Navigation – Plan du site
L'éducation de l'enfant et le monde adulte

Les enfants dans les Ricordi de Giovanni Morelli,
de la réalité à l’idéal

Cécile Terreaux-Scotto
p. 13-34

Résumés

Tandis que dans les livres de famille les portraits d’enfants obéissent à des stéréotypes, les Ricordi du marchand florentin Giovanni Morelli (1371-1444) sont une exception. Ils présentent en effet aussi bien l’autoportrait du rédacteur Giovanni en enfant martyr, qu’une représentation de son fils aîné défunt, Alberto, en enfant rédempteur. Suscités par une expérience autobiographique douloureuse, ces deux portraits sont à l’origine de l’élaboration par Morelli de préceptes éducatifs destinés à construire une enfance idéale.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XIVe, XVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Giovanni Morelli, Ricordi, in Mercanti Scrittori, a cura di Vittore Branca, Milano, Rusconi, 1986 ( (...)
  • 2 Richard C. Trexler, « In Search of Father : The Experience of Abandonment in the Recollections of G (...)
  • 3 Raul Mordenti, « Les livres de famille en Italie », Annales. Histoire, Sciences Sociales, no 4, 200 (...)

1En 1975, alors qu’il publiait une traduction anglaise de certains passages des Ricordi, le livre de famille écrit entre 1393 et 1421 par le marchand florentin Giovanni Morelli1, Richard Trexler soulignait en introduction le caractère sans doute unique de la description de l’enfance qui s’y trouvait2. Pourtant, l’enfance et les enfants devraient représenter des éléments ordinaires dans les livres de famille, où « c’est la famille qui constitue à la fois l’émetteur, le sujet (ou le contenu) principal du message textuel, son contexte principal, son code, son canal de transmission et le destinataire de l’écriture3 ». Or, paradoxalement, si les enfants sont effectivement les destinataires et les protagonistes de ces ouvrages, ils demeurent la plupart du temps enfermés dans des schémas stéréotypés, sauf, justement, dans les Ricordi, qui contiennent deux figures d’enfant tout à fait exceptionnelles.

2Les historiens voient les enfants des livres de famille comme des sources documentaires concernant par exemple la mise en nourrice, l’éducation, ou le « sentiment de l’enfance » ; la perspective envisagée ici est au contraire exclusivement littéraire. Il s’agit d’étudier la fonction des deux enfants Giovanni et Alberto dans l’économie du récit et de voir comment et pourquoi, alors que les livres de famille sont un genre littéraire profondément ancré dans la réalité, Giovanni Morelli construit une enfance idéale.

Les enfants, destinataires et protagonistes stéréotypés des livres de famille

  • 4 « […] instruire nos enfants ou bien nos descendants », G. Morelli, op. cit., p. 105. Je tiens à pré (...)

3Il est bien connu que les livres de famille sont destinés aux descendants d’un même lignage. Le désir de transmission est même tellement important qu’il arrive que le rédacteur ne soit pas encore père lorsqu’il prend la plume. C’est précisément le cas de Giovanni Morelli, qui veut écrire, déclare-t-il, pour « ammaestrare i nostri figliuoli o veramente nostri discendenti4 », alors qu’il lui faudra attendre trois ans avant que la naissance de son fils Alberto en 1396 fasse de lui un père.

  • 5 Leonida Pandimiglio, I libri di famiglia e il Libro Segreto di Goro Dati, Alessandria, Edizioni del (...)

4Destinataires des livres de famille, les enfants en sont aussi les protagonistes. Plus il y a d’enfants, plus la famille sera prospère, à telle enseigne que les rédacteurs mesurent la richesse familiale aussi bien à l’aune des rentrées d’argent que des naissances qui ont lieu au fil du temps. Particulièrement emblématique à cet égard est Goro Dati qui dans son Libro Segreto tient les comptes des « figliuoli » (enfants) comme ceux des « entrate » (gains) et des « uscite » (dépenses)5.

  • 6 Donato Velluti, La Cronica domestica, scritta fra il 1367 e il 1370, con le addizioni di Paolo Vell (...)

5Dans la même perspective, les hommes de la famille qui n’auraient pas eu d’héritiers sont entourés d’un silence désapprobateur et éloquent. Donato Velluti par exemple annonce qu’il ne parlera pas de son ancêtre Iacopo parce que ce dernier a failli à son devoir de procréation6.

  • 7 David Herlihy, La famiglia nel Medioevo, Roma-Bari, Laterza, 1989, p. 107-114 ; Id., C. Klapisch-Zu (...)

6Si la fécondité est un élément essentiel pour l’avenir de la famille, il s’agit en réalité surtout d’avoir des enfants de sexe masculin, puisqu’en Toscane ce sont eux qui héritent, les femmes sortant définitivement du lignage de leur père au moment de leur mariage7.

7Porteurs de l’avenir biologique et économique de la famille, les garçons en assurent aussi la stabilité et la pérennité politiques, puisque l’occupation des charges publiques est une affaire exclusivement masculine.

  • 8 G. Morelli, op. cit., p. 170. Voir Francesco da Barberino, Reggimento e costumi di donna, a cura di (...)

8Ce n’est donc pas un hasard si Morelli préconise aux époux d’avoir une vie sexuelle modérée de façon à engendrer des garçons. Ceux-ci sont associés à la vigueur et à la bonne santé, non seulement des bébés eux-mêmes, mais aussi des pères. À l’inverse, et conformément aux idées répandues dans les traités, Morelli présente la naissance des filles, causée par une vie sexuelle déréglée, comme allant de pair avec une fécondité conjugale fragile et une santé précaire des nouveau-nés8.

  • 9 « Il resta de lui cinq enfants, trois garçons et deux filles : le premier des garçons se prénomme D (...)

9Au demeurant, les enfants qui peuplent les Ricordi sont traités différemment selon qu’il s’agit de filles ou de garçons. Les filles ne prennent de l’importance que lorsqu’elles sont en âge de se marier et par conséquent de fournir à leur tour une descendance à la famille. Si Morelli présente par exemple les fils de Bernardo par leur prénom, les deux filles de ce dernier resteront dans l’anonymat : « Rimase di lui cinque figliuoli, tre maschi e due femmine: il primo de’ maschi è nominato Dino, il secondo Cetta e ‘l terzo Benedetto9 ».

10À la fois destinataires et protagonistes des livres de famille, les enfants, surtout de sexe masculin, y jouissent donc d’une place de choix. Mais ils manquent paradoxalement de chair et d’épaisseur, les informations à leur sujet se limitant à des indications stéréotypées.

  • 10 Sur ces questions, C. Klapisch-Zuber, « Parrains et filleuls. Étude comparative », in La maison et (...)
  • 11 C. Klapisch-Zuber, « L’attribution d’un prénom à l’enfant en Toscane à la fin du Moyen Âge », Senef (...)

11En premier lieu sont indiquées leur date de naissance, ainsi que souvent, pour des raisons astrologiques, l’heure où ils sont venus au monde. Il est aussi fait mention des baptêmes, avec précision de la date, du lieu et du nom des parrains et marraines. Ces derniers, choisis pour l’aide qu’ils apporteront aux parents au nom de l’amitié entendue comme échange de service, disent la place qu’occupe la famille dans la cité10. Par ailleurs, le choix du prénom de l’enfant est souvent explicité. Déterminé par une dévotion laïque à la famille (on donne le prénom d’un ancêtre ou d’un membre défunt du lignage) ou une dévotion mystique à la religion (l’enfant portera le nom d’un saint qui correspond à son jour de naissance ou qui est vénéré par sa famille), le prénom n’a cependant pas « pour premier objectif de préciser l’identité d’un nouvel enfant ni même d’influer sur sa personnalité et sur son destin11 ».

  • 12 « […] état civil familial », A. Cicchetti, R. Mordenti, « La scrittura… », op. cit., p. 1141.
  • 13 Andrea Zorzi, « I Fiorentini e gli uffici pubblici nel primo Quattrocento: concorrenza, abusi, ille (...)
  • 14 « […] l’heure, le jour, le mois et l’année, et aussi le lieu […] et que l’on écrive tout de suite d (...)

12Si la présentation des enfants prend la forme d’une simple carte d’identité dans les livres de famille, c’est que ces derniers font office d’« anagrafe familiare12 », au point qu’ils peuvent faire foi auprès des instances juridiques13. Si bien que toutes les informations qui entourent les enfants ne relèvent pas de leur personnalité propre, mais les inscrivent au contraire dans l’histoire d’une communauté, familiale et sociale. Il s’agit donc moins de faire le portrait des enfants de la famille que de mentionner leur existence, comme recommandait de le faire Alberti : « l’ora, el dì, il mese e l’anno, e anche il luogo […] et sui nostri domestici commentarii e libri secreti si scriva subito che ‘l fanciullo nacque, e serbisi tra le cose care14 ».

13Dans l’ensemble de ces livres de famille où les enfants sont réduits la plupart du temps à une pure fonction – celle d’héritier, biologique, économique et politique –, les Ricordi de Giovanni Morelli sont l’exception qui confirme la règle. Car deux des enfants se détachent nettement des autres et bénéficient d’un statut particulier. Le premier est Giovanni lui-même ; le second est son fils aîné Alberto, décédé à l’âge de dix ans.

Giovanni l’enfant martyr et Alberto l’enfant rédempteur

  • 15 « Il plut à notre Seigneur Dieu d’accorder à notre père Pagolo Morelli un quatrième enfant de son é (...)
  • 16 Ibidem, p. 152, 155, 158 et 163.

14Le portrait que Giovanni brosse de lui-même clôt la première partie des Ricordi, centrée sur la présentation de la famille Morelli. Les informations qu’il fournit alors ne diffèrent pas des stéréotypes concernant les autres naissances (indication de la date, de l’heure et du baptême), à ceci près que Giovanni est le seul enfant des Ricordi à être qualifié de don de Dieu à son père : « Piacque al nostro Signore Idio concedere al nostro padre Pagolo Morelli il quarto figliuolo della sua donna monna Telda, il quale fu maschio15 ». L’annonce des naissances des autres bébés de la famille, et en particulier des frères et sœurs de Giovanni, ne comporte pas cette référence religieuse, seule l’union conjugale étant évoquée16. Giovanni cherche donc une façon de distinguer sa propre venue au monde des autres naissances, tout en parlant de lui à la troisième personne comme il le fait pour les autres membres de la famille.

  • 17 Sur cette crise politique, voir Gene A. Brucker, Dal Comune alla Signoria. La vita pubblica a Firen (...)
  • 18 G. Morelli, op. cit., p. 162-163.

15L’emploi de cette troisième personne est surprenant, d’autant que dans l’incipit où figurait son programme d’écriture Morelli a employé la première personne du singulier. Mais quand il avait commencé à écrire en 1393, Giovanni était dans une période de crise : proche de la famille Alberti (dont il épousera Caterina en 1396), il se trouve privé de l’éligibilité aux charges publiques au moment où les Albizzi, prépondérants au sein du gouvernement, ont condamné les Alberti à l’exil17. Aussi proclame-t-il dix ans plus tard (nous sommes en juillet 1403) sa fidélité au parti guelfe et à la commune de Florence, après avoir dit deux mots de son allure générale et avant de notifier son mariage et le nom de ses cinq enfants18. Dans cette perspective, l’emploi de la troisième personne, qui instaure une distance entre le Giovanni qui tient la plume et le Giovanni qui est décrit, donne une coloration objective à ce qui apparaît comme un auto-plaidoyer politique.

16Ce n’est que quatre ans plus tard que Giovanni évoque son enfance, à l’occasion du premier anniversaire de la mort de son fils aîné Alberto. Ce jour-là, Giovanni commence par prier longuement pour le salut du défunt, dans une attitude de contrition et de pénitence. Alors qu’il cherche le sommeil, le démon l’assaille ; Giovanni reconstitue alors sa propre vie, jalonnée de catastrophes comme si pesait sur lui une malédiction originelle.

  • 19 « […] tu as été le dernier des enfants de ton père à avoir le don de la vie, ce qui ne fut pas un p (...)
  • 20 Sur l’abandon des enfants par les mères veuves, voir D. Herlihy, C. Klapisch-Zuber, Les Toscans…, o (...)
  • 21 « […] sans argent sans parents sans les honneurs de la Commune », G. Morelli, op. cit., p. 315.

17Pour commencer, son existence est marquée tout entière par le deuil et l’abandon. C’est d’abord la mort d’un frère encore bébé, né quinze mois après lui, qui lui fait exprimer la culpabilité du survivant : « tu fusti dotato l’ultimo di tuo padre che da vivere fusse, che non fu piccola disgrazia19 ». Survient ensuite la mort de son père alors qu’il n’a que trois ans, suivie un an plus tard par le remariage de sa mère qui, de ce fait, l’abandonne20. À ces pertes affectives font écho la perte financière, Giovanni se trouvant dépouillé de tous les biens acquis par son père. Les années suivantes sont marquées aussi bien par la souffrance corporelle que par les problèmes financiers, dont l’alternance systématique crée un tourbillon qui semble engloutir Giovanni. Malade à quatre ans, à cinq ans il est frappé par son maître d’école puis accablé d’impôts dans sa sixième année ; de nouveau malade à sept ans, il est molesté par son maître dans sa huitième année, avant d’échapper de peu à la mort à cause de la variole contractée à l’âge de neuf ans ; les deux ans qui suivent le voient maltraité par son maître, avant qu’il ne soit de nouveau très malade à l’âge de douze ans. Le cycle de la perte recommence alors, avec la disparition du grand-père qui l’a élevé et qui s’accompagne de la perte de la moitié de ses biens. Même chose entre l’âge de quinze et vingt ans, où Giovanni est privé successivement de sa sœur aînée, qui meurt, de son autre sœur, qui se marie, de son argent à cause des impôts levés pendant la guerre contre les Visconti, et de sa santé dans une maladie qui dure un an. À cet âge-là apparaît un autre malheur, le mal d’amour : Giovanni emploie le terme « infermità », « maladie », pour désigner son chagrin de voir la femme qu’il aimait en épouser un autre. Les années d’après sont encore marquées par la dépossession, pas seulement financière mais aussi familiale, sociale et politique, puisqu’il dit se retrouver « sanza danari sanza parenti sanza onori di Comune21 ».

  • 22 « […] tu n’as jamais eu une bonne nouvelle, et si tu en as eu une qui t’a paru bonne, cela a été po (...)
  • 23 Philippe Lejeune, Je est un autre. L’autobiographie, de la littérature aux médias, Paris, Seuil, 19 (...)
  • 24 Hélène Müller, « Miroir et mémoire. La deuxième personne et l’autobiographie : Trame d’enfance de C (...)
  • 25 Voir la note 34 de Branca, G. Morelli, op. cit., p. 313.
  • 26 Ibidem, p. 315-316.
  • 27 « […] pendant que la mort cruelle tordait tous ses membres, affligé de ne jamais plus le voir, je l (...)

18La solitude et la lassitude mêlées à un sentiment d’impuissance dominent donc ce passage, qui se termine par une remarque désespérée : « tu non avesti mai una buona novella, e se tu n’hai avuta niuna che ti sia paruta buona, ell’è stata per tuo dolore22 ». Giovanni fait ici allusion à son fils aîné Alberto, qui semble né en mars 1397 pour mieux lui être arraché moins de dix ans plus tard, en juin 1406. Cette annonce fait basculer le « tu » auto-compassionnel en un « tu » accusateur, typique des examens de conscience23. Employer la deuxième personne du singulier « permet » en effet « de sortir de soi-même pour se juger24 ». Or, un sentiment d’échec exacerbé conduit Giovanni Morelli à une condamnation sans concession de lui-même en tant que père, ce qui éclaire pourquoi dans son manuscrit il a multiplié les corrections conduisant au passage de la première à la deuxième personne25. Dans le procès que Giovanni instruit contre lui-même, Alberto est une victime totalement privée d’affection et de tendresse paternelles26, comme si Giovanni l’avait abandonné de la même façon qu’il avait été abandonné par son propre père. À cet égard, il est significatif que la description de l’agonie et de la mort d’Alberto se termine non pas sur le dernier soupir de l’enfant, mais sur la capitulation du père : « ritorcendo la cruda morte tutti i suoi membri, addolorato di mai più vederlo l’abbandonai27 ».

  • 28 Ibidem, p. 316.

19Alberto apparaît donc comme un enfant maltraité : Giovanni s’accuse de s’être toujours comporté avec lui comme un étranger, de l’avoir frappé pendant sa scolarité, et enfin de ne pas lui avoir fait donner l’extrême onction. Cette faute suprême, d’un côté a provoqué une agonie atroce pour Alberto et de l’autre, a condamné Giovanni aux tourments sans fin28.

  • 29 Giulia Puma, « La prière de Giovanni di Pagolo Morelli : scansion, durée, métamorphose », Chronique (...)

20Selon l’interprétation stimulante de Giulia Piuma, c’est pour échapper à la « douleur obsessionnelle de la perte » que Giovanni prie pour le salut de l’âme de son fils. Intercéder pour Alberto revient à donner, par la prière, une place centrale au temps spirituel, négligé au moment de la mort de l’enfant, ce qui permettrait à Giovanni d’être délivré de sa peine terrestre29. Morelli décrit à ce propos comment, avec son épouse, il reste figé dans sa douleur, au point d’avoir peur de mourir de chagrin. Les tentatives pour oublier le défunt – ils sont partis un mois loin de chez eux, et Giovanni précise que pendant plus d’un an il n’a pas pénétré dans la chambre de son enfant – ont été vaines.

[…] di continuo abbiamo la sua immagine innanzi, di tutti i modi, le condizioni, le parole e’ suoi fatti ricordandoci, il dì, la notte, a disinare, a cena, in casa, fuori, dormendo, vegghiando, in villa, in Firenze; e in ogni forma che noi istiamo e’ ci tiene un coltello che ci passa il cuore […]

  • 30 « […] nous avons continuellement son image devant nous, nous souvenant de ses façons, de ses traits (...)

comme l'écrit le père inconsolable30.

  • 31 « […] il me semblait que mon âme et mon corps étaient transpercés de mille pointes de flèches », G. (...)

21Le jour anniversaire de la mort d’Alberto, Morelli décrit un chagrin toujours aussi intolérable et envahissant : « mi parea tra mille punte di spiedi l’anima mia col corpo essere crociata31 ». C’est pourtant ce jour-là que Morelli parviendra aussi à l’apaisement, à la suite d’un rêve qu’il raconte de façon fort détaillée.

  • 32 « Et tandis que j’allais rapidement vers la montagne, ne m’apercevant ni de l’heure, ni du chemin, (...)

22Que Morelli ait réellement fait ce rêve ou qu’il l’imagine pour les Ricordi, il restitue de façon très efficace la fuite en avant d’un homme hagard, écrasé de remords, pourchassé par la vision de son fils défunt et qui semble vouloir échapper à lui-même : « E andando velocemente verso il monte, non avveggendomi dell’ora o della via o dove m’andassi pe’ molti pensieri e rappresentazioni del mio figliuolo, andava perduto ogni vero sentimento32 ». C’est dans ce contexte que Morelli reconstitue la vie de son fils.

  • 33 « […] à l’angoisse, aux peines et aux tourments » « depuis son enfance » « Il avait une bonne mémoi (...)

23Morelli avait déjà fait le portrait d’Alberto quand il avait évoqué sa maladie. Il apparaissait alors à la fois comme un enfant maudit car en proie « all’affanno, fatiche e passioni » « insino dalla sua puerizia » et comme un enfant élu, en vertu de ses multiples qualités, en particulier intellectuelles : « Avea buona memoria, buona lingua, buona ritenitiva, buono aspetto e gentile e costumato: era un poco peritoso e salvatico33 ». Si on peut voir dans ces indications l’idéalisation du défunt, habituelle dans le processus de deuil, il est intéressant de noter qu’à l’occasion de l’anniversaire de sa mort, Alberto est présenté comme un être exceptionnel à bien des égards.

  • 34 C. Klapisch-Zuber, « Attitudes devant l’enfant », in Enfant et Sociétés. Annales de Démographie His (...)
  • 35 G. Morelli, op. cit., p. 294.
  • 36 « […] il savait lire et écrire deux fois mieux que ce qu’on attendait de lui », ibidem, p. 317.
  • 37 Elena Giannarelli, « Il puer senex nell’antichità: appunti per la riconsiderazione di un problema » (...)

24Son père commence ainsi par l’évocation surprenante, non seulement du moment de sa conception, mais aussi de sa gestation, allant jusqu’à évoquer sa main parcourant le ventre de son épouse à la recherche des mouvements du bébé. Dans une société où l’enfant est surtout perçu comme un « adulte en réduction34 » et dans un ensemble d’écrits, les livres de famille, où l’enfant est avant tout un des maillons de la chaîne générationnelle, une telle allusion à la grossesse fait d’Alberto un être d’emblée à part. Son statut d’exception est d’ailleurs confirmé par sa scolarité. Morelli avait déjà souligné, au moment de la mort d’Alberto, sa précocité dans l’apprentissage de la lecture, de l’écriture, du latin et des écritures comptables35. Mais un an après sa mort, cette maîtrise du savoir est présentée comme bien supérieure à ce qu’on peut attendre d’un enfant de son âge : « e’ sapea leggere e scrivere doppiamente a quello si richiedea a lui36 ». Morelli confère ainsi à son fils le statut mythique du puer sapiens et du puer maior sua etate, corollaires de la figure du puer senex37.

25Puer senex, Alberto l’est aussi et surtout en tant qu’il guide son père sur le chemin du salut, comme le suggère le récit que Giovanni fait de son rêve.

  • 38 « […] devenu esprit » « [lui] sembla prendre le visage de [son] doux fils », G. Morelli, op. cit., (...)

26Après avoir parcouru la vie de son enfant de sa conception à sa disparition, Morelli raconte que, accablé de douleur, il a interrompu sa marche et, que, contemplant le Monte Morello, il a envisagé de se retirer dans un ermitage. C’est alors que son enfant lui est apparu sous la forme d’un oiseau : le symbolisme de l’âme-oiseau est suffisamment éloquent pour justifier cette interprétation, sans compter que Morelli raconte dans un deuxième temps que l’oiseau, « divenuto ispirito », « [gli] parve nella faccia il [suo] dolce figliuolo38 ».

  • 39 Mathieu, 21, 18-19 et Marc, 11, 12-14.

27Dans la première scène du rêve de Giovanni, l’oiseau se met à chanter, d’abord de façon suave puis de façon de plus en plus désagréable, en se posant successivement sur un olivier, un genévrier et un figuier. Là, au pied de ce dernier arbre qui est maudit dans la Bible39, Morelli assiste à l’accouplement d’un porc et d’une truie. L’oiseau se déplace alors sur un myrte, émet un chant « amaro e spaventevole » (« amer et effrayant ») et lacère ses pattes avec son bec. Il y a donc un lien direct de cause à effet entre le coït animal et la scène d’automutilation de l’oiseau-enfant.

  • 40 Franco Cardini, « Sognare a Firenze tra Trecento e Quattrocento », Quaderni medievali, no 9, 1980, (...)
  • 41 G. Morelli, op. cit., p. 293.
  • 42 F. Cardini, op. cit., p. 116-117 ; G. Morelli, op. cit., p. 320 note.
  • 43 F. Cardini, op. cit., p. 117-118.

28Paré de plumes blanches et de pattes vertes, Alberto peut incarner l’innocence de l’enfance et l’espoir en l’avenir40. Le sang qui s’écoule des pattes qu’il se mord lui-même évoquerait dès lors sa mort, qui met fin à cette trajectoire d’enfant pleine de promesses – dans la description des symptômes de la maladie de son fils, Giovanni fait une large place à l’hémorragie dont est victime Alberto41. Aux significations possibles de ces couleurs s’ajoute le symbolisme lié aux arbres, qui a déjà été relevé par Cardini et Branca42. L’olivier, symbole de paix et de fécondité, correspondrait à la joie procurée par la naissance d’Alberto ; le genévrier, utilisé comme remède au Moyen Âge, évoquerait sa maladie, tandis que la sonorité de la « mortella » en italien (le myrte), pourrait suggérer sa mort. Tout se passe dès lors comme si Giovanni voyait dans ses péchés – en l’occurrence la luxure, ou même un adultère si l’on suit la proposition de Cardini43 –, la cause de la mort d’Alberto.

  • 44 G. Morelli, op. cit., p. 321.

29La deuxième scène du rêve corrobore cette interprétation. Alors que l’oiseau s’est posé sur un sorbier – qui peut renvoyer à la dureté paternelle si l’on songe aux « lazzi sorbi », aux « âpres sorbiers » de la Divina Commedia (Inferno, XV, 65) – Giovanni, ne pouvant tolérer la souffrance du volatile, envisage à nouveau de gravir la montagne, dans l’espoir d’y retrouver l’oiseau qui en était descendu ; dans la mesure où le mont porte le nom « Morello », on peut voir là une métaphore du désir de retrouver son fils pour reconstruire la famille. Mais Giovanni se fait piétiner par la truie. Il fait alors un vœu de chasteté44 qui lui permet de se remettre en route.

30Porté par la prière, il a une autre vision, celle d’une jeune fille lumineuse entourée d’oiseaux, qui se révèle être sainte Catherine d’Alexandrie, à qui Giovanni voue une profonde dévotion. Or, Giovanni lui attribue l’anéantissement de la truie, autrement dit, la victoire de la chasteté sur la luxure. De plus, au moment même où Giovanni prie sainte Catherine de l’aider à s’amender de ses péchés, un des oiseaux se transfigure en esprit, qui prend dans un second temps les traits d’Alberto. L’enfant montre ainsi à son père le chemin de l’amendement.

  • 45 Le manuscrit des Ricordi est précédé par un passage, que n’a pas publié Branca, qui contient, entre (...)
  • 46 « […] salut éternel »,G. Morelli, op. cit., p. 323.
  • 47 « Il a plu à Dieu, pour le salut de votre âme et celui de votre famille, de me rappeler à lui », ib (...)
  • 48 F. Cardini, op. cit., p. 116.
  • 49 Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 1982

31La dernière scène du rêve rapporte le dialogue qui se noue entre Giovanni et son fils. Cet échange concrétise la communion des saints du Credo catholique45, cette solidarité entre les défunts et les vivants qui s’aident mutuellement par la prière. Si les prières de Giovanni ont permis à Alberto d’accéder à la « salute eterna », au « salut éternel », les prières d’Alberto permettront à son père de recevoir les grâces divines46. Plus exactement, la mort de l’enfant apparaît comme un sacrifice nécessaire à la rédemption, non seulement de Giovanni, mais de toute la famille Morelli : « È piaciuto a Dio, per salute dell’anima vostra e della vostra famiglia, chiamarmi a Sé », déclare Alberto47. Cette dimension sacrificielle est suggérée par l’image de l’oiseau se faisant saigner, à l’instar du pélican48 qui, nourrissant ses petits de sa chair et de son sang, incarne le sacrifice du Christ et sa résurrection49.

32Comme Béatrice lorsque Dante la rencontre au Paradis terrestre (Paradiso XXX, 31-33), Alberto est orné du blanc de la foi, du vert de l’espérance, et du rouge de la charité (ses yeux). Or, la vertu théologale de la charité vise non seulement à aimer Dieu et les autres en observant les commandements, mais elle est aussi source de « correction fraternelle ». Alberto conduit donc son père sur le chemin de la rédemption ; celui-ci est matérialisé par la montagne, probablement inspirée par la Divina Commedia et symbole bien connu de la rencontre du ciel et de la terre.

  • 50 Jean-Claude Schmitt, « Récits et images de rêves au Moyen Âge », Ethnologie française, no 4, 2003, (...)
  • 51 Deanna Sardi, « Fanciulli e angeli fanciulli », in Infanzie…, op. cit., p. 159-160 ; O. Niccoli, «  (...)
  • 52 « […] il savait prier Dieu avec toutes les prières et toutes les louanges », G. Morelli, op. cit., (...)
  • 53 Ibidem, p. 323.
  • 54 Si l’interprétation de Mc Clure selon laquelle le chagrin de Giovanni est davantage lié à la culpab (...)
  • 55 J.-C. Schmitt, Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gallimard, (...)
  • 56 Sur ce document, voir L. Pandimiglio, « Giovanni di Pagolo Morelli e le strutture familiari », in F (...)

33Au Moyen Âge, le rêve a comme fonction de donner « immédiatement accès à la source divine de la vérité50 ». Or, Alberto est doublement qualifié pour porter le message divin : non seulement il est, en tant qu’enfant, un intercesseur privilégié51, mais il a aussi été d’une grande piété – « e’ sapea orare a Dio con tutte orazioni e laude52 ». C’est pourquoi il peut garantir à son père que ses prières ont été entendues et que Dieu le comblera de grâces ; il l’enjoint également de mourir vieux53. Ce faisant, il libère Giovanni de sa culpabilité54. Il lui donne également son identité en tant que père ; c’était là le rôle des revenants, qui aidaient à la découverte de soi55. Après la rencontre avec Alberto, les Ricordi ont d’ailleurs un goût d’achèvement. Car si Giovanni les poursuit avec une très brève chronique de la cité qui s’achève en 1411, il ne reprendra la plume qu’en 1415, pour élaborer une ébauche de testament56, puis en juin 1421 pour annoncer la mort de son fils Antoniotto, avant de se taire définitivement.

  • 57 J.-C. Schmitt, L’invention de l’anniversaire, Paris, Arkhê, 2012, p. 50.

34Enfant sacrifié, enfant rédempteur, enfant guide : c’est une fois mort qu’Alberto Morelli, devenu un esprit tutélaire de son père, prend toute sa place dans le livre familial. Rien d’étonnant à cela si l’on songe qu’au Moyen Âge le jour « de l’entrée par la mort dans la “vraie vie” de l’au-delà et du salut tant espéré » était considéré plus important pour un enfant que le jour de sa naissance57.

  • 58 Son ouvrage pionnier On Death and Dying est paru en 1969. Chez Morelli on trouve le déni (la présen (...)
  • 59 Jean-Charles Huchet, Littérature médiévale et psychanalyse. Pour une clinique littéraire, Paris, PU (...)
  • 60 Les travaux des historiens ont montré depuis longtemps que, contrairement à ce qu’affirmait Philipp (...)

35Les portraits des deux enfants Giovanni et Alberto ont comme point commun d’être suscités par le deuil. La description par Morelli de ses émotions pourrait à cet égard constituer une illustration paradigmatique du « travail du deuil », dont les étapes sont bien connues depuis les travaux de la psychiatre Elisabeth Kübler-Ross58. Il ne s’agit cependant pas de conduire ici une étude psychanalytique des Ricordi, encore que les recherches de Jean-Charles Huchet sur la littérature médiévale et la psychanalyse59 l’autoriseraient d’un point de vue méthodologique. Mais l’envisager permet de souligner que, plus que la nature ou même l’intensité des sentiments de Morelli face à la mort de son fils ou à la perte de ses parents60, c’est le fait qu’il les exprime qui fait l’originalité des Ricordi.

  • 61 Élisabeth Crouzet-Pavan, Renaissances italiennes 1380-1500, Paris, Albin Michel, 2013, p. 386 note.
  • 62 R. Mordenti, « Les livres de famille… », op. cit., p. 796.
  • 63 « Véritable centre nerveux des Ricordi », L. Pandimiglio, Famiglia e memoria…, op. cit., p. 109.

36Morelli fait en effet de son ouvrage le réceptacle de ses émotions et de ses souvenirs : « par les notations qu’il fait sur sa santé fragile, sa triste enfance, son expérience amoureuse malheureuse, sa longue détresse quand un de ses fils meurt, par son récit d’un rêve étonnant […] c’est aussi sa personnalité qu[e Morelli] met en scène, fait rare dans ce type de littérature61 ». Or, cet épanchement de l’intime sort du cadre habituel des livres de famille dans lesquels « c’est un soi collectif qui opère62 », ne laissant guère de place aux émotions. Mais le regard autobiographique que l’adulte Giovanni porte sur l’enfant qu’il a été détermine le contenu de son livre. C’est le cas des règles de vie qu’il édicte pour éviter que ses descendants ne soient démunis s’ils se retrouvaient sans père. « Vero centro nervoso dei Ricordi63 », comme les qualifie Leonida Pandimiglio, ces préceptes didactiques sont dictés par le besoin d’élaborer une enfance idéale.

De l’enfant réel à l’enfance idéale

  • 64 « J’ai commencé [ce livre] pour informer et instruire mes fils Pandolfo et Bernardo, à travers plus (...)

37Destinés aux jeunes générations, les livres de famille ont par nature une vocation pédagogique. Giovanni Rucellai, qui a commencé son Zibaldone en 1457, déclare de façon emblématique : « Ò cominciato [questo libro] per dare notitia et amaestramento a Pandolfo e a Bernardo miei figluoli di più chose, ch’io creda abbia a essere loro utile64 ». Ces éléments « utiles » sont de deux sortes.

  • 65 Fulvio Pezzarossa, « La memorialistica fiorentina tra Medioevo e Rinascimento. Rassegna di studi e (...)
  • 66 Lorsqu’il présente son ancêtre Calandro, Morelli insiste à plusieurs reprises sur le nom de la vill (...)
  • 67 Selon Giovanni, le nom « Morello » aurait même été attribué à sa famille en reconnaissance de sa fi (...)

38Un ensemble d’éléments concerne toutes les données objectives qui reconstituent l’histoire familiale. En rassemblant ces informations qui ont trait aux naissances, baptêmes, mariages, décès, ainsi qu’aux charges publiques occupées par les membres de la famille et au patrimoine financier, le rédacteur indique « lo status della famiglia, prova irrefutabile del possesso dei requisiti per una piena integrazione politica65 ». Les ancêtres cités par Morelli certifient ainsi l’ancienneté de la famille à Florence66 et son allégeance au parti guelfe67.

  • 68 « natural right to govern », Dale Kent, « The Florentine Reggimento in the Fifteenth Century », Ren (...)

39En plus de ces données qui fournissent aux jeunes générations un « droit naturel à gouverner68 », pour le dire avec Dale Kent, le livre de famille est aussi un réservoir de sagesse familiale, fruit de l’expérience des générations précédentes et source de réflexion pour les générations à venir.

  • 69 D. Lett, « “Tendres souverains”. Historiographie et histoire des pères au Moyen Âge », in Histoire (...)
  • 70 L. Pandimiglio, Famiglia e memoria…, op. cit., p. 81.

40Les pères de famille, à qui pédagogues, juristes et théologiens confient unanimement l’éducation des enfants69, utilisent donc leurs livres comme instruments pédagogiques. Et ce sont eux, aussi, qui en déterminent le contenu. Pour instruire ses enfants, Giovanni Rucellai s’approprie des passages de la Vita Civile de Matteo Palmieri et du Trattato del governo della Famiglia attribué à Angelo Pandolfini (et lui-même réélaboré à partir du De Familia de Leon Battista Alberti). En revanche, les recommandations écrites par Morelli n’ont rien de théorique : elles découlent de sa propre expérience de vie70.

  • 71 Sur laquelle voir Christian Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence. 1375-14 (...)
  • 72 D. Herlihy, La famiglia nel Medioevo…, op. cit., p. 154-156.
  • 73 « […] ce fut le premier dommage que nous subîmes, de rester sans père en bas âge », G. Morelli, op. (...)

41La partie pédagogique des Ricordi71 commence ainsi par l’évocation de l’année 1374, au cours de laquelle Pagolo Morelli, le père de Giovanni, est mort. Dans une société où l’écart d’âge moyen qui sépare les fils de leurs pères est d’une quarantaine d’années environ, alors que dans le même temps plus de la moitié des individus ne dépasse pas l’âge de quarante-cinq ans, les fils perdent bien souvent leurs pères avant de sortir de l’adolescence72. Morelli fait pourtant de sa condition d’orphelin un événement aberrant, dans la mesure où il établit un enchaînement de cause à effet entre la disparition de son père – « fu il primo danno che noi ricevemmo, d’essere piccoli rimasi sanza padre73 » – et les autres « danni », « dommages », dont il se dit victime : le remariage de sa mère qui l’a abandonné, lui, son frère et ses sœurs ; leur mise sous tutelle ; les dépenses engagées par les tuteurs ; la perte d’argent ; l’augmentation des sommes à verser aux impôts. Quant au dernier « dommage », il renvoie à la mort de son père.

42Giovanni n’aura dès lors de cesse de réparer ce cataclysme fondateur en rédigeant une série de recommandations.

43La première d’entre elles relève d’une attitude volontariste devant la vie et la mort. Il s’agit pour les lecteurs des Ricordi de faire en sorte, grâce à une hygiène de vie appropriée, qui comprend un mariage entre vingt et vingt-cinq ans suivi d’une vie sexuelle modérée, de pouvoir élever eux-mêmes leurs enfants :

  • 74 « Et dis : “Si j’ai des enfants, je veux pouvoir les élever moi-même, je veux les voir devenir des (...)

E dì: « S’i’ ho figliuoli, io gli voglio potere allevare i’ stessi, i’ voglio vedegli uomini, i’ voglio inviagli e correggerli a mio senno, i’ vo vedere qual è buono e qual è cattivo, i’ voglio che nella mia vecchiezza e’ sieno tali che mi possino atare ne’ miei bisogni; i’ ne voglio avere la consolazione e l’amaritudine per potere riparare e rimediare dove bisogna74 ».

44Il y a là, en filigrane, un reproche implicite à Pagolo qui, faute d’avoir pris de telles précautions, n’a pas pu prendre soin de sa progéniture. Cette formulation, qui relève de la prière, de l’incantation et de la formule magique, souligne aussi à quel point la mort prématurée du père est une crainte obsessionnelle chez Giovanni Morelli.

  • 75 « […] en vérité aucune autre femme n’est meilleure pour les enfants qu’une mère, si méchante soit-e (...)

45Ce dernier invite ensuite ses lecteurs à anticiper le veuvage de leurs épouses, au cas où les conseils pour l’éviter auraient échoué. Après avoir envisagé dans un premier temps la possibilité que le mari couche sur son testament une épouse qu’il pense loyale, de façon à l’inciter à rester auprès de ses enfants, la méfiance l’emporte. Si l’épouse est sage, que quelques biens en plus de sa dot lui soient confiés, à condition que des parents et des amis veillent sur la fortune des enfants. Si en revanche elle accumule les défauts – ce qui est probable, étant donné la nature des femmes, n’omet pas de préciser Morelli –, qu’elle se remarie donc, mais que son héritage ne dépasse pas la valeur de sa dot. Les intérêts financiers sont ici en contradiction avec les intérêts affectifs : d’un côté, Giovanni cherche à préserver le patrimoine familial, perdu en cas de remariage, mais de l’autre, il écrit que « non è nel vero sì trista madre che non sia meglio pe’ figliuoli che altra donna75 ». L’abandon maternel étant en effet une autre source d’angoisse pour Giovanni, il ne peut que tenter de préserver le lien entre la mère et ses enfants.

  • 76 « […] sont volés, trompés et trahis par tout le monde », G. Morelli, op. cit., p. 174.
  • 77 Ibidem, p. 175.

46À l’abandon des parents s’ajoute la trahison dont sont victimes les orphelins, qui « sono rubati, ingannati e traditi da tutti76 », et en particulier par leur entourage. Giovanni recommande donc de choisir des personnes de confiance, dont il élargit progressivement le cercle potentiel, qui pourront prendre soin des enfants le moment venu : leur mère en premier lieu, puis les parents ou amis, et, à défaut, la Commune77.

  • 78 « […] penser qu’il[s] peu[ven]t mourir tous les jours », ibidem, p. 176.
  • 79 « […] ne vit jamais son père », ibidem, p. 136.

47Giovanni poursuit ses recommandations en s’adressant toujours aux pères que deviendront ses lecteurs. En même temps qu’il les exhorte à prendre soin d’eux de façon à ne pas laisser seuls leurs enfants, il les invite à « pensare di morire ogni in dì78 ». Qu’elle soit à éviter ou à préparer, la mort du père est donc omniprésente. C’est que le père de Giovanni n’a lui-même pas connu son propre père : Bartolomeo Morelli, veuf et âgé, a en effet confié le petit Pagolo à une nourrice, si bien que ce dernier « non vide mai suo padre79 ». Pagolo a par ailleurs été dépouillé de ses biens par ses frères à qui il était subordonné – son frère aîné Giovanni avait vingt-cinq ans de plus que lui. Fort de cette expérience, Giovanni met en garde ses lecteurs : un père doit chercher des solutions pour sauver son patrimoine. Dans les affaires, il faut se montrer prudent, précautionneux et méfiant, y compris envers les amis, dont il faut éprouver maintes et maintes fois la fiabilité, car l’univers marchand auquel Giovanni prépare ses descendants est impitoyable, semé d’embûches, de traquenards et de catastrophes potentielles.

  • 80 Ibidem, p. 185.

48Morelli invite donc à se méfier de tout et de tous80, à mettre en lieu sûr tous les biens, y compris les denrées alimentaires, à surveiller les métayers, à être sur ses gardes vis-à-vis de ses concitoyens, parents et amis, tout en les traitant bien et en se faisant apprécier d’eux.

  • 81 L. Pandimiglio, Famiglia e memoria…, op. cit., p. 156-186.

49De ce tableau d’orphelins dépouillés de tous leurs biens, on pourrait déduire que Giovanni Morelli a manqué d’argent. Pourtant, il n’a jamais eu besoin de se livrer au commerce, ses rentes foncières et bancaires suffisant largement à le mettre à l’abri du besoin, au point qu’en 1427 il fera partie des chefs de famille les plus riches de Florence (à la cent-vingt-deuxième place sur dix-mille pour être précis)81. Mais le sombre tableau qu’il brosse correspond à un profond sentiment de solitude et de fragilité, qu’on retrouve dans sa description du sixième « dommage » que subit l’orphelin.

  • 82 G. Morelli, op. cit., p. 186.
  • 83 « […] personnes de bien », ibidem, p. 194.
  • 84 « […] prendre un parent qui soit un père pour toi », ibidem, p. 195.

50D’après Morelli, l’orphelin est en effet mal traité y compris par la Commune (il paie beaucoup d’impôts et est exclu des charges publiques) parce qu’il a la faiblesse sociale et psychologique d’un enfant82. Voilà pourquoi un père doit préparer le terrain, en minimisant ses richesses, quitte à mentir, et en s’entourant d’un réseau de relations solides, acquises par amitié ou par la parenté. Giovanni s’inspire ici probablement de l’expérience de son propre père qui a pu compter sur le soutien d’amis fiables et puissants lorsqu’il a dû batailler, à la mort de ses frères, pour remettre de l’ordre dans les affaires de la famille. Selon l’auteur des Ricordi, l’orphelin devra d’ailleurs lui-même cultiver ses qualités sociales, conserver un train de vie modeste de façade et fréquenter, en s’en faisant aimer, les « persone da bene83 ». Le dernier conseil donné par Morelli consiste, de façon significative, à « torre un parente che ti sia padre84 » : s’il s’agit de faire un mariage stratégique, en suivant toutes les directives qui permettront de s’insérer au mieux dans l’échiquier social et politique de la cité, il s’agit aussi de trouver un substitut paternel.

51Aussi le dernier ensemble de « remèdes » que propose Morelli concerne-t-il la façon de pallier l’absence du père, sans qui l’enfant d’une part, ne reçoit pas les bonnes directives qui l’écarteraient des vices et l’éduqueraient dans la vertu et d’autre part, n’a pas de bon exemple à suivre. Morelli s’adresse alors directement à l’orphelin, pour lui recommander de s’instruire de façon efficace, en particulier en connaissant suffisamment le latin pour maîtriser les textes juridiques et notariés et tirer un enseignement profitable de la fréquentation assidue et régulière des auteurs de l’Antiquité, selon le topos déjà présent chez Cicéron et Pétrarque de la conversation libre et fructueuse qui s’instaure entre le lecteur et les textes exemplaires.

  • 85 Voir sur ce point l’article de Robert Black, qui souligne à plusieurs reprises le caractère excepti (...)

52Robert Black a relevé que le programme envisagé par Morelli, qui mentionne la musique et l’escrime, mais pas l’enseignement arithmétique et commercial, relève davantage de l’idéal que de la réalité85.

53C’est que tous les conseils donnés par Morelli visent à remplir un vide. Il explique successivement comment combler l’absence d’enfants, puis l’absence de l’époux, l’absence des deux parents, l’absence d’argent, l’absence d’influence sociale puis, pour finir, l’absence dont tout découle, celle du père. De cette béance initiale découlent tous les autres manques. Au centre des Ricordi se trouve donc un traumatisme d’enfance, celui de grandir sans père. Cette souffrance est d’autant plus marquée qu’elle est transgénérationnelle, Giovanni étant le fils d’un père lui-même orphelin.

  • 86 G. Morelli, op. cit., p. 103.
  • 87 Voir par exemple Annabelle Rueff-Geantet, Marianne Dollander, « Deuil d’un parent dans l’enfance et (...)

54Dans les livres de famille, le passé des ascendants, et en particulier du père, est constitutif de l’identité du rédacteur. En ouverture de ses Ricordi, Giovanni s’insère d’ailleurs dans la longue chaîne de filiation à laquelle il appartient, en se présentant comme « Giovanni di Pagolo di Bartolomeo di Morello di Giraldo di Ruggieri, ovvero Gualtieri, di Calandro di Benamato d’Albertino de’ Morelli », les prépositions « di » signifiant « fils de86 ». Mais en l’absence de son père, qu’il a perdu trop jeune pour l’avoir connu, cette identité ne peut que poser problème à Giovanni, en particulier au moment où lui-même devient père – la psychanalyse a montré combien il est difficile d’accéder à la paternité quand la représentation de la fonction paternelle est défaillante87.

  • 88 Cela correspond à la description que fait Germaine Guex de la « névrose d’abandon » : « nous nous t (...)
  • 89 R. Trexler, « In Search of Father… », op. cit., p. 226. Voir aussi Id., Public Life…, op. cit., p.  (...)

55Les Ricordi visent dès lors à interrompre cette malédiction transgénérationnelle du manque paternel. Giovanni Morelli s’appuie sur ses souvenirs malheureux pour construire une enfance idéale, miroir inversé de l’enfance réelle qu’il a subie. Tout se passe comme s’il redevenait l’enfant orphelin qu’il a été88 pour mieux exorciser, à travers l’écriture, le désarroi lié à l’abandon, qui est le motif central des Ricordi, comme Trexler l’a souligné il y a déjà longtemps89.

  • 90 Eugenio Garin, L’éducation de l’homme moderne. La pédagogie de la Renaissance (1400-1600), Paris, F (...)
  • 91 G. Morelli, op. cit., p. 205.

56C’est pourquoi le conseil dominant donné aux enfants est celui d’avoir un modèle à imiter. S’il s’agit d’une recommandation conforme aux idées humanistes héritées de l’Antiquité90, Morelli cherche par tous les moyens à créer une figure paternelle, y compris de substitution. Aussi les enfants doivent-ils s’inspirer non seulement des hommes de valeur rencontrés dans les livres, mais surtout d’un homme vertueux et sage, à qui il faut s’efforcer de ressembler91.

  • 92 R. Mordenti, « Les livres de famille… », op. cit., 2004, p. 789.

57Les Ricordi, comme tout livre de famille, visent à former les enfants. Mais il s’agit pour leur rédacteur de réparer un manque originel. Au cœur de l’ouvrage se trouve ainsi l’enfant orphelin, à la fois déclencheur et destinataire des conseils donnés par Morelli. De ce point de vue, les Ricordi apparaissent comme un voyage à l’intérieur de soi, et en particulier de son enfance, comme s’il fallait revisiter le passé pour préparer l’avenir. Si ce double mouvement temporel – récupérer la mémoire familiale passée pour la projeter dans le futur des descendants – est caractéristique des livres de famille92, les Ricordi ont ceci de spécifique qu’il s’agit d’une mémoire centrée sur une expérience autobiographique.

  • 93 Marziano Guglielminetti, Memoria e scrittura. L’autobiografia da Dante a Cellini, Torino, Einaudi, (...)

58Voilà qui amène à nuancer le propos de Marziano Guglielminetti, qui parlait pour Morelli d’ « impasse autobiografica », « impasse autobiographique93 ». Certes, le « pacte autobiographique » entre le rédacteur et le lecteur n’est que partiel, dans la mesure où l’identité entre l’auteur, le narrateur et le personnage est brouillée par la dimension chorale des Ricordi. Cependant, alors que dans les livres de famille, la mémoire familiale nourrit le rédacteur, dans le livre de Giovanni Morelli on observe le mouvement inverse. C’est la mémoire individuelle de Giovanni qui nourrit la famille, dans la mesure où son expérience douloureuse dicte ses préceptes éducatifs pour les générations à venir.

59À travers cette prédominance du « je » sur le « nous », Morelli donne une place au souvenir de l’enfant qu’il a été, mais aussi à son fils Alberto, dont la mort le renvoie à sa connaissance précoce et douloureuse du deuil. L’importance que Giovanni Morelli confère à l’enfance et à l’enfant fait par conséquent de ses Ricordi un ouvrage exceptionnel.

60Nous pouvons conclure en rappelant que dans les livres de famille contemporains des Ricordi, l’enfant est au centre d’un processus pédagogique qui relie le passé familial, à travers le récit des exploits exemplaires des ancêtres, à son avenir, en ce qu’il fournit un passeport politique aux jeunes générations. Mais il s’agit d’un enfant stéréotypé, qui ne tire sa valeur que du rôle qui lui est attribué, à savoir celui d’assurer la succession des générations. Tout se passe dès lors comme s’il était nécessaire qu’un enfant soit exceptionnel pour qu’il mérite que son portrait soit fait : c’est le cas de l’enfant martyr Giovanni et de l’enfant rédempteur Alberto.

61Ces deux figures d’enfant s’articulent autour de l’image du père. Les souvenirs de Giovanni le guident dans son rôle d’éducateur, en lui indiquant des lignes directrices pour éviter que ses descendants n’aient à subir le même sort que lui. Quant à Alberto, il apparaît à Giovanni pour le guider sur la voie du salut et lui donner l’assurance qu’il pourra remplir son rôle paternel. L’évocation de ces deux enfances blessées, l’une par le deuil, l’autre par la mort prématurée, permet donc à Giovanni de se donner une légitimité en tant que père.

62Trexler avait intitulé son article « In Search of Father » ; au terme de cette analyse, je serais tentée de parler à propos des Ricordi de « recherche de l’enfance ». Il me semble en effet que Giovanni mène sa quête à travers l’enfant qu’il a été, la rencontre avec son fils défunt et la construction d’une enfance idéale.

Haut de page

Notes

1 Giovanni Morelli, Ricordi, in Mercanti Scrittori, a cura di Vittore Branca, Milano, Rusconi, 1986 (Branca avait publié une première édition en 1954). Né à Florence en 1371, Giovanni Morelli y est mort en 1444. Membre de la corporation de la laine, il a appartenu trois fois aux gonfaloniers de compagnie, a été deux fois membre des Dodici buonuomini et une fois membre des Ufficiali del Banco. Il a également été Capitaine de Pise en 1427 et podestat de Montepulciano en 1444. Il a par ailleurs été prieur en 1427 et gonfalonier de justice en 1441. On se reportera à la présentation de Morelli par Leonida Pandimiglio dans le Dizionario Biografico degli Italiani, volume 76, 2012. http://www.treccani.it/enciclopedia/giovanni-morelli_(Dizionario-Biografico)/

2 Richard C. Trexler, « In Search of Father : The Experience of Abandonment in the Recollections of Giovanni di Pagolo Morelli », History of Childhood Quartely, no 2, vol. 3, 1975, p. 225.

3 Raul Mordenti, « Les livres de famille en Italie », Annales. Histoire, Sciences Sociales, no 4, 2004, p. 798. http:///www.cairn.info/revue-annales-2004-4-page-785.htm. La dénomination comme la définition des livres de famille sont complexes et font depuis longtemps l’objet de débats. Sur cette question, voir, outre cet article de Mordenti, Angelo Cicchetti, R. Mordenti, I « libri di famiglia » : problemi di storiografia letteraria e metodologia della ricerca, Roma, Materiali per la didattica e la ricerca, 1983 ; Id., « La scrittura dei libri di famiglia », in Letteratura italiana, a cura di Alberto Asor Rosa, Torino, Einaudi, 1984, vol. III, t. 2 ; Id., I libri di famiglia in Italia, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 1985 (I: Filologia e storiografia letteraria) et 2001 (II: Geografia e Storia) ; Claude Cazalé Berard, Christiane Klapisch-Zuber, « Mémoires de soi et des autres dans les livres de famille italiens », Annales. Histoire, Sciences Sociales, no 4, 2004, p. 805-826. Pour une mise au point récente on consultera Élise Leclerc, Affaires de famille et affaires de la cité. La transmission d’une pensée politique dans les livres de famille florentins (xive-xve siècles), thèse de doctorat soutenue le 23 novembre 2013 sous la direction de Jean-Claude Zancarini à l’ENS de Lyon, p. 22-27, dont on attend la publication chez Droz.

4 « […] instruire nos enfants ou bien nos descendants », G. Morelli, op. cit., p. 105. Je tiens à préciser que la version française des passages des Ricordi est redevable du travail collectif d’un groupe d’enseignants-chercheurs qui travaille actuellement à la traduction de cet ouvrage sous la direction d’Élise Leclerc, de Serge Stolf et de moi-même. Sur ce projet, voir http://morelli.hypotheses.org

5 Leonida Pandimiglio, I libri di famiglia e il Libro Segreto di Goro Dati, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2006, p. 30-31 et passim.

6 Donato Velluti, La Cronica domestica, scritta fra il 1367 e il 1370, con le addizioni di Paolo Velluti, scritte fra il 1555 e il 1560, a cura di Isidoro Del Lungo e di Guglielmo Volpi, Firenze, Sansoni, 1914, p. 7.

7 David Herlihy, La famiglia nel Medioevo, Roma-Bari, Laterza, 1989, p. 107-114 ; Id., C. Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles. Une étude du catasto florentin de 1427, Paris, EHESS, 1978, p. 532-534.

8 G. Morelli, op. cit., p. 170. Voir Francesco da Barberino, Reggimento e costumi di donna, a cura di Giuseppe E. Sansone, Torino, Loescher-Chiantore, 1957, p. 228 ; Matteo Palmieri, Vita civile, a cura di Gino Belloni, Firenze, Sansoni, 1982, p. 21.

9 « Il resta de lui cinq enfants, trois garçons et deux filles : le premier des garçons se prénomme Dino, le second Cetta et le troisième Benedetto », ibidem, p. 146.

10 Sur ces questions, C. Klapisch-Zuber, « Parrains et filleuls. Étude comparative », in La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, EHESS, 1990, p. 109-122 et « Compérage et clientélisme », in ibidem, p. 123-133.

11 C. Klapisch-Zuber, « L’attribution d’un prénom à l’enfant en Toscane à la fin du Moyen Âge », Senefiance, no 9, 1980, (L’enfant au Moyen Âge), p. 83.

12 « […] état civil familial », A. Cicchetti, R. Mordenti, « La scrittura… », op. cit., p. 1141.

13 Andrea Zorzi, « I Fiorentini e gli uffici pubblici nel primo Quattrocento: concorrenza, abusi, illegalità », Quaderni Storici, Fonti criminali e storia sociale, no 66, XXII/3, dicembre 1987, p. 735 et p. 737-738.

14 « […] l’heure, le jour, le mois et l’année, et aussi le lieu […] et que l’on écrive tout de suite dans nos commentaires domestiques et dans nos livres secrets que l’enfant est né, et qu’on le conserve parmi les choses précieuses », Leon Battista Alberti, I Libri della famiglia, a cura di Ruggiero Romano e Alberto Tenenti, Torino, Einaudi, 1969, p. 144.

15 « Il plut à notre Seigneur Dieu d’accorder à notre père Pagolo Morelli un quatrième enfant de son épouse dame Telda, qui fut un garçon », G. Morelli, op. cit., p. 161.

16 Ibidem, p. 152, 155, 158 et 163.

17 Sur cette crise politique, voir Gene A. Brucker, Dal Comune alla Signoria. La vita pubblica a Firenze nel primo Rinascimento, Bologna, il Mulino, 1981, p. 103-104.

18 G. Morelli, op. cit., p. 162-163.

19 « […] tu as été le dernier des enfants de ton père à avoir le don de la vie, ce qui ne fut pas un petit malheur », ibidem, p. 312.

20 Sur l’abandon des enfants par les mères veuves, voir D. Herlihy, C. Klapisch-Zuber, Les Toscans…, op. cit., p. 557-558 et C. Klapisch-Zuber, « La “mère cruelle”. Maternité, veuvage et dot », in La maison et le nom…, op. cit., p. 254-257. Claudia Tripodi montre cependant que les rapports entre Giovanni et sa mère n’ont jamais été interrompus ; il a d’ailleurs été élevé par ses grands-parents maternels. Claudia Tripodi, « Il padre a Firenze nel Quattrocento. L’educazione del pupillo in Giovanni Morelli », Annali di storia di Firenze, no 3, 2011, p. 37-38. http://www.fupress.net/index.php/asf/article/view/9848

21 « […] sans argent sans parents sans les honneurs de la Commune », G. Morelli, op. cit., p. 315.

22 « […] tu n’as jamais eu une bonne nouvelle, et si tu en as eu une qui t’a paru bonne, cela a été pour ton malheur », ibidem.

23 Philippe Lejeune, Je est un autre. L’autobiographie, de la littérature aux médias, Paris, Seuil, 1980, p. 36 note.

24 Hélène Müller, « Miroir et mémoire. La deuxième personne et l’autobiographie : Trame d’enfance de Christa Wolf et Enfance de Nathalie Sarraute », TRANS-[En ligne], no 8, 2009, p. 9. http://trans.revues.org/307

25 Voir la note 34 de Branca, G. Morelli, op. cit., p. 313.

26 Ibidem, p. 315-316.

27 « […] pendant que la mort cruelle tordait tous ses membres, affligé de ne jamais plus le voir, je l’abandonnai », ibidem, p. 318.

28 Ibidem, p. 316.

29 Giulia Puma, « La prière de Giovanni di Pagolo Morelli : scansion, durée, métamorphose », Chroniques italiennes web 29, no 1, 2015, p. 9-23. http://chroniquesitaliennes.univ-paris3.fr/PDF/Web29/Web29-2-GiuliaPuma.pdf

30 « […] nous avons continuellement son image devant nous, nous souvenant de ses façons, de ses traits, de ses mots, de ses gestes, le jour, la nuit, au déjeuner, au dîner, à la maison, à l’extérieur, quand nous dormons, quand nous sommes éveillés, à la campagne, à Florence ; et quoi que nous fassions un couteau nous passe à travers le cœur », G. Morelli, op. cit., p. 295. Pour Trexler, ce « coltello » est une arme réelle tenue par Alberto qui voudrait se venger de son père qui a négligé de lui faire administrer l’extrême onction : R. Trexler, Public Life in Renaissance Florence, Ithaca, London, Cornell University Press, 1980, p. 174-175. Cette interprétation, reprise par d’autres historiens, est toutefois peu convaincante. Elle résulte sans doute de la confusion entre les deux passages où il est question de la mort d’Alberto : celui du rêve, où l’enfant est effectivement un revenant qui aurait pu tenir un couteau, et celui, rédigé un an plus tôt, de son agonie et de sa mort, qui correspond au moment où Morelli parle de ce « coltello ». La première fois qu’il en parle, le sens est d’ailleurs sans équivoque : « Non arei mai potuto istimare che l’avere Idio doviso da me il mio […] figliuolo […] mi sia sì gravoso coltello » : « Je n’aurais jamais pu penser que le fait d’être séparé de mon enfant par Dieu serait pour moi une douleur si insupportable », G. Morelli, op. cit., p. 294. En outre, il me semble que dans le rêve de Morelli, Alberto incarne la rédemption et le pardon, et non la vengeance et la colère, comme nous le verrons plus loin. Il convient donc d’adopter le sens de « pena, dolore, tormento », que donne d’ailleurs le Vocabalorio della Crusca qui cite précisément ce passage des Ricordi.

31 « […] il me semblait que mon âme et mon corps étaient transpercés de mille pointes de flèches », G. Morelli, op. cit., p. 303.

32 « Et tandis que j’allais rapidement vers la montagne, ne m’apercevant ni de l’heure, ni du chemin, ni de l’endroit où j’allais, à cause des nombreuses images que j’avais de mon fils en pensant à lui, je perdais tous mes sens », ibidem, p. 317.

33 « […] à l’angoisse, aux peines et aux tourments » « depuis son enfance » « Il avait une bonne mémoire, un bon langage, une bonne mémoire, de beaux traits et il était gracieux et avait de belles manières : il était un peu timide et solitaire », ibidem, p. 294.

34 C. Klapisch-Zuber, « Attitudes devant l’enfant », in Enfant et Sociétés. Annales de Démographie Historique, 1973, p. 64.

35 G. Morelli, op. cit., p. 294.

36 « […] il savait lire et écrire deux fois mieux que ce qu’on attendait de lui », ibidem, p. 317.

37 Elena Giannarelli, « Il puer senex nell’antichità: appunti per la riconsiderazione di un problema », Infanzie. Funzioni di un gruppo liminale dal mondo classico all’Età moderna, a cura di Ottavia Niccoli, Firenze, Ponte alle Grazie, 1993, p. 89-97.

38 « […] devenu esprit » « [lui] sembla prendre le visage de [son] doux fils », G. Morelli, op. cit., p. 322.

39 Mathieu, 21, 18-19 et Marc, 11, 12-14.

40 Franco Cardini, « Sognare a Firenze tra Trecento e Quattrocento », Quaderni medievali, no 9, 1980, p. 115.

41 G. Morelli, op. cit., p. 293.

42 F. Cardini, op. cit., p. 116-117 ; G. Morelli, op. cit., p. 320 note.

43 F. Cardini, op. cit., p. 117-118.

44 G. Morelli, op. cit., p. 321.

45 Le manuscrit des Ricordi est précédé par un passage, que n’a pas publié Branca, qui contient, entre autres, les « dodici articholi della fede santa e cristiana », (« douze articles de la sainte foi chrétienne »), parmi lesquels figurent justement la communion des saints. Voir C. Tripodi, « I Ricordi di Giovanni di Pagolo Morelli ». Nuova edizione e introduzione storica, rel. Franek Sznura, tesi di Laurea in Esegesi delle fonti storiche medievali, Laurea in Storia, Facoltà di Lettere e Filosofia, 2002-2003, c. 27r.

46 « […] salut éternel », G. Morelli, op. cit., p. 323.

47 « Il a plu à Dieu, pour le salut de votre âme et celui de votre famille, de me rappeler à lui », ibidem.

48 F. Cardini, op. cit., p. 116.

49 Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 1982.

50 Jean-Claude Schmitt, « Récits et images de rêves au Moyen Âge », Ethnologie française, no 4, 2003, vol. 33, p. 555. http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2003-4-page-553.htm.

51 Deanna Sardi, « Fanciulli e angeli fanciulli », in Infanzie…, op. cit., p. 159-160 ; O. Niccoli, « Infanzia, terra di frontiera », in ibidem, p. 11 ; Pierre Riché, D. Alexandre-Bidon, L’enfance au Moyen Âge, Paris, Seuil, Bibliothèque Nationale de France, 1995, p. 25.

52 « […] il savait prier Dieu avec toutes les prières et toutes les louanges », G. Morelli, op. cit., p. 317-318.

53 Ibidem, p. 323.

54 Si l’interprétation de Mc Clure selon laquelle le chagrin de Giovanni est davantage lié à la culpabilité et au péché qu’à la douleur du deuil me semble excessive, il n’en reste pas moins que sa souffrance liée aux remords est grande. G.W. Mc Clure, « The Art of Mourning : Autobiografical writings on the loss of a son in Italian humanistic thought (1400-1461) », Renaissance Quartely, no 39, 1986, p. 473-475.

55 J.-C. Schmitt, Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gallimard, 1994. Sans mettre l’accent sur la question de la paternité, Bartuschat avait déjà relevé l’importance de la question de l’identité dans l’écriture des Ricordi. Johannes Bartuschat, « Le rêve de Giovanni di Pagolo Morelli : observations sur l’autobiographie et l’écriture au XVe siècle », Arzanà. Cahiers de littérature médiévale italienne, no 4, 1997, Rêves et récits de rêve, Claude Perrus (dir.), p. 149 et p. 151.

56 Sur ce document, voir L. Pandimiglio, « Giovanni di Pagolo Morelli e le strutture familiari », in Famiglia e memoria a Firenze. I secoli xiii-xvi, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2010, p. 117 et 144-156.

57 J.-C. Schmitt, L’invention de l’anniversaire, Paris, Arkhê, 2012, p. 50.

58 Son ouvrage pionnier On Death and Dying est paru en 1969. Chez Morelli on trouve le déni (la présence si obsessionnelle du défunt qu’elle peut être interprétée comme un refus d’accepter sa mort), la colère (qui se manifeste dans les auto-accusations), la dépression (le pessimisme et l’accablement de Morelli sont largement perceptibles), l’acceptation (si l’épisode de prière-songe suscite de la frayeur chez Morelli, il en éprouve aussi de la joie à son réveil).

59 Jean-Charles Huchet, Littérature médiévale et psychanalyse. Pour une clinique littéraire, Paris, PUF, 1990 ; Id., Essais de clinique littéraire du texte médiéval, Orléans, Paradigme, 1998.

60 Les travaux des historiens ont montré depuis longtemps que, contrairement à ce qu’affirmait Philippe Ariès, il y avait bien un « sentiment de l’enfance » au Moyen Âge, qui faisait que les enfants étaient aimés. Voir Didier Lett, « Les relations entre les enfants et les adultes au sein des familles médiévales », Le Télémaque, no 46, 2014/2, p. 87-101 ; Id., L’enfant des miracles. Enfant et société au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Aubier, 1997 ; D. Alexandre-Bidon, Monique Closson, L’enfant à l’ombre des cathédrales, Lyon, PUL, 1985 ; D. Alexandre-Bidon, D. Lett, Les enfants au Moyen Âge (Ve-XVe siècles), Paris, Hachette, 1997. Quant à la mort des enfants, elle déclenche chez les parents une grande douleur : D. Lett, « Famille et relations émotionnelles », in Histoire des émotions, Georges Vigarello (dir.), Paris, Seuil, 2016, vol. 1 (De l’Antiquité aux Lumières), p. 199. Notons par ailleurs que l’intérêt des historiens pour les émotions est aussi récent que soutenu : outre l’ouvrage précédemment cité, on pourra consulter Damien Boquet, Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris, Seuil, 2015 ; Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Passioni dell’anima. Teorie e usi degli affetti nella cultura medievale, Firenze, Sismel Edizioni del Galluzzo, 2015 ; Susan Broomhall, Early modern Emotions : an Introduction, London, Routledge, 2016. Les 12 et 13  janvier  2017, s’est tenu un colloque à l’université de Rouen sur Les émotions au Moyen Âge : un objet littéraire.

61 Élisabeth Crouzet-Pavan, Renaissances italiennes 1380-1500, Paris, Albin Michel, 2013, p. 386 note.

62 R. Mordenti, « Les livres de famille… », op. cit., p. 796.

63 « Véritable centre nerveux des Ricordi », L. Pandimiglio, Famiglia e memoria…, op. cit., p. 109.

64 « J’ai commencé [ce livre] pour informer et instruire mes fils Pandolfo et Bernardo, à travers plusieurs choses que je pense leur être utiles », Giovanni di Pagolo Rucellai, Zibaldone, a cura di Gabriella Battista, Firenze, Sismel Edizioni del Galluzzo, 2013, p. 2.

65 Fulvio Pezzarossa, « La memorialistica fiorentina tra Medioevo e Rinascimento. Rassegna di studi e testi » in Lettere italiane, no 30/1, 1979, p. 99.

66 Lorsqu’il présente son ancêtre Calandro, Morelli insiste à plusieurs reprises sur le nom de la ville, dans laquelle il arrive dès 1170, pour le distinguer des hommes nouvellement installés à Florence. G. Morelli, op. cit., p. 93.

67 Selon Giovanni, le nom « Morello » aurait même été attribué à sa famille en reconnaissance de sa fidélité aux Guelfes Noirs : ibidem, p. 129-131. Sur le guelfisme dans les livres de famille, voir É. Leclerc, op. cit., p. 300-328.

68 « natural right to govern », Dale Kent, « The Florentine Reggimento in the Fifteenth Century », Renaissance Quartely, no 4/28, 1975, p. 582.

69 D. Lett, « “Tendres souverains”. Historiographie et histoire des pères au Moyen Âge », in Histoire des pères et de la paternité, Jean Delumeau, Daniel Roche (dir.), Paris, Larousse, 1990, p. 26 et p. 29.

70 L. Pandimiglio, Famiglia e memoria…, op. cit., p. 81.

71 Sur laquelle voir Christian Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence. 1375-1434, Paris, La Haye, Mouton & Co, EHESS, 1967, p. 56-63 et p. 286-299.

72 D. Herlihy, La famiglia nel Medioevo…, op. cit., p. 154-156.

73 « […] ce fut le premier dommage que nous subîmes, de rester sans père en bas âge », G. Morelli, op. cit., p. 165.

74 « Et dis : “Si j’ai des enfants, je veux pouvoir les élever moi-même, je veux les voir devenir des hommes, je veux les orienter et les corriger selon mon jugement, je veux voir lequel est bon et lequel est mauvais, je veux que dans ma vieillesse ils soient en mesure de m’aider lorsque j’en aurai besoin ; je veux qu’ils soient source de consolation et d’affliction afin de pouvoir réparer et remédier là où cela est nécessaire” », ibidem, p. 168.

75 « […] en vérité aucune autre femme n’est meilleure pour les enfants qu’une mère, si méchante soit-elle », ibidem. Sur les contradictions de Morelli, voir C. Tripodi, « Il padre a Firenze nel Quattrocento… », op. cit., p. 36-37.

76 « […] sont volés, trompés et trahis par tout le monde », G. Morelli, op. cit., p. 174.

77 Ibidem, p. 175.

78 « […] penser qu’il[s] peu[ven]t mourir tous les jours », ibidem, p. 176.

79 « […] ne vit jamais son père », ibidem, p. 136.

80 Ibidem, p. 185.

81 L. Pandimiglio, Famiglia e memoria…, op. cit., p. 156-186.

82 G. Morelli, op. cit., p. 186.

83 « […] personnes de bien », ibidem, p. 194.

84 « […] prendre un parent qui soit un père pour toi », ibidem, p. 195.

85 Voir sur ce point l’article de Robert Black, qui souligne à plusieurs reprises le caractère exceptionnel et idéalisé du contenu des Ricordi en ce qui concerne l’éducation des enfants : Robert Black, « École et société à Florence aux XIVe et XVe siècles. Le témoignage des ricordanze », Annales. Histoire, Sciences Sociales, no 4, 2004, p. 827-846, en particulier p. 830-832.

86 G. Morelli, op. cit., p. 103.

87 Voir par exemple Annabelle Rueff-Geantet, Marianne Dollander, « Deuil d’un parent dans l’enfance et accession à la paternité. “Orphelin cherche modèle de père” », Dialogue, no 180, 2008, p. 73-90.

88 Cela correspond à la description que fait Germaine Guex de la « névrose d’abandon » : « nous nous trouvons en face d’un vécu extrêmement actif, mais de façon consciente, qui n’a été ni accepté et “digéré”, ni refoulé. Il est ressenti comme actuel, malgré son ancienneté et, dans la plupart des cas, le malade le ressasse sans cesse. Il crée la névrose non du fait de ses irruptions inconscientes dans la vie du malade, mais par suite des décalages et anachronismes qu’il provoque, le névrosé vivant sur deux plans (petite enfance, âge réel), confondant les deux et se comportant en conséquence ». Germaine Guex, La névrose d’abandon, Paris, PUF, 1950, p. 2.

89 R. Trexler, « In Search of Father… », op. cit., p. 226. Voir aussi Id., Public Life…, op. cit., p. 164.

90 Eugenio Garin, L’éducation de l’homme moderne. La pédagogie de la Renaissance (1400-1600), Paris, Fayard, 1968, p. 91 et p. 100.

91 G. Morelli, op. cit., p. 205.

92 R. Mordenti, « Les livres de famille… », op. cit., 2004, p. 789.

93 Marziano Guglielminetti, Memoria e scrittura. L’autobiografia da Dante a Cellini, Torino, Einaudi, 1977, p. 261.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Terreaux-Scotto, « Les enfants dans les Ricordi de Giovanni Morelli,
de la réalité à l’idéal
 », Italies, 22 | 2018, 13-34.

Référence électronique

Cécile Terreaux-Scotto, « Les enfants dans les Ricordi de Giovanni Morelli,
de la réalité à l’idéal
 », Italies [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 16 janvier 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/italies/6033 ; DOI : 10.4000/italies.6033

Haut de page

Auteur

Cécile Terreaux-Scotto

Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals