant même la créature infernale5. Le livre 1 du Contre Eutrope détaille l’enfance d’Eutrope, marquée par sa castration, puis, de manière parodique, le drôle de cursus honorum qui l’a conduit d’eunuque-esclave à leno, puis consul en 3996. Leur éducation respective est un renversement des modèles habituellement présentés et semble déjà préfigurer les crimes que ceux-ci commettront. En guise d’actions et de vertus, ce sont les méfaits et les vices de ces personnages qui sont exposés, conduisant principalement à la ruine et au pillage de l’Empire.

9Les vertus sont ici remplacées par les vices des deux tyrans, mis en exergue : la topique du tyran est présente dans le Contre Rufin comme dans le Contre Eutrope.

10Chez Rufin se manifeste surtout la cupidité, soulignée à de nombreuses reprises ; chez Eutrope, outre ce vice, sont également dénoncés la mollesse, l’inaction, et donc le manque de virilité, sans compter les accusations de luxure colportées sur ce personnage. Les vices de l’eunuque sont également démultipliés par la présence de deux de ses sbires, Hosius et Léon, dont Claudien dresse des portraits à charge.

  • 7 Charlet (éd.) 2000.

11La place que prennent les vices est prépondérante, non seulement dans les portraits et actions de ces personnages, mais également dans différentes scènes. À l’assemblée des Furies du livre 1 du Contre Rufin siège également un cortège de vices : les personnifications enfantées par la nuit. Claudien s’inspire ici, ainsi que l’a montré J.‑L. Charlet dans son édition7, de descriptions des Enfers chez Virgile (A. 6, 273-280), Ovide (Met. 4, 481‑485), Stace (Theb. 7, 40-54) et Silius (13, 579-587), entre autres. Mais Timor se substitue à Metus chez Virgile, Pauor et Terror chez Ovide ; fait important, on constate l’ajout de trois personnifications, Audacia, Auaritia et Luctus, qui reflètent les vices prêtés à Rufin, sur lesquels nous reviendrons.

  • 8 Fo 1982.

12En ce sens, l’assemblée des Furies évoquée précédemment s’inscrit dans cette logique : la version mythologique que propose Claudien des événements de 395-396 se place sous le patronage de l’assemblée des Furies aux Enfers, transposition de l’assemblée des dieux. Ce ne sont plus les dieux qui président aux destins du monde, mais une assemblée infernale. Ce renversement épique occupe ici une place importante, ainsi que l’ont montré A. Fo8 et, à sa suite, J.‑L. Charlet. Rufin apparaît comme véritable héros du mal, surpassant même Mégère qui l’envoie sur terre comme monstre suprême. Claudien suggère, plus qu’il ne le dit, qu’à ce héros négatif – Rufin – seul Stilicon, héros positif, peut s’opposer, ainsi qu’en attestera le déroulement du Contre Rufin. Les six premiers vers du deuxième livre du Contre Rufin rappellent la maiestas de Stilicon et nous indiquent déjà, au seuil du poème, la place qui revient à Stilicon (Claudien, carm. 5 [= in Ruf. 2], 1–6) :

Iam post edomitas Alpes defensaque regna
Hesperiae merita complexus sede parentem
Auctior adiecto fulgebat sidere mundus,
Iamque tuis, Stilicho, Romana potentia curis
Et rerum commissus apex, tibi credita fratrum
Vtraque maiestas geminaeque exercitus aulae.

« Déjà le père avait dompté les Alpes, il avait défendu
Le règne d’Hespérie et occupait le séjour mérité :
Le monde brillait agrandi de l’adjonction d’un astre ;
Déjà la puissance romaine et le faîte des choses avaient été commis
À tes soins Stilicon ; la majesté de l’un et l’autre frère,
Les armées des deux cours t’avaient été confiées. »

13En tant qu’invectives, nos deux poèmes semblent bien présenter des éléments de basilikos logos inversé, montrant notamment des vices et des méfaits exacerbés, bien loin de l’image traditionnelle du miroir des princes.

Le cœur de l’Empire menacé par un péril moral

14L’analyse des actions des deux tyrans, des deux fléaux, semble nous guider vers la possible lecture d’un miroir tendu aux princes. Outre la rapine, le pillage, les guerres, c’est la ruine de l’Empire romain dans ses fondements qui est présentée. L’Empire, et sa partition entre les deux fils de Théodose, est menacé par Rufin, tandis que ce sont le consulat et les institutions que dénature Eutrope – un castrat fait consul – plus que ne le ferait une femme (Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 305-307) :

  • 9 Cf. Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 25-38 : auidus adjectif, audet écho à audacia et auaritia.

Sic auidus praedo iam non per singula saeuit.
Sed sceptris inferre minas omnique perempto
Milite Romanas audet prosternere uires9.

« Ainsi l’avidité de ce brigand ne sévit plus sur des individus,
Mais ose porter ses menaces contre le sceptre, abattre
Par la mort de tous ses soldats la puissance romaine. »

15On note, dans ces quelques vers, une insistance sur les vices de Rufin, dans une correspondance avec les fléaux engendrés par Nox, mais ces vices ne concernent plus uniquement les victimes humaines du tyran : c’est l’Empire même qui est attaqué (métonymie du sceptrum et mention des uires romanas).

16Ces attaques se retrouvent également en Contre Rufin 2, aux vers 380 et suivants. Rufin, inconscient du danger qui le cerne, au sens littéral, conjure Arcadius de lui accorder l’Empire (Claudien, carm. 5 [= in Ruf. 2], 380-383) :

[…] Cingi se feruidus ille
Nescit adhuc grauiterque apprensa ueste morantem
Increpat Augustum : scandat sublime tribunal,
Participem sceptri, socium declaret honoris

« Dans son ardeur, Rufin ignore encore
Qu’il est cerné ; il saisit le manteau de l’empereur
Et lui reproche vivement de différer : qu’il monte à la haute tribune,
Qu’il le proclame associé au sceptre, uni à sa magistrature ».

17Dans ces deux cas, le sceptre dont souhaite se saisir Rufin constitue une métonymie de l’Empire ; les crimes de Rufin en visent la cime.

  • 10 Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 412-414 : Ecce recens isdem clades a partibus exit / Terrorisque (...)
  • 11 Voir Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 26-28 et carm. 20 [= in Eutr. 2], 54-63.

18Eutrope, quant à lui, est qualifié de clades (« désastre, fléau »). Celui-ci n’est identifié que deux vers plus bas en rejet, le nom d’Eutrope étant apposé à sa fonction de consul10. La comparaison in absentia renvoie ici à Gildon, précédent fléau qui a déferlé sur l’Empire romain. Si, ici, la fonction de consul est directement nommée, elle est la plupart du temps représentée par les attributs consulaires, notamment la trabée, les faisceaux consulaires mais également la chaise consulaire. Ces attributs sont ici souillés par la marque d’un esclave11. Sont à nouveaux mentionnés la trabée (après les Quirinales cinctus ; amictus romuleus) et les faisceaux consulaires (pas même confiés à Camille, pourtant héroïque) dans le Contre Eutrope, livre 2, vers 54 à 63.

19L’ensemble des fonctions dévoyées par l’eunuque se trouvent résumées en un vers lapidaire : le commandement des armées, la justice et le consulat (Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 284-286) :

[…] Gestis pro talibus annum
flagitet Eutropius, ne quid non polluat unus,
dux acies, iudex praetoria, tempora consul !

« C’est pour de tels faits, qu’Eutrope réclame l’année
Afin qu’il puisse à lui seul tout souiller :
Le général, l’armée ; la juge, le prétoire et le consul, les fastes ! »

20Basilikos logos inversé, les deux invectives sont à charge contre deux tyrans. Les poèmes déroulent rapidement les différents événements militaires, mais accentuent en revanche les vices de Rufin et Eutrope. Ils exposent également le danger qu’ils font encourir à l’Empire dans ce qu’il a de fondamental : le pouvoir en soi, sur lequel Rufin tente de mettre la main, et les institutions, qui sont dévoyées par la simple présence d’Eutrope. On peut lire dans l’exacerbation de ces deux points une manière de dessiner par antithèse la conduite que doit adopter le prince : se tenir loin des vices et tenir Rome éloignée des dangers. Face aux désastres que représentent ces parangons de vice, le discours de Claudien exhorte en creux Honorius et Stilicon à adopter la conduite inverse.

Les recommandations au prince

  • 12 Voir notamment Zarini 2008.

21En parallèle de l’invective et du portrait des tyrans, Claudien laisse place à un portrait de Stilicon et Honorius. L’apparition de ces personnages se fait le plus souvent en dehors de la narration principale : dans les préfaces et dans les discours qui jalonnent le texte12. Ce second moment nous amènera à voir comment les différentes formes de discours permettent la mise en place d’un miroir au prince. De la préface – parole liminaire de l’auteur sur son poème – au discours inséré dans le poème, Claudien nous propose ici une seconde lecture : les invectives ne sont plus réductibles au simple blâme.

Stilicon, nouvel Apollon

  • 13 Sur les préfaces chez Claudien, et notamment les deux préfaces du Contre Rufin, nous renvoyons à Bu (...)
  • 14 La préface du Contre Eutrope constituerait, en fait, un poème de circonstance, au moment où Eutrope (...)

22Les livres 1 et 2 du Contre Rufin sont précédés d’une préface13, tout comme le livre 2 du Contre Eutrope14. Les préfaces de l’invective contre Rufin font toutes deux mention de Stilicon ; il est, en revanche, absent de la préface au livre 2 du Contre Eutrope, dont le statut est ambigu et que nous ne traiterons donc pas ici. La préface du livre 1 du Contre Rufin se divise selon une double structure : en premier lieu, une évocation d’Apollon terrassant le Python, vers 1 et suivants ; puis un retour au temps présent (nunc) et la mention d’un nouveau Python, terrassé par les traits du maître (Claudien, carm. 2 [= in Ruf. 1, praef.], 1 et 15) :

Phoebeo domitus Python cum decidit arcu
(…)
Nunc alio dominitelis Pythone perempto

« Quand, dompté par l’arc de Phébus, Python eut succombé
(…)
Aujourd’hui qu’un autre Python a péri des traits de son maître »

23La mention d’un autre Python fait référence à Rufin en une métaphore in absentia ; la mention de domini reste peu claire. On peut supposer qu’il s’agit soit d’Honorius (le dominus, au sens du titre impérial), soit de Stilicon (cf. Claudien, Carm. 5 [= in Ruf. 2], 305 – les iaculis dont Rufin se croit protégé – et Claudien, Carm. 5 [= in Ruf. 2], 402 – dextra le bras de soldat par lequel Stilicon frappe Rufin).

24La préface du livre 2 suit le même schéma . Après le retour possible d’Apollon et des Muses à Delphes, Claudien revient au présent avec une apostrophe à Stilicon (Claudien, carm. 4 [= in Ruf. 2, praef.], 13-14) :

Immensis, Stilicho, succedant otia curis
Et nostrae patiens corda remitte lyrae,

« À cette immense tâche, ô Stilicon, que le repos succède,
Et relâche ton cœur en supportant ma lyre »

Le récit de la ruine de Rome : une injonction à l’action

25Si les préfaces exposent le projet poétique de Claudien, les discours sont l’occasion, pour le poète, de déléguer sa parole : à l’autorité du poète se substitue celle de différentes entités. Force est de constater dans ces deux invectives la place prépondérante de plusieurs discours, notamment celle de la prosopopée de Rome, le deuxième plus long discours dans les œuvres de Claudien après le discours de Théodose à son fils sur l’art d’être empereur (Claudien, carm. 8 [= paneg. dictus Honorio cos. IV], 214-352). Les discours peignent le tableau des vices et des événements survenus, mais ils sont également porteurs d’une autre voix poétique, une autre facette du propos du poète qui invite à l’action.

26Nous nous attarderons particulièrement sur les discours suivants :

  • Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 342-348 : discours de Jupiter ;
  • Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 368-386 : la réponse de Iustitia à Mégère ;
  • le discours de Rome et celui de l’Aurore dans le Contre Eutrope 1 et 2.

Les discours de Iustitia, de Rome et de l’Aurore constituent chacun le mouvement conclusif d’un des livres des invectives. Ce sont des lieux clefs, où l’on ne peut que constater le retrait du poète qui laisse ici la place aux divinités pour porter une autre parole.

  • 15 Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 344 : Meus ecce paratur / Ad bellum Stilicho, qui me de more tropa (...)

27Le discours de Jupiter15 fait suite à une prière adressée à Mars par Stilicon, qui se prépare à marcher contre les barbares alliés à Rufin. Le discours de Jupiter est sans appel : le père des dieux prête allégeance au général. On notera ici l’emploi hypocoristique de meus à propos de Stilicon et la répétition de l’adjectif communis, rapporté aux trompettes et à leur sonnerie. Enfin le verbe sequor (suivre) marque une décision ferme : Jupiter suivra Honorius.

28La réponse de Justitia à Mégère fait de Stilicon l’ultor attendu ; Honorius ne vient, pour sa part, qu’en second, et la Justice lui promet un temps de bonheur (laeto aeuo), prophétie sur laquelle nous reviendrons.

  • 16 Voir la double comparaison animalière (le jeune taureau et le lionceau) qui fait d’Honorius la prog (...)

29Au livre 1 du Contre Eutrope, Rome n’est que joie à la vue d’Honorius, le texte met en avant la grandeur du prince (alumno tanto), l’admiration de la déesse pour l’empereur prenant une teinte maternelle16. Ensuite, avant sa prise de parole, Rome est désignée comme ingens face au iuuenis qu’est Honorius : son discours ne traduit plus seulement l’admiration mais les conseils d’une mère (Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 384-385 et 390) :

Laeta subit Romam pietas et gaudia paene
mouerunt lacrimas tantoque exultat alumno.
(…)
Dimouit nebulam iuuenique apparuit ingens.

« Une tendre gaîté envahit Rome et sa joie lui arrache presque
Des pleurs : elle exulte d’avoir nourri un si grand homme.
(…)
Écartant la nuée, elle apparut, immense, au jeune prince. »

  • 17 Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 423-425: Tenero tractari pectore nescit / publica maiestas. Numq (...)

30En premier lieu, la déesse s’insurge contre les fléaux que subit Rome (Gildon, puis Eutrope) ; encore une fois, c’est la mollesse d’Eutrope qui est soulignée17. Puis vient une suite d’exemples historiques, avant trois adresses distinctes de la déesse : aux Eunuques (v. 466-484), et enfin une double injonction à Honorius et Stilicon : en lieu et place du poète, c’est la déesse Rome qui s’adresse à son fils Honorius (v. 484-499), seul sauveur possible, et enfin à Stilicon (v. 500-513). Le livre 1 du poème s’achève donc par une adresse à Stilicon et une injonction à punir Eutrope.

  • 18 Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 500-503 : Quid trahor ulterius ? Stilicho, quid uincere differs,(...)

31Le discours de Rome à Honorius et Stilicon se veut performatif : par ses paroles, la déesse, et à travers elle le poète, entend donner une ligne de conduite à tenir à Honorius et Stilicon. Pour le premier, il s’agit de défendre les faisceaux consulaires, symbole ici du consulat que le poète a décrit de manière répétée comme menacé. Pour Stilicon, c’est une invitation à agir et à punir, sans différer, le coupable Eutrope18.

32Au livre 2 du Contre Eutrope, l’Aurore endeuillée parle à Stilicon et lui adresse, en personne, une supplique. Délaissée par le général, elle énumère les tyrans vaincus tour à tour : Eugène, Rufin, Eutrope. Les aléas de la Fortune (v. 543-550) sont alors évoqués par l’Aurore : après avoir cru être délivrée de Rufin par Stilicon, un autre fléau héritier de Rufin surgit. Les vers 541 à 545 établissent un lien clair entre les deux invectives : une conception presque cyclique où reviennent les mêmes infortunes (mention du Luctus au vers 551, déjà présent lors de l’assemblée des Furies). Les vers 561-563 font à nouveau état des vices de l’Eunuque, dans une diatribe semblable à celle de Rome. Suivant le même mouvement que le discours de Rome, l’Aurore termine sa supplique par un appel à Stilicon. Honorius est laissé de côté dans son discours et Stilicon apparaît bien comme seul espoir et défenseur, aux vers 591 et 599. Ces derniers vers martèlent le souhait d’une union entre les deux parties de l’Empire, sous l’égide de Stilicon.

  • 19 Voir également le discours Mars à Bellone (Claudien, carm. 20 [= in Eutr. 2], 124-128).

33Dans ces discours, la parole auctoriale est déléguée aux divinités les plus hautes : Jupiter, la Justice, Rome, Mars, mais aussi l’Aurore, demandent la protection de Stilicon, s’adressant tour à tour à Honorius ou au général lui- même. Stilicon apparaît ainsi comme seul rempart possible face aux tyrans qui menacent l’Empire, seul sauveur de l’Empire. Toutes les divinités se rangent sous Stilicon, se livrant tour à tour à une laus Stiliconis avant l’heure19, qui sera ensuite réalisée par Claudien en 400.

34L’invective n’est plus seulement poème à charge ; prudemment le poète dessine à travers les paroles des divinités un manuel de gouvernement à l’usage d’Honorius. Nous nous attacherons dans un dernier moment à examiner comment ces conseils déguisés prennent forme chez Claudien.

Un manuel pour le retour de l’âge d’or

35L’exemple des désastres subis par Rome, l’insistance sur sa ruine si grande que les divinités se font suppliantes, nous amènent à lire ces invectives comme un manuel à l’usage d’Honorius, un miroir tendu dans lequel voir le bon comportement à adopter par le prince.

Honorius-Stilicon : un couple nécessaire

36La nécessité de gouverner avec Stilicon est imposée à Honorius par Claudien. Les différents éléments de discours qui nous sont délivrés dessinent un couple Honorius-Stilicon indissociable. Ainsi dans le discours de Justice, où Stilicon vient avant Honorius, ce dernier est présenté comme l’artisan de la vengeance de l’Empire (Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 368-374) :

Diua refert : “non ulterius bacchabere demens.
Iam poenas dabit iste tuus, iam debitus ultor
inminet, et terras qui nunc ipsumque fatigat
aethera nec uili moriens condetur harena.
Iamque aderit laeto promissus Honorius aeuo
nec forti genitore minor nec fratre corusco,
qui subiget Medos, et cuspide proteret Indos”.

« La déesse répond : “ta folle bacchanale n’ira pas plus avant.
Voici que va payer ton monstre, voici qu’approche le vengeur
Qui lui est dû : celui qui à présent lasse la terre
Et l’éther même, à sa mort n’aura pas un grain de sable pour l’ensevelir.
Voici que va venir Honorius, promis à un temps de bonheur.
Il n’est inférieur ni à son vaillant père ni à son frère éblouissant.
Il soumettra le Mède et de son dard terrassera l’Indien.” »

37Au sein du discours de Rome, le poète réapparaît et met en scène la déesse qui part trouver Honorius. La description en action des deux hommes établit entre eux un lien de subordination, Honorius étant le gener de Stilicon (Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 377-380) :

Tum forte decorus
cum Stilichone gener
pacem inplorantibus ultro
Germanis responsa dabat legesque Chaucis
arduus et flauis signabat iura Sueuis.

« Or justement Honorius
Avec Stilicon son beau-père donnait réponse dignement
Aux Germains venus implorer la paix et d’en haut il scellait
Des lois pour les Caüques et des droits pour les blonds Suèves. »

38On peut voir dans ces associations où Stilicon l’emporte sur Honorius une invitation au jeune prince à s’effacer derrière le général, autrefois son tuteur dans le Contre Rufin et désormais son beau-père au moment où le Contre Eutrope est récité.

Stilico clipeus, pilote du navire-État

39Cette injonction esquissée est renouvelée par deux thématiques qui jalonnent nos invectives et sont toutes deux assimilées à Stilicon. Ce dernier est, en effet, au fil du texte comparé à la fois à un bouclier et à un pilote, dirigeant le navire qu’est l’État.

  • 20 La supplique de l’Aurore (Claudien, carm. 20 [= in Eutr. 2], 534-602), appelant de ses vœux la prot (...)

40Cette image semble traverser l’ensemble des invectives, à la fois dans le Contre Rufin et en conclusion du Contre Eutrope, ainsi que le montre le discours de l’Aurore20. De même, le discours du peuple dans le Contre Rufin le désigne comme clipeus (Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 264-265) :

Haec cunctis optata quies, haec sola pericli
Turris erat clipeusque trucem porrectus in hostem.

« C’était la paix que tout le monde souhaitait, c’était la seule tour
Contre notre danger, le bouclier tendu contre le cruel ennemi. »

41Le discours de l’Aurore fait donc écho à cette image de Stilicon comme bouclier tendu (porrectus). Ainsi, l’injonction est faite à Honorius de présenter Stilicon face aux dangers auxquels Rome est confrontée, et peut-être même de se ranger derrière lui, à l’instar de Jupiter qui a suivi ses troupes.

  • 21 Dans le premier livre de la Laus Stiliconis, le premier personnage auquel est comparé Stilicon est (...)

42Enfin, Stilicon est également présenté comme capitaine du navire-Empire. Cette image est classique et récurrente chez Claudien pour désigner la personne en charge de l’État21. Dans ce même discours du peuple au sein du Contre Rufin, les vers 275 et suivants sont particulièrement clairs : Stilicon est présenté comme l’astre qui relaie le capitaine, pilote d’un navire égaré, ballotté par les aléas de la navigation (Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 275-277) :

Te nobis trepidae sidus ceu dulce carinae
Ostendere dei, geminis quae lassa procellis
Tunditur et uicto trahitur iam caeca magistro.

« Les dieux t’ont présenté à nous, tel l’astre cher
À la carène ballottée qu’épuisent les coups redoublés
De l’ouragan et que son pilote vaincu entraîne, aveugle désormais. »

43Enfin, le discours de Rome, dans le Contre Eutrope, met en scène les mauvais types de conduite du bateau, et notamment celui de l’eunuque. Rome rejette (numquam) par une métaphore la possibilité pour des eunuques (et ici Eutrope) de devenir pilote d’un navire (eunuchi magistri) et, par extension, de l’État, voire du monde (Claudien, carm. 18 [= in Eutr.1], 423-428) :

Tenero tractari pectore nescit
publica maiestas. Numquam uel in aequore puppim
uidimus eunuchi clauo parere magistri.
Nos adeo sperni faciles orbisque carina
uilior
 ? Auroram sane, quae talia ferre
gaudet, et adsuetas sceptris muliebribus urbes
possideant

« Un cœur amolli ne sait gérer la majesté
De l’État. Jamais on n’a vu même sur mer
Une poupe obéir à un eunuque pilotant la barre.
Nous mépriser est-il donc si aisé ? Le monde vaut-il moins
Qu’un bateau ? Qu’ils aient l’Orient qui aime supporter
De telles mœurs, d’accord, et des cités habituées
Aux sceptres féminins. »

44Par la lecture en parallèle de ces deux invectives, de deux discours dont les thèmes sont complémentaires, on peut voir la mise en avant du bon type de gouvernance par Claudien, à travers la figure de Stilicon qui s’oppose à celle d’Eutrope, le terme de magister créant un écho entre ces deux comportements.

45Chaque mention d’Honorius est suivie d’une mention de Stilicon : ce procédé répété indique que, pour le poète, Honorius ne peut gouverner sans Stilicon. Que ce soit dans ses mots où par la bouche d’une divinité, Claudien insiste sur la nécessité pour Honorius de gouverner avec Stilicon, seul bouclier et seul astre guidant le navire de l’Empire.

Les conditions du retour de l’âge d’or

46Ces conseils donnés à Honorius permettraient un retour à l’âge d’or dont il serait le garant. À travers les discours de Justice et de l’Aurore se dessinent les promesses d’un retour à l’âge d’or. Par l’application des conseils essaimés au fil de ses invectives, l’âge d’or adviendrait, les deux parties de l’Empire étant à nouveau réunies.

47C’est parce que la Furie Allecto refuse l’âge d’or qui règne sous Honorius qu’elle convoque l’infernale assemblée et que Mégère envoie Rufin sur terre (Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 50-54) :

Heu nimis ignauae, quas Iuppiter arcet Olympo,
Theodosius terris. En aurea nascitur aetas,
En proles antiqua redit. Concordia, Virtus
Cumque Fide Pietas alta ceruice uagantur
Insignemque canunt nostra de plebe triumphum.

« C’est nous, hélas, si lâches, qu’écarte du ciel Jupiter
Et Théodose de la terre ! Voici que naît un âge d’or,
Voici le retour de l’antique race. L’Accord et la Vertu,
La Piété avec la bonne Foi vont et viennent la tête haute,
Chantent l’éclat de leur triomphe sur notre plèbe. »

  • 22 Je reprends la note de la page 79 de l’édition de J.‑L. Charlet. La prophétie s’inspire de celle de (...)

48À ce discours liminaire répondent en différé les discours de Iustitia et de l’Aurore : la première promet à Honorius un laetum aeuum, en une reprise de la prophétie de Jupiter au début de l’Énéide22 (Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 382-387) :

  • 23 Cf. Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 8 : ces prodiges sont surpassés par l’accession d’Europe au (...)

(…) subitis messor gaudebit aristis
Rorabunt querceta fauis ; stagnantia passim
Vina fluent oleique lacus ; nec murice tinctis
Velleribus quaeretur honos, sed sponte rubebunt
Attonito pastore greges pontumque per omnem
Ridebunt uirides gemmis nascentibus algae23.

« Des épis soudains réjouiront le moissonneur.
Les chênaies répandront une rosée de miel ; çà et là couleront
Une nappe de vin et des lacs d’huile ; on ne cherchera plus
À se parer de toisons teintes de murex : mais à la surprise du pâtre
Les troupeaux rougiront spontanément et sur toute la mer
Les algues vertes souriront à voir naître les gemmes. »

  • 24 Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 495-496 : Quid fertile terris, / quid plenum sterili possit sub (...)

49De la même manière, l’âge d’or est évoqué en creux par Rome à travers l’image de la stérilité, opposée à la fécondité proverbiale de cette période24. La stérilité est celle apportée par l’eunuque Eutrope, l’infertilité étant immédiatement liée à sa condition de castrat. Rome conjure Honorius de la sauver, en évitant que le monde soit retourné. L’infertilité des terres est un thème de la topique du monde sens dessus dessous : c’est l’ordre du monde que menace Eutrope.

Conclusion

50Ces invectives, en tant qu’elles relèvent du blâme, reprennent de manière inversée les thèmes de l’éloge. Ainsi, dans les panégyriques pour le consulat d’Honorius, la jeunesse et l’éducation du prince sont un moyen de montrer ses vertus et de conseiller une manière de gouverner à un puer. Ici, ces thèmes sont amplifiés, notamment en ce qui concerne les vices. Ils ne servent pas la seule uituperatio, mais proposent également un miroir inversé pour le prince, celui de l’exemple à ne pas suivre. Ce tableau des vices particulièrement développé trouve son aboutissement dans les dangers cristallisés dans la souillure des institutions et de l’Empire.

51Face à ces dangers s’esquissent en creux les solutions proposées par le poète à Honorius et Stilicon, les dangers amplifiés semblant appeler leur intervention. Ces deux figures sont effectivement présentes en marge du poème : c’est dans le décalage créé par les préfaces et les discours des divinités que le miroir des princes se fait jour. L’invective se teinte de conseils portés par des voix alternatives. Cette parole détournée et prudente de Claudien s’attache à conseiller Honorius, à le guider. La réponse aux maux de l’Empire, qui atteignent leur paroxysme à travers les deux figures ennemies de Rome, se trouve dans le gouvernement conjoint du prince et de son général, le premier s’effaçant presque au profit du second. C’est ainsi que la promesse de l’âge d’or pourra se réaliser, les tyrans de Rome incarnant son contraire.

Haut de page

Bibliographie

Textes anciens

Claudien, Œuvres. II, 1, Poèmes politiques (395-398), texte établi et trad. par J.‑L. Charlet, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 2000.

Claudien, Œuvres. II, 2, Poèmes politiques (395-398), texte établi et trad. par J.‑L. Charlet, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 2000.

Claudien, Œuvres. III, Poèmes politiques (399-404), texte établi et trad. par J.‑L. Charlet, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 2017.

The Invective In Rufinum of Claudius Claudianus, ed. with introd. and textual commentary by H. L. Levy, Genève , New York, W. F. Humphrey Press, 1935.

Claudiano, In Rufinum. Libro I, testo, trad. e commento a cura di A. Prenner, Studi latini 64, Naples, Loffredo.

Études modernes

Barr W. 1979, « Claudian’s In Rufinum: an Invective? », in Papers of the Liverpool Latin Seminar. Second Volume, 1979: Vergil and Roman Elegy, Medieval Latin Poetry and Prose, Greek Lyric and Drama, ARCA 3, Liverpool, F. Cairns, p. 179-190.

Bureau B. 2008, « Commencements et fin différés dans la poésie de Claudien », in B. Bureau, C. Nicolas (éd.), Commencer et finir. Débuts et fins dans les littératures grecque, latine et néolatine, Coll. du CEROR 31, Lyon, CERGR, p. 187-206.

Cameron A. 1970, Claudian: Poetry and Propaganda at the Court of Honorius, Oxford, Clarendon Press.

Charlet J.-L. 2005, « L’âge d’or dans la poésie de Claudien », in Y. Lehmann, G. Freyburger, J. Hirstein (éd.), Antiquité tardive et humanisme (de Tertullien à Beatus Rhenanus). Mélanges offerts à François Heim à l’occasion de son 70e anniversaire, Studia humanitatis Rhenana, Turnhout, Brepols, p. 197-208.

Fo A. 1982, Studi sulla tecnica poetica di Claudiano, Studi e ricerche dei “Quaderni catanesi”, Catane, C. Tringale.

Hadot P. 1972, « Fürstenspiegel », in Reallexikon für Antike und Christentum, VIII, Stuttgart, A. Hiersemann, col. 555-632.

Jónsson E. M. 1987, « La situation du Speculum regale dans la littérature occidentale », Études germaniques 42, p. 391-408.

1995, Le miroir. Naissance d’un genre littéraire, Histoire, Paris, Les Belles Lettres.

2006, « Les “miroirs aux princes” sont-ils un genre littéraire ? », Médiévales 51, p. 153-166. DOI : 10.4000/medievales.1461. URL : http://journals.openedition.org/medievales/1461.

Levy H. L. 1946, « Claudian’s In Rufinum and the Rhetorical Psogos », TAPhA 77, p. 57-65.

1958, « Themes of Encomium and Invective in Claudian », TAPhA 89, p. 336-347.

McEvoy M. 2013, Child Emperor Rule in the Late Roman West, AD 367–455, Oxford Classical Monographs, Oxford, Oxford University Press.

Pernot L. 1993, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, Coll. des études augustiniennes, Paris, Institut d’études augustiniennes, 2 vol.

Prenner A. 2001, « I “topoi” encomiastici nell’invettiva di Claudiano contro Rufino », Koinonia 25/1, p. 45-57.

— 2010, « L’“In Rufinum” di Claudiano: retorica, politica, propaganda », Koinonia 34, p. 217-241.

Schulte J. M. 2001, Speculum regis. Studien zur Fürstenspiegel-Literatur in der griechisch-römischen Antike, Antike Kultur und Geschichte 3, Münster, LIT.

Whitby M. (éd.) 1998, The Propaganda of Power. The Role of Panegyric in Late Antiquity, Mnemosyne. Suppl. 183, Leyde, Brill.

Zarini V. 2007, « Le prince au miroir des panégyriques versifiés dans la latinité tardive », in F. Lachaud, L. Scordia (dir.), Le Prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 45-67.

2008, « Les préfaces dans la poésie panégyrique de la latinité tardive », in B. Bureau, C. Nicolas (éd.), Commencer et finir. Débuts et fins dans les littératures grecque, latine et néolatine, Coll. du CEROR 31, Lyon, CERGR, p. 175-186.

Haut de page

Notes

1 Voir les panégyriques pour les troisième, quatrième et sixième consulats d’Honorius.

2 Stilicon est célébré dans les trois livres de la Laus Stiliconis, composés en 400.

3 Nous faisons ici allusion à l’expression « miroir au prince » de Einar Már Jónsson : « Un “miroir au prince” est un traité écrit pour un prince – et en général dédié à lui – qui a pour objet principal de décrire le prince idéal, son comportement, son rôle et sa situation au monde » (voir Jónsson 1995). Toutefois, cette définition du miroir au prince n’inclut pas le panégyrique (voir Zarini 2007, p. 45-47). Nous entendrons donc l’expression « miroir au prince » dans un sens plus large incluant les panégyriques, tels ceux pour les consulats d’Honorius.

Sur le miroir des princes comme forme littéraire, voir également Jónsson 1987, p. 391-408, et Jónsson 2006, p. 153-166 ; Hadot 1972 ; Schulte 2001.

4 Nous nous appuyons ici sur la définition de Ménandre le Rhéteur que nous détaillerons par la suite.

5 Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 89-92. Observer notamment le rejet du nom de Rufin au début du vers 92 : la bête n’est nommée qu’après une comparaison avec d’autres monstres. On se trouve ici face à une évocation mythologique de son éducation, son origine.

6 Voir Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 78.

7 Charlet (éd.) 2000.

8 Fo 1982.

9 Cf. Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 25-38 : auidus adjectif, audet écho à audacia et auaritia.

10 Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 412-414 : Ecce recens isdem clades a partibus exit / Terrorisque minus, sed plus habitura pudoris / Eutropius consul. […], «Voici que des mêmes contrées sort un nouveau fléau, Moins terrible, mais plus honteux : Eutrope le consul ». Le même procédé était déjà employé dans le Contre Rufin (voir Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 89-92).

11 Voir Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 26-28 et carm. 20 [= in Eutr. 2], 54-63.

12 Voir notamment Zarini 2008.

13 Sur les préfaces chez Claudien, et notamment les deux préfaces du Contre Rufin, nous renvoyons à Bureau 2008.

14 La préface du Contre Eutrope constituerait, en fait, un poème de circonstance, au moment où Eutrope déchu est exilé à Chypre, mais avant la nouvelle de son arrivée effective sur l’île (la confirmation n’est pas encore parvenue à Milan). D’où son statut ambigu.

15 Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 344 : Meus ecce paratur / Ad bellum Stilicho, qui me de more tropaeis / Ditat et hostiles suspendit in arbore cristas. / Communes semper litui, communia nobis / Signa canunt iunctoque sequor tentoria curru, « Voici que mon cher Stilicon Se prépare à la guerre : il est accoutumé à m’enrichir De trophées et suspend aux arbres les plumets ennemis. Nos trompes sont toujours communes et communes leurs sonneries : J’attelle mon char pour suivre ses tentes ».

16 Voir la double comparaison animalière (le jeune taureau et le lionceau) qui fait d’Honorius la progéniture de Rome.

17 Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 423-425: Tenero tractari pectore nescit / publica maiestas. Numquam uel in aequore puppim / uidimus eunuchi clauo parere magistri, « Un cœur amolli ne sait gérer la majesté De l’État. Jamais on n’a vu même sur mer Une poupe obéir à un eunuque pilotant la barre ».

18 Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 500-503 : Quid trahor ulterius ? Stilicho, quid uincere differs, / dum certare pudet ? Nescis quod turpior hostis / laetitia maiore cadit ?, « Pourquoi aller plus loin ? Pourquoi diffères-tu de vaincre, Ô Stilicon, par honte de lutter ? Un ennemi plus honteux tombe Avec plus grande joie, l’ignores-tu ? »

19 Voir également le discours Mars à Bellone (Claudien, carm. 20 [= in Eutr. 2], 124-128).

20 La supplique de l’Aurore (Claudien, carm. 20 [= in Eutr. 2], 534-602), appelant de ses vœux la protection de Stilicon, clôt le livre 2 du Contre Eutrope. Les vers finaux (v. 601-602) déploient à nouveau l’image de Stilicon bouclier de l’Empire : clipeus nos protegat idem / unaque pro gemino desudet cardine uirtus !, « qu’un même bouclier nous couvre, Qu’un seul courage se fatigue à servir les deux mondes ».

21 Dans le premier livre de la Laus Stiliconis, le premier personnage auquel est comparé Stilicon est le pilote Typhis.

22 Je reprends la note de la page 79 de l’édition de J.‑L. Charlet. La prophétie s’inspire de celle de Jupiter au début de l’Énéide (A. 1, 257-296), mais la paix évoquée par Virgile est remplacée ici par l’évocation de l’âge d’or dont le retour est promis. Au moment des faits relatés (392), Honorius a 8 ans et ne sera Auguste qu’en 393.

Claudien insiste sur deux points : la communauté de la terre (cf. Verg., G. 1, 125-127) et l’absence d’agriculture, inutile du fait de la fertilité spontanée et miraculeuse de la nature (Claudien, carm. 3 [= in Ruf. 1], 382-387).

23 Cf. Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 8 : ces prodiges sont surpassés par l’accession d’Europe au consulat.

24 Claudien, carm. 18 [= in Eutr. 1], 495-496 : Quid fertile terris, / quid plenum sterili possit sub consule nasci ?, « Quelle fertilité sur terre, Quelle abondance pourrait naître sous un consul stérile ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Perret, « Le Contre Rufin et le Contre Eutrope de Claudien : un miroir des princes inversé », Interférences [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 26 juillet 2018, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/interferences/6505 ; DOI : 10.4000/interferences.6505

Haut de page

Auteur

Anaïs Perret

Université Jean Moulin Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Hisoma
  • Logo Savoirs, Textes, Langage
  • OpenEdition Journals