Navigation – Plan du site
La représentation de l'enfance
L'enfant entre conditionnement par l'adulte et fonction révélatrice

L’enfant victime et héros dans Io non ho paura
de Niccolò Ammanniti

Bruno Mancini
p. 183-199

Résumés

Nous nous proposons d’analyser ce roman, qui tient à la fois du genre policier et du roman de formation, écrit à la première personne, en suivant le parcours du protagoniste et narrateur omniscient. Nous l’accompagnerons à travers sa quête, tiraillé entre son monde propre – riche de rêves, de passions, d’altruismes –, celui de ses camarades, où l’amitié se teint d’égoïsme, de jalousie, d’agressivité et le monde des adultes, aimés mais incompris, victimes et bourreaux à la fois, émissaires d’un monde régi par la convoitise.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1   Le roman a été traduit en plusieurs langues dont le français : Je n’ai pas peur, Grasset, 2002 ; (...)
  • 2   Ceci n’est que le premier exemple de l’altruisme, de la bienveillance, de la générosité, de la c (...)
  • 3   Il est utile de souligner à ce propos que le film homonyme de Gabriele Salvatores, inspiré du ro (...)

1Niccolò Ammanniti, écrivain romain né en 1966, publie son roman Io non ho paura en 2001 chez Einaudi 1 et obtient le prestigieux Prix Viareggio. L’histoire se déroule pendant l’été 1978 dans un village fictif du sud de l’Italie, Acqua Traverse. Il fait très chaud et pendant que les adultes restent cloîtrés dans leurs maisons, un groupe d’enfants (entre cinq et douze ans), passe son temps à jouer dehors. À l’occasion d’une course à vélo, Michele Amitrano, neuf ans, protagoniste et narrateur de l’histoire, pour donner un coup de main à sa petite sœur qui est tombée 2, arrive dernier et est obligé de se plier au gage imposé par le chef de la bande, Teschio : il doit pénétrer tout seul dans une maison abandonnée. En sortant de cette masure, il découvre un trou recouvert d’un matelas à l’intérieur duquel se cache un enfant enchaîné et mal en point. Michele décide de ne rien dire à ses camarades mais, dès le lendemain, il retourne sur les lieux de cette étrange découverte. L’enfant dans le trou s’appelle Filippo et petit à petit Michele apprend qu’il a été kidnappé par une bande d’adultes parmi lesquels se trouve son propre père, Pino Amitrano. Io non ho paura raconte les vicissitudes du protagoniste vingt-deux ans après ; c’est le livre de l’enfance, qui tient à la fois du genre policier et du roman de formation 3.

  • 4   Ce n’est pas la première fois que Niccolò Ammanniti s’intéresse au monde des adolescents. En eff (...)

2Nous nous proposons d’analyser ce roman écrit à la première personne en suivant le parcours du protagoniste et narrateur omniscient. Nous accompagnerons à travers sa quête de soi Michele, tiraillé entre son monde – riche de rêves, de passions, d’altruisme –, celui de ses camarades, où l’amitié se teint d’égoïsme, de jalousie, d’agressivité et le monde des adultes, aimés mais incompris, victimes et bourreaux à la fois, émissaires d’un monde régi par la convoitise 4.

3Cependant, avant d’analyser les personnages et leurs interactions, nous voudrions nous arrêter sur le décor : “Acqua Traverse” d’abord, puis “les gens de Acqua Traverse”. À ce sujet, Julien Gracq affirme :

  • 5En lisant en écrivant, Librairie José Corti, 1980, p. 5. C’est nous qui soulignons.

Les personnages, en effet, dans un roman comme dans la vie, vont et viennent, parlent, agissent, tandis que le monde garde son rôle apparent et passif de support et de décor. Pourtant quelque chose les rapproche puissamment, qui ne tient aucune place dans la vie réelle : hommes et choses, toute distinction de substance abolie, sont devenus les uns et les autres à égalité matière romanesque […] qui amalgame sans gêne dans ses combinaisons cinétiques la matière vivante et pensante à la matière inerte, et qui transforme indifféremment sujet et objet – au scandale compréhensible de tout esprit philosophique – en simples matériaux conducteurs d’un fluide 5.

  • 6   Nous empruntons ici certaines des définitions à l’essai de Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie (...)

4Cette unité de la matière romanesque au service d’un sens souverain est fondamentale dans notre étude : ce « monde » est au service de ces « personnages » et ces derniers ne pourraient pas exister sans le premier. Nous analyserons le microcosme romanesque dans Io non ho paura, en nous arrêtant tout d’abord sur l’étude de l’espace, pour ensuite considérer la forte incidence de ce dernier sur l’évolution des personnages. Dans ce roman, le « monde » dont nous parle Julien Gracq se scinde en espace diurne et espace nocturne 6 : le premier appartient presque exclusivement aux enfants. C’est le lieu du jeu et de la socialisation : il n’a pas de frontières et il est synonyme de liberté. Le second est la prérogative des adultes, c’est un lieu clos, délimité par les quatre murs de la maison où la lumière peine à rentrer ; un lieu sans pitié, sans foi ni loi, où dominent le vice et l’immoralité. Il est intéressant de constater que les adultes contraignent leur victime, Filippo, à rester enfermé dans un espace qui a les mêmes caractéristiques. À deux reprises l’enfant kidnappé est caché dans un trou creusé dans le sol. Cet espace reproduit le monde confiné, exigu, sombre et mystérieux si cher aux adultes.

  • 7   Dans le cas de Silone, par exemple, le titre composé de Fonte (source) suivi de amara (amère) se (...)
  • 8   Niccolò Ammanniti, Io non ho paura, Torino, Einaudi, 2001, p. 20.

5À l’origine, donc, il y a Acqua Traverse, un village imaginaire qui vient s’ajouter au Fontamara d’Ignazio Silone, au Regalpetra de Leonardo Sciascia ou au Vigata de Andrea Camilleri. Rien de moins rare, en effet, pour un romancier que d’inventer une ville dont le nom fictif établit d’emblée le statut imaginaire 7. Le village lui-même est décrit deux fois dans le roman. La première fois en quelques lignes : « E piccola piccola, si vedeva la frazione dove abitavamo. Acqua Traverse. Quattro casette e una vecchia villa di campagna disperse nel grano 8 ». À l’occasion de la deuxième description du village, plus détaillée, le narrateur dit même ignorer l’origine de ce nom :

  • 9Ibidem, p. 35-36.

Nel 1978 Acqua Traverse invece era così piccola che non era niente. Un borgo di campagna, lo chiamerebbero oggi su una rivista di viaggi. Nessuno sapeva perché quel posto si chiamava così neanche il vecchio Tronca. Acqua non ce n’era, se non quella che portavano con l’autocisterna ogni due settimane.
C’era la villa di Salvatore, che chiamavamo il Palazzo. […] E c’erano altre quattro case. Non per modo di dire. Quattro case in tutto. Quattro misere case di pietra e malta con il tetto di tegole e le finestre piccole. La nostra. Quella della famiglia del Teschio. Quella della famiglia di Remo che la divideva col vecchio Tronca. […] E c’era la casa di Pietro Mura, il padre di Barbara. Due case da una parte, due dall’altra. E una strada, sterrata e piena di buche, al centro. Non c’era una piazza. Non c’erano vicoli. […] Tutto intorno i campi di grano.
L’unica cosa che si era guadagnata quel posto dimenticato da Dio e dagli uomini era un bel cartello blu con scritto in maiuscolo acqua traverse9.

  • 10   Dans la préface de Fontamara, l’auteur des Abruzzes nous dit à propos de ce caractère universel  (...)

6Quatre maisons et une douzaine d’habitants : voilà le contexte “urbain” dans lequel se déroule le roman de Niccolò Ammanniti. On est très loin ici du stéréotype du village méridional où règnent la tranquillité et l’authenticité italiennes : pas d’église, pas de fontaine, pas de place ! La place, l’un des symboles les plus importants, y compris du plus petit des villages italiens, est absente. Emblème de la joie de vivre, métaphore de la richesse de la vie “à l’italienne”, la place est le lieu de rencontre, d’échange, l’endroit où les personnages défilent les uns après les autres, centre de la scène où le commérage devient légende. Privé de ses éléments essentiels, le village de Acqua Traverse pour Michele n’est plus porteur de valeurs : la fraternité, la famille, l’amitié sont souvent remises en question. Ce village fictif devient donc l’emblème de la désolation, de l’abandon, de la pauvreté dans lesquels sont contraints de vivre les habitants du sud pauvre de l’Italie 10. Ce gouffre dans lequel ils sont emprisonnés contraste par ailleurs avec le nord de la péninsule où le père de Michele se rend souvent puisqu’il y travaille :

  • 11   Niccolò Ammanniti, Io non ho paura, op. cit., p. 38.

A quel tempo papà faceva il camionista e stava fuori per molte settimane. Prendeva la merce e la portava al Nord.
Aveva promesso che una volta mi ci avrebbe portato pure a me al Nord. Non riuscivo tanto bene a immaginarmi questo Nord. Sapevo che il Nord era ricco e che il Sud era povero. E noi eravamo poveri. Mamma diceva che se papà continuava a lavorare così tanto, presto non saremmo stati più poveri, saremmo stati benestanti. E quindi non dovevamo lamentarci se papà non c’era. Lo faceva per noi 11.

7Au-delà du petit village, le narrateur nous décrit souvent les alentours. Michele, ainsi que sa bande de copains, comme nous l’avons déjà évoqué, passent la plupart du temps dehors malgré l’hostilité du paysage et du climat. Nous pouvons situer la narration pendant les mois de l’été 1978 :

  • 12Ibidem, p. 6.

Quella maledetta estate del 1978 è rimasta famosa come une delle più calde del secolo. Il calore entrava nelle pietre, sbriciolava la terra, bruciava le piante e uccideva le bestie, infuocava le case. […] Il sole ti levava il respiro, la forza, la voglia di giocare, tutto. E la notte si schiattava uguale 12.

8Toutefois, les enfants n’hésitent pas à enfourcher leurs vélos pour pousser toujours plus loin les limites de leur terrain de jeu :

  • 13Ibidem, p. 19, 35, 49.

Davanti agli occhi avevo solo grano, […]. [La collina] era coperta di grano come tutto il resto. Sotto i piedi avevamo la stessa terra rossa e cotta. Sopra la testa lo stesso sole incandescente.
Il sole alle mie spalle era una palla rossa e immensa, e quando finalmente è finito nel grano, è scomparso lasciandosi dietro una cosa arancione e viola. […] Un sentiero partiva dalla valle, attraversava i campi ocra e raggiungeva la strada. […] Sciami di moscerini ci ronzavano intorno.
Un altro giorno di fuoco. Alle otto di mattina il sole era ancora basso, ma già cominciava ad arrostire la pianura. […] Ho preso la via dei campi, quella che costeggiava la collina e raggiungeva la valle. […] Avanzavo a fatica, spingendo sui pedali, le ruote slittavano sui sassi e le zolle aride 13.

  • 14   L’œuvre à laquelle nous pensons est très probablement le dernier tableau du peintre hollandais : (...)

9Comme dans un tableau de Van Gogh 14, au bleu profond du ciel s’oppose l’omniprésente couleur jaune doré du blé, le rouge du soleil et ses nuances infinies. Ce paysage, aux couleurs très contrastées, fait régner une atmosphère écrasante, angoissante, et la présence des insectes et des oiseaux noirs ne fait qu’accentuer ce présage funeste et le drame lié à la découverte du jeune otage. Toutefois, ce monde diurne, a priori hostile, est la propriété exclusive des enfants. Il semblerait qu’ils puisent leur force dans la lumière et la chaleur du soleil qui, illuminant leur chemin, les rassurent en même temps contre les mystères du monde nocturne. Seul le héros aura le courage d’affronter non seulement ses propres angoisses mais aussi les interdictions des adultes.

10Les adultes eux, n’osent pas s’aventurer dans l’espace diurne, tandis que les enfants, comme une meute de loups, marquent leur territoire en respectant leur ordre hiérarchique. D’abord le Loup Alpha :

  • 15   Niccolò Ammanniti, Io non ho paura, op. cit., p. 7.

Antonio Natale, detto il Teschio. Perché lo chiamavamo il Teschio non me lo ricordo. Forse perché una volta si era appiccicato sul braccio un teschio, una di quelle decalcomanie che si compravano dal tabaccaio e si attaccavano con l’acqua. Il Teschio era il più grande della banda. Dodici anni. Ed era il capo. Gli piaceva comandare e se non obbedivi diventava cattivo. Non era una cima, ma era grosso, forte e coraggioso 15.

11Il est le plus âgé, le plus fort, et c’est lui qui prend toutes les décisions pour la survie de la meute : déplacements, chasse, marquage du territoire. Ensuite vient le Loup Bêta, statut qui revient sans doute à Michele qui, grâce à son courage et à sa soif de justice, sera même capable de s’opposer aux décisions du chef, malgré ses neuf ans. Par ailleurs, il aurait pu partager ce rôle avec Salvatore, mais ce dernier n’est pas intéressé car, n’appartenant pas vraiment à la meute ni à la même classe sociale que les autres, il se comporte plus comme un loup solitaire. Il obtient tout ce qu’il veut de son père, prend des cours de piano chez lui et vit dans une grande maison. Voilà comment Michele nous le présente :

  • 16Ibidem.

Salvatore Scardaccione aveva nove anni, la mia stessa età. Eravamo in classe insieme. Era il mio migliore amico. Salvatore era più alto di me. Era un ragazzino solitario. A volte veniva con noi ma spesso se ne stava per i fatti suoi. Era più sveglio del Teschio, gli sarebbe stato facilissimo spodestarlo, ma non gli interessava diventare capo. Il padre, l’avvocato Emilio Scardaccione, era una persona importante a Roma. E aveva un sacco di soldi in Svizzera. Questo si diceva 16.

  • 17   À plusieurs reprises le narrateur, avec un certain mépris, voire une certaine misogynie, ne se p (...)

12Enfin viennent les Loups Oméga qui ont une position très peu envieuse dans la meute car ils subissent des agressions perpétuelles et quotidiennes, surtout de la part du Loup Alpha. Ceci est le cas de Barbara Mura, bouc émissaire, souffre-douleur, victime de l’imagination perverse de Teschio, qui à deux reprises essaie de la faire se déshabiller devant tout le monde. Elle est un peu ronde 17 et les garçons ne lui épargnent rien ; si elle veut continuer à faire partie du groupe, elle doit malheureusement se plier aux désirs du chef :

  • 18 Ibidem, p. 14.

Qualche giorno prima c’era stata una gara di lancio dei sassi e Barbara aveva perso. Per penitenza, il Teschio l’aveva obbligata a slacciarsi la camicia e a mostarci il seno. Barbara aveva undici anni. Aveva un po’ di tette, uno sputo, niente a che vedere con quelle che le sarebbero venute entro un paio di anni. Si era rifiutata. – Se non lo fai, scordati di venire con noi, – l’aveva minacciata il Teschio 18.

13Nous pouvons également placer Filippo, le jeune kidnappé, dans le même rang que Barbara, la seule différence étant que le premier n’est pas la victime de ses pairs. Lorsque Michele le découvre dans le trou où les kidnappeurs l’ont caché, il a du mal à comprendre de quoi il s’agit tant il est méconnaissable :

  • 19 Ibidem, p. 33-34.

Il buco era largo un paio di metri e profondo due metri, due metri e mezzo. Era vuoto. No, c’era qualcosa. Un mucchio di stracci appallottolati ? No… Un animale ? Un cane ? No… Cos’era ? Era senza peli… bianco… una gamba… Una gamba ! Ho preso fiato e mi sono affacciato un istante. Era una gamba. […] Era la gamba di un bambino. E un gomito spuntava dagli stracci. In fondo a quel buco c’era un bambino. Era steso su un fianco. Aveva la testa nascosta tra le gambe. Non si muoveva. Era morto. Sono rimasto a guardarlo per non so quanto tempo. C’era anche un secchio. E un pentolino. Forse dormiva 19.

  • 20 Ibidem, p. 6.
  • 21Ibidem.

14Maria, la petite sœur de Michele, occupe une place à part, non seulement parce qu’il s’agit de la sœur du protagoniste, mais aussi parce que c’est la plus petite du groupe : « Mia sorella Maria aveva cinque anni e mi seguiva con l’ostinazione di un bastardino tirato fuori da un canile » 20. Michele la prend sous son aile avec beaucoup d’attention car ses parents la lui ont confiée : « – Voglio fare quello che fai tu –, diceva sempre. Mamma le dava ragione. – Sei o non sei il fratello maggiore ? – E non c’erano santi, mi toccava portarmela dietro 21 ». Déjà dans les premières pages du roman Michele, qui est lancé à toute allure avec son vélo, renonce à gagner la course pour porter secours à sa petite sœur qui est tombée :

  • 22Ibidem, p. 9-10.

Eccola. Era lì. Piccola e infelice. Seduta sopra un cerchio di steli spezzati. Con una mano si massaggiava una caviglia e con l’altra si teneva gli occhiali. Aveva i capelli appiccicati alla fronte e gli occhi lucidi. Quando mi ha visto, ha storto la bocca e si è gonfiata come un tacchino. […] Le ho slacciato la scarpa da ginnastica e l’ho sfilata con molta attenzione. Come avrebbe fatto un dottore 22.

15Michele, dont la singularité nous intéresse davantage, doit affronter dans sa quête de soi deux mondes : d’un côté le monde dont il fait partie, le plus proche, a priori le plus compréhensible, celui de la meute. De l’autre celui des adultes : ses parents qu’il croit connaître et tous les autres. Entre les deux, ses peurs, ses angoisses, ses cauchemars, contre lesquels il mène aussi un combat sans merci.

  • 23   Le romancier est obligé, par l’abstraction de son medium, d’isoler son premier personnage et, co (...)

16Michele est un gamin exceptionnel 23 ; il croit en l’amitié, il a le sens de la responsabilité, le sens du devoir. Nous avons déjà pu remarquer sa générosité qui arrivera à son comble lors de la découverte de Filippo, l’enfant kidnappé et enchaîné, prisonnier dans un trou creusé dans le sol. Suite à la macabre découverte qu’il fait, Michele, défiant le danger et ses peurs, n’hésite pas à aller rendre visite à Filippo, dont il ignore encore l’identité :

  • 24   Niccolò Ammanniti, Io non ho paura, op. cit., p. 81.

Una mano nera e rapida come una tarantola è sbucata dalla coperta e ha cominciato a tastare a terra fino a quando non ha trovato il formaggio, lo ha afferrato e lo ha fatto scomparire. Mentre mangiava le gambe gli fremevano, come quei cani bastardi che si trovano davanti un avanzo di bistecca dopo giorni di digiuno. […]
Si è messo seduto senza levarsi di dosso la coperta. Sembrava un piccolo fantasma straccione. Le gambe magre spuntavano simili a due ramoscelli bianchi e striminziti. Una era legata alla catena. Ha tirato fuori un braccio e mi ha strappato la bottiglia e, come il formaggio, è scomparsa sotto la coperta 24.

17Michele descendra à nouveau dans la cachette pour lui apporter à boire et à manger et essayer de le réconforter un peu jusqu’au jour où il sera découvert par les ravisseurs. Mais ceci n’entamera pas sa détermination qui le poussera encore plus loin : risquer sa propre vie pour sauver celle du captif :

  • 25Ibidem, p. 226-228.

Erano arrivati. L’ho strattonato. – Filippo ! Filippo, stanno qua ! Ti vogliono ammazzare. Alzati. […] Le voci erano vicine. […] L’ho acchiappato per le braccia. – Ora devi metterti in piedi. Lo devi fare. E basta –. L’ho tirato su, mi si è aggrappato al collo. Si è messo dritto. […] Ho fatto forza sulle gambe e stringendo i denti l’ho lanciato fuori e l’ho visto sparire inghiottito dalla bocca, nello stesso istante ho sentito come un lungo chiodo appuntito conficcarsi dentro l’osso della caviglia fino al midollo e una fitta tagliente di dolore attraversarmi come una scossa la gamba fino all’inguine, e sono crollato giù. […] – Michele ! Michele, ce l’ho fatta ! Vieni. […] – Michele, vieni ? – Arrivo. La testa mi girava, ma mi sono messo in ginocchio. Non ce la facevo a tirarmi su. Ho detto : – Filippo, scappa ! Si è affacciato. – Sali ! – Non ce la faccio. La gamba. Scappa tu ! 25

18Ce énième combat de notre héros concerne la lutte entre le Bien et le Mal, le sens du devoir et l’amour. Deux possibilités s’offrent à lui : aider Filippo ou obéir à son père qui lui a interdit d’aller le voir. L’hésitation de Michele sera de courte durée car, malgré l’amour qu’il porte à son père, il bravera les interdits et ses peurs pour délivrer Filippo.

19Quand la force lui vient à manquer notre héros se met dans la peau de ses propres héros, comme par exemple lorsqu’il hésite avant de se rendre à l’endroit où Filippo est caché :

  • 26Ibidem, p. 50-51.

Cos’avrebbe fatto Tiger Jack al mio posto? Non tornava indietro neanche se glielo ordinava Manitù in persona. […] E Tiger Jack su quella collina ci saliva pure se c’era il convegno internazionale di tutte le streghe, i banditi e gli orchi del pianeta […]. Io sono Tiger, anche meglio, io sono il figlio italiano di Tiger, mi sono detto. Peccato che non avevo un pugnale, un arco o un fucile Winchester. Ho nascosto la bicicletta, come avrebbe fatto Tiger con il suo cavallo, mi sono infilato nel grano e sono avanzato a quattro zampe […] 26.

  • 27   Gilbert Durand définit l’imagination comme un « dynamisme organisateur [qui] est facteur d’homog (...)

20D’un côté, l’identification de Michele à un superhéros de bande dessinée traduit très probablement son désir d’être grand, de s’assimiler aux adultes, aux parents, à ceux qu’il aime. De l’autre côté, ceci pourrait aussi signifier la peur du monde réel et par conséquent le recours au superhéros voudrait plutôt dire le désir de l’enfant de reprendre virtuellement la maîtrise du réel. Parfois, pendant la nuit, il fait d’horribles cauchemars et lorsque des hordes de sorcières, ogres et monstres de tout genre s’en prennent à lui, il ne se laisse pas faire et les affronte en puisant son courage dans son imagination débordante 27 :

  • 28   Niccolò Ammanniti, Io non ho paura, op. cit., p. 124-125.

[I mostri] aspettavano solo che mi addormentassi per impaurirmi. Fino a quando, una notte, ho inventato un sistema per non fare brutti sogni. Ho trovato un posto dove rinchiudere quegli esseri deformi e spaventosi e dormire sereno. […] La strega Bistrega gobba e rugosa. Il lupo mannaro a quattro zampe, con i vestiti strappati e le zanne bianche. L’uomo nero, un’ombra che scivolava come una serpe tra le pietre. Lazzaro, un mangiacadaveri divorato dagli insetti e avvolto da una nube di mosche. L’orco, un gigante con gli occhi piccoli e il gozzo, le scarpe enormi e un sacco sulle spalle pieno di bambini. […] A quel punto mi immaginavo che la mia pancia si apriva, un lungo taglio si spalancava e loro ci entravano dentro tutti tranquilli 28.

  • 29   Selon Marc Alain Descamps, « Seul le merveilleux permet d’échapper à une vision rationaliste et (...)
  • 30   Nous faisons ici allusion aux trente-et-une fonctions dont l’essayiste russe nous parle dans son (...)

21Toute cette collection de monstres nous renvoie bien évidemment aux contes 29. Dans la structure originaire, définie par Vladimir Propp dès 1928, un Agresseur (ou Méchant) agresse une Victime (souvent la Princesse) qui demande réparation à un Héros, qui recevra sa récompense. Dans notre cas particulier l’Agresseur est incarné par le clan des kidnappeurs, la Victime est Filippo et le Héros est Michele. Par conséquent, selon la loi de permutabilité, nous pouvons facilement retrouver dans le roman d’Ammanniti, les caractéristiques ou, pour être plus précis, les fonctions fondamentales du conte 30.

  • 31   À plusieurs reprises Michele considère Filippo comme son ami, son frère, voire son frère jumeau  (...)

22En ce qui concerne les personnages, comme dans tout conte, dans Io non ho paura le héros est un enfant. Propp distingue deux sortes de héros : le héros quêteur et le héros victime. Le premier part à la recherche de la personne ou de l’objet manquant ou disparu, le deuxième est celui qui est chassé ou enlevé. Ce dédoublement du héros est très intéressant dans notre étude puisque le premier type est incarné par Michele, le deuxième par Filippo. Notre héros, l’enfant, est donc double : victime et héros à la fois, la première condition étant inséparable de l’autre. Grâce à son don d’empathie, à son intense sentiment de compassion, Michele devient petit à petit l’alter ego de Filippo 31.

23De même, le conte est richement peuplé d’êtres imaginaires (voir, par exemple, toute l’armée de monstres, fruit de l’imagination de Michele). Il est aussi fondé sur le manichéisme : les bons sont toujours très beaux (physiquement et/ou moralement) et les méchants sont toujours très laids, comme nous le montrerons bientôt. Enfin le statut familial et le statut social sont très importants : un père et ses enfants, pas de marâtre dans le roman mais un demi-frère incarné par Filippo, ceci en tout cas selon l’imagination de Michele. Quant à la société, à l’instar du conte, les riches (incarnés ici par Filippo et sa famille) s’opposent aux pauvres.

24À propos de la structure du roman, dans la situation initiale on nous présente les personnages (le héros, sa famille et son entourage) agissant dans un contexte a priori idéal ; une image de bonheur avant le malheur qui va bientôt arriver. Par conséquent, le roman ne pourrait-il pas commencer par « Il était une fois une bande d’enfants… » ? De plus, comme dans le conte, la fin aussi est heureuse, dans la mesure où Filippo est libéré et Michele retrouve son père. Quant au schéma narratif, il est composé des éléments typiques du conte : la famille, l’éloignement d’un membre (par exemple les nombreuses fugues de Michele pour aller rendre visite à Filippo), l’interdiction formelle et la conséquente transgression (Michele enfreint les règles fixées par son père), le méfait, matérialisé par l’enlèvement. Enfin la quête, élément clé du conte mais aussi de notre roman car Michele, à travers les différentes épreuves, témoignage de sa bravoure, réussit à délivrer Filippo. Cette épreuve ultime représente pour Michele non seulement l’accomplissement d’un devoir mais aussi l’aboutissement de sa quête.

  • 32Ibidem, p. 147.

25La générosité de notre héros n’est pas toujours récompensée par le comportement de ses camarades. Il hésite avant de dévoiler son secret à celui qu’il considère comme son meilleur ami et il est déçu de sa réaction : « Come poteva non fregargli di un bambino incatenato in un buco ? Salvatore mi aveva detto che il mio segreto gli faceva schifo 32 ». De plus, Salvatore le trahira en racontant tout à Felice, le bourreau de Filippo :

  • 33Ibidem, p. 159.

Era stato Salvatore. Aveva fatto la spia a Felice. […] Salvatore Scardaccione mi aveva venduto per una lezione di guida. […] Era il mio migliore amico. Una volta, su un ramo del carrubo, avevamo pure fatto il giuramento d’amicizia eterna. Tornavamo insieme da scuola. Se uno usciva prima, aspettava l’altro. Salvatore mi aveva tradito 33.

  • 34   Parallèlement à Felice, il y a un autre personnage qui aurait pu jouer ce rôle d’intermédiaire e (...)

26Felice est pour notre analyse un personnage important car, à nos yeux, il joue le rôle d’intermédiaire entre le monde des enfants et celui des adultes 34. Il fait partie de la bande des kidnappeurs de Filippo et malgré son jeune âge il est loin d’être le plus tendre. Voilà comment il est décrit au quatrième chapitre du roman :

  • 35Ibidem, p. 78-79.

Felice Natale era il fratello maggiore del Teschio. E se il Teschio era cattivo, Felice lo era mille volte di più. Felice aveva vent’anni. E quando stava ad Acqua Traverse la vita per me e gli altri bambini era un inferno. Ci picchiava, ci bucava il pallone e ci rubava le cose. Era un povero diavolo. Senza un amico, senza una donna. Uno che se la prendeva con i più piccoli, un’anima in pena. […]
Felice stava ad Acqua Traverse come una tigre in gabbia.
Si aggirava tra quelle quattro case infuriato, nervoso, pronto a darti il tormento. […] Aveva il viso affilato di un barracuda e i denti piccoli e separati come quelli di un coccodrillo appena nato 35.

27Le monde des adultes est étrange et mystérieux pour notre héros ; ils sont souvent renfermés chez eux et ne vivent que la nuit :

  • 36Ibidem, p. 6 et p. 10.

Ad Acqua Traverse gli adulti non uscivano di casa prima delle sei di sera. Si tappavano dentro, con le persiane chiuse. Solo noi [bambini] ci avventuravamo nella campagna rovente e abbandonata. […] E i grandi se ne stavano rintanati in casa, come rospi che aspettano la fine del caldo 36.

28Commençons par étudier les parents de Michele. Son père est souvent absent car il est chauffeur de camions et quand il rentre chez lui, il n’a jamais le temps de s’occuper de ses enfants :

  • 37Ibidem, p. 39 et p. 41.

Papà era un uomo piccolo, magro e nervoso. Quando si sedeva alla guida del camion quasi scompariva dietro il volante. Aveva i capelli neri, tirati con la brillantina. La barba ruvida e bianca sul mento. Odorava di Nazionali e acqua di colonia. […] Papà aveva un bel sorriso, i denti bianchi, perfetti. Né io né mia sorella li abbiamo ereditati 37.

  • 38Ibidem, p. 57.
  • 39   À deux reprises Michele essaie de parler à son père après avoir découvert Filippo. La première f (...)

29Même s’il est décrit comme un homme bon, il n’a aucune autorité, il ne lève jamais la voix : « Quando era così infuriato papà non urlava, parlava a bassa voce. Questo mi terrorizzava. Ancora oggi non sopporto le persone che non sfogano la loro rabbia 38 », et quand Michele a vraiment besoin de lui, il n’est jamais disponible 39 ; lorsqu’il découvre à la télévision que son père fait partie de la bande des ravisseurs, il ne sait plus que penser. Son père n’est pas celui qu’il croyait connaître :

  • 40Ibidem, p. 97.

Erano stati papà e gli altri a prendere il bambino a quella signora della televisione. […] « Attento, Michele, non devi uscire di notte », mi diceva sempre mamma. « Con il buio esce l’uomo nero e prende i bambini e li vende agli zingari ». Papà era l’uomo nero. Di giorno era buono, ma di notte era cattivo. Tutti gli altri [i complici] erano zingari. Zingari travestiti da persone 40.

30Michele est déçu. Son père fait désormais partie de la horde des monstres, ainsi que tous ses complices. Notre héros est sidéré car après avoir été trahi par ses acolytes, il ne s’attendait pas à voir des adultes agir en malfrats. Pourtant son père l’avait prévenu :

  • 41Ibidem, p. 56. La première phrase de cette citation sera reprise à la fin du chapitre 9 du roman (...)

« Piantala con questi mostri, Michele. I mostri non esistono. I fantasmi, i lupi mannari, le streghe sono fesserie inventate per mettere paura ai creduloni come te. Devi avere paura degli uomini, non dei mostri », mi aveva detto papà un giorno che gli avevo chiesto se i mostri potevano respirare sott’acqua 41.

31Cette leçon est révélatrice des différents portraits des adultes que nous propose l’enfant de neuf ans. De plus, son père incarne tous les clichés du machisme, typique de certaines zones arriérées de l’Italie du sud (mais pas seulement). Lorsqu’il est à la maison, il passe son temps à boire du vin et à fumer devant la télévision ou en lisant son journal. Quand enfin il décide de s’occuper un peu de son fils, il ne fait que se moquer de lui en le comparant à une fillette :

  • 42 Ibidem, p. 41.

Poi mi ha preso per un braccio. – Fammi sentire il muscolo. Ho piegato il braccio e l’ho irrigidito. Mi ha stretto il bicipite. – Non mi sembra che sei migliorato. Le fai le flessioni ? […] – Michele, mostra a tua sorella che sai fare. E tieni larghe quelle gambe. Se stai tutto storto perdi subito e niente regalo. Mi sono messo in posizione. Ho stretto i denti e la mano di papà e ho cominciato a spingere. Niente. Non si muoveva. – Dai ! Che c’hai la ricotta al posto dei muscoli ? Sei più debole di un moscerino ! Tirala fuori questa forza, Cristo di Dio ! Ho mormorato : – Non ce la faccio. Era come piegare una sbarra di ferro. – Sei una femmina, Michele 42.

32La mère de Michele, par conséquent, s’occupe uniquement de ses enfants et de la maison. Aucune tâche ménagère ne lui est épargnée :

  • 43 Ibidem, p. 62.

Mamma non sedeva mai a tavola con noi. Ci serviva e mangiava in piedi.
Con il piatto poggiato sopra il frigorifero. Parlava poco, e stava in piedi. Lei stava sempre in piedi. A cucinare. A lavare. A stirare. Se non stava in piedi, allora dormiva. La televisione la stufava. Quando era stanca si buttava sul letto e moriva 43.

33La description que fait Michele de Teresa, sa mère, ne cache pas son désir inconscient tout à fait œdipien :

  • 44 Ibidem.

Al tempo di questa storia mamma aveva trentatré anni. Era ancora bella. Aveva lunghi capelli neri che le arrivavano a metà schiena e li teneva sciolti. Aveva due occhi scuri e grandi come mandorle, una bocca larga, denti forti e bianchi e un mento a punta. Sembrava araba. Era alta, formosa, aveva il petto grande, la vita stretta e un sedere che faceva venire voglia di toccarglielo e i fianchi larghi.
Quando andavamo al mercato di Lucignano vedevo come gli uomini le appiccicavano gli occhi addosso. Vedevo il fruttivendolo che dava una gomitata a quello del banco accanto e le guardavano il sedere e poi alzavano la testa al cielo. Io la tenevo per mano, mi attaccavo alla gonna.
È mia, lasciatela in pace, avrei voluto urlare. […] A mamma queste cose non interessavano. Non le vedeva. Quelle occhiate voraci le scivolavano addosso. Quelle sbirciate nella v del vestito non le facevano né caldo né freddo. Non era una smorfiosa 44.

  • 45   N’oublions pas qu’il y a une très grande utilisation du zoomorphisme dans la bande dessinée ou d (...)

34Michele a donc un regard très critique vis-à-vis de son père, tout en cherchant à épargner sa mère. Quant aux autres adultes, ils sont souvent peints comme de vraies caricatures humaines et leur description s’apparente parfois au zoomorphisme 45. Le premier de cette harde d’hommes-bêtes est Melichetti qui dans le roman joue le rôle d’éleveur de cochons :

  • 46   Niccolò Ammanniti, Io non ho paura, op. cit., p. 13.

Sembrava una mummia. La pelle rugosa gli pendeva addosso ed era senza peli, tranne un ciuffo bianco che gli cresceva in mezzo al petto. Intorno al collo aveva un collare ortopedico chiuso con degli elastici verdi e addosso un paio di pantaloncini neri e delle ciabatte di plastica marrone 46.

35Tout comme le père de Michele, cet homme, qui fait lui aussi partie des kidnappeurs, se permet de faire la morale aux enfants, une morale qui est aux antipodes de son comportement :

  • 47Ibidem, p. 15.

Non devi mai dire bugie. E non devi infangare il nome degli altri. Devi dire la verità, specialmente a chi è più piccolo di te. La verità, sempre. Di fronte agli uomini, al Padreterno, e a se stesso, hai capito ? Sembrava un prete che ti fa la predica 47.

36Puis, le père de Barbara :

  • 48Ibidem, p. 65.

Pietro Mura era un uomo basso e tozzo, con un paio di baffoni neri che gli coprivano la bocca e un testone quadrato. Indossava un completo nero con le righine bianche e sotto la canottiera. […] aveva le dita grosse e corte come sigari toscani che entravano appena nelle forbici, e prima di cominciare a tagliare allargava le lame e te le passava sulla testa, avanti e indietro, come un rabdomante. Diceva che in quel modo poteva sentirti i pensieri, se erano buoni o cattivi 48.

37Cette vision grotesque que Michele nous donne des adultes, tant sur le plan physique que sur le plan moral, se retrouve dans la description du chef de la bande. Cet homme laid, répugnant et vulgaire effraye notre héros au point qu’il refusera de partager sa chambre :

  • 49Ibidem, p. 92 et p. 102.

Ho saputo che si chiamava Sergio Materia. All’epoca aveva sessantasette anni e veniva da Roma, […]. Si era fatto parecchia galera, per buona condotta era tornato in libertà ed era emigrato in Sud America. Sergio Materia era magro. Con la testa pelata. Sopra le orecchie gli crescevano dei capelli giallastri e radi che teneva raccolti in una coda. Aveva il naso lungo, gli occhi infossati e la barba, bianca, di almeno un paio di giorni, gli macchiava le guance incavate. Le sopracciglia lunghe e biondicce sembravano ciuffi di peli incollati sulla fronte. Il collo era grinzoso, a chiazze, come se glielo avessero sbiancato con la candeggina. Indossava un completo azzurro e una camicia di seta marrone. Un paio di occhiali d’oro gli poggiavano sulla pelata lucida. E una catena d’oro con un sole spuntava fra i peli del petto. Al polso portava un orologio d’oro massiccio […]. Addosso aveva una canottiera lisa e dei mutandoni ingialliti da cui uscivano due trampoli secchi e senza peli. Ai piedi portava degli stivaletti neri con la cerniera abbassata 49.

38Parmi les femmes, au-delà de la mère de Michele, il y a :

  • 50Ibidem, p. 138.

[...] la signora Scardaccione, la madre di Salvatore, era una grassona alta un metro e mezzo e portava la rete sui capelli. Aveva le gambe gonfie come salsicce che le facevano sempre male e usciva solo a Natale e a Pasqua per andare dal parrucchiere a Lucignano. Passava la vita in cucina, l’unica stanza luminosa della casa, insieme alla sorella, zia Lucilla, tra vapori e odori di ragù.
Sembravano due foche. Piegavano la testa insieme, ridevano insieme, battevano le mani insieme. Due grosse foche ammaestrate con la permanente 50.

39Aux yeux d’un enfant de neuf ans ces portraits des adultes ne sont pas du tout rassurants. Finalement il n’y a plus de frontière entre son monde imaginaire, peuplé de créatures abjectes, et le monde réel dont les adultes sont les porte-paroles. Cette mosaïque cynique dont les adultes sont les acteurs nous fait penser à certaines scènes du film I mostri de Dino Risi. Dans le roman d’Ammanniti aussi, les personnages adultes sont des monstres civils et sociaux représentés avec leurs défauts physiques et moraux. C’est justement pour souligner leur caractère pathologique que notre auteur en fait des caricatures sinistres et difformes qui suscitent le dégoût du lecteur. Les adultes sont des caricatures et leurs imperfections sont habilement et sévèrement soulignées par notre auteur. Ils sont la représentation de leurs carences : amour, sensibilité, humanité, compréhension, pitié sont des mots obscurs et spoliés de leur signification. Tous sont prisonniers d’un monde horrible qui a comme toile de fond les tristes évènements de l’année 1978 dont il est l’écho : les années de plomb, l’enlèvement d’Aldo Moro, les cinquante-cinq jours de captivité du prisonnier, sa condamnation à mort, son exécution dans l’indifférence, l’apathie et la lâcheté des pouvoirs publics.

40Comme nous avons pu le constater, Michele, le jeune protagoniste de Io non ho paura, est seul et abandonné face à un long chemin qui l’amènera à l’âge adulte. Michele nous montre à quel point il est prêt à faire ce bond entre l’âge de l’insouciance, de la naïveté, de la pureté et l’âge adulte, sans forcément tomber dans les travers et les tentations d’une société matérialiste corrompue par le vice, la cupidité, l’égoïsme. Toutefois, ce passage ne peut qu’être traumatique et le prix à payer pour atteindre la maturité est un détachement brutal du monde de l’affection : sa famille, ses copains. Un autre sentiment émerge à côté du courage et du sens de la justice : la confiance. Michele a confiance en son père mais aussi en son meilleur ami, Salvatore. Pourtant le monde affectif de Michele est totalement bouleversé et paradoxalement son émotivité est sauvegardée par celui qui inconsciemment met en danger sa vie : Filippo. Malgré les différences, on a pu montrer que ce dernier, dans son rôle de victime, n’est autre que l’alter ego du protagoniste. Les deux enfants se lient d’une amitié profonde, créent un monde parallèle et privé, constitué de liens et d’inventions pour combattre la réalité adulte et cynique qui tente de les happer, devenant l’un et l’autre victime et héros du même combat.

41Ammanniti nous offre une histoire haletante et passionnante. La force de notre héros réside dans son courage, son imagination et sa détermination qui le rendent unique parmi ses pairs. Pendant la lecture du roman nous rêvons tous d’être Michele, d’avoir sa générosité, d’hériter de son altruisme, de disposer de son immense courage pour affronter ce monde et tous les monstres qui l’habitent.

Haut de page

Notes

1   Le roman a été traduit en plusieurs langues dont le français : Je n’ai pas peur, Grasset, 2002 ; réédité en 2012 aux Éditions Robert Laffont.

2   Ceci n’est que le premier exemple de l’altruisme, de la bienveillance, de la générosité, de la compassion du jeune protagoniste. Dans un autre passage du roman il n’hésite pas à prendre la place de Barbara contrainte à nouveau par Teschio à faire un gage en se déshabillant devant tout le monde.

3   Il est utile de souligner à ce propos que le film homonyme de Gabriele Salvatores, inspiré du roman et sorti sur les écrans italiens en 2003, a été traduit en français par L’été où j’ai grandi.

4   Ce n’est pas la première fois que Niccolò Ammanniti s’intéresse au monde des adolescents. En effet, déjà en 1995, en collaboration avec son père psychiatre de métier, il publie un essai sur les problèmes liés à l’adolescence : Nel nome del figlio : l’adolescenza raccontata da un padre e da un figlio, Milano, Mondadori, 1995, 209 p. De plus, d’autres romans de Ammanniti, que nous avons décidé d’exclure de notre étude pour ne nous concentrer que sur Io non ho paura, mettent en scène des adolescents : Ti prendo e ti porto via, Milano, Mondadori, 1999 ; Come Dio comanda, Milano, Mondadori, 2006 ; ainsi que Anna, Torino, Einaudi, 2015, son dernier roman. Enfin, si la critique s’accordait à reconnaître en Io non ho paura un roman abouti, ceci n’a pas été le cas des romans qui l’ont suivi (cf. l’étude de Daniela Picamus au sujet de « Come Dio comanda : I “comandamenti” di Niccolò Ammanniti », in Tiziana Piras ed., Gli scrittori italiani e la Bibbia, Atti del convegno di Portogruaro, 21-22 ottobre 2009, Trieste, EUT Edizioni Università di Trieste, 2011, p. 211-230).

5En lisant en écrivant, Librairie José Corti, 1980, p. 5. C’est nous qui soulignons.

6   Nous empruntons ici certaines des définitions à l’essai de Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, collection « Tel », 1945, p. 334 et suiv. Ces définitions ont été par ailleurs développées quelques années plus tard par Gilbert Durand, notamment dans Les Structures anthropologiques de l’imaginaire et dans Le Décor mythique de la Chartreuse de Parme dont nous parlerons bientôt.

7   Dans le cas de Silone, par exemple, le titre composé de Fonte (source) suivi de amara (amère) se prête bien entendu à une interprétation symbolique puisque l’action principale du roman est l’usurpation du ruisseau, de la source qui irrigue les champs des villageois.

8   Niccolò Ammanniti, Io non ho paura, Torino, Einaudi, 2001, p. 20.

9Ibidem, p. 35-36.

10   Dans la préface de Fontamara, l’auteur des Abruzzes nous dit à propos de ce caractère universel : « Ho dato questo nome a un antico e oscuro luogo di contadini poveri situato nella Marsica, […]. In seguito ho risaputo che il medesimo nome, in alcuni casi con piccole varianti, apparteneva già ad altri abitati dell’Italia meridionale […]. Fontamara somiglia dunque, per molti lati, a ogni villaggio meridionale il quale sia un po’ fuori mano, tra il piano e la monatagna, fuori delle vie del traffico, quindi un po’ più arretrato e misero e abbandonato degli altri », in Ignazio Silone, Fontamara, Milano, Mondadori, p. 3.

11   Niccolò Ammanniti, Io non ho paura, op. cit., p. 38.

12Ibidem, p. 6.

13Ibidem, p. 19, 35, 49.

14   L’œuvre à laquelle nous pensons est très probablement le dernier tableau du peintre hollandais : Champs de blé aux corbeaux, 1890.

15   Niccolò Ammanniti, Io non ho paura, op. cit., p. 7.

16Ibidem.

17   À plusieurs reprises le narrateur, avec un certain mépris, voire une certaine misogynie, ne se prive pas de commenter le physique de Barbara : « Sarebbe stato orribile. Sorpassato da una femmina. Cicciona. Barbara Mura saliva a quattro zampe come una scrofa inferocita. Tutta sudata e coperta di terra », ibidem, p. 8. Ou un peu plus loin dans le même chapitre, suite au gage imposé par il Teschio, à propos de ses seins Michele dira : « Sembravano scamorze, delle pieghe di pelle, non molto differenti dai rotoli di ciccia che aveva sulla pancia », ibidem, p. 15.

18 Ibidem, p. 14.

19 Ibidem, p. 33-34.

20 Ibidem, p. 6.

21Ibidem.

22Ibidem, p. 9-10.

23   Le romancier est obligé, par l’abstraction de son medium, d’isoler son premier personnage et, comme le dit parfaitement Gilbert Durand, « de le privilégier, de le transformer en héros et par là de le distinguer et de le grandir par rapport aux autres protagonistes », in Le Décor mythique de la Chartreuse de Parme, Paris, Librairie José Corti, 1971, p. 21.

24   Niccolò Ammanniti, Io non ho paura, op. cit., p. 81.

25Ibidem, p. 226-228.

26Ibidem, p. 50-51.

27   Gilbert Durand définit l’imagination comme un « dynamisme organisateur [qui] est facteur d’homogénéité dans la représentation » (Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1992, p. 26). À l’instar de Bachelard, un peu plus loin Durand « suppose que c’est notre sensibilité qui sert de médium entre le monde des objets et celui des songes », la sensibilité serait donc l’élément qui déclenche la rêverie à partir du monde concret (ibidem, p. 31).

28   Niccolò Ammanniti, Io non ho paura, op. cit., p. 124-125.

29   Selon Marc Alain Descamps, « Seul le merveilleux permet d’échapper à une vision rationaliste et platement logique de l’univers. Il nous révèle qu’il y a dans le monde infiniment plus de mystères que n’en a rêvé toute notre philosophie et que ce mystère nous habite. Desoille avait bien saisi la nécessité du passage par le merveilleux pour sortir de l’identification aux problèmes personnels et aux traumatismes anciens. Cela facilite les transformations de l’image et éclaire son sens symbolique. Il y a dans tous les Contes bien autre chose que le sexe : le besoin d’être seul et de vivre en bande ou en meute, d’être plusieurs êtres à la fois (dont son ombre), de se végétaliser et de se minéraliser, de communiquer avec les forces du monde. […] Ce qu’enseignent tous ces contes, c’est que la personnalité cachée peut apparaître, et que ce noyau si petit peut devenir l’être tout entier. De tout temps et dans toutes les civilisations, les mystiques ont désigné l’être caché que nous sommes réellement par la plus petite des graines (sénevé ou sésame). Voilà pourquoi le mot de passe est toujours – Sésame, ouvre-toi. Il faut que cette graine s’ouvre pour qu’elle puisse germer et devenir la plus grande des plantes » (extrait de l’article Psychanalyse des contes de fées, référence en ligne : http://docplayer.fr/62478423-Psychanalyse-des-contes-de-fees-par-marc-alain-descamps.html

30   Nous faisons ici allusion aux trente-et-une fonctions dont l’essayiste russe nous parle dans son texte phare : Morphologie du conte.

31   À plusieurs reprises Michele considère Filippo comme son ami, son frère, voire son frère jumeau : il est grand comme lui, il a le même âge (Io non ho paura, op. cit., p. 75, 80, 210).

32Ibidem, p. 147.

33Ibidem, p. 159.

34   Parallèlement à Felice, il y a un autre personnage qui aurait pu jouer ce rôle d’intermédiaire entre les enfants et les adultes. Il s’agit de Nunzio Scardaccione, « il fratello maggiore di Salvatore. Nunzio non era un pazzo cattivo ma io non lo potevo guardare. Avevo paura che mi mischiava la sua follia. Nunzio si strappava i capelli con le mani e se li mangiava. In testa era tutto buchi e croste e sbavava. Sua madre gli metteva un cappello e i guanti così non si strappava i capelli, ma lui aveva cominciato a mordersi a sangue le braccia. Alla fine lo avevano preso e lo avevano portato al manicomio ». Encore une fois, Ammanniti nous montre l’aliénation et la monstruosité dont sont victimes les habitants de ce village pauvre et isolé du fin fond du Monde.

35Ibidem, p. 78-79.

36Ibidem, p. 6 et p. 10.

37Ibidem, p. 39 et p. 41.

38Ibidem, p. 57.

39   À deux reprises Michele essaie de parler à son père après avoir découvert Filippo. La première fois au chapitre 2 : « – Papà ! Papà… – Ho spinto la porta e mi sono precipitato dentro. – Papà ! Ti devo dire… – Il resto mi si è spento tra le labbra », Ibidem, p. 56-57 ; la deuxième au chapitre 3 : « – Papà, ti devo dire una cosa. Una cosa importante. Si è messo la giacca. – Me la dici stasera. Adesso sto uscendo », ibidem, p. 66.

40Ibidem, p. 97.

41Ibidem, p. 56. La première phrase de cette citation sera reprise à la fin du chapitre 9 du roman, p. 197.

42 Ibidem, p. 41.

43 Ibidem, p. 62.

44 Ibidem.

45   N’oublions pas qu’il y a une très grande utilisation du zoomorphisme dans la bande dessinée ou dans les œuvres destinées aux enfants, notamment dans les contes.

46   Niccolò Ammanniti, Io non ho paura, op. cit., p. 13.

47Ibidem, p. 15.

48Ibidem, p. 65.

49Ibidem, p. 92 et p. 102.

50Ibidem, p. 138.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Mancini, « L’enfant victime et héros dans Io non ho paura
de Niccolò Ammanniti
 », Italies, 21 | 2017, 183-199.

Référence électronique

Bruno Mancini, « L’enfant victime et héros dans Io non ho paura
de Niccolò Ammanniti
 », Italies [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 19 janvier 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/italies/5761 ; DOI : 10.4000/italies.5761

Haut de page

Auteur

Bruno Mancini

Université de Lorraine Metz

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals