Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Comptes rendusSara Vergari, Un “Pavese solo”. P...

Comptes rendus

Sara Vergari, Un “Pavese solo”. Percorsi di continuità. Tra i Dialoghi con Leucò e la precedente produzione

Chieti, Edizioni Solfanelli, 2021, 128 pages
Andrea Bongiorno
p. 282-285
Référence(s) :

Sara Vergari, Un “Pavese solo”. Percorsi di continuità. Tra i Dialoghi con Leucò e la precedente produzione, Chieti, Edizioni Solfanelli, 2021, 128 pages

Texte intégral

1Lorsqu’en 1947 Cesare Pavese publie ses Dialoghi con Leucò, la critique n’accueille que tièdement ce livre. En effet, à l’époque, on n’arrive pas très bien à le situer au sein des principaux dans les courants littéraires les plus importants. Cette œuvre a été perçue comme un corps étranger dans le paysage littéraire ainsi que dans la production de son auteur. Or, à l’exception de quelques intellectuels particulièrement fins, comme par exemple Italo Calvino, ami de Pavese, qui se dissocient de cette interprétation fort réductive, cette étrangeté a continué à être la clé de lecture courante du livre pendant de nombreuses années. L’essai de la jeune chercheuse Sara Vergari vise, justement, à déconstruire ce stéréotype critique et à fournir une interprétation plus cohérente du parcours de Pavese. Vergari, doctorante en Études Italiennes au Centre Aixois d’Études Romanes, s’est déjà occupée de cet auteur pendant ses études de master, qui ont abouti à un mémoire de recherche dont l’ouvrage Un “Pavese solo” est le développement.

2La monographie paraît en 2021 chez les éditions Solfanelli, dans la collection « Micromegas », qui recueille des essais consacrés à la littérature avec une attention à ses enjeux sociologiques. Cette publication s’inscrit dans le regain d’attention dont, justement, l’œuvre de Pavese bénéficie. Cela, à l’occasion des célébrations qui ont eu lieu en 2020, soixante-dix ans après la mort du grand écrivain piémontais. L’ouvrage, synthétique (128 pages) mais dense, est divisé en deux parties qui constituent les deux lignes directrices de l’argumentation de Vergari. En effet, comme l’« Introduzione » le met en relief, ce livre se donne comme objectif de démontrer une hypothèse à contre-courant, celle de repenser le parcours littéraire de Pavese dans l’idée de continuité. Il s’agit de reconstituer une poétique en devenir mais finalement cohérente. Même si, comme Vergari le rappelle dans son riche état de la question, la critique a plutôt souligné l’étrangeté des Dialoghi au sein du corpus de Pavese, elle peut s’appuyer sur l’opinion remarquable de Calvino. En effet, ce dernier promeut, depuis la parution du dernier livre de Pavese, la thèse du caractère unitaire de l’écriture de son ami et collègue. En somme, « un Pavese solo », selon la formulation icastique reprise judicieusement par Vergari dans le titre de son ouvrage, qui se place, ainsi, sous la noble protection de Calvino.

3L’ouvrage, donc, se divise en deux parties bien distinctes mais profondément liées. Le premier chapitre porte sur la production de Pavese antérieure aux Dialoghi et la deuxième se focalise sur ceux-ci. Le but de cette bipartition nette est, ainsi, de mettre en relief les éléments de continuité que l’on peut retrouver au sein de l’intégralité de l’œuvre de Pavese. En effet, sans aucune présomption téléologique, Vergari met en lumière les aspects des premières œuvres de Pavese qui peuvent constituer des prémisses à l’écriture des Dialoghi. Encore une fois, l’exemple de Calvino guide l’analyse de la jeune chercheuse. D’ailleurs, Calvino parle de diverses facettes, voire de plusieurs visages chez Pavese.

4D’abord, Vergari retrace ce qu’elle nomme le « dialogisme » de Pavese avant les Dialoghi con Leucò, en vers ainsi qu’en prose. Dans les débuts de Pavese, elle retrouve, ainsi, une forme de dialogisme, à savoir le dialogue intérieur suite à une scission du sujet. Ce dialogisme prend au fur et à mesure une connotation de plus en plus symbolique et s’inscrit dans le cadre d’une poétique sous forme de dialectique entre des éléments antithétiques. Ensuite, elle se focalise sur deux « objets liminaires », c’est-à-dire des éléments de l’espace figuratif de Pavese qui ont la fonction d’alimenter une tension vers tout ce que peut se placer au-delà de la dimension humaine. Justement, Vergari situe cela dans la poétique léopardienne de L’infini, déclinée par Pavese dans deux références symboliques majeures au sein de son œuvre, à savoir les collines et la mer. Enfin, la chercheuse termine son premier chapitre avec un discours sur les usages du mythe avant, naturellement, l’écriture des Dialoghi. Cela se révèle être une composante non négligeable de la poétique de Pavese qui présente depuis ses débuts un intérêt vif pour tout ce qui peut avoir une connotation mythique. Bien avant la formation théorique que Pavese se donnera sur la mythologie et l’anthropologie du mythe pendant les années 1940, son œuvre poétique Lavorare stanca emprunte déjà l’imaginaire mythique, notamment dans la représentation du féminin. Par conséquent, après les arguments critiques de l’auteure de cet essai, il est difficile de considérer les Dialoghi comme une œuvre étrangère à l’écriture de Pavese. Bien au contraire, il semble avoir préparé, même inconsciemment, le terrain pendant plusieurs années.

5Le deuxième chapitre se concentre sur ce livre tout à fait particulier qui a fait l’objet de tant de débats. Vergari reprend les points mis en relief dans son chapitre précédent pour en étudier le développement au sein des Dialoghi con Leucò. D’abord, elle prend en examen le dialogisme du livre afin de démontrer que Pavese dépasse son dialogue « monologique » initial, pour atteindre une véritable polyphonie exprimée par les différents personnages. Puis elle récupère les deux éléments naturels essentiels de l’imaginaire de Pavese, c’est-à-dire les collines et la mer, et en analyse la dimension symbolique qui dans les Dialoghi devient plus importante. Ensuite, le regard de Vergari porte sur le cœur du livre de Pavese, le mythe, dont elle étudie les stratégies de réécriture. Elle met justement en évidence que Pavese se sert d’un patrimoine commun et connu, qu’il peut ainsi réécrire avec davantage de liberté et de potentiel métaphorique. Finalement, la jeune doctorante conclut son essai par la discussion d’une problématique tout à fait importante au sein de la pensée de Pavese qui émerge dans les Dialoghi. Il s’agit de la position de l’être humain par rapport à l’inéluctabilité du destin. Vergari retrouve, au fond de la pensée de Pavese dans son dernier livre, une touche d’optimisme. En effet, selon Pavese, la mémoire et la capacité humaine à savoir la transformer en récit offrent une possibilité d’échapper, en quelque sorte, au rendez-vous inéluctable avec le destin.

6Après un paragraphe conclusif qui parcourt les acquis principaux de l’essai, cette monographie nous offre trois belles annexes. Il s’agit de trois contributions critiques rédigées à l’occasion de l’anniversaire des soixante-dix ans après la mort de Pavese par trois personnalités importantes au sein du paysage littéraire contemporain, c’est-à-dire Giacomo Papi, Nicola Lagioia et Valerio Magrelli.

7En conclusion, l’essai de Vergari a le mérite de discuter une hypothèse bien définie et de la démontrer avec lucidité et clarté. La richesse documentaire (lettres, notes, rédactions précédentes, etc.) permet d’étudier des aspects moins évidents du parcours littéraire de Pavese, tout en ne submergeant pas le lecteur par une revue exhaustive, mais peu fertile, de données philologiques. Les analyses sont également riches, pointues mais synthétiques, et savent aller à l’essentiel. Ainsi, l’argumentation est menée avec rigueur et cohérence, tout en gardant un ton discursif qui rend la lecture bien agréable. Si certains aspects de cet essai mériteraient des approfondissements ultérieurs, ce que nous souhaitons pour la suite des recherches de Sara Vergari, on peut affirmer que le but du livre est accompli, car il nous restitue une image de Pavese plus fraîche et nous invite, encore une fois, à dépasser l’étroitesse des formules critiques de catégorisation pour remettre en cause les idées reçues. Cela est valable, et ce livre le démontre, même dans le cas des auteurs comme Pavese qui ont bénéficié d’une tradition critique illustre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Bongiorno, « Sara Vergari, Un “Pavese solo”. Percorsi di continuità. Tra i Dialoghi con Leucò e la precedente produzione »Italies, 26 | 2023, 282-285.

Référence électronique

Andrea Bongiorno, « Sara Vergari, Un “Pavese solo”. Percorsi di continuità. Tra i Dialoghi con Leucò e la precedente produzione »Italies [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 28 mars 2023, consulté le 28 mai 2023. URL : http://journals.openedition.org/italies/10196 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.10196

Haut de page

Auteur

Andrea Bongiorno

Aix-Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France / Université de Sienne, DFCLAM, Sienne, Italie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search