Navigation – Plan du site

Tiers-Lieux dans les villes moyennes : l’exemple de villes moyennes dans la Grande Région Est et dans la banlieue d’Amsterdam

Third places in medium-sized cities: the example of the Grande Région Est and the Amsterdam suburbs
Eve Ross

Résumés

De plus en plus d'espaces de tiers-lieu, au sens d’Oldenburg1, résultant de la révolution numérique s'ouvrent dans les petites et moyennes villes. Ils changent le fonctionnement de certains territoires et modifient la structure de leur développement, offrant alors la possibilité de créer une valeur ajoutée dans ceux qui sont périphériques. La généralisation du numérique a un impact sur les parcours professionnels et géographiques des individus. Ces changements assurent une certaine forme de cohésion territoriale et un renforcement des identités. La question est de savoir comment les territoires s'adaptent à cette nouvelle donne. Nous avons étudié des tiers-lieux hors métropoles dans la région Saar-Lor-Lux et à Almere (NL) afin de tenter de déterminer ce qu’il en est.

Haut de page

Texte intégral

1. Problématique : mutation économique et usages des tiers-lieux

1Depuis les années 2000, on constate l’émergence de nouvelles générations d’entrepreneurs innovants qui évoluent dans des espaces désignés « tiers-lieux » par le sociologue Ray Oldenburg (« ni la maison ni l’entreprise » dans son ouvrage « Celebrating the Third Place » 2001). Ces lieux se situent entre les lieux d’habitation et de travail et constituent des espaces intermédiaires entre un espace privé et un espace de travail. Ces espaces collaboratifs reposent sur les synergies et les échanges informels entre acteurs. S’inscrivant dans cette dynamique, au début des années 2000, le mouvement des makers est apparu aux États-Unis et en Europe, pour s’étendre au monde entier. Son objectif était de favoriser la création, la formation, l’apprentissage et le « faire ensemble » par la pratique et le « learning by doing » (Lallemant 2015). L’appellation « tiers-lieu » regroupe diverses formes d’organisation du travail : coworking, fab labs, makerspaces, living labs, etc., et leur nombre a été multiplié par dix dans le monde entre 2011 et 2017 (Global Coworking Survey 20172, Levy-Waitz 2018). Selon plusieurs auteurs, l’augmentation du nombre de travailleurs indépendants a contribué à l’émergence de ces nouveaux lieux de travail (Brown 2017, Scaillerez & Tremblay 2017).

2Le principe réside dans le développement d’une nouvelle forme d’organisation du travail, conviviale et collaborative, où les individus auraient à la fois la possibilité de monter leur projet, tout en échangeant avec d’autres, dans des espaces prévus à cette fin. Ces relations de proximité favoriseraient l’innovation. Le principe n’est cependant pas nouveau, car les ateliers d’artistes de la Renaissance fonctionnaient déjà selon ce principe (Formica3 2016), suggérant d’emblée l’idée selon laquelle le coworking serait à l’heure actuelle une révolution de l’organisation du travail, comparable à celle du fordisme au début du XXe siècle (Silva et Ali Anis 2010, Silva et Strohl, 2016), grâce à de nouveaux outils de production tirant profit des dernières avancées en matière de technologie numérique, tels que les FabLabs, les imprimantes 3D, etc., sur la base de compétences et de connaissances partagées. Ces nouvelles technologies facilitent l’échange d’information et permettent également de tester rapidement la faisabilité d’une nouvelle idée. Ainsi, les trois raisons majeures conduisant des individus à devenir coworkers sont : la construction de réseaux sociaux, le prix des loyers en général abordable, la flexibilité (le coworker peut y résider pour une durée à sa convenance) et la localisation (Les échos, 6/11/17).

3Cette idée, a priori généreuse, est devenue un concept mis en œuvre tant par des entrepreneurs, des entreprises que des collectivités territoriales pour favoriser la création d’entreprises et l’innovation ainsi que le développement du territoire. Cependant, le coworking n’attire pas uniquement des individus dotés d’une propension élevée à innover, mais également des individus de tout âge (des étudiants aux retraités) en recherche d’emploi, créant par ce moyen leur propre activité, y compris en tant qu’autoentrepreneur, ainsi que des télétravailleurs. Soulignons que tous les coworkers ne disposent pas de ressources comparables. Ils se distinguent de par leur formation, leur expérience professionnelle, les ressources financières auxquelles ils peuvent avoir accès, leur réseau de relations sociales sur lequel ils s’appuient. Les modèles économiques sont variés. Certains enregistrent des résultats positifs (création d’emplois, innovation, etc.), d’autres ne survivent qu’à l’aide de subventions publiques. Dans ces conditions, les relations de synergie entre les coworkers ne débouchent pas toujours sur de véritables relations de coopération. Si l’on peut parler avec les autres coworkers de son projet à la cafétéria, le centre de coworking réunit généralement des parcours individuels indépendants les uns des autres. Les relations de synergie y sont rares.

4On note que les rapports entre territoire et entreprises occupent une place importante dans le débat politique et économique français. Ainsi Arnaud Montebourg a-t-il fait la promotion du label « made in France » pour montrer le réel enjeu du devenir industriel des régions. Cette relation a connu des transformations majeures en suivant les évolutions économiques. En effet, dans une économie mondialisée, le rôle des territoires pour les entreprises qui s’y sont installées semble remis en question. La nouvelle nature des liens entre entreprises et territoire interroge les stratégies de développement économique des territoires, la capacité de l’État à mener des politiques de soutien aux entreprises et de promotion du territoire à l’échelle locale est d’actualité. Les transformations portent ainsi une vision dynamique des ressources du territoire, partant de ses acteurs et de ses potentialités, un territoire dont les capacités s’activent. La nouvelle nature des liens entre entreprises et territoire, la capacité de l’État à mener des politiques de soutien aux entreprises et de promotion du territoire à l’échelle locale sont d’actualité et interrogent les stratégies de développement économique territorial. Les transformations portent une vision dynamique des ressources du territoire, partant de ses acteurs et de ses potentialités, conduisant à un territoire dont les capacités s’activent et se développent sur un mode bien différent des traditionnelles politiques d’attractivité.

5La remise en cause des approches classiques de développement territorial conduit à penser un autre modèle de développement qui englobe à la fois les différentes ressources du territoire comme levier pour le développement et l’importance de l’existence d’acteurs locaux en mesure d’activer ces ressources. Bien sûr, le développement économique d’un territoire dépend également d’autres ressources comme l’économie sociale et solidaire, les produits locaux agricoles, les activités touristiques et notamment des activités d’économie résidentielle (Brunetto, Teo, Schacklock, Fahrr-Wahrton 2012, Pecqueur 2014). L’économie est basée sur la population résidant sur le territoire, qui génère une activité économique en même temps que des besoins de service. L’enjeu pour le territoire est de rechercher la production pour laquelle il serait (dans l’absolu) dans une situation de monopole. Dans ce cadre, les projets de tiers-lieux ont un potentiel de développement, même ceux situés dans les villes petites et moyennes. Le succès de tels projets dépend à la fois de la capacité des acteurs locaux à se coordonner, à collaborer pour identifier des intérêts partagés et faire des alliances. Des facteurs sociaux, politiques, historiques, institutionnels des territoires s’avèrent nécessaires pour cimenter les relations entre les systèmes d’acteurs locaux de production de richesse. Ainsi une gouvernance mixte entre acteurs publics et privés consolide le système productif local, comme nous le verrons plus loin.

6À l’heure actuelle, la création d’un espace de coworking constitue pour nombre de régions un moyen de redynamiser leur territoire, de stimuler la création d’entreprises et de créer des emplois. Aussi nombre de responsables des collectivités territoriales favorisent-elles la création d’espaces de coworking. Les tiers-lieux du XXIe siècle sont différents de ceux du XXIe par leurs dimensions et par le rôle principal qu’ils jouent dans le contexte régional, national et international, et par les formes physiques, sociales, économiques et institutionnelles qui ont marqué leur histoire et qui auront une influence sur leur avenir. La découverte de ces systèmes productifs et de leurs mutations a constitué un des points de départ de l’étude effectuée sur des régions du Saar-Lor-Lux, frappées par la crise minière et sidérurgique en profonde mutation, et sur une région agricole et portuaire aux Pays-Bas. L’intérêt de la recherche réside dans l’identification des stratégies d’adaptation mises en place par les coworkers, membres des différentes régions dans le cadre d’une économie mondialisée. Le rôle des pouvoirs publics et le poids de leurs politiques visant à redynamiser le territoire et à y créer de l’emploi y a été étudié. Les politiques mises en place pour accompagner les districts résultent d’une logique bottom-up, alors que le modèle des pôles de compétitivité des régions étudiées vient au départ d’un cheminement top-down.

7Des enquêtes de terrain ont été menées dans 6 agglomérations (Metz, Thionville, Sarrebruck, Belval, Differdange et Almere), qui ont en commun de compter un nombre comparable d’habitants, environ 200 000, et de s’être développées pendant plusieurs décennies grâce à l’industrie lourde (la sidérurgie et l’extraction houillère) dans le Saar-Lor-Lux, et à l’emploi salarié ouvrier, l’agriculture et l’activité portuaire pour Almere. Ces agglomérations ont largement été touchées par un taux de chômage supérieur à la moyenne. Dans ces régions, certains des espaces de coworking ont été créés sans soutien des collectivités territoriales, comme à Sarrebruck (par un graphiste en 2014), ou encore la structure Werk à Almere. Dans les autres lieux, les espaces sont soutenus par les collectivités territoriales et ce sont elles qui les ont créés.

8En ce qui concerne la méthodologie, les enquêtes se sont déroulées entre mars et septembre 2017. Le tableau 1 ci-après résume l’échantillon d’individus interviewés, le but de ces entretiens étant de connaître leur parcours professionnel et les raisons qui les ont conduits à travailler en ces lieux. Nous revenons plus loin sur les détails de la méthodologie.

9La majorité des coworkers interviewés sont issus des territoires dans lesquels ils travaillent, tirant profit de relations sociales de proximité. Ils y sont restés en dépit d’une situation économique difficile, souvent pour des raisons familiales, principalement en Lorraine, Sarrebruck et Differdange. À Belval, ce sont en majorité des coworkers issus du centre de recherches Henri Tudor qui développe leurs prototypes, élaborés dans le cadre de leurs activités de recherche. D’autres viennent de pays différents, avec des parcours divers, pour profiter des subventions généreuses de l’État luxembourgeois. À Almere, les coworkers sont des fonctionnaires qui alternent le travail en coworking deux journées par semaine avec le travail au bureau, ce qui leur permet de ne plus perdre de temps dans les allers-retours, et par conséquent d’avoir un meilleur cadre de vie et de réduire l’empreinte carbone grâce à des déplacements en bicyclette. La fonction publique s’ouvre ainsi au cœur d’écosystèmes dynamiques innovants, car les fonctionnaires ont l’occasion de profiter des méthodes d’innovation collaborative mises en exergue dans le tiers-lieu, qui constitue un lieu de rencontre avec les citoyens. Les autres coworkers de ce tiers-lieu profitent également de la convivialité du lieu pour rencontrer des clients potentiels ou échanger leurs bonnes pratiques. Il en va de même pour les coworkers de Werk qui y passent deux heures le matin pour éviter les heures de pointe pour se rendre à Amsterdam. Les coworkers néerlandais n’ont pas besoin d’une formation aux outils du numérique, contrairement à ceux de la Lorraine ou de Differdange. En effet, les Pays-Bas sont un pays précurseur en ce qui concerne l'innovation du secteur des Technologies de l'Information et des Communications, notamment par exemple, avec le développement du protocole Bluetooth et le standard Wifi. L’économie hollandaise se digitalise depuis un bon moment et aujourd’hui les chiffres attestent de ce virage stratégique opéré sous l’impulsion gouvernementale : 75 % des Hollandais ont “une bonne connaissance du digital” (la moyenne européenne est de 56 %), et la main-d’œuvre dans le secteur des TIC représente 3.9 % de la population active (la moyenne européenne est de 2.9 %). Aujourd’hui, en Europe, les Pays-Bas se placent quatrième en termes d’attractivité pour les start-up (derrière la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France). Amsterdam avec sa banlieue Almere reste, avec Delft et Eindhoven, le centre de l’innovation (le Monde :16 mars 2016)4

2. Revue de la littérature

2.1 Le début du mouvement coworking

  • 5 Voir aussi son article dans Krauss et Tremblay, 2019.

10La réflexion sur le projet est basée sur les travaux concernant les activités entrepreneuriales depuis Weber, Von Thünen, Marshall, etc. (Torre & Zimmermann 2015) et la convergence de ces travaux avec l’avènement des technologies numériques et de l’économie de la connaissance (Foray 2009), de l’entrepreneuriat, de l’économie de la proximité (Torre & Beuret 2014), des aspirations des salariés à travailler à leur compte, par opposition aux techniques de management des grandes entreprises (Linhart 2015). Il s’inscrit aussi dans la problématique de la ville créative et des 3 « T » : Talent, Technologie et Tolérance (Florida 2002). Ainsi le coworking traduit-il une évolution de l’organisation du travail, qui s’est développée depuis la première révolution industrielle, ainsi que de l’organisation de l’espace urbain. L’usine a en effet structuré l’organisation de l’espace urbain du XIXe siècle jusqu’à la reconstruction de l’après-guerre. Ce mode d’organisation fut revendiqué puis a abouti au management par projet et au travail collaboratif (Boltanski & Chiapello 1999). Ce vent de liberté individualiste souffle sur le développement du coworking, une nouvelle « utopie socio-économique » (Liefoogue 2018)5.

2.2 Définitions du terme « coworking »

11Nous traitons de « tiers lieu » et il convient de définir le terme « tiers-lieu » ou « espaces collaboratifs d’innovation » est vu par divers chercheurs comme un « terme nébuleux » (Brown 2017) ou « valise » (Liefooghe 2018). Il désigne à la fois les espaces de coworking, les learning labs, les incubateurs de start-up, les ateliers de fabrication numérique, les espaces d’expérimentation publique et le café-working (Levy-Waitz 2018). Les définitions ont en commun les caractéristiques suivantes : la convivialité, le partage d’une aire de travail (qui peut être louée par des entreprises de petite taille en majorité ou à des autoentrepreneurs. Cinq valeurs caractérisent le coworking : collaboration, ouverture, communauté, accessibilité et durabilité (Levy-Waitz, 2018, p. 34). La collaboration met en avant cette idée de partager et d’être utile aux autres. L’ouverture souligne le fait que les coworkers sont ouverts aux idées des autres et à la nouveauté. L’accessibilité fait référence à la variété d’activités exercées par les coworkers, indépendamment de leur profession. La durabilité quant à elle caractérise l’évolution d’une nouvelle forme de travail, en principe sans stress, ce qui n’est pas toujours le cas dans les entreprises. Le coworking décrit ainsi la forme rêvée de l’organisation du travail. Un espace de coworking est générateur de liens sociaux entre les coworkers et la construction de réputation. Il constitue une solution pour rompre avec l’isolement lorsque la personne travaille à son domicile. Dans certains cas, il crée également l’emploi du coworker (Blein, 2016). Il est caractérisé par l’émergence d’une communauté de travailleurs indépendants travaillant ensemble en partageant des ressources et des connaissances communes de façon marchande et non marchande (Le Nadant et al. 2018). Ce sont des espaces de travail multi-entreprises, adaptés à des activités de service. Les coworkers y sont unis par une volonté de partage des connaissances, par des interactions formelles et informelles, pour développer un projet personnel (Scaillerez & Tremblay 2016, Tremblay 2006).

12La revue de la littérature (Fabbi 2016, Blein 2016, Capdevila 2015, Trupia 2016, Liefooghe 2018) fait ressortir que les motivations des coworkers sont les suivantes : appartenir à une communauté, partage des savoirs et des expériences, innovation, liberté et partage, volonté d’indépendance, développement des réseaux de relations professionnelles (trouver des associés et des marchés). La volonté de s’insérer dans le marché de l’emploi est à la fois une nécessité et une opportunité.

2.3 La définition d’un territoire industriel en reconversion pour une ville moyenne

13Les six villes (Metz (F), Thionville (F), Esch-Belval (L), Differdange (L), Sarrebruck (D), Almere (NL)) dans lesquelles les enquêtes ont été menées ont en commun d’être des territoires en reconversion industrielle. Ce sont également des villes moyennes. La littérature concernant la reconversion industrielle est riche, montrant que certains éléments communs font consensus (Lambert 2013). Les territoires en reconversion industrielle sont des espaces géographiques et des unités industrielles spécialisées, comme la sidérurgie, l’extraction minière et l’agriculture. La reconstruction d’après-guerre entre 1950 et 1970 a dynamisé les territoires. À partir des années 70, ces derniers sont à la recherche de nouveaux investisseurs pour créer des emplois salariés. Progressivement les territoires de la Grande Région ont cherché à développer l’entrepreneuriat, mais se sont vus confrontés à des résistances culturelles, sociales et économiques fortes de la part de populations qui avaient été socialisées depuis plusieurs générations par l’emploi ouvrier salarié.

14Santamaria (Santamaria 2000) définit un certain nombre de caractéristiques pour identifier une ville moyenne : 1) une position intermédiaire entre la métropole régionale et la petite ville cantonnée à la desserte locale, 2) une administration diversifiée (municipale, préfectorale, judiciaire), 3) un système éducatif développé (école, collège, lycée, voire université), 4) d’importantes structures relatives à la santé (hôpitaux, cliniques, médecins spécialistes) et des services étendus à la personne et aux entreprises, 5) la présence d’usines, de magasins spécialisés et de grandes surfaces, 6) une vie intellectuelle avec une population diversifiée, 7) une évolution économique rapide après la Seconde Guerre mondiale qui a permis à la population d’accéder à un meilleur niveau de vie, 8) un déclin industriel depuis les années 1970-1980.

15Metz, Thionville, Esch-Belval, Differdange et Sarrebruck d’une part, et Almere d’autre part ont basé leur développement économique sur plusieurs générations, sur la sidérurgie pour les premières villes et sur l’agriculture pour la seconde. Les villes de la Grande Région ont été confrontées à la fermeture de grandes entreprises ou au ralentissement de leur activité au début du XXIe siècle. Almere exploite son expérience passée en tirant profit de sa situation portuaire. Pour la Grande Région, l’objectif des responsables publics locaux est de miser sur les technologies de pointe. Metz et Thionville doivent devenir un écosystème numérique labélisé French Tech auquel les dirigeants du Luxembourg ont adhéré en créant une communauté French Tech à Luxembourg. Cette communauté prend la forme d’un « French Tech Hub », fédérant à la fois des entrepreneurs high-tech français installés au Luxembourg et, réciproquement, une communauté d’entrepreneurs high-tech luxembourgeois implantés en France. Metz et Thionville restent marqués par des taux de chômage très élevés. Sarrebruck a un taux de chômage moins élevé que la Lorraine grâce au soutien fédéral à la politique du développement structurel régional qui a permis de soutenir l’investissement aboutissant à la création d’emplois grâce à l’implantation de sites de production de grands groupes industriels, à la formation duale, universitaire, à la formation professionnelle en apprentissage et au développement de structures de recherche dynamiques qui génèrent de l’innovation, investissent et créent de l’emploi dans une économie du savoir régionale. Le Luxembourg a un taux de chômage bas (3,8 %) grâce à un des investissements massifs dans les technologies de l’information, dans la formation des actifs et des chômeurs sélectionnés par l’agence de l’emploi pour occuper des emplois ciblés.

3. Méthodologie

16Notre recherche s’appuie sur la grille d’analyse et les résultats du séminaire de recherche sur les FabLabs organisé en 2014 au sein de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris- Val de Seine (ENSAPVS), suite à l’appel à projet lancé par Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin, intitulé « Aide au développement des ateliers de fabrication numérique », en juin 2013. Ce fut l’occasion d’inviter les fondateurs des trois plus grands FabLabs de Paris et notamment d’Usine Io qui empocha une subvention de 22 millions d’euros dans le cadre de l’appel à projets. Le but du séminaire était de définir ce qu’est un Fab Lab, l’avenir des FabLabs, le profil des fondateurs et leurs motivations.

  • 6 Voir plusieurs articles issus de cette recherche dans Krauss et Tremblay (2019, dir.)
  • 7 https://www.marsouin.org:mot275.html

17Cette enquête a été étendue aux tiers-lieux en 2016 dans le cadre du projet « Intimide », qui nous a donné l’occasion d’élargir notre champ de recherches pour passer de l’échelle métropolitaine à celle des villes petites et moyennes6. Le travail repose sur des entretiens qualitatifs et semi-directifs réalisés à partir d’un questionnaire établi dans le cadre du programme INTIMIDE7 dirigé par l’université de Rennes 2. La méthode repose sur des entrevues semi-dirigées et des narrations quantifiées (Grossetti et al. 2008, Grossetti 2011). Les personnes ont toutes en commun la caractéristique d’avoir changé de trajectoire professionnelle. L’objectif est d’identifier les ressources des individus interrogés, en prenant en compte d’une part les connaissances codifiées et tacites, et d’autre part leurs moyens financiers (épargne propre, crédit, aide familiale, crowdfunding, aides publiques, etc.). Le réseau des relations sociales (formelles et informelles) sur lequel les individus ont pu s’appuyer pour réaliser leur projet professionnel est également pris en compte. L’intérêt porte sur les ressources détenues par les coworkers et sur la manière dont ils en font usage pour valoriser leur projet de création d’entreprise. L’étude est basée sur la théorie de Penrose (1959) sur la croissance des entreprises.

18Quatre types d’individus ont été interviewés : le fondateur (dirigeant du tiers-lieu), les animateurs (habituellement ce sont les concierges) et les coworkers qui répondent aux questions concernant leur parcours professionnel et leurs motivations. À Thionville et à Sarrebruck, une autre catégorie d’individus a pu être interviewée : les visiteurs qui sont des personnes de passage ou des clients du « repair café » à Thionville et du café à Sarrebruck. Des questions spécifiques à chacune des catégories d’individus ont été développées en fonction de leur activité dans l’espace de coworking (voir Annexe 1). La durée des entretiens varie selon le type d’interlocuteur. La durée pour les fondateurs est constituée de deux séquences de 1h, pour les concierges, de deux fois 30 min, les utilisateurs de deux fois 30 min et pour les visiteurs de 30 min. Pour bien comprendre les individus et les tiers-lieux visités, nous avons passé plusieurs jours dans ces lieux pour en étudier les usages (Proulx 2012) et l’aménagement des lieux puisque la littérature sur le coworking souligne à la fois l’importance de la qualité des conditions de travail et l’aménagement des lieux propices à l’échange et au travail collaboratif.

4. Les centres de coworking étudiés

4.1 Le TCRM-BLIIIDA de Metz : une initiative institutionnelle (Ville de Metz)

19Le TCRM-BLIIIDA (initialement TCRM-BLIDA) de Metz est un espace de coworking de création, production et d’innovation artistique et numérique créée en 2014 sur le site de reconversion de l’agglomération de Metz- Métropole (TCRM), en centre-ville. Il a obtenu le label French Tech.

20La ville de Metz, qui est à l’origine du projet (via quatre fondateurs qui travaillaient à la mairie), a doté l’espace d’une direction bicéphale avec la SEM METZ technopole (une société d’économie mixte qui favorise l’implantation des entreprises sur le territoire et accompagne les jeunes entreprises) et d’une association opérationnelle. Ces quatre fondateurs sont à l’origine de l’événement « Les Nuits blanches de Metz » pour promouvoir les technologies numériques. La création de l’espace de coworking a été la réponse de la ville de Metz suite à l’arrêt de l’organisation des Nuits blanches, les fondateurs de l’espace de coworking étant tous directement impliqués précédemment dans l’organisation des Nuits blanches.

21La gouvernance est portée par les quatre fondateurs qui ont pour mission de définir les stratégies opérationnelles, les priorités du plan d’action et de représenter le portage entrepreneurial du projet LORnTECH. L’espace de coworking est représenté par les trois axes de développement suivants : économie numérique, économie collaborative et sociologie des jeux électroniques. Cet espace cherche à privilégier des activités artistiques, c’est pourquoi une convention a ainsi été signée avec le centre Pompidou Metz et des écoles d’art. Il accueille des artistes du territoire venant d’établissements culturels. Les résidences varient d’un jour à six mois (dépôt de candidature par le biais d’une application Internet). Le centre accueille également une équipe de chercheurs de l’Université de Lorraine-Metz travaillant sur la sociologie des jeux vidéo. Il compte à l’heure actuelle une trentaine de coworkers et une académie consacrée à la transmission et à l’enseignement des pratiques artistiques pour les plus jeunes. Le taux d’occupation actuel est de seulement 30 %, mais l’objectif est d’atteindre 450 coworkers en 2020.

22En 2018, TCRM-BLIBA a changé de nom pour TCRM-BLIIIDA (Tiers-lieu d’Inspiration, d’Innovation et d’Intelligence Collective) pour marquer la préfiguration du pôle Médias avec l’arrivée de l’hebdomadaire « La Semaine » (Le Républicain Lorrain, 22/2/2017). Des brevets ont été déposés et TCRM-BLIIIDA a lancé sa marque « Made in BLIIIDA ».

23Depuis sa création, le nombre d’entreprises hébergées augmente régulièrement : 63 entreprises en 2018 contre 57 en 2016, pour 3,2 millions de chiffre d’affaires cumulé en 2017 contre 1 million d’euros en 2016, 83 emplois permanents contre 73 en 2016, 19 000 participants aux événements contre 15 000 en 2016, plus de 100 événements organisés en 2017. Cependant, la marge de progression est encore importante, car la capacité d’accueil prévue est de 450 personnes. Certaines entreprises se distinguent cependant comme la start-up Eznov qui a fabriqué un nouveau drone hybride entre l’avion et l’hélicoptère, invention protégée par des brevets européens et américains8.

4.2 L’espace de coworking de Thionville Thilab : initiative institutionnelle (ville de Thionville)

24Créé en 2014 par trois passionnés de technologie et de technologies numériques (qui ont conservé leur emploi au Luxembourg) grâce au soutien de la ville de Thionville, autour d’un fab lab, sur le site d’un local désaffecté de la SNCF. Cet espace est géré par l’association TechTic&Co.

25Il n’est pas ouvert en permanence : les mardi et jeudi de 20h30 à minuit en fonction de la disponibilité de ses membres, les vendredi de 14h30 à 18h00 et samedi de 10h30 à 12h30. Il est situé à proximité de l’autoroute A31 (Metz-Luxembourg) et desservi tous les quarts d’heure par le bus. Tout comme l’espace de coworking de Metz, il fait partie du réseau Totem LornTECH qui travaille avec le Paddock de Nancy (accélérateur de start-up), le TCRM-BLIIIDA de Metz et le pôle numérique d’Épinal. Il dispose d’un espace dédié aux bureaux de taille variée, de salles de réunion, d’espaces de détente...

26Thilab est programmé pour devenir une vitrine de l’écosystème régional, mais l’objectif est d’augmenter la période d’ouverture et d’y développer un espace dédié au télétravail destiné à accueillir les frontaliers des 13 communes de la Communauté d’Agglomération Portes de France-Thionville qui représentent plus du tiers des 90 000 frontaliers français qui passent par ce lieu au quotidien. Un frontalier peut passer entre 3 et 4 heures par jour dans les transports. Ce phénomène entraîne de la fatigue, du stress et une mauvaise qualité de vie. Pour les entreprises luxembourgeoises, le temps passé dans les transports par leurs employés induit une perte d’énergie et de productivité. Cette démarche autour des mobilités est appelée Smart CiThi. Elle est initiée par la Communauté d’Agglomération en partenariat avec la Sodevam, S.E.M. d’aménagement de la Moselle.

27La ville de Thionville lui apporte son soutien financier (prise en charge de l’électricité et du chauffage). Il est également financé par la région Lorraine (subvention de 15 000 euros), et bénéficie du soutien de PME locales, comme Inusteam et ManuLorraine et du Fonds régional d’investissement ILP Sadepar, qui ont par ce biais accès au FabLab du centre. Des partenariats sont également conclus avec Pépinière Synergie, le centre d’apprentissage industriel CEFASIM, l’IUT de Thionville-Yutz. Aujourd’hui, le Thilab s’autofinance.

4.3 Ligatura : seul espace de coworking privé de Sarrebruck (initiative privée)

28Le cas de Ligatura est intéressant puisqu’il s’agit du seul espace de coworking sarrois fondé par un entrepreneur sur fonds privés ; il a malheureusement dû fermer ses portes fin 2017. Ligatura occupe une surface de 200m2 dans la friche en reconversion de l’ancien garage de la Deutsche Bundesbahn (Chemins de fer allemands), située à côté de la gare de Sarrebruck. Le tiers-lieu était occupé principalement par des graphistes, mais on y trouvait aussi une traductrice, une gestionnaire de filiale française qui y faisait du télétravail. Avec une moyenne de 15 à 20 entreprises, start-up et travailleurs en profession libérale, le tiers-lieu affichait complet.

29Le modèle économique est simple : les revenus sont générés par les loyers payés par les membres de la communauté pour permettre de couvrir les charges d’occupation et de gestion du lieu afin d’assurer à ces membres la pérennité du tiers lieu. Le lieu est animé par un bénévole et un stagiaire venant d’un lycée professionnel de restauration. Ils gèrent un café et l’organisation de concerts qui rassemblent une centaine de personnes.

30Malgré un tel succès, il semble que le fondateur ne pouvait faire face à la demande, et il a dû se résoudre à fermer. Pour assurer sa pérennité, le tiers-lieu devrait avoir une superficie d’au moins 300m2, un concierge et doubler le prix du loyer, soit 500 euros par mois et par personne. Un tel montant s’avère beaucoup trop cher pour les villes moyennes dont le prix des loyers pour un appartement est bas et les appartements disponibles. Il semblerait, selon certains, qu’un espace de coworking ne peut perdurer sans une subvention publique. De fait, les espaces français sont souvent soutenus par l’État.

4.4 Les tiers-lieux du Luxembourg

31L’ouverture d’espaces de coworking a vu le jour, il y a plus de cinq ans, comme solution pratique pour trouver un espace de travail bon marcher au Luxembourg. Certains visent des publics spécifiques comme Bamhaus à Luxembourg-Dommeldange, le TechnoPort S.A. à Belval, incubateur d’entreprises, ou encore le 1535° à Differdange, réservé aux industries créatives. Les premières initiatives étaient issues des pouvoirs publics ; cependant par la suite, le marché privé s’est placé sur le créneau. Des entreprises ont même créé leurs propres espaces de coworking, comme Paul Wurth ou le BGL BNP Paribas.

4.4.1 Le Technoport S.A. Belval : incubateur d’entreprises, 40 ans d’existence (ville du Luxembourg)

32Le premier incubateur au Luxembourg, Technoport a fêté ses 20 ans d’existence en 2017. Il est subventionné par le Ministère de la Culture, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, par les entreprises hébergées qui paient un loyer mensuel, ainsi que par des commanditaires institutionnels et privés comme Arcelor, Broadcusting Centre Europe et la ville d’Esch-sur-Alzette. Le tiers-lieu est situé à Belval, sur d'anciennes friches industrielles d’Arcelor-Mittal. À l’origine, en 1998, le Technoport fut lancé par le Centre de Recherches publiques (CRP) Henri Tudor, puis il passa sous statut privé en 2012 sous le nom de Technoport S.A. S’en est suivi une dynamique autour de l’innovation et de l’entrepreneuriat technologiques. Le bâtiment d’incubateur d’entreprises est dirigé par un ancien chercheur du CRP. Aujourd’hui, on dénombre une quarantaine de sociétés, dont 36 start-up. La pépinière d’entreprises technologiques accompagne les jeunes start-upers en leur offrant l’infrastructure et l’accompagnement managérial et technologique nécessaire pour développer leur jeune pousse. Cette dynamique permet au Luxembourg d’être attractif pour des entrepreneurs étrangers. Le Technoport abrite des sociétés (InCub, Enovos, Agile Partners, POST), des banques (BIL, BCCE, Société Générale) et des institutions publiques (Chambre de Commerce, ville d’Esch, Centre National de l’Audiovisuel), ce qui lui assure une partie de son budget annuel, complété par des revenus issus de commanditaires, de cofinancements de projets de recherche nationaux et européens générés grâce au FabLab de Diffferdange. Le Technoport S.A. génère à ce jour des bénéfices. La société Talkwalker a été créée par l’État luxembourgeois et la Société Nationale de Crédit et d’investissement (SNCI). Kleos Space S.A. (ASX : KSS), opérateur de technologie spatiale de pointe a quitté le Technoport S.A. en 2017 pour installer ses bureaux à Luxembourg ville, pour rejoindre les entreprises NewSpace, cotées à la bourse australienne depuis le départ du Technoport S.A.

33Le tiers-lieu contribue également à la pérennisation des emplois grâce à un partenariat passé avec l’ADEM (Agence pour le développement de l’emploi) pour les personnes en reconversion professionnelle et les demandeurs d’emploi afin de les former aux technologies de pointe, dont l’industrie manque cruellement, ou de les accompagner dans leur -plan d’affaires pour tester la faisabilité et la viabilité de leur projet.

34Les entreprises hébergées restent en moyenne trois ans et les entreprises industrielles plus longtemps. Les demandes d’hébergement sont plus nombreuses que l’offre de places ; néanmoins, seulement 7 à 10 % des dossiers sont acceptés. Par ailleurs, I’incubateur accueille le congrès annuel d’un réseau paneuropéen de structures similaires. L’incubation demeure l’activité principale du tiers-lieu, mais son offre s’est diversifiée. Après s’être distingué dans le domaine de l’innovation, l’espace de coworking commence à se forger une réputation dans le domaine de l’impression 3D et de la découpe laser dans son Fab Lab. Aujourd’hui, Technoport S.A. s’étend sur une surface de 16.000 m2 et héberge des ateliers, des bureaux et des halls industriels.

4.4.2 Le 1535° Creative Hub Differdange (initiative de la ville)

35Tiers-lieu de production créatif, situé sur un site de reconversion industrielle des anciens ateliers du groupe sidérurgique Arcelor-Mittal, il supplée le Technoport pour tout ce qui est créatif et artistique. Le directeur du Creative Hub est l’un des cofondateurs du Technoport. L’espace de coworking fut créé en 2013 à l’initiative du maire de Differdange qui s’est investi pour récupérer les bâtiments liés à l’histoire de sa ville et pour répondre à une forte demande de locaux pour les « esprits créatifs ». Il est devenu le centre de l’économie créative au Luxembourg et à l’étranger. Le site comprend 3 bâtiments avec une superficie globale de 16 000 m2. Lors de l’ouverture de la première phase, il y avait 45 entreprises créatives, soit entre 150 et 180 personnes. La seconde vague de rénovation fit place à l’aménagement de la Soundfactory, une salle d’enregistrement professionnelle et 10 salles de répétitions et de 39 espaces de création supplémentaires. 1535° abrite 70 entreprises, un peu moins de 300 personnes qui tous les jours tentent de créer, d’inventer, de réinventer. Fort de son succès et de son expérience, 1535° vise la création de tiers-lieux transfrontaliers.

4.5 Les tiers- lieux d’Almere

4.5.1 Almere Central Station (initiative privée)

36Le premier tiers-lieu est un centre d’affaires géré par Regus et situé à côté de la gare, au 6e et 7e étage dans un bâtiment primé pour son architecture à proximité d’entreprises de technologies de l’information, de haute technologie, de banques et de restaurants propices aux affaires, tout comme à Sarrebruck et à Belval. Chaque coworker peut louer un bureau meublé et connecté. Les coworkers sont en majorité des start-upers, parmi eux certains étrangers venus ouvrir leur entreprise à Amsterdam, comme à Belval. En effet, le Luxembourg et les Pays-Bas sont des destinations favorites pour les entrepreneurs étrangers puisque ces deux pays veulent devenir la capitale européenne des start-up grâce, entre autres, à des systèmes de visas spéciaux et à des subventions. Ces coworkers y apprécient l’environnement de travail qui valorise les entreprises, l’atmosphère internationale, le partage des connaissances des marchés étrangers qui leur parait essentiel pour se développer globalement. En 2016, Amsterdam a été classée par l’European Digital City Index comme deuxième ville la plus propice pour lancer sa start-up. Les coworkers viennent tenter leur chance et recherchent dans le tiers-lieu un associé local pour monter sa start-up. Les coworkers néerlandais sont reliés à une structure de start-up qui travaille conjointement avec l’État néerlandais pour les aider à créer leur entreprise. Dans ce tiers-lieu, on trouve également des employés de grandes entreprises qui y résident en raison de la pénurie de locaux commerciaux à Amsterdam et aux Pays-Bas en général. D’autres coworkers sont des fonctionnaires autorisés par la législation et leur employeur à faire du télétravail pour garantir une meilleure qualité de vie en passant moins de temps dans les transports. Le télétravail est une chose acquise aux Pays-Bas. Il se met en place en France, et dans notre étude de cas, à Thionville, avec une nouvelle loi sur le travail qui l’autorise. Même si le tiers-lieu propose une sorte de bureau à la demande qui ne propose pas d’animation et dans lequel l’interaction sociale n’est pas l’enjeu, ces fonctionnaires s’ouvrent à d’autres individus ayant un profil différent, permettant d’établir un dialogue avec ces derniers, d’être en lien avec les « liaison officers » qui financent les projets pour rendre le quartier plus attractif. Ils font le lien sur le terrain entre les habitants, favorisant indirectement la participation citoyenne. Comme à Sarrebruck, d’autres coworkers s’installent temporairement dans l’espace de coworking entre deux correspondances ou avant de se rendre au travail.

37À un étage inférieur se trouve également un tiers-lieu de création artistique accueillant également un musée de l’histoire du numérique. Ce lieu est mis gratuitement à disposition en attendant qu’il soit vendu. Cela serait pratique courante aux Pays-Bas : en attendant l’achat des locaux, ces derniers servent de « tiers-lieux éphémères ».

4.5.2 Werk à Almere (initiative privée)

38Ce tiers-lieu est la maison d’un particulier (lui-même coworker) située à côté du parc Pampushout et à proximité de l’autoroute qui mène à Amsterdam. Pour le fondateur, cela lui permet de ne pas rester isolé. Les coworkers sont des locaux qui viennent pour avoir un lieu propice au travail hors du domicile, construire des relations ou pour attendre la fin des embouteillages.

5. Résultats

5.1 Les motivations des coworkers : entre création d'emploi et désir d’indépendance

39En ce qui concerne les motivations , la réponse la plus fréquemment citée lors des enquêtes réalisées à Metz, Thionville, Sarrebruck, Belval, Differdange, Almere est la volonté d’indépendance reliée au besoin de créer son emploi, sauf pour Metz où la volonté d’appartenir à une communauté est largement mise en avant. Ensuite, les raisons qui sont les plus fréquemment citées vont dans le sens d’une socialisation professionnelle plus étroite, car l’accent est mis sur le désir de rompre l’isolement, d’appartenir à une communauté ou encore de séparer l’espace de travail de l’espace domestique. Les coworkers apprécient particulièrement la flexibilité du système de location. Il n’y a pas de temps imposé pour l’occupation des locaux, seulement un préavis à donner, parfois seulement de quelques jours. Ce qui n’est pas sans conséquence pour les propriétairessur le plan financier.

40Cette flexibilité temporelle offerte conduit cependant certains coworkers à rester dans les locaux pour une période de temps assez longue, au point de ne pas imaginer d'en partir. On pourra aussi mettre l’accent sur la possibilité d’utiliser des outils numériques mis à disposition, c’est essentiellement le cas pour l’espace de coworking de Thionville et de Differdange qui a été aménagé à partir du Fab Lab. Le partage d’expériences et de savoirs est rarement cité ; quant au désir d’innover, il est absent des réponses, sauf à Metz, à Belval et à Differdange où il est manifeste, mais les coworkers n’ont pas le choix puisqu’ils sont financés et coachés pour cette raison. À Thionville, ils expérimentent l’aquaponie, une technique écologique de purification de l’eau, pour apprendre à la population comment faire de la culture hors-sol et l’enseigner aux élèves et aux citoyens pour qu’ils puissent apprendre à cultiver pour se nourrir.

41Sans « être entrepreneur en dernier ressort » (Casson 1991), il semble bien évident que la raison principale en devenant coworker est de créer son emploi, tout en recherchant un environnement convivial dans lequel il sera possible de créer des complicités, voire des relations de travail et pourquoi pas amicales. Dans les espaces de coworking d’Almere, certains coworkers sont des fonctionnaires qui font du télétravail. Être dans cet espace leur permet de créer des liens avec les entreprises et de créer des relations de travail. Dans l’espace de coworking de Thionville, où l’accent est mis sur le Fab Lab, la situation est un peu différente, car les coworkers qui y travaillent le font d’abord par passion et plaisir de manipuler des équipements numériques de pointe. Le désir de trouver des marchés n’est pas absent, mais il y a diverses motivations (tableau 2). Les populations du coworking de Sarrebruck et d’Almere Central Station sont plus diversifiées que celles de Metz, Thionville, Belval et Differdange. Il s’agit d’entreprises ou d’associations qui n’ont pas de locaux dans leur agglomération (pénurie de baux locaux dans toutes les villes aux Pays-Bas), mais qui envisagent de s’y implanter ou d’y développer des activités en réduisant les charges fixes incombant à la location d’un local.

5.2 Les ressources des coworkers

42La création de leur emploi et la volonté d’indépendance constituent les deux motivations principales des individus interviewés. Nous nous sommes demandé quelles ressources mobilisent les coworkers pour y parvenir.

43L’analyse de leurs ressources codifiées montre qu’ils sont tous diplômés de l’enseignement supérieur. Cette situation est particulière pour la Lorraine où le taux de diplômés de l’enseignement supérieur est bas et à Luxembourg également, car l’université du Grand-Duché du Luxembourg vient seulement d’être créée. À Metz, l’espace de coworking est principalement fréquenté par de jeunes diplômés qui viennent d’obtenir un master dans une filière artistique. À Thionville, ce sont tous des diplômés du supérieur passionnés par les technologies numériques. À Belval, ce sont tous des diplômés de l’enseignement supérieur avec un passé de chercheur ou d’entrepreneur. On y trouve aussi des demandeurs d’emploi susceptibles de se lancer dans un projet d’affaires ou nécessitant un accompagnement ponctuel pour les aider dans l’avancement d’un projet entrepreneurial requérant un petit coup de pouce ou pour définir les potentialités et possibilités entrepreneuriales. À Differdange, ce sont, comme à Metz, des artistes ou des individus fraîchement diplômés de filières artistiques et créatives. À Sarrebruck ce sont de jeunes diplômés de l’enseignement supérieur exerçant une activité principalement dans le graphisme. À Almere, ce sont des diplômés de l’enseignement supérieur, principalement dans le domaine des technologies de pointe et des technologies du numérique qui sont déjà entrepreneurs, des collaborateurs de filiales de grandes entreprises de technologies de pointe.

44L’analyse des ressources financières montre que les coworkers sont dotés faiblement en capital. Ceci s’explique par le fait qu’ils sont encore jeunes et que le développement de leurs activités ne nécessite pas une levée de fonds très importante. À Thionville, Metz, Belval et Differdange les coworkers sont étroitement encadrés. Ceci est d’autant plus vrai pour Metz, Belval et Differdange puisqu’ils sont sélectionnés à l’entrée et qu’ils peuvent recevoir des subventions publiques pour monter leur projet. À Almere, les coworkers entrepreneurs ont demandé une aide financière dans le cadre du programme StartupDelta. Il s’agit d’un partenariat public-privé qui les aide à trouver des investisseurs grâce à l’organisation d’événements de réseautage. Belval organise également ce type d’événements.

45En ce qui concerne le réseau de relations sociales, dans tous les espaces de coworking, les coworkers sont de la région, voire de l’agglomération. L’effet de proximité joue un grand rôle, d’autant plus que c’est le cas à Metz et à Differdange. À Thionville, ils se connaissent par l’emploi qu’ils occupent au Luxembourg. À Metz, les coworkers se connaissent depuis longtemps, souvent depuis la petite enfance ou dans le cadre de leurs études universitaires. À Belval, ce sont majoritairement des Luxembourgeois et des Français. À Differdange, les coworkers sont principalement des artistes qui habitent dans le même quartier, rénové pour eux par la mairie. À Almere, ce sont des Néerlandais et des entrepreneurs étrangers qui souhaitent créer leur entreprise ou encore des employés de grandes entreprises étrangères installées à Amsterdam. Cette proximité géographique au niveau du territoire contribue à créer des relations sociales étroites et informelles. La plupart du temps, c’est par le bouche-à-oreille que les informations sont transmises. Les relations formelles (voire institutionnelles) sont secondaires, sauf la presse locale, les bulletins des tiers-lieux et/ou les informations produites par les collectivités territoriales qui sont d’une façon ou d’une autre à l’origine du projet. Le coworker, comme l’entrepreneur, semble étroitement lié au territoire dans lequel il est inséré (Reix 2008) et exploite un réseau de relations de proximité. Les ressources dont disposent les coworkers des tiers-lieux étudiés sont faibles, exception faite de leur niveau de diplôme, qui les singularise au regard du taux de diplômés de l’enseignement supérieur dans l’agglomération, sauf pour Almere. L’importance du réseau de relations sociales informelles est à souligner (tableau 3).

5.3 Le coworking : un phénomène pluriel dans des territoires en reconversion industrielle

46Les espaces de coworking étudiés appartiennent à des catégories différentes : espaces de coworking fermés pour Metz et Differdange, car ils sont spécialisés dans les industries créatives et effectuent une sélection à l’entrée ; Belval est également un espace de coworking fermé qui pratique une sélection à l’entrée, mais il est ouvert à des projets venant du monde entier, privilégiant les technologies de pointe et s’ouvrant au domaine de la santé ; Ligatura est ouvert, même s'il privilégie les activités relatives au graphisme, il ne pratique pas de sélection à l’entrée ; Almere Central Station est ouvert à tous, l’accès se fait moyennant paiement de la location du bureau ; enfin, Werk est un espace fermé qui privilégie les coworkers qui sont des habitués.

47Une analyse plus fine permet de souligner les points suivants :

  1. Conditions de création : les espaces ont été créés entre 2012 pour Belval (à partir de celui qui existait au sein du Centre de Recherches Henri Tudor), Differdange, Sarrebruck et 2014 pour Metz, Thionville et Almere.

  2. Organisation de l’espace de travail et moyens techniques et juridiques mis à disposition : tous les espaces de coworking disposent de lieux de vie (cafétéria, espace de repos), aucun n’a une crèche. À Metz, Belval, Sarrebruck, Almere Central Station, il est possible d'y domicilier son entreprise.

  3. Activités annexes au coworking : les espaces ont développé des activités annexes au coworking, comme la location de salles (sauf Ligatura et Werk). Ils accueillent des coworkers travaillant pour des entreprises ou des associations (sauf Metz), ce qui constitue des revenus supplémentaires.

  4. Accompagnement et promotion de l’entrepreneuriat : les espaces de coworking organisent des événements pour promouvoir l’entrepreneuriat sauf Werk et Ligatura, mais seuls les espaces de coworking de Metz et Belval proposent un accompagnement entrepreneurial au sens formel du terme.

  5. Activités avec l’extérieur : tous les espaces de coworking ont développé des relations de partenariat avec des entreprises locales, avec des universités, des associations locales et avec d’autres espaces de coworking qui sont source de débouchés d’affaires, généralement situés dans la même région.

  6. Apparition de nouvelles références métiers : celles-ci requièrent à la fois des compétences d’animation du tissu social et économique du territoire ainsi que des compétences entrepreneuriales de portage, de montage et de développement de projet. Il est fondamental que les concierges et les fondateurs soient accompagnés d’un point de vue stratégique et que de nouvelles formations spécialement dédiées à ces deux fonctions soient créées.

  7. Transition environnementale : le télétravail est l’élément le plus important évoqué par les coworkers de Thionville et d'Almere pour la réduction de la mobilité, après le Repair café, comme à Thionville.

48Plusieurs points communs caractérisent les espaces de coworking. Leur identité est étroitement liée au territoire en reconversion industrielle dans lesquels ces espaces sont insérés. S'ils sont vecteurs de création d’entreprise, ces dernières restent de faible envergure sur les plans technologique et financier (tableau 4).

49L’espace de coworking de Metz est situé en centre-ville et est accessible, à pied ou en bus. Belval, Sarrebruck, Central Station Almere sont situés au centre-ville, avec des stratégies d’aménagement et de gestion des mobilités qui font d’eux un axe important. Ils sont implantés à côté des gares. Differdange est accessible à pied, depuis la gare pour rejoindre le Technoport S.A. à Belval, en bus pour faire le lien avec les petits villages frontaliers du côté français qui sont isolés, de même qu’en voiture. Werk et Thionville sont proches de l’autoroute. Thionville est accessible en bus en 15 min depuis la gare. Quel que soit leur localisation, les tiers-lieux ont un impact sur la gestion des déplacements, la décongestion du trafic, des émissions de gaz à effet de serre et de la pollution.

6. Conclusion et discussion

50L’enquête de terrain a permis d’identifier les motivations des coworkers qui ont fait l’objet de l’étude. On note peu d’activités innovantes pour des individus dont la motivation principale est de créer leur emploi, motivés par le désir d’indépendance. Les espaces de coworking ont été créés dans des territoires comparables sur les plans démographiques et sociologiques, industriels ou agricoles (ville moyenne, industrie lourde ou agriculture et activité portuaire, avec un salariat ouvrier). Les espaces de coworking ont pour le moment des résultats non performants en matière d’innovation, malgré leurs relations de coopération avec des institutions locales (université, chambre de commerce, association d’accompagnement). Dans l’espace de coworking à Metz, on notera cependant la présence d’une start-up qui génère des bénéfices ; dans celui de Belval, qui existe depuis 20 ans, sur 59 entreprises de sorties 17 se sont fait racheter par de plus grandes entreprises. De manière générale, les coworkers sont dotés de ressources financières faibles, au-delà de leur diplôme d’études supérieures. Ils s’appuient sur des réseaux de relations sociales de proximité sur le plan cognitif et géographique (famille, amis, collègues, anciens camarades d’études), largement informel et moins sur un réseau de relations sociales institutionnelles établies (associations, organismes publics, entreprises). Malgré la volonté d’être indépendants, les coworkers de Metz, Belval et Differdange vivent toutefois une relation de subordination avec leurs commanditaires puisqu’ils s’engagent à participer à un programme pour développer leur prototype. La diversité de leurs projets et les pressions tant financières que de délais ne leur laissent que peu de temps pour échanger avec les autres coworkers. Dans une situation extrême, certains coworkers à Metz ou à Sarrebruck ont du mal à subvenir à leurs besoins, et ont dû avoir recours au crowdsourcing pour monter leur projet, d’autres doivent pour assurer leur quotidien accepter des contrats très proches de la sous-traitance. Ces derniers sont bien éloignés de toute innovation.

51D’un autre point de vue, le télétravail se comprend différemment selon les régions étudiées : télétravail indépendant (à Belval et à Almere Central Station), télétravail pendulaire (Almere, Sarrebruck et dans un futur proche à Thionville), télétravail nomade (Almere). À Almere Central Station, le télétravail est mis en place par des entreprises du secteur des nouvelles technologies par manque d’espaces à louer. À Belval, les entreprises externalisent un certain nombre de coûts (locaux, chauffage, etc.). À Almere le succès du télétravail auprès des fonctionnaires a permis de pallier les dysfonctionnements sur les lieux de travail du temps passé dans les transports. Les agents travaillent pendant leur temps de déplacement et il est comptabilisé dans le temps de travail.

52Au-delà de ces points de vue critiques qui portent plus sur les visions « idylliques » externes véhiculées sur ces espaces, il demeure que sans les apports en termes de logistique immobilière et d’infrastructure tertiaire, ces projets n’auraient pas pu s’installer et se développer. À ces apports matériels s’ajoutent, sans aucun doute, des apports intangibles (apprentissage, construction de réseau, fertilisation croisée), difficilement mesurables, nés des échanges et proximités humaines que ces sites permettent tant au niveau intra que par leur réseau, même s’ils n’ont pas été observés dans tous les cas exposés ici.

53Concluons en soulignant que cette étude est de nature exploratoire, mais elle permet de mettre en évidence les difficultés et les limites auxquelles les espaces de coworking sont confrontés dans des territoires de reconversion industrielle ou agricole. Dans ces agglomérations, le rôle de commanditaire des collectivités territoriales est fondamental, qu’elles agissent comme des entrepreneurs institutionnels (Metz, Thionville, Belval, Differdange) ou comme des soutiens (financiers). Il semble difficile de dire en l’état actuel de ce travail exploratoire si l’existence de ces espaces de coworking va permettre d’inverser la trajectoire technico-industrielle déclinante de ces agglomérations en mettant en valeur un entrepreneuriat créatif et innovant. Le nombre élevé de diplômés de l’enseignement supérieur constitue certes un atout majeur en faveur d’un changement de trajectoire, considérant que l’objectif des collectivités territoriales est de reconvertir les territoires vers les technologies numériques nouvelles.

Haut de page

Bibliographie

BLEIN Bernard, Le coworking, un espace pour les transactions hors marché ? La valorisation des réseaux sociaux pour travailleurs indépendants, Réseaux numéro196, p. 147-176, 2016.

BOLTANSKI, Luc, CHIAPELLO Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris 1999.

BROWN Julie, Curating the « third place » ? Coworking and the mediation of creativity, Geoforum, numéro 82, p. 112-126.

BRUNETTO Yvonne, TEO Stephen, SSCHCKLOCK Kate, FARR-WHARTON Fodney, Emotional intelligence, job satisfaction, well-being and engagement : explaning organisational commitment and turnover intentions in policing, Human Resource Management Journal, vol. 22, numéro 4, p. 428-431, 2012.

CAPDEVILA Ignasi, Les différentes approches entrepreneuriales dans les espaces ouverts d’innovation, Innovations, Revues d’économie et de management de l’innovation, numéro 48, p. 87-105.

CASSON, Mark, The entrepreneur, An Economic Theory, Edward Elgar Publishing, 1 janv. 2003.

DOLOREUX, David, « Regional Innovation systems in Canada : a comparative survey », in Regional Studies, numéro 38, p. 481-494, 2004.

DOLOREUX, David, SHEARMUR Richard, « Collaboration, information and the geography of innovation in knowledge intensive business services », in Journal of Economic Geography, numéro 12, p. 79-105, 2011.

FLORIDA Richard, The rise of the creative class, Basic Books, New York, 2002.

FORAY Dominique, Smart specialization, an Industrial Renaissance in Europe. Federation of Austrian Industries, Chair of Economics and Management of Innovation. Vienna , June 6th 2014.

FORAY Dominique, Smart specialization and the New Industrial Policy Agenda. Policy Brief N° 8, European Commission, Innovation for Growth -i4g, 2013.

GROSSETTI Michel, Les narrations quantifiés. Une méthode mixte pour étudier des processus sociaux. Terrains & Travaux 19, vol. 2 ; p. 161-182.

GROSSETTI Michel, BES M, BARTHE Jean- François, Dynamique des réseaux impersonnels et des organisations dans les créations d’entreprise, Revue française de sociologie 49 (3), p. 585-612, 2008.

KRAUSS, G. et D.-G. TREMBLAY (2019, à paraître). Tiers-lieux – travailler et entreprendre sur les territoires : Espaces de coworking, fablabs, hacklabs . Rennes-Québec : Presses universitaires de Rennes et Presses universitaires du Québec.

LALLEMENT, Michel, Lâge du faire. Seuil, 2015.

LE NADANT Anne- Laure, MARINOS Clément, KRAUSS Gerhard Les espaces de coworking. Le rôle des proximités dans les dynamiques collaboratives, numéro 271, P. 121-137, 2018.

LEVY Pierre, L'intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberespace, Poches Essais, La Découverte 1994.

LEVY Pierre, L'Intelligence Collective, Sciences Humaines, numéro 59, mars 1997.

LEVY-WAIT Patrick, Mission coworking, territoires travail numérique, faire ensemble pour mieux vivre ensemble, Ministère de la cohésion des territoires, Paris, 2018.

LIEFOOGHE Christine, Les tiers-lieux à l’ère du numérique : diffusion spatiale d’une utopie socio-économique, Géographie, économie, société 20, p. 33-61, 2018a.

LIEFOOGHE Christine, Le Tiers-lieu, objet transitionnel pour un monde en transformation, L’observatoire, numéro 52, p. 9-11, 2018 b.

LINHART, Danièle, La comédie humaine du travail, Eres, 2015.

OLDENBURG Ray, The Great Good Place, Da Capo Press, 1989.

PENROSE, Edith Tilton, The theory of the growth of the firm, John Wiley & Son, New York, 1959.

PECQUEUR Bernard, Esquisse d’une géographie économique territorial, L’espace géographique, tome 43, p. 198-214, 2014.

PESCHL, Markus, FUNDNEIDER, Thomas, Spaces Enabling Game-Changing and Sustaining Innovations : Why Space Matters for Knowxledge Creation and Innovation, 2012.

PROULX Serge, « La sociologie des usages, et après ? », in Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 04 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1230 ; DOI : 10.4000/rfsic.1230.

REIX Fabien, L’ancrage territorial des créateurs d’entreprise aquitains : entre encastrement relationnel et attachement symbolique, Géographie,Economie, Société N° 10, p. 29-41, 2008.

ROMICA Piero. « Entrepreneurial renaissance Cities striving towards an era of Renaissance and revival », Harvard Business review, April 2016.

SCAREILLEZ, Arnaud, TREMBLAY, Diane-Gabrielle, « Coworking, Fab labs et living labs. Etat des connaissances sur les tiers-lieux », in Revue de géographie et aménagement, numéro 34, 2017.

SANTAMARIA Frédéric, La notion de « ville moyenne » en France, en Espagne et au Royaume-Uni, Annales de géographie, numéro 613, p. 227-239, 2000.

SILVA François, Anis Ben Ali, Emergence du travail collaboratif : Nouvelles formes d’organisation du travail, Management & Avenir, numéro 36, p. 340-365, 2010.

SILVA François., STROHL Hélène, Le post management, Revue Management & Avenir, numéro 90, p. 107-119, 2016.

TALLEC Josselin, Les trajectoires économiques et les formes sociales de l’innovation dans les villes moyennes : les cas d’Albi (Midi-Pyrénées), d’Alès (Languedoc-Roussillon), de Fougère et de Quimper (Bretagne), Revue d’Economie Régionale & Urbaine, numéro 2, p. 192-214, 2012.

TREMBLAY Diane-Gabrielle, La Compétitivité urbaine à l’ère de la nouvelle économie, enjeux et défis, Québec Presses Universitaires du Québec, 410 p., 2006.

TRUPIA Dilara Vanassa, Produire un espace hybride de coopération. Une enquête ethnographique sur La Cantine, Réseaux, numéro 196, p. 11-145, 2016.

TORRE André, BEURET Jean- Eude, Proximités territoriales, Economica, Economica, 2012.

TORRE André, ZIMMERMANN Jean-Baptiste. Des clusters aux écosystèmes industriels locaux, Revue d’Economie industrielle, numéro 152, p. 13-38, 2015.

ZIMMERMANN Jean-Baptiste, Proximité géographique et proximité organisée, Revue Française de Gestion, numéro 184, p. 105-118, 2008.

Haut de page

Notes

1 Pour Oldenburg, les valeurs des tiers-lieux sont les suivantes : les utilisateurs possédant différents savoirs se réunissent librement, les clivages sociaux et économiques sont gommés, la conversation est la principale activité pour échanger sur les pratiques professionnelles, les actions et les projets.

2 https://www.le144-coworking.fr/blog/le-coworking-a-lechelle-mondiale/

3 https://zevillage.net/future-of-work/la-meteo-2017-du-coworking-par-deskmag/

4 https://www.lemonde.fr/economie/article/2016/03/11/la-hollande-l-autre-pays-des-start-up_4881222_3234.html

5 Voir aussi son article dans Krauss et Tremblay, 2019.

6 Voir plusieurs articles issus de cette recherche dans Krauss et Tremblay (2019, dir.)

7 https://www.marsouin.org:mot275.html

8 http://www.seed4start.com/wp-content/uploads/2016/11/JDe_11.2016_eznov.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eve Ross, « Tiers-Lieux dans les villes moyennes : l’exemple de villes moyennes dans la Grande Région Est et dans la banlieue d’Amsterdam », Revue Interventions économiques [En ligne], 60 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/4973

Haut de page

Auteur

Eve Ross

École Nationale Supérieure Paris-Val de Seine, LCOMS-Université de Lorraine, ESO-Rennes, eve.ross@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals