Navigation – Plan du site

AccueilDossiers67La tradition collectiviste québéc...

La tradition collectiviste québécoise : renouer avec une pensée économique supprimée pour renouveler le modèle de développement du Québec

Renewing the economic development model in Québec through a revival of its collectivist tradition
Philippe Dufort, Mathieu Dufour, Simon Tremblay-Pepin, Colin Pratte et Alexandre Michaud

Résumés

Une tradition de la pensée économique québécoise d’avant-guerre s’est perdue au cours du siècle : le collectivisme. Cet article présente une synthèse des idées de penseurs nationalistes qui posent les bases d’un modèle de développement alternatif. Le texte défend deux thèses. D’une part, la tradition collectiviste fut supprimée durant la Révolution tranquille puisque la démocratisation des leviers économiques qu’elle implique entrait en contradiction avec les intérêts des élites politiques et d’affaires de l’époque. D’autre part, constatant l’inadéquation croissante du modèle québécois à faire face aux enjeux structurel, salarial, écologique et démocratique qui l’affligent au 21e siècle, l’actualisation de la tradition collectiviste permet d’appréhender de nouvelles problématiques liées à la démocratisation de l’économie et à la préfiguration d’un modèle de développement collectiviste résiliant.

Haut de page

Texte intégral

01. Introduction

1Les fondements du modèle de développement économique du Québec sont actuellement fragilisés par une série d’enjeux importants : la crise écologique vient remettre en question le modèle économique extractiviste dans lequel s’inscrit l’économie minière, forestière et agro-industrielle qui structure le développement régional (Tremblay-Pepin et al., 2015) ; la crise sanitaire liée à la COVID-19 a illustré la dépendance de l’économie du Québec à certaines importations clés et questionne la viabilité d’une économie intégrée des chaînes de production mondialisées (Foster et Suwandi, 2020) ; la mise en concurrence internationale des salariés déstabilise les espaces de concertation entre patronat, gouvernement et syndicats (Tremblay et Rolland, 2003). Face à l’enchevêtrement de ces enjeux qui compromettent la reproduction du modèle québécois, il semble utile de revisiter la pensée économique québécoise qui précède et entoure la Révolution tranquille. Une étude des débats économiques du 20e siècle montre que certaines idées ont été mises de côté tandis que d’autres ont façonné l’imaginaire d’acteurs qui allaient contribuer à l’institutionnalisation du modèle québécois.

2La première moitié du 20e siècle est marquée par l’intégration du Canada français au capitalisme industriel. Voulant sortir les Canadiens français de la marginalisation économique, un nouveau courant économique nationaliste élabore un projet de reprise en main de l’économie par les Canadiens français axés sur une économie coopérative et la décentralisation politique. Ses principaux représentants intellectuels sont Errol Bouchette, Édouard Montpetit, Esdras Minville, Olivar Asselin, Anatole Vanier, François-Albert Angers et André Laurendeau qui s’expriment dans la revue l’Action française — plus tard l’Action nationale.

  • 1 Notons que les écrits de ces hommes blancs, notables et catholiques comportent des éléments discrim (...)

3En s’attardant aux propositions élaborées par ce courant de pensée, ce texte souhaite contribuer à relever les défis contemporains du Québec à l’égard de l’économie, la condition salariale et la gestion de l’environnement1.

4Les travaux du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) sur les institutions héritées de la Révolution tranquille éclairent le « particularisme québécois » à l’œuvre (Bélanger et Lévesque, 1994). Par l’étude de la pensée économique de la première moitié du 20e siècle, nous croyons enrichir leurs travaux en soutenant que certaines idées collectivistes furent écartées par les décideurs de la Révolution tranquille alors que l’avenue d’une démocratisation de l’économie est laissée de côté au profit de la formation d’une bourgeoisie québécoise encadrée par une intervention étatique centralisée. Nous émettons l’hypothèse que ces décideurs se sont retrouvés face à un choix historique commun pour les mouvements d’émancipation nationale : prendre contrôle du système légué par la relation coloniale en formant une élite politique, technocratique et économique endogène ou viser une transformation profonde du système en élaborant une alternative propre à la société en question, ancrée dans sa culture et sa trajectoire historique. Face à la crise du modèle fordiste durant les années 1970, la solution de la démocratisation sera une fois de plus écartée au profit de la transition québécoise vers le néolibéralisme. Cette hypothèse cherche donc à retracer une généalogie de la pensée économique collectiviste en considérant les rapports de force historiques qui ont mené à sa suppression.

5Notre texte suit une synthèse des transformations du modèle de développement du Québec depuis le siècle dernier, que nous divisons en trois périodes — 1900 à 1960 ; 1960 à 1980 ; 1980 à nos jours. Chaque période historique sera analysée par l’étude de relations contradictoires entre des variables matérielles, intellectuelles et institutionnelles. En conclusion, nous proposons un programme de recherche visant à préfigurer un modèle de développement québécois contemporain inspiré de la tradition collectiviste.

02. La genèse de la tradition intellectuelle collectiviste (1900-1960)

6Lors de la première moitié du 19e siècle, les Premières Nations passent de « partenaires » commerciaux et militaires à populations encombrantes qui doivent être assimilées. La dépossession territoriale dont elles sont victimes est alors approfondie. Dès 1820, le système des réserves modernes est mis en place, ce qui les exclura de tout rôle économique central au Canada français. Les révoltes canadiennes-françaises de 1837-38 sont matées et débutent en 1840 la période moins tumultueuse de la survivance. Le Canada français est intégré à la logique mercantiliste de la métropole anglaise, qui, en dehors de l’industrialisation de Montréal, ne laisse se développer ailleurs au Québec qu’une agriculture et industrie de subsistance (Bernier et Salée, 1995). Ceci découle des structures féodales héritées de la Nouvelle-France, qui seront réimposées par l’État canadien au moment de la Confédération à la suite de l’échec des rébellions de 1837-38 comme stratégie coloniale de subordination économique et politique.

7Au tournant du 20e siècle, le Québec est engagé dans une transition vers le capitalisme. L’élite commerçante anglophone, ayant exclu du jeu économique les Premières Nations et confinant les francophones au rôle de main-d’œuvre bon marché, est au cœur de ce processus en impulsant l’industrialisation (Bélanger, 1998, p. 61).

8Ce processus implique une prise en charge marchande de l’économie, synonyme notamment d’une séparation du travail et du capital (Paquet et Wallot, 1982, p. 501). La subsistance des Canadiens français urbains—et progressivement celle des ruraux—passe désormais par le marché (ibid.). Au Québec, ces nouveaux rapports de propriété se déroulent dans une hybridation avec les institutions coloniales, instiguées par un pouvoir économique majoritairement anglo-saxon au désavantage des Canadiens français (Roby, 1976).

  • 2 Ce mouvement de marchandisation et ses conséquences sont souvent opposés par divers mouvements de p (...)

9Trois conséquences principales découlent de cette transition canadienne-française au capitalisme : l’industrialisation, l’urbanisation rapide et l’émigration massive vers les États-Unis. Entre 1861 et 1931, le taux de population urbaine du Québec passe de 14,9 % à 59,5 % (Linteau et al., 1989a, p. 167, 1989b, p. 55). Néanmoins, un manque d’approvisionnement en ressources telles que le charbon et le minerai de fer et la hausse des tarifs américains contribue au faible taux d’industrialisation québécois (McInnis, 2000, p 125-127). C’est pourquoi la pauvreté, que nombre d’entre eux fuient en quittant la campagne, n’est pas moins grande dans les faubourgs de Montréal (Aranguiz et Fecteau, 1998)2. Cela va pousser, entre 1830 et 1930, un million de personnes à quitter le Québec afin de rejoindre les centres industriels du nord-est des États-Unis en pleine croissance (McInnis 2000, p. 128).

10C’est dans le contexte de ces bouleversements sociohistoriques que va émerger une pensée originale, que nous qualifions ici de collectiviste, développée par une nouvelle génération de penseurs nationalistes canadiens-français. D’un point de vue social, on y décrit le paupérisme affligeant les populations urbaines (Laurendeau, 1936) ; économiquement, on y dénonce le retard de développement entre le Canada français et ses voisins à l’ouest et au sud, alors que les capitaux américains et anglais dominent la vie économique et empêchent l’essor national (Angers, 1937) ; sur le plan des ressources naturelles, on s’effraie de leur exploitation tous azimuts au bénéfice de tiers (Minville, 1924).

11Pour ces intellectuels catholiques, ces maux trahissent une société traditionnelle fragmentée et déstructurée par l’industrialisation capitaliste. À leur avis, le Canada français doit se doter d’un modèle de développement qui lie les enjeux de solidarité sociale à la préservation de la nation canadienne-française et qui correspond à ses valeurs héritées du catholicisme. Pour Minville, la « priorité absolue de l’intérêt personnel comme mobile de l’activité économique » nuit au devenir de la nation canadienne-française (1933, p. 6). Tous critiquent la régulation capitaliste pour avoir réduit le travail à une opportunité de réaliser des bénéfices, sans égard à sa précarité et à sa pénibilité (Warren, 2004, p. 223).

12Il n’est pas pour autant question chez eux d’abandonner cette société à une lutte des classes, dont ils rejettent la violence révolutionnaire, jugée antinomique à la cohésion et au lien social. Ces auteurs supposent la prééminence de la solidarité nationale sur les rapports de classes et nie ainsi qu’elles ont des intérêts irréductiblement contradictoires. « Qu’on le veuille ou non, toutes les classes d’une même société sont solidaires » (Minville, 1938, p. 424 ; Warren, 2004, p. 226). En somme et contrairement au mouvement socialiste français laïque, on fonde beaucoup d’espoir sur la religion catholique et ses valeurs pour rebâtir un modèle de développement économique porteur d’unité et de solidarité sociale. Or, malgré des éthos aux antipodes, les catholiques sociaux canadiens-français et les socialistes de France proposeront des solutions convergentes, notamment celle du modèle coopératif à travers la figure de l’économiste français Charles Gide (Gide, 2001).

13Les solutions envisagées face aux quatre enjeux déjà cités — la pauvreté, le besoin de modernisation, la position subordonnée des francophones et la gestion des ressources naturelles — varient selon ces penseurs. Premièrement, pour certains, la démocratisation de l’éducation est préconisée comme condition préalable afin que le peuple Canadien français se donne une organisation industrielle servant l’intérêt général de la nation (Bouchette 1901a, p. 17 ; Montpetit, 1917, 1918). Minville, convaincu que les maux sociaux trouvent une partie de leur explication dans « l’esprit de la nation » dont les membres sont « l’expression concrète », insistera sur l’importance d’une éducation qui non seulement offre une formation professionnelle, mais transmet aussi une culture générale et une conscience morale et historique. Autrement, des entreprises menées par des nationaux pourraient très bien reconduire les maux combattus : « tout dépend de l’esprit dont elles procèdent elles-mêmes » (Minville, 1951). En ce sens, le problème renvoie à un capitalisme dérégulé faisant primer le profit sur toute autre considération sociale, et qu’il s’agirait ainsi de « ré-encastrer » au sein d’une nouvelle culture nationale transmise par un système d’éducation robuste et accessible.

14Pour ces penseurs, l’éducation demeure toutefois une condition insuffisante si les Canadiens français ne se donnent pas des leviers de développement organisationnels et financiers pour renverser la domination étrangère (Bouchette, 1901b). Ici, les propositions concernent tour à tour le rôle de l’État, le plein usage de l’épargne populaire ainsi que la configuration prise par le secteur privé. Il s’en dégage un modèle de développement coordonné par un État supplétif (Angers, 1969 ; Minville, 1946, p. 130-131), déployé à travers un complexe de coopératives rurales et urbaines décentralisées (Durand, 1969 ; Laurendeau, 1947) et financées par l’épargne canadienne-française (Montpetit, 1921). Ce modèle original est en porte-à-faux tant avec le libéralisme économique triomphant que son alternative communiste ou socialiste.

15Pour Errol Bouchette, l’État doit assumer un rôle d’intervention décomplexé et devenir « le centre scientifique de la province, le protecteur de l’ouvrier et le banquier de l’industrie » (Bouchette, 1901a, p. 28). L’objectif est de faire contrepoids au secteur privé contrôlé par des « capitalistes métèques » (Minville, 1924, p. 339) dans un contexte où les investissements de capitaux étrangers se multiplient par un facteur de 17 au Canada entre 1900 et 1913 (Bélanger, 1998, p. 50). Olivar Asselin précisera ce programme en défendant la souveraineté politique de l’État québécois (Pelletier-Baillargeon, 1996) et la nationalisation de secteurs clés de l’industrie, nommément les chemins de fer, l’électricité et le gaz (Asselin, 1909).

16Lorsqu’Esdras Minville joint la revue l’Action française en 1923, la grande industrie privée étrangère est plus que jamais dépeinte comme n’étant porteuse d’aucun projet social sinon que son propre développement, au détriment du tissu social canadien-français (Minville, 1924, p. 334-335). Mais il n’est pas pour autant prêt à soutenir le développement d’un État omniprésent remplaçant le secteur privé. C’est en s’appuyant sur l’encyclique sur le corporatisme économique (quadragesimo anno) de 1931 que Minville résoudra finalement cet écueil dans ses écrits. En adoptant une approche de subsidiarité, l’État deviendrait un supplétif au secteur privé, désormais reconverti en coopératives dynamiques contrôlées par leurs membres à majorité canadiens-français (Minville, 1946, p. 232-233). Minville imagine quatre niveaux de concertation décentralisés permettant à la population de coordonner sa vie sociale et économique : des associations professionnelles, un palier local et ensuite régional regroupant des délégués de ces associations et finalement un « Office national des forces productives » nourri des points de vue inférieurs dont le rôle est de coordonner la meilleure stratégie nationale de développement. Cette structure est indépendante de l’État qui a pour rôle de recevoir et d’adopter les solutions échafaudées démocratiquement (Warren, 2004, p. 230). Cette organisation d’inspiration corporatiste a pour finalité une certaine planification en mesure de limiter la puissance déterminante du marché.

17Afin de favoriser une démocratisation de l’économie, Angers et Laurendeau insistent sur le modèle du coopératisme, en misant particulièrement sur le potentiel émancipateur des coopératives de consommateurs, à l’instar du modèle français du début du 20e siècle exprimé notamment par la Fédération nationale des coopératives de consommation. Ces coopératives débutent par des regroupements de consommateurs qui possèdent mutuellement les commerces où ils achètent leurs marchandises et peuvent ainsi prioriser les fournisseurs locaux. Ces coopératives peuvent ensuite se regrouper en fédération et éventuellement devenir des entreprises de production. Cette pratique est promesse d’une économie mutualiste, pacifiée par l’évacuation de l’exigence du profit privé : s’il y a profit, il est retourné systématiquement aux membres, qui sont avant tout motivés par la diminution du coût de la vie (Durand, 1969, p. 491 ; Laurendeau, 1947). Plus largement, ils estiment qu’il ne peut y avoir de démocratie politique sans démocratie économique, où le peuple est en mesure d’exercer un pouvoir direct sur l’économie afin de la mettre au service du bien commun (Angers, 1940, p. 7 ; Warren, 2004, p. 231).

18Afin de financer le développement de ces nouvelles coopératives, tous les économistes identifient l’importance de canaliser l’épargne populaire au sein de leviers de financement nationaux, notamment via les caisses populaires Desjardins. Cette précieuse épargne doit impérativement être déviée des institutions financières anglophones de Montréal et des États-Unis. Autrement, elle devient « une force qui nous échappe et travaille contre nous » (Minville, 1924, p. 340).

19Un troisième problème structurel auquel s’attardent ces penseurs porte sur l’exploitation des ressources naturelles du territoire, dont ils critiquent l’absence de politique favorisant leur 2e et 3e transformation au service du développement national. S’inquiétant de la « politique de concessions sans recours » de droits de coupes forestières accordés à des intérêts anglais et américains, Minville affirme : « il est assez facile d’imaginer dès maintenant qui profite de l’épuisement de nos forêts et qui en souffrira demain. » (Minville, 1924, p. 338). Le premier geste préconisé est de dresser un inventaire de ces ressources, dans un souci de planification rationnelle de leur prélèvement (Minville, 1934).

20L’exploitation des ressources naturelles doit donc s’inscrire dans une pensée plus large de développement régional et national. Vanier insistera sur l’importance de prévoir une transformation locale des ressources extraites avant leur exportation. Citant le cas de l’amiante, il note qu’en 1921, les industriels étrangers ont revalorisé à hauteur de 82 millions $ une valeur d’amiante brut importé de 12 millions $ (Vanier, 1922, p. 327). Cette transformation locale favoriserait une économie rurale forte et résiliente.

21Avec une population éduquée, un État décentralisé et organisé sur le mode de la subsidiarité, mais propriétaire des ressources, des coopératives comme moteur économique mutuel et une épargne canalisée dans des institutions nationales collectives, le Canada français disposerait de leviers lui permettant de gérer ses ressources naturelles à son avantage. En somme, à l’orée de la Révolution tranquille, l’école du nationalisme économique s’emploie à imaginer un modèle de développement alternatif au libéralisme économique, présenté comme antagonique aux valeurs catholiques canadiennes-françaises, en plus de causer l’appauvrissement économique de la nation et de menacer sa préservation.

22Or, ces propositions, principalement la forme de propriété coopérative comme mécanisme de démocratisation de l’économie, entraient en contradiction avec les visées des élites économiques anglo-saxonnes. Les investissements privés internationaux pesaient de tout leur poids sur l’orientation du modèle de développement du Québec (Bélanger, 1998, p. 66). L’État prend fait et cause pour l’industrie, une posture particulièrement visible lors des luttes ouvrières et leur répression (Harvey, 1980). S’il met bien en place une certaine protection sociale suite à l’industrialisation et à l’urbanisation capitaliste — loi de 1921 du gouvernement Taschereau sur l’assistance publique (Petitclerc, 2011) — celle-ci n’infléchit pas la logique économique dominante. En palliant certains de ses effets délétères, l’État permet au système de continuer à fonctionner et se développer. Malgré quelques exceptions, comme l’intervention législative de 1910 qui interdit l’exportation brute de bois à pâte et la nationalisation partielle de l’électricité en 1944 (Linteau et al., 1989a, p. 416, 1989b, p. 53), les idées des penseurs nationalistes demeurent ainsi marginales au sein du modèle de développement économique du Québec.

23À partir de la seconde moitié du 20e siècle, une série de contraintes et d’ajustements déstabiliseront ce modèle. À ce moment, le nationalisme économique nourrira en partie l’imaginaire politique de la Révolution tranquille et l’émergence d’un nouveau modèle de développement québécois. Le collectivisme des intellectuels nationalistes demeurera toutefois écarté, pour être graduellement oublié.

03. La suppression de la tradition collectiviste par la Révolution tranquille (1960 – 1980)

24La seconde moitié du 20e siècle est marquée par le développement d’une série d’innovations institutionnelles qui rompent avec le modèle passé de développement. Cette section, après avoir contextualisé sommairement la Révolution tranquille, s’attarde à comprendre comment et pourquoi les idées collectivistes y furent supprimées.

25Plusieurs contingences révèlent les faiblesses structurelles du modèle québécois à partir des années 1950. La crise économique débutant en 1957 montre l’incapacité du « laissez-faire » de l’Union nationale à faire face aux fluctuations économiques importantes. Des mouvements sociaux de contestation — syndicalisme et féminisme — exigent des réformes qui se heurtent au conservatisme intransigeant du régime de Duplessis, en plus de montrer les limites du « patronage » qui le caractérise (Linteau et al., 1989b, p. 208). Une bourgeoisie francophone en essor se bute à un plafonnement dans l’entreprise privée majoritairement anglophone (McRoberts et Posgate, 1983, p. 122). Une hausse spectaculaire de près de 30 % de la population entre 1951 et 1961, couplée à une urbanisation atteignant 74.3 %, contribue au besoin d’une fonction publique séculière (Linteau et al., 1989b, p. 433 et 535).

26Le Québec est un cas exceptionnel du point de vue de la profondeur de la mutation dans un contexte fordiste. Linteau et al. rappellent, citant l’indicateur du revenu moyen selon l’origine ethnique, qu’au truchement de la Révolution tranquille, « les Canadiens français sont encore des citoyens de seconde zone sur leur propre territoire » (1989b, p. 205). Gagnon et al. (1992) ajoutent que la Révolution tranquille se déploie dans un contexte de reconfiguration continentale de l’économie, où Montréal est progressivement remplacée par Toronto à titre de cœur économique de l’Est du Canada. À l’origine de cette « périphérisation » de Montréal se trouve le renversement de l’axe est-ouest des échanges commerciaux en un axe nord-sud (Gagnon et al., 1992, p. 4). Les capitaux non francophones contrôlent encore 86 % du secteur manufacturier en 1961 (Bélanger, 1998, p. 104). Dans ce contexte, le Québec opte pour des politiques nationalistes de protection sociale et des leviers économiques d’émancipation.

27Une constellation d’acteurs en réfléchiront les termes au sein de revues telles que Cité libre, l’Action nationale et l’Actualité économique ou encore à l’école des sciences sociales de l’Université Laval du père Georges-Henri Lévesque (Dostaler et Hanin, 2005). Compte tenu des sources ténues quant aux influences réciproques entre intellectuels et décideurs durant cette période tumultueuse, nous concentrons notre propos sur la figure de Jacques Parizeau et ses influences puisque son parcours intellectuel témoigne de la rupture entre le nationalisme économique collectiviste du début du 20e siècle et le néonationalisme keynésien qui orientera finalement le projet de la Révolution tranquille. Ce procédé nous permet de contextualiser certains des plus importants choix institutionnels de l’époque en les liant à un bagage intellectuel spécifique.

28Lorsque Jacques Parizeau entre aux HEC de Montréal et y rencontre le professeur François-Albert Angers, il s’introduit à l’école du nationalisme économique. Si au début du 20e siècle, la perspective d’émancipation économique canadienne-française mise de l’avant par cette école ne pouvait constituer, à ses yeux, que des « vœux pieux » (Parizeau, 1968), le contexte économique de la seconde moitié du 20e siècle est tout autre. De nouveaux leviers politico-économiques permettraient peut-être de surmonter les enjeux traditionnels de la société québécoise. Tout d’abord, le revenu annuel par habitant connaît une hausse marquée, passant de 655 $ en 1941 à 1455 $ en 1961 (Linteau et al., 1989b, p. 319). Ces salaires, en plus de faire reculer la pauvreté, représentent des liquidités nouvelles pouvant être effectivement canalisées dans des institutions d’épargne nationales. Le nouvel impôt provincial instauré durant la décennie 1950 contribue également à la hausse des revenus de l’État. Fort de ces deux conditions préalables, un autre levier important peut se déployer : une ouverture nouvelle dans les cercles de pouvoir à un interventionnisme économique décomplexé d’inspiration keynésienne, en rupture avec le libéralisme économique strict des décennies précédentes (Dostaler et Hanin, 2005).

29Parizeau s’inscrira dans ce néonationalisme délesté de ses positions morales conservatrices, mais également de son mutualisme coopératiste décentralisé. Pour lui, la question centrale demeure celle des moyens économiques de l’autonomie politique. Cette réflexion est partagée au même moment par plusieurs auteurs au Québec. Ceux-ci vont toucher des questions plus précises telles que la critique des arrangements fiscaux entre les gouvernements provinciaux et le fédéral (Croisat 1968, 245-249 ; Parenteau 1962), l’analyse des mouvements syndicaux canadiens (Côté 1965), et l’exposition des difficultés d’une planification économique divisée entre deux entités souveraines (Marczewski 1963, Parenteau 1970). Dans le champ du développement régional, des initiatives furent élaborées afin d’augmenter le rôle du gouvernement provincial dans la croissance des zones périphériques, avançant ainsi la cause de l’autonomie administrative de la province. Tout cela souligne à la fois les entraves à l’autonomie québécoise et les opportunités de développement de l’époque, souvent centrées autour de l’État.

30Parizeau, quant à lui, réduit la visée nationaliste de démocratisation de l’économie au dessein d’autonomie économique du Québec, dont cette paraphrase d’Angers explicite la mutation : « une autonomie politique, qui n’est pas accompagnée d’une certaine autonomie économique, est un masque. » (Parizeau, 1956a, p. 156). Parizeau pense l’autonomie économique avec le concept « d’espace économique » emprunté à son professeur François Perroux. Ce dernier associe l’espace économique à des champs d’action à différents niveaux des acteurs économiques qui ne peuvent être réduits à un espace géographique. Par exemple, cela peut renvoyer à l’ensemble des relations économiques entre des acteurs, comme des clients ou des fournisseurs, appartenant à un même secteur d’activité. Cette approche, ne prêtant aucune valeur à l’acception « libre » du marché comme mode de coordination et de régulation économique, fait la part belle aux rapports de pouvoir entre les différents acteurs économiques (Perroux, 1950). Ces rapports de pouvoir, conçus comme étant asymétriques dans une économie capitaliste, participent à la structuration des relations d’échange et à l’organisation de la production. Un État doit, selon Perroux, intervenir directement afin d’influencer la structure économique dans un sens qui correspond à l’intérêt de la société civile. Dans cette ligne de pensée, la croissance ne prend sens chez Parizeau que par un développement humain et des changements de structures au sein du capitalisme (Parizeau 1957, p. 180). L’application au Québec du concept d’espace économique mène à une reconfiguration de la structure de production industrielle à travers une intervention directe de l’État, acteur assez fort pour accomplir ce qu’un laissez-faire ne générait pas.

31Cet accent mis sur le rôle de l’État dans la configuration des échanges et des investissements nationaux n’est pas unique à Parizeau. On remarque de nombreux articles dans l’Actualité Économique portant sur le rôle de l’État dans la transformation du contexte économique québécois. Certains abordent les fonctions de l’État dans le développement des zones périphériques (Michaud 1968), l’optimisation des mouvements de capitaux entre les régions et les secteurs de production (Lotte 1962), l’exploitation des ressources naturelles du Nouveau-Québec (Brochu 1964), le renforcement du secteur financier et des compagnies d’assurance (Bonin 1964), le tout allant dans la direction d’une rationalisation des flux d’investissement par l’intervention étatique. Dans le processus, on espère agir sur les termes d’échange de l’économie du Québec et modifier à son avantage son intégration internationale (Parizeau 1956b).

32L’accès au crédit et la diversification des créanciers sont l’un des leviers d’intervention identifiés par Parizeau afin d’influer sur les rapports de force sous-jacents et ainsi structurer une économie nationale autonome. Cette question sera au cœur d’un des faits d’armes les plus importants de la Révolution tranquille : la nationalisation d’Hydro-Québec complétée en 1963 au moyen d’un emprunt à des banques américaines contournant le « syndicat financier » local acquis aux intérêts des entreprises privées d’électricité (Vallières, 2015).

33Au cours de la Révolution tranquille, Angers et Parizeau s’éloignent intellectuellement, personnifiant ainsi la rupture entre la conception des économistes nationalistes du début du 20e siècle et celle du néonationalisme des années 1960. Pour Angers, les politiques d’inspiration keynésienne dont se réclame Parizeau avec un accent nationaliste « parraissent comme une tentative quasi désespérée … de sauver les intérêts du capitalisme libéral » (Dostaler et Hanin, 2005, p. 166). Pour Parizeau toutefois, qui rédige sa thèse à Londres auprès du keynésien James Meade, l’autonomie économique du Québec passe par l’utilisation de leviers étatiques centralisés. Autrement dit, si pour Angers il s’agit de dépasser le libéralisme par un nationalisme coopératiste et corporatiste décentralisé (Angers, 1974), pour Parizeau, on doit plutôt brider le libéralisme en lui insufflant une régulation sociale et renforcer le pouvoir de l’État au service d’un projet d’émancipation nationale — sociétés d’État, bourgeoisie francophone, leviers financiers, etc.

34Lorsque le gouvernement Lesage est porté au pouvoir en 1960 et amorce les chantiers institutionnels de ce qu’on nommera la Révolution tranquille, la nouvelle élite technocratique doit articuler le projet d’émancipation économique des francophones à une série de facteurs résumés par McRoberts et Postgate : la dépendance envers les capitaux étrangers, les intérêts des classes ouvrière, moyenne et bourgeoise et la division du travail entre francophones et anglophones à l’avantage de ces derniers (1983, p. 289-292). Si une rupture idéologique s’opère quant au rôle de l’État dans la régulation de l’économie, celle-ci se déploie à partir d’une pratique politique ne déviant pas des fondamentaux du régime d’accumulation capitaliste (Racine et Denis, 1971). Cela n’empêche pas pour autant de mobiliser l’épargne populaire à des fins de développement (Parizeau, 1956b). On crée donc la Société Générale de financement pour que puisse se former une bourgeoisie francophone et ainsi amoindrir le contrôle étranger par des fleurons industriels québécois ; on canalise l’épargne des travailleurs au sein de la nouvelle Caisse de dépôt et placement à des fins d’autonomie économique ; on complète la nationalisation de l’électricité en plus d’engendrer d’autres sociétés d’État au sein desquels des francophones peuvent y assumer des rôles de direction (McRoberts et Posgate, 1983, p. 128). Cependant, ces interventions importantes de l’État dans l’économie n’ont pas des bénéfices identiques pour tout le monde. Ce sont les professions libérales et les cols blancs qui en bénéficient le plus au niveau salarial (McRoberts et Posgate, 1983, p. 160). D’ailleurs, au tournant des années 1970, l’alliance entre l’État et le milieu syndical s’effrite à la faveur d’un militantisme combatif, où « l’État vassal de l’entreprise privée » est assimilé à un vecteur « d’exploitation » (Bélanger, 1998, p. 129).

35Par ailleurs, le modèle de développement du Québec de la Révolution tranquille préconise une approche hiérarchique. Une classe de technocrates éclairés est mise en place (Simard, 1979), ce qui contraste avec le courant nationaliste de la première moitié du 20e siècle et son accent mis sur des espaces locaux et régionaux de concertation démocratique cheminant jusqu’à un État chargé de les appliquer.

36Si le néonationalisme keynésien qui s’exprime dans les politiques centralisatrices de la Révolution tranquille s’éloigne des solutions décentralisées et mutualistes défendues par les intellectuels nationalistes d’avant-guerre, les mesures keynésiennes donnent néanmoins certains résultats en matière de contrôle économique et financier : de 1961 à 1987, la propriété francophone de l’ensemble des entreprises passe de 47,1 % à 61,6 % alors que le secteur de la finance bondit de 25,8 % à 58,2 % (Bourque, 2000, p. 63).

  • 3 L’adoption de mesures de protections sociales au Québec s’explique en partie par un changement de p (...)

37Le modèle de développement de la Révolution tranquille permet des progrès socioéconomiques phénoménaux en établissant de nombreuses mesures de protection sociale étatiques (Linteau et al., 1989b, p. 44-646 ; 665)3. Ce modèle, voué à domestiquer le capitalisme marchand par la régulation et la redistribution publique centralisée, aura permis au Québec une hausse généralisée du niveau de vie et la réduction des inégalités. La démarchandisation des risques sociaux par leur inclusion au sein de l’économie publique aura permis à une génération de technocrates de résoudre bon nombre des problèmes les plus criants de la société québécoise : services en éducation et en santé publiques, émergence de l’entrepreneuriat francophone, consolidation de la souveraineté financière de l’État, etc. En somme, la Révolution tranquille réalise incontestablement un aspect du projet collectiviste : octroyer davantage de pouvoir structurel sur l’économie à l’État et à mettre ce dernier au service d’un projet d’émancipation nationale.

38Ce projet apporte aussi des gains sociaux. Entre autres, l’État québécois va adopter une suite de réformes permettant une amélioration considérable de la situation féminine. Les femmes obtiennent le droit de poursuivre des études supérieures, acquièrent une autonomie légale au sein du mariage, et des femmes sont élues à l’Assemblée nationale (Descarries 2005, p. 148-149). On voit aussi des transformations importantes sur le plan des mouvements féministes, qui deviennent plus actifs dans la sphère politique et syndicale. Cela permet l’instauration d’une dynamique partenariale entre l’État et les groupes féministes, ce qui est cohérent avec la logique de l’époque (Descarries 2005, p. 148-149). Par contre, ces progrès restent limités et la culture patriarcale dominante sera sujette à de nombreuses critiques. Les femmes ont une présence moindre dans la sphère politique et dans les journaux influents, et l’attitude générale des dirigeants sera de mettre au second plan les enjeux relatifs à la discrimination sociale. Comme l’explique Dumont (2008, p. 122), le courant de modernisation de l’époque s’adresse surtout à un « nous » abstrait, une sorte d’agglomérat national, qui promeut une visée économique et démocratique « essentiellement androcentrique ». Dans ce cadre homogène, « les revendications de femmes ne sont pas jugées nécessaires » et sont plutôt perçues comme le problème des femmes en tant que groupe ou individus.

39Ce même modèle souffre également de nombreuses limites propres à l’État providence. Notamment, les décideurs de l’époque rompent définitivement avec la tradition intellectuelle collectiviste quant à ses objectifs de démocratiser l’économie. La régulation de l’économie est menée par un État bureaucratique et centralisateur fortement articulé aux intérêts de la nouvelle bourgeoisie francophone. Au tournant des années 1980, les tensions de classes reconduites dans le modèle de développement de la Révolution tranquille s’exacerbent alors que la nouvelle bourgeoisie francophone réclame une diminution de la régulation étatique de l’économie (Linteau et al., 1989b, p. 476). L’héritage de démocratisation de la régulation économique de la Révolution tranquille, bien que réduite au cœur de l’État, sera de plus en plus sous pression.

04. La déliquescence des traces institutionnelles collectivistes (1980 à nos jours)

40Le boom exceptionnel d’après-guerre commence à s’essouffler dès le début des années 1970. Le Québec est lui aussi emporté par le ralentissement économique généralisé : le taux de chômage avoisine les 10 %, avec un pic atteignant 16 % au début des années 1980 (Bélanger, 1998, p. 146). La crise économique, jumelée à une hausse importante des taux d’intérêt, alourdit le poids de la dette publique (Dufour et al., 2019, p. 122). Pour Linteau et al., cette crise économique constitue « un point de rupture » du modèle de développement québécois axé sur une forte régulation étatique (1989b, p. 475).

41Ce contexte contribue à éroder la relation qu’entretiennent le milieu syndical et la communauté d’affaires à l’égard de l’État québécois : pour le patronat, l’État est identifié comme une cause du marasme économique et son rôle interventionniste doit être révisé, tandis que les syndicats dénoncent les coupures de salaires, comme les compressions salariales de la fonction publique en 1982 (Linteau et al., 1989b, p. 711).

42Ce rapport critique à la centralisation étatique touche également un ensemble de groupes sociaux et d’organisations politiques qui, se sentant trahis par les dirigeants politiques, seront plus enclins à des stratégies anti autoritaires et non réformistes (Lambert-Pilotte et al. 2007, p. 139). On verra se multiplier dès les années 1970 les projets de coopératives, d’entreprises autogérées et de groupes affinitaires qui adoptent des stratégies de transformation sociale d’inspiration libertaire. À leur façon à la fois moins nationaliste et plus militante, ces groupes adoptent la part collectiviste, démocratique et décentralisatrice du projet d’émancipation oublié par la Révolution tranquille. Toutefois, leurs projets restent cantonnés aux marges du développement économique. Certains de ces projets se réuniront dans les années 1980 dans la mouvance naissante de l’économie sociale et solidaire.

43L’offensive néolibérale vise ainsi à la fois à relancer la croissance, restaurer le pouvoir de l’élite économique et asseoir la légitimité des impératifs de marché. Ce projet politique va s’appuyer sur une restructuration de l’État, basée sur une rationalisation des programmes sociaux et une dérèglementation des marchés pour stimuler l’investissement (Bernard, 1997). C’est dans ce contexte de fracture sociale que le gouvernement libéral de Bourassa est porté au pouvoir en 1985, celui-ci s’ouvrant alors à une transformation du mode de régulation étatiste du marché par une vision inspirée des propositions néolibérales en circulation en Occident (Bélanger, 2000). La même année, un « comité des sages » est institué pour étudier à l’échelle québécoise l’efficience de la dérèglementation, de la privatisation et de la diminution de la taille de l’État (Québec, 1986a, 1986b, 1986c). On allègue en ce sens la libéralisation de sociétés d’État tels que la SAQ, la SÉPAQ, la SGF et une partie du réseau hospitalier. Pour les partisans d’une réforme néolibérale, la compétitivité de l’économie du Québec exige également une révision du rapport salarial : là encore, l’État surrégulerait la relation capital-travail, une considération qui deviendra plus prégnante vers la fin des années 1980 avec la signature de l’Accord de libre-échange avec les États-Unis. Ce plaidoyer en faveur d’une prééminence de la régulation marchande contredira l’essentiel des institutions de protection sociale du Québec héritées de la Révolution tranquille.

44Or, ce plaidoyer n’est justement, en partie, qu’un discours. Le néolibéralisme est à la fois une promotion de la privatisation des services et une modification du rôle de l’État (Dardot et Laval 2010). Cette transformation consiste non pas à réduire la taille de l’État, mais à modifier son intervention en faisant un créateur de marchés ou de quasi-marchés. Ainsi, il faut transférer le pouvoir de décision d’instance politique et décisionnelle vers des marchés ou des organisations qui les imitent, que ces organisations soient publiques ou privées importe peu (Hurteau et al., 2019).

45La dérégulation néolibérale ainsi que la crise du modèle fordiste stimulent un mouvement communautaire et une économie sociale cultivant des aspirations de démocratisation de l’économie et des services publics (Bélanger et Lévesque, 1992). Placé devant un discours de marchandisation, ce mouvement est vite contenu dans une négociation où l’idéal collectiviste est évacué. Suite au Sommet sur l’économie et l’emploi de 1996, le gouvernement Bouchard consolide une politique austéritaire par l’adoption d’une loi sur le déficit zéro tout en investissant massivement dans le développement de l’économie sociale (Comeau et al. 2002). Le gouvernement tentera alors d’instrumentaliser l’économie sociale pour accomplir le projet néolibéral ; on passe d’une économie sociale marginale, mais agissant comme vecteur de démocratisation, à une économie sociale de service devant pallier les transformations de l’État providence (Lévesque et Petitclerc, 2008). Si cette transition permet une croissance du mouvement de l’économie sociale, qui reste tout de même une opportunité de démocratisation, celle-ci est fortement critiquée. On accuse entre autres l’économie sociale et solidaire de devenir dépendante des subventions de l’État, d’être un levier insuffisant pour répondre aux besoins sociaux et d’insérer des modèles de gestion privée dans la production et la distribution de biens sociaux (Boivin et Fortier 1998).

46Le modèle salarial se transforme sous l’effet de l’intensification de la concurrence, qui mène à une baisse du taux de syndicalisation au Québec à partir de 1992 (Lapointe, 2014, p. 29). On assiste à l’instauration d’un rapport de force au désavantage des travailleurs : leurs salaires stagneront à partir du sommet atteint en 1976, malgré la hausse de productivité du travail de 34,5 % depuis 1983 (Rouillard et Rouillard, 2020, p. 14).

47Du point de vue environnemental, la mainmise étrangère, particulièrement dans le domaine minier — seulement 11,9 % des investissements miniers sont issus de capitaux québécois en 2019 (ISQ, 2019) — s’accentue suite à la mutation partenariale de l’État dont le Plan Nord de 2011 sera un exemple patent.

48La régulation néolibérale de l’économie engendre également une proximité entre les élites politiques et économiques. Au Québec, un phénomène de portes tournantes est observable, ce qui exacerbe la crise de la représentation démocratique libérale (Laurin-Lamothe, 2019).

49 En somme, si le virage néolibéral n’a pas fait disparaître les formes institutionnelles héritées de la Révolution tranquille, il a néanmoins restructuré les rapports sociaux internes à ses institutions. Ainsi, les programmes sociaux s’accompagnent souvent de conditions plus restrictives d’accès, couplées à des mécanismes disciplinaires répressifs accrus. Le modèle « hybride » qui en ressort demeure aux prises avec des facteurs de déstructuration : la mondialisation continue d’exercer une pression sur le régime de relations de travail du Québec ; la financiarisation de l’économie affecte le développement industriel en le soumettant à l’exigence d’une rente financière (L’Italien et al., 2012) ; la crise climatique invite à une réflexion collective sur le modèle actuel de développement.

50 Paradoxalement, c’est de la privatisation et du désengagement de l’État que certaines pratiques collectivistes referont surface durant cette période. En effet, l’État renvoie vers le communautaire et l’économie sociale une part croissante de la protection sociale (Depelteau et al., 2013). Les multiples programmes et subventions voués à réaliser ce virage, combinés au rôle croissant des fondations philanthropiques, participeront à l’essor de l’économie sociale en parallèle d’une concertation « néo-corporatiste » renouvelée (Lévesque et Petitclerc, 2008). Cette résurgence de certains aspects du projet collectiviste — tel que la création locale d’organisations démocratiques pour répondre à des problèmes sociaux — demeure toutefois essentiellement différente de la pensée des penseurs nationalistes puisqu’elle contribue à l’influence du marché sur les choix socio-économiques plus qu’elle ne les limite. En effet, ces organisations précaires demeurent dépendantes de la vente de leurs services sur le marché, du financement arbitraire de fondations philanthropiques (Fortin, 2018) et d’un soutien public insuffisant (Juan, Laville et Subirats, 2000). Que signifierait aujourd’hui une résurgence de la tradition collectiviste québécoise sur ses propres bases ? De ce questionnement naît une invitation à générer de nouvelles problématiques dans une approche interdisciplinaire croisant l’économie politique du développement et de l’étude des innovations sociales.

05. Conclusion

51 Ce texte fait l’hypothèse que l’enchevêtrement des crises structurelle, salariale, écologique et démocratique qui plombent aujourd’hui le « modèle québécois » le place à nouveau à un point de jonction. Quatre avenues de recherche permettraient d’explorer le potentiel du modèle de développement collectiviste afin de résoudre ces crises.

52 Premièrement, les pressions de la mondialisation de l’économie réduisent progressivement le pouvoir structurel de l’État québécois et ses mécanismes de protection sociale. La création d’un Québec Inc. visant à renégocier les termes de l’intégration du Québec à l’économie mondiale aura ainsi mené à un cul-de-sac puisque cette bourgeoisie nationale aujourd’hui confiante d’elle-même a désormais intérêt soit à quitter le territoire national pour faire ses profits ailleurs, soit à infléchir le modèle québécois afin d’en faire un espace économique plus compétitif en diminuant salaires et avantages sociaux. Afin de protéger une divergence renouvelée du modèle québécois face aux pressions homogénéisantes de l’économie globale, des recherches sont nécessaires pour repenser le rôle de la finance souveraine et semi-souveraine de manière à favoriser des circuits économiques courts et une démocratisation de l’économie. L’économie sociale, trop souvent « limitée à un rôle supplétif à l’égard de l’économie de marché » (Lévesque et Petitclerc, 2008, p. 30) est une avenue à approfondir. À ce propos, la tradition collectiviste nous amène aussi à explorer les pistes d’un éventuel développement généralisé d’entreprises publiques régionales et locales.

53 Deuxièmement, les idées collectivistes d’avant-guerre offrent des pistes de solution à la crise salariale actuelle. Les penseurs nationalistes insistent sur les avantages démocratiques et sociaux de la forme de la coopérative. Un modèle économique fortement structuré sur des entreprises collectives possédées par les travailleurs ou les consommateurs serait moins sujet tant aux pressions des marchés internationaux qu’à la délocalisation des emplois (Mazzarol et al., 2014, p. 14). De même, la coordination des différentes coopératives offre des options de contournement des marchés mondialisés. Les entreprises collectives favorisent également la redistribution des revenus (Favreau, 2008, p. 83) — un élément déjà identifié par les penseurs nationalistes — afin de réduire les inégalités.

54 Troisièmement, bien que l’actuelle crise environnementale aigüe soit un anachronisme pour l’époque des économistes nationalistes, leurs soucis affichés quant à une saine gestion des ressources naturelles rendent leurs idées toujours pertinentes pour élaborer une structure industrielle dynamique et soutenable écologiquement. Un contrôle de l’industrie par les gens qu’elle affecte directement peut contribuer à diminuer ses impacts négatifs sur la nature et la population. Ceci implique de repenser la finalité de l’exploitation des ressources, afin qu’il y ait une meilleure adéquation entre les besoins des communautés concernées et les écosystèmes dans lesquels elles sont situées. Cela exige aussi de remplacer les impératifs de marché et de profitabilité par l’instauration d’un réseau de coopératives coordonnées par de nouvelles institutions de planification démocratiques de l’économie. Ainsi, il s’agit de concevoir une politique industrielle verte fondée sur le développement d’entreprises collectives, dont leur structure démocratique ainsi que leur forte tendance à l’intercoopération s’intègrent plus aisément à des espaces de planification que les entreprises traditionnelles.

55 Quatrièmement, il semble important de démocratiser l’économie afin de ne pas reproduire les mêmes dynamiques inégalitaires des dernières décennies. À l’encontre du centralisme politique et économique hérité de la Révolution tranquille, le collectivisme démocratique des penseurs nationalistes offre une avenue à explorer. Le Québec s’est déjà doté d’organisations de développement économique régionales où plusieurs acteurs économiques importants ont l’habitude de participer. Toutefois, il faut se pencher sur les modalités de réformer, autonomiser et financer à grande échelle ces espaces pour favoriser une transition vers une économie démocratisée. Les idées d’Angers et de Minville quant aux fédérations démocratiques de mutuelles mobilisant l’épargne populaire et orientant la planification économique au niveau national constituent ici des pistes porteuses.

Haut de page

Bibliographie

ANGERS, F.-A. (1937), « Pour une politique nationale, l’économique », L’Action Nationale, 10(2) : 92‑107.

ANGERS, F.-A. (1940), « Le malaise social actuel », Vers un ordre nouveau par l’organisation corporatiste : École sociale populaire, 312 : 3‑8.

ANGERS, F.-A. (1969), « La pensée économique d’Esdras Minville », in R. COMEAU (dir.), Économie Québécoise, Montréal, Les cahiers de l’Université du Québec, p. 465-483.

ANGERS, F. A. (1974), La coopération : de la réalité à la théorie économique, Montréal, Fides.

ARANGUIZ, M. et J.-M. FECTEAU (1998), « Le problème historique de la pauvreté extrême et de l’errance à Montréal, depuis la fin du XIXe siècle », Nouvelles pratiques sociales, 11(1) : 83–98.

ASSELIN, O. (1909), A Quebec view of Canadian nationalism: an essay by a dyed-in-the-wool French-Canadian on the best means of ensuring the greatness of the Canadian fatherland, Montréal, Guertin Printing Company.

BÉLANGER, P. et B. LÉVESQUE (1992), « Le mouvement populaire et communautaire : de la revendication au partenariat (1963-1992) », in G. DAIGLE et G. ROCHER (dir.), Le Québec en jeu : comprendre les grands défis Montréal, Presses de l’Université de Montréal, p. 713‑747.

BÉLANGER, P. R. et B. LÉVESQUE (1994), « La modernité par les particularismes : le modèle québécois de développement économique », in F.-R. OUELLETTE et C. BARITEAU (dir), Entre tradition et universalisme. Colloque 1993 de l’ACSALF, Institut québécois de recherche sur la culture, p. 79-96.

BÉLANGER, Y. (1998), Québec inc : l’entreprise québécoise à la croisée des chemins, Montréal, Hurtubise HMH.

BÉLANGER, Y. (2000), « Le modèle québécois survivra-t-il à l’avènement du XXIe siècle ? » in Y. BÉLANGER, R. COMEAU et C. MÉTIVIER (dir), La Révolution tranquille. 40 ans plus tard : un bilan, Montréal, VLB éditeur, p. 179‑186.

BERGERON, J. (1987), « L’autel du libéralisme : une revue des rapports Fortier, Gobeil et Scowen », Société québécoise de science politique, (11) : 129‑138.

BERNARD, M. (1997), L’utopie néolibérale, Montréal, Éditions du Renouveau québécois.

BERNIER, G. et SALÉE, D. (1995), Entre l’ordre et la liberté : colonialisme, pouvoir et transition vers le capitalisme dans le Québec du XIXe siècle, Montréal, Boréal.

BOIVIN, L. et FORTIER, M. (1998), L’économie sociale, l’avenir d’une illusion, Montréal, Fides.

BONIN, B. (1964), « Les mouvements internationaux de capitaux : le « dossier » canadien », L’Actualité Économique 40(3) : 594-606.

BOUCHETTE, E. (1901a), Emparons-nous de l’industrie, Ottawa, Imprimerie générale.

BOUCHETTE, E. (1901b), L’évolution économique dans la province de Québec, Ottawa, Société royale du Canada.

BOURQUE, G. (2000), Le modèle québécois de développement : de l’émergence au renouvellement, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.

BRETON, É., JEPPESEN, S., KRUZYNSKI, A. & SARRASIN, R. (2015), « Les féminismes au cœur de l’anarchisme contemporain au Québec : des pratiques intersectionnelles sur le terrain », Recherches féministes 28(2) : 199-222.

BROCHU, M. (1964), « Suggestions pour un réaménagement de l’administration du Nouveau-Québec », L’Actualité Économique 40(2) : 306-422.

COMEAU, Y., TURCOTTE, D., BEAUDOIN, A., CHARTRAND-BEAUREGARD, J., HARVEY, M.-È., MALTAIS, D., SAINT-HILAIRE, C. & SIMARD, P. (2002). « L’économie sociale et le Sommet socioéconomique de 1996 : le bilan des acteurs sur le terrain ». Nouvelles pratiques sociales, 15(2) : 186–202.

CÔTÉ, M. (1965), « Le mouvement ouvrier canadien est-il dominé par les grands syndicats internationaux ? », L’Actualité Économique 41(3) : 570-577.

CROISAT, M. (1968), « Les programmes conjoints et l’autonomie provinciale », L’Actualité Économique 44(2) : 240-253.

DARDOT, P. et C. Laval. 2010. La nouvelle raison du monde. Paris : La Découverte.

DEPELTEAU, J., FORTIER, F. ET HÉBERT, G. (2013), « Les organismes communautaires au Québec : Financement et évolution des pratiques », Montréal : Institut de recherche et d’informations socioéconomiques, 40 p.

DESCARRIES, F. (2005), « Le mouvement des femmes québécois : état des lieux », Cités 23(3) : 143-154.

DESROSIERS, G. (1984), « Histoire de la santé publique au Québec », Revue canadienne de santé publique 75(5) : 359-363.

DOSTALER, G. et HANIN, F. (2005), « Keynes et le keynésianisme au Canada et au Québec », Sociologie et sociétés, 37(2) : 153‑181.

DUCHESNE, P. (2001), Jacques Parizeau, Montréal, Éditions Québec Amérique.

DUFOUR, M., A. LAURIN-LAMOTHE et R. PEÑAFIEL (2019), « Topoï et légitimation des politiques austéritaires. Une étude des éditoriaux de La Presse de 1980 à 2015 », Éditions de la Maison des sciences de l’homme. «  Langage et société  », 1(166) : 117‑138.

DUMONT, M. (2008), « La culture politique durant la révolution tranquille : l’invisibilité des femmes dans Cité libre et l’Action nationale », recherches féministes 21(2) : 103-125.

DURAND, G. (1969), « La pensée socio-économique d’André Laurendeau » in R. COMEAU (dir.), Économie Québécoise, Montréal, Les cahiers de l’Université du Québec, p. 485‑495.

FAVREAU, L. (2008), Entreprises collectives : Les enjeux sociopolitiques et territoriaux de la coopération et de l’économie sociale, Montréal, Les Presses de l’Université du Québec.

FORTIN, M. (2018), Impact du financement des fondations privées sur l’action communautaire, Le cas de la Fondation Lucie et André Chagnon, Montréal : Institut de recherches et d’informations socioéconomiques, 9 p.

FOSTER, J. B. et I. SUWANDI (2020), « COVID-19 and Catastrophe Capitalism. Commodity Chains and Ecological-Epidemiological-Economic Crises », Monthly review, 2(72) : 1–20.

FRASER, N. (2018), Capitalism : a conversation in critical theory, Cambridge et Medford, Polity Press.

GAGNON, A.-G., MONTCALM, M. B. et DESRUISSEAUX, P. (1992), Québec : au-delà de la Révolution tranquille, Montréal, VLB éditeur.

GIDE, C. & DEVILLERS, P. (2001). Coopération et économie sociale : 1886-1904, Paris : L’Harmattan.

HARVEY, F. (1980), Le mouvement ouvrier au Québec, Montréal, Éditions du Boréal Express.

HURTEAU, P. (dir). 2019. Dépossession : Une histoire économique du Québec contemporain, 2- Les institutions publiques, Montréal : Lux.

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC (2019), Mines en chiffres, en ligne, https://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/mines/mines-chiffres-nov2019.pdf

JUAN, M., J-L. LAVILLE ET J. SUBIRATS, (dir) (2020), Du social business à l’économie solidaire : Critique de l’innovation sociale, Toulouse, Éditions érès.

LAMBERT-PILOTTE, G., DRAPEAU, M.-H. & KRUZYNSKI, A. (2007), « La révolution est possible : Portrait de groupes autogérés libertaires au Québec », Possibles, 31(1-2) : 138-159.

LAPOINTE, P.-A. (2014), « Au Québec, est-ce que l’enrichissement profite vraiment à tout le monde ? », Institut de recherche et d’informations socioéconomiques, Montréal, en ligne, http://iris-recherche.s3.amazonaws.com/uploads/publication/file/Reprise-Enrichissement-WEB.pdf

LAURENDEAU, A. (1936), « À la recherche d’une mystique nationale », L’Action Nationale, 8(4) : 219‑228.

LAURENDEAU, A. (17 octobre 1947), « Pour combattre la vie chère », Le Devoir, Montréal, p. 1.

LAURIN-LAMOTHE, A. (2019), Financiarisation et élite économique au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval.

LÉVESQUE, B., BOURQUE L., G. ET VAILLANCOURT, Y. (1999). Trois positions dans le débat sur le modèle québécois. Nouvelles pratiques sociales, 12(2), 1‑10.

LÉVESQUE, B. et M. PETITCLERC (2008), « L’économie sociale au Québec à travers les crises structurelles et les grandes transformations (1850-2008) », Économie et Solidarités, 39(2) : 14‑37.

LINTEAU, P.-A., R. DUROCHER et J.-C ROBERT (1989a), Histoire du Québec contemporain. De la Condéfération à la crise (1867-1929). Tome I, Montréal, Les Éditions du Boréal.

LINTEAU, P.-A., R. DUROCHER et J.-C. ROBERT (1989b), Histoire du Québec contemporain. Le Québec depuis 1930. Tome II, Montréal, Les Éditions du Boréal.

LOTTE, J. (1962), « L’évolution récente des investissements au Canada » L’Actualité économique, 37(4) : 635‑660.

MARCZEWSKI, J. (1963), « Les conflits de souveraineté économique dans un système planifié » L’Actualité économique, 39(1) : 5‑34.

MASSÉ, B. (2020), La lutte pour le territoire québécois : entre extractivisme et écocitoyenneté, Montréal, Éditions XYZ.

MAZZAROL, T., S. REBOUD et E. MAMOUNI LIMNIOS (2014), Research Handbook on Sustainable Co-operative Enterprise : Case Studies of Organisational Resilience in the Co-operative Business Model, Cheltenham, Edward Elgar Publishing.

MCINNIS, M. (2000), « La grande émigration canadienne : quelques réflexions exploratoires », L’Actualité économique, 76(1) : 113–135.

MCROBERTS, K. et D. POSGATE (1983), Développement et modernisation du Quebec, Montréal, Boréal Express.

MICHAUD, L. (1968), « Le déséquilibre urbain québécois » L’Actualité économique, 44(1) : 128‑140.

MINVILLE, E. (1924), « L’ennemi dans la place : le capital étranger » L’action française, 11(6) : 323‑349.

MINVILLE, E. (1933), « Le capitalisme et ses abus », L’école sociale populaire, 232 : 5‑17.

MINVILLE, E. (1934), « La vocation économique de la province de Québec », L’Action nationale, 65(9‑10) : 784‑793.

MINVILLE, E. (1938), « Quelques aspect du problème social dans la Province de Québec », L’Actualité économique, 1(7) : 401‑424.

MINVILLE, E. (1946), Le Citoyen canadien-français : notes pour servir à l’enseignement du Civisme. vol. 1, Montréal, Fides.

MINVILLE, E. (1951), « Les conditions de l’autonomie économique des Canadiens français », L’Action Nationale, 37(4) : 260‑285.

MONTPETIT, E. (1917), « Vers la supériorité » L’Action française, 1(1) : 1‑7.

MONTPETIT, E. (1918), « Nos forces économiques », L’Action française, 2(11) : 482‑509.

MONTPETIT, E. (1921), » L’indépendance économique des Canadiens français », L’Action française, 5(1) :4‑21.

PAQUET, G. et J.-P. WALLOT (1982), « Sur quelques discontinuités dans l’expérience socio-économique du Québec  : une hypothèse », Revue d’histoire de l’Amérique française, 35(4) : 483‑521.

PARENTEAU, R. (1962), « Les finances publiques depuis 1957 » L’Actualité économique, 37(4) : 693‑712.

PARENTEAU, R. (1970), « L’expérience de la planification au Québec (1960-1969) » L’Actualité économique, 45(4) : 679‑696.

PARIZEAU, J. (1956a), « Les investissements américains sont-ils une menace ? », L’Actualité Économique, 32(1) : 140‑156.

PARIZEAU, J. (1956b), « Les problèmes de l’aide extérieure », in A. SAUVY et G. BALANDIER, Le tiers monde : sous-développement et développement, Paris, Presses universitaires de France, p. 331‑348.

PARIZEAU, J. (1957), « Les mesures des progrès économiques et l’idée d’économie progressive, par François Perroux (Recension) », Actualité économique, 33(1) : 179.

PARIZEAU, J. (1968), « La recherche en sciences économiques » in L. BEAUDOIN, La recherche au Canada français, Montréal, Presses universitaires de Montréal.

PELLETIER-BAILLARGEON, H. (1996), Olivar Asselin et son temps, Montréal, Fides.

PERROUX, F. (1950), « Les Espaces économiques », Archives de l’ISEA, 1 : 225‑244.

PETITCLERC, M. (2011), « À propos de “ceux qui sont en dehors de la société”. L’indigent et l’assistance publique au Québec dans la première moitié du XXe siècle », Revue d’histoire de l’Amérique française, 65(2‑3) : 227–256.

QUÉBEC (PROVINCE) GROUPE DE TRAVAIL SUR LA DÉRÉGLEMENTATION (1986a), Réglementer moins et mieux : rapport final du Groupe de travail sur la déréglementation, R. SCOWEN (dir), Québec.

QUÉBEC (PROVINCE) GROUPE DE TRAVAIL SUR LA PRIVATISATION DES SOCIÉTÉS D’ÉTAT (1986b), De la révolution tranquille à l’an deux mille, P. FORTIER (dir), Québec.

QUÉBEC (PROVINCE) GROUPE DE TRAVAIL SUR LA RÉVISION DES FONCTIONS ET DES ORGANISATIONS GOUVERNEMENTALES (1986c), La révision des fonctions et des organisations gouvernementales : un point de départ, P. GOBEIL (dir), Québec.

RACINE, L. et R. DENIS (1971), « La conjoncture politique québécoise depuis 1960 », Socialisme québécois, 21‑22 : 17‑79.

ROBY, Y. (1976), Les Québecois et les investissements américains : 1918-1929, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval.

ROUILLARD, J. (2004), Le syndicalisme québécois : deux siècles d’histoire, Montréal, Éditions Boréal.

ROUILLARD, J. et J.-F. ROUILLARD (2020), « L’évolution des salaires réels au Québec de 1940 à 2018  : Analyse historique », L’Actualité économique, 96(1) : 1‑49.

SIMARD, J.-J. (1979), La longue marche des technocrates, Laval, Albert Saint-Martin.

TREMBLAY, D.-G. et D. ROLLAND, (2003). Concertation : modèles et perspective [Note de recherche], Université du Québec : Chaire de recherche du Canada sur les enjeux socio-organisationnels de l’économie du savoir.

TREMBLAY-PEPIN, S. (dir) (2015), Dépossession : une histoire économique du Québec contemporain. Tome I : les ressources, Institut de recherche et informations socio-économiques, Montréal, Lux Éditeur.

VALLIÈRES, M. (2015), Le Québec emprunte : syndicats financiers et finances gouvernementales, 1867-1987, Québec, Septentrion.

VANIER, A. (1922), « L’État français et les États-Unis » L’Action française, 7(6) : 322‑338.

WARREN, J.-P. (2004), « Le corporatisme canadien-français comme “système total”. Quatre concepts pour comprendre la popularité d’une doctrine », Recherches sociographiques, 45(2) : 219‑238.

Haut de page

Notes

1 Notons que les écrits de ces hommes blancs, notables et catholiques comportent des éléments discriminatoires sur les questions religieuses, raciales et sexuelles et ne reflètent certainement pas la diversité des points de vue de l’époque.

2 Ce mouvement de marchandisation et ses conséquences sont souvent opposés par divers mouvements de protection sociale et d’émancipation visant à contester la faible régulation du marché (Fraser 2018). Par exemple, du côté de la protection sociale, des organisations syndicales se forment pour défendre les travailleurs et pour militer en faveur de lois qui imposeraient de meilleures conditions de travail (Rouillard, 2004). De même les sociétés de secours mutuels, les cercles agricoles et les caisses populaires sont des formes d’organisation des travailleurs en vue de leur émancipation (Lévesque et Petitclerc, 2008).

3 L’adoption de mesures de protections sociales au Québec s’explique en partie par un changement de paradigme théorique au niveau national, mais appartient aussi à une mouvance générale des pays développés libéraux vers le fordisme. Il serait impossible de dissocier les événements ci-dessus de cette transformation du capitalisme qui s’effectue alors dans de nombreux pays, et dans d’autres provinces canadiennes. Ainsi, lorsque l’État québécois instaure une assurance maladie universelle, celui-ci s’inspire directement de politiques précédentes, et suit l’initiative d’autres provinces telle que la Saskatchewan (qui était la première province canadienne à adopter un tel régime). À l’époque, la Révolution tranquille est pour le Québec une période de rattrapage social, et les commissions établies par le gouvernement vont grandement s’inspirer de l’Ontario, des provinces de l’Ouest, et des États-Unis afin de tirer leurs conclusions (Desrosiers 1984, 360-361).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Dufort, Mathieu Dufour, Simon Tremblay-Pepin, Colin Pratte et Alexandre Michaud, « La tradition collectiviste québécoise : renouer avec une pensée économique supprimée pour renouveler le modèle de développement du Québec »Revue Interventions économiques [En ligne], 67 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/17207 ; DOI : https://doi.org/10.4000/interventionseconomiques.17207

Haut de page

Auteurs

Philippe Dufort

Professeur, École d’innovation sociale Élisabeth-Bruyère, Université Saint-Paul, pdufort@ustpaul.ca

Mathieu Dufour

Professeur, Département des sciences sociales, Université du Québec en Outaouais (UQO), mathieu.perron-dufour@uqo.ca

Articles du même auteur

Simon Tremblay-Pepin

Professeur, École d’innovation sociale Élisabeth-Bruyère, Université Saint-Paul, stremblay@ustpaul.ca

Colin Pratte

Doctorant, Département de sociologie, Université du Québec à Montréal (UQAM), pratte.colin@courrier.uqam.ca

Alexandre Michaud

Bachelier, École d’innovation sociale Élisabeth-Bruyère, Université Saint-Paul, amich034@uottawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search