Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Edwige Comoy Fusaro, Poliorama. Le immagini di Carlo Dossi

Neuville-sur-Saône, Chemins de tr@verse, 2015, 395 p.
Laura Guidobaldi
p. 500-502
Référence(s) :

Edwige Comoy Fusaro, Poliorama. Le immagini di Carlo Dossi, Neuville-sur-Saône, Chemins de tr@verse, 2015, 395 p.

Texte intégral

1Comme le montre la bibliographie “essentielle”, rapportée à la fin de l’ouvrage, les monographies consacrées à l’œuvre littéraire de Carlo Dossi sont plutôt rares. Cela s’explique sans doute par la difficulté que représentent, pour le critique comme pour le chercheur, l’étude exhaustive du corpus de cet auteur, et la nécessaire tentative de synthèse d’une écriture pour le moins composite, absconse, voire expérimentale. C’est pourquoi, l’essai d’Edwige Comoy Fusaro vient combler un vide critique en apportant une contribution substantielle et brillante à l’approfondissement de la connaissance de l’écrivain Dossi (par ailleurs diplomate, archéologue et journaliste).

2Prenant le contre-pied des jugements critiques, souvent défavorables, qui n’ont appréhendé Carlo Dossi que par des constats d’excentricité, de dispersion et de pastiche, ou par le biais de critères plus biographiques que littéraires et linguistiques, et surtout qui n’ont retenu de sa veine satirique que pessimisme et négativité, Edwige Comoy Fusaro s’emploie à mettre en lumière la pars construens du discours et de l’univers dossiens. Pour ce faire, l’auteure fonde sa démonstration sur l’analyse sémantique et interprétative des images nombreuses et récurrentes qui jalonnent les textes de Dossi. L’objectif, clairement défini dans l’introduction, consiste à cerner et expliquer la personnalité littéraire optimiste et “hédoniste” de l’écrivain par l’étude systématique et raisonnée de son écriture figurative.

3Entre une introduction et une conclusion aussi étoffées que méthodiquement articulées, l’ouvrage est structuré en quatre grands chapitres dont les finalités d’analyse sont presque toujours annoncées par des accumulations ternaires de verbes à l’infinitif, qui semblent matérialiser le processus programmatique de l’écriture dossienne.

4Ainsi, le premier chapitre (vedere, rivedere, travedere), étudie minutieusement, à l’aide de nombreuses citations, l’origine et l’originalité subjectives des images chez Dossi, pour mettre en évidence leur autonomie expressive et le style très personnel qui les caractérise. Le raffinement stylistique n’y est nullement une fin en soi, et si le pouvoir de séduction des images sollicite fortement la participation du lecteur, cela n’advient jamais au détriment de la réflexion, des idées et du sens.

5Le deuxième chapitre (svelare, rivelare, velare), est consacré à l’étude d’un aspect plus proprement idéologique, à travers la veine polémique de Dossi et les images qu’il met en œuvre dans sa satire sociale, souvent inhérentes aux champs sémantiques de l’animalité et de la nourriture. La vocation de ces images révèle une dichotomie qui n’est qu’apparente, car elles participent d’une même idéologie : mettre à nu (svelare) et dénoncer sous des “voiles” (velare) les travers humains et les apparences trompeuses propres à certains groupes sociaux. Quant à l’humour, à l’ironie ou à la parodie qui sous-tendent le discours dossien, ils procèdent d’un principe dualiste dont la fin du chapitre illustre les diverses modalités d’expression.

6Tout en approfondissant l’étude des images liées au thème de la nourriture, le troisième chapitre (Immaginare in corpore et in domo) lui associe celle des images de la “maison”, de la sphère domestique et de l’intime, espace privilégié de vérité et de simplicité dans l’univers dossien. L’association de ces deux domaines thématiques de la matérialité favorise la manifestation d’un troisième : celui des images de la corporéité, une “intimité” physique dont la vulgarité potentielle semble maintenue à distance par un discours de type allusif, elliptique et des images euphémiques. Cela participe, dans l’écriture satirique de Dossi, du souci d’équilibre entre le “registre bas” traditionnellement associé au genre comique et le “registre élevé”, reconnu aux genres considérés comme nobles ; souci dont témoignent également les très nombreuses images alimentaires, dans les différentes valeurs et ambivalences qu’explicite la seconde partie du chapitre.

7Enfin, la triade qui donne son titre au quatrième chapitre (ricordare, ricreare, mitizzare) invite implicitement le lecteur à prendre conscience d’une continuité et d’une progression quasi méthodologiques dans l’élaboration du discours figuratif de Dossi. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que l’enfance y soit examinée, dès le début, comme moment crucial et fil conducteur dans la génèse de l’écriture, pour se retrouver in fine au cœur d’une écriture régressive et nostalgique, qui offre un parcours existentiel alternatif à l’adulte confronté aux difficultés et aux obstacles de la réalité. Dans ce parcours, le théâtre et la théâtralisation jouent un rôle de premier plan, et pas seulement parce qu’ils sont étroitement liés à la satire, au jeu des masques, des apparences et des dévoilements. Le théâtre fait aussi partie du monde ludique de l’enfance, et les images qu’y puise Dossi sont porteuses de valeurs positives comme la magie, l’imagination et la création.

8À la fin de l’ouvrage, la démonstration est faite que Carlo Dossi n’a de cesse de mettre en valeur, dans son discours, les concepts de matérialité et de corporéité par le truchement d’une écriture fortement figurative, dans laquelle les images, malgré leur fréquente ambivalence, sont dominées par les sentiments de vérité et de simplicité, mais aussi de joie. Ces sentiments sont indissociables de l’autre grand thème, omniprésent dans l’imaginaire dossien, celui de l’enfance et du regard de l’enfant, seul capable de se détacher de la réalité doloureuse pour recréer un univers fait d’images positives, un refuge littéraire voué à l’optimisme et à la joie.

9Remarquable tant par son postulat novateur que par la finesse scientifique de ses analyses, le livre d’Edwige Comoy Fusaro a en outre le double mérite de proposer une étude exhaustive, portant sur l’intégralité du corpus dossien, et inédite à plus d’un titre dans la critique consacrée à l’écrivain lombard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Guidobaldi, « Edwige Comoy Fusaro, Poliorama. Le immagini di Carlo Dossi », Italies, 21 | 2017, 500-502.

Référence électronique

Laura Guidobaldi, « Edwige Comoy Fusaro, Poliorama. Le immagini di Carlo Dossi », Italies [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 19 janvier 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/italies/5869

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals