Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Emilio Sciarrino, Le plurilinguisme en littérature. Le cas italien

Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2016, 186 p.
Yannick Gouchan
p. 515-517
Référence(s) :

Emilio Sciarrino, Le plurilinguisme en littérature. Le cas italien, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2016, 186 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’une recherche ayant mené à une thèse de doctorat, soutenue en 2015 à l’Université Paris III-Sorbonne nouvelle, sous la direction de Jean-Charles Vegliante. L’auteur, Emilio Sciarrino, se propose de définir le plurilinguisme et d’en expliquer le fonctionnement dans la littérature italienne contemporaine.

2Une première partie (Le plurilinguisme entre théorie et pratique) porte sur la difficulté du concept de plurilinguisme, avec un effort de contextualisation sémantique (la différence avec « monolinguisme » et « langue maternelle » ; la différence entre « plurilinguisme » et « multilinguisme » ; le fait que le plurilinguisme ne soit pas une simple déviance par rapport à une norme linguistique), mais aussi épistémologique et historique. Les cas d’interférences linguistiques abordés, dans la langue parlée et dans la langue littéraire, permettent de comprendre aisément le fonctionnement d’un « code mixing » (p. 29) au niveau sonore et graphique. L’auteur défend l’idée selon laquelle il existe un lien profond entre la pratique du plurilinguisme, les effets directs sur la pratique stylistique et la construction d’une pensée. Ainsi, le fait de pratiquer plusieurs langues s’articulerait-il directement sur la définition d’une forma mentis à l’origine de la création littéraire elle-même. La mise en perspective du concept dans le cas général de la recherche en linguistique, et dans le cas précis de la littérature italienne, s’opère d’abord par un retour, nécessaire, sur la « nouvelle question de la langue » au XXe siècle (p. 49), avant de mentionner plusieurs cas de création et d’expérimentations significatives qui ont eu recours au plurilinguisme : Amelia Rosselli, Edoardo Sanguineti et Patrizia Vicinelli, tous les trois marqués par la présence de plusieurs langues étrangères dans leur vie et leur production, aussi bien dans l’exercice scriptural que dans la performance vocale. L’essai se consacre dès lors à l’étude de ces trois auteurs.

3La deuxième partie de l’essai (L’imaginaire plurilingue) est consacrée pour sa part à l’implication de l’utilisation de langues multiples dans l’élaboration d’un imaginaire littéraire (on cite l’apport fondamental d’Édouard Glissant). L’ouvrage s’intéresse ici à des questions cruciales telles que l’identité du sujet (en l’occurrence poétique, mais pas seulement) confronté à l’utilisation simultanée et revendiquée de plusieurs langues, par exemple « la névrose de Janus » (p. 67) qui oblige l’énonciateur à se situer dans « l’entrelangue » (p. 15, expression forgée par Jean-Charles Vegliante), ou la « schizophrénie » de Vicinelli. Dans ces deux cas, il s’agit d’une « faille entre les langues » (p. 64). On traite ensuite de l’élaboration d’images issues d’un mécanisme de nature plurilingue (le vide et le plein, le corps et son espace, la déformation, le désordre et le chaos), de la transposition d’une multiplicité linguistique vers un autre système linguistique d’accueil, multiple et non monolingue, et enfin de l’articulation – de plus en plus affirmée – de l’expérience plurilingue sur la littérature mondiale (Weltliteratur, p. 75), qui explique la portée idéologique et spirituelle de la pratique plurilingue (p. 99).

4La troisième partie (Lectures et traductions du plurilinguisme) propose de passer à la présentation et à l’analyse de cas particuliers d’écriture plurilingue. On aborde ici le problème de la traduction de l’œuvre d’Edoardo Sanguineti (p. 130-131, par exemple) et d’Amelia Rosselli (p. 136, par exemple), tandis que Patrizia Vicinelli, dont on a abordé l’écriture dans la deuxième partie de l’ouvrage, restait encore très largement inconnue en langue française, jusqu’à une date très récente (on découvre dans la bibliographie qu’Emilio Sciarrino a traduit un extrait de Non sempre ricordano). La compréhension de la réception difficile des textes plurilingues (par la lecture, l’interprétation, la traduction), implique de se pencher aussi bien sur la pratique éditoriale que sur l’étude de la prosodie et de sa translatio. On trouve à ce propos une belle définition de la traduction, à la page 167 : c’est « la réalisation d’un mouvement déjà présent dans l’écriture même ». Ce qui signifie que toute tentative de transfert d’un texte plurilingue dans une autre langue exige la reconnaissance préalable d’une écriture qui s’ouvre à la multiplicité. Le cas de Rosselli (plurilingue de naissance) est absolument passionnant, car il fournit un exemple emblématique de la démarche d’édition des recueils Variazioni belliche et Primi scritti, puis d’auto-traduction (p. 143-146, avec Sleep/Sonno), et enfin de traduction collaborative. La collaboration entre l’auteur et son traducteur français (Joseph Guglielmi pour Sanguineti, Jean-Charles Vegliante pour Rosselli), permet de présenter des micro-analyses précieuses pour entrer dans le processus de transfert de Laborintus et de La libellula en français (p. 148-153). On souligne le fait qu’une partie des documents de Rosselli exploités dans cet essai étaient encore inédits.

5L’ouvrage, bien qu’il soit essentiellement centré sur l’étude de la littérature, comporte une véritable dimension transversale, car il touche aussi bien aux domaines de la linguistique que de la sociologie et de la philosophie : « Pour une philosophie du plurilinguisme » est d’ailleurs l’intitulé de la conclusion (p. 163). On remarque justement la prise en compte des réflexions théoriques spécifiques de la main de Sanguineti et de Rosselli sur l’utilisation des langues, au-delà de l’analyse de leur production littéraire. Utiliser plusieurs langues dans une opération de création suppose également une réflexion métalittéraire sur la forme du texte (on parle, par exemple, de « l’hybridité du texte plurilingue », p. 165). Le plurilinguisme n’est plus considéré comme une catégorie étrange, marginale et expérimentale de l’écriture littéraire (c’est-à-dire l’œuvre « des écrivains originaux », p. 3), mais bien comme un mode de pensée, entre les langues, capable de déployer un imaginaire créatif pluriel et ouvert. Le cas italien, considéré comme un laboratoire, suppose donc qu’une pluralité linguistique est bien à l’œuvre dans une partie de la création littéraire contemporaine, et qu’elle se présente comme une expression de la multiplicité du sujet (sujet binational, sujet transnational, sujet exilé, sujet universel, etc.). Le plurilinguisme est considéré comme un instrument au service de l’écriture littéraire (p. 33), et sa théorisation – rendue nécessaire par l’indiscutable importance d’œuvres italiennes qui s’en revendiquent, depuis les années 1960, et jusqu’à nos jours avec l’émergence de « l’italophonie » – gagne, grâce à l’essai d’Emilio Sciarrino, en clarté et en visibilité. La riche bibliographie permet de trouver de nombreuses références de critique littéraire, de linguistique, de traductologie, ainsi qu’un utile bilan critique sur les trois poètes étudiés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Emilio Sciarrino, Le plurilinguisme en littérature. Le cas italien », Italies, 21 | 2017, 515-517.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Emilio Sciarrino, Le plurilinguisme en littérature. Le cas italien », Italies [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 19 janvier 2018, consulté le 09 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/italies/5879

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals