Navigation – Plan du site
L'économie politique du régionalisme

La longue marche de l’Afrique vers la convergence et les bénéfices démographiques

Africa’s Long March Towards Convergence and Demographic Benefits
Patrice Vimard

Texte intégral

En Afrique subsaharienne, la forte croissance démographique a joué un rôle négatif sur l’économie, par l’augmentation des taux de dépendance.

1La croissance démographique en Afrique est la plus rapide de toutes les régions du monde (2,6 % par an durant la période 2010-2015) et plus de la moitié de l’accroissement de la population mondiale d’ici 2050 se situera en Afrique. Une population africaine qui représenterait à cette date, avec 2,5 milliards d’habitants, le quart de la population mondiale, contre 16 % actuellement. Cette forte croissance démographique résulte d’une fécondité élevée (4,7 enfants en moyenne par femme) et d’une mortalité en baisse avec 10 décès par an pour 1 000 personnes (United Nations, 2015).

2Mais la démographie africaine diffère selon les régions. À partir d’une relative homogénéité au milieu du XXe siècle, les différences se sont accusées depuis les années 1960, celles des indépendances de la plupart des pays du continent, et surtout depuis les années 1980 où les politiques sociales mises en œuvre en Afrique du Nord commencèrent à porter leurs effets dans le domaine de la population. La distinction majeure oppose ainsi l’Afrique du Nord et l’Afrique au sud du Sahara. L’Afrique du Nord a entamé la dernière phase de sa transition démographique alors que l’Afrique subsaharienne est encore en milieu de transition. Ceci recouvre des écarts très sensibles. On note ainsi une différence de près 2 enfants par femme (3,3 contre 5,1 enfants), une espérance de vie supérieure (70 ans contre 57 ans) et une mortalité des enfants avant 5 ans plus de deux fois plus faible (40 décès contre 99 décès pour 1000 naissances) en Afrique du Nord qu’en Afrique subsaharienne. Inférieure depuis les années 1980, la croissance annuelle de la population est de 1,9 % au nord du Sahara et de 2,7 % au sud du Sahara, et cet écart devrait perdurer jusqu’au milieu du XXIe siècle (United Nations, 2015). En complément, on peut ajouter que la population est nettement plus jeune et moins urbanisée en Afrique subsaharienne.

3Même si l’Afrique subsaharienne se distingue nettement de l’Afrique du Nord, elle n’est pas homogène. L’Afrique australe se caractérise par une croissance démographique nettement moindre. Ceci s’explique par une fécondité plus faible alors que la mortalité reste comparable à celle des autres sous-régions. L’Afrique australe présente ainsi cette particularité, sur le plan démographique, d’avoir presque achevé sa transition de la fécondité alors que la mortalité y est à nouveau élevée, de par la forte prévalence du VIH/Sida qui a annulé une partie des bénéfices accumulés à la fin du XXe siècle lors de la période de baisse prononcée de la mortalité.

La démographie, une contrainte au développement de l’Afrique subsaharienne

4Dans les différentes régions du continent africain, la dynamique démographique se trouve en étroite interrelation avec la croissance économique et le développement humain. L’Afrique subsaharienne se caractérise par un moindre développement économique et social que les autres régions du monde. L’écart entre le taux de croissance économique de l’Afrique subsaharienne et celui des autres pays en développement entre 1960 et 2004 est équivalent à 1,12 % de taux de croissance annuel du PIB par tête en moins. Cet écart peut être expliqué en partie par des facteurs démographiques, qui représentent une part égale à 0,86 % de taux de croissance annuel en moins, soit les ¾ de l’écart global (Ndulu, 2006). Cependant d’autres facteurs interviennent en parallèle, comme une scolarisation plus faible, une distribution des revenus plus inégalitaire ainsi que des facteurs liés à un moindre Etat de droit et à une orientation de l’activité vers une économie de rente.

  • 1 Le taux de dépendance exprime le rapport entre le nombre de personnes qui n’exercent pas d’activité (...)

5En Afrique subsaharienne, la forte croissance démographique a ainsi joué un rôle négatif sur l’économie, par l’augmentation des taux de dépendance1, des années 1960 jusqu’au début des années 1990 (de 85 à plus de 90 personnes à charge pour 100 personnes actives), et leur maintien à un niveau élevé ensuite, ce qui a conduit à une croissance plus faible du revenu par tête que du revenu par actif. Au contraire, les autres régions en développement dans le monde ont vu leur taux de dépendance baisser rapidement dès les années 1970 (de 90 à un peu plus de 60 personnes à charge pour 100 personnes actives), de par la baisse de la fécondité.

6Pour la période 1960-2000, cet effet a été estimé à 0,4 % de croissance annuelle par tête en moins en Afrique subsaharienne (Ndulu et O’Connell, 2006). Outre cet effet mécanique, on peut également penser que le maintien du taux de dépendance à des niveaux élevés tend à décourager les efforts des pays dans la formation de capital humain (Bloom et Sachs, 1998).

7Par contre, en Afrique du Nord, la croissance de la population, déjà nettement ralentie, continue de décroître. Par exemple, en 2030 les quatre pays du Maghreb devraient avoir une croissance démographique inférieure à 1 % par an, avec une fécondité voisine de 2 enfants par femme et une espérance de vie autour de 75 ans, soit une démographie proche de celle des pays développés (United Nations, 2015). Cette réduction progressive de la croissance démographique conduit à une baisse régulière du taux de dépendance avec un accroissement de la proportion des personnes en âge actif et une diminution de la part d’enfants et de jeunes, ceci alors que la lente augmentation du nombre de personnes âgées n’aura des conséquences importantes que dans plusieurs décennies.

Vers une croissance démographique maîtrisée et un bénéfice démographique

8Ainsi, l’histoire démographique de ces dernières décennies montre qu’un nouveau schéma, alliant une fécondité réduite à une faible mortalité, est en mesure d’apparaître sur le continent africain. Réservée jusqu’ici aux pays nord-africains, cette évolution pourrait être adoptée par certains pays situés au sud du Sahara dans un avenir plus ou moins proche, en fonction de leur insertion dans la mondialisation, de l’avancée de la planification familiale et de la lutte contre le VIH/sida. Les Etats insulaires (Comores, Seychelles...) et les pays de l’Afrique australe (Afrique du Sud, Botswana, Lesotho, etc.) seront les premiers à se conformer à ce schéma de fin de transition démographique. Ils seront suivis des pays côtiers des autres régions subsahariennes (Cameroun, Côte d’Ivoire, Kenya…). Avant que les autres pays africains enclavés, confrontés à des crises socio-politiques durables et à une absence prolongée de programme de régulation des naissances (Burkina Faso, Mali, Niger, RDC, Somalie, etc.) s’engagent beaucoup plus tardivement dans cette voie (Vimard et Fassassi, 2012).

  • 2 L’Asie orientale représente l’expérience la plus accomplie de bénéfice démographique, celui-ci ayan (...)

9Dans ce schéma, tous les pays africains bénéficieront, au fur et à mesure de la baisse de leur fécondité, d’une réduction de la croissance des effectifs de leur population, mais aussi d’une modification sensible de la pyramide des âges avec une diminution de la part des enfants et une surreprésentation des jeunes adultes en âge de travailler dans la population. Les pays concernés passeront d’un stade où ils doivent consacrer une partie importante de leurs ressources à des enfants en situation de dépendance et qu’il faut scolariser à un stade où ils peuvent bénéficier d’une part croissante de population en âge de travailler et d’épargner. Cette évolution se révèle à même de susciter une accélération de la croissance des revenus, découlant d’une population active plus importante, une accumulation accélérée de capital et une réduction des dépenses pour la population dépendante : phénomène connu sous le nom de « bénéfice » ou de « dividende démographique »2.

10Depuis quelques années, le Maghreb a commencé à bénéficier de cette modification des structures par âges, amorcée dans les années 1990. Il profite d’un net avantage sur l’Afrique subsaharienne avec, en 2010, 64 % de la population en âge de travailler contre 54,5 %. Mais l’Afrique subsaharienne s’engage également progressivement dans cette transformation, de manière plus tardive et plus lente que sa voisine septentrionale. La barre des 60 % de population en âge de travailler pourrait en effet y être atteinte en 2030 et celle des 65 % en 2050, contre respectivement 2005 et 2020 pour l’Afrique du Nord (United Nations, 2015).

11Si la baisse de la fécondité et l’augmentation de la part de la population en âge de contribuer activement à la production et à l’épargne sont des conditions de la croissance économique, en permettant une redistribution des dépenses de consommation et de fonctionnement vers des investissements porteurs de croissance économique, elles ne peuvent suffire. Le plein effet de ce bénéfice démographique pour le progrès économique et social nécessite la mise en œuvre des politiques efficientes dans des domaines clés : développement de l’éducation, investissement dans les secteurs les plus productifs, amélioration de la gouvernance, promotion d’un État de droit (Bloom et al., 2003).

12A l’inverse, en l’absence de politiques efficaces dans ces domaines, la fenêtre d’opportunité constituée par le ralentissement de la croissance démographique ne pourrait être exploitée. En ce cas, les pays se trouveraient face à une croissance du nombre de jeunes, certains éduqués et diplômés, ne pouvant s’intégrer sur le marché du travail et par conséquent acquérir leur pleine autonomie dans la vie familiale et économique, avec le risque d’explosion sociale qui pourrait en découler.

Une intégration incertaine mais nécessaire

13Le plein effet du bénéfice démographique nécessite également une amélioration de l’intégration car les faibles densités de population, les longues distances entre les principaux centres d’activité et les divisions intenses entre les pays constituent, aujourd’hui comme hier, des causes cumulatives au sous-développement de l’Afrique subsaharienne (Iliffe, 1995). Ces dimensions spatiales réduisent la proximité entre les agents économiques et retardent la diffusion des comportements démographique pionniers comme des bonnes pratiques sanitaires au sein de la région mais aussi entre celle-ci et l’ensemble du monde, et notamment la partie septentrionale du continent, qui ne souffre pas des mêmes handicaps géographiques et politiques.

14Si l’Afrique subsaharienne est extrêmement divisée, avec de nombreux pays qui comptent moins de 15 millions d’habitants et ont un PNB inférieur à 15 milliards de $, le corollaire réside en une concentration de l’activité économique et de la population, puisque cinq pays représentant à eux seuls près de 70 % de la production et de 30 % de la population totales : Afrique du Sud, Nigeria, Soudan, Angola et Kenya. En conséquence, l’avenir des relations démo-économiques au Sud du Sahara repose pour beaucoup sur ces quelques pays clés qui constituent des pays potentiellement « pilotes de croissance », selon le terme de la Banque mondiale (2008). La diffusion de la transition démographique et de ses bénéfices en termes de croissance économique et de développement social pourrait être plus rapide au sein d’ensembles régionaux autour de ces pays clés, géographiquement bien répartis sur l’ensemble du sous-continent.

15Mais l’effet d’entraînement de ces pays dépendra de leur propre dynamique interne mais également du degré de l’intégration régionale et de la capacité de celle-ci à favoriser la paix entre les États, la compétitivité des économies nationales et l’efficience des systèmes sociaux. Car impulser des processus cumulatifs de développement impose de surmonter les handicaps de la mauvaise géographie économique et de résoudre les questions démographiques les plus cruciales.

16Accélérer l’urbanisation tout en améliorant les infrastructures urbaines, favoriser le développement territorial en développant les réseaux de transport et en facilitant les migrations, améliorer les intégrations régionales par la coopération politique et les projets d’infrastructures sont les moyens privilégiés pour améliorer la géographie du développement (Cnuced, 2009). De même, l’intégration régionale pourrait déboucher sur des espaces de développement pour peu qu’une libéralisation des mouvements migratoires permettent une meilleure distribution des ressources humaines et que les politiques de population soient renforcées et adaptées à chaque région et à chaque pays, en fonction des contraintes démographiques propres à chaque ensemble régional (forte prévalence du VIH/Sida en Afrique australe, fécondité élevée en Afrique de l’Ouest, en Afrique de l’Est comme en Afrique centrale).

Haut de page

Bibliographie

Banque mondiale (2008). World Development Report 2009 : Reshaping Economic Geography, Banque mondiale, Washington D.C., 368 p.

Bloom, D. and Sachs J. (1998). Geography, Demography and Economic Growth in Africa, Brooking Papers on Economic Activity, 2, 207-295.

Bloom, D., Canning D. and Sevilla J. (2003). The Demographic Dividend. A New Perspective on the Economic Consequences of Population Change, Population Matters, Rand, 106 p.

Cnuced (2009). Le Développement Économique en Afrique. Rapport 2009. Renforcer l’intégration économique régionale pour le développement de l’Afrique, Nations unies, New York et Genève, 127 p.

Iliffe J. (1995). Africans : The History of a Continent, African studies series 85, Cambridge, Cambridge University Press, 323 p.

Ndulu, B. (2006). Ramping up African Growth : Lessons from Five Decades of Growth Experience, Economic Affairs 26 (4) 5-11.

Ndulu, B. and O’Connell S. (2006). Policy Plus : African Economic Growth 1960-2000, AERC Mini-Plenary Session on the Growth Project (mai 2005, révisé juillet 2006).

United Nations (2015). World Population Prospects. The 2015 Revision : Key Findings and Advance Tables, Wallchart, Comprehensive Tables & Demographic Profiles. Population Division, Department of Economic and Social Affairs, New York.

Vimard, P. and Fassassi R. (2012). Population Change and Sustainable Development in Africa, Africa toward 2030 : Challenges for Development Policy. E. Lundsgaarde (ed). London, Palgrave Macmillan, p. 63-104.

Haut de page

Notes

1 Le taux de dépendance exprime le rapport entre le nombre de personnes qui n’exercent pas d’activité et le nombre de personnes actives.

2 L’Asie orientale représente l’expérience la plus accomplie de bénéfice démographique, celui-ci ayant représenté environ 25 % d’une croissance du revenu réel par tête approchant les 6 % par an entre 1965 et 1990, période durant laquelle la population en âge de travailler augmenta 4 fois plus vite que les populations dépendantes (Bloom et al. 2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Vimard, « La longue marche de l’Afrique vers la convergence et les bénéfices démographiques », Revue Interventions économiques [En ligne], Hors-série. Transformations | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/5803

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals