Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49-2PapersMuséologie, colonisations et domi...

Papers

Muséologie, colonisations et domination

Museology, colonizations and domination
François Mairesse
p. 164-179

Résumés

Nous avons une idée assez précise de ce que signifie « décoloniser le musée » ; la décolonisation de la muséologie apparaît cependant comme un phénomène à la fois différent et plus complexe. Il s’agit en effet moins de rapatrier des objets ou de transformer des dispositifs que d’évoquer le changement des rapports de force entre les principaux centres de diffusion de cette discipline (les pays anglo-saxons ou francophones) et les autres centres, partiellement « subalternes », dont la production apparaît largement ignorée. Cet article explore certaines des hypothèses sous-jacentes à ces propos, afin d’envisager d’autres perspectives permettant une lecture différente des rapports de domination entre ces centres de diffusion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une première version (réduite) de cet article a été présentée dans Mairesse (2021).

1Le terme de colonisation évoque une action violente : « Occupation, exploitation, mise en tutelle d'un territoire sous-développé et sous-peuplé par les ressortissants d'une métropole » (Trésor informatisé de la langue française). Le processus de décolonisation, dans l’histoire récente, se réfère au démantèlement des empires coloniaux, essentiellement européens, à commencer par ceux de la Grande Bretagne et de la France (mais aussi l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas ou le Portugal). Ce processus est évidemment plus ancien et largement corrélé à la notion d’empire : on le retrouve depuis l’Antiquité, aussi bien en Grèce ou à Carthage qu’à Rome, on le voit se développer sur tous les continents : empires Chinois, Ethiopien, Fatimide, Gupta (Inde), Maya, Ottoman, etc. Les rapports de force entre le centre de l’empire (la métropole) et sa périphérie (territoires conquis ou colonisés) marquent alors, structurellement, la direction des transferts des profits et l’inégalité de la répartition du pouvoir et des richesses qui en résulte (toujours au bénéfice de la métropole, qu’il s’agisse de Rome, de Constantinople ou plus tard de Madrid). Ce déséquilibre va s’intensifier au cours de la Révolution industrielle, le développement de la technique et des richesses bénéficiant de plus en plus largement à la métropole. Il induit logiquement un mouvement de contestation, puis d’indépendance ou de décolonisation, mené aussi bien par les peuples autochtones que d’anciens colonisateurs souhaitant se détacher de l’emprise de la métropole. C’est à une logique de colonisation puis d’indépendance que l’on doit la création des Etats-Unis d’Amérique au XVIIIe siècle et de nombreux pays d’Amérique latine au XIXe siècle1.

2Le déclin de la puissance européenne, décimée par deux conflits mondiaux, entraîne le délitement des deux principaux empires coloniaux du XIXe siècle – tout en bénéficiant aux systèmes mis en place par les deux puissances dominantes de l’époque, Etats-Unis et Union soviétique. C’est dans un tel contexte que l’analyse d’une certaine pensée coloniale émerge dans les années qui suivent, d’abord par l’entremise d’un certain nombre d’intellectuels en lien direct avec le processus de décolonisation (Aimé Césaire, Franz Fanon, Albert Memni), puis par les générations suivantes, une fois l’indépendance acquise, notamment à travers la diaspora universitaire établie en Amérique. L’Orientalisme de Saïd (1978) est souvent présenté comme l’ouvrage fondateur des postcolonial studies, qui se développent à travers la littérature comparée, dans le sillage des cultural studies, s’appuyant notamment sur les écrits de Foucault, les principes de déconstruction de Derrida et, de manière plus générale, sur la French Theory. Les postcolonial studies s’appuient par ailleurs également sur les Subaltern studies, développées en Inde autour de Ranajit Guha (avec notamment Dipesh Chakrabarty ou Gayatri Spivak), explorant les cultures dominées et s’attachant à révéler d’autres modernités que celle – critiquée – des Lumières (Bancel, 2019).

Le musée colonisateur

3En tant qu’institution, le musée incarne, par ses activités, son lien avec les Lumières et son discours, le pouvoir en place, issu de la métropole. Son propos et ses activités reflètent la logique du colonisateur. Ces principes restent en place en dépit de la décolonisation, la plupart des élites ayant été formées par les anciens colonisateurs, continuant à embrasser plus ou moins partiellement leur point de vue. Les musées, y compris ceux actuellement en activité, alimentent ce rapport de colonisation dont il conviendrait de se départir. L’essentiel de la littérature alliant post-colonial studies et musées s’inscrit dans cette logique de décolonisation, à partir de trois voies différentes : l’analyse du discours (textes et dispositifs expographiques), celle des pratiques scientifiques et celle des collections. Quelques pionniers, comme Stanislas Adotevi (1971) n’ont pas attendu les cultural studies pour s’insurger contre les anciennes puissances coloniales : « Ce monde est sans doute en train de disparaître, mais le musée demeure encore le lieu de la concentration magique des obsessions poussiéreuses d’une classe qui croit toujours à l’extension de son pouvoir » (Adotevi, 1971, p. 121). L’analyse des dispositifs a par la suite fait l’objet de nombreuses publications (Karp & Lavine, 1991 ; Simpson, 2001 ; Gonseth et al. 2002 ; Chambers et al., 2017), certains musées d’ethnographie, comme celui du Quai Branly (Price, 2011) ou le musée de Tervuren (Wastiau, 2001), faisant l’objet d’une attention particulière. Les nouvelles pratiques expographiques actuelles de ces musées, développées en réaction aux critiques, ont à leur tour fait l’objet de publications (Seiderer, 2012 ; Crenn, 2016 ; Pagani, 2017 ; Wajid & Minott 2019). Les activités scientifiques du musée ont à leur tour fait l’objet de plusieurs publications, essentiellement dans le domaine ethnographique, comme le développement de zoos humains (Bancel, 2002), mais c’est surtout la question de la constitution des collections durant la colonisation (Gob, 2007, Davis & Mairesse, 2017), qui a fait écho des critiques les plus nombreuses, accompagnées de demandes de restitution (Saar & Savoy, 2018). C’est aussi dans ce contexte que la proposition d’une nouvelle définition du musée de l’ICOM, présentée à Kyoto, a été conçue, le comité ayant rédigé cette dernière soulignant que « [l]es musées en tant qu’institutions ont été fondés à la croisée de la quête de la connaissance et des nouveaux paradigmes scientifiques, marqués par la violence extrême mise en œuvre par les puissances européennes pour coloniser l’Amérique, l’asservissement des populations africaines, les persécutions religieuses et les expulsions en Europe » (MDPP, 2019).

4Peut-on, selon la même logique, évoquer l’idée d’une décolonisation de la muséologie ? C’est la formule qu’emploie Hugues de Varine en 2005, pour évoquer, en lien avec la critique d’Adotevi et la nouvelle muséologie, la manière dont l’humanité pourrait assurer de manière plus collective la responsabilité du patrimoine. Pour être plus exact, il faudrait, dans un premier temps, s’interroger sur la notion de colonisation de la muséologie. Varine parle moins, à cet égard, d’un champ théorique que d’un ensemble de pratiques. Peut-on parler de muséologie en tant que « science coloniale », au sens que celle-ci avait acquis à la fin du XIXe siècle (Singaravélou, 2020) ? Qu’elle soit définie en tant que champ de recherche ou discipline universitaire, la muséologie n’existe pas encore réellement à cette époque, a fortiori dans les colonies. Plutôt que de colonisation, il conviendrait plutôt de parler de propagation de la muséologie, dont les idées se diffusent progressivement, durant l’entre-deux guerres, à une époque effectivement encore coloniale, depuis les métropoles en direction des périphéries. Incontestablement, des auteurs comme Rivière vont bénéficier de ce système d’influence ou de diffusion – à travers la langue française notamment – mis en place quelques décennies plus tôt.

5L’idée d’un discours post-colonial sur la muséologie porte en effet moins sur les politiques patrimoniales ou sur la nature des théories que sur l’existence de tels circuits de diffusion encore en place de nos jours. Tereza Scheiner (2016) évoque ainsi la prééminence, au sein de l’ICOM notamment, des discours anglophones et francophones sur le musée, au détriment des auteurs publiés dans d’autres langues. Bruno Brulon Soares et Anna Leshchenko (2018) sont les premiers à avoir cherché à objectiver cette tendance hégémonique, en étudiant notamment les références de l’International Handbook of Museum Studies et celles du Dictionnaire encyclopédique de muséologie. Leur constat est sans appel, le premier citant quasiment exclusivement des auteurs anglo-saxons, le second présentant en majorité des auteurs francophones et anglo-saxons. Selon les auteurs, « la théorie de la muséologie produite au cours du dernier demi-siècle pour définir sa propre interprétation morale de la réalité s'est révélée être marquée par des paradigmes créés au sein des structures coloniales du pouvoir, excluant les approches et les expériences qui ne peuvent être traduites – culturellement ou linguistiquement – dans le discours de ces centres épistémiques » (Brulon Soares & Leshchenko, 2018, p. 75). Ainsi, même la nouvelle muséologie, à travers la figure d’un Hugues de Varine, pourtant l’un des premiers à penser la décolonisation de la muséologie, est présentée comme une appropriation, par la muséologie française, d’idées extra-européennes (Brulon Soares & Leshchenko, 2018, p. 70). Si le calcul des citations révèle des différences indubitables entre les auteurs, les conclusions qui en sont tirées me semblent devoir être discutées.

6On pourrait, bien sûr, rejeter en bloc la logique post-coloniale et la qualifier d’imposture académique, comme n’hésitent pas à le faire certains chercheurs (Taguieff, 2020). Cette politique de disqualification, bien qu’argumentée, m’apparaît tout aussi questionnable et contre-productive. Le post-colonialisme ou le décolonialisme reposent sur un grand nombre de recherches étayées, abordant des sujets directement en lien avec le plan muséal (par exemple les expositions coloniales, les zoos humains ou la lecture critique des musées d’ethnographie), ouvrant de nouvelles perspectives à la pensée muséologique. En revanche, certaines des hypothèses liées à ces nouveaux questionnements méritent d’être analysées. Une première des hypothèses que je voudrais discuter ici est liée à la temporalité de l’analyse, qui m’apparaît très réduite. Une seconde hypothèse laisse supposer la répartition du nombre de chercheurs, à travers le monde, comme relativement homogène, ce qui me semble questionnable. Une troisième hypothèse sous-tend que tous les chercheurs s’adressent à l’ensemble de la communauté muséale mondiale ; une quatrième hypothèse, enfin, laisse entendre qu’un auteur produisant des idées originales doit être cité, sans tenir compte des freins à la citation ni des efforts que l’auteur doit réaliser pour tenter de se faire connaître. La discussion de ces hypothèses me conduit à penser que le prisme des post-colonial studies, tel qu’il est appliqué ici, ne fait que renforcer une certaine vision toujours dominante de la muséologie, mais qui n’est pas lié aux colonialismes dénoncés.

Langue et temporalité

7La question de la temporalité m’apparaît essentielle à envisager au niveau de la critique post-coloniale. En se concentrant essentiellement sur les processus de colonisation des Etats européens (Grande-Bretagne, France, Belgique...), le post-colonialisme développe une vision essentiellement centrée sur les XIXe et XXe siècles, évacuant les logiques colonialistes antérieures (de nombreux pays colonisés ont été colonisateurs), mais surtout ultérieures. Cette évolution s’observe dans les rapports de pouvoir entre Etats ou au sein des Empires, lesquels ne cessent de fluctuer. Il en va ainsi de la langue. Comme le rappelle très justement Tereza Scheiner, «[o]n sait aussi que la langue constitue un formidable instrument de pouvoir, et que l’hégémonie de la production dans une langue spécifique peut être appréhendée – surtout par ceux qui ne sont pas des théoriciens systématiques – comme une hégémonie de la pensée » (Scheiner, 2016, pp. 41-42). La décolonisation de la muséologie, en ce sens, passe pour la muséologue brésilienne par la fin de la domination de ces deux matrices linguistiques dominantes que sont l’anglais et le français, et l’ouverture à d’autres matrices, comme le brésilien ou le chinois, dont la littérature muséologique est importante, afin de mieux refléter la diversité du système muséal global – et par exemple la manière de percevoir le musée. Le principe fondamental sur lequel se fonde la critique portée par Scheiner, Brulon Soares et Leshchenko est en effet lié à l’usage des langues les plus utilisées dans le système académique, soit l’anglais et, dans une moindre mesure, le français (qui a dominé la pensée du monde occidental au XVIIIe siècle, mais dont l’influence a largement décliné tout au long du XXe siècle. Seule, une (très) bonne maîtrise de ces langues permet à leurs auteurs de publier dans les revues internationales et d’accéder à une notoriété par-delà les frontières, privilégiant dès lors les natifs de la langue sur ceux qui l’auraient apprise plus tardivement.

8On peut déplorer cet état de fait, mais il apparaît comme un mécanisme central à toute logique de mondialisation des échanges, notamment commerciaux ; l’acquisition d’une langue (en dehors des guerres et migrations) est influencée par un certain nombre de critères (le nombre de locuteurs, la distance linguistique, le niveau d’éducation), le plus important étant lié à l’importance des échanges commerciaux (Ginsburgh & Weber, 2018, pp. 41-43). Ce phénomène est observable à l’échelle des nations : le français lui-même a dû s’imposer sur son territoire, face au breton ou au flamand, comme l’espagnol et le portugais se sont imposés, en tant que langue colonisatrice, sur le Quechua, l’Aymara ou le Guarani. C’est ce même principe que l’on retrouve, à travers les échanges scientifiques, pour toutes les disciplines cherchant à « commercer scientifiquement », soit à développer un savoir commun à travers des revues internationales (privilégiant l’anglais). L’anglais s’est effectivement imposé après la Seconde guerre mondiale comme langue la plus universelle, d’abord pour les échanges commerciaux, puis pour la vie intellectuelle. Il est la lingua franca – actuelle – dominant les autres, supplantant le français qui a pourtant dominé l’espace diplomatique occidental durant deux siècles, lui-même ayant remplacé le latin, langue hégémonique du Moyen-âge occidental. Certaines régions peuvent également développer une lingua franca sur des territoires plus limités, liés à leur zone d’influence (Braudel aurait parlé d’économies-mondes), comme le russe, le mandarin ou l’arabe. L’anglais s’est donc imposé de nos jours comme première langue, avec plus d’un milliard de locuteurs (langue maternelle et seconde), respectivement devant le mandarin, l’hindi, l’espagnol et le français (SIL, 2018). On peut le déplorer, comme on peut déplorer l’utilisation du dollar dans les échanges internationaux (ce qui privilégie fortement les Etats-Unis), mais l’efficacité du système actuel repose sur l’utilisation d’un nombre très limité de devises (comme l’euro, le yuan ou le yen). Si la maîtrise de quelques monnaies au sein du système monétaire apparaît déjà comme complexe, que dire de celle des langues ? Seule, une fraction très limitée de la population maîtrise l’emploi de plusieurs idiomes, y-compris dans des pays développés multilingues comme la Suisse : sur l’ensemble de la population ; 38% y pratiquent deux langues, 21% trois, mais les chiffres diminuent rapidement après : 6,4% pour quatre, et 1,7% pour cinq langues ou plus (OFS, 2021).

9Le fait que le français soit présenté ici comme jouissant d’un statut identique à l’anglais fera certainement plaisir à tout francophone (colonialiste)... Le problème est – ce dernier sera bien obligé de le reconnaître, s’il cherche à s’adresser à des collègues internationaux – qu’une telle vision n’est plus vraiment d’actualité, le déclin de la langue de Molière étant vécu par la plupart de ses locuteurs comme inexorable, les jeunes générations étrangères privilégiant l’usage de l’anglais comme seconde langue. Les premiers résultats d’une étude en cours sur les revues consacrées aux musées et à la muséologie à travers le monde montrent que plus d’un tiers (35%) sont écrites en anglais, précédent de loin celles en espagnol (10,5%), en français (6,4%) ou en allemand (5,2%) (Doyen & Mairesse, tbp). Les francophones, eux aussi, ne sont que très peu cités par les anglophones, sauf s’ils ont été traduits. Cet état de fait diffère largement de la situation telle qu’elle se présentait encore dans les années 1960, où le français (à travers Sartre, Foucault), s’imposait au sein de la structure de réflexion occidentale. L’époque durant laquelle Georges Henri Rivière dirige l’ICOM coïncide encore avec cette période, celle de Hugues de Varine annonce déjà un premier tournant, marqué par une certaine ouverture à l’international. L’utilisation actuellement négligeable du français au sein de l’ICOM illustre parfaitement la poursuite inéluctable du déclin de son influence, moins au bénéfice d’une diversité langagière que de celle de l’anglais.

10Premier constat, donc : les deux « pôles de domination » ne sont absolument pas au même niveau l’un de l’autre et connaissent des trajectoires différentes : le français décline depuis plusieurs décennies, tandis que l’anglais ne cesse de renforcer son statut. Sur les plus de 7000 langues existant sur terre, certaines voient leur statut se développer, notamment au gré de leur puissance commerciale (c’est le cas du Chinois, de plus en plus souvent appris comme seconde ou troisième langue, y-compris en Afrique) ; d’autres voient leur influence péricliter (comme l’italien ou le français), et il y a fort à parier que l’anglais aurait connu un sort similaire s’il n’était pas aussi la langue officielle des Etats-Unis. Le constat d’une domination d’une langue par une autre ne peut en tout état de cause être envisagé que de manière dynamique, sur la longue durée, et forcément, en relation avec les autres, le dominant d’hier étant parfois le dominé de demain, et vice-versa. Le colonisé serait-il un colonisateur (passé ou futur) qui s’ignore ?

Une répartition équivalente ?

11La seconde hypothèse sous-tendant la critique de différence de citation semble reposer sur le fait que la production académique serait équitablement répartie à travers le monde (sinon, pourquoi se soucier de différences de traitement ?). On trouve des muséologues et des professionnels de musées sur tous les continents, mais le plus grand nombre se retrouve dans les pays occidentaux. Il n’existe actuellement pas de statistiques répertoriant l’ensemble des auteurs publiant dans le champ muséal, ce qui permettrait d’estimer les biais potentiels entre production et citation. On peut cependant tenter d’avoir une idée de la répartition des auteurs en observant celle des musées à travers le monde (UNESCO, 2021), celle des centres de documentation en muséologie (Mairesse & Doyen, 2020) et celle des principales universités dans le monde2 (Tab. 1) :

Tab. 1. Répartition des musées, des centres de ressources à destination des professionnels de musée et des principales universités dans le monde.

Groupe régionaux

Nombre total de musées

Nombre de centres de ressource muséales

Nombre d’universités du top 500

Amérique du Nord

35 327

39

155

Europe de l’Ouest

28 609

57

190

Europe de l’Est

11 366

30

10

Asie

16 987

13

95

Amérique du Sud et Caraïbes

8716

22

9

Pacifique

1193

9

27

Pays africains

868

8

5

Pays arabes

757

4

9

12On pourrait longuement discuter de la justesse des statistiques présentées dans ce tableau, dont le principal mérite est d’évoquer les différences de répartition régionales au niveau des infrastructures. Ce décompte présente de très grandes disparités, tant sur le plan de la population muséale qu’en matière de centres de ressource ou de documentation sur les musées, et qu’en matière universitaire. On peut en déduire qu’à son tour, la production muséologique ressortant de ces différentes régions est loin d’être identiquement répartie, et qu’il semblerait logique que l’essentiel de cette production soit concentré dans les deux principales régions (l’Amérique du Nord et l’Europe de l’Ouest) pour lesquelles les infrastructures muséales ou universitaires sont les plus développées. Dans un tel contexte, que peut vouloir dire un appel à « décoloniser » la muséologie ? Le nombre relativement limité d’auteurs provenant d’autres pays qu’européens ou nord-américain, tel que répertoriés dans l’International Handbook of Museum Studies et le Dictionnaire encyclopédique de muséologie, ne reflèterait-il pas, dans ses grandes lignes, la répartition des auteurs du champ muséal académique ? Si l’on peut observer des différences à cet égard (notamment pour le Brésil dont la production académique est importante), force est néanmoins de constater qu’elles sont moins criantes que si la production scientifique était répartie de manière uniforme à travers le monde.

Ecrire pour soi ou pour le monde ?

13Les sciences exactes ou la médecine dont le cadre a été conçu par les régimes colonisateurs (il s’agit bien de sciences occidentales, issues des Lumières) se sont d’emblée imposées comme des disciplines mondiales, les chercheurs contribuant ensemble, toutes régions confondues (bien qu’inéquitablement réparties) à la constitution d’un savoir mondialisé, publiant dans les mêmes revues (anglophones). Certaines disciplines ont cependant moins cherché à se développer de manière aussi globalisée, comme l’histoire ou la sociologie qui bénéficient encore d’un grand nombre de revues écrites dans les langues vernaculaires. Les chercheurs en muséologie, de la même manière s’adressent largement à des publics (professionnels ou chercheurs) régionaux, voire locaux. La plupart des francophones s’adressent en français aux francophones, les Chinois aux Chinois, les Allemands aux Allemands, citant une littérature essentiellement locale. Une telle économie académique éditoriale s’avère possible dans les bassins linguistiques dont la population est suffisamment importante (quelques dizaines de millions de locuteurs) pour constituer un lectorat suffisant. C’est probablement le cas de toutes les langues principales, dont le russe ou le portugais (8ème et 9ème langues les plus parlées dans le monde), et forcément pour ce qui concerne l’anglais, dont la population constitue en soi un potentiel de lecteurs considérable. Beaucoup d’anglophones n’écrivent donc que pour les anglophones, en s’appuyant sur des auteurs anglophones.

14Seul, un petit nombre de chercheurs aspire à développer des échanges de manière plus globale. Les premiers, dans une perspective de recherche, prospectent à travers le monde afin de découvrir de nouvelles idées sur le plan muséal ; les second cherchent à faire connaître leurs idées au plus grand nombre (certains auteurs pouvant s’inscrire dans les deux catégories). La première catégorie est liée aux activités de collecte documentaire et vise à enrichir les corpus constitués par tout scientifique : dans ce cas, le chercheur d’un pays linguistiquement dominant se trouve défavorisé, l’acquisition d’une seconde ou d’une troisième langue ayant souvent été négligée. A cette barrière linguistique s’adjoint une barrière technique ou financière : les circuits de diffusion des connaissances, en muséologie, sont relativement limités, notamment en raison du manque de plateformes permettant de récolter ces informations. L’investissement (temps, argent, infrastructures) nécessaire à de telles recherches n’est, la plupart du temps, possible que pour un nombre limité de chercheurs. La seconde catégorie est également relativement réduite et ne concerne que les chercheurs universitaires (plus rarement des professionnels) souhaitant développer une activité internationale. Ici aussi, une distinction s’impose entre un chercheur natif anglophone, disposant d’emblée d’une grande facilité d’expression pour intervenir lors de colloques, de séminaires ou sur Internet, et d’autres collègues dont l’anglais constitue seulement la seconde ou troisième langue. Les chercheurs issus de ces second pays – qu’ils soient français, brésiliens ou chinois – ne pourront espérer une certaine renommée que s’ils bénéficient de moyens naturels (capacités d’apprentissage des langues), culturels (formation linguistique d’un pays) ou techniques (dispositifs de traduction) suffisants. A ce niveau, les scientifiques de plusieurs petits pays développés mais linguistiquement dominés (Belgique, Pays-Bas, Pays scandinaves, Suisse) bénéficient d’un avantage indéniable, ayant été formés très tôt à l’emploi de plusieurs langues et notamment l’anglais. Il n’en reste pas moins que même en maîtrisant suffisamment les langues d’échange international, un chercheur ne peut bénéficier automatiquement d’une reconnaissance internationale sans le déploiement de stratégies particulières.

Stratégies (nationales et internationales) de diffusion de la recherche

15L’idée que l’émergence d’idées originales devrait conduire à la notoriété est séduisante, mais la situation s’avère plus complexe. Bruno Latour (1989) a bien montré l’importance des stratégies à mettre en œuvre pour accéder à une certaine notoriété : qu’il s’agisse de médecine, de sociologie ou de muséologie, celle-ci n’évolue que si un certain nombre de conditions sont représentées. L’existence d’une infrastructure (laboratoires ou bases de données), d’équipes de recherche, de postes académiques, de collègues (pour discuter les hypothèses), d’un vocabulaire commun et de méthodes partagées, ou d’un soutien politique et de la société, ne constituent que quelques-uns des éléments qui ont permis conjointement à certains chercheurs et à certaines disciplines ou certains courants de recherche d’émerger et de se propager.

  • 3 Le profil de John Falk sur Google Scholar (22.500 citations) présente un indice h de 65 et de 43 de (...)

16La notoriété de Rivière ou celle de de Varine sont largement dues au rôle qu’ils ont joué au sein de l’ICOM et à leur grande mobilité, les conduisant à explorer le phénomène muséal à travers le monde, mais aussi à participer à de nombreux colloques, séminaires ou formations sur tous les continents. Le curriculum vitae de John Falk, le chercheur vraisemblablement le plus cité actuellement dans le champ muséal3, témoigne non seulement de sa production (26 monographies rédigées ou éditées et près de 200 articles ou chapitres) mais surtout du réseau considérable qu’il a mis en place à travers ses recherches en tant que professeur invité ou chercheur aux Etats-Unis mais aussi en Inde, Australie, Colombie ou au Chili, et consultant pour plus d’une soixantaine de sites, en Amérique du Nord, Amérique latine, Europe et Asie, tout en délivrant des interventions sur tous les continents.

17De manière générale, ce sont des stratégies similaires qui ont été mises en œuvre par les cultural studies pour se développer à travers un certain réseau d’universités (Mattelart, 2003), et c’est une lecture similaire des post-colonial studies qui peut être envisagée pour évoquer le succès de sa diffusion (Sibeud, 2004). L’inverse s’avère tout aussi possible : la notoriété d’un champ de recherche ou d’un chercheur peut aussi décliner, comme cela a été le cas de la muséologie scientifique qui s’était développée dans les pays de l’Est durant la guerre froide, et de penseurs comme Zbynĕk Stránský, Awraam Razgon ou Klaus Schreiner. Si une personnalité comme Stránský a réussi, en l’espace d’une trentaine d’années, à mettre en place un réseau complexe d’influences (à travers son département et l’Université d’été de muséologie, soutenue par l’UNESCO), en jouant un rôle de première importance au sein d’ICOFOM, sa notoriété n’en a pas pour autant décru au cours des années 1990 (Mairesse, 2020).

18Le principe même de la citation repose donc sur des mécanismes qui dépassent largement, qu’on le déplore ou non, la qualité d’une recherche : la langue dans laquelle est écrite la citation, bien sûr, mais aussi la curiosité ou la paresse intellectuelle des chercheurs, leur volonté de développer des recherches à l’international, leurs qualités linguistiques, leurs moyens techniques et financiers, ainsi que les stratégies qu’ils ont eux-mêmes mis en œuvre pour développer leur notoriété.

Post-colonialisme, géopolitique et néolibéralisme

19« La muséologie, telle qu'elle a été produite et enseignée dans le monde entier au cours des dernières décennies, a été créée et reproduite selon les structures coloniales du pouvoir. Un long chemin nous attend encore dans la recherche des influences et des courants muséologiques à l'intérieur et à l'extérieur de ces centres coloniaux » (Brulon Soares & Leshchenko, p. 76). S’il est toujours intéressant de se plonger dans l’histoire coloniale, il serait peut-être plus instructif d’envisager les structures contemporaines du pouvoir, permettant de comprendre la situation actuelle. En l’occurrence, France et Grande-Bretagne ne sont plus les puissances dominantes actuelles, bien que leur rôle ne soit pas négligeable. Le prisme colonial ne privilégierait-il pas un cadre en voie d’obsolescence favorisant la critique mais pas les stratégies visant à inverser ces tendances, tout en masquant les structures de domination actuelles ? La littérature post-coloniale a rapidement fait l’objet de critiques concernant sa frilosité quant aux enjeux et aux analyses économiques des situations évoquées (Dirlik, 1994). Bayart parle à leur sujet de « carnaval académique », « un moment de défoulement qui ne met nullement en danger l’ascendant de l’utilitarisme triomphant du rational choice dans l’Université américaine ou nord-atlantique et qui permet au passage la cooptation en son sein des trublions les plus brillants de l’élite indigène » (Bayart, 2010, p. 67).

20L’approche géopolitique, qui intègre à la fois les pouvoirs politiques et militaires (hard power), le pouvoir économique, mais aussi diplomatique et culturel (soft power), permet à mon sens d’interroger les rapports de force actuels de manière bien plus pertinente. La géopolitique s’intéresse, comme les postcolonial studies, aux logiques colonisatrices, dominatrices ou hégémoniques, mais en se concentrant moins sur les discours que sur les enjeux et les stratégies de domination, militaires, économiques et culturelles, afin d’assurer, selon les termes d’Adam Smith, la richesse des nations. D’un point de vue géopolitique et géostratégique, le monde est actuellement dominé par les Etats-Unis, première puissance économique depuis le début du XXe siècle, et politiquement dominante après 1945, d’abord en opposition frontale avec l’Union soviétique puis, après l’implosion de cet empire, de manière unilatérale. Le rôle des Etats-Unis, par le biais d’un jeu d’alliances et de relations de pouvoir aussi bien militaires qu’économiques et culturelles, vise à assurer à ce pays le rôle que toute métropole d’Empire entend jouer, à savoir préserver ou développer sa richesse en s’assurant d’une libre disposition des matières premières nécessaires à son économie et de débouchés pour sa production industrielle, afin d’assurer le développement de sa prospérité. Le rôle joué par un certain nombre de nations, ces deux dernières décennies (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, Chine) n’a pas encore permis d’inverser cette situation, l’expansion aussi bien économique que politique et militaire de la Chine laissant cependant percevoir la transformation des rapports de force en présence dans les années à venir (Boniface, 2014).

21Le musée, comme institution largement soutenue par le pouvoir en place, constitue à la fois un symbole de la richesse ou du développement d’un pays, et un instrument de softpower à destination des publics nationaux ou internationaux (Mairesse 2019a). Il en va de même des universités, qui reflètent autant qu’elles façonnent (à travers leur production académique ou l’accueil d’étudiants étranger) la puissance et la logique de pensée du système dominant. Le développement des postcolonial studies, dans cette perspective, participe pleinement à cette logique : en fustigeant le rôle des anciennes puissances coloniales (France, Grande Bretagne, etc.) et en incitant les anciens pays colonisés et colonisateurs à la critique des représentations, ou à des demandes de restitutions, il constitue un discours sur la domination des pays anciennement colonisés par l’Occident, qui ne peut que résonner favorablement à l’oreille de ces derniers. Mais en concentrant l’analyse sur la domination culturelle des anciens pays colonisateurs, les postcolonial studies ne participent-elles pas au renforcement de la domination culturelle actuelle, fruit du soft power américain (de Disney à Facebook) tout en passant sous silence les enjeux économiques actuels sous-jacents, à savoir l’établissement d’une économie de marché la plus ouverte possible... au bénéfice de la principale puissance dominante ?

  • 4 Le terme « sans but lucratif » n’a été réintroduit que sur le tard, par le Conseil d’Administration (...)

22La volonté du MDPP d’avoir voulu supprimer le caractère « sans but lucratif » du musée est révélatrice à cet égard : « [l]eur définition doit inclure des notions de responsabilité et de transparence beaucoup plus importantes que ne le fait l’expression « sans but lucratif » pour clarifier la manière dont les musées répondent à leur objectif, définissent et observent leurs principes et acquièrent et utilisent les ressources matérielles, financières, sociales et intellectuelles à leur disposition » (MDPP, 2018)4. Transparence et responsabilité, autant de termes appartenant au vocabulaire entrepreneurial que l’on retrouve dans l’idéologie néolibérale, pour des entreprises entièrement dédiées à la recherche du profit. Dans cette perspective, le discours post-colonial constitue une remarquable stratégie de diversion, aux conséquences mineures sinon négligeables (un peu d’autoflagellation pour quelques grands musées américains, une critique sans concession de anciens pays colonisateurs et la menace de quelques restitutions), en regard des vrais enjeux, à savoir la poursuite de l’exploitation continue de territoires étrangers, de manière directe ou par le biais de multinationales, et l’exploitation sans contraintes des matières premières (pétrole, gaz, terres rares, etc.) de la planète.

Conclusions

23Les post-colonial studies constituent un champ d’étude pour le moins intéressant, notamment sur le plan muséal, ayant permis de mettre en lumière un certain nombre de phénomènes particuliers, notamment les zoos humains ou certaines structures d’exposition fondées sur des préjugés racistes. Si l’idée d’une « décolonisation du musée » apparaît cohérente, en regard des expositions permanentes de certains établissements, rejoignant ainsi la muséologie critique (Lorente, 2016), peut-on dire la même chose d’une décolonisation de la muséologie ?

24L’enjeu de la décolonisation de la muséologie ne repose pas sur la critique du caractère supposé raciste ou dominateur des conceptions de certains de ces auteurs, mais de manière plus générale, sur la place qu’ils occupent à travers le monde, et donc de certaines conceptions de la muséologie en regard des autres, du fait de supposées structures de pouvoir coloniales toujours dominantes (en l’occurrence, l’anglais et le français). Si certaines langues – essentiellement l’anglais – continuent de dominer les échanges internationaux, c’est moins, à mon sens, en raison d’une logique coloniale remontant au XIXe siècle, que des rapports de domination actuels, essentiellement américains (et non britanniques, qui cependant en bénéficient), qui continuent de dominer l’ensemble des échanges internationaux (et les outils qui sont nécessaires à son maintien : langue, monnaie, instances internationales).

25Tandis que les anciens empires coloniaux ne cessent de voir leur influence diminuer, d’autres Etats (dont la Chine et, dans une moindre mesure, le Brésil, l’Inde ou la Russie) s’emploient à faire évoluer les rapports de force entre nations, au détriment de la puissance dominante. L’émergence des postcolonial studies, au sein du système universitaire international, dont certains courants proviennent de ces pays (notamment l’Inde), doivent pourtant une grande part de leur notoriété aux universités américaines, où elles se sont largement développées. Cette situation semble a priori paradoxale – comment la « métropole du monde » accepte-t-elle une telle critique ? En réalité, comme le suggère Bayart avec l’expression de « carnaval académique », la contestation, lorsqu’elle est institutionnalisée (le temps du carnaval) ne remet nullement en cause l’ordre établi, permettant au contraire de mieux en accepter les conséquences, sans aucune perspective de changement.

26Il importe aux chercheurs qui le souhaitent de poursuivre la critique ou d’agir, l’un n’excluant pas l’autre, mais l’inversion de ces rapports de force ne passera pas juste par les études, qu’elles soient muséales ou post-coloniales.

Haut de page

Bibliographie

Adotevi, S. (1971). Le musée dans les systèmes éducatifs et culturels contemporains, In Actes de la neuvième conférence générale de l’Icom (pp.19-30). ICOM.

Bancel, N., et al. (2002). Zoos humains de la vénus hottentote aux reality shows. La Découverte.

Bancel, N. (2019). Le postcolonialisme. Presses universitaires de France.

Bayart, J. F. (2010). Les études postcoloniales ; Un carnaval académique. Karthala.

Boniface, P. (2014). La Géopolitique. 40 Fiches thématiques et documentées pour comprendre l’actualité. Eyrolles.

Brulon Soares, B., & Leshchenko, A. (2018). Museology in colonial context: A call for decolonisation of museum theory, ICOFOM Study Series, 46, 6179.

Chambers, I., De Angelis, A., Ianniciello, C., Orabona, M., & Quadraro, M. (2017). The postcolonial museum: The arts of memory and the pressures of history. Routledge.

Crenn, G. (2016). La réforme muséale à l’heure postcoloniale. Stratégies muséographiques du discours du Musée royal d’Afrique centrale (2005-2012). Culture & Musées, 28, 177-201.

Davis, A., & Mairesse, F. (Eds.). (2017). The predatory museum. ICOFOM Study Series, 45.

Dirlik, A. (1994). The postcolonial aura: Third World criticism in the age of global capitalism. Critical Inquiry, 20(2), 328-356.

Doyen, A., & Mairesse, F. (tbp). Les revues portant sur les musées à travers le monde. OCIM.

Ginsburgh, V., & Weber, S. (2018, June). The economics of language. ECARES Working Paper, 18.

Gob, A. (2007). Des musées au-dessus de tous soupçons. Armand Colin.

Gonseth, M.-O., Hainart, J. et Kaehr, R. (Ed.) (2002). Le musée cannibale. Musée d’ethnographie de Neuchâtel.

Karp, I., & Lavine, S. D. (1991). Exhibiting cultures: The poetics and politics of museum display. Smithsonian Institution.

Latour B. (1989). La science en action. La Découverte.

Lorente, J.P. (2016). De la nouvelle muséologie à la muséologie critique : Une revendication des discours interrogatifs, pluriels et subjectifs, in F. Mairesse (Ed.), Nouvelles tendances de la muséologie, (pp. 55–66). La Documentation française.

Mairesse, F. (2019). Géopolitique du musée : Les enjeux de la fréquentation. Politique et sociétés, 38(3), 103–127.

Mairesse, F. (2020). Zbynĕk Stránský : Entre le mythe fondateur et l’oubli. In Y. Bergeron, O. Debary, & F. Mairesse (Eds.), Ecrire l’histoire des musées à travers celle de ses acteurs, (pp. 91–104). ICOM/ICOFOM.

Mairesse, F. (2021). Décoloniser la muséologie ?. In Y. Bergeron & M. Rivet (Eds.), La décolonisation de la muséologie : Musées, métissages et mythes d’origine, (pp. 155–159). ICOFOM.

Mairesse, F., & Doyen, A. (2020), Les centres de ressources à destination des professionnels de musée dans le monde. OCIM

Mattelart, A., & Neveu, E. (2003). Introduction aux cultural studies. La Découverte.

MDPP (Comité permanent pour la définition du musée, perspectives et potentiels). (2018, décembre). Rapport pour le Conseil d’administration de l’ICOM et recommandations adoptées par le Conseil d’administration. https://icom.museum/wp-content/uploads/2019/01/MDPP-report-and-recommendations-adopted-by-the-ICOM-EB-December-2018_FR.pdf.

OFS (Office fédéral de la Statistique). (2021). Le plurilinguisme gagne du terrain en Suisse. Enquête sur la langue, la religion et la culture, 2019. https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-82012.html

Pagani, C. (2017). Exposing the predator, recognising the prey: New institutional strategies for a reflexive museology, ICOFOM Study Series, 45, 71-83.

Price, S. (2011). Au musée des illusions. Le rendez-vous manqué du quai Branly. Denoël.

Saar, F., & Savoy, B. (2018). Restituer le patrimoine africain. Seuil.

Said, E. (1978). Orientalism. Pantheon Books.

Seiderer, A. (2012). Une critique postcoloniale en acte. Les musées d’ethnographie contemporains sous le prisme des études postcoloniales. Musée royal d’Afrique centrale.

Sibeud, E. (2004). Post-colonial et colonial studies : Enjeux et débats. Revue d’histoire moderne et contemporaine, 51(4bis), 87-95.

SIL. (2018). Ethnologue. Languages of the world (22nd ed). Retrieved from www.ethnologue.com

Simpson, M. G. (2001). Making representation: Museums in the post-colonial era. Routledge.

Singaravélou, P. (2020), Les sciences coloniales. Encyclopédie d'histoire numérique de l'Europe [en ligne]. Permalien. https://ehne.fr/fr/node/12482

Scheiner, T. (2016). Réfléchir sur le champ muséal : Significations et impact théorique de la muséologie. In F. Mairesse (Ed.), Nouvelles tendances de la muséologie (pp. 39-52). La Documentation française.

Taguieff, P.-A. (2020). L’imposture décoloniale. Science imaginaire et pseudo-antiracisme. Edition de l’Observatoire.

UNESCO. (2021, April). Museums around the world in the face of Covid-19. UNESCO, https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000373530.

Varine, H. de. (2005). La décolonisation de la muséologie. Nouvelles de l’ICOM, (3), 3.

Wajid, S., & Minott, R. (2019). Detoxing and decolonising museums. In R. Janes & R. Sandell (Eds.), Museum activism (pp. 25–35). Routledge.

Wastiau, B. (2001). Exit. Congo Museum. Musée royal d’Afrique centrale.

Haut de page

Notes

1 Une première version (réduite) de cet article a été présentée dans Mairesse (2021).

2 Classement de Shanghai pour 2019 (http://www.shanghairanking.com/ARWU-Statistics-2019.html). Ce classement est discutable (pour ce qui concerne les critères de sélection) et partiel (puisqu’on répertorie près de 20.000 établissements d’enseignement supérieur), mais il donne cependant une tendance générale sur la répartition des universités « publiantes ».

3 Le profil de John Falk sur Google Scholar (22.500 citations) présente un indice h de 65 et de 43 depuis 2015. Son curriculum est disponible sur le site de l’Institute for learning Innovation, dont il est directeur : http://www.instituteforlearninginnovation.org/wp-content/uploads/2019/07/John-Falk-CV.pdf (consultation mars 2020)

4 Le terme « sans but lucratif » n’a été réintroduit que sur le tard, par le Conseil d’Administration de l’ICOM, et non par le MDPP.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Mairesse, « Muséologie, colonisations et domination »ICOFOM Study Series, 49-2 | 2021, 164-179.

Référence électronique

François Mairesse, « Muséologie, colonisations et domination »ICOFOM Study Series [En ligne], 49-2 | 2021, mis en ligne le 24 mai 2022, consulté le 15 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/iss/3838 ; DOI : https://doi.org/10.4000/iss.3838

Haut de page

Auteur

François Mairesse

Université Sorbonne nouvelle (CERLIS, ICCA), Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search