Navigation – Plan du site

AccueilDossiers68Contribution des livings labs à l...

Contribution des livings labs à l’innovation sociale territoriale : perspectives d’analyse et d’évaluation

Contribution of Livings Labs to Territorial Social Innovation: Analysis and Evaluation Perspectives
Lynda Rey, Jean-François Lévesque, Marie-Christine Therrien et Joris Arnaud

Résumés

L’innovation sociale territoriale (IST) vise notamment à apporter des solutions innovantes systémiques et transformatrices aux enjeux sociaux complexes existants et émergents sur un territoire donné. L’une des stratégies de plus en plus implantées par les autorités publiques et les acteurs sociaux pour y parvenir est la mise en place d’instruments d’action publique (IAP) axés sur l’innovation en condition réelle tels que les Livings labs (LL). Le présent article apporte un éclairage sur la contribution des LL conçus comme IAP, à l’innovation sociale territoriale et à proposer un cadre conceptuel pour l’analyser et l’évaluer. À partir d’une revue exploratoire de la littérature, nous avons d’abord identifié les caractéristiques des LL en tant qu’IAP. Par la suite, nous avons examiné la pertinence des cadres conceptuels existants. Le cadre d’analyse de Belley et Saint-Pierre (2017b) a ainsi été identifié comme guide pertinent pour apprécier la contribution des LL sur un territoire. Il permet d’analyser le LL en tant qu’instrument d’action publique et met en évidence la logique d’intervention sous-jacente sur un territoire. En combinant ce cadre à une démarche d’évaluation évolutive, les professionnels seront mieux outillés.

Haut de page

Texte intégral

01. Introduction

1Face à la complexité et à l’évolution constante des enjeux sociétaux contemporains, les acteurs territoriaux investissent, de manière stratégique, leurs ressources et leur expertise dans des initiatives d’innovation sociale (IS). En effet, il existe des liens étroits entre l’IS et le territoire. D’une part, l’IS a un effet sur le développement local (Hillier, Moulaert, et Nussbaumer, 2004) et le territoire (Fontan, et Klein, 2004) et d’autre part, le territoire influence « la capacité de mener ou non des démarches innovantes » (Fontan, 2011: 19). Pour certains auteurs, le territoire peut constituer un point d’ancrage pour l’IS et contribuer ainsi à « l’incubation de propositions de changement sociétal » (Fontan et Klein,2004: 139) visant à répondre « à des besoins sociaux non satisfaits » (Richez-Battesti, Petrella et Vallade, 2012 :22).

2Cette relation entre le territoire et l’innovation est également complexe (Loilier, 2010). D’abord, elle s'inscrit dans un système au sein duquel interagit une diversité d’acteurs, d’institutions, de normes et de valeurs. Ensuite, sur un territoire, les tensions entre le rôle catalyseur des acteurs sociaux dans les processus d’innovation et les contraintes structurelles à surmonter pour innover se révèlent (Hillier, Moulaert, et Nussbaumer, 2004:34; Fontan, 2011). Selon Doloreux (2004:1), « l’innovation sociale est un processus territorialisé, stimulé non pas seulement par les ressources localement ancrées, mais également par le contexte social et institutionnel ».

3Parmi les dispositifs institutionnels permettant de stimuler l’innovation sociale sur le territoire notamment à travers la mobilisation de diverses formes d’intelligence (Bergvall-Kåreborn et Stahlbrost, 2009), les Living labs (LL) suscitent actuellement beaucoup d’engouement. En effet, en bénéficiant des capacités et expertises diversifiées des acteurs en présence et en mobilisant les ressources nécessaires pour accompagner les initiatives innovantes localement, le LL facilite la concertation et favorise le sentiment d’appartenance territoriale (Scaillerez et Tremblay, 2017). Ainsi, ils promeuvent les conditions favorables à la créativité, à la participation citoyenne, et à la réflexion collective.

4Plus spécifiquement, les LL sont conçus comme des espaces d’innovation permettant aux usagers d’imaginer, de développer et de créer des services ou des outils innovants qui répondent à leurs besoins ou à leurs aspirations. En permettent aux usagers de questionner les pratiques et les modalités d’action en développement territorial (Bergvall-Kareborn et Stahlbrost 2009 cité par Klein et Pecqueur, 2017), ils participent au processus de territorialisation de l’IS (Torre, 2018).

5Dans une perspective territoriale, il est pertinent de considérer les LLs comme des instruments d’action publique (IAP). En effet, les IAP sont des dispositifs permettant aux gouvernements et aux administrations publiques à tous les niveaux d’influencer les réflexions, les décisions et les actions des divers acteurs, tant individuels que collectifs, tout en soutenant le pilotage et l'administration des territoires (Belley et Saint-Pierre, 2017b). Dans la même veine, Lascoumes et Le Galès (2007) considèrent que les IAP sont porteurs de valeurs et peuvent organiser les relations sociales avec l’État. En somme, les IAP contribuent à l’intervention publique sur un territoire et à la création de valeur publique.

6Pour autant, si l’IS territorial et LL semblent avoir en partage certaines caractéristiques telles que la réponse à des besoins sociaux, la cocréation de valeur publique à travers des processus créatifs et réflexifs ou encore la transformation des territoires, il n’existe pas de référentiel unique permettant d’analyser ni d’évaluer l’IS territorial et les LL. La recherche en la matière est encore à l’étape de balbutiements (Von Wirth et al., 2019; Puerari, et al. 2018; Ståhlbröst, 2012). Des défis subsistent pour examiner le bien-fondé autant des LL que des initiatives d’innovation sociale sur le territoire; de montrer l’utilisation efficace et efficiente des ressources utilisées pour les mettre en œuvre ou encore, de documenter le travail collaboratif qui les caractérise en vue de produire réellement un impact à différents niveaux.

7Le présent article propose d’apporter un éclairage sur ces enjeux en mettant en exergue des orientations conceptuelles et méthodologiques pour analyser et évaluer la contribution des LL à l’innovation sociale territoriale. À partir d’une revue exploratoire des écrits scientifiques, nous expliquons d’abord comment les LL sont des instruments d’action publique favorables à l’innovation territoriale. Dans une deuxième section, nous présentons des cadres conceptuels d’analyse et d’évaluation évolutive des LL. Finalement, nous proposons une première version d’un cadre d’analyse et d’évaluation des LL dans une perspective d’innovation sociale territoriale (IST).

02. Les LL, des instruments d’action publique favorables à l’IST

2.1 Quatre modalités de déploiement des LL

8Dans la littérature, les LL sont définis selon trois modalités. Dans un premier temps, les LL constituent un réseau intégrant divers acteurs en partenariat 4P (partenariat-public-privé-personne) de manière virtuelle ou physique sur un territoire dans le but de collaborer pour la création, le prototypage, la validation et l’expérimentation de nouvelles technologies, produits, services, etc., en contexte d’environnement réel (Westerlund et Leminen, 2011). Ensuite, les LL sont aussi des plateformes sociotechniques organisant les parties prenantes dans un écosystème d’innovation. Ces plateformes permettent le partage des ressources en fournissant un cadre de collaboration et un environnement réel avec le support d’une gouvernance représentative, des normes d’innovation ouverte et de différentes activités/méthodes dans le but de recueillir, de créer, de communiquer et de livrer de nouvelles connaissances, des solutions validées, un développement professionnel, ainsi qu’un impact social (Westerlund, Leminen et Habib, 2018). De plus, les LL sont considérés comme une méthodologie de recherche en environnement réel utilisée par les organismes de recherche en coopération avec des partenaires publics et privés en vue de développer et d’expérimenter des innovations par la co-création avec les usagers (Dekker et al. 2019). Enfin, les LL peuvent servir d’instruments pour expérimenter et améliorer les nouvelles technologies par l’implication des futurs usagers dans la conception et la création de nouveaux services ou produits compétitifs et fructueux (Franz, 2015). En somme, l’implication des usagers dans un processus d’innovation ancré dans environnement réel et visant un impact durable caractérise les LL.

2.2 Les Living labs comme instruments d’action publique (IAP)

9Parmi les modalités de déploiement des LL exposées ci-dessus, on note que certaines recherches urbaines et territoriales ont utilisé le LL comme un instrument d’inclusion et de participation citoyenne (Franz, 2015). En extrapolant cet usage, on peut considérer plus généralement les LL comme des instruments d’action publique capables de soutenir l’innovation territoriale.

10D’ailleurs, Belley et Saint-Pierre (2017a) mettent en lien leur définition des instruments d’action publique avec la notion du territoire. Les instruments d’action publique « […] constituent ainsi des théories (de l’action ou changement), des mécanismes, dispositifs, moyens ou outils qui, devant un problème ou une situation donnée, permettent d’atteindre un objectif de politique publique et de produire un impact sur la société » (Belley et Saint-Pierre, 2017a :7). Les autorités publiques sur un territoire peuvent ou non activer ces instruments dans le but de réguler divers enjeux de valorisation ou d’usage des ressources (politique, juridique, humaines, etc.), notamment par la planification, la réglementation, le financement, la documentation, l’organisation, la coordination ou l’évaluation des activités utilisant ou affectant les ressources du territoire (Belley et Saint-Pierre, 2017a). Les IAP sont appliqués dans un espace-temps où les acteurs interagissent dans un rapport variable avec l’État (Belley et Saint-Pierre, 2017a). Pour Aguilera (2014 :1), « les instruments sont des outils souples de gouvernement permettant l’innovation des politiques publiques […] vecteurs de diffusion d’innovation et de désectorialisation des politiques facilitant une ouverture de la gouvernance urbaine » (Aguilera, 2014 :1). Les IAP et les LL ont ainsi en partage des caractéristiques favorables à l’innovation sociale en contexte territorial, ce qui ultimement contribue à générer de la valeur publique.

Tableau 1. Caractéristiques des instruments d’action publique et des Living labs

Caractéristiques des instruments d’action publique (Belley et
Saint-Pierre, 2017b)

Caractéristiques des
Living labs (Hossain et al., 2019; Werterlund, Leminen
et Habib, 2018)

Contexte

Territoire

Environnement réel

Méthodologie

Théories de l’action ou du changement, mécanismes, dispositifs, moyens ou outils

Diversité de méthodes, approches et outils

Processus d’innovation et activités implantées

Diverses activités de régulation des ressources (planification, coordination, évaluation, organisation, financement...)

Diversité d’activités de validation, d’expérimentation, de co-création; raffinement des politiques; financement des activités d’innovation modèles d’affaires, infrastructures et mise en réseau

Parties prenantes

Présence des autorités politiques, degré d’interactions et rapport entre divers acteurs avec l’État

Diversités des parties prenantes publiques-privées-usagers (citoyens)

Finalités

Résolution de problèmes et enjeux

Régulation des ressources

Impact social

Impact positif; Effets tangibles et intangibles

Durabilité et changement d’échelle

11L’analyse des LL comme des instruments d’action publique permet de dresser les constats suivants :

  • le contexte territorial constitue l’environnement réel des LL;

  • la flexibilité méthodologique permet de mobiliser différentes théories d’action sociale et/ou de changement tout en combinant une diversité d’approches, de méthodes et d’outils;

  • le processus d’innovation est implanté en cohérence avec les activités de régulation de ressources (p.ex. la planification, la coordination, l’évaluation...)

  • l’implication de diverses parties prenantes, leurs interactions et degrés d’ouverture vis-à-vis des autorités publiques;

  • la recherche d’un impact durable, d’un passage à l’échelle, d’effets tangibles et intangibles des initiatives visant à résoudre un problème ou un enjeu sociétal.

12Ces éléments concourent à une meilleure compréhension de l’apport des LL à l’innovation sociale territoriale. Ainsi, comment se définit l’innovation sociale et comment un instrument d’action publique peut-il y contribuer?

2.3 Des Living labs véhicules d’IST : deux cas illustratifs du secteur agricole canadien

13Selon le Réseau québécois en innovation sociale (2011) :

Une innovation sociale est une nouvelle idée, approche ou intervention, un nouveau service, un nouveau produit ou une nouvelle loi, un nouveau type d’organisation qui répond plus adéquatement et plus durablement que les solutions existantes à un besoin social bien défini, une solution qui a trouvé preneur au sein d’une institution, d’une organisation ou d’une communauté et qui produit un bénéfice mesurable pour la collectivité et non seulement pour certains individus. La portée d’une innovation sociale est transformatrice et systémique. Elle constitue, dans sa créativité inhérente, une rupture avec l’existant (RQIS, 2011:10).

14Cette définition peut se superposer avec celle d’un IAP et d’un LL. L’IAP vise également à répondre à un besoin réel défini sur un territoire à travers des interventions (p.ex. des lois, des interventions, des projets, etc.). Il peut être utilisé par une institution, une organisation ou une communauté notamment dans un cadre de collaboration. Il a aussi pour finalité de produire des bénéfices durables et mesurables pour les individus sur un territoire. Finalement, il s’inscrit dans une perspective systémique et transformatrice. Ainsi, le LL peut être considéré autant comme un IAP territorial innovant que comme un véhicule d’IS territorial. S’inscrivant dans un environnement réel, le LL contribue à définir un besoin social sur un territoire. Il s’inscrit dans un arrangement institutionnel, organisationnel ou communautaire. Il utilise un processus d’innovation axé sur l’exploration, la co-création, l’expérimentation et l’évaluation encourageant l’aspect transformateur et systémique de l’innovation sociale. Finalement, il cherche à produire des effets tangibles et intangibles mesurables pour les usagers et la collectivité.

15Le tableau suivant présente deux exemples de LL qui reflètent des expérimentations ancrées dans un territoire donné en vue de résoudre un enjeu identifié par les acteurs du secteur agricole : « L’initiative des laboratoires vivants » d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et l’AcadieLab-Laboratoire vivant en milieu agricole.

Tableau 2. Deux LL œuvrant pour l’innovation sociale en contexte agricole

Caractéristiques selon Hossain et al. (2019)

Initiative des laboratoires vivants (AAC) (Agriculture et agroalimentaire Canada, 2021a; 2021b; 2021c)

AcadieLab

(L’AcadieLab, 2021)

Contexte en environnement réel

« Effectuer des essais dans un contexte de vie réelle : Les pratiques et les technologies sont mises à l’essai dans le contexte et à l’échelle où elles seront adoptées : dans les exploitations agricoles locales, dans des conditions réelles de production agricole. » (2021a)

« L’AcadieLab est un projet collectif d’aménagement intégré qui déploie depuis 2015 des processus de co-création et d’expérimentation de solutions de réhabilitation des agroécosystèmes adaptées aux agriculteurs du bassin versant de la rivière L’Acadie en Montérégie. »

Parties prenantes

« Des partenariats vastes et diversifiés : Les agriculteurs, les équipes multidisciplinaires de scientifiques et de chercheurs ainsi que d’autres collaborateurs apportent leur expertise et leurs ressources pour élaborer des pratiques et des technologies agricoles novatrices. Ces partenaires comprennent les Premières Nations, les institutions gouvernementales, les représentants de l’industrie, les organisations à but non lucratif et les groupes de producteurs. » (2021a)

Public-privé-citoyen

Activités

Cycle de codéveloppement (élaboration conjointe) -Expérimentation (mise à l’essai en milieu réel) -Évaluation (utilisation pratique, efficacité et viabilité des innovations)

La co-création, l’exploration, l’expérimentation en condition réelle et l’évaluation

Modèles d’affaires et réseaux

Réseau national (Atlantique, Est des Prairies, Québec, Ontario); mobilisation internationale et divers partenariats

Autres acteurs impliqués : 6 universités […]; des collaborateurs en recherche technologique et autres laboratoires vivants: […]; des représentants des ministères fédéraux et provinciaux ; […] des représentants des pouvoirs publics locaux et régionaux : […] ; des collaborateurs locaux : […]; des représentants du syndicat agricole : […]; Membre de l’ « European Network of Living Lab (ENoLL) »

Méthodes-outils-approches

Collaboration avec les agriculteurs; études des facteurs socio-économiques, environnementaux, des coûts et rentabilité; évaluer l’efficacité du LL

Design thinking; association entre la recherche académique-la pratique en agronomie, biologie, aménagement du territoire et des agriculteurs; co-création

Défis

Durabilité; élaboration de nouvelles pratiques et technologies et leur évaluation

Coconstruction et expérimentation des améliorations ou des nouvelles pratiques agroenvironnementales.

« Induire un changement de comportement à long terme chez les parties prenantes […] »

Renforcement des capacités individuelles et collectives des acteurs pour le transfert des connaissances et des innovations.

Effets tangibles/

intangibles

Nouvelles pratiques et technologies pour les agriculteurs (2021b)

Plan d’action commun pour le territoire; connaissances; fiches techniques-concepts de bandes riveraines-outil de simulation visuelle...

Durabilité

L’Initiative des laboratoires vivants permettra : « Atténuer les effets des changements climatiques et s’y adapter;

Réduire la contamination de l’eau;

Améliorer la conservation des sols et de l’eau;

Maximiser la capacité des habitats et la biodiversité des paysages agricoles. » (2021a)

« Les savoirs de multiples parties prenantes de l’agroécosystème profitent à cette quête de solutions et à la sauvegarde de notre environnement. »

Création d’un plan commun pour le territoire par la co-construction avec les agriculteurs.

16Suivant la définition d’un IAP de Belley et Saint-Pierre (2017a), il nous est possible de caractériser ces deux LL en tant qu’IAP. Ici, l’Initiative des Laboratoires vivants se déploie sur le territoire canadien en Atlantique, à l’est des Prairies, au Québec, en Ontario et l’AcadieLab est implanté sur le bassin versant de la rivière L’Acadie en Montérégie. Ce territoire constitue l’environnement réel des LL en tant qu’IAP. De plus, les IAP mobilisent diverses approches-méthodes-outils, ainsi que des théories d’action sociale et/ou de changement. Leur activation ou non par les autorités publiques sur un territoire amène l’implantation d’activités de régulation des ressources. Alors, l’Initiative des Laboratoires vivants met en œuvre un cycle de codéveloppement (élaboration conjointe) qui s’apparente à une étape d’émergence - expérimentation (mise à l’essai en milieu réel) -évaluation (utilisation pratique, efficacité et viabilité des innovations) et l’AcadieLab mise sur la cocréation, l’exploration, l’expérimentation et l’évaluation en condition réelle. De plus, dans les deux cas, la contribution mutuelle entre la recherche et la pratique est un élément spécifique (Figure 1).

17La figure suivante synthétise le cycle itératif de l’innovation propre aux LL en général.

Figure 1. Cycle itératif synthèse du processus d’innovation des LL

Figure 1. Cycle itératif synthèse du processus d’innovation des LL

Source : les auteurs

18Les IAP sont appliqués dans un espace-temps où les acteurs interagissent et dont leur rapport est plus ou moins en marge de l’État (Belley et Saint-Pierre, 2017a). Cette interaction se traduit par le fait qu’autant l’Initiative des Laboratoires vivants qu’AcadieLab s’articulent dans un environnement réel sur un territoire, où les acteurs publics-privés-citoyens (p.ex. les gouvernements de divers paliers, des scientifiques, des agriculteurs...) interagissent dans un espace-temps avec diverses ressources mises à contribution. Aussi, les deux LL développent un réseau pour la mise en œuvre du LL.

19Finalement, ces deux initiatives visent un impact durable lié à l’environnement et au développement du secteur agricole canadien. Par exemple, l’Initiative des Laboratoires vivants promeut notamment l’adaptation au changement climatique, l’élaboration de nouvelles pratiques et de technologies, tandis que L’AcadieLab mise sur la sauvegarde de l’environnement, notamment par un plan commun pour le territoire. Cette définition des LL comme un IAP permet d’identifier ultimement la valeur publique générée par les Livings Lab en contexte d’innovation territoriale.

20La caractérisation des LL en tant qu’IAP contribuant à l’innovation sociale territoriale semble un exercice plus aisé que l’analyse et l’évaluation systémiques des effets générés par les LL sur un territoire donné. Dans les prochains paragraphes, nous présentons des cadres conceptuels et des approches évaluatives potentiellement pertinents pour mieux comprendre et évaluer les LL.

03. La contribution des LL à l’IST : de l’analyse à l’évaluation

3.1 Des cadres conceptuels pour mieux comprendre l’innovation sociale territoriale

3.1.1 Cadre d’analyse de la complexité

21L’innovation sociale est un processus éminemment complexe à travers lequel sont créés des produits, des processus ou des programmes qui engendrent des changements au niveau des pratiques, des ressources, des croyances et de la gouvernance du système qui la génère (Westley et Antadze, 2010). En contexte territorial en particulier, c’est le paradigme de la complexité qui est en action (Fløysand et Jakobsen, 2011). Dans un écosystème en constante co-évolution, (Berkes et Folke, 1998; Oh et al., 2016) des réseaux collaboratifs dynamiques d’individus et d'organisations se forment autour de projets d'innovation (sociale) (Smorodinskaya et al., 2017). Ainsi, analyser l’IS requiert la prise en compte d’éléments propres à une intervention complexe c’est-à-dire, dont les finalités sont multiples, souvent contradictoires et difficiles à identifier. Par ailleurs, en tant qu’intervention complexe, l’IS dépend du contexte et s’inscrit dans un horizon temporel qui n’est pas toujours défini. Plusieurs niveaux d’analyse sont à considérer. En outre, les relations causales sont complexes et non linéaires en raison notamment de phénomènes qui rétroagissent les uns avec les autres. Sur le territoire où cohabitent des acteurs multiples à la fois en modes compétition et coopération (Eme, 2007; Loilier, 2010; Rollin et al. 2007), on trouve non seulement différents agencements de ressources, mais aussi la coexistence de plusieurs paradoxes dont il faut maîtriser la richesse (autonomie–interdépendance, solution sur mesure–approche uniforme, spécialisation–intégration, stabilité–innovation, etc.) (Contandriopoulos et al. 2011). Dans cet écosystème adaptatif, les dynamiques d’action auto-organisée sont émergentes, incertaines et imprévisibles (Berkes et al., 2008; Biggs et al., 2010; Zivkovic, 2018). En somme, les acteurs de l’innovation sociale doivent concevoir et mettre en œuvre des interventions innovantes capables de s’adapter à la coévolution et à la non-linéarité des changements sociaux, à l’interdépendance des causes et des conséquences, à l’émergence des interactions entre acteurs, aux processus et aux effets incertains de leurs projets (Svensson et al., 2018).

22Nous convenons donc, avec Robitaille et Proulx (2014), que l’analyse de l’IS sur les territoires n’est pas un exercice simple « tant ses formes sont variées (…) et les cadres d’analyse et les outils doivent être adaptés à l’objet d’étude » (Robitaille et Proulx, 2014, : 11). En tant que concept multidimensionnel, il est à la confluence de plusieurs tensions non exclusives entre différents domaines: l’interactivité entre les dynamiques de restructuration des organisations et l’apprentissage créatif; les contradictions entre succès commercial et progrès social et environnemental; l’intégration des arts et de la créativité dans la pensée structurelle ou organisationnelle des sciences de gestion; l’approche territoriale mettant en évidence la structure sociale comme facilitant et contraignant l’innovation sociale à différents échelons régional, local ou microlocal et enfin, la redéfinition des rapports entre État, secteur public et société civile (Hillier et al. 2004; Nussbaumer et Moulaert, 2006). Caroli et collègues (2018) quant à eux, proposent une taxonomie des composantes et des attributs de l’IS en présentant les typologies d’acteurs promouvant et implantant des initiatives d’innovations sociales qu’ils distinguent en termes de relations et de produits (essentiellement la technologie) produisant un impact sur différents territoires (district, ville, région, etc.) et des effets de divers ordres (santé, secteur social, éducation, etc.). Cette variété de propositions caractérisant l’IS et les dynamiques qui la sous-tendent en fait un objet d’étude complexe devant être analysé en contexte, dans le temps et dans l’espace, et ce, de façon intégrée à travers ses différents domaines d’application, dimensions et niveaux d’analyse.

3.1.2 Régime d’innovation sociale

23Le cadre conceptuel du « régime d’innovation sociale » proposée par Unceta et collègues (2019) permet d’analyser et de mesurer de l’IS en intégrant trois approches/niveaux : l’approche individualiste (micro) s’intéresse aux actions des entrepreneurs et des innovateurs sociaux alors que l’approche régionale/nationale fait référence à l’IS développé dans différents contextes institutionnels, les structures et les écosystèmes. L’approche organisationnelle quant à elle, explore les activités, les habiletés et les compétences requises au sein des organisations pour innover socialement (Unceta et al. 2019). Il s’agit d’une vision holistique, socioécologique et multiscalaire de l’IS (Valette, 2003) qui vise à comprendre les relations entre les contextes d’IS et les dynamiques qui la sous-tendent (Marcy et Mumford, 2007). Il s’agit d’une vision pertinente dans une perspective territoriale (Geobey et al. 2012; Holling et Gunderson, 2002). En effet, le territoire met en relation des acteurs agissant à ces différents niveaux et les impacts de leurs actions d’IS se déclinent selon différentes dimensions : économique, sociale, politique, culturelle, technologique et environnementale (Antadze et Westley, 2012; Klein et al. 2016; Klein et Harrisson, 2006; Richez-Battesti et al. 2012; Unceta et al., 2019). Ce processus itératif repose sur un socle de gouvernance territorial qui implique

24« un processus dynamique de coordination (hiérarchie, conflits, concertation ) entre des acteurs publics et privés aux identités multiples et aux ressources (au sens très large : pouvoirs, relations, savoirs, statuts, capitaux financiers) asymétriques autour d’enjeux territorialisés (i) visant la construction collective d’objectifs et d’actions en (ii) mettant en œuvre des dispositifs (agencement des procédures, des mesures, des connaissances, des savoir-faire et informations diversifiées) multiples qui reposent sur des apprentissages collectifs et participent des reconfigurations/innovations institutionnelles et organisationnelles au sein des territoires » (Rey-Lavalette et al. 2010 : 4)

3.1.3 Modèles territoriaux d’innovation

25Les « modèles territoriaux d’innovation » conceptualisés par Nussbaumer et Moulaert (2006) regroupent différents cadres d’analyse visant à comprendre le potentiel d’innovation des entreprises à travers les relations entre les acteurs du territoire (Nussbaumer et Moulaert, 2006) : les districts industriels (Proulx, 2011), les grappes industrielles (Porter et al. 2004), les milieux innovateurs (Aydalot et GREMI, 1986), les nouveaux espaces régionaux (Doloreux et Bitard, 2005) et les régions apprenantes (Goddard et Chatterton, 2003). Selon Robitaille et collègues (Robitaille et al. 2014), ces modèles s’appliquent mieux dans les régions plus centrales et font référence à des mécanismes précis de coopération entre les entreprises d’un même secteur, à des complémentarités entre les acteurs d’un même territoire ou encore à des mécanismes institutionnels soutenant la créativité et l’innovation. Les auteurs ont donc préféré une approche plus ouverte et flexible, celle des systèmes régionaux d’innovation qui facilite une analyse des interactions entre les entreprises innovantes, les institutions et organisations du savoir qui soutiennent les entreprises innovantes et enfin l’environnement socio-économique et culturel qui les entoure (Robitaille et al. 2014). Il faut souligner que ces modèles apportent davantage d’information sur les facteurs explicatifs de l’innovation et la dynamique de l’IS qu’ils ne décrivent l’innovation elle-même.

3.1.4 Cycle de vie de l’innovation sociale

26Outre les cadres conceptuels précédemment présentés et s’inscrivant dans une perspective socioécologique de l’IS, il convient également de documenter le processus d’innovation lui-même à travers son cycle de vie adaptatif. Selon Murray et collègues (2010), la nouvelle idée émerge puis est formulée, prototypée et pilotée. Elle est ensuite consolidée (sustaining) avant d’être mise à l’échelle et diffusée en vue d’un changement systémique (Murray et al. 2010). Une autre perspective du cycle de vie de l’IS est celle de la panarchie, selon laquelle l’IS passe par une phase de croissance, puis de conservation pour s’effondrer ou se libérer, avant d’entrer en phase de réorganisation (Holling et Gunderson, 2002). Enfin, Westley et Antadze (2010) ont, quant à eux, traduit le cycle de vie de l’innovation à travers une phase d’expérimentation et d’apprentissage où l’IS est en constante adaptation à l’incertitude et à la complexité du contexte dans lequel il évolue. Dans ce processus, les différents acteurs et les idées œuvrent selon des configurations continuellement repensées, mais toujours centrées sur la réponse à un besoin social (Westley et Antadze, 2010). L’analyse du cycle de vie de l’IS doit également intégrer celle des catalyseurs et des barrières influençant sa mise en œuvre à chaque phase. Enfin, bien que l’approche du cycle de vie semble plus appropriée à l’échelle micro, certains auteurs préconisent de considérer outre les dynamiques entre les composantes, objectifs, processus et ses impacts : c’est le modèle COPI de l’innovation sociale (Rehfeld et al., 2015; Unceta et al. 2019).

3.2 Le cadre d’analyse de Belley et Saint-Pierre (2017b) comme avenue d’analyse des Livings lab

27La littérature au sujet de l’évaluation des LL demeure à ses balbutiements. Quelques recherches pertinentes exposent l’ampleur sur ce qui a été fait et sur ce qui demeure à explorer. Tout d’abord, le modèle de Veeckman et al. (2013) est constitué des effets de l’innovation en interaction avec son environnement et l’approche Living lab. Cinq éléments opératoires sont relevés pour une mise en œuvre réussie: des intentions stratégiques claires; des valeurs partagées entre les parties prenantes; un minimum d’ouverture; des usagers et une forte communication; puis, une mixité d’outils pour découvrir de nouvelles opportunités (Veeckman et al. 2013). Bien que ce cadre contribue à l’analyse des liens entre les composantes identifiées d’un LL dans le but de produire des effets, il ne prend pas en compte la notion de territoire. De même, ces éléments d’analyse sont sous la forme d’une liste de vérification, ce qui a pour effet d’omettre l’importance des interactions des acteurs, la disponibilité des ressources en jeu, l’apport des activités à l’innovation ou les théories du changement sous-jacentes.

28Deuxièmement, la recherche-action est également intéressante pour évaluer les LL. Logghe et Schuurman (2017) recommandent cette approche, car elle procure des retombées positives comme le renforcement mutuel des méthodologies ou la découverte de besoins par l’implication des usagers. Toutefois, leur démarche se concentre essentiellement sur l’implication des usagers, ce qui réduit l’implication des usagers aux opérations du LL et ne permet pas d’analyser l’ensemble des composantes d’un LL évoluant sur un territoire en contexte d’IS. Aussi, les usagers ne semblent pas être considérés comme des co-chercheurs dans les décisions au sujet de la méthodologie de la recherche-action (p.ex. Le choix des questions de recherche, les moments de réflexion ou le choix des actions). Pourtant, l’implication des usagers est au cœur du concept de Living lab.

29Troisièmement, van Geenhuizen (2018) a utilisé un cadre d’évaluation des LL découpées de la manière suivante: les intrants (intervention) entrent dans le processus LL; les influences exogènes affectent le processus LL; puis, des effets attendus et des effets non attendus sont produits. Après avoir employé ce cadre auprès de quatre cas, van Geenhuizen (2018) a identifié une liste de facteurs clés de la performance : les processus d’apprentissages associés à la co-création (p.ex. l'implication ou la capacité de gestion des conflits); les processus d’apprentissages entourant les valeurs (p.ex. les valeurs des usagers, des gestionnaires ou celles à caractère social); la portée du réseau (p.ex. le nombre d’acteurs, les relations entre les acteurs, le support...); puis, l’environnement en contexte réel (p.ex. l’espace de partage). Ce cadre d’évaluation brosse un portrait des divers aspects du processus LL en vue de supporter l’innovation et d’être performant. En ce sens, ce cadre permet d’analyser les aspects à considérer en vue de rendre performant un LL dans l’atteinte de ses objectifs d’innovation. Toutefois, l’impact du territoire, les intentions de résoudre un enjeu social ou l’influence des ressources ne sont pas pris clairement en compte.

30Finalement, l'évaluation d’impact peut être utilisée afin d’évaluer les LL. Dans cette perspective, l’aspect de la causalité et de l’attribution est pris en compte par la création d’un modèle logique exposant la chaîne causale (Ballon et al. 2018). À la suite de la modélisation logique, une collecte des données et leurs analyses qualitatives et quantitatives a été effectuées (Ballon, et al. 2018). Le modèle logique est composé des éléments suivants : les intrants (p.ex. les ressources), les activités (p.ex. le développement de solutions), les extrants, puis les effets à court, moyen et long termes (p.ex. l’accroissement des connaissances ou des revenus) (Ballon et al. 2018). Cette évaluation mesure les impacts souhaités à court, moyen et long terme en fonction des objectifs préétablis. Bien que pertinent, ce cadre évaluatif ne permet pas de comprendre les influences des acteurs, le contexte territorial ou les ressources en jeu dans un LL. L’évaluation se concentre sur le produit ou le projet ainsi que ses effets sur le LL plutôt que le LL en soi. Il apparaît que les modèles existants pour évaluer les LL sont davantage complémentaires qu’intégrateurs, ce qui renforce la réflexion vers un modèle intégrateur de l’analyse et de l’évaluation des LL.

31Le cadre d’analyse proposé par Belley et Saint-Pierre (2017b) est une avenue prometteuse dans le but de comprendre l’impact d’un LL et de sa relation au territoire. Ainsi, cinq facteurs sont à considérer mutuellement:

  1. Le contexte d’apparition, de conception et de mise en œuvre : L’analyse consiste à comprendre l’apparition de l’IAP, ses objectifs, son fonctionnement, ses publics cibles et ses effets, ainsi que son contexte contribuant à sa transformation (p.ex. planification d’espace urbain, rural ou agricole.)

  2. Les valeurs et les idées : L’analyse consiste à identifier les valeurs, les idées, les intérêts et les tensions qui s’expriment et contribuent à la formation d’alliances et d’arbitrages (p.ex. la coopération entre les acteurs privés et publics).

  3. Les ressources : L’analyse consiste à déterminer les ressources que les acteurs « […] possèdent, partagent, acquièrent et mobilisent » (p.ex. les personnes, les réseaux, le droit, l’information, l’argent, les infrastructures.) (p.389). « […] Les IAP sont à la fois consommateurs, producteurs, promoteurs et répartiteurs de ressources. » (p.389)

  4. La marge de liberté et les capacités d’action des acteurs: L’analyse consiste à décrire la mécanique contextuelle de la mise en œuvre de l’IAP et ce qui influence les marges de manœuvre disponibles des acteurs locaux par rapport au gouvernement.

  5. Les expérimentations et l’évaluation: L’analyse consiste à étudier les expérimentations et les évaluations planifiées, formelles ou non au niveau national ou local. L’évaluation permet de porter un jugement au sujet de l’IAP en vue de le renforcer, de le transformer, de le remplacer ou de le repenser.

32Ces cinq facteurs permettent d’analyser la mécanique et les effets d’un LL en examinant le contexte, l’interaction des acteurs, les ressources, les capacités, ainsi que l’évaluation nécessaire au processus d’innovation, ce qui favorisera une compréhension plus fine des effets et de l’impact des LL comme intervention sur un territoire.

3.3 L’évaluation évolutive, une approche appropriée pour évaluer les Livings lab

33Le défi d'interroger le bien-fondé des LL sur le territoire, de montrer l’utilisation efficace et efficiente des ressources ou encore, de documenter le travail collaboratif qui les caractérise en vue de produire réellement un impact collectif positif (Prange et al. 2016) demeure d’actualité. Il existe différentes postures évaluatives pouvant être adoptées. L’évaluation peut être axée sur les valeurs, les méthodes ou centrée sur l’utilisation (Christie et Alkin, 2012). Dans le cadre des LL, toutes peuvent être appliquées. Toutefois, au regard des objectifs visés, les finalités de l’évaluation doivent être davantage orientées vers l’utilisation (par les parties prenantes) et la transformation sociale (pour l’impact social) (Klein, Bouchard, et al. 2019). En outre, il faut pouvoir concilier rigueur, créativité, renforcement des capacités et la temporalité, autant de caractéristiques requises pour la mesure du changement ou de l’impact social (Polonsky et Grau, 2008). Par ailleurs, les promoteurs des LL n’ont pas suffisamment d’informations en continu et en temps réel leur permettant d’ajuster leurs interventions en cours de développement sur le territoire (Antadze et Westley, 2012; Bason, 2018). De plus, lorsqu’ils sont produits, les résultats ne sont pas suffisamment pris en compte dans la planification des programmes et politiques publics, souvent en raison des lacunes méthodologiques, théoriques et empiriques associées à l'évaluation de l'impact social de l'innovation (Bund et al. 2013). Les promoteurs des LL font donc face au dilemme suivant : 1) appliquer des approches évaluatives traditionnelles (formative et sommative) conçues pour des organisations et des missions régulatrices plus que novatrices (administrations publiques) ou pour des objectifs de reddition de compte requis par leurs bailleurs de fonds ou, 2) adopter des approches davantage adaptées à la complexité du social et à la génération de changements continus tels que l’évaluation démocratique, l’évaluation participative, l’évaluation évolutive, etc.

34Cette dernière a particulièrement le vent en poupe, car elle vise à soutenir autant l’intervention et les acteurs que le développement organisationnel à travers des processus fluides et des méthodes novatrices garantissant la co-création, la rigueur, l’utilisation, la pensée systémique, la rétroaction constante, le tout en tenant compte d’une perspective complexe et valorisant le créneau de l’IS (Antadze et Westley, 2012 ; Patton, 2011; Patton et al. 2015). L’évaluateur évolutif en l’occurrence, tel un équilibriste, doit être capable à la fois d’orienter les utilisateurs tout au long du processus conduisant au changement escompté, de faciliter des échanges avec les parties prenantes, d’observer les moments-clés de la vie du projet, de donner du sens aux données collectées en temps réel, de soutenir le développement continu du projet, d’offrir un accompagnement de proximité à l’équipe de projet dans la prise de décision tout en faisant preuve de flexibilité face aux méthodes de mesure du changement (Dozois et al. 2011; Fagen et al. 2011).

35L’évaluation évolutive semble être une option davantage appropriée pour les LL d’autant plus qu’elle s’inscrit dans une perspective d’analyse du cycle de vie où le processus est aussi la finalité. Il faut donc reconnaître que le passage à une évaluation de l’innovation dans une perspective territoriale gagnerait à combiner l’approche évolutive avec certaines théories sociales telles que celle de l’acteur-réseau (Klein et Harrisson, 2006; Lee et Su, 2010; Neumeier, 2012; Van Mierlo et al., 2010); d’approches permettant de documenter les relations entre IS et partenariats (Bilodeau et al., 2002; Bilodeau et al. 2011) ou encore de propositions méthodologiques relatives à l'évaluation de la gouvernance territoriale (Rey-Valette et Mathé, 2012). Enfin, le modèle de l’utilité sociale (Duclos, 2007) ou celui de la vulnérabilité régionale (Birkmann, 2006), tel que proposé par Unceta et al (2019), permettraient de développer des indicateurs associés à chacune des dimensions suivantes : économique, sociétale, politique, sociale, environnementale et d’épanouissement (Duclos, 2007).

04. Proposition d’un cadre d’analyse des LL comme instrument d’action publique

36Nous proposons ici un cadre d’analyse intégrant l’approche d’évaluation évolutive associée au cadre d’analyse de Belley et Saint-Pierre (2017b) pour évaluer les effets des LL comme instrument de l’action publique à la Figure 2.

Figure 2. Proposition d’un cadre d’analyse et d’évaluation intégré des LL dans une perspective d’innovation sociale territoriale

Figure 2. Proposition d’un cadre d’analyse et d’évaluation intégré des LL dans une perspective d’innovation sociale territoriale

37Le cadre d’analyse de la figure 2 intègre les construits clés des LL (contexte en environnement réel, parties prenantes, activités, modèles d’affaires et réseaux, méthodes-outils-approches, défis, effets tangibles/intangibles, durabilité) avec ceux des IAP et de la valeur publique du cadre d’analyse de Belley et Saint-Pierre (2017b) (le contexte d’apparition, de conception et de mise en œuvre, les valeurs et les idées, les ressources, les marges de liberté et les capacités d’action des acteurs, les expérimentations et l’évaluation) et soutenu par le processus d’évaluation évolutive afin de mieux comprendre l’articulation d’un LL sur un territoire et sa contribution à l’IS territoriale. Les LL en tant qu’instruments d’action publique, peuvent contribuer à l’IST tout en constituant une innovation pour l’administration territoriale à part entière. Par ailleurs, l’évaluation évolutive apporterait une valeur ajoutée et semble appropriée pour soutenir le développement des solutions innovantes visant à résoudre un enjeu ou plusieurs enjeux territoriaux.

05. Scénario d’application du cadre d’analyse et d’évaluation intégré

38Pour illustrer l’application du cadre d’analyse et d’évaluation intégré, le cas de l’Initiative des laboratoires vivants d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (« l’Initiative ») (voir le tableau 2) servira d’exemple. 

39Tout d’abord, le besoin social défini par le territoire est d’atténuer les effets des changements climatiques et de renforcer les capacités d’adaptation du milieu agricole en vue d’atteindre les divers impacts souhaités sur le territoire (environnementaux, socio-économique, technologique, politique, culturel). Les impacts de l’initiative sont notamment, la durabilité des pratiques ou le développement durable, l’adoption de nouvelles pratiques et l’utilisation de technologies pour les agriculteurs, la résilience des habitats et une biodiversité des paysages agricoles protégée. Aussi, il conviendrait d’évaluer les impacts d’ordre politique et culturel lorsque l’initiative sera évaluée, car à l’heure actuelle, ces éléments n’ont été pris en compte dans l’identification des impacts potentiels. Une fois, le besoin identifié, il importe d’analyser la dynamique des acteurs territoriaux, notamment à travers une cartographie préalable mettant en évidence par exemple, leur positionnement, les enjeux, les dimensions de pouvoir et d’influence, etc. (Autissier et al. 2019).

40La théorie de l’acteur-réseau pourrait soutenir cette identification des acteurs territoriaux, des parties prenantes et de leur capacité d’action. Dans ce cas-ci, une diversité d’acteurs est prise en compte sous la forme d’un partenariat entre des agriculteurs, une équipe multidisciplinaire de scientifiques et de chercheurs, ainsi qu’une pluralité d’organisations (p.ex. Premières Nations, OBNL et groupes producteurs) et d’institutions gouvernementales (p.ex. AAC) constitués en réseau ou en collaboration. Par ailleurs, il faut tenir compte des valeurs et les idées qui guideront le processus d’innovation. Par exemple, le codéveloppement, l’expérimentation en milieu réel, l’utilisation pratique, la collaboration, la durabilité semblent identifiables dans le cas de l’Initiative. Pour mettre en action ce partenariat, des ressources doivent être mobilisées, voire mutualisées, et des activités de régulation (financement-planification-coordination-règlementation-documentation) doivent être planifiées et mises en œuvre tout au long du processus d’innovation. La conception des living lab comme instrument d’action publique soutient cette interprétation. Ainsi, les acteurs de l’Initiative des laboratoires vivants mettent en commun leur expertise et diverses ressources (humaines, financières, technologiques, informationnelles, organisationnelle…) en vue d’élaborer des pratiques et des technologies agricoles innovantes. Dans cet exemple, l’information relative aux ressources engagées n’est pas disponible, ce qui ne nous permet pas d’apprécier l’envergure ni la répartition. Une fois l’agencement établi entre les acteurs, un processus d’innovation est lancé. Il peut varier selon le niveau d’agentivité entre les acteurs, les visées et les capacités. Pour ce faire, une diversité de méthode-outils-approches est utilisée pour piloter le processus d’innovation et faire émerger une solution ou des solutions au besoin identifié, notamment de nouvelles pratiques agricoles durables, résilientes aux chocs climatiques et l’utilisation des nouvelles technologies. Par ailleurs, l’Initiative établit un cycle d’innovation axée sur le codéveloppement, l’expérimentation en milieu réel, puis l’évaluation des innovations. Pour ce faire, les acteurs utiliseront notamment la collaboration entre les agriculteurs, des études socio-économiques, environnementales, coûts-bénéfices (coût et rentabilité), puis l’évaluation de l’efficacité du Living lab. Ce processus permettra de faire émerger des nouvelles pratiques ou technologies pour soutenir l’adaptation des agriculteurs et atténuer les effets des changements climatiques sur leurs pratiques.

41Par la suite, la solution la plus stable possible est sélectionnée, un modèle d’affaires innovant et une mise en réseau pour la mise en œuvre sont établis. Les modèles territoriaux d’innovation et la théorie de l’acteur-réseau supporte cet aspect. Pour illustrer cette mise en réseau, l’Initiative mobilise des partenaires internationaux et nationaux. Celle-ci crée également un réseau national de Living labs en agriculture (Atlantique, Est des Prairies, Québec, Ontario) afin de soutenir la mise en œuvre de l’Initiative en vue d’atteindre les impacts souhaités.

42Pendant la mise en œuvre du cycle d’innovation sur le territoire, un ensemble d’effets tangibles et intangibles à divers niveaux (individuel-organisationnel-territorial) seront produits. Par exemple, la tenue de rencontres régulières d’échanges constructifs, les partenariats établis et le renforcement de la confiance entre les acteurs font partie des effets intangibles. D’autre part, le développement et l’utilisation de nouvelles pratiques et de technologies, la réduction de la contamination de l’eau, l’amélioration de la conservation des sols et de l’eau, etc. relèvent des effets tangibles. Pour ce faire, des essais et études seront effectués en contexte de vie réelle et à l’échelle locale, dans les exploitations agricoles. En vue de favoriser cette mise en œuvre et le passage à l’échelle, une évaluation évolutive intégrant une analyse coût-efficacité serait un apport majeur pour soutenir la rigueur du processus d’innovation, la documentation des apprentissages ainsi que la portée et l’impact des changements sur le territoire. Par exemple, l’évaluation évolutive soutiendrait la documentation de la mise en œuvre en lien avec les besoins des acteurs et permettrait de prendre les mesures correctrices nécessaires à l’amélioration du processus. Ce faisant, elle accompagne les acteurs dans la prise de décision pour la poursuite de l’innovation. Elle permet également de considérer la complexité et la vision systémique de l’enjeu agricole au regard des changements climatiques. Enfin, l’évaluation évolutive amène une rigueur évaluative par l’apport de méthodes-outils-approches, notamment issues de la recherche (p.ex. ethnographie, étude de cas, facilitation, groupe de discussion, matrice évaluative et questionnement…).

43Finalement, une évaluation formative à mi-parcours et sommative en fin de projet complémenterait la mesure des impacts pour soutenir les visées de transformation durable du territoire. Pour ce faire, diverses approches évaluatives sont possibles pour documenter et juger de la pertinence, de l’efficacité ou de l’efficience de la solution mise en œuvre. Cette évaluation est complémentaire à l’évaluation évolutive. Elle vise à juger des aspects identifiés de l’Initiative tels que l’efficacité du Living Lab, l’utilisation de la nouvelle pratique ou technologie, puis la viabilité des innovations sous l’angle des impacts souhaités (environnementaux, socio-économique, technologique, politique, culturel) dans le temps et selon le meilleur rapport coût-efficacité. L’aspect de la temporalité est à considérer dans l’ensemble de l’analyse. Chaque contexte et agencement entre les acteurs seront liés à la temporalité qui pourra de temps à autre être facilitante ou contraignante dans l’ensemble de la démarche.

06. Conclusion

44Dans cet article, nous avons montré que les LL peuvent être considérées comme des instruments d’action publique favorables à l’innovation sociale territoriale. Deux cas issus du secteur agricole canadien exposent l’implication des LL pour l’IST selon leurs caractéristiques spécifiques. Par la suite, une réflexion quant aux divers cadres d’analyses de l’IS, de l’innovation territoriale et de l’évaluation des LL souligne l’importance du choix d’un cadre pertinent pour analyser la mécanique et les effets des LL. Par l’intégration du cadre d’analyse de Belley et Saint-Pierre (2017b) avec les caractéristiques des LL cela permet de comprendre et analyser les effets des LL comme instrument d’action publique sur l’innovation sociale territoriale. De plus, le cadre d’analyse met en évidence la pertinence d’intégrer l’évaluation évolutive pour supporter le processus LL. Enfin, ce cadre exploratoire offre une avenue prometteuse pour analyser la portée des actions des LL, leurs mécanismes d’interventions et les interactions entre acteurs et la manière dont ils s’articulent sur un territoire pour soutenir l’innovation sociale. Nous espérons qu’il permettra aux praticiens, aux gestionnaires, aux décideurs et aux chercheurs de porter un regard critique et analytique sur l’impact des LL porté par et sur les territoires dans une perspective d’apprentissage et de changements sociaux systémiques. Dans une étape ultérieure, ce cadre pourrait être mis à l’épreuve par les professionnels œuvrant au sein des LL au Québec et ailleurs. Nous invitons donc les chercheurs et les professionnels à l’utiliser et le mettre en pratique en vue de le bonifier.

Haut de page

Bibliographie

Agriculture et Agroalimentaire Canada. (2021a, 16 septembre). À propos des laboratoires vivants. https://agriculture.canada.ca/fr/collaboration-scientifique-agriculture/initiative-laboratoires-vivants/propos-laboratoires-vivants

Agriculture et Agroalimentaire Canada. (2021b, 16 septembre). Initiative des laboratoires vivants : Comprendre les facteurs sociaux et économiques. https://agriculture.canada.ca/fr/collaboration-scientifique-agriculture/initiative-laboratoires-vivants/initiative-laboratoires-vivants-comprendre-facteurs-sociaux-economiques

Agriculture et Agroalimentaire Canada. (2021c, 16 septembre). Initiative des laboratoires vivants : Mobilisation et partenariats internationaux. https://agriculture.canada.ca/fr/collaboration-scientifique-agriculture/initiative-laboratoires-vivants/initiative-laboratoires-vivants-mobilisation-partenariats-internationaux

Aguilera, T. (2014). Chapitre 14 / Innover par les instruments : Le cas du gouvernement des squats à Paris. Dans : Charlotte Halpern éd., L'instrumentation de l'action publique: Controverses, résistance, effets (pp. 417-444). Paris: Presses de Sciences Po. https://doi.org/10.3917/scpo.halpe.2014.01.0417

Antadze, N.,&Westley, F. R. (2012). Impact Metrics for Social Innovation: Barriers or Bridges to Radical Change? Journal of Social Entrepreneurship, 3(2), 133-150. doi:10.1080/19420676.2012.726005

Autissier, D., Moutot, J., Johnson, K. & Metais-Wiersch, E. (2019). Outil 16. La cartographie des acteurs. Dans : , D. Autissier, J. Moutot, K. Johnson et E. Metais-Wiersch (Dir), La boîte à outils de la conduite du changement et de la transformation (pp. 50-51). Paris: Dunod

Aydalot, P.,et GREMI. (1986). Milieux innovateurs en Europe: Gremi.

Ballon, P., Van Hoed, M., & Schuurman, D. (2018). The Effectiveness of Involving Users in Digital Innovation: Measuring the Impact of Living Labs. Telematics and Informatics, 35(5), 12011214. https://doi.org/10.1016/j.tele.2018.02.003

Bason, C. (2018). Leading public sector innovation: Co-creating for a better society: Policy Press.

Belley, S., & Saint-Pierre, D. (2017a). L’action publique et la notion de territoire. Dans S. Belley et D. Saint-Pierre (Éds), L’administration des territoires et les instruments de l’action publique (pp. 126). Québec : Presses de l’Université du Québec.

Belley, S., & Saint-Pierre, D. (2017b). Nouvelles perspectives sur les instruments de l’action publique territoriale. Dans S. Belley et D. Saint-Pierre (Éds), L’administration des territoires et les instruments de l’action publique (pp. 387394). Québec: Presses de l’Université du Québec.

Berkes, F., & Folke, C. (1998). Linking sociological and ecological systems: management practices and social mechanisms for building resilience. In: Cambridge University Press, New York, New York, USA

Berkes, F., Colding, J.Folke, C. (2008). Navigating social-ecological systems: building resilience for complexity and change: Cambridge University Press.

Bergvall-Kareborn, B, & Stahlbrost, A. (2009). Living Lab: an open and citizen-centric approach for innovation. International Journal of Innovation and Regional Development 1(4), 356-370

Biggs, R.,Westley, F.Carpenter, S. (2010). Navigating the back loop: fostering social innovation and transformation in ecosystem management. Ecology and society, 15(2)

Bilodeau, A.,Chamberland, C.White, D. (2002). L'innovation sociale, une condition pour accroître la qualité de l'action en partenariat dans le champ de la santé publique. The Canadian Journal of Program Evaluation, 17(2), 59.

Bilodeau, A.,Galarneau, M.,Fournier, M.Potvin, L. (2011). L’Outil diagnostique de l’action en partenariat: fondements, élaboration et validation. Canadian Journal of Public Health, 102(4), 298-302

Birkmann, J. (2006). Measuring vulnerability to natural hazards: towards disaster resilient societies.

Bugg-Levine, A., & Emerson, J. (2011). Impact investing: Transforming how we make money while making a difference. Innovations: Technology, Governance, Globalization, 6(3), 9-18

Bund, E.,Hubrich, D.-K.,Schmitz, B.,Mildenberger, G.Krlev, G. (2013). Blueprint of social innovation metrics: contributions to an understanding of opportunities and challenges of social innovation measurement

Caroli, M. G.,Fracassi, E.,Maiolini, R.Carnini Pulino, S. (2018). Exploring Social Innovation Components and Attributes: A Taxonomy Proposal. Journal of Social Entrepreneurship, 9(2), 94-109

Christie, C., & Alkin, M. C. (2012). An Evaluation Theory Tree. Dans M. C. Alkin (Éd.), Evaluation roots: A wider perspective of theorists’ views and influences. (2e éd., pp. 1157). Thousand Oaks, California : Sage Publications.

Contandriopoulos, A. P., Rey, L., Brousselle, A., & Champagne, F. (2012). Évaluer Une Intervention Complexe: Enjeux Conceptuels, Méthodologiques, Et Opérationnels. Canadian Journal of Program Evaluation, 26(3), 116.

Dekker, R., Franco Contreras, J., & Meijer, A. (2019). The Living Lab as a Methodology for Public Administration Research: A Systematic Literature Review of its Applications in the Social Sciences. International Journal of Public Administration, 00(00), 111. https://doi.org/10.1080/01900692.2019.1668410

Doloreux, D. (2004). Regional innovation systems in Canada: a comparative study. Regional studies, 38(5), 479-492.

Doloreux, D., & Bitard, P. (2005). Les systèmes régionaux d’innovation : discussion critique. Géographie, économie, société, 7(1), 2136. https://doi.org/10.3166/ges.7.21-36

Dozois, E.,Langlois, M.Blanchet-Cohen, N. (2011). DE 201: A practitioner's guide to developmental evaluation: JW McConnell Family Foundation

Duclos, H. (2007). Évaluer l'utilité sociale de son activité. Conduire une démarche d'auto-évaluation. Cahier de l'AVISE n, 5.

Eme, B. (2007). Gouvernance territoriale, puissance publique et société civile. In: Québec, Les Presses de l'Université du Québec.

Fagen, M. C.et al. (2011). Developmental evaluation: Building innovations in complex environments. Health Promotion Practice, 12(5), 645-650

Fløysand, A., & Jakobsen, S.-E. (2011). The complexity of innovation: A relational turn. Progress in Human Geography, 35(3), 328-344. doi:10.1177/0309132510376257

Franz, Y. (2015). Designing Social Living Labs in Urban Research. Info, 17(4), 5366. https://doi.org/10.1108/info-01-2015-0008

Fontan, J., et Klein, J. (2004). La mobilisation du capital socio-territorial: le cas du technopôle Angus. Lien social et Politiques (52), 139-149.

Fontan, J. (2011). Développement territoriale et innovation sociale. In G. Bellemare et J. L. Klein (Eds.), Innovation sociale et territoires. Convergences théoriques et pratiques (pp. 17-42): PUQ.

Geobey, S.,Westley, F. R.Weber, O. (2012). Enabling Social Innovation through Developmental Social Finance. Journal of Social Entrepreneurship, 3(2), 151-165. doi:10.1080/19420676.2012.726006

Goddard, J. B., & Chatterton, P. (2003). The response of universities to regional needs. Economic Geography of Higher Education: Knowledge Infrastructure and Learning Region

Hillier, J.,Moulaert, F.Nussbaumer, J. (2004). Trois essais sur le rôle de l'innovation sociale dans le développement territorial. [Three Essays on the Role of Social Innovation in Territorial Development]. Géographie, économie, société, 6(2), 129-152. doi:10.3166/ges.6.129-152

Holling, C. S., & Gunderson, L. H. (2002). Resilience and adaptive cycles. In: Panarchy: Understanding Transformations in Human and Natural Systems, 25-62.

Hossain, M., Leminen, S., & Westerlund, M. (2019). A Systematic Review of Living Lab Literature. Journal of Cleaner Production, 213, 976988. https://doi.org/10.1016/j.jclepro.2018.12.257

Klein, J.-L., & Harrisson, D. (2006). L'innovation sociale: émergence et effets sur la transformation des sociétés: Puq

Klein, J.-L.,Camus, A.,Jetté, C.,Champagne, C.Roy, M. (2016). La transformation sociale par l'innovation sociale: PUQ

Klein, J. L., & Pecqueur, B. (2017). Living Labs, innovation sociale et territoire. Canadian Journal of Regional Science, 40(1), 1-4.

Klein, J.-L.,Boucher, J.,Camus, A.,Champagne, C.Noiseux, Y. (2019). Trajectoires d'innovation: Des émergences à la reconnaissance: PUQ

L’AcadieLab. (2021, 16 septembre). L’AcadieLab - Laboratoire vivant de la rivière l’Acadie. https://spark.adobe.com/page/YhoE5QPdbufDe/

Lee, P.-C., & Su, H.-N. (2010). Investigating the structure of regional innovation system research through keyword co-occurrence and social network analysis. Innovation, 12(1), 26-40.

Loilier, T. (2010). Innovation et territoire. Le rôle de la proximité géographique ne doit pas être surestimé. Revue Française de Gestion, 200(1), 15-35.

Logghe, S., & Schuurman, D. (2017). Action Research as a Framework to Evaluate the Operations of a Living Lab. Technology Innovation Management Review, 7(2), 3541. Repéré à http://timreview.ca/article/1056

Marcy, R. T., & Mumford, M. D. (2007). Social innovation: Enhancing creative performance through causal analysis. Creativity Research Journal, 19(2-3), 123-140

Murray, R.,Caulier-Grice, J.Mulgan, G. (2010). The open book of social innovation: National endowment for science, technology and the art London

Neumeier, S. (2012). Why do social innovations in rural development matter and should they be considered more seriously in rural development research? Proposal for a stronger focus on social innovations in rural development research. Sociologia ruralis, 52(1), 48-69

Nussbaumer, J.,& Moulaert, F. (2006). L'innovation sociale au coeur des débats publics et scientifiques. In J.-L. Klein & D. Harrisson (Eds.), L'innovation sociale: émergence et effets sur la transformation des sociétés (pp. 71-88): PUQ.

Oh, D.-S.,Phillips, F.,Park, S.Lee, E. (2016). Innovation ecosystems: A critical examination. Technovation, 54, 1-6.

Patton, M. (2011). Developmental evaluation: Applying complexity concepts to enhance innovation and use: Guilford Press.

Patton, M.,McKegg, K.Wehipeihana, N. (2015). Developmental evaluation exemplars: Principles in practice: Guilford Publications

Porter, M. E.,Ketels, C. H.,Miller, K.Bryden, R. (2004). Competitiveness in rural US regions: learning and research agenda. Washington, DC: US Economic Development Administration (EDA).

Prange, K.,Allen, J. A.Reiter-Palmon, R. (2016). Collective Impact versus Collaboration: Sides of the Same Coin OR Different Phenomenon? Metropolitan Universities, 27(1), 86-96

Preskill, H.,&Beer, T. (2012). Evaluating social innovation. Washington: Network Impact and Center for Evaluation Innovation

Proulx, M.-U. (2011). Territoires et développement: la richesse du Québec (Vol. 12): PUQ

Polonsky, M.,&Grau, S. (2008). Evaluating the social impact of non-profit organizations: a conceptual foundation. Journal of Macromarketing, 28(2), 130-140.

Puerari, E.; De Koning, J.I.J.C.; Von Wirth, T.; Karré, P.M.; Mulder, I.J.; Loorbach, D.A (2018). Co-Creation Dynamics in Urban Living Labs. Sustainability 2018, 10, 1893. https://doi.org/10.3390/su10061893

Rehfeld, D.,Terstriep, J.,Welschhoff, J.Alijani, S. (2015). Comparative report on social innovation framework. Deliverable D1, 1.

Richez-Battesti, N.,Petrella, F.Vallade, D. (2012). L'innovation sociale, une notion aux usages pluriels : Quels enjeux et défis pour l'analyse ? [Social Innovation, a Plurality of Concepts: What Issues and Challenges for the Analysis?]. Innovations, 38(2), 15-36. doi:10.3917/inno.038.0015

Réseau québécois en innovation sociale. (2011). Favoriser l’émergence et la pérennisation des innovations sociales au Québec. Québec. Repéré à www.uquebec.ca/rqiscont

Rey-Valette, H. R., Chia, E., Soulard, C., Mathe, S., Nougaredes, B., Jarrige, F., ... & Michel, L. (2010, Juuin). Innovation et gouvernance territoriale: une analyse par les dispositifs. In ISDA 2010. Innovation and Sustainable Development in Agriculture and Food (pp. 10-p)

Rey-Valette, H.,&Mathé, S. (2012). L'évaluation de la gouvernance territoriale. Enjeux et propositions méthodologiques. Revue dEconomie Regionale urbaine(5), 783-804

Robitaille, M.,&Proulx, M.-U. (2014). Sciences du territoire–: Défis méthodologiques (Vol. 2): PUQ

Rollin, J.,Vincent, V.Harrisson, D. (2007). Acteurs et processus d’innovation sociale au Québec. In Rapport du projet de Réseau québécois en innovation sociale (RQIS) (pp. 78): Université du Québec

Scaillerez, A., & Tremblay, D.-G. (2017). Coworking, fab labs et living labs. Territoire en mouvement, 23(34), 24. https://doi.org/10.4000/tem.4200

Smorodinskaya, N.,Russell, M.,Katukov, D.Still, K. (2017). Innovation ecosystems vs. innovation systems in terms of collaboration and co-creation of value. Paper presented at the Proceedings of the 50th Hawaii International Conference on System Sciences

Ståhlbröst, A. (2012). A set of key principles to assess the impact of Living Labs. International Journal of Product Development, 17(1-2), 60-75.

Svensson, K.,Szijarto, B.,Milley, P.Cousins, J. B. (2018). Evaluating Social Innovations: Implications for Evaluation Design. American Journal of Evaluation, 39(4), 459-477

Torre, André. 2018. « Les moteurs du développement territorial ». Revue d’Économie Régionale et urbaine Octobre (4): 711‐36.

Unceta, A.,Luna, Á.,Castro, J.Wintjes, R. (2019). Social Innovation Regime: an integrated approach to measure social innovation. European Planning Studies, 1-19.

Valette, E. (2003). Pour une analyse géographique de l'innovation sociale. L'exemple des territoires ruraux périurbains de la garrigue nord-montpelliéraine

Van Mierlo, B.,Leeuwis, C.,Smits, R.Woolthuis, R. K. (2010). Learning towards system innovation: Evaluating a systemic instrument. Technological Forecasting and Social Change, 77(2), 318-334

Von Wirth, T., Fuenfschilling, L., Frantzeskaki, N., & Coenen, L. (2019). Impacts of urban living labs on sustainability transitions: Mechanisms and strategies for systemic change through experimentation. European Planning Studies, 27(2), 229-257.

van Geenhuizen, M. (2018). A Framework for the Evaluation of Living Labs as Boundary Spanners in Innovation. Environment and Planning C: Politics and Space, 36(7), 12801298. https://doi.org/10.1177/2399654417753623

Veeckman, C., Schuurman, D., Leminen, S., & Westerlund, M. (2013). Linking Living Lab Characteristics and Their Outcomes: Towards a Conceptual Framework. Technology Innovation Management Review, 3(December 2013: Living Labs and Crowdsourcing), 615. https://doi.org/10.13140/2.1.3147.1047

Westerlund, M., & Leminen, S. (2011). Managing the Challenges of Becoming an Open Innovation Company: Experiences from Living Labs. Technology Innovation Management Review, (Octobre), 1925. Repéré à http://timreview.ca/article/489

Westerlund, M., Leminen, S., & Habib, C. (2018). Key Constructs and a Definition of Living Labs as Innovation Platforms. Technology Innovation Management Review, 8(12), 5162. https://doi.org/10.22215/timreview/1205

Westley, F.,&Antadze, N. (2010). Making a difference: Strategies for scaling social innovation for greater impact. Innovation Journal, 15(2).

Zivkovic, S. (2018). Systemic innovation labs: a lab for wicked problems. Social Enterprise Journal, 14(3), 348-366

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Cycle itératif synthèse du processus d’innovation des LL
Crédits Source : les auteurs
URL http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/docannexe/image/19369/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Figure 2. Proposition d’un cadre d’analyse et d’évaluation intégré des LL dans une perspective d’innovation sociale territoriale
URL http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/docannexe/image/19369/img-2.png
Fichier image/png, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lynda Rey, Jean-François Lévesque, Marie-Christine Therrien et Joris Arnaud, « Contribution des livings labs à l’innovation sociale territoriale : perspectives d’analyse et d’évaluation  »Revue Interventions économiques [En ligne], 68 | 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/19369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/interventionseconomiques.19369

Haut de page

Auteurs

Lynda Rey

Professeure adjointe, École nationale d'administration publique (ENAP)/Cité-ID LivingLab, Lynda.Rey@enap.ca

Jean-François Lévesque

Doctorant, École nationale d'administration publique (ENAP)/Cité-ID LivingLab, jean-francois.levesque2@enap.ca

Marie-Christine Therrien

Professeure, École nationale d'administration publique (ENAP)/Cité-ID LivingLab, Marie-Christine.Therrien@enap.ca

Joris Arnaud

Agent de recherche et de planification, École nationale d'administration publique (ENAP)/Cité-ID LivingLab, joris.arnaud@enap.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search