Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-1Introduction : Décolonisation des...

Introduction : Décolonisation des disciplines académiques et des collections

Tanja Pommerening, Susanne Rodemeier, Rainer Brömer, Edith Franke, Ernst Halbmayer, Dagmar Schweitzer de Palacios, Katja Triplett et Benedikt Stuchtey
Traduction de Marion Bertin
p. 27-36
Cet article est une traduction de :
Introduction: Decolonizing academic disciplines and collections [en]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Introducción: Descolonización de disciplinas académicas y colecciones [es]

Texte intégral

Internationalisation du débat

1La décolonisation des disciplines académiques et des collections est un sujet de discussion international et interdisciplinaire intense depuis quelques temps déjà. Il s’agit également d’un sujet hautement politique et d’un débat public. Nous l’abordons sous différents angles et souhaitons souligner l’importance pour les collections universitaires de faire face à leur héritage colonial.

2En fin de compte, ce qui est perçu comme un objet de provenance coloniale est une question de définition. Aujourd’hui, il est largement admis que toute définition doit aller bien au-delà du colonialisme formel. Si le colonialisme « est une relation de domination entre des collectifs dans laquelle les décisions fondamentales sur le mode de vie des colonisés sont prises et effectivement imposées par une minorité culturellement différente de maîtres coloniaux ... qui sont à peine disposés à s’adapter ... associée à ... des doctrines de justification basées sur la conviction des colonisateurs de leur propre supériorité culturelle » (Osterhammel, 2009, p. 20), alors le terme colonial se réfère « à l’exercice réel du pouvoir, ainsi qu’aux idéologies, discours (y compris les discours raciaux), systèmes de connaissance, esthétiques et perspectives qui ont précédé la règle formelle ou réelle et l’ont soutenue et protégée pour la colonisation et peuvent avoir un impact au-delà de celle-ci » (DMB, 2021, p. 24). Cela inclut les relations subalternes des groupes autochtones envers les États-nations, parfois appelées colonialisme interne, ainsi que les idéologies coloniales « reflétées dans les objets et représentations d’origine européenne » (DMB, 2021, p. 25).

3Les universités et les disciplines académiques ont généralement bénéficié du colonialisme et de l’impérialisme, différemment mais pas nécessairement moins que la politique, l’économie et la culture. Avec la soi-disant « découverte » de Nouveaux Mondes, du point de vue de l’Ancien, l’idée de « Posséder la Nature » (Findlen, 1994) a acquis une nouvelle urgence. Dans ce contexte, nous nous demandons : comment l’entendement européen de la science et de l’érudition se reflète-t-il dans les collections et dans l’auto-image des disciplines académiques ? Dans quelle mesure les universitaires ont-ils servi les États coloniaux en fournissant des informations importantes ? La Révolution Scientifique des XVIIe et XVIIIe siècles, notamment celle des sciences naturelles, a inclus une révolution dans la classification et la catégorisation des connaissances : ainsi les collections sont devenues aussi l’archive d’objets et de connaissances des mondes nouvellement rencontrés (Delbourgo, 2008). Le pouvoir épistémique d’une part, économique et politique d’autre part, a stimulé la pensée progressive en Europe dans des conditions coloniales.

4Clarifier les provenances des objets dans le cadre d’une conversation entre les institutions de conservation et les communautés d’origine permet d’aborder une tâche centrale (récemment exigée) de l’université, à savoir repenser ses histoires disciplinaires et ainsi faire face à son passé. Ce processus doit inclure une variété de voix et d’approches épistémiques comme une étape vers non seulement la muséalisation de la science mais aussi pour surmonter l’eurocentrisme.

5Les disciplines académiques font face à un examen croissant quant à la mesure dans laquelle leurs collections incluent des artefacts possiblement pillés ; ainsi, la révision des collections et des politiques ainsi que l’étude des histoires problématiques sont étroitement liées. Établir des lignes directrices, convenir de ne pas acquérir d’artefacts sans preuves claires et documentées, mettre l’accent sur la justice sociale, tout cela vise à s’assurer que les objets n’ont pas été obtenus en exploitant des sociétés affaiblies par la pauvreté, la guerre, le colonialisme, l’instabilité politique - il y a, évidemment, beaucoup de travail à faire pour les conservateurs, car le paysage, qu’il soit scientifique, politique ou culturel, est en constante évolution. Rester en dialogue constant peut être un défi, mais probablement la seule option, en particulier dans une société cosmopolite où nous pouvons comprendre les artefacts et les objets comme des ambassadeurs de leur temps.

6Depuis 2021, un groupe d’universitaires de l’Université de Marburg s’est réuni pour initier des projets abordant les contextes coloniaux de certaines collections conservées par cette université. Afin de confronter la responsabilité constituée par des contextes de injustices confirmées ou soupçonnées, les directeurs et conservateurs de certaines collections potentiellement plus « problématiques » (ethnographie, étude des religions, anatomie, pharmacognosie, zoologie, botanique) ont entrepris plusieurs activités conjointes pour clarifier à la fois le cadre éthique en général et la provenance de groupes spécifiques d’objets en collaboration avec des collègues des communautés vivant dans les régions d’origine de ces objets. Ce groupe, dont certains membres sont responsables des collections de notre université, comprend les auteurs de cette contribution : Tanja Pommerening et Rainer Brömer (Histoire de la Pharmacie et de la Médecine, Collection Médico-Historique Anatomique, Collection Pharmacognostique), Edith Franke, Susanne Rodemeier et Katja Triplett (Étude des Religions, Musée de la Religion), Ernst Halbmayer et Dagmar Schweitzer de Palacios (Anthropologie Sociale et Culturelle, Collection Ethnographique) ainsi que Benedikt Stuchtey (Histoire Moderne, sans collection académique) ainsi que Martin Brändle (Collection Zoologique) et Karl-Heinz Rexer (Herbier Marburgense).

  • 1 Le workshop a été financé par la Fondation allemande pour la recherche (DFG, numéro de projet 52703 (...)

7Dans le cadre de ces initiatives, les membres du groupe ont mis en place un programme d’ateliers sous le même titre que ce numéro spécial : « Décoloniser les disciplines académiques et les collections 1 ». Cet événement a eu lieu du 7 au 9 juin 2023 à l’Université de Marburg, dans le but d’élargir le débat sur les objets sensibles et la provenance coloniale en Allemagne, en discutant avec des approches internationales et en examinant les dynamiques entre et au sein des différentes régions du monde. Un réseau de collaboration future a émergé dans un effort conjoint pour produire des solutions durables pour traiter les objets d’intérêt scientifique et pour approfondir l’analyse critique des significations des objets ayant une provenance coloniale (souvent mais pas toujours violente). Le concept de décolonisation est très complexe et devrait être conceptualisé comme un effort et un processus continu. Tout est sous examen. Par conséquent, les objectifs de l’atelier et des actes sont :

  • de relier le débat sur les objets sensibles et la provenance coloniale prévalant en Allemagne avec les concepts de décolonisation développés dans d’autres pays anciennement coloniaux et colonisés ;

  • de réunir des universitaires et des praticiens provenant de contextes du Nord Global et du Sud Global, examinant les dynamiques de la décolonisation des collections et des disciplines entre et au sein des différents États et sociétés ;

  • d’examiner le rôle ambivalent de l’héritage colonial dans la formation des disciplines académiques ;

  • de créer un réseau durable pour une collaboration future afin de produire des solutions durables pour le traitement des objets dans les collections académiques et l’examen critique des significations des objets ayant une provenance coloniale, qui, bien que leur acquisition ait pu être présumée légale à l’époque, ont été appropriés sur la base des différences de pouvoir entre colonisés et colonisateurs.

8Ces dernières années, le débat animé sur le traitement approprié des objets provenant d’anciennes colonies détenues dans les collections occidentales a pris de nouveaux tournants significatifs. Cette discussion a également attiré l’attention sur le fait que de nombreuses disciplines académiques, dans leur formation et leur développement ultérieur, ont largement reposé sur des collections d’objets matériels, souvent acquis sans le consentement ou même contre la volonté de leurs producteurs et propriétaires d’origine, ou dans l’ignorance de la signification de ces objets dans la région d’origine, notamment dans des contextes coloniaux. De plus en plus, les sociétés des États successeurs exigent la restitution d’objets ayant une signification particulière pour les descendants, leurs communautés ou leurs nations, même en acceptant les conflits potentiels qui peuvent en découler. Par conséquent, des questions sur les subtilités de la restitution possible ont émergé en ce qui concerne l’agence des communautés d’origine ou de leurs descendants.

9Pendant l’atelier, les hôtes locaux et les visiteurs internationaux ont examiné des groupes sélectionnés d’objets (comme des figures d’ancêtres, des médicaments pharmaceutiques et des restes humains) afin de discuter des stratégies à la lumière des débats actuels pour assurer un traitement adéquat des objets sensibles. Il est désormais clair qu’une solution simple de restitution n’est pas viable (et souvent pas souhaitée par les communautés de descendants). Par conséquent, ce qui est nécessaire, c’est de trouver de nouvelles façons de prendre au sérieux l’agence des communautés dont les perspectives et préférences peuvent aider à développer des options pour traiter les objets de manière adéquate. Cela peut inclure, en alternative à la restitution, le transfert de propriété avec une option de prêt à long terme à l’institution qui conserve actuellement les objets en question ou l’utilisation dans des projets de recherche et d’enseignement communs. Il est important de développer une analyse multi-perspectives des différents groupes d’acteurs impliqués dans les processus d’émergence et de formation des collections universitaires et des disciplines. Cela est destiné à fournir les pré-requis pour un examen critique des concepts de collection et des taxonomies académiques d’un point de vue global.

10Un objectif important de l’atelier était de créer un cadre international pour le débat à Marburg sur la manière dont les disciplines académiques d’aujourd’hui et leurs praticiens traitent du passé colonial, en tenant compte particulièrement du rôle de la collecte et des collections dans l’histoire de ces disciplines. En plus des présentations individuelles, un accent particulier a été mis sur la communication directe avec des personnes originaires des pays d’origine de certaines parties des collections de Marburg, représentées ici par des participants du Brésil, de Tanzanie et d’Indonésie. Les discussions ont porté sur des collections spécifiques que les visiteurs ont explorées conjointement avec les responsables locaux : la Collection de médicaments Wigand, le Musée des Religions et la Collection Ethnographique (voir la contribution : « Discours colonial dans l’histoire des collections de l’Université de Marburg » dans ce numéro).

11Parmi les participants invités figuraient des personnes qui, dans le cadre de leur activité professionnelle, s’occupent de la manière de traiter la provenance coloniale des collections scientifiques et de leurs objets dans le secteur universitaire ou muséal. Il s’agissait notamment de Jimson Sanga de l’Université d’Iringa en Tanzanie (également affilié au Musée Régional d’Iringa) et de Jan Kuever (également travaillant avec l’Organisation Culturelle fahari yetu) ; d’Ajeng Ayu Arainikasih, chargée de cours à l’Universitas Indonesia (et en même temps doctorante à l’Université de Leyde) et de Nusi Lisabilla Estudiantin, employée du Ministère de l’Éducation et de la Culture d’Indonésie (anciennement conservatrice au Musée National d’Indonésie à Jakarta) ; et de Claudia Leonor López Garcés du Musée Paraense Emílio Goeldi à Belém, un grand musée axé sur l’histoire naturelle, l’ethnographie et l’archéologie au Brésil. Avec son aide, une délégation de trois personnes de l’ethnie Ka’apor au Brésil, Valdemar Ka’apor, Irakadju Ka’apor et Rosilene Tembé, ont pu assister à l’atelier après avoir participé à un projet d’échange financé par le Conseil européen de la recherche à Leyde. Un nombre similaire de contributions a été présenté par des universitaires européens : des Pays-Bas, Jos van Beurden (chercheur indépendant, Utrecht) et Paul W. Mitchell (Université d’Amsterdam) ; du Royaume-Uni, Bruno Brulon Soares (Université de St. Andrews) et Miranda Lowe (conservatrice principale au Musée d’Histoire Naturelle de Londres) ; de Suisse, Caroline Widmer (conservatrice des peintures indiennes au Musée Rietberg à Zurich) ; de Suède, Michael Sappol (Université d’Uppsala) ; d’Allemagne, Ina Heumann (Musée pour la Nature - Institut Leibniz pour l’Évolution et la Biodiversité à Berlin) et Mai Lin Tjoa-Bonatz (Association des Musées de Thuringe).

Lancement de la discussion

12Un objectif important de l’atelier était de créer un cadre international pour le débat à Marburg sur la manière dont les disciplines académiques d’aujourd’hui et leurs praticiens traitent du passé colonial, en tenant compte particulièrement du rôle de la collecte et des collections dans l’histoire de ces disciplines. En plus des présentations individuelles, un accent particulier a été mis sur la communication directe avec des personnes originaires des pays d’origine de certaines parties des collections de Marburg, représentées ici par des participants du Brésil, de Tanzanie et d’Indonésie. Les discussions ont porté sur des collections spécifiques que les visiteurs ont explorées conjointement avec les responsables locaux : la Collection de médicaments Wigand, le Musée des Religions et la Collection Ethnographique (voir la contribution : « Discours colonial dans l’histoire des collections de l’Université de Marburg » dans ce numéro).

13Parmi les participants invités figuraient des personnes qui, dans le cadre de leur activité professionnelle, s’occupent de la manière de traiter la provenance coloniale des collections scientifiques et de leurs objets dans le secteur universitaire ou muséal. Il s’agissait notamment de Jimson Sanga de l’Université d’Iringa en Tanzanie (également affilié au Musée Régional d’Iringa) et de Jan Kuever (également travaillant avec l’Organisation Culturelle fahari yetu) ; d’Ajeng Ayu Arainikasih, chargée de cours à l’Universitas Indonesia (et en même temps doctorante à l’Université de Leyde) et de Nusi Lisabilla Estudiantin, employée du Ministère de l’Éducation et de la Culture d’Indonésie (anciennement conservatrice au Musée National d’Indonésie à Jakarta) ; et de Claudia Leonor López Garcés du Musée Paraense Emílio Goeldi à Belém, un grand musée axé sur l’histoire naturelle, l’ethnographie et l’archéologie au Brésil. Avec son aide, une délégation de trois personnes de l’ethnie Ka’apor au Brésil, Valdemar Ka’apor, Irakadju Ka’apor et Rosilene Tembé, ont pu assister à l’atelier après avoir participé à un projet d’échange financé par le Conseil européen de la recherche à Leyde. Un nombre similaire de contributions a été présenté par des universitaires européens : des Pays-Bas, Jos van Beurden (chercheur indépendant, Utrecht) et Paul W. Mitchell (Université d’Amsterdam) ; du Royaume-Uni, Bruno Brulon Soares (Université de St. Andrews) et Miranda Lowe (conservatrice principale au Musée d’Histoire Naturelle de Londres) ; de Suisse, Caroline Widmer (conservatrice des peintures indiennes au Musée Rietberg à Zurich) ; de Suède, Michael Sappol (Université d’Uppsala) ; d’Allemagne, Ina Heumann (Musée pour la Nature - Institut Leibniz pour l’Évolution et la Biodiversité à Berlin) et Mai Lin Tjoa-Bonatz (Association des Musées de Thuringe).

Introduction aux contributions de l’atelier sur “Décolonisation des disciplines académiques et des collections”

14La conférence a été ouverte par une conférence inaugurale de Jos van Beurden (Utrecht) intitulée « Collections coloniales, restitution et questions d’inégalité ». Comme van Beurden l’a développé davantage dans son livre récemment publié (van Beurden, 2024), il s’intéresse à trois forces différentes dans le contexte des collections coloniales, qui doivent être comprises dans leurs dimensions politiques, culturelles et sociales. Parmi ces forces, la recherche de provenance dans le champ de tension Nord-Sud n’est qu’un élément, complété par le rôle des marchands d’art et collectionneurs privés actifs à l’échelle mondiale, et enfin, dans le Sud global, une controverse couramment observée entre représentants officiels et non officiels concernant leurs responsabilités respectives dans le processus de restitution des collections.

15Miranda Lowe a prononcé sa conférence inaugurale publique « Réinventer la collecte et les collections en utilisant la pratique décoloniale dans les musées d’histoire naturelle » à l’Hôtel de Ville ; ainsi, elle a communiqué le sujet au grand public de Marburg, qui a réagi avec beaucoup d’intérêt. Sa conférence a examiné une variété de colonialismes qui peuvent être rencontrés dans le paysage muséal, depuis l’émergence des collections d’histoire naturelle à l’époque des grands empires coloniaux et le mépris pour le rôle des sociétés autochtones dans l’émergence des disciplines scientifiques jusqu’aux inégalités persistantes dans les structures sociales d’aujourd’hui, qui doivent également être abordées par le personnel des musées. Introduisant des études de cas du Musée d’Histoire Naturelle de Londres (NHM) et au-delà, Lowe a souligné les contributions faites par les individus et populations autochtones en collectant des objets naturels et en échangeant des connaissances botaniques et ethnomédicales. L’absence très courante des récits des acteurs non-européens dans l’histoire occidentale des sciences est contrecarrée de manière exemplaire dans les expositions et présentations du NHM2, complétées par des mesures d’égalité des chances3. Bien que la conférence, pour des raisons indépendantes des éditeurs, n’ait pas pu être incluse dans ce numéro, de nombreux aspects du travail de Lowe peuvent être consultés sur le site Web du musée, qui comprend des clips vidéo courts où Lowe explique comment une interprétation plus inclusive, représentative et holistique peut être élaborée4.

Perspectives théoriques et critiques sur la décolonisation

16Le premier panel de l’atelier a tracé quelques lignes directrices pour la discussion sur la décolonisation d’un point de vue théorique.

17S’appuyant sur la thèse selon laquelle la Nouvelle Muséologie ne permet qu’une décolonisation limitée du musée, Bruno Brulon Soares a plaidé en faveur d’une réorganisation des autorités et des agences dans le secteur muséal et pour un processus de réhumanisation, selon lequel une plus grande justice et participation de toutes les parties prenantes pourraient être garanties. Dans ce sens - développé plus en détail dans la publication de ce numéro - il soutient qu’il existe non seulement une approche décoloniale mais aussi une approche véritablement anti-coloniale des héritages créés par le colonialisme.

18Jan Kuever a basé ses réflexions sur des projets collaboratifs de recherche sur le terrain entre l’organisation du patrimoine culturel fahari yetu à Iringa et des universités et musées allemands, où les partenaires ont collecté des histoires d’objets et leur lien avec l’histoire coloniale allemande dans les potentielles communautés d’origine en Tanzanie. La recherche de provenance, indispensable dans le processus d’une restitution potentielle, nécessite la reconstruction et l’évocation de la mémoire, du sens et de toutes les autres formes de connaissances qui y sont associées. Cependant, comme il l’a souligné, l’objectif de la recherche de la provenance des objets individuels ne devrait pas seulement être de les relier aux communautés d’origine, mais d’en faire des ressources pour leur développement contemporain. Plutôt que de reproduire la connaissance coloniale, Küver soutient que les communautés savantes et locales devraient être impliquées dans la recherche participative produisant de nouvelles connaissances sur les collections étudiées.

Objets sensibles dans les musées et les collections universitaires : Études de cas

19Les deux panels suivants ont examiné les approches des objets sensibles dans les domaines des collections religieuses et ethnographiques, respectivement.

Perspectives interdisciplinaires sur les objets culturels et religieux sensibles

20Dans ce panel, les participants ont été invités à partager leur point de vue sur les artefacts culturellement et religieusement sensibles dans les musées et les collections universitaires, ainsi que leurs réflexions sur les raisons pour lesquelles ils devraient être considérés comme sensibles. Les contributions de Nusi Estudiantin et Caroline Widmer ont porté sur leurs perspectives en tant que conservatrices. Estudiantin a été conservatrice au Musée National d’Indonésie à Jakarta pendant environ 20 ans, jusqu’en 2023. Il était donc précieux qu’elle puisse apporter son point de vue en tant qu’initiée dans l’histoire et le processus continu de décolonisation d’un musée national dans une ancienne colonie. Widmer est spécialiste des peintures indiennes et est responsable de la collection des peintures indiennes au Musée Rietberg à Zurich, en Suisse. Elle a adopté un point de vue différent. Elle s’est concentrée sur les miniatures qui sont étiquetées comme indiennes, bien que quelques d’entre elles proviennent en réalité du Pakistan. Dans sa contribution, elle illustre particulièrement que « les temps des déséquilibres de pouvoir et de la précarité ou des conséquences coloniales » doivent être pris en compte de toutes les manières possibles lors de la discussion de ces images. Cela s’applique aussi bien rétrospectivement qu’en termes de recherche, de publication, de traitement et de pratiques d’exposition dans les musées d’aujourd’hui. Mai Lin Tjoa-Bonatz rapporte ses expériences de recherche dans un musée missionnaire en Allemagne, le « Forum der Völker » à Werl. En 2023, elle a été invitée par l’ordre des Franciscains en tant que consultante pour examiner leur impressionnante collection afin d’identifier des objets sensibles. Ces conseils devraient également inclure des considérations de restitution ou de rapatriement. Sa contribution offre un aperçu des nombreux aspects que doit connaître un chercheur avant de décider du futur des objets dans un musée qui abrite toutes sortes d’objets des régions où les missionnaires étaient actifs avant, pendant et après la période coloniale. La quatrième contribution de ce tour est celle d’Ajeng Ayu Arainikasih, également une experte d’Indonésie. Elle enseigne l’histoire à l’Université Nationale (Universitas Indonesia) et mène des recherches sur la muséologie dans les musées à travers l’Indonésie. Elle analyse l’histoire et les changements actuels dans les musées provinciaux à Aceh (Sumatra), Makassar (Sulawesi) et Jakarta (Java), en mettant particulièrement l’accent sur la façon dont ils traitent « leurs » héros nationaux : Teuku Umar d’Aceh, Hasanudin de Sulawesi et Diponegoro de Java.

21Les contributions à ce panel ont permis d’éclairer le problème des objets sensibles dans les musées du point de vue des experts muséaux et d’obtenir des perspectives sur les différences fondées sur l’emplacement respectif des acteurs - que ce soit dans les zones des anciennes colonies ou dans les territoires des puissances coloniales. Tant l’aspect de la colonisation ultérieure des objets de musée que la diversité des points de vue sur les aspects pouvant être attendus dans les processus de décolonisation ont enrichi la réflexion sur ce sujet.

Décoloniser les choses, les collections et les relations

22Le panel suivant s’est concentré sur le rôle des connaissances autochtones dans la gestion des collections ethnographiques, en réunissant les communautés sources locales avec les institutions dans les pays d’origine ainsi que les collections dans les anciennes puissances coloniales. Claudia Leonor López-Garcés et une délégation de trois personnes du peuple autochtone Ka’apor vivant dans le Maranhão, dans la région amazonienne brésilienne, incarnaient l’approche programmatique qu’ils préconisent. López-Garcés, Valdemar Ka’apor, Irakadju Ka’apor et Rosilene Tembé ont rejoint l’événement à Marburg lors de leur retour d’une visite de recherche au Musée national d’ethnologie et à l’Université de Leyde (Pays-Bas), où ils avaient étudié conjointement une collection d’objets Ka’apor. L’année précédente, des partenaires de Leyde avaient également participé à un atelier conjoint à Belém, dans le cadre du projet ERC BRASILIAE, visant à réexaminer le rôle des connaissances autochtones dans la « fabrication de la science ». Le concept central de ce projet était une collaboration sur un pied d’égalité entre les initiateurs et les gardiens actuels des sources matérielles de connaissance, explorant le sens de l’objet et essayant de retrouver et préserver les techniques traditionnelles de leur production à travers l’engagement avec les anciens de leurs communautés. Au cours de l’atelier, V. Ka’apor, I. Ka’apor et R. Tembé ont fait une courte présentation orale dans leur propre langue sur le rôle des connaissances naturalistes dans leur vie communautaire. La version publiée rassemble plus de références de première main d’un plus grand nombre de participants au projet de recherche conjoint et élargit le spectre des types de connaissances pertinents provenant de différentes communautés.

  • 5 Malheureusement, toutes les versions écrites des présentations n'ont pas pu être incluses dans ce n (...)

23Dans sa présentation5, Jimson Sanga a présenté l’histoire complexe d’un ancêtre des Hehe à Iringa, le chef Mkwawa, du point de vue de la mémoire collective parmi les descendants vivants. Le chef Mkwawa est décédé en 1898 après une poursuite violente par la « force de protection » coloniale allemande (Schutztruppe), et la recherche de son crâne continue de jouer un rôle significatif pour l’identité des personnes à Iringa. Actuellement, les membres de la communauté Hehe demandent le retour d’autres restes ancestraux (comme le squelette du père de Mkwawa, Munyigumba, possiblement détenu à Berlin) ainsi que des objets historiques, y compris des armes et des matériaux connexes, en vue de renforcer la relation entre les vivants et leurs ancêtres. Selon Sanga, le renforcement des liens de parenté joue un rôle plus important dans ce processus que les aspects couramment discutés d’autodétermination et d’autoreprésentation. Pour atteindre ces objectifs, les chercheurs en Tanzanie doivent être impliqués pour compléter et clarifier les identités personnelles des ancêtres dont les restes doivent être suivis en dehors du pays.

Objets sensibles dans les sciences naturelles et la médecine

24Les collections d’objets des sciences naturelles et de la médecine sont moins impliquées dans les débats sur la restitution et les structures coloniales que, par exemple, les collections ethnographiques. Bien que cette distinction puisse sembler évidente, les disciplines médicales et scientifiques reposent largement sur les connaissances générées dans des contextes coloniaux. En conséquence, les contributrices venant de l’histoire naturelle (Miranda Lowe et Ina Heumann) visaient à discuter des expériences spécifiques avec les processus et les discours de décolonisation. Alors que la conférence inaugurale de Lowe présentait l’exemple britannique du Musée d’Histoire Naturelle et de sa collection (voir supra), Ina Heumann du Museum für Naturkunde (Musée d’Histoire Naturelle) de Berlin a étudié en profondeur un épisode du règne colonial allemand dans ce qui est aujourd’hui la Tanzanie. Heumann, qui est co-responsable du département « Humanités de la Nature » du musée (avec Anita Hermannstädter) et dirige également le groupe de recherche « Open Heritage. Exploring Collections, Creating Futures » (avec Christiane Quaisser et Tahani Nadim), a parlé de « On being sensitive. Dinosaurs and national identities ». Sa présentation s’est concentrée sur l’expédition paléontologique (in)fameuse allemande, menée entre 1909 et 1913 dans la Formation de Tendaguru au sud-est de la Tanzanie, où des os fossiles d’un des plus grands dinosaures ont été trouvés et préparés pour le transport à Berlin (Heumann et al., 2018). Ces fossiles sont toujours exposés au Musée d’Histoire Naturelle de la ville, même si des demandes de restitution ont été formulées par la Tanzanie. Heumann a donné un aperçu approfondi de l’expédition et des acteurs impliqués, mettant particulièrement en avant les contributions des travailleurs tanzaniens enrôlés dans le projet à l’époque. Beaucoup de ces fossiles sont considérés comme ayant une importance mondiale, mais la question demeure de savoir si le retour de ces pièces dans le pays où la main-d’œuvre locale les a prospectées et excavées pour la première fois devrait être considéré comme une solution équitable et pratique.

  • 6 Sous la section 7 de la Loi sur la protection des biens culturels – [Traduction official en anglais (...)

25Sa présentation a été suivie d’une déclaration élaborée de Jimson Sanga qui a clairement expliqué sa propre position, soulignant qu’une compensation adéquate pour les gains financiers que le musée a obtenus grâce à l’exposition très populaire des spécimens tanzaniens serait plus utile pour le pays que la restitution des fossiles. Pendant la division de l’Allemagne, le musée - alors situé en Allemagne de l’Est - offrait des postes aux scientifiques tanzaniens pour participer à la recherche sur un pied d’égalité avec leurs hôtes, ce qui n’est plus aujourd’hui considéré comme acquis. Quoi qu’il en soit, les participants ont convenu que les droits sur les fossiles, dont dix ont été inclus dans le registre officiel allemand des biens culturels nationalement importants en 20116, devraient inclure l’assurance que les spécimens sont disponibles sans réserve pour tout chercheur de la communauté scientifique internationale et que le musée se sent responsable de fournir le meilleur stockage possible tout en publiant leur histoire.

26Deux contributions ont abordé l’utilisation des corps humains dans l’éducation médicale et la recherche. L’intervention de Michael Sappol lors de l’atelier a été un plaidoyer fort pour une confrontation avec l’histoire à travers la confrontation avec des objets historiques, y compris des spécimens dont la provenance est aujourd’hui jugée problématique ou carrément inacceptable. Suivant les lignes directrices des associations de musées nationales et internationales, de nombreuses collections comprenant des corps humains ou leurs parties tendent actuellement à restreindre l’accès du public. En revanche, Sappol a plaidé pour la présentation ouverte, avec une contextualisation historique adéquate, de ce qu’il appelle les « biomatériaux humains ». Il a pleinement soutenu la nécessité de la décolonisation comme tentative de faire face aux crimes historiques, soulignant l’importance de connaître d’abord les différentes facettes de l’histoire, notamment à travers les objets attestant de ces crimes. Tout en soulignant l’importance des actes symboliques de réparation, Sappol a soutenu que ces gestes ne devraient pas permettre d’occulter les pertes de terres, de ressources et de pouvoir politique et économique causées par le colonialisme. Pendant son intervention, l’utilisation extensive de gros plans montrant des spécimens de collections anatomiques et pathologiques a soulevé de sérieuses préoccupations.

27Paul Wolff Mitchell, chercheur pour le projet « Pressing matter : Ownership, value and the question of colonial heritage in museums » à Amsterdam, s’est concentré sur la manière dont les pratiques et les présomptions remplissant les salles de dissection avec les corps de personnes socialement marginalisées en Europe, et plus tard en Amérique du Nord, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle ont été étendues à un réseau impérial colonial pour amasser les os de personnes racialisées pour collection et étude. Il a examiné des cas impliquant la formation disciplinaire de l’anthropologie, centrée dans l’Allemagne contemporaine, en Indonésie, en Afrique du Sud, en Écosse, en Australie, au Liberia et aux États-Unis, en traçant une « politique de désarticulation ».

Table-ronde sur « La décolonisation des disciplines académiques et des collections »

28L’atelier international s’est terminé par une table ronde de deux heures sur le thème principal : « La décolonisation des disciplines académiques et des collections », animée par Katja Triplett. En préparation de l’événement, elle avait écrit à tous les participants invités en les encourageant à contribuer à la session de clôture. Lors de l’atelier, les intervenants, Ajeng Ayu Arainikasih, Claudia López, Paul Mitchell, Michael Sappol et Jos van Beurden (dans l’ordre alphabétique du nom de famille), ont présenté une brève déclaration en abordant leur approche personnelle du sujet. Ils ont exposé ce qui était pour eux la « question concrète » la plus importante ayant émergé de leur travail pour une collection ou dans leur propre travail sur des objets sensibles. Les intervenants avaient été invités à réfléchir également à la question de la manière dont ils proposeraient de traiter de manière adéquate les objets sensibles, en considérant leur propre travail et expérience. Ils étaient invités à fournir un exemple, de préférence un objet particulier, pour illustrer leurs déclarations.

29Tout d’abord, Ajeng Ayu Arainikasih a relaté un exemple concret lié à son travail et à son histoire personnelle : la peinture d’un esclave. Elle a exposé les diverses réponses à la peinture dans son contexte personnel et comment celles-ci l’ont inspirée à s’engager dans le travail muséal. Elle a également discuté des problèmes spécifiques d’un tel « objet sensible » dans le contexte de la décolonisation.

30Paul Mitchell a brièvement discuté de cas concrets réfléchissant aux considérations éthiques et affectives autour de la divulgation des informations sur la provenance des restes humains dans les espaces de collection. Il a également relaté son parcours personnel vers son sujet de recherche pour illustrer le positionnement dans la recherche et la relation émotionnelle sous-jacente avec un objet.

31Michael Sappol a exposé son expérience de vie personnelle et comment il est arrivé à son sujet principal de recherche. Il a développé ce que Jos van Beurden a mentionné lors de la conférence : « ne pas parler de nous, mais avec nous », en réfléchissant sur la question de l’identité et de la personne. Sappol a affirmé que les gens sont fondamentalement des êtres anatomiques.

32La déclaration de Jos van Beurden s’est centrée autour d’un exemple concret illustrant son approche du sujet : un kris du Java ayant appartenu autrefois à un héros national, ayant disparu puis apparu au musée ethnographique de Leiden en 2019 et a été retourné en Indonésie deux ans plus tard.

33Après le tour des déclarations individuelles, le public a été invité à participer à la discussion. La session de clôture de l’atelier international s’est achevée par des contributions de Miranda Lowe, Claudia López et Valdemar Ka’apor, entre autres. Lowe a exhorté les participants à se rendre plus vulnérables, soulignant que les pratiques décoloniales sollicitent l’esprit des gens ; il faut s’engager dans un « travail émotionnel ». Van Beurden a suggéré de « colorer le personnel », créant une plus grande diversité parmi les employés comme une étape vers la décolonisation des collections et des disciplines académiques à Marburg. Claudia López a plaidé pour intégrer véritablement les connaissances autochtones sans séparation académique ; elles devraient être acceptées à l’université. Dans ce contexte, elle a introduit le terme « corazonar », de Guerrero (2010), qui signifie penser et ressentir simultanément. Selon elle, le terme inclut le mot espagnol pour « cœur » mais peut également être compris comme « co(n)-razón », signifiant « avec raison ». Valdemar Ka’apor a soutenu son point de vue en faveur de l’intégration des connaissances autochtones et de la science épistémique, ajoutant d’autres arguments.

Haut de page

Bibliographie

Delbourgo, J. (Ed.). (2008). Science and empire in the Atlantic world. Routledge.

DMB - German Museums Association. (2021). “Guidelines for German museums: Care of Collections from colonial contexts”. 3rd edition. Deutscher Museumsbund.

Findlen, P. (1994). Possessing nature. University of California Press.

Guerrero Arias, P. (2010). Corazonar : una antropología comprometida con la vida. Abya-Yala, UPS.

Heumann, I., Stoecker, H., Tamborini, M., & Vennen, M. (2018). Dinosaurierfragmente : Zur Geschichte der Tendaguru-Expedition und ihrer Objekte, 1906-2018. Wallstein.

Osterhammel, J. (2009). Kolonialismus. Geschichte - Formen - Folgen. Beck.

Van Beurden, J. van. (2024). The empty showcase syndrome. Tough questions about cultural heritage from colonial regions. Amsterdam University Press.

Haut de page

Notes

1 Le workshop a été financé par la Fondation allemande pour la recherche (DFG, numéro de projet 527030496), soutenant les invitations de chercheurs et de praticiens provenant de huit pays différents à travers le monde.

2 Cet effort est également visible sur la page d'accueil du musée, par exemple, à l'adresse suivante : https://www.nhm.ac.uk/discover/hidden-figures-forgotten-contributions-to-natural-history.html

3 https://www.nhm.ac.uk/about-us/diversity-and-inclusion.html

4 https://www.nhm.ac.uk/discover/black-history-at-the-natural-history-museum.html

5 Malheureusement, toutes les versions écrites des présentations n'ont pas pu être incluses dans ce numéro

6 Sous la section 7 de la Loi sur la protection des biens culturels – [Traduction official en anglais] (https://www.gesetze-im-internet.de/englisch_kgsg/englisch_kgsg.html#p0080), la base de données sur les biens culturels de Berlin est accessible à l'adresse suivante : https://www.kulturgutschutz-deutschland.de/DE/3_Datenbank/Kulturgut/Berlin/_function/liste_node.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tanja Pommerening, Susanne Rodemeier, Rainer Brömer, Edith Franke, Ernst Halbmayer, Dagmar Schweitzer de Palacios, Katja Triplett et Benedikt Stuchtey, « Introduction : Décolonisation des disciplines académiques et des collections »ICOFOM Study Series, 52-1 | 2024, 27-36.

Référence électronique

Tanja Pommerening, Susanne Rodemeier, Rainer Brömer, Edith Franke, Ernst Halbmayer, Dagmar Schweitzer de Palacios, Katja Triplett et Benedikt Stuchtey, « Introduction : Décolonisation des disciplines académiques et des collections »ICOFOM Study Series [En ligne], 52-1 | 2024, mis en ligne le 09 juillet 2024, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/iss/5342 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11zlo

Haut de page

Auteurs

Tanja Pommerening

Courriel: pommeren[at]staff.uni-marburg.de

Articles du même auteur

Susanne Rodemeier

Articles du même auteur

Rainer Brömer

Articles du même auteur

Edith Franke

Articles du même auteur

Ernst Halbmayer

Articles du même auteur

Dagmar Schweitzer de Palacios

Articles du même auteur

Katja Triplett

Benedikt Stuchtey

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search