Navigation – Plan du site

AccueilDossiers65Comptes RendusYolande Benarrosh (Dir.) Le trava...

Comptes Rendus

Yolande Benarrosh (Dir.) Le travail mondialisé au Maghreb. Approches interdisciplinaires, Casablanca, Éditions CJB/IRD/La Croisée des Chemins, 529 p., 2019.

Youssef SADIK

Texte intégral

1Dans un contexte mondial marqué par le retour des grandes interrogations sur les épistémologies des Suds (Sadik et Soussi, 2020) et devant l’impératif de mobiliser et croiser les outils des sciences sociales pour saisir au mieux les grandes transformations affectant les sociétés contemporaines, Yolande BENARROSH nous trace l’itinéraire d’un long voyage vers « les terrains de la vérité » (Dakhlia, 1995).

2L’ouvrage dont le titre est Le travail mondialisé au Maghreb. Approches interdisciplinaires est très révélateur des transformations sociétales, économiques et culturelles profondes que connaissent les pays du Maghreb. Il se compose de six parties et de 22 chapitres traduisant à la fois la diversité des objets composant le thème de l’ouvrage et l’interdisciplinarité des approches.

3Après une introduction de Yolande Benarrosh, qui trace, avec brillance, les contours épistémologiques de ce projet ambitieux, les lecteurs auront l’occasion de découvrir, sous plusieurs formes (articles de synthèse, témoignages, présentation des travaux de terrain, etc.), les effets de la mondialisation du travail sur les territoires, les populations, les rapports et les structures.

4La première partie, qui porte sur le Maghreb dans la nouvelle division internationale du travail, rend compte du contexte géopolitique, économique et socioculturel du Maghreb dans l’espace MENA (Afrique du Nord et Moyen Orient) tout en interrogeant les fondements de ce qui est entendu comme une mondialisation Sud-Sud.

5La deuxième partie, propose une nouvelle lecture des dynamiques migratoires qui rompt avec les approches classiques et inscrit ces flux humains dans la diversité des perceptions et dans l’incertitude des choix. On saisit bien ici que le projet migratoire est de moins en moins saisissable avec les grilles de lectures d’antan.

6La troisième partie introduit plus directement le sujet central de l’ouvrage, en présentant des recherches sur les transformations socioculturelles affectant des communautés dans leur relation avec de nouveaux modes de gestion et d’organisation du travail. Dans une perspective qui peut évoquer A. d’Iribarne, et pour rendre hommage à Mohamed Madoui qui, avec Moussa Boukrif, décrit un de ces processus en Kabylie, on voit comment se fait la « rencontre » entre nouvelles formes d’organisation et culture locale : tensions, hybridations, adaptations, remises en cause ou ruptures.

7On peut considérer la quatrième partie comme étant le noyau dur de l’ouvrage puisqu’il traite des nouvelles configurations de la relation d’emploi, dans ses dimensions à la fois institutionnelles et cognitives. Les quatre chapitres de cette partie nous permettent de faire des allers-retours récurrents entre les deux rives de la Méditerranée pour nous interroger sur les formes d’appropriation que les sociétés de la rive sud ont développées par rapport aux « concepts » et « solutions » importées ou « livrées » clé en main (Soussi et Sadik, 2020).

8Le chapitre 10 reste exemplaire quant aux implications épistémologiques et méthodologiques d’une telle posture. Signé par Omar Belkheiri Yolande Benarrosh, ce chapitre, dont le titre est fort révélateur : « La production institutionnelle du chômage et du salariat au Maroc. Transfert d’une technologie de service public ‘clés en main’ ? », dresse le bilan des politiques publiques d’emploi à partir de la déconstruction du référentiel qui sous-tend l’arsenal décisionnel marocain au moment où le chômage s’est imposé comme une nouvelle caractéristique sociologique de la jeunesse diplômée et citadine.

9La cinquième partie est réservée aux dynamiques socio-territoriales qui ont accompagné la transformation des modes de production dans la région de Tanger-Tétouan-El Hoceima. En effet, dans cette région tout particulièrement, les transformations industrielles ne cessent d’affecter l’imaginaire social et les formes du vivre ensemble Les nouvelles dynamiques d’acculturation introduites par les flux migratoires ont façonné les personnes et les espaces et accéléré le processus de mondialisation. Dans cette partie on assiste à une analyse inédite de la multiplicité et de l’ampleur des effets de cette industrialisation exogène et à marche forcée dans la région Nord du Maroc (territoires, normes, liens sociaux, environnement, etc.)

10La sixième et dernière partie se consacre aux effets de cette mondialisation (autant voulue que subie) sur les travailleurs, hommes et femmes, et aux métamorphoses du salariat maghrébin condamné à gérer les incertitudes et les inégalités socio-territoriales (Sadik, 2018).

11La question du genre, de l’égalité des chances et de la justice se pose comme horizon du rêve maghrébin face aux innombrables revendications touchant tous les niveaux de la vie.

12Face aux émancipations apparentes, la transformation industrielle soulève des frustrations auquel le nouvel ordre social ne saurait répondre. Entre appartenances collectives et individualisme, les jeunes travailleurs se livrent à une quête acharnée de sens et de reconnaissance, dans les différents espaces de vie et à différentes échelles de celle-ci : travail, famille, communauté, etc. Cette image mitigée fait objet d’une typologie d’acteurs dans le chapitre 18 du livre intitulé « Travailler dans l’industrie d’exportation de Tanger-Tétouan. Regards croisés de travailleurs aux différents profils ». Le chapitre signé par Antonio Trinidad Requena, Rosa M. Soriano Miras et Francisco Barros Rodríguez dessine cinq profils différents ayant vu le jour au fil de ces mutations denses et rapides des espaces, des structures et des cultures. Il s’agit de la « travailleuse du textile », du « fier Tangérois », du « revendicatif » du « cadre intermédiaire » et de « l’élite locale ».

13Le travail, un item central du référentiel des valeurs de la jeunesse maghrébine est également analysé à partir du cas de la Tunisie dans le chapitre 21 cosigné par Ridha Ben Amor et Imed Melliti débouche sur des interrogations à la fois méthodologiques et empiriques qui rejoignent des travaux récents sur les questions paradigmatiques des terrains en pleine transformation et où la hiérarchie des valeurs sociales fait objet d’une perpétuelle négociation (Clifford Geertz (1968) (1992), Paula Durán Monfort, 2020).

14L’ouvrage, dont la construction et l’argumentation sont innovantes, est incontournable pour comprendre comment se dessinent de nouvelles configurations socio-territoriales et culturelles (est surtout représenté ici le cas du Maroc contemporain). En effet, en se basant sur des études à l’échelle micro et méso sociologique, la construction des postulats comme des conclusions est restée fidèle à l’approche compréhensive qui s’appuie ponctuellement sur un constructivisme assumé.

15Avec ses multiples perspectives, objets et questions, l’ouvrage mériterait, sans prétention, le titre de traité du Maghreb contemporain, car il nous livre une radioscopie dynamique de l’ensemble des visages, parfois insaisissables, de cet espace après les années 2000.

16Au surplus, des interviews corroborent cet ensemble et renforcent davantage la diversité thématique de l’ouvrage en revenant parfois sur certains points qui requièrent un échange ou un approfondissement. Bien que l’entretien avec Mohamed Tozy, soit à notre avis une partie « faible » de cet ouvrage, ce type d’exercice (comme le montre aussi l’autre entretien présent dans l’ouvrage) permet de consolider l’analyse grâce à l’écho «instantané» qu’il apporte aux grands débats scientifiques, dont il demeure parfois malaisé de développer une démarche explicative.

17Au final, cet ouvrage qui présente des travaux achevés ou en cours, fait place à des chapitres, matériaux ou corpus qui peuvent éclairer la démarche de connaissance au-delà de l’aire géographique ici concernée.

18La conclusion générale par Yolande Benarrosh est à la fois une synthèse et une feuille de route pour provoquer un débat scientifique serein et profond sur les mutations en cours et en devenir, au moment où les « modèles » de développement socio-économiques sont devenus obsolètes, où l’on assiste à la montée des insatisfactions des populations, dont la forme la plus orchestrée, médiatisée et révélatrice fut appelée « printemps arabes ».

19De nouveaux choix de développement s’imposent donc pour assurer l’égalité des chances et le partage des richesses notamment dans une zone socio-géographique où les citoyens sont de plus en plus frustrés en raison notamment des injustices matérielles et symboliques qui affectent leur parcours, tous âges, secteurs d’activités et territoires confondus.

20Bibliographie indicative

Haut de page

Bibliographie

Jocelyne Dakhlia, (1995), « Le terrain de la vérité », Enquête [En ligne], n°1, URL : http://journals.openedition.org/enquete/270 ; DOI : https://doi.org/10.4000/enquete.270

Paula Durán Monfort, (2020), « La production de connaissance en sciences sociales en Tunisie. Circularité des savoirs ou réaffirmation des frontières épistémologiques ? », Revue Interventions économiques [En ligne], n°64, URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/10856 ;

DOI : https://doi.org/10.4000/interventionseconomiques.10856

Clifford Geertz, (1968), Islam Observed, Yale University Press, Traduction française, J.B Grasset, (1992), Observer islam Changements religieux au Maroc et en Indonésie, Paris, La Découverte.

Youssef Sadik (2018), Les paradoxes de l’employabilité au Maroc. Paris, Les éditions de l’Harmattan, Paris, février, 2018.

Youssef Sadik et Sid Ahmed Soussi, (dir.), (2020), Les épistémologies des Suds, Revue Interventions Economiques, n°64. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/9889 ;

DOI : https://doi.org/10.4000/interventionseconomiques.9889 »

Sid Ahmed Soussi et Youssef Sadik, (2020), « Les réalités du Sud sont-elles solubles dans la pensée du Nord ? Enjeux et perspectives », Revue Interventions économiques [En ligne], n°64, URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/11194 ;

DOI : https://doi.org/10.4000/interventionseconomiques.11194

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Youssef SADIK, « Yolande Benarrosh (Dir.) Le travail mondialisé au Maghreb. Approches interdisciplinaires, Casablanca, Éditions CJB/IRD/La Croisée des Chemins, 529 p., 2019. »Revue Interventions économiques [En ligne], 65 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/12612 ; DOI : https://doi.org/10.4000/interventionseconomiques.12612

Haut de page

Auteur

Youssef SADIK

Professeur de sociologie et de management, Université Mohammed V, Maroc, youssefsadik@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo Université TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search