Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série. TransformationsLe régionalisme africain, une voi...L’Union africaine au chevet des "...

Le régionalisme africain, une voie originale

L’Union africaine au chevet des "indépendances inachevées"

The African Union at the Bedside of “Unfinished Independences”
Noubatour Adoumtar

Texte intégral

Il y a lieu de s’interroger sur le lien économique et monétaire avec les anciens colonisateurs et son impact tant sur le développement du continent que sur la construction de son identité politique et culturelle.

1Après la lutte pour les indépendances, les premiers leaders des jeunes États dits indépendants ont créé l’Organisation de l’Unité Africaine (Decraene, 1964) pour la libération totale du continent du joug du colonialisme et de l’impérialisme. Quelques années plus tard, le souci du développement économique harmonieux des pays, dans le cadre des sous-ensembles régionaux, a contribué à la naissance des organisations régionales pour le développement économique et financier des États membres (Coussy et Hugon, 1991).

2Face à un monde en pleine mutation, caractérisé par la globalisation des économies, les dirigeants africains avaient opté, il y a plus d’une décennie, pour une nouvelle structure continentale pouvant aider le continent à prendre sa destinée en main. D’où la transformation de l’Organisation de l’Unité Africaine en Union africaine. S’agit-il d’un « copier-coller » à l’image de grands ensembles continentaux comme l’Union Européenne ? Cette mutation parachève-t-elle les indépendances africaines ? En tant qu’institution, l’Union africaine a connu des réelles transformations qui nous autorisent à jeter un regard optimiste que permet l’agenda 2063. Considérant ce qui précède, n’est-on pas fondé à parler d’indépendances inachevées en Afrique ? En quoi, l’agenda 2063 peut-il contribuer à une bonne gouvernance continentale et régionale ?

3En se situant aux antipodes de l’afro pessimisme, la présente réflexion se fixe comme objectif principal de démontrer que l’Union africaine peut créer sa propre voie en se servant de l’expérience de ses membres pour impulser un développement soutenable. En d’autres termes, il s’agira, de manière spécifique, d’expliquer les pratiques des indépendances inachevées à l’aune du concept des États mous, de démontrer comment face à la mondialisation, l’Union africaine peut contribuer à l’achèvement des indépendances des États africains et au développement du continent.

4Notre réflexion examine la question des indépendances inachevées sous l’angle de la souveraineté des États, des communautés économiques régionales à l’ère de la mondialisation et de l’agenda 2063 de l’Union africaine.

5La problématique des « indépendances inachevées » constitue un des éléments principaux de cette réflexion. Elle est intimement liée à un « État mou » dont les pratiques peu orthodoxes constituent le fondement (Mwayila, 1990). Il s’agit d’État en tant que résultat d’une histoire inachevée de la colonisation. Mwayila (1990) a reconnu que la colonisation est « une entreprise de mise en valeur du territoire africain… au profit de la métropole ». Cette entreprise exerce dans un cadre appelé territoire. Dans cette perspective, l’entreprise coloniale n’a aucun intérêt à valoriser l’essentiel de l’identité africaine. Pourtant pour les populations, l’idée de l’indépendance devrait se traduire par un changement de condition de vie, soutenu par un véritable projet de société.

6Un regard sur les choix stratégiques des pouvoirs publics en Afrique incite à se poser des questions sur les projets de société défendus et la rationalité qui les sous-tend. Sur le plan économique, il y a lieu de s’interroger sur le lien économique et monétaire avec les anciens colonisateurs et son impact tant sur le développement du continent que sur la construction de son identité politique et culturelle. Devant une vision à long terme peu visible au niveau des États, la formation de grands ensembles régionaux (UEMOA, CEMAC, CEDEAO, CEN-SAD, etc.) a été considérée comme une solution.

7Sous l’angle du multilatéralisme, l’aboutissement du cycle de l’Uruguay dont la concrétisation a été la création de l’OMC en Avril 1994, consacre le triomphe du marché et de ses lois. Toutefois, cette libéralisation profonde n’est pas toujours favorable aux pays africains. La non compétitivité de leurs économies, leur faible capacité de production et l’étroitesse de leur marché les rendent vulnérables.

8Ainsi, en procédant à la transformation de l’Organisation de l’Unité Africaine en Union africaine, les leaders du Continent ont voulu donner un sang neuf a la Déclaration du dixième sommet des Chefs d’État sur la coopération, le développement et l’indépendance économique de l’Afrique. De manière tacite, les Chefs d’État ont reconnu que les indépendances de leur pays ne leur permettent pas de faire face aux défis de la libéralisation des ensembles régionaux. En réalité, ces organisations régionales ont été créées pour répondre à l’exigence de la compétition du marché et de l’octroi de l’aide. De ce point de vue, il serait difficile de dire que ces organisations régionales font l’affaire des peuples africains. Face à une telle situation, les dirigeants africains de la période post coloniale n’avaient pas d’autres alternatives que de forger les liens économiques inter africains pour remplacer les liens avec les ex puissances coloniales. Ainsi, deux principales conceptions idéologiques de l’intégration ont vu le jour en Afrique.

9La première conception est celle des chefs d’États qui présidaient aux destinées des peuples africains dès le début des années 1960 et qui sont dits du groupe de Casablanca. Ceux-ci prônaient la consolidation d’une unité politique sous la forme des États Unis d’Afrique. La deuxième conception, qui est celle de Monrovia, a abouti à la création de l’OUA. Lors du premier sommet de l’OUA en 1980 à Lagos, des directives ont été établies par les chefs d’État africains afin d’établir des communautés économiques sous régionales avant 1990 et une communauté continentale en 2000. Du fait du retard dans le processus de mise en œuvre, le délai de l’achèvement de la communauté de l’Afrique toute entière a été prolongé.

10Dans la littérature économique, l’intégration se manifeste à plusieurs niveaux : zone de libre-échange, l’union douanière, marché commun et l’union économique et monétaire qui est l’étape de l’intégration régionale. Ces étapes expliquent bien la création du modèle européen d’intégration ; mais elles sont loin de s’appliquer au contexte africain. Par ailleurs, il importe de souligner que l’intégration en Afrique ne suit pas la même trajectoire à cause de certaines difficultés (problème des échanges, subsidiarité, etc.). Par exemple, dans la zone CEMAC, le commerce intra zone est très faible. Les échanges intra-communautaires sont faibles, comparés aux groupements régionaux similaires comme l'UEMOA.

11Bien plus, il faut rappeler l’absence de solidarité profonde dans les négociations des accords commerciaux, notamment les APE. Par exemple, le fait que le Cameroun, par exemple, ait ratifié l’Accord de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne sans tenir compte des orientations de la sous-région constitue un sérieux problème, du point de vue de la cohésion continentale.

12C’est cette exigence de cohésion qui va déterminer l’avenir des dynamiques d’intégraton. Le développement des Communautés économiques régionales de l’Afrique dépendra, dans ce sens, de la volonté des pays à mutualiser leurs efforts. L’exemple de la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram est déjà un signal encourageant. Cette lutte contre cette nébuleuse organisation est engagée dans l’intérêt des peuples qui partagent les mêmes frontières.

13Le passage de l’organisation de l’unité africaine à l’Union africaine a été un pas louable dans le changement du paradigme du panafricanisme. Muller (2003) a estimé que même si l’Afrique a connu des avancées significatives pendant les 50 années passées, elle est loin de réaliser le pari du développement par le biais de la conception et la mise en œuvre des politiques publiques au niveau continental, régional et national. Il reste que la mutation institutionnelle a poussé les dirigeants africains à prendre leur avenir en main. Cette prise de conscience a atteint son paroxysme pendant la célébration du cinquantenaire des indépendances et de l’organisation continentale.

14La réalisation de la vision commune d’une Afrique unie et prospère exige des actions concertées et bien encadrées sur les questions sensibles de développement. C’est dans ce contexte que l'Agenda 2063 fut élaboré. Il s’agit en effet d’un processus d’actualisation du rêve africain d’un continent uni et prospère dans les 50 prochaines années. C’est une nouvelle vision, une nouvelle politique continentale pour le développement de l’Afrique.

15Cette nouvelle politique devrait permettre le rattrapage économique par l’intermédiaire d’une réelle territorialisation des économies. L’agenda 2063 doit être un outil de développement qui pourra donner un sens aux indépendances des États africains. Il s’agit d’une intégration par le bas qui n’oppose pas les mêmes peuples se trouvant dans les territoires différents. Il s’agit de promouvoir le capital social, gage d’un décollage économique. Pour mener à bien ce projet, les États africains n’auront pas de choix que d’accepter de concéder réellement une partie de leurs pouvoirs à la commission de l’Union africaine, qui doit jouer un rôle important dans la coordination des communautés économiques régionales.

Conclusion

16La fragilité des États africains a permis de confirmer et d’approfondir la problématique de l’indépendance inachevée et de se rendre compte de la nécessité pour les communautés économiques et l’Union africaine, à travers l’agenda 2063, d’aider les pays africains à jouir d’une indépendance politique et économique basée sur le décloisonnement des frontières, la solidarité entre les peuples. Il s’agit d’une solidarité d’action, concrète en hommes, en matériel, en argent qui transcende les frontières (Fanon, 1975).

Haut de page

Bibliographie

Bach, D. C. (2004). « The Dilemmas of Regionalization », in A. Adekeye et I. Rashid (dirs.), West Africa’s Security Challenges : Building Peace in Troubled Region, Boulder et Londres : Lynne Rienner, p. 197-206.

Coussy, J. et Hugon, P. (1991). Intégration régionale et ajustement structurel en Afrique subsaharienne. Paris : Etudes et Documents, ministère de la Coopération, la Documentation française.

Decraene, P. (1964). Le panafricanisme, Paris : Presses universitaires de France.

Diouf, A. (2006). Afrique : « l’intégration régionale face à la mondialisation », Politique étrangère, 785-797.

Fanon, F. (1975). Pour la révolution africaine, Paris : Maspéro.

Gemdev, A. (1994). L'intégration régionale dans le monde : Innovation et ruptures, Paris : Khatkhata.

Hugon, P, H. (2002). Les économies en développement à l’heure de la régionalisation, Paris : Karthala.

Muller, P. (2003). Les politiques publiques, Paris : PUF

Mwayila, T. (1990). L’État postcolonial facteur d’insécurité en Afrique, Paris : Présence Africaine.

Seignou, E. (2014). Le nationalisme camerounais dans les programmes et manuels d’histoire, l'Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noubatour Adoumtar, « L’Union africaine au chevet des "indépendances inachevées" »Revue Interventions économiques [En ligne], Hors-série. Transformations | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/5657 ; DOI : https://doi.org/10.4000/interventionseconomiques.5657

Haut de page

Auteur

Noubatour Adoumtar

Fonctionnaire principal de programme
Commission de l'Union africaine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo Université TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search