Navigation – Plan du site

AccueilDossiers67L’économie post-keynésienne, une ...

L’économie post-keynésienne, une pensée hétérodoxe méconnue ?

Post-Keynesian Economics: An Unrecognized Heterodox School of Thought?
Marc Lavoie et Mario Seccareccia

Résumés

L’article se penche sur la théorie post-keynésienne, qui est l’une des écoles de pensée hétérodoxes en économie. Nous évoquons tout d’abord les principales caractéristiques des écoles de pensée hétérodoxes en général, puis les caractéristiques spécifiques à l’économie post-keynésienne. Nous identifions ensuite six domaines où l’on peut affirmer que la théorie post-keynésienne a eu un impact au cours de la dernière décennie. Nous tentons ensuite de tracer un bref portrait historique de la présence de la théorie post-keynésienne au Québec et accessoirement au Canada. Nous nous penchons plus particulièrement sur un ouvrage de 1954 de Maurice Lamontagne, un ancien enseignant à l’Université Laval et un ancien ministre fédéral. Cet ouvrage encore aujourd’hui suscite l’étonnement, car certains de ses passages auraient pu être écrits par des auteurs post-keynésiens contemporains. Nous montrons aussi le rôle fondamental joué par le département de science économique de l’Université McGill dans la diffusion de la pensée post-keynésienne au Québec et aussi en Ontario.

Haut de page

Texte intégral

01. Introduction

1La théorie post-keynésienne est l’une des nombreuses écoles de pensée hétérodoxes en économie. Dans ses études sur la croissance et la productivité, elle a de nombreuses similitudes avec la théorie française de la Régulation, qui au Québec et hors de France est surtout connue dans les départements de science politique. Pour ce qui est de la théorie des prix et de l’entreprise, ainsi que pour ce qui est de l’étude du marché du travail, elle s’inspire grandement des travaux des économistes institutionnalistes, tant américains que britanniques. Sa théorie des choix du consommateur, bien que développée indépendamment, est similaire à la théorie du consommateur des économistes écologiques. Sa théorie de la rationalité a beaucoup de points communs avec les théories comportementales, mais surtout celles plus radicales découlant d’études comme celles de Herbert Simon. Sa théorie de l’inflation a certaines ressemblances avec ce qui serait une théorie socio-économique de l’inflation, car elle est basée sur une approche conflictuelle. Dans le domaine de la théorie monétaire, on peut dire que ce sont les autres écoles de pensée qui se sont inspirées de la théorie post-keynésienne de la monnaie et du crédit. Finalement, pour ce qui est de la théorie économique en économie ouverte, on peut dire que les post-keynésiens font bande à part, tant pour ce qui est de l’analyse du commerce international que de la finance internationale, bien que dans ce dernier cas elle relève parfois des affirmations des praticiens du domaine.

2On peut affirmer sans risquer de trop se tromper que la théorie post-keynésienne est méconnue au Québec, et dans une moindre mesure au Canada. On verra plus loin que n’eut été de l’Université McGill, la théorie post-keynésienne aurait été totalement absente du paysage de la théorie économique au Québec. Ce n’est pourtant pas le cas dans tous les pays. Par exemple, au Brésil, la théorie post-keynésienne est enseignée dans les universités les plus prestigieuses et est en concurrence avec la théorie néoclassique. Au Québec français, la théorie post-keynésienne et les autres courants de pensée hétérodoxes ont été virtuellement absents des départements de science économique. Nous ne pourrons cependant pas en donner une véritable explication.

3Dans ce qui suit, nous allons faire un bref historique de l’apparition de la théorie post-keynésienne. Puis, nous évoquerons les principales caractéristiques de l’économie post-keynésienne. Dans un troisième temps, nous examinerons six domaines où l’on peut affirmer que la théorie post-keynésienne a eu un impact au cours de la dernière décennie. Nous tenterons ensuite de tracer un bref portrait de la présence de la théorie post-keynésienne au Québec et accessoirement dans le reste du Canada. Dans cette partie, nous nous pencherons plus particulièrement sur un ouvrage de 1954 de Maurice Lamontagne, un ouvrage qui encore aujourd’hui suscite l’étonnement, car certains de ses passages auraient pu être écrits par des auteurs post-keynésiens contemporains.

02. Court historique

4Comme son nom semble l’indiquer, l’origine de la théorie post-keynésienne remonte aux travaux de John Maynard Keynes, l’économiste de Cambridge, dont la philosophie et les travaux ont été décrits avec beaucoup de minutie par notre compatriote Gilles Dostaler (2005). Selon le même Dostaler (1988, p. 134) cependant, les post-keynésiens contemporains ont été fortement influencés par l’économiste polonais Michał Kalecki, qui est souvent reconnu comme ayant établi dans les années 1930, en même temps que Keynes et de façon indépendante, les grands principes de fonctionnement d’une économie menée par la demande, si bien que ‘Kalecki peut être considéré comme le véritable fondateur de la théorie post-keynésienne’. En effet, comme le rappelle Dostaler, selon Joan Robinson, qui est avec Nicholas Kaldor et Piero Sraffa une des grandes sources d’inspiration de la théorie post-keynésienne, Kalecki a produit une version plus cohérente que celle de Keynes. Actuellement, pour simplifier, on pourrait dire que les travaux post-keynésiens portant sur l’économie réelle s’inspirent davantage de Kalecki, tandis que les travaux portant sur la finance et la monnaie s’inspirent davantage de Keynes, bien que les écrits de Kalecki sur la monnaie soient eux aussi tout à fait compatibles avec les théories monétaires post-keynésiennes contemporaines (Sawyer, 2003).

5Bien que des économistes comme Joan Robinson aient publié dans les années 1930 et 1940 ce qu’on pourrait aujourd’hui désigner comme des travaux post-keynésiens, c’est avec la parution de son livre de 1956, L’Accumulation du capital, que l’on discerne vraiment l’apparition d’une vision d’ensemble qui constitue une alternative à l’économie néoclassique dominante (Robinson, 1972). À l’époque, cette vision, qui propose notamment une théorie alternative de la répartition des revenus entre salaires et profits, est connue sous le nom de théorie néo-keynésienne ou néo-cambridgienne. La controverse sur le capital des deux Cambridge dans les années 1960, laquelle remet en cause la relation entre la rareté du capital et son prix, est un second moment clé, les économistes keynésiens affiliés à l’Université de Cambridge en Angleterre réalisant alors que leur vision de la théorie économique est effectivement distincte de celle ayant cours parmi les économistes keynésiens du Massachussetts Institute of Technology (situé dans la ville de Cambridge, en face de Boston), et presque partout ailleurs aux États-Unis. Le troisième moment clé, selon nous et aussi selon Dostaler, est la parution de l’article d’Alfred Eichner et Jan Kregel (1975), dans la prestigieuse revue Journal of Economic Literature, dont le titre contient l’appellation de théorie post-keynésienne, article qui affirmait qu’il s’agit là d’un nouveau paradigme. C’est aussi dans les années 1970, alors que la théorie marxiste connaît un renouveau, que les keynésiens américains se réclamant d’une version radicale de Keynes vont s’organiser et que se créeront les deux premières revues ayant pour objet de diffuser la pensée post-keynésienne, en l’occurrence le Cambridge Journal of Economics et le Journal of Post Keynesian Economics. Par la suite, d’autres revues avec des objectifs similaires vont apparaître, des cours en théorie post-keynésienne vont se créer, des écoles d’été en théorie post-keynésienne vont voir le jour, des conférences et des travaux vont se multiplier à la fois en Europe, aux États-Unis et en Amérique latine.

6Il n’en reste pas moins que la théorie post-keynésienne, comme toutes les théories économiques hétérodoxes, est dans une situation précaire et très minoritaire, en raison de l’hégémonie et de l’intolérance exercées depuis les années 1980 par les défenseurs de la théorie néoclassique dans les départements de science économique.

03. Les caractéristiques de l’économie

3.1 Pour les hétérodoxes en général

  • 1 Les lecteurs qui ne sont pas familiers avec la théorie post-keynésienne, mais qui désireraient en s (...)

7Comme toutes les théories hétérodoxes, l’économie post-keynésienne repose sur un ensemble de présupposés qui la distingue de l’économie dominante, l’économie néoclassique1. Ces présupposés constituent les concepts essentiels d’une école de pensée et sont antérieurs à la constitution des hypothèses et des théories qui vont être élaborées. Ces présupposés sont les croyances métaphysiques qui régissent un paradigme ou un programme de recherche. Des économistes ou des méthodologistes différents ne s’entendent probablement pas sur l’identification exacte de ces présupposés, mais nous affirmons qu’on les retrouve, de façon quasi identique, sous la plume de nombreux auteurs hétérodoxes. Nous allons en conséquence les identifier brièvement, avant de passer aux caractéristiques qui sont spécifiques à la théorie post-keynésienne par rapport aux autres écoles de pensée hétérodoxes.

8La théorie néoclassique et les écoles hétérodoxes se distinguent par quatre traits méthodologiques essentiels, opposables deux à deux, auxquels il faut ajouter un trait politique. Au programme néoclassique s’associent une épistémologie instrumentaliste, l’individualisme méthodologique, une rationalité illimitée et une conception de l’économie fondée sur l’échange et la rareté. Au programme hétérodoxe se conjuguent le réalisme, l’holisme, une rationalité procédurale, et une économie de production. Pour ce qui est du trait politique, on peut dire que les économistes orthodoxes sont généralement favorables au libre marché, car ils pensent que les marchés ont la capacité de s’autoréguler, tandis que les économistes hétérodoxes sont plutôt en faveur des interventions étatiques, croyant que les marchés, ou en tout cas certains marchés ont une tendance à l’instabilité.

9Les auteurs hétérodoxes croient que les simplifications nécessaires à l’analyse économique doivent être malgré tout descriptives : elles doivent dépeindre le monde tel qu’il est, et non un monde imaginaire. C’est le présupposé du réalisme des hypothèses. Pour ce qui est de l’holisme, celui-ci se reflète dans les nombreux paradoxes macroéconomiques dont le plus connu est celui du paradoxe de l’épargne de Keynes. Dans la prochaine section, nous allons nous référer à plusieurs exemples de paradoxe macroéconomique concernant les marchés financiers. Les économistes hétérodoxes dans leur ensemble rejettent l’hyperrationalité présente chez les économistes néoclassiques, lesquels présument que les agents économiques connaissent tous le vrai fonctionnement de l’économie. Les hétérodoxes s’inspirent plutôt de la vision de Herbert Simon, tel qu’elle a été élaborée en psychologie par Gerd Gigerenzer (2009), selon lequel les gens ne cherchent que des solutions satisfaisantes, en adoptant pour cela des normes, des conventions, des règles de comportement ou encore des habitudes qui leur permettent d’en arriver à des décisions sans trop perdre de temps. Finalement, pour ce qui en est du présupposé de production, on peut en donner deux interprétations. D’abord, les hétérodoxes ne présument pas que les économies opèrent à pleine capacité et au plein emploi. D’autre part, les questions essentielles portent sur la genèse d’un surplus lors de la production et non sur l’allocation optimale par l’échange des ressources existantes.

3.2 Pour les post-keynésiens en particulier

10On peut maintenant se demander en quoi la théorie post-keynésienne se démarque des autres théories hétérodoxes. Ici encore différentes personnes auront une opinion particulière de ce qui distingue la théorie post-keynésienne. Nous nous baserons sur l’opinion d’Eckhard Hein (2017) pour identifier cinq caractéristiques clés.

11La toute première, sur laquelle il ne fait aucun doute que tous s’accordent à l’identifier, est le principe de la demande effective, énoncé tant par Keynes que par Kalecki dans les années 1930. Le principe de la demande effective veut que la production s’ajuste à la demande. L’économie est menée par la demande, et non par les contraintes issues de l’offre et des dotations existantes. Bien des économistes reconnaissent la validité de ce principe, mais uniquement lorsqu’il s’agit de la courte période. En revanche, les économistes marxistes et néoclassiques par exemple, restent persuadés que sur la longue période l’économie est menée par des contraintes reliées à l’offre. Les économistes post-keynésiens se distinguent par leur refus de croire que les facteurs du côté de l’offre puissent constituer une contrainte, y compris en longue période. Pour les post-keynésiens, le principe de la demande effective s’applique en tout temps, l’investissement déterminant l’épargne de façon causale. Ainsi, il existe une infinité d’équilibres de longue période possibles, qui dépendent des contraintes imposées par la demande et des institutions mises en place. Les facteurs du côté de l’offre vont ultimement s’ajuster, par des changements dans les mouvements de population ou par l’accélération du progrès technique.

12La seconde caractéristique de la théorie post-keynésienne est sa vision du temps, qui fait une distinction entre le temps logique, lequel n’a pas d’épaisseur, et le temps historique, qui est irréversible. La véritable rareté, c’est celle du temps. Le sentier qui est emprunté suite à toute modification est d’une importance primordiale, parce que la tendance de longue période n’est que le résultat de la succession d’une suite de courtes périodes (Kalecki, 1971, p. 165). Les post-keynésiens mettent en avant la nécessité de construire des modèles dynamiques, qui prennent en compte l’évolution à travers le temps des stocks d’actifs physiques, de dettes et de richesse financière, et qui peuvent expliquer le réaménagement de la structure productive. C’est le temps dynamique. L’équilibre auquel on parvient en longue période n’est pas indépendant du sentier emprunté. Ces idées, autrefois jugées peu propices à la formalisation, sont maintenant au cœur des derniers développements mathématiques non linéaires construits autour des notions d’hystérésis, de dépendance au sentier emprunté, d’irréversibilité, et d’effets de lock-in, lesquels impliquent le plus souvent l’existence d’équilibres multiples.

13La troisième caractéristique de l’économie post-keynésienne est sa vision d’une économie monétisée, une économie monétaire de production qui exclut les relations de troc et qui exige des transactions se déroulant en monnaie dans l’unité de compte déterminée par l’État, avec des contrats exprimés dans cette unité de compte et la détention d’actifs réels sous leur forme monétisée – les actifs financiers. La monnaie et le crédit jouent un rôle essentiel ; ils sont intégrés d’emblée dans le processus de production. Le rôle des banques est primordial, car elles fournissent les avances requises par les entreprises productrices pour lancer la production ou pour inciter les ménages à consommer. Pour cette raison, les post-keynésiens attachent une grande importance aux flux de crédit, qui aident à expliquer l’évolution de la production nationale, ainsi qu’aux stocks de dettes, qui contribuent à expliquer les brusques chutes de revenu et les crises financières. Les modèles dits stock-flux cohérents (SFC), mis de l’avant par Godley et Lavoie (2007) et maintenant extrêmement populaire parmi les économistes post-keynésiens (Nikiforos et Zezza, 2017), sont particulièrement bien adaptés pour analyser ces économies monétisées. Ces modèles intègrent les flux et les stocks financiers et les transactions entre les différents secteurs, tout en tenant compte des flux réels de l’activité économique. Leur structure assure qu’il n’existe aucun trou noir, chaque transaction faisant l’objet d’une quadruple écriture comptable. Ils permettent de saisir les conséquences financières, sur les dettes par exemple, des différentes transactions associées aux flux réels.

14L’incertitude fondamentale ou radicale est la quatrième caractéristique de l’économie post-keynésienne. Elle est évidemment liée à celles du temps historique et de la rationalité raisonnable, dotée d’une connaissance limitée. Dans le temps historique, le futur ne saurait être identique au présent ou au passé. Dans des termes techniques empruntés de la physique, on dit parfois que le monde est non ergodique, ce qui signifie que les moyennes et les fluctuations observées dans le passé ne sauraient se reproduire à l’identique pour chaque période de temps. Ceci explique que les post-keynésiens, bien que se livrant à des études économétriques, restent tout de même sceptiques quant à la validité ou la généralité des résultats empiriques ainsi obtenus. Au contraire des économistes néoclassiques qui croient, comme Robert Lucas, le meneur des nouveaux classiques, que dans le cadre de l’incertitude radicale le raisonnement économique n’a plus aucune valeur, les économistes post-keynésiens pensent que, sauf en période de crise, l’incertitude crée un élément de continuité, puisque les agents ou les institutions modifieront peu leur comportement face à des fluctuations de toutes sortes, précisément en raison de leurs hésitations face à une information insuffisante ou jugée insuffisamment fiable.

15La cinquième spécificité de la théorie post-keynésienne selon Hein (2017) est l’importance que les post-keynésiens accordent aux questions reliées à la répartition du revenu et de la richesse, et aux conflits que celles-ci peuvent engendrer. Bien entendu, ces questions de répartition et de conflits se retrouvent aussi chez les auteurs institutionnalistes et les marxistes. Il n’en reste pas moins que la question de la répartition fonctionnelle du revenu était déjà au cœur de l’économie post-keynésienne lors de ses débuts dans les années 1950. Les post-keynésiens considèrent aussi que la crise financière de la fin des années 2000 peut être attribuée aux spectaculaires changements dans la répartition des revenus, notamment l’accroissement de la part des profits et l’inégalité grandissante dans la répartition des salaires. De plus, de nombreux post-keynésiens considèrent que la politique monétaire restrictive des années 1980 a joué un rôle important dans l’accroissement des inégalités, en favorisant les rentiers (Seccareccia, 2019). Les conflits redistributifs jouent un rôle important, tant pour la détermination du taux d’inflation que pour celle de l’activité économique.

16On ne saurait terminer cette section en soulignant que l’économie post-keynésienne a sa propre théorie microéconomique, qui pourrait être considérée comme la sixième caractéristique. Ainsi les économistes post-keynésiens rejettent la théorie marginaliste des prix, et ils soutiennent que les coûts marginaux sont essentiellement constants, ce qui implique des coûts unitaires décroissants jusqu’à pleine capacité. De plus, comme évoqués précédemment, ils s’opposent à la prédominance des effets de substitution néoclassiques, et mettent plutôt l’emphase sur les effets revenus. Selon les post-keynésiens, les ajustements face à des changements dans la demande dans une économie de marché s’opèrent essentiellement par les quantités, à travers les changements dans les stocks de produits finis et dans les taux d’utilisation des capacités productives, et non par les prix. Ces derniers varient quand les coûts unitaires normaux, calculés à un taux d’utilisation standard, changent, et non quand la demande change, sauf si les entreprises font face à des contraintes temporaires de capacité nécessitant de nouveaux investissements, comme on l’a observé dernièrement durant la pandémie de la Covid-19. Les post-keynésiens s’entendent aussi sur une théorie du consommateur qui comporte de nombreuses similarités avec la théorie des choix prônée par les économistes écologistes et par Nicholas Georgescu-Roegen. Cette théorie repose sur des choix de nature lexicographique, les consommateurs subdivisant leurs besoins en plusieurs catégories hiérarchisées, et les choix individuels étant influencés par les faiseurs d’images, le groupe de référence et les choix antérieurs. Comme évoqué précédemment, dans cette théorie du consommateur, les effets revenus prédominent sur les effets de substitution néoclassiques.

4. Quelques impacts de la théorie post-keynésienne

17On peut relever six domaines, relevant soit de la politique économique soit des approches théoriques, où l’on peut affirmer que la théorie post-keynésienne a eu un impact au cours de la dernière décennie.

4.1 Trois impacts sur les théories et politiques monétaires et budgétaires

18Tout d’abord, dans le domaine monétaire, de nombreux représentants des banques centrales, mais pas ceux de la Banque du Canada, reconnaissent maintenant que la théorie post-keynésienne décrit adéquatement le processus de création monétaire (McLeay et al. 2014 ; Bindseil et König, 2013) et le rôle de la banque centrale dans le système de paiement, contrairement aux explications avancées par les économistes monétaristes ou les keynésiens du mainstream. Il s’agit ici de ce qu’on appelle la théorie post-keynésienne de la monnaie endogène, selon laquelle l’offre de monnaie est déterminée par sa demande, au taux d’intérêt à court terme fixé par la banque centrale. La causalité est inversée : ce n’est pas la quantité de réserves rendues disponibles par les autorités monétaires qui détermine le stock de monnaie ou le crédit, c’est au contraire les crédits consentis par les banques qui déterminent les réserves qui vont être créées par la banque centrale. Cette causalité inversée, autrefois obscurcie en raison des tentatives des banques centrales de nier qu’elles étaient responsables des taux d’intérêt élevés qui sévissaient à la fin des années 1970 et pendant les années 1980, est maintenant rendue évidente à cause des procédures mises en place par les banques centrales depuis plus d’une vingtaine d’années, notamment lorsqu’elles annoncent ou modifient le taux d’intérêt directeur et sa fourchette de taux planchers et de taux plafonds.

19En second lieu, la crise financière de 2008 a mis en lumière la validité des travaux de certains économistes post-keynésiens qui jusqu’alors étaient restés relativement méconnus, tout en remettant au goût du jour les avertissements de Keynes concernant l’instabilité des marchés financiers. C’est notamment le cas des théories de Hyman Minsky (2015), selon lequel l’apparente stabilité prolongée des marchés ne pouvait que mener à une forte instabilité, à tel point qu’on a pu parler dans le Wall Street Journal d’un ‘moment Minsky’ lorsque les marchés financiers se sont écroulés en septembre 2008. Les enseignements de Minsky se reflètent dans de nombreux paradoxes macroéconomiques affectant les marchés financiers, mis de l’avant par Minsky ou certains de ses lecteurs. On peut noter deux paradoxes de la liquidité. Selon le premier, les innovations financières qui semblent accroître la liquidité (par exemple, les fameux titres adossés à des actifs acquis notamment par la Caisse de dépôt et placement du Québec) ont de fait pour effet de la réduire dès qu’il y a un retournement de la situation économique. Le second paradoxe de la liquidité, qu’on peut associer au moment Minsky, explique que les efforts des acteurs économiques pour devenir plus liquides transforment les actifs apparemment liquides en actifs illiquides lorsque tous les agents tentent en vain de trouver des acheteurs pour ces titres. Le paradoxe du risque a aussi joué pendant la crise des subprimes. Celui-ci nous enseigne que la possibilité de se couvrir contre le risque mène en fait à une augmentation de celui-ci, les agents prenant davantage de positions risquées. Un autre paradoxe ayant probablement mené à la crise financière est le paradoxe des normes, selon lequel les taux de défaut sur les prêts étaient faibles dans la première moitié des années 2000, non en raison de la fiabilité des emprunteurs, mais parce que les normes de prêts (hypothécaires notamment) s’étant dégradées, la forte quantité de prêts a soutenu indûment la valeur des actifs, si bien que les emprunteurs en difficulté parvenaient toujours à rembourser leurs emprunts en trouvant un acheteur pour leur actif, sans perte de capital.

20Les économistes post-keynésiens ont eu un impact dans un troisième domaine de la théorie monétaire, un impact qui se répercute aussi sur la politique budgétaire. Il s’agit de ce qu’on appelait encore récemment les théories néo-chartalistes de la monnaie (Wray, 2003), mieux connues aujourd’hui sous le nom de théorie monétaire moderne, en anglais Modern Monetary Theory, ou pour faire court MMT (Kelton, 2021 ; Tcherneva, 2021). Les partisans de la MMT sont des économistes post-keynésiens qui ont adopté la théorie de la monnaie endogène, mais en étudiant de plus près les relations financières entre la banque centrale et l’État et en en tirant des implications pour la politique budgétaire du gouvernement. L’approche MMT a eu un retentissement considérable auprès des politiciens américains, notamment chez les démocrates, mais elle a aussi donné lieu à des dénonciations de la part de certains sénateurs républicains, et ce retentissement a aussi forcé les économistes orthodoxes les plus connus, qui habituellement ignorent totalement les travaux des économistes hétérodoxes, à se prononcer sur la validité de cette approche. Le débat s’est transporté jusqu’au Canada, quand autant le gouverneur de la Banque du Canada que la ministre des Finances, Chrystia Freeland, se sont sentis obligés de nier que leurs politiques s’inspiraient de la théorie monétaire moderne.

21L’approche MMT insiste sur la capacité de l’État à s’extraire des contraintes de marché relatives au financement des déficits publics. L’État, s’il est nécessaire ou préférable d’aller en déficit, n’est aucunement contraint par la finance ; sa seule contrainte possible, c’est un accès insuffisant à des ressources réelles lorsque l’économie approche ou atteint le plein emploi et la pleine utilisation de ses capacités. Autrement dit, la seule contrainte ce sont les pressions inflationnistes. La banque centrale étant en mesure de contrôler les taux d’intérêt, quel que soit le déficit budgétaire, notamment en achetant et détenant la dette publique, l’État ne peut invoquer le manque de ressources financières pour justifier l’austérité budgétaire. La théorie monétaire moderne correspond donc à ce qu’on appelle la finance fonctionnelle, tel qu’on la retrouve chez Abba Lerner (1944), et s’oppose donc vigoureusement aux préceptes de la finance saine. Il est inutile de chercher à obtenir un solde budgétaire nul, ou à chercher à accumuler des surplus budgétaires pour compenser pour les déficits budgétaires antérieurs. Toutes ces affirmations de la part des partisans de la MMT reposent sur l’hypothèse que le pays en question dispose de la souveraineté monétaire. Dans leur esprit, la souveraineté monétaire repose sur essentiellement quatre conditions : l’État définit la monnaie de compte ; les contribuables doivent payer leurs impôts avec la devise de leur pays ; les titres émis par l’État sont libellés dans la devise locale ; le pays opère sous un régime de changes flexibles. Un tel gouvernement disposant de la souveraineté monétaire ne peut faire faillite. Dans le contexte canadien, il s’agit bien sûr du gouvernement fédéral. Nous reviendrons là-dessus plus loin, quand nous parlerons des économistes post-keynésiens au Québec.

22Les théoriciens de la MMT, tout comme bien avant eux l’ensemble des économistes post-keynésiens, inversent la relation asymétrique entre la politique monétaire et la politique budgétaire. Pour les économistes orthodoxes, la politique budgétaire se doit d’être neutre en minimisant l’intervention de l’État, et c’est la politique monétaire qui doit neutraliser les fluctuations des cycles d’affaires. Cet ajustement, depuis l’abandon du monétarisme, se fait par les variations du taux d’intérêt directeur, qui doit refléter le taux d’intérêt dit naturel ou d’équilibre, afin de se rapprocher du plein emploi tout en contrôlant le taux d’inflation. Pour les post-keynésiens, la banque centrale devrait avoir pour mandat de fixer un taux d’intérêt qui soit juste pour les diverses classes sociales et elle devrait s’assurer de préserver la stabilité financière en mettant en place une régulation prudentielle des marchés financiers, qui, on l’a vu ci-dessus, sont fragiles en raison de tous les paradoxes macroéconomiques qui les affligent. C’est la politique budgétaire, outre cette régulation financière, par exemple les règles concernant les prêts hypothécaires et les possibilités de titrisation, qui doit avoir pour rôle principal d’éliminer les fluctuations économiques et stabiliser l’économie.

4.2 Trois autres impacts récents de la théorie post-keynésienne

23Les contributions de politique économique des post-keynésiens ne se limitent pas aux liens entre politiques monétaire et budgétaire. Bien que n’ayant pas eu le retentissement des travaux de Piketty (2013) sur les inégalités de revenus, les post-keynésiens ont eu un impact sur certaines organisations internationales telles que l’Organisation internationale du travail (OIT) et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Les travaux à la fois théoriques et empiriques des post-keynésiens ont en effet mis en lumière l’impact néfaste de la baisse de la part des salaires par rapport à celle des profits dans une très grande majorité des pays industrialisés ou semi-industrialisés (Hein, 2011 ; Lavoie et Stockhammer, 2013). Ces travaux, sur la base de ce qui a été baptisé le modèle post-kaleckien de croissance et répartition, étudient les effets d’une hausse de la part des profits sur les principales composantes du revenu national, à savoir la consommation, l’investissement et les exportations nettes. Quand cet effet est globalement positif, on parle alors d’une économie dont la demande est menée par les profits ; par contre, quand cet effet est globalement négatif, on parle d’une économie dont la demande est menée par les salaires. Les études ont montré que la demande intérieure de tous les pays, consommation plus investissement, est menée par les salaires, tandis que pour certains pays la demande globale, comprenant les exportations nettes, est menée par les profits. Ce que démontrent aussi ces études, c’est que la hausse de la part des salaires, grâce à des politiques favorables aux salariés qui seraient poursuivies simultanément dans l’ensemble des pays industrialisés, aurait des effets favorables sur la demande globale de tous les pays. Ces politiques contribueraient du même coup à réduire les inégalités de revenus.

24À un niveau relevant davantage de la théorie, les modèles post-kaleckiens de croissance et répartition ont aussi donné lieu à des rapprochements avec deux autres courants de pensée, l’économie politique comparative et la socioéconomie écologique. Pour ce qui est du premier de ces deux courants de pensée, et ce sera notre cinquième impact, ce sont Baccaro et Pontusson (2016) qui ont d’abord noté comment l’économie politique comparative, et plus particulièrement les théories basées sur les variétés du capitalisme, en partie inspirées par les régimes identifiés par les théoriciens de la Régulation, pouvaient bénéficier d’une approche fondée sur des régimes de croissance menés par la demande, en allant ainsi au-delà des approches basées sur des déterminants microéconomiques et des régimes de croissance menés par l’offre, comme dans la théorie néoclassique. Par la suite Baccaro et Pontusson (2019) ont réitéré leur préférence pour les modèles post-keynésiens, notamment leur modèle de croissance et répartition et leur analyse des relations conflictuelles de la répartition, au détriment des modèles plus orthodoxes des économistes nouveaux keynésiens comme Carlin et Soskice, lesquels revendiquent aussi leur capacité à expliquer les trajectoires des différents régimes d’économies capitalistes. Quelques post-keynésiens ont à leur tour participé au débat en cherchant à enrichir les classifications proposées par Baccaro et Pontusson, notamment en y ajoutant les enjeux associés à la mondialisation et aux problèmes de balance de paiements, ainsi que les enjeux liés à la financiarisation des économies contemporaines et à leur instabilité financière, sans oublier les relations de pouvoir et l’économie politique des banques centrales (Hein et al. 2021 ; Stockhammer, 2021).

25Dans le passé les économistes post-keynésiens se sont peu intéressés aux questions environnementales. Deux raisons principales peuvent expliquer ce retard. D’une part, les écologistes avaient tendance à privilégier les questions microéconomiques tandis que les post-keynésiens étaient surtout portés sur les questions macroéconomiques. D’autre part, tandis que les écologistes voulaient ralentir la croissance, voire obtenir la décroissance, les post-keynésiens s’évertuaient à trouver les moyens d’obtenir une plus forte croissance et à convaincre leurs pairs et les politiciens à abandonner les politiques d’austérité. La situation a cependant changé depuis le début des années 2010. C’est ce que nous identifions comme le sixième impact de la théorie post-keynésienne. On peut observer un double rapprochement entre les économistes post-keynésiens et les écologistes préoccupés par les implications macroéconomiques. Comme l’ont dit Rezai et al. (2013), s’il est important d’introduire des considérations environnementales à la macroéconomie, il est tout aussi important de traiter des conséquences macroéconomiques des problèmes étudiés par les écologistes, et pour ce faire ces derniers devraient adopter les outils de la macroéconomie post-keynésienne. Cet appel a été entendu des deux côtés.

26Comme on pouvait s’y attendre, les post-keynésiens se sont particulièrement attardés aux conséquences financières et monétaires de la transition économique. Ils se sont penchés notamment sur cinq questions. Comment les banques vont-elles financer la transition ? Les émissions d’obligations vertes vont-elles réellement changer quelque chose ? La transition vers la décarbonisation et les changements climatiques va-t-elle mener à l’instabilité financière et à des crises dues à la chute de certains actifs financiers ? Une économie stationnaire, sans croissance, peut-elle opérer avec des taux d’intérêt réels positifs, ou doit-on éliminer les taux d’intérêt ? Réciproquement, les modèles écologistes macroéconomiques mis sur pied au cours des dernières années sont presque tous des modèles d’inspiration post-keynésienne. Ils sont parfois basés sur le modèle kaleckien de croissance et répartition, mais le plus souvent ce sont des modèles basés sur l’approche dite des modèles stock-flux cohérents (SFC) évoqués plus haut. Bien que l’approche SFC puisse aussi s’appliquer à des modèles orthodoxes, la quasi-totalité des modèles SFC reposent sur les hypothèses généralement endossées par les économistes post-keynésiens. Comme le disent Hardt and O’Neill (2017, p. 202), ‘la modélisation stock-flux cohérente est une approche spécifique en macroéconomie … qui se révèle populaire en macroéconomie écologique’. Ceux-ci concluent que la combinaison de l’approche SFC avec l’analyse input-output, aussi prônée par les post-keynésiens qui rejettent les effets de substitution, est une avenue prometteuse pour le développement de la modélisation macroéconomique de la transition écologique. Plusieurs autres écologistes en viennent aux mêmes conclusions, notamment le Canadien Peter Victor, peut-être le premier macroéconomiste écologique, qui a lui aussi adopté l’approche SFC dans plusieurs de ses derniers travaux (Jackson et Victor, 2020). Ce rapprochement permet aux écologistes de traiter de façon formelle des questions habituellement omises par les économistes néoclassiques dans leurs études sur l’environnement, comme le chômage involontaire et les crises financières, tout en adoptant des hypothèses de comportement plus réalistes.

05. Les post-keynésiens au Québec (et au Canada)

5.1 Le livre de Maurice Lamontagne

27Bien que la théorie post-keynésienne semble proposer une théorie bien plus réaliste que sa rivale néoclassique, elle n’est guère présente au Canada et encore moins au Québec, en tout cas moins que dans certains pays européens ou d’Amérique latine. Gilles Paquet (1985) dans sa longue synthèse de la pensée économique au Québec français n’y fait aucunement référence. Pourtant il consacre plusieurs paragraphes aux québécois partisans de la théorie du public choice, tout aussi minoritaires dans le champ économique. Il y est bien vaguement question d’économistes féministes ou écologiques, mais la seule mention au keynésianisme apparaît quand Paquet discute de l’Université Laval qui, outre l’influence de Harold Innis et d’Albert Faucher, aurait eu ‘une grande foi dans l’outillage keynésien’ (p. 380). Une note de bas de page rappelle qu’un des anciens professeurs à Laval, Maurice Lamontagne, était ‘un disciple de Keynes à travers Hansen à Harvard’ (p. 379). Dans la même note, Paquet ajoute que ‘Innis et Keynes ont des vues sceptiques sur les mécanismes autorégulateurs du marché. L’un et l’autre sont amenés à rejeter, de manière claire, la notion d’un marché parfait auquel on pourrait s’en remettre pour allouer les ressources. L’un et l’autre devaient d’ailleurs développer des versions de rechange du mécanisme des prix’.

  • 2 Dostaler et Hanin (2005, p. 170) notent que Jacques Parizeau rapporte que ‘Maurice Lamontagne a été (...)
  • 3 L’un d’entre-nous (Marc Lavoie) a un intérêt particulier à examiner ce livre. Maurice Lamontagne es (...)

28Pour en savoir davantage sur Lamontagne et la présence du keynésianisme au Canada et au Québec, il faut cependant lire l’article de Gilles Dostaler et Frédéric Hanin (2005). Outre le fait que le keynésianisme était mal perçu par les autorités ecclésiastiques et le gouvernement de l’Union Nationale, on y apprend que quelques diplômés des HEC suivront des cours en France avec François Perroux, notamment Jacques Parizeau et André Raynauld, et seront donc à travers lui introduits aux idées de Keynes2. Mais c’est à Laval et à son département de sciences économiques que Keynes sortira du placard, principalement sous l’impulsion de Maurice Lamontagne, qui y enseignera les cours de théorie économique et de politique fiscale pour en devenir ensuite le directeur. Dostaler et Hanin (2005, p. 170) disent que son livre de 1954, Le fédéralisme canadien, ‘peut être considéré comme le premier manuel keynésien publié au Québec’. Plus intéressants encore, ils ajoutent que quand Lamontagne traite des politiques de plein emploi, il s’appuie ‘sur le courant plus radical de l’interprétation de Keynes, mis en avant par sa garde rapprochée de Cambridge, par exemple Joan Robinson’. En note de bas de page, Dostaler et Hanin rappellent qu’il s’agit du courant post-keynésien, qui s’oppose à la synthèse néoclassique des keynésiens américains. Voilà donc que la théorie post-keynésienne aurait été présente au Québec dès 1954. Il vaut donc la peine de s’attarder sur Le fédéralisme canadien3.

  • 4 L’original avait été publié en anglais en 1944 (Collected Works of Michal Kalecki, volume 1, dirigé (...)

29La relecture du livre de Lamontagne offre plusieurs passages surprenants en égard de ce que nous connaissons aujourd’hui des affirmations des économistes de la théorie monétaire moderne. En effet, plusieurs passages correspondent exactement aux vues de la MMT, qui semblent si radicales pour la quasi-totalité des économistes orthodoxes et même pour certains post-keynésiens contemporains. De plus, Lamontagne met de l’avant quelques propositions défendues par l’ensemble des post-keynésiens aujourd’hui, par exemple les effets positifs d’une augmentation de la part des salaires sur l’activité économique. Outre Robinson – son livre Introduction à la théorie de l’emploi et un article publié en 1946 dans la revue Économie appliquée dirigée par Perroux – Lamontagne cite aussi Abba Lerner, un des premiers keynésiens, mais aussi le livre de 1942 de Richard Lester, un institutionnaliste post-keynésien avant l’heure spécialiste de la théorie de l’emploi, ainsi que Kalecki et ses ‘Trois méthodes de réalisation du plein emploi’, article publié en 19494.

30Avant de mettre de l’avant les propositions qui à l’époque étaient surtout défendues par Lerner, Lamontagne commence par présenter l’état de la pensée en matière de politique fiscale, autrement dit l’orthodoxie – la finance saine :

La première règle exigeait que les dépenses publiques fussent réduites au minimum… La seconde norme exigeait un budget équilibré, c’est-à-dire un niveau de taxation tout juste suffisant à financer les dépenses… On pensait que si le système économique était laissé à lui-même et qu’aucune intervention artificielle ne se produisait, il retournerait rapidement et par son propre mécanisme à sa position d’équilibre de plein emploi… Elle était acceptée du public parce qu’elle correspondait au sens commun et aux règles que la majorité des individus appliquent dans leur vie quotidienne… Il n’en reste pas moins que cette conception de la politique fiscale s’inspirait directement des principes philosophiques erronés du libéralisme économique, qu’elle reposait sur une théorie scientifique très incomplète, et qu’elle était mal adaptée aux circonstances où elle fut appliquée. (pp. 47-48)

31Puis Lamontagne élabore l’alternative de la finance fonctionnelle :

D’après la nouvelle conception de la politique fiscale, les dépenses de l’État et leur financement doivent être dissociés et considérés séparément… La taxation n’a pas pour but primordial de procurer des revenus au gouvernement qui possède l’autorité monétaire. Cette conception a été exprimée de la façon la plus audacieuse par l’économiste Abba P. Lerner… Ainsi le niveau de la taxation doit être élevé lorsqu’il existe des pressions inflationnaires et qu’il faut décourager les dépenses privées. (p. 190)

[L’emprunt] peut prendre différentes formes : émission de nouvelle monnaie, avances de trésorerie, bons à court terme, obligations à long terme. Aucune de ces modalités n’a d’avantages ou d’inconvénients particuliers. Il importe surtout … de tenir compte dans le choix de l’une ou de l’autre des préférences de ceux qui détiennent la dette publique… Il est rarement désirable que les emprunts gouvernementaux soient financés à l’extérieur du pays, car alors le remboursement et le service de cette dette représentent véritablement un fardeau pour l’économie nationale. (pp. 193-194)

32Lamontagne en vient ensuite à affirmer ce qui constitue des préceptes essentiels de la théorie monétaire moderne, en se référant à Lerner (1944) et à Ernst Schumacher (1949), selon laquelle un gouvernement disposant de la souveraineté monétaire peut faire fi de toute contrainte financière :

Le gouvernement qui possède l’autorité monétaire a une capacité d’emprunt beaucoup plus grande que celle des autres gouvernements et du secteur public… Ainsi le gouvernement qui détient le contrôle monétaire peut emprunter les sommes qu’il désire tout en maintenant stables le prix de ses obligations et le taux d’intérêt. (p. 194)

33En conséquence de quoi, Lamontagne affirme que le gouvernement central et la banque centrale devraient promouvoir des taux d’intérêt faibles en situation de récession, ceci afin de minimiser les coûts de la dette :

Au cours d’une dépression, tous les économistes admettent que l’expansion monétaire et des taux d’intérêt peu élevés sont désirables… Une telle politique … permet à l’autorité publique de qui elle relève -- en l’occurrence, au Canada, le gouvernement fédéral – d’accumuler des déficits budgétaires importants … sans toutefois ruiner son crédit et alourdir indûment le fardeau de sa dette. (p. 175)

34Les éléments post-keynésiens du livre de Lamontagne ne s’arrêtent pas là. Ils vont au-delà de la finance fonctionnelle et de la MMT. Lamontagne se révèle aussi être un partisan de la théorie de la demande menée par les salaires, une affirmation clé pour bien des post-keynésiens. En effet, il écrit que ‘normalement la propension à épargner sera plus élevée chez les riches que chez les pauvres’ (p. 119), puis il ajoute que les entreprises vont vouloir produire plus quand les ventes sont plus fortes, et que ceci va se réaliser quand les salaires vont être plus élevés. Il prétend même que ces salaires plus élevés vont avoir des effets d’entrainement sur l’investissement, puisque celui-ci dépend essentiellement des ventes :

De plus, la relation inverse entre l’emploi et les salaires que certains économistes, en particulier Jacques Rueff, avaient cru découvrir a été clairement démentie par les faits. Ils considèrent les salaires uniquement comme un élément du coût de fabrication ; mais la production courante est surtout influencée par l’intensité de la demande, non par le niveau des coûts… Par ailleurs les salaires doivent être également envisagés comme des revenus, et, de ce point de vue, ils exercent une influence considérable sur le niveau de la demande et des dépenses de consommation, puisque les salariés constituent la grande majorité des consommateurs et que leur propension à consommer est relativement élevée. Ainsi des salaires élevés contribuent à stimuler la production courante et, par ricochet, le volume d’investissements. (pp. 168-169)

35Donc, comme l’affirment Dostaler et Hanin (2005), Lamontagne adopte bien un keynésianisme qui se rapproche davantage d’une interprétation radicale – fondamentaliste ou hétérodoxe – des écrits de Keynes, plutôt que celle des keynésiens de la synthèse néoclassique.

36Pour Lamontagne, c’est le secteur privé qui engendre l’instabilité économique, et non les interventions du secteur public. Et c’est l’investissement privé qui est responsable de cette instabilité, car dit-il, comme le Keynes de la Théorie générale, les décisions dépendent de la crédibilité de l’information, de la confiance en la valeur de celle-ci, de sorte qu’en définitive, ‘la décision d’investir dépend des facteurs qui déterminent le niveau réel des profits, et qui font l’objet de la prévision, du climat psychologique optimiste ou pessimiste, qui inspire la prévision, et aussi de la plus ou moins grande confiance accordée à la prévision’ (p. 125). C’est là le legs de l’incertitude radicale dont nous avons parlé. De plus, pour Lamontagne comme pour les post-keynésiens contemporains, la politique monétaire est peu fiable, il vaut mieux se fier à la politique budgétaire : ‘L’expérience passée et l’évolution de la théorie économique ont contribué à diminuer l’importance du rôle attribué à la monnaie au cours des cycles. On reconnaît généralement aujourd’hui que la monnaie n’a pas une influence déterminante et inévitable sur le système économique’ (p. 174).

5.2 Les post-keynésiens à McGill

  • 5 Ainsi, toutes proportions gardées, le rôle joué par Dehem dans l’abolition des courants hétérodoxes (...)

37Qu’est-il donc arrivé pour que toutes ces idées post-keynésiennes disparaissent totalement du paysage du Québec français ? C’est évidemment difficile à comprendre, même si bien sûr le même phénomène s’est observé à la grandeur de l’Amérique du Nord, avec l’hégémonie grandissante de la théorie néoclassique et de la pensée néolibérale. Dans le cas spécifique du Québec, il faut peut-être attribuer une partie de ce déclin au rôle joué par Roger Dehem. Comme le dit Gilles Paquet (1989, p. 195) dans le préambule à son entrevue avec Dehem, celui-ci est perçu comme un ‘missionnaire’, qui est venu ‘de Belgique faire de l’évangélisation économique’, faisant la promotion de la théorie néoclassique et de la ‘rigueur’, trouvant Keynes trop superficiel et trop facile, inspiré sur cette question notamment par Jacob Viner – un défenseur acharné de l’orthodoxie. Dehem a sévi à l’Université de Montréal pendant 10 ans, pour se retrouver ensuite à l’Université Laval de 1961 à 1993, influençant ainsi des générations d’économistes québécois dans un département désormais privé de Lamontagne. Dans son entrevue avec Paquet (1989, p. 197), laquelle a eu lieu en 1984, Dehem se laisse aller à dire ‘qu’évidemment, je suis très fier que depuis une dizaine d’années la pensée keynésienne soit en voie de discrédit, car ça confirme ce en quoi j’avais déjà eu confiance il y a 30 ans.’5

38On en arrive donc à une situation, dans les années 1970, où sans l’Université McGill, la pensée post-keynésienne aurait été totalement oblitérée au Québec. Nous voudrions donc maintenant décrire comment McGill en est venu à jouer un rôle aussi stratégique à cette époque pour l’économie hétérodoxe au Québec. McGill est devenue la source de la pensée économique hétérodoxe pendant environ un quart de siècle, avec un ruissellement vers l’Université du Québec à Montréal au cours des années 1970 et 1980, en partie à cause de ce lien avec McGill.

39L’enseignement de l’économie à McGill dans les années 1960 était fortement influencé d’abord par deux traditions complémentaires, l’approche institutionnaliste et l’approche post-keynésienne, qui dominaient l’enseignement supérieur et la recherche, formant ainsi un important noyau hétérodoxe du programme d’études supérieures en économie. Tout au long de cette période, de la fin des années 1960 (c’est-à-dire lorsque l’un de nous (Mario) a commencé à y étudier l’économie jusqu’à la fin des années 1980, la forte présence hétérodoxe a conduit à la formation d’un certain nombre de diplômés qui sont venus à jouer un rôle essentiel dans le développement et la préservation des idées hétérodoxes en général et post-keynésiennes plus spécifiquement, au Québec et au Canada.

  • 6 Davantage de détails se trouvent dans Green (1990).
  • 7 Rymes est connu notamment pour son livre sur la controverse sur le capital des deux Cambridge (Ryme (...)

40Au début de l’après-guerre, le pragmatisme de McGill dans sa politique d’embauche avait attiré des chercheurs qui deviendront plus tard des économistes célèbres, représentant toutes les écoles de pensée en économie. Par exemple, le département avait attiré pendant une période limitée des économistes tels que Kenneth Boulding à la fin des années 1940 et Robert Mundell au début des années 1960. L’un de ces économistes très ouverts et non conformistes était John C. (Jack) Weldon. Weldon était un économiste qui avait obtenu son doctorat à McGill en 1952, en travaillant sur la théorie de la répartition des revenus, et qui avait commencé à y enseigner dès 1949, poursuivant toute sa carrière universitaire à McGill6. Bien que ce dernier ait été formé dans la tradition néoclassique, Weldon avait une approche extrêmement éclectique. Il avait attiré au doctorat en science économique des étudiants qui sont devenus des post-keynésiens célèbres tels que Thomas K. Rymes7. De plus, il avait aussi encouragé de nombreux étudiants de premier cycle à poursuivre leurs études en économie à l’extérieur de McGill, dans des programmes dominés par des hétérodoxes.

41L’un de ces étudiants parmi les plus doués et motivés était Athanasios (Tom) Asimakopulos qui, au début des années 1950, avait été encouragé par Weldon à poursuivre ses études de doctorat à l’Université de Cambridge en Angleterre. Pendant ses études à Cambridge, bien qu’ayant eu pour directeur de thèse un économiste canadien néoclassique, le très connu Harry G. Johnson, ce sont les travaux de Joan Robinson qui ont laissé une marque durable sur la pensée d’Asimakopulos tout au long de sa carrière à McGill, jusqu’à sa mort prématurée en 1990.

42La solide relation personnelle et professionnelle entre Asimakopulos et Weldon a été cruciale dans l’établissement d’un programme hétérodoxe viable à McGill pendant un quart de siècle, avec en son cœur des préoccupations méthodologiques post-keynésiennes. En fait, les étudiants appelaient souvent le duo et les collègues du département qui avaient adhéré à cette approche, le groupe « Weldonopulos », parce que leur amitié et leur présence avaient été cruciales pour attirer d’autres collègues et étudiants diplômés vers le programme d’économie. La pratique d’embauche du département tout au long des années 1960 et 1970 démontrait un biais évident en faveur des économistes hétérodoxes. On peut nommer, en ordre alphabétique : Paul Davenport, Allen Fenichel, Myron Frankman, Sidney Ingerman, Tom Naylor, Kari Polanyi Levitt, et Robin Rowley. C’est la cohésion et la solidarité initiales au sein de ce groupe qui ont vraiment fait de McGill l’un des programmes hétérodoxes les plus réussis au monde à l’époque. Ce n’est que lorsque des divisions sont apparues, notamment entre Davenport et le groupe « Weldonopulos », que l’approche hétérodoxe a commencé à s’affaiblir dans les années 1980. Ces conflits internes ont mené à une perte de vitalité de ce programme et ultimement à sa disparition, après les décès de Weldon en 1987 et d’Asimakopulos en 1990.

43Cependant, à son apogée à la fin des années 1960 et tout au long des années 1970 et au début des années 1980, l’hétérodoxie à McGill a triomphé non seulement à cause de son personnel enseignant régulier, composé de vrais intellectuels hétérodoxes, mais aussi grâce à un flux régulier de chercheurs, souvent post-keynésiens, qui allaient au département en tant que conférenciers invités ou professeurs invités. Ce flux d’économistes hétérodoxes vers McGill a peut-être commencé avec Joan Robinson, qui dès la fin des années 1960 avait l’habitude de visiter McGill presque chaque année, soit pendant l’année académique ou pendant les mois d’été jusqu’à quelques années avant sa mort au début des années 1980, car elle visitait sa fille régulièrement, laquelle résidait dans le sud-ouest de l’Ontario. On peut aussi relever la nomination de professeurs invités tels que Victoria Chick et Edward Nell, ainsi que le nombre imposant de conférenciers occasionnels, hétérodoxes et post-keynésiens bien connus, tels que Geoff Harcourt, Hyman Minsky, Sergio Parrinello et Nicholas Georgescu-Roegen, durant les années où l’un d’entre nous était encore un doctorant à McGill. 

  • 8 Asimakopulos avait été directeur de la Revue canadienne d’économique, tandis que Weldon avait été n (...)

44La force et la vitalité du post-keynésianisme à McGill résidaient clairement dans cet esprit de groupe. Cependant, son pouvoir à l’intérieur du département résidait également sur la force intellectuelle et la figure imposante d’Asimakopulos. Celui-ci était reconnu par ses pairs, autant au Québec qu’au Canada et aussi à l’étranger, comme un économiste de grande envergure, en partie peut-être à cause de sa relation privilégiée avec Joan Robinson8. Il faut bien dire aussi que son enseignement et ses recherches en économie post-keynésienne incarnaient toutes les principales caractéristiques décrites précédemment, lesquelles se reflétaient autant dans ses travaux en microéconomie qu’en macroéconomie. Particulièrement important était le fait qu’il s’affichait comme économiste kaleckien, à une époque où peu d’économistes avaient entendu parler de Michał Kalecki en Amérique du Nord, à l’exception de George Feiwel à l’Université du Tennessee (lui-même un ancien de McGill) et des post-keynésiens comme Alfred Eichner et Edward Nell aux États-Unis.

  • 9 Davantage de détails se trouvent dans Rowley (1991).

45Asimakopulos s’est intéressé à plusieurs domaines de l’économie post-keynésienne : la théorie de la croissance (Asimakopulos et Weldon, 1965), Keynes et l’investissement (Asimakopulos, 1971), et la répartition du revenu (Asimakopulos, 1975)9. Nous pensons que le plus important de ses travaux académiques était son tout dernier livre, publié à titre posthume en 1991, Keynes’s General Theory and Accumulation, qui témoigne de la profondeur de sa pensée fondamentaliste keynésienne, car en le lisant chapitre par chapitre, on acquiert le sentiment que l’on ne peut être plus proche d’une compréhension intime de la Théorie générale de Keynes. À l’exception de Jack Weldon et Kari Polanyi Levitt, qui elle aussi a exercé une forte influence sur les étudiants dans le domaine du développement économique, la plupart des étudiants diplômés qui ont suivi ses cours de théorie ont été influencés par la vision post-keynésienne de Tom Asimakopulos, même quand ces étudiants étaient supervisés par d’autres collègues du département. Son influence a été énorme jusqu’à sa mort prématurée en 1990.

46En ayant perdu les deux plus importants membres du groupe « Weldonopulos » et en se trouvant dans une situation de plus en plus minoritaire, la mort d’Asimakopulos a mis fin à toute une ère de pensée post-keynésienne à McGill. Cependant, alors que le groupe hétérodoxe diminuait en importance au cours des années 1990 et au début du 21e siècle, la cohorte d’étudiants qui avait étudié pendant un quart de siècle à partir du milieu des années 1960 jusqu’à la fin des années 1980 à McGill, se trouvait maintenant répartie dans différentes régions du Québec et du Canada. Des anciens étudiants de McGill tels que Louis Ascah (Université de Sherbrooke), Diane Bellemare (Université du Québec à Montréal), Shernaz Choksi (Collège Vanier), Gilles Dostaler (Université du Québec à Montréal), Marguerite Mendell (Université Concordia), Pierre Paquette (Collège militaire royal), Lise Poulin Simon (Université Laval) se sont frayés un chemin dans divers départements, et ont continué à promouvoir la pensée hétérodoxe. Mais au 21e siècle, il faut reconnaitre que ce qui reste est une base assez faible, car bon nombre de ces anciens diplômés de McGill qui avaient été formés par le groupe « Weldonopulos » ont eux-mêmes pris leur retraite ou sont décédés.

  • 10 Voir, par exemple, le texte introductif en 1982 sur l’approche post-keynésienne (Henry et Seccarecc (...)
  • 11 Lavoie (2013) décrit les diverses stratégies que nous avons poursuivies pour introduire du contenu (...)

47La même chose peut être dite à propos du reste du Canada, où nous avons contribué à l’extension d’un groupe hétérodoxe substantiel à l’Université d’Ottawa, composée d’institutionnalistes, de marxistes, de post-keynésiens et de sraffiens, avec notamment Jacques Henry10. Ce groupe s’est progressivement effondré malgré nos efforts pour acquérir ou maintenir une influence sur l’évolution du département, même si nous avons pu continuer à promouvoir la pensée post-keynésienne et hétérodoxe au Canada et à l’étranger11. Des bases plus réduites comme à l’Université York grâce à la présence d’Omar Hamouda (au Collège Glendon) et de Brenda Spotton Visano, tous deux anciens étudiants de ce groupe original « Weldonopulos », sont restés relativement isolés en dépit de leurs interactions avec d’autres post-keynésiens comme John Smithin et Mark Peacock, à l’intérieur de l’Université York ; et on peut dire la même chose de Robert Dimand à l’Université Brock dont la formation de premier cycle avait été à McGill. Le regroupement post-keynésien le plus dynamique jusqu’en 2020 était probablement situé à l’Université Laurentienne en raison de la présence de deux anciens étudiants de l’Université d’Ottawa, Hassan Bougrine et Louis-Philippe Rochon, ce dernier ayant fait sa maîtrise à McGill, entourés d’économistes hétérodoxes comme Brian MacLean, David Leadbeater et quelques autres, groupe qui est maintenant en partie décimé en raison des problèmes financiers de cette université.

  • 12 On peut aussi mentionner Morris Altman, un ancien de McGill spécialisé dans l’économie comportement (...)

48Ailleurs en Ontario, on peut noter que l’Université de Waterloo, dans les années 1970, avait également attiré un groupe important de post-keynésiens, à commencer par Sidney Weintraub, Vivian Walsh et John Hotson. Mais Waterloo a subi le même sort que McGill après le décès de John Hotson en 1996. Il y a aussi eu d’autres « avant-postes » hétérodoxes à l’extérieur du Québec, comme l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse, en raison de la présence de John Cornwall, lequel est aussi malheureusement décédé à la même époque qu’Asimakopulos, et grâce à Lars Osberg ; et aussi l’Université du Nouveau-Brunswick, avec les rédacteurs d’un anti-manuel, Rod Hill et Anthony Myatt, ce dernier ayant été l’étudiant d’un ancien de McGill. Outre l’Université Laurentienne, l’Université du Manitoba semble constituer le seul autre regroupement hétérodoxe ayant résisté à l’hégémonie néoclassique. Nos collègues Fletcher Baragar, Ian Hudson et Robert Chernomas ont pu empêcher l’emprise néoclassique par des moyens légaux, contrecarrant ainsi la tendance dans pratiquement toutes les autres universités où les minorités intellectuelles post-keynésiennes ont été évincées des départements de science économique depuis les années 199012.

06. Conclusion

49L’économie post-keynésienne, lorsqu’elle est enseignée ou connue, attire les étudiants, car les théories qu’elle met de l’avant leur semblent bien plus proches de la réalité que les enseignements néoclassiques. De plus, son apport commence à être reconnu par certains représentants des banques centrales ou d’institutions internationales et par les chercheurs des domaines voisins en sciences sociales. Même si on ne peut pas directement attribuer aux économistes post-keynésiens la mise en place des politiques monétaires et budgétaires de relance destinées à contrer la crise financière de 2008 et la crise sanitaire de la Covid-19, il est clair que ces politiques sont grandement conformes aux théories et politiques mises de l’avant par les post-keynésiens.

50Cependant, si la théorie post-keynésienne est encore bien vivante dans les universités de certains pays européens et au Brésil, malheureusement on ne peut pas en dire autant pour ce qui est du Québec ou du Canada. Les jeunes Québécois qui récusent les théories néoclassiques ont tendance à renoncer à leurs études en science économique et à bifurquer vers d’autres départements. Il existe quelques rares exceptions, Frédéric Hanin à Laval et Éric Pineault à l’UQAM, mais hors des départements d’économie, et aussi Mathieu Dufour, qui est maintenant enseignant au Département des sciences sociales à l’Université du Québec en Outaouais, et qui participe aux travaux de l’IRIS, notamment sur les questions portant sur la dette et les politiques budgétaires ou le salaire minimum, apportant ainsi à cet institut québécois un regard post-keynésien sur ces importantes questions de politique économique.

51La morale de tout ceci c’est que les économistes hétérodoxes, s’ils parviennent par un heureux hasard à occuper une place importante dans un département, doivent faire preuve d’une cohésion inébranlable et oublier de leur définition du pluralisme toute référence à l’école néoclassique, car l’histoire montre que lorsque les économistes néoclassiques réussissent à constituer une majorité et contrôler le recrutement, l’hétérodoxie est condamnée à disparaître par attrition, comme l’explique Tom Palley (1997) à l’aide d’un petit modèle.

Haut de page

Bibliographie

Asimakopulos, Athanasios (1971). The determination of investment in Keyness model, Revue Canadienne d’économiaue, vol. 4, n° 3, pp. 382-88.

Asimakopulos, Athanasios (1975). À Kaleckian theory of income distribution, Revue Canadienne d’économique, vol. 8, n° 3, pp. 313-33.

Asimakopulos, Athanasios (1991). Keynes’s General Theory and accumulation, Cambridge, Cambridge University Press.

Asimakopulos, Athanasios et John C. Weldon (1965). A synoptic view of some simple models of growth, Canadian Journal of Economics and Political Science, vol. 31, n° 1, pp. 52-79

Baccaro, Lucio et Jonas Pontusson (2016). Rethinking comparative political economy: the growth model perspective, Politics and Society, vol. 44, n° 2, pp. 175–207.

Baccaro, Lucio et Jonas Pontusson (2019). Comparative political economy and varieties of macroeconomics, Max Planck Institute for the Study of Societies, MPIfG Discussion Paper 18/10.

Berr, Éric, Virginie Monvoisin et Jean-François Ponsot (2018, sous la dir.), L’Économie post-keynésienne : histoire, théories et politiques, Paris, Seuil, 467 pages.

Bindseil, Ulrich et Philipp J. König (2013). Basil Moore’s Horizontalists and Verticalists: an appraisal 25 years later, Review of Keynesian Economics, vol. 1, n° 4, pp. 383-390.

Dostaler, Gilles (1988). La théorie post-keynésienne, la Théorie générale et Kalecki, Cahiers d’économie politique, vol. 14-15, pp. 123-142.

Dostaler, Gilles (2005). Keynes et ses combats, Paris, Albin Michel, 535 pages.

Dostaler, Gilles et Frédéric Hanin (2005). Keynes et le keynésianisme au Canada et au Québec, Sociologie et sociétés, vol. 37, n° 2, pp. 153-181.

Eichner, Alfred S. et Jan Kregel (1975). An essay on post-Keynesian theory: a new paradigm in economics, Journal of Economic Literature, vol. 13, n° 4, pp. 1293-1314.

Gigerenzer, Gerd (2009). Le Génie de l’intuition, Paris, Belfond.

Godley, Wynne et Marc Lavoie (2007), Monetary Economics: An Integrated Approach to Credit, Money, Income, Production and Wealth, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 530 pages.

Green, Christopher (1990). John C. Weldon (1922-87): An appreciation, dans Athanasios Asimakopulos, R. D. Cairnes et C. Green (sous la direction de), Economic Theory, Welfare and the State: Essays in Honour of John C. Weldon, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, pp. xii-xix.

Hardt, Lukas et Daniel W. O’Neill (2017). Ecological macroeconomic models: assessing current developments, Ecological Economics, vol. 134, pp. 198-211.

Hein, Eckhard (2011). Redistribution, déséquilibres mondiaux et crise économique et financière : playdoyer pour un New Deal keynésien, Journal international de recherche syndicale, vol. 3, n° 1, pp. 57-82.

Hein, Eckhard (2017). Post-Keynesian macroeconomics since the mid 1990s: main developments, European Journal of Economics and Economic Policies: Intervention, vol. 14, n° 2, pp. 131-173.

Hein, Eckhard, Walter Paternesi Meloni et Pasquale Tridico (2021). Welfare models and demand-led growth regimes before and after the financial and economic crisis, Review of International Political Economy, vol. 28, n° 5, pp. 1196-1223.

Henry, Jacques, et Mario Seccareccia (1982). La théorie post-keynésienne : contributions et essais de synthèse – Introduction, l’Actualité économique, vol. 58, n° 1-2, pp. 5-16.

Jackson, Timothy et Peter A. Victor (2020). The transition to a sustainable prosperity – a stock-flow consistent ecological macroeconomic model for Canada, Ecological Economics, vol. 177, article 106787, pp. 1-14.

Kalecki, Michał (1949), Trois méthodes de réalisation du plein emploi, dans Institut National de la Statistique et des Études Économiques (sous la direction de), L’Économie du plein emploi, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 47-67.

Kalecki, Michał (1971). Selected Essays on the Dynamics of the Capitalist Economy, Cambridge, Cambridge University Press, 198 pages.

King, John E. (2015), Advanced Introduction to Post Keynesian Economics, Cheltenham, Edward Elgar, 139 pages.

Kelton, Stephanie (2021). Le Mythe du déficit : la Théorie moderne de la monnaie et la naissance de l’économie du peuple, Paris, Les Liens qui libèrent, 368 pages.

Lamontagne, Maurice (1954). Le Fédéralisme canadien, Québec, Presses Universitaires Laval.

Lavoie, Marc (2013). Teaching post-Keynesian economics in a mainstream department, dans Jesper Jespersen et Mogens Ove Madsen (sous la direction de), Teaching Post Keynesian Economics, Cheltenham, Edward Elgar, pp. 12-33.

Lavoie, Marc (2014). Post-Keynesian Economics : New Foundations, Cheltenham, Edward Elgar, 660 pages.

Lavoie, Marc et Engelbert Stockhammer (dir.) (2013). Wage-led Growth : An Equitable Strategy for Economic Recovery, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 193 pages.

Lavoie, Marc, Virginie Monvoisin et Jean-François Ponsot (2021), L’Économie post-keynésienne, Paris, La Découverte, 128 pages.

Lerner, Abba P. (1944). The Economics of Control, Londres, Macmillan.

McLeay, Michael, Amar Radia et Ryland Thomas (2014). Money creation in the modern economy, Bank of England Quarterly Review, premier trimester, pp. 14-27.

Minsky, Hyman P. (2015), Stabiliser une économie instable, Paris, Les petits matins, 729 pages.

Nikiforos, Michalis et Gennaro Zezza (2017). Stock-Flow consistent macroeconomics models : a survey, Journal of Economic Surveys, vol. 31, n° 5, pp. 1204–1239.

Palley, Thomas I. (1997). The academic jungle : social practices and the survival of economic ideas, Review of Radical Political Economics, vol. 23, n° 3, pp. 22-33.

Paquet, Gilles (1985). Le fruit dont l’ombre est la saveur : réflexions aventureuses sur la pensée économique au Québec, Recherches sociographiques, vol. 26, n° 3, pp. 365-397.

Paquet, Gilles (1989, sous la dir.). La Pensée économique au Québec français : témoignages et perspectives, Montréal, Association canadienne-française pour l’avancement des sciences, 364 pages.

Piegay, Pierre et Louis-Philippe Rochon (2003, sous la dir.). Théories monétaires post-keynésiennes, Paris, Économica, 261 pages.

Rezai Anton, Lance Taylor et Reinhard Mechler (2013), Ecological macroeconomics : an application to climate change, Ecological Economics, vol. 85, pp. 69-75.

Robinson, Joan (1949). Introduction à la théorie de l’emploi, Paris, Presses Universitaires de France.

Robinson, Joan (1972), L’Accumulation du capital, Paris, Dunod, 406 pages.

Rowley, J. C. R. (1991). Athanasios Asimakopulos, 1930–1990, Revue Canadienne d’économique, vol. 24, n° 1, pp. 234–5.

Rymes, Thomas K. (1971). On Concepts of Capital and Technical Change, Cambridge, Cambridge University Press, 191 pages.

Saith, Ashwani (2022). Cambridge Economics in the Post-Keynesian Era : The Eclipse of Heterodox Traditions, Springer International Publishing, à paraître.

Sawyer, Malcolm (2003). Kalecki, Keynes et l’analyse post-keynésienne de la monnaie, dans Pierre Piegay et Louis-Philippe Rochon (sous la direction de), Théories monétaires post-keynésiennes, Paris, Économica, pp. 83-98.

Schumacher, Ernst F. (1949). Les finances publiques et leurs rapports avec le plein emploi, dans Institut National de la Statistique et des Études Économiques (sous la direction de), L’Économie du plein emploi, Paris, Presses Universitaires de France.

Seccareccia, Mario (2019). From the age of rentier tranquility to the new age of deep uncertainty : the metamorphosis of central bank policy in modern financialized economies, Journal of Economic Issues, vol. 53, n° 2, pp. 478-87.

Sraffa, Piero (1975). Les lois des rendements en régime de concurrence, dans Piero Sraffa, Écrits d’économie politique, Paris, Économica, pp. 51-68.

Stockhammer, Engelbert (2021). Post-Keynesian macroeconomic foundations for comparative political economy, Politics and Society, https://doi.org/10.1177/00323292211006562

Tcherneva, Pavlina R. (2021), La Garantie d’emploi : l’arme sociale du Green New Deal, Paris, La Découverte, 152 pages.

Wray, L. Randall (2003), L’approche post-keynésienne de la monnaie, dans Pierre Piegay et Louis-Philippe Rochon (sous la direction de), Théories monétaires post-keynésiennes, Paris, Économica, pp. 52-65.

Haut de page

Notes

1 Les lecteurs qui ne sont pas familiers avec la théorie post-keynésienne, mais qui désireraient en savoir davantage, peuvent accéder pour commencer au livre d’introduction en français de Lavoie et al. (2021) ou à celui en anglais de John King (2015). Les lecteurs plus déterminés peuvent consulter deux recueils de textes en français, celui dirigé par Piegay et Rochon (2003) qui porte essentiellement sur la monnaie, et celui dirigé par Berr et al. (2018) qui traite de tous les aspects de la théorie post-keynésienne et qui présente les fondateurs de cette école de pensée, tel qu’évoqué dans la partie précédente. Le livre de Lavoie (2014) constitue une compilation avancée et en anglais des thèses et modèles post-keynésiens, recommandée aux étudiants diplômés. Il faut aussi noter deux numéros spéciaux de la revue québécoise L’Actualité économique, consacrés à la théorie post-keynésienne : un numéro double publié en janvier-juin 1982 et dirigé par Jacques Henry et Mario Seccareccia, et un autre en décembre 1992, dirigé par Marc Lavoie.

2 Dostaler et Hanin (2005, p. 170) notent que Jacques Parizeau rapporte que ‘Maurice Lamontagne a été pour moi un phare. Son ouvrage Le fédéralisme canadien marque la première intrusion des idées keynésiennes chez les francophones du Québec’. Dostaler et Hanin (2005, p. 172) rapportent aussi que Pierre Elliott Trudeau, qui avait aussi étudié l’économie à Harvard, avait rédigé une sorte de cours sur le keynésianisme dans un article de 1954 de Cité Libre.

3 L’un d’entre-nous (Marc Lavoie) a un intérêt particulier à examiner ce livre. Maurice Lamontagne est né à Mont-Joli en 1917, tout comme mon père qui y est né en 1922. Celui-ci a fait ses études de sciences sociales à l’Université Laval. La thèse que mon père a rédigée pour l’obtention de la maîtrise au département d’Économique portait sur les théoriciens de l’équilibre partiel, et son directeur de thèse était Maurice Lamontagne. La thèse mentionnait brièvement la critique de la théorie marshallienne publiée en 1926 dans l’Economic Journal par Sraffa (1975) – un des fondateurs de la théorie post-keynésienne! Mon exemplaire du livre Le fédéralisme canadien provient de la bibliothèque de mon père. Wikipédia nous dit aussi que Maurice Lamontagne aurait été professeur à l’Université d’Ottawa en 1957 ou à partir de 1957!

4 L’original avait été publié en anglais en 1944 (Collected Works of Michal Kalecki, volume 1, dirigé par Jerzy Osiatynski, Oxford, Clarendon Press, 1990, pp. 357-376)

5 Ainsi, toutes proportions gardées, le rôle joué par Dehem dans l’abolition des courants hétérodoxes au Québec serait semblable à celui joué par Frank Hahn dans le cas de l’épuration du courant post-keynésien à l’Université de Cambridge, comme démontré dans l’imposant livre d’Ashwani Saith (2022).

6 Davantage de détails se trouvent dans Green (1990).

7 Rymes est connu notamment pour son livre sur la controverse sur le capital des deux Cambridge (Rymes 1971) et pour avoir conçu un livre condensant les notes de cours de neuf étudiants de Keynes pendant que ce dernier préparait sa Théorie générale. C’est Rymes qui a introduit l’un d’entre nous (Marc) aux idées post-keynésiennes dans son séminaire de spécialisation à l’Université Carleton.

8 Asimakopulos avait été directeur de la Revue canadienne d’économique, tandis que Weldon avait été nommé président de la Canadian Economics Association.

9 Davantage de détails se trouvent dans Rowley (1991).

10 Voir, par exemple, le texte introductif en 1982 sur l’approche post-keynésienne (Henry et Seccareccia 1982).

11 Lavoie (2013) décrit les diverses stratégies que nous avons poursuivies pour introduire du contenu hétérodoxe dans nos cours dans le cadre d’un département essentiellement néoclassique.

12 On peut aussi mentionner Morris Altman, un ancien de McGill spécialisé dans l’économie comportementale à la Herbert Simon. Altman a transité par l’Université d’Ottawa, puis par l’Université de Saskatchewan, pour ensuite s’expatrier en Nouvelle Zélande et en Australie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Lavoie et Mario Seccareccia, « L’économie post-keynésienne, une pensée hétérodoxe méconnue ? »Revue Interventions économiques [En ligne], 67 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/16208 ; DOI : https://doi.org/10.4000/interventionseconomiques.16208

Haut de page

Auteurs

Marc Lavoie

Professeur émérite, Université d’Ottawa et Université Sorbonne Paris Nord, Marc.Lavoie@uottawa.ca

Mario Seccareccia

Professeur émérite, Université d’Ottawa, mseccare@uottawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search