Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Catherine Miécaze-Ah Kong, Guido Gozzano narrateur.
Étude des nouvelles

Caen, Presses Universitaires de Caen, 2016, 324 p
Clémence Jeannin
p. 518-521
Référence(s) :

Catherine Miécaze-Ah Kong, Guido Gozzano narrateur. Étude des nouvelles, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2016, 324 p.

Texte intégral

1Catherine Miécaze-Ah Kong, qui mène ses travaux au sein de l’équipe de recherche sur les Littératures, les Imaginaires et les Sociétés de l’Université de Caen, a publié en 2016, année du centenaire de la mort de Guido Gozzano, une monographie intitulée Guido Gozzano narrateur. Étude des nouvelles, dans la collection « Cahiers de Transalpina », éditée par les Presses Universitaires de Caen. Cet ouvrage fait suite aux recherches effectuées par C. Miécaze-Ah Kong dans le cadre de sa thèse de doctorat, dirigée par Mariella Colin et soutenue en 2014. La chercheuse s’intéresse à l’ensemble des nouvelles de Guido Gozzano, rédigées et publiées dans différents quotidiens et périodiques entre 1903 et 1916. Elle en propose une lecture minutieuse, essentiellement thématique, en suivant un fil conducteur chronologique qui distingue différentes phases dans la production du nouvelliste. Sans prétendre lui attribuer une valeur égale à celle de la poésie de Gozzano, Catherine Miécaze-Ah Kong entend reconnaître à ce corpus de textes en prose « una sua dignità ed un suo equilibrio interno » (Marziano Guglielminetti, « Introduzione », dans Guido Gozzano, I sandali della diva, Giuliana Nuvoli éd., Milan, Serra et Riva Editori, 1983, p. XXIII), se plaçant ainsi dans la continuité de Guglieminetti et s’opposant en revanche à la plupart des critiques littéraires italiens, qui ont souvent jugé sévèrement les nouvelles du poète turinois.

2C. Miécaze-Ah Kong dresse en introduction un bilan de la critique italienne et française pour l’ensemble de la production en prose gozzanienne, qui comprend non seulement les nouvelles, mais aussi des contes pour enfants, un récit de voyage intitulé Verso la cuna del mondo et divers articles, pour la plupart consacrés à l’Exposition universelle qui eut lieu en 1911 à Turin. Alors que les anthologies françaises de littérature italienne, les études italianistes et la critique universitaire française consacrent une place de choix à l’œuvre en vers de Guido Gozzano, présenté comme le chef de file des poètes crépusculaires, son œuvre en prose est en revanche passée sous silence et très peu traduite, si bien que l’on a tendance à négliger l’aspect expérimental et polygénérique de son écriture. Le parcours éditorial des textes en prose de Gozzano au cours de la première moitié du XXe siècle confirme le manque de considération dont ils sont également victimes en Italie, puisqu’ils n’ont bénéficié que tardivement d’une édition critique, complète et fiable, contrairement aux textes poétiques. La critique italienne s’est longtemps contentée de jugements lapidaires, hiérarchisant les textes en prose sous l’autorité de la production en vers, jusqu’aux années 1980 où l’intérêt pour ces textes méconnus de Gozzano a été relancé par le travail de différents chercheurs qui ont mis à jour des sources inédites et rassemblé des corpus. Cet intérêt s’est cependant concentré surtout sur le récit de voyage Verso la cuna del mondo, au détriment du reste de la prose gozzanienne ; mais la récente édition critique des articles de Gozzano consacrés à l’Exposition a permis de combler certaines lacunes. C. Miécaze Ah-Kong se propose d’ajouter une pierre à cet édifice en analysant les 33 nouvelles publiées de Gozzano.

3Son étude comprend quatre chapitres, qui correspondent globalement à des étapes chronologiques. La première phase (1903-1906) de l’écriture des nouvelles, marquée par un tâtonnement expérimental, fait l’objet du premier chapitre, suivi de deux chapitres distincts qui traitent différents aspects des nombreuses nouvelles publiées par Gozzano en 1911 : l’un s’attache plutôt à la thématique du culte du passé et de l’enfance, l’autre à la question du fantastique et du motif du dédoublement. Le dernier chapitre est consacré aux dernières nouvelles de Gozzano (1915-1916), analysées sous le signe du déclin. Ces chapitres sont précédés d’une biographie extrêmement détaillée et documentée, mais aussi d’une présentation de l’iter éditorial des nouvelles du corpus, dont l’intégralité fut rassemblée en 1983 par Giuliana Nuvoli dans I sandali della diva, édition sur laquelle s’appuie C. Miécaze-Ah Kong en dépit de certaines faiblesses qu’elle pointe dans ce préambule. La partie biographique s’attache à signaler les détails de la vie de l’auteur dont sont émaillés les nouvelles et les poèmes de Gozzano, mais aussi l’influence de certains personnages rencontrés par Gozzano sur son œuvre, notamment sur son rapport à D’Annunzio. Les paragraphes « Pourquoi la prose ? » (p. 45-52) et « La prose comme alternative à la poésie » (p. 58-61) s’avèrent utiles pour comprendre les conditions matérielles et psychologiques qui ont poussé Gozzano à collaborer avec la presse en tant que journaliste et nouvelliste.

4L’analyse des premières nouvelles de Gozzano montre qu’elles constituent une sorte d’apprentissage littéraire pour un auteur encore à la recherche de son identité. Elles empruntent en effet de multiples directions, témoignant d’une grande variété de thèmes, de registres et d’influences. Le rapport de Gozzano au modèle de Gabriele D’Annunzio, central dans plusieurs de ces nouvelles, évolue sensiblement au cours de cette période, passant de l’imitation servile à la désacralisation caustique. En outre, les premières nouvelles de Gozzano se situent à la croisée de différents genres, mêlant conte merveilleux et nouvelle réaliste, ou bien nouvelle fantastique – voire gothique – et souvenirs autobiographiques.

5La mémoire de l’auteur occupe cependant une place bien plus importante dans les nouvelles de 1911, que la chercheuse appelle « nouvelles de la maturité » et qui sont aussi celles qui manifestent le plus de convergences thématiques avec la poésie en vers de Gozzano. La plupart d’entre elles sont liées par la poétique du souvenir, par le thème du temps qui passe et par l’omniprésence du narrateur qui s’exprime à la première personne, partagé entre un sentiment nostalgique et une distance ironique à l’égard de ses personnages. Ce narrateur se confond aisément avec l’auteur, puisque les nouvelles de 1911 sont souvent placées sous le signe de la mémoire autobiographique, privilégiant en particulier le temps de l’enfance. Les personnages d’enfants gozzaniens sont certes plus malicieux et cruels que l’innocent « fanciullino » de Pascoli, mais le voyage à rebours vers l’enfance reste une manière d’échapper à la fuite du temps et au sentiment tragique de la précarité de tout homme et de toute chose qui imprègne ces proses de la maturité.

6La critique gozzanienne a par ailleurs souvent souligné la dimension fantastique de certaines nouvelles de cette deuxième phase d’écriture narrative. C. Miécaze-Ah Kong s’interroge sur la nature de ce renouveau fantastique, précisant qu’il s’agit avant tout d’un fantastique psychologique, centré sur l’homme et sur sa perception hésitante de la réalité. Si elle confirme l’influence déjà observée d’Edgar Allan Poe sur ces proses, elle préfère déplacer l’accent de l’appartenance au genre fantastique vers le motif du dédoublement, puisque les jeux de miroir s’avèrent centraux dans les nouvelles de Gozzano, tantôt selon le mode comique du quiproquo, tantôt à travers les troubles inquiétants de la personnalité et l’hésitation entre songe et réalité.

7Les nombreuses nouvelles de 1915-1916 marquent le déclin de leur auteur, visiblement de plus en plus attentif à l’aspect mercantile de son travail et aux attentes de son public, essentiellement bourgeois et féminin. La simplicité des intrigues (des histoires de fiancés ou de jeunes mariés, d’amour contrarié ou d’adultère manqué) et la pauvreté de l’écriture permettent de ne leur reconnaître qu’un intérêt restreint, celui de proposer un tableau de la société bourgeoise, urbaine et industrielle de l’Italie giolittienne, dominée par les valeurs marchandes, comme l’illustrent notamment les histoires d’héritages. À cette société vaine et mesquine, Gozzano oppose le thème de la guerre et de l’amour pour la patrie, avec un enthousiasme qualifié d’opportuniste par la plupart des critiques gozzaniens, mais interprété comme sincère par C. Miécaze-Ah Kong.

8Celle-ci souligne en conclusion les éléments qui distinguent les différentes phases de la prose narrative de Gozzano, mais identifie également certaines constantes. Le propre de l’écriture du poète turinois serait ainsi de se nourrir sans cesse de transpositions de souvenirs de lecture, ce qui expliquerait la présence insistante de réminiscences littéraires dans ses nouvelles comme dans sa poésie. Par ailleurs, les personnages gozzaniens semblent constamment réduits à une typologie simpliste, réduite à un jeu d’opposition physique et psychologique. La monographie se conclut sur un rapide bilan de l’intertextualité thématique qui se tisse entre les nouvelles et les vers de Gozzano.

9Pour approfondir cette question, la chercheuse présente en annexe, à la suite de la bibliographie critique, un tableau des correspondances lexicales entre les nouvelles et la poésie de Gozzano (p. 285-315). On ne peut que regretter qu’il y soit rarement fait référence dans le corps de l’étude, et que ces échos inter-génériques soient donc livrés tels quels, sans l’accompagnement de commentaires. Cette annexe demeure toutefois un outil de travail précieux pour analyser les liens entre les deux types d’écriture, trop souvent dissociés par la critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémence Jeannin, « Catherine Miécaze-Ah Kong, Guido Gozzano narrateur.
Étude des nouvelles
 », Italies, 21 | 2017, 518-521.

Référence électronique

Clémence Jeannin, « Catherine Miécaze-Ah Kong, Guido Gozzano narrateur.
Étude des nouvelles
 », Italies [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 19 janvier 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/italies/5883

Haut de page

Auteur

Clémence Jeannin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals