Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michèle Rioux et Hugues Brisson, avec la collaboration de Philippe Langlois. Deux économistes à contre-courant : Sylvia Ostry et Kari Polanyi Levitt, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 2018, 122 p.

David Rolland

Texte intégral

1Deux femmes. Deux économistes qui ont marqué l’histoire canadienne. Elles sont doublement à contre-courant, car au sein de la profession, les femmes n’y sont pas en grand nombre. Une seule lauréate, Elinor Ostrom, a décroché le prix Nobel en s’intéressant aux institutions. C’est le cas également de Ostry et Polanyi-Levitt qui, à contre-courant aussi, ont résisté à la vague néo-libérale en essayant à leur façon de poursuivre le programme keynésien où l’emploi est la pierre angulaire de l’économie.

2Leur premier cheval de bataille à toutes deux fut la statistique. Ostry après une étude remarquée sur l’entrée des femmes sur le marché du travail, hisse sa carrière à la tête de Statistique Canada en y apportant un réaménagement majeur. Polanyi-Levitt participe quant à elle à l’étude des intrants/entrants des provinces maritimes. Toutes deux ont à cœur le développement économique et l’analyse des facteurs qui y contribuent. Ostry s’engagera au sein des négociations commerciales canadiennes tandis que Polanyi-Levitt est préoccupée par le mal développement de la région des Caraïbes, et s’intéressera aux problèmes de cette région et aux solutions qui pourraient y être apportées. Leur bête noire à toutes deux: les multinationales. Ostry découvre que ce sont elles qui mènent le bal lors des négociations du G7 et du GATT. Polanyi-Levitt avait tôt fait d’identifier ces Béhémoths en publiant le célèbre livre « La capitulation tranquille » où l’influence délétère des multinationales, aussi insaisissables que le plastique dans les océans, restreint la capacité entrepreneuriale et innovatrice de l’économie. On peut imaginer que Polanyi-Levitt a en quelque sorte posé le germe de l’idée du « Québec inc ».

3Rioux et Brisson proposent un petit livre, où sur fond biographique, les trajectoires de la mondialisation depuis cinquante ans remettent en cause la pensée économique dominante. On appréciera beaucoup dans ce livre les encadrés qui nous resituent vis-à-vis tel auteur ou telle approche théorique. De ce point de vue, le livre intéressera tant les enseignants que les étudiants en économie politique, sociologie économique ou science politique, car il permet de comprendre comment ces femmes se sont développées comme économistes, à partir de leur analyse de problèmes concrets associés au développement économique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Rolland, « Michèle Rioux et Hugues Brisson, avec la collaboration de Philippe Langlois. Deux économistes à contre-courant : Sylvia Ostry et Kari Polanyi Levitt, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 2018, 122 p. », Revue Interventions économiques [En ligne], 62 | 2019, mis en ligne le 28 juin 2019, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/6272

Haut de page

Auteur

David Rolland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals