Navigation – Plan du site
La représentation de l'enfance
Imaginaire et pulsions de l'enfance

« Le cose del paese »
Pour une histoire synchronique de la vie enfantine chez Meneghello

Emmanuela De Toni
p. 91-109

Résumés

Libera nos a malo est la chronique d’une catabase, celle de la mémoire de Meneghello vers le monde archaïque de Malo. Elle suit une dichotomie fixe : la comparaison entre le fond antique et dialectal de Malo et l’aliénante culture catholique et fasciste. Le portrait de l’enfance se situe au sein de cette dialectique ontologique : les enfants appartiennent à la couche primordiale de Malo et ils ont libre accès au monde préréflexif interdit aux adultes. Meneghello ressuscite le cosmos polyédrique de son enfance – fait de créativité linguistique, de rapports conflictuels avec la religion et la politique, d’éros et de jeu – disparu après le boom économique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

Bisogna proprio dire che in passato accadessero cose di cui oggi si è persa l’abitudine.
Luigi Meneghello, Libera nos a malo

  • 1   Luigi Meneghello, Libera nos a malo, Milano, Rizzoli, 2007, p. 252.

1Libera nos a malo (1963) pourrait être considéré comme le conte d’un art de vivre, celui d’une famille élargie, le village de Malo, avec ses personnages caractéristiques, sa langue et sa bibliographie d’histoires orales. Cette famille, on l’apprend distinctement dans les mots de son aède Luigi Meneghello, est destinée à disparaître dans le boom économique des années 1960, et dans le lyrisme mémorial de l’auteur. L’image infantile qui émerge de ce livre constitué de « ragguagli di uno da Malo a quegli italiani che volessero sentirli 1 », se prête bien à une lecture qui considérerait l’enfant comme un guide à l’intérieur du portrait que Meneghello trace de son village. En effet, autour de l’enfant (Meneghello et ses frères, amis et amies, d’autres enfants de Malo) se rassemblent lusieurs thèmes du livre : l’utilisation du dialecte, les rapports avec la politique et la religion, les aventures sexuelles, en somme toutes les coordonnées d’une vie. Dans les pages suivantes l’on verra que ces axes thématiques finissent par s’entrecroiser constamment, ce qui ne fait qu’augmenter l’effet vibrant de l’écriture de Meneghello, suspendue entre la chronique et la réélaboration des faits dans les traces mnésiques de l’auteur.

Le dialecte et l’être « sodo » des choses

  • 2   Luciano Morbiato, « La memoria ilare di Luigi Meneghello », Omaggio a Meneghello, Rende, Centro (...)

2Libera nos a malo est la « cronaca di un ritorno 2 », celui du souvenir de Meneghello dirigé vers le monde archaïque de la petite communauté de Malo dans laquelle il est né et à laquelle il a lié son essence ontologique et linguistique, comme si Malo était une sorte de Ur-Gesellschaft où un certain type de regard sur l’existence s’était forgé en déposant un savoir préréflexif au caractère éminemment charnel et musical. La chair ici est celle des corps et des anciens gestes d’un peuple, les maledensi, dont la musique a été composée par les sons véridiques du dialecte, langue originelle capable d’exprimer le noyau de vérité des choses, sans la médiation abstraite de la langue italienne, trop jeune et artificielle pour apercevoir l’évidence selon laquelle les choses appellent à être nommées en chair et en os, diraient les phénoménologues.

  • 3   Luigi Meneghello, Pomo Pero, Milano, Rizzoli, 1974, p. 27.

3Meneghello esquisse une analogie significative entre sa descendance et le village de Malo, dont le signe commun renvoie au caractère originel de l’expérience orale et vitale exprimée par le dialecte. Au début de Pomo Pero, il s’attarde sur une considération fantastique de la généalogie de sa lignée. Il observe que dans sa famille il n’y a que trois Italiens : son grand-père, son père et lui. Déjà son bisaïeul avait vécu avant l’annexion de la Vénétie à l’Italie, donc techniquement seulement les trois derniers individus de cette lignée étaient italiens et, selon l’équivalence établie par Meneghello entre Italie et « cultura riflessa 3 », c’est-à-dire entre culture officielle et écrite, ils étaient les seuls à être instruits. Pourtant, il est indéniable que tous les composants du lignage étaient capables de parler :

  • 4Ibidem, p. 10-11.

Mio nonno è nato proprio nell’anno che il Veneto diventò Italia, dunque non ci sono altri italiani che lui e mio padre tra me e il tempo antico quando qui non ce n’erano ancora. Si sta comodi in tre in un secolo ; una sessantina di persone da rintracciare tra me e i romani, qualche centinaio fino alle caverne, alcune migliaia tra me e i pitecantropi. È curioso che a metterli tutti insieme si farebbe all’incirca un paese come il mio e si potrebbe venirci a conoscere tutti ; è molto probabile che dell’intera serie sarebbero alfabeti solo gli ultimi tre, nonno, papà e in un certo senso io ; tutti invece, per la natura stessa della linea divisoria, saprebbero parlare. Non so se sarebbe probabile, ma vorrei sperare che le lingue facessero una catena, almeno in fatto di comprensibilità : in fondo dev’essere ben raro che il figlio non s’intenda affatto col padre, a parole. Si potrebbe dunque dirci qualunque cosa e aspettare che ciascuno la racconti all’altro, e alla fine veder ridere in fondo alla fila lo scimmiotto Meneghello, o noi minacciarlo
col pugno 4.

4Ce que Meneghello veut dire ici est que le processus d’alphabétisation, commencé dès l’unification italienne – et donc l’imposition d’une langue officielle susceptible d’être écrite, à la différence de la langue “naturelle”, le dialecte, qui perd son essence lorsqu’on l’écrit – ne démarque pas nettement les membres italiens des membres non italiens. Le sens de la famille et la capacité à communiquer et à s’entendre réciproquement dépendent de l’appartenance commune à une certaine manière de vivre ensemble, qui est la manière ménéghellienne, qui finit par associer paradoxalement l’auteur au fantomatique singe Meneghello. C’est un style d’existence, un type préréflexif, pré-italien d’être ensemble et de communiquer les uns avec les autres, qui soude le lien entre Meneghello et ses ancêtres, mais qui caractérise aussi la relation entre Meneghello et le monde de Malo. En effet, dans ses ouvrages, la primauté irréductible du moi de l’auteur dans la réélaboration de son enfance et de sa vie adulte débouche toujours sur un monde dramaturgique d’histoires et de personnages qui animent son village. En conséquence, derrière les mots de Meneghello se cachent et fonctionnent comme une caisse de résonance les coulisses chorales des maladensi, dont l’auteur scelle le souvenir dans la mémoire écrite de ses livres.

5La citation de Wallace Stevens qui termine Libera nos a malo, et en constitue la dédicace, démontre en fait l’inscription ontologique et gnoséologique de Meneghello au sein du théâtre de Malo : « I am one of you and being one of you / Is being and knowing what I am and know ».

  • 5   « Tutte le forme di vita muoiono, è naturale (ma incredibile) che sia così anche al nostro paese (...)
  • 6   Luigi Meneghello, Pomo Pero, op. cit., p. 125.
  • 7Ibidem, p. 201.

6La vie linguistique des enfants manifeste, bien plus que chez les adultes, le contact direct et ludique qu’ils ont avec le monde qui les entoure, et c’est pour cela que la vitalité d’une langue dépend, aux yeux de Meneghello, de l’usage qu’en font les enfants. En effet, dans le processus de déstructuration physiologique de la familia Maladi, dont l’auteur affirme l’aspect incroyable, bien que naturel 5, le progressif remplacement de l’italien par le dialecte signale non seulement une « mutilazione linguistica » mais aussi la véritable perte de la capacité linguistique, qui était le propre du dialecte, d’exprimer les émotions. Dans une page de Pomo Pero, l’auteur écrit que visiter « il paese » n’a désormais plus de sens, d’une part parce que « la gente che mi conosce è vecchia e svogliata », de l’autre puisque « agli altri, di me naturalmente non gliene importa niente 6 ». Le détachement de Malo, dû au « dispatrio » dans le monde universitaire anglais après la guerre, se solidifie au fur et à mesure que le temps passe, l’auteur vieillit et le village se transforme, en syntonie avec l’industrialisation boulimique et rapide de la campagne de la Vénétie. Le changement topologique s’accompagne de l’urgence, perçue comme nécessaire par les habitants de ce monde rural, d’abandonner le dialecte pour l’italien puisque celui-ci représentait l’évasion longtemps rêvée du monde de la pauvreté, « il mondo delle strettezze e delle tribolazioni, sentite come una sorta di “cose in dialetto” 7 ». Il n’est donc pas tout à fait surprenant de lire dans la note qui commente l’affirmation de l’inanité des visites à Malo, une réflexion sur la désaccoutumance des enfants d’aujourd’hui à parler le dialecte et l’évanouissement de la congruence entre sentiment et langue, qui formait pour l’auteur le tissu propre de son village, désormais irrémédiablement changé :

  • 8Ibidem.

Ora che abbiamo cominciato a mutilare i bambini [à leur imposer l’usage de l’italien], bisogna rassegnarsi che la nostra lingua morirà presto, non c’è niente da fare. E non si tratta solo di una mutilazione linguistica. Bepi, araldico nella posa di guardia aggressiva, minacciare (anni fa) col pugnetto un vile italofono di città, ardendo di ironico furore, e dirgli Te ciapi ‘na crògna… ! mi ha rivelato in un lampo che morendo una lingua non muoiono certe alternative per dire le cose, muoiono certe cose. Il ruolo dei piccoli nel funzionamento delle lingue, mi appare, con schiacciante evidenza, assolutamente vitale. Era finché lo parlavano i piccoli, che nel dialetto c’era quella stupenda congruenza naturale tra come si sentiva e come si parlava ; in un certo senso era impossibile dire cose false, se non di proposito 8.

7Il semblerait donc que chez Meneghello l’essence la plus propre de son rapport au monde de Malo ne puisse pas être disjointe, ni du dialecte ni du cosmos enfantin, étant donné que ce sont les mots des enfants qui disent authentiquement la coïncidence entre une certaine façon de sentir et de parler, qui est notamment ce qui constituait le réseau culturel et cultuel de Malo. Autrement dit, c’est parce que les enfants d’après le boom cessent de parler le dialecte que se renforce l’impression, chez les lecteurs, que les enfants d’avant le boom vivaient et chantaient une autre dimension vitale, grâce à des modalités expressives désormais perdues et capables de renouveler le langage et de parodier l’atmosphère historique dans laquelle ils vivaient. En effet, ce que la langue des enfants réussissait à faire c’était de creuser à l’intérieur de la narration officielle du fascisme l’espace libre de l’ironie et de la moquerie, un instant fugace mais décisif de jouissance. Il s’agit là d’une opération bien plus difficile à réaliser pour la mentalité adulte, bornée dans l’inertie et la fatigue de la survivance. Effectivement le monde des adultes réservait moins d’occasions pour jouir de cet Augenblick dérisoire, dans la mesure où leur condition typique était définissable sous la catégorie de la nécessité existentielle, entendue comme besoin physiologique de subsister :

  • 9   Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 102.

È il lavoro-fatica, il tribulare del dialetto, che caratterizza soprattutto le società contadine, e si svolge sotto il segno della necessità : sono tipicamente i lavori della campagna, i lavori domestici, i lavori servili, tutto ciò che ha a che fare col sostentamento della vita fisiologica, secondo il ritmo delle stagioni, del giorno e della notte, del nascere, del crescere, del nutrirsi. È quel lavoro che bisogna fare semplicemente perché si mangia, perché si consuma, perché si vegeta ; il lavoro che bisogna rifare ogni giorno, ogni mese, ogni anno : la condanna e la schiavitù primaria dell’uomo 9.

  • 10   Ernestina Pellegrini, Nel paese di Menghello. Un itinerario critico, Bergamo, Moretti&Vitali edi (...)
  • 11Ibidem, p. 26.
  • 12Ibidem, p. 23. Pellegrini décrit l’effort géologique de Meneghello avec les mots suivants : « Le (...)

8Comme le souligne Ernestina Pellegrini dans son important ouvrage, Nel paese di Meneghello. Un intinerario critico 10, Meneghello dépeint une image dialectique du cosmos Maladi : le monde de l’enfance et le monde des adultes, le village et la nation, le dialecte et l’italien, la culture matérielle et la culture officielle. Ces pôles opposés, entendus comme « entità statiche, senza evoluzione 11 », contrastent réciproquement. En conséquence, se renforce l’impression que le monde de Malo n’existe que dans la dimension mémorielle de l’auteur, où le temps entendu classiquement comme linéarité et succession cède le pas à une synchronie mentale hors du temps, hors de l’histoire. Ceci dépend, selon l’intuition de Pellegrini, de la préférence accordée par Meneghello à l’unité spatiale au lieu de l’unité temporelle, comme si le travail de l’auteur avait une connotation matérielle géologique, en superposant deux plaques statiques, la réalité mémorielle et la réalité actuelle, pour en saisir les écarts et les différences, « per riconoscerne la devastazione con un dolore quasi fisico – quel che c’è in più e quel che c’è in meno 12 ».

  • 13 Luigi Meneghello, Opere II, Milano, Rizzoli, 1997, p. 612.

9En effet, dans un essai de 1987, Per non sapere né leggere né scrivere, Meneghello réfléchit sur la posture théorique et existentielle qu’il adopte face aux trois dimensions temporelles, et dont on devine le rôle fondamental au sein de l’écriture de l’épopée de Libera nos a malo. Si le temps présent est sans aucun doute la dimension décisive pour les êtres vivants, ayant « un certo peso nel determinare alcune scelte di fondo sul terreno della vita associata e dell’ideologia politica », l’on ressent néanmoins comme exécrable la tendance contemporaine du « culto del presente » qui finit par privilégier « su tutto la presenza delle qualità e delle passioni che ci si trova ad avere », en oblitérant dans cet idole homéostatique et hédoniste de la présence « la nostra percezione delle cose che ci sono, amputando i legami naturali tra esse e le cose che non ci sono più o che non ci sono ancora 13 ».

  • 14Ibidem.

10Ce qui nous intéresse ici c’est la façon dont il conçoit son rapport au passé : « In modo del tutto diverso m’importa il passato : è cioè in quanto ha dentro (nelle sue parti di cui mi occupo) le fibre di certe cose che m’interessano e che mi preme di chiarire. È un rapporto di studio, l’opposto della nostalgia 14 ».

  • 15   Pellegrini utilise la formule « istinto corale della lingua », ibidem.

11Le passé, donc, est important puisqu’il contient de manière endogène la matière organique, fibreuse, donc éminemment matérielle et vivante,
de certaines choses que l’auteur ressent l’urgence d’éclaircir. Il n’y a pas d’espace pour la nostalgie : au contraire, le passé, et nommément le passé de Malo avec son monde clos de personnages et d’expressions vernaculaires, constitue l’objet d’une étude. L’attitude scientifique permet à l’auteur de révéler les rapports intimes de constitution de ce cosmos archaïque, en en laissant resplendir les moindres nuances, les pouvoirs d’évocation métaphysique qu’a le dialecte et sa vertu chorale, capable de forger le sentiment collectif d’une communauté 15 et les rapports naturels qui se constituent entre « le cose che ci sono e quelle che non ci sono più o non ci sono ancora ».

12Nous avons parlé précédemment de la qualité synchronique de l’écriture de Meneghello. Toutefois, dans l’essai de 1987, il semble reprocher à l’interprétation structuraliste de l’histoire de réduire cette dernière à des systèmes clos dont le résultat est la diffusion du culte du présent et la perte de l’intérêt historique.

13Quel est alors le rapport entre ces deux différentes visions de la synchronie ? La réponse réside dans le brusque virage du niveau théorique général (la considération de l’histoire et de l’approche structuraliste) au niveau personnel qu’accomplit Meneghello dans les pages de cet essai. Il observe que si dans le monde de l’éthologie la recherche par structures invariantes fonctionne, les choses se compliquent extrêmement lorsqu’on affronte le champ des faits humains :

  • 16 Luigi Meneghello, Opere II, op. cit., p. 613.

Mi sembra però che nel campo dei fatti umani il nostro bisogno di arrivare alle strutture incontri speciali difficoltà, connesse con la natura più complessa e controversa (rispetto al mondo delle iene, per esempio) dei materiali e dei dati pertinenti. Alcuni di essi sono costitutivamente legati a una interpretazione del passato, e le interpretazioni disponibili appaiono ambigue e incerte. In particolare mi pare che per noi italiani molti dei dati pre-digeriti che ci fornisce la nostra cultura tradizionale siano inattendibili, e mi sono spesso trovato a doverne cercare per conto mio degli altri più sodi : sulla vita dei paesi, per esempio, o sulla guerra civile, o sulle scuole italiane. [...] Mi sono attaccato [...] a una storia personale che mi è nota, quella del giovane S. [« Soggetto », terme avec lequel Meneghello se réfère à sa propre personne d’avant la conversion antifasciste]. [...] È una storia privata, ma contiene spunti non privati […] 16.

14Que faire alors si la culture traditionnelle en langue italienne ne fournit qu’un appui artificiel et qui n’est pas digne de confiance ? On s’enfonce dans l’univers intime des faits privés, dans la fibre des choses, dans la langue véridique, dans les rapports vrais, bien que réécrits dans la mémoire, puisque ce forum à la fois intime et choral dit quelque chose de plus authentique que la tradition culturelle officielle. La consistance (l’être « sodo ») des choses est le but littéraire de Meneghello : le tissu, le grumeau, le caillot qui font que les choses sont véritablement ce qu’elles sont, du moins à partir du point de vue choral de la tradition orale de Malo. En effet, Meneghello construit très clairement dans Libera nos a malo une équivalence entre le noyau des choses, leur matière réelle qui ne peut être exprimée qu’en dialecte, et la constitution stratifiée de l’être humain en général, dont les habitants de Malo sont un sous-ensemble :

  • 17   Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 37.

Ci sono due strati nella personalità di un uomo ; sopra, le ferite superficiali, in italiano, in francese, in latino ; sotto, le ferite antiche che rimarginandosi hanno fatto queste croste delle parole in dialetto. Quando se ne tocca una si sente sprigionarsi una reazione a catena, che è difficile spiegare a chi non ha il dialetto. C’è un nòcciolo indistruttibile di materia apprehended, presa coi tralci prensili dei sensi ; la parola del dialetto è sempre incavicchiata alla realtà, per la ragione che è la cosa stessa, appercepita prima che imparassimo a ragionare e non più sfumata in seguito dato che ci hanno insegnato a ragionare in un’altra lingua [...].

Ma questo nòcciolo di materia primordiale [...] contiene forze incontrollabili proprio perché esiste una sfera pre-logica dove le associazioni sono libere e fondamentalmente folli. Il dialetto è dunque per certi versi realtà e per altri versi follia 17.

15La chaîne des signifiants dialectaux, incrustés dans la chair qui constitue la communauté vernaculaire, se déclenche dans une sphère prélogique où les mots veulent dire les choses mêmes, puisqu’ils adhèrent à la réalité n’étant pas encore redoublée par la « cultura riflessa ». La chaîne dialectale est de la même étoffe que la chaîne liant Meneghello à ses ancêtres hominidés, dans la mesure où tout le monde, instruits ou analphabètes, a accès à une certaine dimension du réel avant d’être scolarisé, c’est-à-dire ce milieu préréflexif où se tissent des associations folles et libres. C’est pour cela que la figure de l’enfant est si importante dans l’univers de Meneghello : elle rend évidente cette couche ancienne et commune de liberté et de folie écrasée sous le poids de la culture officielle.

16L’atemporalité synchronique de Libera nos a malo n’a donc rien à voir avec la recherche par structures, mais représente la tentative de rendre par des paroles la consistance des choses, dans leur densité préréflexive, c’est-à-dire pré-rhétorique, pré-idéologique, soustraite au fascisme, ce culte précédant le culte de la présence célébré dans les années 1980.

« Patria, Famiglia, Religione »

  • 18Ibidem.

17En citant Pellegrini, nous avons dit que chez Meneghello le cosmos de Malo est scandé par deux surfaces aux rythmes opposés, la culture matérielle et la culture officielle. Le monde était polarisé entre deux usages distincts du langage humain : la langue italienne, déformée quand même par des formes idiolectiques, et le dialecte pur. Ceux-ci tendaient à sérialiser l’approche enfantine du monde en conférant une clé de lecture dont l’effet était une herméneutique transparente : « Le cose andavano così : c’era il mondo della lingua, delle convenzioni, degli Arditi, delle Creole, di Perbenito Mosulini, dei Vibralani [Vibralani ! Mani al petto ! contraction dialectale du vers fasciste : Vibra l’anima nel petto] e c’era il mondo del dialetto, quello della realtà pratica, dei bisogni fisiologici, delle cose grossolane. [...] bastava contrapporli questi due mondi, perché scoppiasse il riso 18 ».

  • 19Ibidem, p. 30.
  • 20   « Questa però non era sentita come critica alla Bandiera della Patria : che c’entra ? La bandier (...)
  • 21 Ibidem.

18L’issue comique résultant de l’utilisation impitoyable du dialecte dans les récits officiels est illustrée par Meneghello à travers la caricature du drapeau italien qu’il faisait avec ses frères (et, nota bene, les femmes de service) dans les vers suivants : « Bianco rosso e verde / color delle tre merde / color dei panezèi / la caca dei putèi 19 ». Il ne s’agissait pourtant pas de formuler une critique à l’étendard italien, commente Meneghello, en suggérant qu’une telle prise de conscience politique était impossible chez des enfants imprégnés dès leur naissance de culture fasciste 20. Et toutefois, grâce à la ridiculisation dialectale et au soubassement fécal de la rhétorique fasciste il était du moins possible de décharger le monde des adultes de son allure prétentieuse. Si « bianco rosso e verde » était seulement « una frase in lingua » et les vers restants étaient « il suo counterpart in dialetto », l’on ne peut pas sous-estimer la force véridique de ce counterpart qui dénonce, à la manière du Père Ubu, la vision trompeuse dont l’italien fasciste était le véhicule. La langue scatologique, le dialecte, démasque la culture officielle : « si sentiva che il dialetto dà accesso immediato e quasi automatico a una sfera della realtà che per qualche motivo gli adulti volevano mettere in parentesi 21 ». La force caricaturale du dialecte, la langue de l’immédiateté opposée à la rhétorique regroupait ensemble la critique inconsciente du fascisme et l’hostilité enfantine envers le monde adulte, incapable de dire la vérité, voué à dissimuler certains aspects de la réalité dans la malicieuse étreinte des parenthèses.

19Le fascisme était la trame lourde et totalisante qui composait l’atmosphère sociale, culturelle et politique italienne et l’on ne pouvait pas le disjoindre du monde des adultes. Les deux partageaient en fait la même conduite d’occultation de la sphère des choses vraies. « Patria, Famiglia, Religione ». Rien ne pouvait se soustraire au tamis ridiculisant du langage enfantin, les rapports fondamentaux de l’homme non plus, ou surtout, l’on serait tenté de dire :

  • 22 Ibidem, p. 32.

Si sentiva che [...] gli adulti facevano la commedia, e si ammirava il modello (purtroppo inimitabile) del piccolo anonimo popolano che aveva radicalizzato la protesta fino a investire i rapporti fondamentali dell’uomo, Famiglia e Religione. Aveva subìto fremendo certe imposizioni dai genitori : poi l’intervento gratuito dell’autorità lo esasperava del tutto. Di questa esperienza ci ha lasciato lui stesso un conciso documento.

Me pare me mare
me manda cagare
el prete me vede
mi taco scorède 22.

20Cette comptine irrévérencieuse dont l’exitus hilarant dépend du contrepoint excrémentiel qui suit ponctuellement la référence aux institutions de la famille et du clergé (Parents/acte de déféquer, prêtre/les pets), témoigne d’une révolte joueuse envers ces apparats qui de facto et de jure scandaient la routine d’un enfant de Malo dans les années 30.

21La reproduction du monde enfantin dans Libera nos a malo est donc susceptible d’être encadrée dans une logique binaire à l’instar de la dichotomie ontologique que l’on a longuement illustrée. Tout comme la réalité de Malo se redoublait en une dimension authentique – celle du dialecte et des enfants – et une dimension fictive – celle de la culture officielle et des adultes ¬ le monde des enfants était organisé autour de deux axes. D’une part, la libido sexuelle, distribuant les enfants en groupes de corporéités jouissantes, vouées à la curiositas ; de l’autre, l’ingérence du catéchisme, influençant tout événement de la vie rurale grâce à sa logique super-égoïque. Si le processus de formation érotique de l’adolescent s’effectue selon un écart gradué des préceptes religieux, le quotidien de l’enfant se divise entre le souci de respecter les diktats de l’Église et l’élan le poussant à poursuivre les plaisirs mystérieux et interdits du corps. Cette dichotomie ambiguë apparaît dès les premières pages du livre :

  • 23 Ibidem, p. 7.

Qui in paese quando ero bambino c’era un Dio che abitava in chiesa, negli spazi immensi sopra l’altar maggiore dove si vedeva infatti sospeso in alto un suo fiero ritratto tra i raggi di legno dorato. Era vecchio ma molto in gamba (certo meno vecchio di San Giuseppe) e severissimo ; era incredibilmente perspicace e per questo lo chiamavano onnisciente, e infatti sapeva tutto e, peggio, vedeva tutto. Era anche onnipotente, ma non in modo assoluto : se no sarebbe andato in giro con un paio di forbici a tagliare il ciccio [pénis] a tutti i bambini che facevano le brutte cose. I piccoli adopratori del ciccio erano suoi mortali nemici, e potendo li avrebbe puniti senz’altro così, ma grazie a Dio non poteva 23.

22L’approche enfantine de la religion catholique et en particulier du problème de Dieu semble porter les traces résiduelles d’un paganisme archaïque et “anarchique” s’étant déposé au fond des habitus ruraux. Le catéchisme apprenait à attribuer au divin les caractéristiques typiques de l’omniscience et de la toute-puissance, mais l’enfant ressentait d’une façon très claire que les enseignements de l’Église étaient entre eux contradictoires : étant donné que Dieu est tout-puissant et que tout discours ou pratique concernant les organes sexuels est interdit, l’évidence empirique que toute transgression en matière phallique n’est pas sanctionnée par une intervention directe du divin finit par destituer Dieu de son pouvoir absolu.

  • 24Ibidem, p. 210.
  • 25   Ernestina Pellegrini souligne comment le culte des saints l’emportait en intensité sur le culte (...)
  • 26   Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 184.

23Si les doutes métaphysiques sur la nature de Dieu occupaient l’esprit de l’enfant Meneghello, sur un plan plus général l’on apprend qu’à Malo la théologie « era semplificata e forse un po’ svisata 24 » et proposait une image de la religion suivant les millénaires rythmes agraires : « le cose di questa religione, écrit Meneghello, si associavano con le altre cose della vita, l’autunno brumoso, il freddo Natale, l’arsura dell’estate 25 ». Dans le chapitre 25, il explique comme « religione e teologia fanno da sfondo alla vita profana 26 », donnant lieu à la prolifération chez les enfants d’hilarantes interrogations théologiques et à une casuistique de normes pratiques permettant de détourner le strict diktat catholique.

  • 27Ibidem.
  • 28Ibidem, p 185.

24L’ami Mino, par exemple, élabore un syllogisme cosmologique qui réunit à son insu une version enfantine et naïve de l’identification du principe divin et du cosmos, dont on pourrait faire remonter la genèse à la reprise de la pensée néoplatonicienne de Giordano Bruno, et à la croyance populaire du siège céleste de Dieu : « Quando andiamo in montagna siamo più vicini a Dio. Così è anche in Nuova Zelanda, dall’altra parte del mondo, quando vanno in montagna. Dunque Dio è tondo 27 ». Ou encore : « Ma se il rangotàno [orang-outan] è la più forte creatura che esiste, e può lottare chiunque altro, si arriva fatalmente al problema : il rangotàno è più forte di Dio ? Chi dice che il rangotàno può lottare anche Dio, chi dice che Dio essendo onnipotente lotta il rangotàno, ma péna-péna [à peine] 28 ».

25Une fois de plus, la domestication des attributs divins : la mentalité enfantine met en question les enseignements catéchistiques en les rabattant sur le plan empirique du jeu (la lutte) et donc de ses propres références existentielles.

  • 29   « Stabilimmo che la prova della devozione fosse la vicinanza al pulpito : chi è più vicino è il (...)

26La dimension du jeu dominait en effet tout accès enfantin au monde : même la récitation du rosaire au mois de mai (« i fioretti di maggio ») était une bonne occasion pour rivaliser avec ses amis. L’enfant Meneghello a affronté pendant un mois entier son ami Guido en matière de dévotion. L’enjeu était d’étaler sa ferveur religieuse en se rapprochant le plus possible du pupitre. Les deux avaient adopté une technique très complexe pour s’arracher réciproquement les tant désirés centimètres 29, mais ils finissaient toujours par aboutir à un résultat nul, c’est pourquoi ils ont dû changer le critère de dévotion :

  • 30 Ibidem.

[...] infine pensammo di contare gli sputi di don Bernardo che ricevevamo sul viso. Ascoltavamo la predica attenti alle piccole faville che volteggiavano dal pulpito : don Bernardo parlava con calore e sputava molto, e noi ci annunciavamo sottovoce i bersagli. “Diciassette-diciotto, diciannove…” “Diciotto, diciannove-venti…”
Era proibito asciugarsi, perché l’avversario potesse controllare. Non so se alla fine del mese fossi in testa io o Guido, ma dev’essere stata una vittoria di misura, eravamo entrambi molto devoti in quel periodo 30.

La « lòta », la mort et le sexe

27La compétition qui animait les rapports intersubjectifs entre les enfants atteignait son point culminant dans la figure mythologique de la “lòta” (la lutte), qui comportait plusieurs spécifications : il y avait la lutte avec les filles, la très dangereuse lutte “da-bòn” (sérieusement) et la risible lutte “da-mato” (une simulation rigolarde de la lutte “da-bòn”), la lutte cruelle et impolie et la lutte infinie.

  • 31 Ibidem, p. 48.
  • 32 Dante Alighieri, Divina Commedia, Inferno, XXXII, 117.

28La lutte avec les filles, notamment entre Meneghello et ses cousines Flora et Este (Ester), n’était pas féroce encore que forcenée, « solo per sport », et heureusement, commente Meneghello en suggérant une sorte de compensation évolutionniste des capacités de genre : « Per fortuna le donne non sanno veramente fare la lotta, se no [sinon] staremmo freschi. Guai se la lìpara (vipère) non fosse orba (aveugle), e la sioramàndola (salamandre) sorda come una campana 31 ». L’expression familiale « stare freschi », dont la première occurrence se trouve dans le chant XXXII de la Divina Commedia, quand Dante parle de la glaciale Antenora où « i peccatori stanno freschi 32 », implique une situation de danger dont on ne peut quasiment ou difficilement sortir vivant. Mais tout comme la vipère et la salamandre manquent de certaines caractéristiques qui les rendraient invincibles, les filles non plus ne savent pas lutter correctement.

29Meneghello utilise le même langage vaguement mythologique pour décrire les autres typologies de lutte, ce qui confirme l’hypothèse selon laquelle le monde enfantin se mêle dans la mémoire de l’écrivain avec la couche mythique du dialecte et du cosmos non civilisé.

30Considérons le fond dionysiaque de la lutte « da-bòn » :

  • 33 Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 49.

La lotta con Mino, l’unica volta che facemmo la lotta da-bòn e non da-mato, cominciò sul pendio di Monte Piàn, abbastanza in alto. [...] Avvinghiati a terra, cominciammo a rotolare all’ingiù graffiando e mordendo. A un certo punto, in quell’alternarsi di sopra e di sotto, riconobbi inquadrata tra cielo e monte a un palmo dalla mia, la faccia stravolta di Mino e percepii nettamente la volontà di ucciderlo a morsi.

Per fortuna il parossismo stesso della furia ci toglieva le forze, e quando fummo rotolati in fondo alla collina, sporchi e imbellli, ci sciogliemmo senza contrasti e intavolammo subito trattative di pace 33.

  • 34 Ibidem.

31Ou encore, la volonté de suprématie potentiellement fatale de la lutte impolie, dont Meneghello remarque l’essence transitive : « La lotta si fa bensì in due : uno solo dei due può “lotare” l’altro, ossia ridurlo all’impotenza, e infliggergli una punizione, come al ragazzo di quinta che fu lottato nel cortile delle Scuole, e costretto a spalancare la bocca dentro la quale il vincitore sputò. La cosa fu giudicata ingiusta e eccessiva perché il vincitore era tisico-marso [littéralement « phtisique-pourri », c’est-à-dire très gravement malade] 34.

32De la lutte infinie, disputée entre son frère Bruno et l’ami Giovanni Martin, Meneghello met en relief le caractère de “condizione piuttosto [che di] evento”, en suggérant donc que la lutte se teinte d’une nuance existentielle et ontologique :

  • 35 Ibidem, p. 49-50.

Accadde davanti a casa nostra, al ritorno da scuola : cominciò a colpi di sacchetta ma passò ben presto alle forme classiche, rotoloni sulla strada. C’era il papà sul portone, e decise di lasciarli fare. In principio ci interessammo tutti, poi andammo via. Il pomeriggio trascorse sereno : la gente badava alle sue faccende, le donne ai lavori di casa, gli operai alle riparazioni in officina, i bambini a giocare o a fare i compiti. Anche il papà era tornato in officina, ma ogni tanto mandava a vedere.

“Sono ancora lì sul marciapiede ?”
“No, adesso sono nel fosso.”
“Chi vince ?”
“Nessuno.”
“Passa la chiave 22.”

I contendenti erano ormai indistinguibili nel fango ; quindi a ciascuna ispezione si poteva concludere che Bruno teneva duro. Una lotta così non solo non doveva avere vincitori, ma in un certo senso non poteva nemmeno terminare, e infatti non terminò del tutto quando la notte, come nei poemi di cavalleria, li separò. L’uno e l’altro, maschere imbrattate, continuarono nelle proprie case la lotta con l’avversario lontano, meccanicamente, mentre le mamme li lavavano 35.

33La lutte infinie mime le devenir incessant de l’existence, ce bruit en arrière-fond qui commente la vie quotidienne et les journées de travail que Meneghello sublime dans une attitude hiératique sans temporalité (le travail domestique des femmes, les ouvriers, les enfants qui jouent, etc.). L’aspect mythique est évoqué par l’auteur dans la référence aux romans de chevalerie et aux masques (de boue) qui cachent Bruno e Giovanni en les rendant à la fois des personnages universels et des singularités irréductibles.

34Dans sa physionomie grotesque et ses élans de maîtrise à la fois ludiques et brutaux, la lutte semble suggérer qu’au fond l’accès immédiat à la vie dont les enfants jouissent ne peut pas se disjoindre du contact direct avec l’instance de la mort : la lutte n’est que le jeu éphémère, « per sport », entre la vie et la fin toujours imminente (le danger de la femme, le paroxysme, la phtisie, la continuation mécanique des gestes, etc.).

  • 36 Ernestina Pellegrini, op. cit., p. 56.

35En effet, Pellegrini explique que « l’elemento latente e generativo del libro è la morte 36 », comme on le déduit de la table des morts notables que Meneghello insère à la fin du livre. La mort parcourt silencieusement les pages de Libera nos a malo et équilibre l’éloge palpitant que l’auteur fait de la vie du village.

36Meneghello introduit dès le début du livre la catégorie des “anzoléti”, les nourrissons dont la mort subite est annoncée par les cloches qui sonnent leur sainteté :

  • 37 Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 9.

“Per chi suonano ?
“Non senti ? È un anzoléto.
Ogni altro giorno la campana suonava così. Ci morivano a fiotti, e nei mesi più crudeli, nelle grandi giornate estive, vivevamo in una nuvola di piccoli angioli avviati al cielo, che ci offuscava il sole 37.

37Pour contrebalancer l’horreur de ces morts à l’époque inévitables, dans l’espace du tableau des morts notables réservé aux causes, Meneghello écrit près de « anzoléti » la cause : « Dieu ». C’est Dieu qui distribue la mort et donc il faudrait être à chaque moment prêt à le rejoindre en ayant une âme la plus sainte possible. La norme concernant la conduite pieuse à Malo transformait la doctrine du Décalogue et des cinq préceptes de l’Église en un code simplifié. Ce code imposait :

  • 38 Ibidem, p. 188.

È assolutamente necessario : Andare a messa alla festa ; Fare la comunione almeno a Pasqua ; e (per i bambini) Dire le preghiere.

È assolutamente proibito : Bestemmiare ; Toccare l’ostia coi denti ; Mangiare carne il venerdì ; Essere disubbidienti (i bambini) ; Uccidere altre persone ; Fare atti impuri di qualsiasi genere ; Rubare ; Giurare il falso giuramento.

Si omettono da questo elenco alcuni punti che si possono prendere per sottintesi, p.e. che bisogna sposarsi in chiesa e non in municipio ; e alcuni altri schiaritisi dopo l’ultima guerra, p.e. che non bisognava votare per i comunisti, e non bisogna interrompere il coito matrimoniale. Con tali aggiunte l’elenco di queste norme contiene tutto ciò che nella coscienza paesana era sentito come assolutamente indispensabile per salvarsi ; lo stretto necessario era questo 38.

38Comme la violation d’une de ses normes constituait un péché mortel, l’on avait élaboré des mécanismes rituels capables de conjurer l’épouvantable condamnation à l’Enfer : il était suffisant de ressentir « il dolore-imperfetto » lorsqu’on se confessait et, si la mort nous saisissait sans que l’on ait confessé nos péchés, il fallait ressentir « il dolore perfetto » avant d’expirer.

  • 39 Ibidem, p. 67.

39La douleur parfaite représentait le but de la quête de sainteté qui absorbait Meneghello dans son enfance, mais puisqu’elle exigeait un effort mystique presque impossible, il devait se contenter de s’exercer, comme un moderne stoïcien, à se figurer « le conseguenze del peccato il più vivamente possibile, come se fossero già diventate reali 39 », afin d’atteindre finalement la douleur imparfaite.

40La violation la plus fréquente du catalogue paysan de normes religieuses concernait la sphère des « atti impuri », englobant toute manifestation corporelle renvoyant au sexe. En effet, dans Libera nos a malo la thématique religieuse s’imbrique avec la matière érotique, dont le caractère sensuel et en même temps ineffable est évoqué plusieurs fois par Meneghello. C’est comme si le plus matériel était simultanément le moins explicable, inaccessible à toute tentative de circonscription formelle, que ce soit au niveau de la reconnaissance du sentiment ou de sa description, même et surtout chez les enfants.

  • 40 Italo Calvino, Definizioni di territori: l’erotico. (Il sesso e il riso), in Una pietra sopra. D (...)
  • 41Ibidem, p. 257.
  • 42Ibidem.
  • 43Ibidem.

41Il est possible de faire appel à un autre écrivain italien, Italo Calvino, pour discerner cette nature ambiguë de l’éros enfantin chez Meneghello. Dans Definizioni di territori : l’erotico. (Il sesso e il riso, tiré de son essai Una pietra sopra40, Calvino cherche à déterminer la physionomie littéraire de l’éros en considérant surtout le lien anthropologique qui le rattache au rire. Calvino observe que même dans les textes les plus transgressifs le langage avec lequel l’on raconte la sexualité subit un glissement d’une initiale clarté à une « misteriosa oscurità 41 », prenant forme à l’occasion du climax érotique, là où la tension représentative atteint son apogée. Les signes littéraires essaient en vain de mettre en évidence une dimension de l’éros qui est indicible, a-linguistique, hors des règles de la représentation. Il en résulte que, selon Calvino, l’hilarité qui suit l’écriture du sexe doit être entendue dans un double sens : d’une part comme « anticipo impaziente della felicità sperata 42 », de l’autre comme « riconoscimento del limite che si sta per varcare, dell’entrata in uno spazio diverso, paradossale, sacro 43 ».

42Considérons maintenant une scène de Libera nos a malo, où Meneghello évoque le souvenir enfantin d’un échange sexuel avec son amie Norma. Nous séparons la citation en deux parties afin que soient visible d’un côté l’évanouissement de la prose dans un langage allusif et poétique, de l’autre le résultat comique ciselant la mise en forme du souvenir.

  • 44   Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 8.

[...] con la Norma ebbi un’ora di rapimento sublime nello stanzone sopra la cantina, dietro un oggetto che ricordo nelle sue forme essenziali, nido schermo tetto, probabilmente un moncone di carrozzeria d’auto. C’erano superfici imbottite di cuoio, tendine di seta col congegno a molla e il fiocchetto per abbassarle sui finestrini senza vetri. [...] Ci si sentiva come in un salottino senza la parete di dietro, ma ben riparati dal mondo.

Ci arrampicammo lassù io e la Norma per giocare, e senza accordi preliminari, senza parole, fui ammesso per una breve ora alla comunione delle superfici esangui, del dolce nodo dove smorivano 44.

  • 45Ibidem, p. 7.

43Dans le cadre des souvenirs des « atinpùri », sévèrement interdits par le catéchisme, mais pratiqués tout de même dès l’enfance, par une sorte de curiosité désirante et irrésistible, Meneghello s’attarde sur cette « admission » muette au contact avec les surfaces de la Norma – dont le petit Meneghello admirait « quello sbiancare della pelle all’interno delle cosce 45 » – parcourues jusqu’au nœud mystérieux et doux qui les raccorde. Les surfaces de cuir – allusion à la profession du Clan Meneghello, qui possédait une « Ufficina » et un « servizio di línia » avec les « torpedoni » – se subliment dans la chair de Norma. C’est justement Norma qui lui apprendra le détail technique selon lequel ces jeux interdits s’appellent, selon le langage de l’Église, « atti impuri », terme contracté dans le dialecte « atinpùri » :

  • 46Ibidem, p. 8.

Atinpùri ! Per la prima comunione che si faceva in chiesa a sette anni, ci vestivano da marinaretti ; e le bambine in bianco. Quando venne il mio turno e dovetti andarmi a confessare per la prima volta, mi era ben chiaro che dovevo confessarmi anche delle brutte cose : ma come, con che parole ? Me lo insegnò la Norma. Lei aveva fatto la comunione qualche anno prima, e per un po’ aveva scansato i giochi proibiti, a cui tornò in seguito solo di rado e riluttando.

Un giorno che facevo pissìn sul muretto del letamaio, passò la Norma che andava in orto col cestino di fil di ferro a raccogliere insalata. Io mi voltai verso di lei, e cominciai a invitarla festevolmente agitando quel che tenevo nella manina. Ma la Norma s’indignò.“Va’ via, mas’cio !” mi disse. “Pensa che presto fai la comunione !” 46

  • 47   Cesare Segre, « Libera nos a malo », Su/per Meneghello, Milano, Edizioni di Comunità, 1983, p. 4 (...)
  • 48Ibidem, p. 47.
  • 49 Ibidem, p. 46.

44L’humour de la situation est déterminé par l’ingérence du catéchisme dans les faits libidinaux de l’enfance. Avant d’aller à confesse pour la première fois, Norma jouait sereinement avec l’enfant Meneghello à la découverte de l’intime. Une fois initiée au rite catholique, elle s’indigne quand Meneghello lui adresse la joyeuse invitation phallique. La tension comique se concentre ici dans l’injure dialectale “mas’cio”, qui synthétise l’idée de la dégradation bestiale et de l’abjection masculine, symptomatique d’après Freud de la dépendance des besoins corporels. Il est indispensable d’ajouter à ces observations une analyse linguistique. Comme l’explique très bien Cesare Segre, l’humour chez Meneghello est principalement obtenu par deux mécanismes syntaxiques : d’une côté l’insertion de formes dialectales, sous la forme des transpositions (les “trasporti”) du maladense à l’italien et vice versa, à l’intérieur d’une prose en italien très raffinée, de l’autre la récupération de la logique enfantine, permettant de réhabiliter la grammaire des faits racontés dans leur pré-logicité 47. Pour ce qui concerne l’épisode analysé ci-dessus, il s’agit d’un cas de « malizia applicata all’ingenuità  48 » : le moi de l’auteur-narrateur Meneghello domine du haut de son jugement a posteriori la trame des souvenirs autobiographiques et c’est en vertu de cette position qu’il réussit à rendre fonctionnel le langage enfantin par rapport à la limpidité souhaitée du souvenir. Le point de vue adopté par Meneghello, continue Segre, est du type bachtien, se référant « per mezzo delle varietà linguistiche (dialetto, italiano regionale, italiano letterario, linguaggi specializzati, esotismi, ecc.) all’ambiente e alle misure mentali dei personaggi narrati 49 ». Le pénultième paragraphe glisse d’une expression dialectale (« Un giorno che facevo pissìn sul muretto del letamaio ») à une forme d’italien soutenu (« Ma la Norma si indignò ») : l’issue comique est ainsi assurée.

45Il est clair même dans cet examen linguistique que l’effet comique est obtenu chaque fois par le rapprochement de deux structures linguistiques différentes (le dialecte et l’italien, mais aussi les variantes inventées par les « trasporti ») qui reflètent en même temps deux couches ontologiques distinctes, le monde du village et des enfants et le monde des adultes, des interventions fascistes et catholiques dans la vie de tous les jours.

46En conclusion, les analyses menées sur les différents aspects de la vie enfantine à Malo montrent que la catégorie de l’enfant chez Meneghello prend sa place dans cette branche de la dichotomie qui embrasse les modalités d’accès authentique à la vie, c’est-à-dire l’existence naturelle du village et l’expérience préréflexive du dialecte, en s’opposant par contre à la « cultura riflessa ». Les enfants du monde archaïque de Malo donnaient lieu à un cosmos polyédrique de jeux, de batailles, de créations linguistiques, de mythologies et de légendes, côtoyant la société officielle, impliquée dans les peines quotidiennes, réglée par les préceptes religieux, encadrée par l’imaginaire fasciste. Il s’agissait d’un monde poétique, suspendu entre l’expérience de la vie et de la mort, auquel Meneghello retourne en produisant un tableau rempli d’images extatiques, hiératiques, libérées d’une cage mortifère de poussière dorée. D’ailleurs, la poésie et la vérité, écrit Meneghello, entretiennent entre elles une relation fatale.

  • 50 Luigi Meneghello, Opere II, op. cit., p. 631.
  • 51Ibidem, p. 632.

47Dans une de ses premières esquisses poétiques enfantines, Meneghello imagine un de ses frères comme un pilote qui rentre chez lui à la fin d’une guerre. Son frère invite son père « a spasso in cielo » et l’avion outrepasse « i 200 metri ». Soudainement, son père, épouvanté, « se la fa addosso 50 ». Scatologie, mort : c’est là que l’on accède à la vie authentique. « La poesia coi suoi strumenti fecali sgombra un pezzo di cielo e vi disegna il vero. E la gente ride 51 », comme le commente Meneghello.

Haut de page

Notes

1   Luigi Meneghello, Libera nos a malo, Milano, Rizzoli, 2007, p. 252.

2   Luciano Morbiato, « La memoria ilare di Luigi Meneghello », Omaggio a Meneghello, Rende, Centro Editoriale e Librario Università della Calabria, 1994, p. 33.

3   Luigi Meneghello, Pomo Pero, Milano, Rizzoli, 1974, p. 27.

4Ibidem, p. 10-11.

5   « Tutte le forme di vita muoiono, è naturale (ma incredibile) che sia così anche al nostro paese », Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 245.

6   Luigi Meneghello, Pomo Pero, op. cit., p. 125.

7Ibidem, p. 201.

8Ibidem.

9   Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 102.

10   Ernestina Pellegrini, Nel paese di Menghello. Un itinerario critico, Bergamo, Moretti&Vitali editori, 1992.

11Ibidem, p. 26.

12Ibidem, p. 23. Pellegrini décrit l’effort géologique de Meneghello avec les mots suivants : « Le due culture, le due civiltà con i loro sotto-sistemi, sono immaginate come esistenti fuori della storia, come categorie della mente : il loro raffronto è sincronico e fuori del tempo. Il problema della continuità culturale del soggetto, dell’assunzione dell’eredità valida del vecchio e del nuovo mondo, lo studio dell’inevitabile decadenza e scomparsa di certe forme tradizionali di vita e di cultura, in conformità agli sviluppi e alle trasformazioni radicali della società di massa, vengono affrontati con un senso quasi geologico dei cambiamenti della storia », ibidem.

13 Luigi Meneghello, Opere II, Milano, Rizzoli, 1997, p. 612.

14Ibidem.

15   Pellegrini utilise la formule « istinto corale della lingua », ibidem.

16 Luigi Meneghello, Opere II, op. cit., p. 613.

17   Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 37.

18Ibidem.

19Ibidem, p. 30.

20   « Questa però non era sentita come critica alla Bandiera della Patria : che c’entra ? La bandiera si esponeva sul poggiuolo della zia Lena, e si descriveva nei Pensierini a scuola ; le tre merde erano allineate in orto sotto la mura del Conte, lucide come di vernice, sorvolate dai mosconi ; sopraggiungeva la Colomba e stendeva il pannolino umido che soffocava i colori in una tabe giallastra », ibidem.

21 Ibidem.

22 Ibidem, p. 32.

23 Ibidem, p. 7.

24Ibidem, p. 210.

25   Ernestina Pellegrini souligne comment le culte des saints l’emportait en intensité sur le culte du Tout-puissant : « Ne risultava una riduzione domestica della religione, che alla lontananza di un Dio onnipotente preferiva il culto dei santi, forse recenti sostituzioni dei Lares, le divinità della casa e del focolare, e che riflettevano dal canto loro l’immagine di una minuziosa divisione del lavoro, con funzioni specifiche di protezione, di prevenzione, di guarigione : “L’incantevole e il divertente – scrive l’autore – si alternavano, specie nel culto dei santi con le loro diverse personalità e abilità. Era molto potente presso di noi Sant’Antonio, persona ordinata e di buona memoria.” (Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op.cit., p. 213). Come gli dèi di Omero, i Santi partecipavano ai conflitti umani ed esigevano la loro parte di lacrime e di sangue. », Ernestina Pellegrini, op. cit., p. 41.

26   Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 184.

27Ibidem.

28Ibidem, p 185.

29   « Stabilimmo che la prova della devozione fosse la vicinanza al pulpito : chi è più vicino è il più devoto. Andavamo di buonora per prenderci una sedia in prima fila (veramente era la fila di fianco, dalla parte del pulpito : poi voltando le sedie al momento ci si trovava davanti a tutti) ; quando cominciava la predica noi con rapidi spostamenti della sedia, uno io uno Guido uno io uno Guido, andavamo a finire a ridosso del pulpito », ibidem, p. 45.

30 Ibidem.

31 Ibidem, p. 48.

32 Dante Alighieri, Divina Commedia, Inferno, XXXII, 117.

33 Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 49.

34 Ibidem.

35 Ibidem, p. 49-50.

36 Ernestina Pellegrini, op. cit., p. 56.

37 Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 9.

38 Ibidem, p. 188.

39 Ibidem, p. 67.

40 Italo Calvino, Definizioni di territori: l’erotico. (Il sesso e il riso), in Una pietra sopra. Discorsi di letteratura e società, Milano, Mondadori, 2011, p. 255-261.

41Ibidem, p. 257.

42Ibidem.

43Ibidem.

44   Luigi Meneghello, Libera nos a malo, op. cit., p. 8.

45Ibidem, p. 7.

46Ibidem, p. 8.

47   Cesare Segre, « Libera nos a malo », Su/per Meneghello, Milano, Edizioni di Comunità, 1983, p. 47.

48Ibidem, p. 47.

49 Ibidem, p. 46.

50 Luigi Meneghello, Opere II, op. cit., p. 631.

51Ibidem, p. 632.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuela De Toni, « « Le cose del paese »
Pour une histoire synchronique de la vie enfantine chez Meneghello
 », Italies, 21 | 2017, 91-109.

Référence électronique

Emmanuela De Toni, « « Le cose del paese »
Pour une histoire synchronique de la vie enfantine chez Meneghello
 », Italies [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 19 janvier 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/italies/5728 ; DOI : 10.4000/italies.5728

Haut de page

Auteur

Emmanuela De Toni

Université de Padoue, Italie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals