Navigation – Plan du site

Présentation

ICOFOM Study Series est la revue de l’ICOFOM, le Comité international pour la muséologie de l’ICOM. Ce comité se charge de la recherche, de l'étude et de la diffusion des bases théoriques de la muséologie ; il analyse également les principales tendances de la muséologie contemporaine, notamment les fonctions spécifiques du musée et son insertion dans la société. ICOFOM Study Series, publié depuis 1983, constitue une collection de plus d’un millier d’articles interrogeant le champ muséal, ses fondements, ses spécificités et son avenir. Les numéros de cette revue sont thématiques, reflétant les thèmes des symposiums internationaux organisés chaque année par le comité.

ICOFOM a été fondé en 1977 au sein de l’ICOM, en se donnant pour mission, notamment, d’établir la muséologie comme discipline académique, d’étudier le développement des musées et celui de la profession muséale, ainsi que le rôle des musées dans la société. Son premier président fut Jan Jelinek, ancien Président de l’ICOM et directeur du Musée Anthropos de Brno (en Tchécoslovaquie). D’emblée, le rôle des publications apparaît central aux yeux du comité. C’est sous la présidence de Vinoš Sofka, proche de Jelinek, qu’une première revue est créée, Museological Working papers (MuWop), dont deux numéros sont publiés (1980-1982), avant de laisser la place aux ICOFOM Study Series, dont le premier numéro est édité en 1983. Plusieurs figures marquantes de la muséologie vont s’y investir de manière importante, contribuant par le biais de nombreux articles. Parmi ceux-ci, la présence du Tchèque Zbynĕk Stránský est emblématique des courants de pensée de la muséologie en Europe de l’Est, alors très présente au sein d’ICOFOM durant les deux premières décennies de son existence – avec d’autres figures majeures comme celle d’Avraam Razgon (URSS) ou de Klaus Schreiner (RDA), et plus récemment d’Ivo Maroević ou Tomislav Sola (les deux issues de Croatie/Yougoslavie). D’autres muséologues venus de France – comme André Desvallées ou Bernard Deloche –, d’Afrique, avec Alpha Oumar Konare, d’Amérique Latine – avec Waldisa Russo, puis plus récemment Tereza Scheiner et Nelly Decarolis – ou des Pays-Bas (Peter van Mensch qui fut le troisième président d’ICOFOM) y ont contribué ou y contribuent encore par le biais de nombreux articles.

Dans cette perspective théorique, la muséologie a été définie, au sein d’ICOFOM et notamment à la suite des propositions de Zbynĕk Stránský, comme l’étude d’une relation spécifique entre l’homme et la réalité, conduisant ce dernier à muséaliser ou, de manière plus globale, à sélectionner, thésauriser et présenter un certain nombre d’éléments en raison de leurs valeurs spécifiques (ou leur muséalité). Une telle définition, qui s’inscrit au cœur des réflexions menées par l’ICOFOM durant les années 1980-2000, avait notamment pour ambition de dépasser la vision de la muséologie comme sciences (ou discipline) du musée, alors largement dominante. C’est dans cette même perspective que la muséologie est encore définie, au sein d’ICOFOM, de manière ouverte comme un champ comprenant l’ensemble des tentatives de théorisation ou de réflexion critique liées au champ muséal (définition reprise dans les Concepts clé de la muséologie, édité par l’ICOM et disponible sur son site internet).

Le premier rôle de la revue, inchangé, vise à publier les contributions principales des symposiums organisés chaque année par l’ICOFOM. Son but vise, à partir d’une thématique générale (« collectionner aujourd’hui pour demain », « originaux et substituts », « musées et muséologie », « muséologie et art », « identité », « futurologie », « communication », etc.) d’explorer la diversité des points de vue à travers le monde et d’en synthétiser le propos. Durant les premières décennies de son fonctionnement, la revue a développé une vision inclusive de la muséologie, ouvrant ses pages à tous les contributeurs – aussi bien professionnels qu’académiques – désirant s’exprimer sur le thème de la muséologie. Le monde de la muséologie a évidemment largement évolué au fil des années, et le petit nombre des muséologues dans le monde s’est très largement étendu, au gré notamment du développement des formations dans ce domaine.

Ce n’est qu’à partir de 2006 que la décision de réviser les articles par une procédure d’évaluation par les pairs a été prise et dont la procédure a été coordonnée jusqu’en 2013 par André Desvallées. La logique initiée par Vinoš Sofka visait alors à publier les articles des ICOFOM Study Series avant la tenue du symposium, de manière à permettre de lire l’ensemble des contributions et en discuter le moment venu. Cette méthode, particulièrement fructueuse pour les discussions durant le symposium, n’a pu être garantie au fil des années. La mise en place d’un système d’évaluation des articles par les pairs a rendu cet exercice encore plus difficile. Aussi la décision a-t-elle été prise, en 2013, de dissocier partiellement les deux temps de production afin de garantir le sérieux du processus d’évaluation. La thématique des symposiums – et donc des numéros des ICOFOM Study Series est ainsi décidée par le bureau d’ICOFOM, qui agit en tant que comité éditorial. Un appel à communication est envoyé, les abstracts sont évalués par peer review, et les auteurs sélectionnés sont invités à présenter leur communication lors du colloque, puis à soumettre un article pour la revue, lequel est évalué par des pairs et, le cas échéant, publié l’année suivante. Les premiers numéros d’ICOFOM établis selon cette logique ont été publiés en 2015 (numéro 43a et 43b), afin de présenter la thématique du symposium de 2014.

D’emblée, ce sont les trois langues officielles de l’ICOM – le français, l’anglais et l’espagno  – qui ont été choisies comme langue de publication. Les ressources actuelles, essentiellement bénévoles (compte non tenu des correcteurs professionnels et de l’impression), ne permettent pas de traduire l’ensemble des articles. Il n’en demeure pas moins que les ICOFOM Study Series peuvent s’enorgueillir de publier des contributions issues de tous les continents et dont les auteurs, s’ils ne sont pas répartis de manière totalement uniforme, peuvent réellement prétendre constituer un réseau international reflétant la diversité des opinions liées au champ muséal dans le monde.

  • Logo ICOFOM (Comité international pour la muséologie)
  • Logo ICOM (International council of museums)
  • OpenEdition Journals