Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le mythe repensé dans l’œuvre de Giacomo Leopardi,
sous la direction de Perle Abbrugiati

« collection Textuelles », Aix en Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016, 506 p.
Yannick Gouchan
p. 502-505
Référence(s) :

Le mythe repensé dans l’œuvre de Giacomo Leopardi, sous la direction de Perle Abbrugiati, « collection Textuelles », Aix en Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016, 506 p.

Texte intégral

1L’essai collectif se présente sous la forme d’une publication des Actes du colloque international qui s’est tenu à Aix-en-Provence du 5 au 8 février 2014, lui-même organisé dans la continuité d’une série de séminaires de recherche consacrés à la réécriture du mythe, au sein du Centre Aixois d’Études Romanes (CAER EA 854). Les textes du volume ont été réunis par Perle Abbrugiati, en collaboration avec Mélinda Palombi, Andrea Natali, Alessandro Marignani, Tommaso Tarani et Daniela Vitagliano. Une longue et riche introduction de quinze pages (Mythe rêvé, mythe raillé, par Perle Abbrugiati) permet de comprendre la signification du mythe dans l’œuvre et la pensée de Leopardi à partir des processus de réécriture, de parodie et de variante. Sujet fondamental pour renouveler les études sur l’auteur italien, le mythe et les différentes formes de sa reprise dans l’époque moderne – à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle – sont déclinés suivant une infinité de nuances esthétiques, historiques, philosophiques et herméneutiques, dont un précieux « mode d’emploi » nous est fourni aux pages 10-12 (mythe et nostalgie, illusion, cosmogonie, dérision, etc.). L’essai collectif possède une structure interne parfaitement cohérente qui débute avec les réflexions autour du mythe repensé, puis se poursuit avec la question des apocryphes articulés sur le mythe, avant d’aborder les modalités de réception et d’intégration des mythes classiques. Une quatrième partie laisse apparaître la possibilité de transparences mythiques, tandis que le corpus fondamental des Operette morali constitue une cinquième partie. Le mythe est ensuite envisagé selon une perspective moderne, ou comment l’époque de Leopardi a pu produire ses propres mythes, et comment l’œuvre léopardienne entretient, elle aussi, certains mythes. La dernière partie clôt le volume sur la dimension mythique de Leopardi lui-même.

2Giuseppe Sangirardi (Schizzi per una cartografia del mito in Leopardi) inaugure la série des articles en dressant un état des lieux précis et documenté de l’espace mythique léopardien. Antonio Prete (La luce dell’anteriorità. Su Leopardi e il mito) traite des mouvements de représentation du mythe chez le poète désenchanté et notamment de la question de l’origine. Anna Dolfi (Il pensiero della lingua e le ultime mitologie) prend en examen le langage même du Zibaldone pour déceler le lien entre logos et mythos. Alberto Folin (Leopardi : il mito in questione) étudie pour sa part le rapport entre le (néo)classicisme et la mythologie, puis son articulation sur l’époque romantique et la conception moderne de la poésie. Fabiana Cacciapuoti (Il mito in Gravina, Vico e Leopardi) examine la dimension philosophique du poète de Recanati en rapport avec les idées du XVIIIe siècle sur la connaissance, le langage et le symbolique. Dans un article à quatre mains Fabio Camilletti et Martina Piperno (Sopravvivenze dell’antico. Il mito nella polemica classico-romantica) reviennent sur le problème posé par la survivance et l’utilisation du mythe dans l’esthétique néoclassique lombarde.

3Ludovica Cesaroni inaugure le chapitre consacré aux apocryphes et à la falsification du mythe. Dans « L’Inno a Nettuno ». La costruzione di un falso elle examine un unicum du corpus léopardien en proposant une lecture détaillée. Margherita Centenari (Forme di riscrittura del mito antico in una contraffazione leopardiana) revient sur l’Hymne à Neptune en soulignant la complexité des sources possibles. Alessandro Marignani (Gli apocrifi di Leopardi tra mito della creazione e mito della lingua perfetta) cherche à montrer l’importance, dans le processus créatif léopardien, des textes apocryphes – entendus comme réécriture de mythes – dans la définition de la langue parfaite, donc inactuelle, et non universelle. Mélinda Palombi (Le « Cantico del gallo silvestre ». Mythe en sommeil, mythe duel) analyse avec précision le processus et les modalités stylistiques de la réécriture du mythe du tarnegòl bar dans une operetta morale sur le coq sauvage solaire. Dans un dialogue entre Leopardi et la poésie grecque, Enzo Neppi s’intéresse au célèbre poème consacré à Sappho en étudiant plus particulièrement la source d’inspiration que constitue la lettre de la poétesse à Phaon dans les Heroides d’Ovide (« L’Ultimo canto di Saffo » come risposta a Heroides 15 – Sappho Phaoni). Dans une prise en compte de la légende grecque autour de la bataille des Thermopiles et de l’épisode de la mort de Virginia, dans le monde latin, Chiara Gaiardoni propose de relire plusieurs textes poétiques qui en constituent une réécriture (Due exempla virtutis per il Leopardi delle Canzoni : « Virginia », « le Termopili »). Le mythe classique est à nouveau revisité par Andrea Natali qui se concentre sur la traduction esthétique du motif de la chute présent dans le Zibaldone et la poésie léopardienne, à partir de la Genèse ; il étudie les figures de Psyché et de Sophia, déchue du royaume de la lumière (Genesi, Psiche, Sophia. Spunti teoretici e figure per un’estetica della caduta). Monica Ballerini (Amore e morte. La creazione di un mito) focalise son étude sur le chant Amore e morte porteur d’éléments classiques qui se mêlent à une vision sensiblement romantique du mythe de la morte-fanciulla. Francesca Irene Sensini prend en examen l’un des textes les plus difficiles de l’auteur pour y déceler les formes revisitées du mythe de Dédale, ou « le chaos de l’ordre naturel », dans Dedalo delle origini. Il mito dell’homo sapiens e faber nei Paralipomeni della Batracomiomachia. Sur le même texte léopardien, Cosetta Veronese propose une réflexion autour de la réécriture du mythe de la catabase en se fondant sur l’exemple virgilien de la figure d’Enée (« Siccome Enea ». Mito, riscrittura e contaminazione nella catabasi dei Paralipomeni). Michael Caesar (Eco, Filomena e la favole antiche) souligne la transparence du mythe dans le concept de la voix, poétique et lyrique, grâce à l’étude de la canzone Alla primavera, o delle Favole antiche. Pour Gilberto Lonardi (Due figure epico-mitiche tra Zibaldone e Canti) il s’agit de tracer les contours de deux héros mythologiques de l’Iliade, Achille et Hector, tels qu’ils sont évoqués dans la pensée et dans l’écriture poétique de Leopardi. Dans « E mi rivolsi indietro ». Sur les traces d’Orphée dans l’œuvre de Leopardi, Tommaso Tarani cherche à montrer l’interprétation moderne du célèbre mythe par le poète de Recanati, et notamment le moment où Orphée se retourne, puis sa transposition dans le chant lyrique.

4Le volume se dirige ensuite vers le corpus particulier des Operette morali. Andrea Cannas (L’Anima oscura, la Natura onnipotente e l’illustre blasone del mito) effectue une lecture du dialogue entre l’Âme et la Nature sous l’angle de la subversion des mythes classiques. Floriana Di Ruzza (Noms, langage et mythe dans les Petites œuvres morales) propose quant à elle une lecture de plusieurs textes-clés du recueil en soulignant le choix et la portée des noms puisés dans le fonds mythologique ancien pour les transformer en « choses » de nature allégorique, tout en articulant son analyse sur le rapport entre mythe et langage. Luigi Capitano (Il palinsesto silenico e la desublimazione del mito) met face à face les mythologies anciennes et modernes afin de dégager l’interprétation leopadienne de la figure de Silène dans une pensée sur l’être et le non-être. Dans « La Moda e la Morte ». Invenzione di una genealogia mitica, Alessandra Aloisi nous invite à relire le dialogue de cette operetta suivant la signification que peut prendre le mythe de la Mort et de la Mode entendues comme les sœurs enfantées par la Caducité. David Gibbons (La fenomenologia della sati nella « Scomessa di Prometeo ») prend en examen le dialogue sur Prométhée avec l’intention de sonder et d’expliquer l’épisode mythique de la sati indienne qui en constitue l’élément central, ce qui permet de mieux comprendre, au-delà des mythes classiques grecs et latins, la connaissance qu’avait le poète de la culture orientale.

5À propos des mythes modernes revisités, produits et engendrées par l’œuvre de Leopardi, Philippe Audegean (Superbe fole : una bruttisima e acerbissima mitologia. Leopardi e le illusioni moderne) se concentre sur les formes et le pouvoir de l’illusion dans le Zibaldone. Fiorenza Ceragioli (« Palinodia al marchese Gino Capponi ». Leopardi distrugge il mito del secolo d’oro) étudie plusieurs chants et operette afin de mettre en lumière le message contenu dans la Palinodie dont elle propose une analyse très approfondie. Dans Leopardi e il mito moderno della « cultura di massa », Antonio Di Meo s’intéresse à la pensée du poète de Recanati sur le mythe du progrès, et plus particulièrement à sa conception de l’éducation et de la culture au sein du débat entre Anciens et Modernes. Andrea Penso (« Popol, suffragi elezioni » e « cicalar di stato ». I miti della politica moderna nei Paralipomeni) a choisi de mener une investigation sur l’idée politique de légitimité – dans les années 1820 – au cœur des huitains de la célèbre bataille allégorique entre des rats et des batraciens. Alfredo Luzi, dans Il mito dell’unità nazionale nelle riflessioni di Leopardi sulla lingua italiana, prend en examen l’intérêt que le poète a porté à la question séculaire puis risorgimentale de l’unité territoriale de la Péninsule dans le Zibaldone. Fulvio Senardi (Leopardi 1824. Il tramonto del mito e le metamorfosi dell’« immaginazione ») propose de lire le célèbre Discours sur les Italiens à la lumière de sa portée civile, de son point de vue impartial et du thème des illusions et de l’imagination dont il est porteur.

6Le volume se poursuit avec les mythes créés par l’œuvre et la figure de Leopardi elles-mêmes. Antonella Del Gatto (Dallo Spavento al Canto. Il mito lunare in Leopardi) centre sa contribution sur le mythe lunaire chez le poète en choisissant de relire le Canto notturno di un pastore errante dell’Asia et d’en proposer une analyse originale. Dans son article Patrizia Landi (« Le colonne e i simulacri e l’erme torri ». La funzione critico-gnoseologica del mito delle rovine) parvient à trouver une analogie entre les ruines antiques – considérées comme une image de nature mythique à l’époque de Leopardi – et la condition humaine dans plusieurs poèmes des Canti. David Jérôme à son tour (Mythologie léopardienne du végétal) décèle un lien, riche de possibilités critiques, entre les images mythiques des métamorphoses végétales et la description du jardin de Bologne, afin de revisiter avec une grande originalité La Ginestra. Giuseppe Antonio Camerino (Leopardi e il mito della nobil natura nella « Ginestra ») revient sur ce même chant en traitant de l’allégorie de la « nobil natura » considérée comme « un symbole, une figure mythique sans nom ». La dimension mythique de Leopardi lui-même est évoquée à la fin du volume par deux contributions : Fabrice De Poli (Leopardi et le mythe du « scetticismo ragionato ») s’interroge sur la capacité mythopoïétique des concepts propres au poète de Recanati, autrement dit l’affirmation d’une pensée mythique dont l’objet serait précisément de déconstruire les mythes. Le dernier article est signé par Stéphanie Lanfranchi (Leopardi optimiste. Un mythe politique et européen), qui cherche à définir le mythe de Leopardi dans la postérité critique et philosophique italienne, entre pessimisme attendu et optimisme probable.

7Une riche bibliographie léopardienne établie par plusieurs membres du CAER est fournie à la fin du volume.

8L’objectif de cet essai collectif, considérable par la quantité (près de 500 pages) et la variété de ses chapitres (37 contributions au total), semble avoir été atteint car il contribue à repenser les multiples sortes de mythes léopardiens en les considérant comme autant de clés de lecture et d’interprétation d’une pensée poétique qui, deux siècles plus tard, continue de fasciner en devenant à son tour mythique : Leopardi est un mythe (p. 20). Le mythe repensé devrait sans aucun doute faire date dans la postérité critique de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Le mythe repensé dans l’œuvre de Giacomo Leopardi,
sous la direction de Perle Abbrugiati
 », Italies, 21 | 2017, 502-505.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Le mythe repensé dans l’œuvre de Giacomo Leopardi,
sous la direction de Perle Abbrugiati
 », Italies [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 19 janvier 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/italies/5871

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals