Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Comptes rendusGiovanni Tesio traduit par Perle ...

Comptes rendus

Giovanni Tesio traduit par Perle Abbrugiati, Quatorze secondes. L’art réfléchi dans un sonnet

Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence/Maison Laurentine, coll. « Arts », 2021, 205 pages
Ilaria Splendorini
p. 299-300
Référence(s) :

Giovanni Tesio traduit par Perle Abbrugiati, Quatorze secondes. L’art réfléchi dans un sonnet, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence/Maison Laurentine, coll. « Arts », 2021, 205 pages

Texte intégral

1Quatorze secondes. L’art réfléchi dans un sonnet est bien plus que la traduction d’un recueil de poèmes : c’est une histoire de l’art au gré des émotions, sous forme de sonnets magistralement recomposés en vers français par Perle Abbrugiati à partir du recueil Piture parolà. Arte in poesia (Novara, Interlinea, 2018), écrit en dialecte piémontais par Giovanni Tesio.

2Quatre-vingt-un sonnets qui “mettent en mots” des oeuvres visuelles – surtout des peintures mais aussi des sculptures, des installations, des illustrations et des photo­grammes – comptant parmi les plus connues de l’art (occidental à l’exception du Garçon regardant le Mont Fuji de Hokusai) et couvrant une période qui va du Moyen Âge au xxie siècle. Le choix des oeuvres ne suit cependant aucun ordre chronologique ou diachronique, il n’est dicté par aucun critère classificateur, l’unique fil conducteur étant le hasard heureux d’une rencontre avec un tableau ou une sculpture, une émotion esthé­tique subite et l’inspiration poétique de l’auteur. Ce dialogue entre poésie et arts visuels donne naissance à des tableaux-sonnets où s’accomplit le « miracle d’un ajustement du visible et du lisible », pour reprendre les termes de Michel Guérin dans sa préface. Des ekphrasis en vers qui disent l’essentiel sur une oeuvre, en montrent les fulgurances et l’unicité, en proposent un condensé critique : une « petite radiographie poétique », comme le dit si bien Perle Abbrugiati en préambule. Quatorze vers, quatorze secondes de lecture : « le sonnet comme un cartouche » au bas d’un tableau.

3C’est une rencontre féconde qui a eu lieu entre Giovanni Tesio et Perle Abbrugiati, entre un philologue érudit doublé d’un poète en langue piémontaise, professeur honoraire de l’université du Piémont oriental, et une italianiste professeure à l’université d’Aix-Marseille dont les recherches littéraires portent depuis longtemps sur la réécriture d’un art à un autre et sur la traduction/adaptation de poésie et de chanson. Le projet de traduction du recueil Piture parolà était à la fois généreux et ambitieux. Généreux à l’évidence, car une traduction française rimée et isométrique avait l’immense mérite de rendre accessibles à un public beaucoup plus vaste les sonnets en piémontais de Giovanni Tesio tout en en préservant la forme accomplie, l’immédiateté du regard et l’efficacité concise de l’interprétation. Un projet ambitieux cependant, car les défis étaient multi­ples : (re)composer des vers tout en restant rythmiquement proche de la langue et du mètre de Tesio, traduire des hendécasyllabes tronchi en décasyllabes tout en préservant la fluidité des vers français, rester fidèle à l’esprit du texte sans passer par une traduction littérale, respecter les contraintes formelles de la métrique française sans renoncer pour autant à restituer le rythme particulier des sonnets originaux. Dernier défi, et non des moindres : se livrer à un exercice de traduction au deuxième degré, car les sonnets de Piture parolà sont eux-mêmes une traduction en paroles d’oeuvres visuelles. Il s’agissait donc de traduire à la fois le sonnet et l’oeuvre, le regard du poète et sa manière poétique ou, si l’on préfère, de traduire le poète en traduisant en même temps son regard : « Dire le sonnet, dire le tableau, dans un rythme imposé, et garder un air de poésie française… c’est de ces petits défis que vivent l’oeil et l’oreille ». Des défis qui sont loin d’être petits, 300

4des contraintes librement acceptées qui conduisent à un résultat éblouissant de rigueur prosodique, de finesse sémantique, de justesse critique et surtout de force poétique : la langue est somptueuse, les vers magnifiquement bâtis.

5« De leur écho tu reprends le reflet / Leur donnant tes couleurs, forme et figure » : ces deux décasyllabes tirés du sonnet sur Poussin illustrent parfaitement l’entreprise de Perle Abbrugiati. Quatorze secondes. L’art réfléchi dans un sonnet est un parangon de traduction créative qui recompose le son et le sens des sonnets de Piture parolà : une opération qui excède donc la simple traduction, en adaptant voire en réécrivant les vers de Giovanni Tesio afin d’en restituer l’impression esthétique double – celle de l’oeuvre décrite et celle du poème. Pour paraphraser deux vers du sonnet sur Kandinsky, Klee, Pollock, Pinot- Gallizio et Mondrian, « Comment le dire – une traduction n’est plus une traduction », c’est « Une nouvelle voie, une autre flamme ». Le fait qu’il s’agisse d’une recomposition poétique et non d’une simple traduction est également manifeste dans le choix de mettre en regard des sonnets en français non pas les sonnets en piémontais – ce qui aurait débouché sur une édition bilingue – mais les images des oeuvres elles-mêmes : si texte en regard il y a, il est exclusivement iconographique, car l’intention affichée est celle de « faire revenir le lecteur non pas au texte de départ, mais aux oeuvres qui l’ont induit ».

6En fin de compte, c’est un peu comme si Quatorze secondes était le fruit non seulement d’une rencontre mais d’une écriture à quatre mains, d’un canon à deux voix. Une rencontre entre deux arts et entre deux plumes qui n’est pas sans rappeler une autre rencontre, advenue un siècle plus tôt entre deux musiciens : en 1922 Ravel réalisait l’orchestration symphonique de la suite pour piano de Moussorgski Tableaux d’une Exposition, inspirée par des dessins et aquarelles de l’architecte et peintre Viktor Hartmann. D’un côté une écriture pianistique qui devient orchestrale au sein d’un dialogue entre peinture et musique, de l’autre une “mise en poésie” de la peinture et de l’art en piémontais d’abord, en français ensuite. La synergie artistique amorcée dans Tableaux d’une Exposition se poursuivra quelques années plus tard, lorsque Kandinsky orchestrera une projection visuelle de l’oeuvre composée d’une série de tableaux mobiles se succédant au rythme de la partition. En revenant à la peinture, Kandinsky ne boucle pas seulement la boucle, il crée un spectacle d’art total alliant musique, peinture et mise en scène. Quatorze secondes pourrait-il suivre un chemin similaire ? Rien n’interdit de l’imaginer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilaria Splendorini, « Giovanni Tesio traduit par Perle Abbrugiati, Quatorze secondes. L’art réfléchi dans un sonnet »Italies, 26 | 2022, 299-300.

Référence électronique

Ilaria Splendorini, « Giovanni Tesio traduit par Perle Abbrugiati, Quatorze secondes. L’art réfléchi dans un sonnet »Italies [En ligne], 26 | 2022, mis en ligne le 28 mars 2023, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/italies/10959 ; DOI : https://doi.org/10.4000/italies.10959

Haut de page

Auteur

Ilaria Splendorini

Aix Marseille Université, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search