Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ferdinando Pappalardo, Popolo nazione stirpe. La retorica civile di Gabriele D’Annunzio (1888-1915)

Manduria-Roma-Bari, Pietro Lacaita editore, 2016, 160 p
Raffaele Ruggiero
p. 512-515
Référence(s) :

Ferdinando Pappalardo, Popolo nazione stirpe. La retorica civile di Gabriele D’Annunzio (1888-1915), Manduria-Roma-Bari, Pietro Lacaita editore, 2016, 160 p

Texte intégral

1L’auteur est professeur de « Théorie et histoire des genres littéraires » à l’Université de Bari et il compte parmi les fondateurs d’une tradition de recherche dans le domaine de la littérature comparée en Italie. Il faut rappeler que, après la condamnation par Croce de tout discours concernant les genres littéraires, ce débat était resté presque interdit dans la tradition critique italienne jusqu’aux années 1980. Pappalardo, qui a derrière lui une longue expérience de recherche concernant la littérature italienne des origines (notamment la poésie du XIIIe siècle) ainsi que d’importants travaux sur le roman du XXe siècle, avait déjà publié des contributions significatives sur l’œuvre de D’Annunzio. On rappellera en particulier son étude sur le roman Il Fuoco, parue en 1988 dans un recueil sur le roman italien contemporain dirigé par le même Pappalardo, chez l’éditeur Dedalo (il s’agit de la maison fondée en 1965 par Raimondo Coga, qui avait aussi été le promoteur et propriétaire de la revue Il manifesto, le quotidien de référence de l’extrême gauche en Italie. Ferdinando Pappalardo, au-delà de l’enseignement universitaire, s’est engagé durant les années 1990 comme membre du Parlement italien dans les rangs du parti communiste ; aujourd’hui il dirige le centre interuniversitaire de recherches sur l’œuvre d’Antonio Gramsci).

2Dans son essai Popolo nazione stirpe, le point de départ pour l’analyse de la rhétorique politique de D’Annunzio est la constatation de son irréductibilité aussi bien au nationalisme qu’à la branche politique du futurisme. Dès la première page l’auteur nous rappelle que, après le discours de D’Annunzio pour l’intervention de l’Italie dans la Première Guerre mondiale, à Quarto en mai 1915, Stephan Piot avait observé, dans la Revue des sciences politiques, le 15 août 1915, que « Sur le rocher de Quarto, il a chanté la guerre libératrice ; à sa voix, toute une nation a fait écho », mais que « l’écho se serait bientôt perdu dans la mer proche, sans un roi complice et prêt à le recueillir ». En fait les différences d’idéologie politique entre les positions de D’Annunzio et celles du nationalisme italien (aussi bien que les différences par rapport à l’« Action française » et à Maurras, qui ont été pourtant indiqués comme étant une source influente sur la pensée de D’Annunzio), ou bien la polémique ouverte avec Marinetti et les futuristes, nous obligent à un examen plus approfondi du discours politique de D’Annunzio. Cette enquête est d’autant plus nécessaire qu’il semble évident que la transversalité de son discours politique ne peut pas être liquidée en tant qu’une simple “vague” (selon le jugement de Croce), bien qu’il ait toujours manifesté une sorte de mépris aristocratique envers l’activité politique proprement dite. De plus, la réception critique durant le XXe siècle a oscillé entre le fait de reconnaître à D’Annunzio une véritable pensée politique (par exemple : Isnenghi, Andreoli, Cannone, mais avec de notables différences entre leurs positions) et le fait de nier l’existence d’une conscience politique chez lui (par exemple : Alatri, de Michelis et, de façon plus modérée, De Felice).

3Les contradictions politiques de D’Annunzio sont nombreuses : il passa de la Droite à la Gauche (à l’opposition), et pourtant il resta proche de la monarchie, il nia l’importance du conflit de classe, il ignora aussi bien la question méridionale que le problème social et la profonde misère de sa propre région (les Abruzzes). Dans ce cadre et dans ce véritable nœud d’antinomies il devient fort difficile d’essayer de donner une interprétation unitaire à la rhétorique politique de D’Annunzio. De plus, la séparation entre le nationalisme de D’Annunzio et celui de Carducci, qui s’est opérée dans la critique littéraire de l’après-guerre (on pense notamment au Carducci senza retorica de Luigi Russo, paru chez Laterza en 1954) avait le but explicite de “sauver” Carducci, en distinguant le culte mélancolique de la romanité chez Carducci de l’impérialisme de D’Annunzio. Si cette séparation a eu l’effet bénéfique de maintenir le rôle de Carducci à l’intérieur du canon de la littérature italienne (mais aussi pendant la réaction antifasciste des années 1940-60), elle a en revanche ôté une base historique nécessaire afin d’inscrire correctement la politique de D’Annunzio dans son propre milieu culturel.

4Le deuxième chapitre de l’analyse de Pappalardo est consacré aux premières manifestations de la rhétorique politique de D’Annunzio, et notamment les Odi navali du 1893 (et la polémique concernant la nécessaire réforme de la marine militaire italienne) et surtout l’article La bestia elettiva, paru dans Le Mattino de Naples en 1892 (le « Partito dei Lavoratori italiani », ensuite dénommé « Partito Socialista », était né la même année). Mais il faut observer que la matrice culturelle de l’opposition de D’Annunzio aux régimes parlementaires et à l’idéologie égalitaire ne trouve pas ses racines dans la critique de Taine ou dans les théories économiques de Mosca et Pareto, mais plutôt dans son élitisme aristocratique et dans sa réaction “littéraire” envers la réification de l’art. À ce propos Pappalardo consacre des pages très intéressantes au débat entre l’art et la science dans les écrits de D’Annunzio vers la fin du siècle, des observations critiques qui demandent à être contextualisées, lorsque nous considérons que l’essai de Pirandello sur ce même sujet date de 1908.

5En examinant le passage entre Il trionfo della morte (1894) et Le vergini delle rocce (1895), Pappalardo démontre toute l’ambigüité qui se cache derrière l’adhésion de D’Annunzio à la foi nietzschéenne dans l’Übermensch. En particulier l’auteur consacre une analyse au miroir à l’éloquence politique qui alourdit la première partie du roman Le vergini en parallèle avec les nombreux articles de D’Annunzio dans les journaux et les revues de l’époque, en particulier les trois écrits consacrés au Caso Wagner, parus dans La Tribuna en 1893 (sur le Caso Wagner et l’activité de D’Annunzio en tant que traducteur des tragédies grecques on consultera une recherche très utile de Paolo Zoboli publiée en 2004 chez Pensa à Lecce). Pappalardo nous montre ainsi que Claudio Cantelmo, le protagoniste de Le vergini, est bien plus proche du « héros » de Carlyle ou plutôt des « hommes représentatifs » d’Emerson, que du surhomme de Nietzsche.

6L’auteur situe le moment crucial de l’évolution politique et idéologique de D’Annunzio dans les années de son activité parlementaire : D’Annunzio accepta la candidature dans les rangs de la Droite en 1897, et Jules Heuret, dans une entrevue pour Le Figaro en janvier 1895 observa qu’il voulait « renouer la tradition de l’éloquence perdue depuis le seizième siècle en Italie » et « donner aux politiciens quelques leçons d’éloquence ». Une analyse très pointue est consacrée à la rhétorique politique de D’Annunzio entre le 1897 et le 1900, en observant la maturité des deux discours électoraux florentins mais aussi l’empreinte qu’a laissée sur toute l’activité politique de D’Annunzio sa propension dramaturgique, sa tendance au théâtre. Par la suite, dans les premières années du nouveau siècle, la rhétorique de D’Annunzio sera adressée aux masses, aux milieux socialistes, dans le but d’une reconstruction de la conscience nationale, de la cohésion civile qui a pour but le réveil du sentiment de la patrie.

7À partir de ce moment-là, D’Annunzio se perçoit comme étant investi d’une mission en tant que « vate della nazione », une voix poétique qui a pour tâche d’être à la tête et de guider le peuple italien. Mais cela, comme l’observe Pappalardo, est une « estetizzazione del nazionalismo », c’est-à-dire un dérapage du nationalisme vers l’esthétisme avec des nuances d’irrédentisme et d’expansionnisme. C’est là que se trouve la genèse d’Elettra, le livre le plus épique des Laudi et le témoignage le plus mûr du nationalisme de D’Annunzio.

8Le dernier chapitre du livre de Pappalardo est remarquable pour son analyse de la rhétorique de D’Annunzio entre le conflit de l’Italie contre la Turquie (en Lybie en 1911-12) et la mobilisation de mai 1915 pour l’engagement dans la Première Guerre mondiale : les « radiose giornate » sont la consécration du « vate » et marquent la naissance du « poète-soldat ». L’exaltation de la guerre latine n’est pas seulement le couronnement de la rhétorique politique de D’Annunzio, mais elle distingue aussi une intelligente récupération du nœud (typiquement italien) entre nationalisme et romanité : la chose la plus intéressante est que D’Annunzio, avant son retour en Italie, essaya de transplanter cette identification dans ses poésies et ses proses françaises et, dans les Canti della guerra latina, il plaint la « France croisée » avec des vers épiques et hymnodiques : « France, France la douce, entre les héroïnes / bénie, amour du monde … » (Ode pour la résurrection latine). Dans ses articles publiés par la presse française (mais en fait souvent reprises et traduites, tout de suite après, par le Corriere en Italie), D’Annunzio confie à l’Italie et à la France la même tâche de lutter afin de sauvegarder la civilisation latine « nécessaire à la noblesse du monde, comme le rythme intérieur à tout être vivant », de « combattre le combat suprême contre une menace imminente de servitude et d’extermination » (par exemple dans Fluctibus et fatis, mais aussi dans Le ciment romain). Dans le même article D’Annunzio condamne la Triple Alliance, en observant que « dans la conscience troublée du peuple » italien s’est réveillé « le génie de la race » (bien entendu il s’agit de la « race latine »), et que « le peuple italien, debout, semble entendre et comprendre enfin le rythme de ses sources cachées ». D’Annunzio retourna en Italie le 4 mai 1915, et son retour fut rendu possible grâce au soutien financier des milieux économiques qui exerçaient une pression pour l’entrée de l’Italie en guerre aux cotés de l’Entente. C’est dans ce cadre que la rhétorique politique de D’Annunzio subit sa dernière transformation : il deviendra le tribun, le meneur de foules, dans ses paroles le peuple est toujours opposé aux institutions de l’État.

9Bien plus tard, Antonio Gramsci, en discutant la popularité de la rhétorique politique de D’Annunzio, ne trouvera pas la raison de son succès dans ses éléments populistes et dans ses gestes théâtraux, mais dans la nature apolitique du peuple italien, une nature apolitique et en même temps turbulente, prête à l’émeute, prête à accorder sa confiance à n’importe quel aventurier. Comme cela allait se confirmer, Gramsci avait raison et Machiavel avait écrit en vain le chapitre 18 du premier livre de ses Discours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raffaele Ruggiero, « Ferdinando Pappalardo, Popolo nazione stirpe. La retorica civile di Gabriele D’Annunzio (1888-1915) », Italies, 21 | 2017, 512-515.

Référence électronique

Raffaele Ruggiero, « Ferdinando Pappalardo, Popolo nazione stirpe. La retorica civile di Gabriele D’Annunzio (1888-1915) », Italies [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 19 janvier 2018, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/italies/5876

Haut de page

Auteur

Raffaele Ruggiero

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals