Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Damian Grimshaw, Colette Fagan, Gail Hebson et Isabel Tavora (dir.), Making Work more Equal. A New Labour Market Segmentation Approach (2017), Manchester, Manchester University Press, 368 p.

Diane-Gabrielle Tremblay

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif propose une revue des théories de la segmentation du marché du travail, mais surtout des propositions pour une mise à jour de ces théories, en s’inspirant de divers courants théoriques. Les auteurs sont pour plusieurs des personnes qui ont alimenté les travaux du International Working Party on Labour Market Segmentation, un groupe qui tient des rencontres annuelles traitant de segmentation du marché du travail, mais aussi d’inégalités de salaires, de conditions de travail, etc.

2Le premier chapitre, rédigé par les directeurs de la publication, présente la nouvelle approche proposée, ou du moins des ajouts proposés pour une révision de la théorie de la segmentation. Les auteurs proposent de s’inspirer de trois courants théoriques pour renouveler la théorie, soit les théories féministes en socio-économie, les perspectives comparatives internationales, mais aussi la théorie de la segmentation du marché du travail comme telle, et ses derniers développements.

3Les approches féministes mettent de l’avant une perspective de parcours de vie (life course) et rejettent évidemment les approches néoclassiques du marché du travail, qui ne permettent pas d’expliquer l’ensemble des phénomènes observés sur le marché du travail : les écarts de salaire entre hommes et femmes, la situation des mères sur le marché du travail et l’ensemble des autres inégalités observées.

4Pour sa part, la théorie institutionnaliste comparative repose sur l’analyse d’une diversité de régimes de travail et d’arrangements en matière d’emploi. Les travaux antérieurs du International Working Party on Labour Market Segmentation ont permis de bien documenter la diversité des formes d’emploi, conditions et horaires de travail et le présent ouvrage regroupe un grand nombre d’articles qui alimentent les comparaisons internationales, tout en ayant recours aux théories institutionnalistes pour tenter d’expliquer les réalités observées dans les divers pays.

5Dans la foulée, le chapitre 3, rédigé par Phil Almond, montre comment la prédominance des entreprises multinationales amène à revoir l’approche sociétale. Cette approche, issue du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail, à Aix-en-Provence, en France, et utilisée dans un certain nombre de travaux comparatifs, met en évidence l’inscription (embeddedness) sociétale de la très grande majorité des réalités du travail et de l’emploi.

6Les chapitres de la partie I traitent tous d’approches conceptuelles ayant trait aux normes de l’emploi, mais aussi des nouvelles réalités ou formes de l’emploi. Ainsi, un texte traite de la négociation autonome en Allemagne, un autre des enjeux et défis que présentent les organisations réseautées du point de vue des emplois et des inégalités, de la fragmentation des horaires de travail, ainsi que de la capacité d’expression (Voice) des salariés dans les économies libérales.

7L’analyse repose sur des données précises portant sur différents secteurs et professions afin de soutenir les observations d’inégalités de genre et de précarité d’emploi, dans la partie II. La partie III appelle à une analyse plus générale de l’évolution du travail à l’échelle internationale, mais surtout à une analyse des convergences et des divergences entre les pays. Les auteurs plaident pour une meilleure régulation du marché du travail et des formes d’emploi en particulier. Ils invitent à revoir la notion de ‘travail décent’ et éventuellement à améliorer les conditions de travail et d’emploi dans les divers pays.

8L’ouvrage est conséquent (368 pages) et permet donc non seulement d’avancer des propositions théoriques pour le renouvellement des théories de la segmentation du marché du travail, comme c’est fait dans les premiers chapitres, mais aussi de les soutenir par des études empiriques portant sur une grande diversité de pays dans les parties II et III. L’ouvrage constitue une excellente source d’information récente sur l’évolution du marché du travail dans nombre de pays européens (Italie, Espagne, Grande-Bretagne, Grèce, la France, la Suède), mais aussi des textes qui traitent d’autres pays comme la Chine et l’Australie. Au-delà des données empiriques sur les changements, le livre est surtout intéressant parce qu’il introduit une réflexion théorique sur les inégalités de salaire et de conditions de travail, notamment selon le genre, et aussi parce qu’il permet effectivement de compléter et de mettre à jour la théorie de la segmentation du marché du travail, tout en renouvelant les approches du International Working Party on Labour Market Segmentation, dans le cadre duquel s’inscrit cet ouvrage. Le livre est certes pertinent pour les cours d’économie du travail, comme les cours en sociologie du travail et de l’emploi, ou encore des cours de socio-économie plus généraux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane-Gabrielle Tremblay, « Damian Grimshaw, Colette Fagan, Gail Hebson et Isabel Tavora (dir.), Making Work more Equal. A New Labour Market Segmentation Approach (2017), Manchester, Manchester University Press, 368 p. », Revue Interventions économiques [En ligne], 59 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/3739

Haut de page

Auteur

Diane-Gabrielle Tremblay

Professeure, Téluq-Université du Québec tremblay.diane-gabrielle@teluq.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals