Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La figura del fanciullo nell’opera di D’Annunzio, di Pascoli e dei crepuscolari. Luca Bani et Yannick Gouchan

Luca Bani et Yannick Gouchan, Milano, Cisalpino, 2015, 286 p.
Perle Abbrugiati
p. 495-497
Référence(s) :

La figura del fanciullo nell’opera di D’Annunzio, di Pascoli e dei crepuscolari. Luca Bani et Yannick Gouchan, Milano, Cisalpino, 2015, 286 p.

Texte intégral

1Notre collègue Yannick Gouchan co-signe avec Luca Bani, de l’Université de Bergame, un essai qui apparaît presque comme un préalable indispensable à la lecture du présent volume d’Italies sur l’enfance, dont il a assuré la direction scientifique. Le thème de l’enfance y est en effet contextualisé, son histoire retracée, et il est examiné à trois étapes-clés du tournant littéraire du XIXe au XXe siècle.

2Le premier chapitre n’est pas le moins intéressant, puisqu’il prend en compte le concept d’enfance de l’âge classique jusqu’au XIXe siècle, en incluant les cultures non italiennes dans le propos. Il rappelle que la notion, peu présente en littérature dans l’Antiquité et au Moyen Âge (le seul enfant y étant Jésus, avec des caractères non ingénus pour d’évidentes raisons), s’affirme à partir du XVIIIe siècle grâce à Rousseau, dont les Confessions d’une part et l’Émile d’autre part vont donner deux directions au traitement de la figure de l’enfant : le versant mémoriel et le versant éducatif. Comme Francesco Orlando l’a bien mis en lumière, le thème explose au XIXe siècle. L’enfant devient la métaphore d’une liberté originelle, que la société industrielle tend à étouffer. Aussi la présence de l’enfant en littérature se décline-t-elle soit, de Baudelaire à Rilke, en image idéale qui permet aussi l’affirmation d’une conception poétique, poeta ut puer, soit en image sociale, avec l’apparition de la condition enfantine meurtrie par le monde moderne, de Hugo à Dickens en passant par Verga, Hector Malot, Carolina Invernizio ou Andersen, sans oublier Mark Twain. Parallèlement, se déploie une littérature pour l’enfance qui, de Collodi à Barrie, crée de nouveaux mythes enfantins. Le passage au XXe siècle créera de nouvelles approches : Freud ayant montré que l’enfance est aussi le lieu où se jouent nos premiers traumatismes, on voit évoluer les personnages d’enfants vers une dimension inquiétante, qu’ils soient aux prises avec une dimension irréelle, comme chez James, ou qu’ils distillent chez Thomas Mann un poison vénéneux bien loin de l’ingénuité enfantine des origines, Tadzio devenant l’emblême d’un carrefour entre Eros et Thanatos qui semblait épargné aux figures enfantines autrefois idéalisées.

3Dans le contexte de cette évolution du statut de l’enfance en littérature, qui va substantiellement de l’idéalisation de la pureté à la perte de l’innocence, sont examinés trois cas littéraires au cœur de cette transition.

4Le chapitre sur D’Annunzio s’attache autant à ses proses, telles que les nouvelles de Terra vergine ou les Novelle della Pescara, ou encore le Trionfo della morte, qu’à la poésie dannunzienne, en particulier celle du Poema paradisiaco, de Maia et de l’Alcyone. Chez D’Annunzio prosateur, la figure enfantine est d’une part liée à la mémoire de lieux biographiques, à une mythification d’espaces des Abruzzes ; d’autre part elle offre un effet-loupe sur une contamination des styles vériste et décadent. La figure de l’enfant pauvre est en effet l’occasion de descriptions qui dépassent la peinture sociale et la font déborder vers une complaisance pour la représentation crue de sujets délétères, monstrueux ou pitoyables. En poésie, en revanche, on voit dériver les figures paniques des premiers recueils vers l’image du fanciullo alcyonico, fulgurante et éphémère présence mythique vers laquelle tend la poésie.

5L’autre veine de la fin de siècle en matière d’enfants est bien sûr celle de Pascoli, qui fait l’objet d’un autre chapitre. Celui-ci part évidemment du célèbre texte sur le Fanciullino, qui définit le poète comme celui qui sait retrouver le rapport au monde propre à l’enfance, et le confronte à des figures d’enfants qui peuplent la poésie pascolienne (en tordant le cou au passage à l’idée erronée d’un poète pour l’enfance). Si le premier versant est bien connu de la critique qui a abondamment glosé l’aspect fondateur du Fanciullino sur la poésie de Pascoli, l’étude thématique des figures d’enfants est moins fréquente : le chapitre confronte donc des aspects théoriques à une figure fictionnelle/poétique assez récurrente chez l’auteur. Particulièrement intéressant est le passage consacré au point de vue de l’enfant sur la mort, qui place l’enfant entre angélisme et fatalisme, ce qui peut être efficacement comparé à l’idéalisation de l’enfance transparaissant par exemple du poème L’aquilone, la dimension du jeu prenant une valeur idéalisée d’élévation et de positionnement au-dessus du monde bas des adultes. L’enfant de ce poème étant mort cependant, le mouvement ascendant du cerf-volant définit aussi le mouvement du souvenir d’enfance, brève élévation destinée à rapidement s’éteindre, à l’instar de la poésie pascolienne. Le chapitre s’intéresse ensuite à deux métaphores fréquemment associées à l’enfance chez Pascoli, celle du monde des oiseaux et la métaphore végétale. Un passage important du chapitre est enfin consacré aux préfaces de Pascoli rédigées pour les ouvrages éducatifs qu’il a également produits : façon de rapprocher l’enfance idéelle de l’enfance réelle, et de mesurer différentes facettes de l’auteur pour en tester la cohérence.

6Le quatrième chapitre de l’ouvrage envisage alors la production des Crépusculaires au prisme de l’enfance. Il fait ressortir l’héritage, même s’il est déformé, que les Crépusculaires recueillent de Pascoli, du symbolisme et, de façon plus problématique, de D’Annunzio, à travers des figures d’enfants mélancoliques, tristes, malades, s’exprime un mal de vivre contemporain. L’enfant est un miroir identitaire, et aussi l’incarnation d’un désir de régression. Parfois il exprime néanmoins une joie de vivre paradoxale, affirmation d’un désir consolatoire. Mais si chez Pascoli l’enfant est l’enjeu d’une sérénité retrouvée, chez les poètes crépusculaires même cette joie est consciente de sa tension désespérée, elle n’a rien de serein ni d’inconscient, encore moins de pur. Ainsi, de façon différente et à nuancer, les poètes Marrone, Corazzini, Govoni, Moretti, Palazzeschi, Gozzano, Vallini, Chiaves, etc., délyricisent-ils l’enfance, faisant passer de l’enfant-poète qu’étaient le fanciullino ou le fanciullo alcyonico, au poète-enfant qu’incarnent tour à tour les poètes crépusculaires mal dans leur peau. Se dessine peu à peu dans le chapitre le « portrait pluriel de l’enfant crepusculaire » (p. 198), un enfant pâle, qui pleure – enfin ! – et que pourtant on voudrait être encore. Particulièrement intéressante est l’étude des chronotopes de la maison d’enfance et de l’école, et bien sûr du rapport à la mère.

7La conclusion fait figure de bilan et de prospective sur le XXe siècle. Tandis que s’est fixé au XIXe siècle le topos de l’enfant pur, non encore corrompu, angélique et jouissant d’une splendide inconscience, on voit s’affirmer au tournant du siècle une figure d’enfant plus inquiète ou plus inquiétante, pleine des angoisses que projette sur lui l’adulte : la mythification du souvenir d’enfance ne suffira plus à faire de l’enfance un lieu de régression rêvée, mais contribuera à faire de l’enfant une figure ambiguë. Moravia, Sbarbaro, Penna, Saba et beaucoup d’autres nous mettront sous les yeux des enfants troubles, images de la difficulté à se définir, dans l’absolu et par rapport aux autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perle Abbrugiati, « La figura del fanciullo nell’opera di D’Annunzio, di Pascoli e dei crepuscolari. Luca Bani et Yannick Gouchan », Italies, 21 | 2017, 495-497.

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « La figura del fanciullo nell’opera di D’Annunzio, di Pascoli e dei crepuscolari. Luca Bani et Yannick Gouchan », Italies [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 19 janvier 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/italies/5863

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals